Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Nos plats du jour, janvier 2018
par Luc Hier à 19:59

» Présentation Chantal
par Mirzoune Hier à 11:40

» Vitamine C
par Luc Hier à 11:13

» Vitamine D
par Luc Hier à 10:34

» Joyeux anniversaire Keditchi
par Pierrette Ven 19 Jan 2018 - 14:35

» Reminéralisants naturels: douleurs arthrose, ostéoporose.. etc...
par Mirzoune Jeu 18 Jan 2018 - 20:57

» Vitamine K2 - Achat - Exemples de produits
par Celine57 Jeu 18 Jan 2018 - 17:41

» Guacamole maison
par Mirzoune Jeu 18 Jan 2018 - 17:04

» Graines germées et pousses
par Mirzoune Jeu 18 Jan 2018 - 16:42

» Jeûne thérapeutique: Journal de suivi
par Luc Mer 17 Jan 2018 - 18:17

» Brioche à l'orange et aux cranberries
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 16:01

» Pain gourmand à la poêle sans gluten et sans lactose
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 13:01

» Smoothie Aloe Vera - banane, régénérateur de vos intestins
par Celine57 Mar 16 Jan 2018 - 20:24

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 18:09

» Effets protecteurs du cholesterol sur les endotoxines
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 10:17

» Problème avec une commande
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 19:48

» Insérer une photo dans un message
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 12:12

» Sentiment, émotion : comment ça fonctionne
par proserpine Sam 13 Jan 2018 - 10:20

» Aide pour une alimentation de type paléo
par Mirzoune Ven 12 Jan 2018 - 22:25

» Le gâteau au chocolat sans gluten de Philippe Etchebest
par Celine57 Ven 12 Jan 2018 - 21:38

» Superfood pour smoothie salade et potage
par Luc Ven 12 Jan 2018 - 19:24

» Auto-séance d'EMDR pour se libérer d'un stress
par proserpine Jeu 11 Jan 2018 - 17:58

» Maquereau cru mariné - recette santé
par Mirzoune Mer 10 Jan 2018 - 17:02

» et si on s’occupait de nos artères ?
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 23:33

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 15:19

» La galerie de belles images
par Mezame Lun 8 Jan 2018 - 22:02

» présentation papazen
par papazen Lun 8 Jan 2018 - 16:16

» Galette "minute" de pois chiche à la nigelle
par Luc Lun 8 Jan 2018 - 15:13

» Des nouvelles de MPJ48
par Pierrette Dim 7 Jan 2018 - 23:10

» L'huile de coco stimule le métabolisme
par Mirzoune Dim 7 Jan 2018 - 21:37

» Pain au riz - Pour tapenade
par Luc Dim 7 Jan 2018 - 9:00

» Collagène
par Mirzoune Sam 6 Jan 2018 - 19:30

» Voeux de Jacques Brel
par Flo Sam 6 Jan 2018 - 15:22

» Une transfuge de l'appart
par Luc Sam 6 Jan 2018 - 9:39

» Antibiotiques candida
par Mirzoune Ven 5 Jan 2018 - 12:35

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 11:14

» Le guide complet pour jeûner
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 10:22

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Luc Jeu 4 Jan 2018 - 16:28

» Jeûne et sport
par Luc Mer 3 Jan 2018 - 15:23

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Flo Mar 2 Jan 2018 - 21:27

» Pour que la roue tourne...
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 21:46

» Le chat et la creation du monde...
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:26

» Bon anniversaire Momo
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:17

» Bonne année à tous!
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 10:15

» Gérer l'exercice en fonction de ses pathologies
par proserpine Sam 30 Déc 2017 - 19:16

» Le Grand cactus
par Luc Jeu 28 Déc 2017 - 23:11

» Comprendre la cascade inflammatoire
par Flo Jeu 28 Déc 2017 - 18:25

» Bon anniversaire Chaminette
par Mirzoune Mer 27 Déc 2017 - 11:58

» Bon anniversaire Puppy
par Luc Mer 27 Déc 2017 - 11:39

» Brèves - Nouvelles santé
par Mirzoune Mar 26 Déc 2017 - 19:17

» Pain brioché à la pâte de datte
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:34

» Joyeuses fêtes
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:05

» SIBO & pullulation bactérienne
par Luc Sam 23 Déc 2017 - 9:40

» Mouse data links microbiome changes to lupus severity and complications
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 17:36

» Biodisponibilité des minéraux en présence d'acide phytique
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 16:40

» Présentation - Zenko
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 14:50

» Alimentation et psychisme
par Flo Jeu 21 Déc 2017 - 14:50

» Pain au sarrasin & noix
par Mirzoune Mar 19 Déc 2017 - 16:49

» Danse sur glace
par proserpine Dim 17 Déc 2017 - 10:30

» Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique?
par Luc Jeu 14 Déc 2017 - 21:00

» Levothyrox
par sumerien Jeu 14 Déc 2017 - 19:13

» Alzheimer et la vitamine B3 forme rare
par Luc Mer 13 Déc 2017 - 15:50

» Votre chat fait pipi partout, essayez Uricystil
par Mirzoune Mer 13 Déc 2017 - 12:46

» Amigo_amigo
par Luc Lun 11 Déc 2017 - 20:12

» Bon anniversaire Infiniment
par Luc Lun 11 Déc 2017 - 13:11

» Jeûne thérapeutique - Concept de l'oxydation des lipides
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 15:49

» Bûches de Noël vegan, sans gluten, sans lactose
par Mirzoune Dim 10 Déc 2017 - 12:33

» Bonhomme de pâte & St-Nicolas
par proserpine Jeu 7 Déc 2017 - 8:03

» Perdre du poids sans faire le yoyo
par Luc Dim 3 Déc 2017 - 14:13

» Le jus de grenade fermentée protège – nutrithérapie naturelle et effets de synergie
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 17:06

» Iode (anti goitre et fluor/brome...)
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 16:52

» Jeu de vilain entre un éléphanteau et une oie
par Luc Ven 1 Déc 2017 - 13:18

» Maladies auto-immunes: traitements conventionnels et complémentaires
par Mirzoune Ven 1 Déc 2017 - 11:11

» Maria Farantouri une voix de contre-alto magnifique...
par Flo Mer 29 Nov 2017 - 12:01

» Présentation Mpj48
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:42

» Une biche s'amuse
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:06

» Présentation John007
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 9:51

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Mirzoune Lun 27 Nov 2017 - 23:33

» Humour noir: Pub suisse
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 19:05

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 18:19

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Lun 27 Nov 2017 - 15:03

» Métabolique et cerveau
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 23:15

» Proposition de photo pour un avatar
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 21:30

» Bioavailability of curcumin
par Luc Jeu 23 Nov 2017 - 16:10

» Quel magnésium choisir?
par Flo Mer 22 Nov 2017 - 18:05

» Présentation Adveniat
par Mirzoune Mar 21 Nov 2017 - 13:10

» Fibromyalgie et la sulfite connexion
par Mirzoune Lun 20 Nov 2017 - 11:23

» Douleurs musculaires et acide lactique
par Flo Dim 19 Nov 2017 - 21:50

» Bon anniversaire Monik
par Mirzoune Sam 18 Nov 2017 - 14:47

» TRANSMUTATIONS
par Luc Sam 18 Nov 2017 - 9:42

» D. Guyaux: Rémission d'une SEP ou la puissance de l'alimentation crue et d'une vie saine
par Flo Ven 17 Nov 2017 - 9:31

» Quand le musée respire
par Pierrette Mer 15 Nov 2017 - 17:17

» Ni pute, ni soumise? Pas pour Mattel...
par Mirzoune Mer 15 Nov 2017 - 8:38

» Bon anniversaire Lulu
par Pierrette Sam 11 Nov 2017 - 17:27

» Maladie : le rôle de l'alimentation
par Luc Ven 10 Nov 2017 - 12:35

» Foie et déchets cristalloïdes
par sophy Ven 10 Nov 2017 - 10:53

» Un très bon anniversaire Luc
par proserpine Jeu 9 Nov 2017 - 9:41

» Let's Twist Again
par Nell74 Mer 8 Nov 2017 - 13:35

» Enlever les pesticides des fruits et légumes
par sophy Mer 8 Nov 2017 - 12:42


Faut-il éliminer les graisses saturées comme le préconise l'association cardiovasculaire US

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Faut-il éliminer les graisses saturées comme le préconise l'association cardiovasculaire US

Message  Luc le Sam 22 Juil 2017 - 11:21

Ces dernières années il y a eu plusieurs revues systématiques et méta-analyses n’ayant pas trouvé de lien clair entre la consommation de graisses

Le « nouvel » avis de l’Association américaine de cardiologie


Ces dernières années il y a eu plusieurs revues systématiques et méta-analyses n’ayant pas trouvé de lien clair entre la consommation de graisses saturées et les maladies cardiovasculaires. D'ailleurs les auteurs de l’AHA le signalent eux-mêmes dans leur introduction :
« Depuis quelques années, méta-analyses, études d’observations et essais cliniques randomisés sont arrivés à des résultats contradictoires sur les liens entre les graisses saturées alimentaires et le risque cardiovasculaire »
Mais cela ne l'est empêchent pas de choisir parmi elles 4 études majeures particulièrement  « bien menées » selon eux (2, 3, 4, 5). Cette sélection n’est pas sans rappeler celle d’Ancel Keys, qui n’a pris les données que de 7 pays sur 22 dans sa fameuse étude ayant établi un lien entre graisses saturées et maladies cardiovasculaires (6). Et ce, d’autant plus que ces 4 études datent de 1968, 1969, 1970 et 1979, période où cette théorie a connu un plein boum !
D’après les auteurs de l’AHA, aucune étude définitive à large échelle n’a été conduite sur ce sujet depuis les années 1970. C’est pourquoi leur nouvel avis ressemble tant à ceux qui les précèdent depuis maintenant 40 ans.

Autre point curieux : ils ne tiennent compte des données cliniques que partiellement, s'appuyant en majorité sur les variations du taux de cholestérol (plus que sur le nombre de maladies cardiovasculaires). Or quand on interprète des données dans le but d'informer sur la santé humaine, il est important de distinguer ce qui fait une différence sur le plan statistique de ce qui fait une différence sur le plan clinique. En statistique, un résultat est significatif lorsque la différence observée entre deux groupes ne peut être due au simple hasard. Par exemple, un groupe traité a un taux de cholestérol légèrement plus élevé que l'autre groupe. Sur le plan clinique, ce qui est important c'est le résultat concret de cette différence. Dans notre exemple : est-ce qu'avoir un taux plus élevé de cholestérol entraîne un risque cardiovasculaire plus grand ?
Dans le rapport de l'AHA les auteurs ont dénombré les événements cardiovasculaires pour évaluer cette différence clinique, mais seulement sur un nombre réduit d'études. Le reste de l'article a simplement tenu compte des différences de taux de cholestérol LDL (le «mauvais»), qui ne représente qu'un facteur de risque cardiovasculaire (si tant est qu'il en soit réellement un). Ils mettent en avant plusieurs études ayant observé des élévations du taux de cholestérol de 0,6 à 2,1 mg/dL suite à l'ingestion de graisses saturées. Certes c'est significatif sur le plan statistique mais est-ce que ces petites différences sur le taux de cholestérol se traduisent par un nombre plus important d'accidents cardiovasculaires ?
Pour découvrir la suite de cet article, ce que disent les autres études et si on peut continuer à consommer de l'huile de coco, lire notre dossier abonnés inédit :
Suite sur le post suivant

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4376
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Graisses saturées et prévention cardiovasculaire

Message  Luc le Sam 22 Juil 2017 - 11:37

Faut-il éliminer les graisses saturées pour éviter l'infarctus ?
L’Association américaine de cardiologie a émis un nouvel avis contre les graisses saturées, qui ne change guère des précédents si ce n’est qu’elle écarte aussi l’huile de coco. Que faut-il penser de cette nouvelle mise en garde ?
Le 15 juin 2017, l’Association américaine de cardiologie (American Heart Association ou AHA) a publié un nouvel avis officiel sur les graisses saturées et la santé cardiovasculaire. « En prenant en compte la totalité des preuves scientifiques et en satisfaisant des critères rigoureux de causalité, nous concluons fermement que diminuer la quantité d'acides gras saturés ingérés et les remplacer par des graisses insaturées, particulièrement des graisses polyinsaturées, permet de diminuer le risque cardiovasculaire » (1). Et dans la liste des graisses à éviter : l’huile de coco, tout comme le beurre, le saindoux et l’huile de palme. Ces graisses doivent être remplacées par des huiles de colza, de soja, de tournesol ou de maïs selon l’AHA. Alors les graisses saturées, l’huile de coco notamment, sont-elles vraiment néfastes ? Décryptage.

Le « nouvel » avis de l’AHA
Ces dernières années il y a eu plusieurs revues systématiques et méta-analyses n’ayant pas trouvé de lien clair entre la consommation de graisses saturées et les maladies cardiovasculaires. D'ailleurs les auteurs de l’AHA le signalent eux-mêmes dans leur introduction :
« Depuis quelques années, méta-analyses, études d’observations et essais cliniques randomisés sont arrivés à des résultats contradictoires sur les liens entre les graisses saturées alimentaires et le risque cardiovasculaire »

Mais cela ne l'est empêchent pas de choisir parmi elles 4 études majeures particulièrement « bien menées » selon eux (2, 3, 4, 5). Cette sélection n’est pas sans rappeler celle d’Ancel Keys, qui n’a pris les données que de 7 pays sur 22 dans sa fameuse étude ayant établi un lien entre graisses saturées et maladies cardiovasculaires (6). Et ce, d’autant plus que ces 4 études datent de 1968, 1969, 1970 et 1979, période où cette théorie a connu un plein boum ! D’après les auteurs de l’AHA, aucune étude définitive à large échelle n’a été conduite sur ce sujet depuis les années 1970. C’est pourquoi leur nouvel avis ressemble tant à ceux qui les précèdent depuis maintenant 40 ans.
Autre point curieux : ils ne tiennent compte des données cliniques que partiellement, s'appuyant en majorité sur les variations du taux de cholestérol (plus que sur le nombre de maladies cardiovasculaires). Or quand on interprète des données dans le but d'informer sur la santé humaine, il est important de distinguer ce qui fait une différence sur le plan statistique de ce qui fait une différence sur le plan clinique. En statistique, un résultat est significatif lorsque la différence observée entre deux groupes ne peut être due au simple hasard. Par exemple, un groupe traité a un taux de cholestérol légèrement plus élevé que l'autre groupe. Sur le plan clinique, ce qui est important c'est le résultat concret de cette différence. Dans notre exemple : est-ce qu'avoir un taux plus élevé de cholestérol entraîne un risque cardiovasculaire plus grand ?
Dans le rapport de l'AHA, les auteurs ont dénombré les événements cardiovasculaires pour évaluer cette différence clinique, mais seulement sur un nombre réduit d'études. Le reste de l'article a simplement tenu compte des différences de taux de cholestérol LDL (le « mauvais »), qui ne représente qu'un facteur de risque cardiovasculaire (si tant est qu'il en soit réellement un). Ils mettent en avant plusieurs études ayant observé des élévations du taux de cholestérol de 0,6 à 2,1 mg/dL suite à l'ingestion de graisses saturées. Certes c'est significatif sur le plan statistique mais est-ce que ces petites différences sur le taux de cholestérol se traduisent par un nombre plus important d'accidents cardiovasculaires ?
Une étude a analysé le taux de cholestérol de personnes en bonne santé en le mesurant tous les jours pendant plusieurs jours. Résultats : chez 95% des personnes, le taux de cholestérol LDL variait de plus de 20% d'un jour à l'autre et de 40% chez 45% des volontaires (7). Autrement dit, un jour un volontaire pouvait avoir un taux de cholestérol considéré comme normal et le lendemain ou surlendemain un taux qui lui vaut un passage direct par la case statines. De quoi relativiser le critère d'évaluation de l'AHA.

Que disent les autres études ?
Dans un éditorial paru en avril 2017 dans le British Journal of Sports Medicine, des scientifiques européens et américains, issus d’institutions prestigieuses, commentent les méta-analyses et revus systématiques sur les graisses saturées et la santé cardiovasculaires et annoncent tout de go : « Les études n’ont montré aucune association entre la consommation de graisses saturées et la mortalité toutes causes, la maladie coronarienne, la mortalité par maladie coronarienne, l’accident vasculaire cérébral ischémique ou encore le diabète de type 2 chez les adultes en bonne santé ».
De plus, selon eux, « contrairement à ce que croient les médecins et le grand public, la théorie selon laquelle les graisses saturées bouchent les artères est fausse » ( 8 ).
Dans les études Look Ahead (9) et WHI (10), la réduction des graisses n'a pas permis de faire baisser les taux d'infarctus, alors que dans l'étude Predimed (11), augmenter les corps gras a conduit à des bénéfices.
Par ailleurs, plusieurs études cliniques ayant remplacé les graisses saturées par des glucides montrent que les graisses saturées [ne font pas grossir lorsqu’il n’y a pas une consommation excessive de calories] . C’est aussi ce que l’AHA dit mais une étude norvégienne récente apporte une précision intéressante (12). Des chercheurs de l’université de Bergen ont fait suivre pendant 12 semaines un régime soit riche en graisses (dont la moitié étaient saturées, avec 73 % d’énergie en graisses et 10 % en glucides) soit riche en glucides (30 % d’énergie en graisses et 53 % en glucides) à 46 hommes en surpoids. Les deux régimes apportaient la même quantité d’énergie totale et 17 % en protéines. Les types d’aliments étaient les mêmes et variaient seulement en quantités ; les apports en sucre ajouté étaient minimisés. L’alimentation était basée sur des aliments frais, faiblement transformés et nutritifs, y compris pour les graisses.
Pour Ottar Nygård, un cardiologue qui a travaillé à cette étude, « les apports très élevés en graisses totales et saturées n’ont pas augmenté le risque calculé de maladies cardiovasculaires. Les participants au régime très riche en graisses présentaient des améliorations considérables au niveau de plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire importants ». Et le chercheur de conclure : « Ces résultats indiquent que la plupart des gens en bonne santé tolèrent probablement bien un apport élevé en graisses saturées, tant que la qualité des graisses est bonne et que les apports énergétiques totaux ne sont pas trop élevés. »
Cette emphase sur la qualité des aliments, plus que sur les quantités de nutriment avalées, rejoint les conclusions de nombreux chercheurs en nutrition comme Anthony Fardet, l’auteur de Halte aux aliments transformés, mangeons vrai ou Ramon Estruch qui a conduit l’étude PREDIMED sur les bénéfices cardiovasculaires du régime méditerranéen. Manger de vrais aliments semble plus important pour le cœur (et pour la santé en général) que se focaliser sur un type de nutriment, les graisses saturées en l’occurrence.

Et l’huile de coco dans tout ça ?
L’AHA met toutes les sources de graisses saturées dans le même panier, huile de coco comprise. Or les effets des acides gras ne sont pas uniquement liés à leur degré d’insaturation. La taille de leur chaîne carbonée (les acides gras sont formés d’atomes de carbone, d’hydrogène et d’oxygène), leur sensibilité à l’oxydation et aux radicaux libres sont autant de paramètres qu’il faut prendre en compte. L’huile de coco contient en majorité des acides gras saturés particuliers, dits à chaînes moyennes, connus pour être métabolisés par une autre voie que les autres graisses.
Côté cholestérol, si tant est qu’il s’agit d’un facteur de risque cardiovasculaire : certes l’huile de coco fait monter le cholestérol LDL (ce qui est la seule raison pour laquelle l’AHA la met au ban) mais elle augmente aussi le cholestérol HDL, ce qui fait que le ratio LDL/HDL ne varie pas (or c’est ce ratio qui indique le risque). Par ailleurs, les populations se nourrissant à base d’huile de coco (et d’autres aliments peu ou pas transformés) n’ont pas de risque cardiovasculaire plus important. Comme le dit Daniel Sincholle l’auteur du Guide de l’huile de coco, « cette huile est consommée depuis l’Antiquité dans îles du Pacifique sud et en Asie. Surtout, il a été observé que les habitants de ces régions présentent, aujourd’hui encore très peu de maladies cardiovasculaires, de cancers et autres maladies dégénératives ». Selon une étude de 2014 s’intéressant aux effets cardioprotecteurs de l’huile de coco vierge, cette dernière est riche en polyphénols qui ont des effets anti-inflammatoires et antioxydants protégeant de l’athérosclérose. Elle aurait aussi des effets anticoagulants (13).

De plus, selon une étude menée par l’université de Californie (Riverside), l'huile de coco serait plus utile pour garder la ligne que les huiles de soja et de maïs (pourtant recommandées par l’AHA) (14). Et elle diminuerait aussi la pression artérielle. Surpoids et hypertension étant deux facteurs de risque reconnus de maladies cardiovasculaires.

Vous pouvez donc continuer à consommer de l’huile de coco, sans problème, du moment que vous avez par ailleurs une alimentation saine et équilibrée. Elle vous sera plus bénéfique que les huiles de soja, de tournesol ou de maïs pourtant recommandées par l’AHA pour leurs acides gras polyinsaturés mais qui contiennent bien trop d’oméga-6 pro-inflammatoires pour être ingérées comme principales sources de graisses ajoutées.
 
Pour rappel : les recommandations de LaNutrition.fr concernant les matières grasses ajoutées (cuisson, assaisonnement) :
- Pour une femme : 1 cuillère à soupe* d’huile d’olive, 1 cuillère à soupe d’huile de colza et 1 cuillère à soupe d’huile de noix de coco ou 12 g de beurre ou margarine par jour
- Pour un homme : 1,5 cuillère à soupe d’huile d’olive, 1,5 cuillère à soupe d’huile de colza et 1,5 cuillère à soupe d’huile de noix de coco ou 15 g de beurre ou margarine par jour.
* 1 cuillère à soupe apporte 10 g de matières grasses.
Pour en savoir plus lire : Faut-il éviter les huiles de palme et de coco du fait de leurs graisses saturées ?
Conclusion : à doses modérées, les graisses saturées ne sont probablement pas dangereuses pour les artères, dans le cadre d’une alimentation basée sur les végétaux et les produits peu ou pas transformés.

Source: lanutrition.fr

Références
1) Frank M. Sacks, Alice H. Lichtenstein, Jason H.Y. Wu, Lawrence J. Appel, Mark A. Creager, Penny M. Kris-Etherton, Michael Miller, Eric B. Rimm, Lawrence L. Rudel, Jennifer G. Robinson, Neil J. Stone, Linda V. Van Horn, On behalf of the American Heart Association : Dietary Fats and Cardiovascular Disease: A Presidential Advisory From the American Heart Association. Circulation July 11, 2017, Volume 136, Issue 2.
(2) Seymour Dayton, Morton Lee Pearce, Sam Hashimoto, Wilfrid J. Dixon, Uwamie Tomiyasu : A Controlled Clinical Trial of a Diet High in Unsaturated Fat in Preventing Complications of Atherosclerosis. Circulation July 1, 1969, Volume 40, Issue 1S2.
(3) Paul Leren: The Oslo Diet-Heart Study, Eleven-Year Report. Circulation November 1, 1970, Volume 42, Issue 5.
(4) Controlled trial of soya-bean oil in myocardial infarction. Report of a research committee to the Medical research council. The Lancet Volume 292, No. 7570, p693–700, 28 September 1968
(5) Osmo Turpeinen  Martti J  Maija Pekkarinen  Matti Miettinen  Reino Elosuo Erkki Paavilainen : Dietary Prevention of Coronary Heart Disease: The Finnish Mental Hospital Study. Int J Epidemiol (1979) 8 (2): 99-118.
(6) Manning Feinleib : Seven Countries: A Multivariate Analysis of Death and Coronary Heart Disease. JAMA. 1981;245(5):511-512. doi:10.1001/jama.1981.03310300063026
(7) Mogadam M, Ahmed SW, Mensch AH, Godwin ID. Within-person fluctuations of serum cholesterol and lipoproteins. Arch Intern Med. 1990 Aug;150(Cool:1645-8.
(Cool Aseem Malhotra, Rita F Redberg, Pascal Meier : Saturated fat does not clog the arteries: coronary heart disease is a chronic inflammatory condition, the risk of which can be effectively reduced from healthy lifestyle interventions. Br J Sports Med. 2017 Apr 25.
(9) The Look AHEAD Research Group : Eight-Year Weight Losses with an Intensive Lifestyle Intervention: The Look AHEAD Study. Obesity (Silver Spring). 2014 Jan; 22(1): 5–13.
(10) Barbara V. Howard, Linda Van Horn, Judith Hsia, et al. : Low-Fat Dietary Pattern and Risk of Cardiovascular Disease. The Women's Health Initiative Randomized Controlled Dietary Modification Trial. JAMA. 2006;295(6):655-666.
(11) Hernáez Á, Castañer O, Elosua R1, Pintó X, Estruch R, Salas-Salvadó J, Corella D, Arós F, Serra-Majem L, Fiol M, Ortega-Calvo M, Ros E, Martínez-González MÁ, de la Torre R, López-Sabater MC, Fitó M. : Mediterranean Diet Improves High-Density Lipoprotein Function in High-Cardiovascular-Risk Individuals: A Randomized Controlled Trial. Circulation. 2017 Feb 14;135(7):633-643.
(12) V. L. Veum, J. Laupsa-Borge, O. Eng, E. Rostrup, T. H. Larsen, J. E. Nordrehaug, O. K. Nygard, J. V. Sagen, O. A. Gudbrandsen, S. N. Dankel, G. Mellgren. Visceral adiposity and metabolic syndrome after very high-fat and low-fat isocaloric diets: a randomized controlled trial. American Journal of Clinical Nutrition, 2016.
(13) Babu AS, Veluswamy SK, Arena R, Guazzi M, Lavie CJ. : Virgin coconut oil and its potential cardioprotective effects. Postgrad Med. 2014 Nov;126(7):76-83..
(14) Poonamjot Deol, Jane R. Evans, Joseph Dhahbi, Karthikeyani Chellappa, Diana S. Han, Stephen Spindler, Frances M. Sladek : Soybean Oil Is More Obesogenic and Diabetogenic than Coconut Oil and Fructose in Mouse: Potential Role for the Liver.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4376
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum