Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Quand les symptômes s'aggravent: Désencrassage, effet rebond, crise de guérison?
par Luc Aujourd'hui à 14:44

» Thérapie Gerson
par Luc Aujourd'hui à 11:48

» La lumière LED fatigue et altère la macula
par Luc Aujourd'hui à 10:53

» Histoire drôle en images 2 - Funny clip
par Luc Aujourd'hui à 8:51

» Histoire drôle en images - Funny clip
par Luc Aujourd'hui à 8:30

» MS - SEP bloquée par l'aspirine
par Luc Ven 7 Déc 2018 - 21:01

» On nous enfume !
par Luc Mer 5 Déc 2018 - 23:16

» Nouveau cadeau de la vie
par Mirzoune Dim 2 Déc 2018 - 20:09

» Vitamine D et effets immunitaires sur l'asthme
par Luc Dim 2 Déc 2018 - 19:57

» Vitamine D et Grippe
par Gaffal Sam 1 Déc 2018 - 10:13

» Méthode pour bien s'endormir
par Proserpine Jeu 29 Nov 2018 - 19:15

» Promo -50% sur le produit A-C-E sélénium zinc
par Luc Mer 28 Nov 2018 - 10:44

» Vitamine D pour soigner la grippe
par Luc Mer 28 Nov 2018 - 9:11

» Tisanes aux épices et MCT
par Luc Lun 26 Nov 2018 - 16:58

» Remèdes chinois pour booster son Qi
par Gaffal Ven 23 Nov 2018 - 22:49

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Mirzoune Mer 21 Nov 2018 - 21:01

» Bon anniversaire lazazi fifi
par Mirzoune Mar 20 Nov 2018 - 11:35

» Bon anniversaire Monik
par Flo Lun 19 Nov 2018 - 17:05

» presentation Koponic
par Mirzoune Lun 19 Nov 2018 - 11:08

» Les forces de la terre
par Proserpine Dim 18 Nov 2018 - 18:50

» Comment soigner une blessure et régénérer la peau
par Mirzoune Dim 18 Nov 2018 - 10:10

» Entrez en harmonie avec votre corps et l'univers
par Luc Jeu 15 Nov 2018 - 10:03

» Probiotique et ostéoporose
par Luc Jeu 15 Nov 2018 - 9:14

» Bon anniversaire Lulu
par Mirzoune Dim 11 Nov 2018 - 10:57

» Moteur de recherche autre que Google
par Luc Dim 11 Nov 2018 - 8:55

» La plaque mucoïde une priorité ?
par Flo Sam 10 Nov 2018 - 21:45

» Et si la maladie se cachait dans votre bouche ?
par Flo Sam 10 Nov 2018 - 21:38

» Lavement mode d’emploi
par Luc Sam 10 Nov 2018 - 17:59

» Un très bon anniversaire Luc
par Celine57 Sam 10 Nov 2018 - 9:22

» Inflammation du mésentère
par Luc Jeu 8 Nov 2018 - 15:28

» Je me souviens donc je me trompe
par Luc Jeu 8 Nov 2018 - 13:40

» Gif/Jpeg/Png Différences
par Proserpine Mer 7 Nov 2018 - 12:14

» Ne-m'appelez-plus - Télémarketing
par Proserpine Mer 7 Nov 2018 - 11:33

» Foot en délire
par Luc Mer 7 Nov 2018 - 9:34

» Dauphins en spectacle
par Luc Mer 7 Nov 2018 - 9:27

» Idées pour varier le petit déj
par Luc Mer 7 Nov 2018 - 9:26

» Bon anniversaire Pierrette
par Pierrette Mer 7 Nov 2018 - 8:37

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Luc Mar 6 Nov 2018 - 16:34

» Dites adieu au diabète
par Luc Mar 6 Nov 2018 - 11:31

» Mangue dans les salades
par Luc Jeu 1 Nov 2018 - 13:00

» Jeûne et sport
par Luc Mer 31 Oct 2018 - 17:18

» Chez le Kiné - Massage (Sketch)
par Luc Mer 31 Oct 2018 - 12:12

» Le sucre : Chronique d'un tueur
par Gaffal Lun 29 Oct 2018 - 20:47

» Changement d'heure
par Luc Sam 27 Oct 2018 - 8:28

» Cancer : un traitement simple et non toxique. Extraits
par Luc Ven 26 Oct 2018 - 11:45

» Le corps subtil
par astree Jeu 25 Oct 2018 - 13:50

» Les mémoires épigénétiques
par Flo Jeu 25 Oct 2018 - 10:25

» Le beurre est-il de retour ?
par Luc Mar 23 Oct 2018 - 12:33

» idées pour faire des jus
par Luc Lun 22 Oct 2018 - 20:57

» Microbiote et pathologies auto-immunes
par Gaffal Sam 20 Oct 2018 - 22:35

» Découvrez la qualité de l’eau du robinet de votre commune
par Proserpine Mar 16 Oct 2018 - 12:16

» Propolis verte et cancer
par Mirzoune Mar 16 Oct 2018 - 9:20

» FUT2 sécrétor ou non sécretor ?
par Parsifal Lun 15 Oct 2018 - 14:26

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Sam 13 Oct 2018 - 11:05

» Comment optimiser l'assimilation du fer
par Parsifal Sam 13 Oct 2018 - 10:23

» The Plant Paradox - Dr Gundry
par Parsifal Sam 13 Oct 2018 - 10:17

» Le CBD - Cannabidiol
par Mirzoune Sam 13 Oct 2018 - 9:41

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:52

» Médecine individualisée, épigénétique et nutrigénomique
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:31

» Comment j'alcalinise mon corps
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:19

» Où trouver du calcium ailleurs que dans les laits animaux?
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:14

» Briquettes moelleuses au curcuma SGSC
par Luc Mar 9 Oct 2018 - 11:48

» Joyeux anniv Mezame
par Mezame Dim 7 Oct 2018 - 21:04

» Pasteur/Koch
par Proserpine Dim 7 Oct 2018 - 15:39

» Bon anniversaire Matogato
par Mirzoune Sam 6 Oct 2018 - 10:08

» Bon anniversaire Johnny/Bak
par Mirzoune Jeu 4 Oct 2018 - 19:46

» Les facteurs déclenchants supposés de la fibromyalgie
par sumerien Jeu 4 Oct 2018 - 19:19

» Les oméga-6 oxydés sont coupables – Pas le cholestérol LDL !
par Luc Mer 3 Oct 2018 - 10:34

» Magnésium et taurine pour le cerveau
par Flo Mar 2 Oct 2018 - 11:12

» Présentation de Parsifal
par Mirzoune Mar 2 Oct 2018 - 8:28

» Battage médiatique sur l'huile de coco
par Luc Mar 2 Oct 2018 - 8:19

» ALA: acide alpha-lipoïque et chélation
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:46

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:43

» L'aspirine est pro-métabolique et anti-cancer
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:12

» Renverser l’autisme
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:21

» Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:20

» Kitava (Nouvelle Guinée), l’île où l’acné n’existe pas
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:18

» Bon anniversaire jpwax
par Mirzoune Lun 1 Oct 2018 - 11:43

» Comprendre l’homéopathie
par Proserpine Dim 30 Sep 2018 - 20:03

» De l’huile d’olive à la place des antiacides
par Proserpine Dim 30 Sep 2018 - 15:02

» Le jeûne thérapeutique et ses effets combinés à la chimiothérapie
par Luc Ven 28 Sep 2018 - 10:30

» Bon anniversaire Galaanes
par Mirzoune Ven 28 Sep 2018 - 9:28

» Comment guérir votre métabolisme. Livre
par Luc Ven 28 Sep 2018 - 8:02

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Gaffal Jeu 27 Sep 2018 - 22:45

» Pain SG au thon et au cerfeuil
par Luc Mer 26 Sep 2018 - 7:57

» Bon anniversaire Angely
par Mirzoune Mar 25 Sep 2018 - 12:16

» Bon anniversaire Florence
par Nell74 Lun 24 Sep 2018 - 17:47

» Métaux Lourds : Pollution invisible
par Luc Lun 24 Sep 2018 - 11:19

» Shiitake: Le champignon « coup de fouet »
par Luc Dim 23 Sep 2018 - 15:25

» Bon anniversaire Cateli
par Mirzoune Dim 23 Sep 2018 - 8:57

» Bon anniversaire Bredan
par Mirzoune Dim 23 Sep 2018 - 8:55

» Danse du fou à pattes bleues
par Proserpine Dim 23 Sep 2018 - 8:09

» Histoires drôles et blagues ...
par Mirzoune Jeu 20 Sep 2018 - 9:25

» Cake SG teff sarrasin aux petits raisins
par Luc Mer 19 Sep 2018 - 14:36

» Présentation - Virginie94
par Mirzoune Lun 17 Sep 2018 - 13:21

» Les animaux malades de leurs croquettes
par Proserpine Sam 15 Sep 2018 - 21:36

» Bouillon de poule: Un incontournable!
par Proserpine Sam 15 Sep 2018 - 17:57

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Luc Sam 15 Sep 2018 - 17:57

» Huile de poisson et effet sur la thyroïde
par Luc Ven 14 Sep 2018 - 18:05


Comment guérir votre métabolisme. Livre

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Les super-protéines

Message  Luc le Mer 18 Juil 2018 - 18:13

A suivre: Chapitre VIII
Les Super Protéines: lait - oeuf - foie - poisson blanc - pomme de terre - bouillon de volaille (bone broth) (gélatine).

Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Super protéines dans le lait ?

Message  Luc le Jeu 19 Juil 2018 - 19:35

Chapitre 8 Les Super Protéines

Quand il s'agit de protéines, il y a six protéines en particulier que je qualifierais de super protéines. Les super protéines sont des protéines qui soutiennent un intestin sain, une fonction métabolique élevée, une bonne énergie, un sommeil réparateur et un corps chaud et mince.
Ces six super protéines sont faciles à digérer et ont une valeur nutritive élevée en dehors de leur teneur en protéines.

Quelles sont ces super protéines? Elles comprennent le lait, les œufs, le foie, les crustacés / les poissons blancs, les protéines de pomme de terre et le bouillon d'os / la gélatine (collagène).

Le lait

Boire du lait? Le sujet de consommer du lait semble rester en perpétuelle controverse. Il semble qu'un jour les experts disent que le lait vous fait grossir et vous rende ballonné et gazeux, et le jour suivant, ils disent que boire du lait vous rend mince, sain et fort. Au chapitre 9, je discuterai de « ces vérités » sur le lait dans son intégralité. Cependant, ce que vous devez savoir maintenant, c'est que le lait est une excellente source de protéines. Le lait contient environ 8 grammes de protéines par tasse (240 ml). Un litre de lait (946 ml = one quart of a gallon) contient environ 33 grammes de protéines. Une consommation quotidienne de 3 litres de lait peut répondre aux besoins en protéines de la plupart des gens pour la journée.
Pour beaucoup de gens (y compris moi-même), consommer 3 litres de lait par jour peut être très limitant et ennuyeux. Je recommande habituellement environ quatre portions par jour avec d'autres produits laitiers. Quatre portions de lait fourniront environ le tiers des besoins quotidiens en protéines de la plupart des gens.

En fait, je considère le lait comme un aliment parfait. Le lait est parfaitement équilibré avec les protéines, les graisses et les sucres, et il est rempli de calcium et de nombreuses autres vitamines et minéraux. Le lait, c’est bien plus que des bonnes protéines: il fournit de bonnes graisses et des hydrates de carbone, et il est rempli de nutriments. Ce sont quelques-unes des raisons pour lesquelles j'ai consacré un chapitre entier à la compréhension du lait et des produits laitiers. Pour l'instant, vous devez comprendre que le lait est une excellente source de protéines facilement digérées et facilement absorbées. (Pour plus d'informations sur le lait et les produits laitiers, allez au chapitre 9).

Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Profil des acides aminés du lait

Message  Luc le Jeu 19 Juil 2018 - 19:40


Commentaire NDLR : Il est exact que le profil des acides aminés du lait est très intéressant, notamment au niveau du ratio P/Ca – (1/2.3 est optimal), mais moins en ce qui concerne le soufre et la cystéine. Si vous équilibrez bien avec des ions basiques (Mg et surtout K), vous pourrez contournez le problème d’un excès d’apport d’ions acidifiants (P et S) si vous mangez pas mal de protéines, de céréales et de légumineuses. Toutefois si vos apports de Ca sont > 750 mg et que vous mangez suffisamment de légumes, il est fort peu probable que vous souffriez d’ostéoporose. (Warensjö et al., 2011).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Three 8-ounce servings of 2% cow milk, as recommended by USDA Dietary Guidelines for Americans and Canada's Food Guide, contains 687 mg of phosphorus, which is 98% of the RDA for phosphorus, and 30% above the recommended amount of sulfur amino acids. In combination with phosphorus and sulfur amino acids from additional foods like meat, eggs, potatoes, legumes, and grains which are eaten to meet calorie requirements, recommended milk and dairy product consumption causes calcium imbalances from toxic phosphorus and sulfur levels.
Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ratio Ca/P dans le lait cru, 3.25 % MG pour 100 gr: 113/91.
60K/cal. L3 P3 G5. Score acides aminés: 85 (déficient en lysine)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Luc le Jeu 19 Juil 2018 - 21:07, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Lait et facteur de croissance IGF-1

Message  Luc le Jeu 19 Juil 2018 - 19:46

Lait et IGF-1 (NDLR)
Je ne vais pas refaire le panégyrique des avantages et des inconvénients du lait de vache. Ce n’est pas tant le déséquilibre acido-basique qui me pose problème (tout juste positif), mais le fait que le lait de vache contient des facteurs de croissance  (en particulier IGF-1 = Insulin-like growth). Mais ces facteurs seraient détruits lors du chauffage / pasteurisation et lors de la digestion, en grande partie, selon l’ANSES. (1)

Selon cet excellent article de Nutriting.com (2) l’IGF-1 contenu dans le lait n’est pas susceptible d’augmenter notre taux d’IGF-1 sanguin de manière significative (barrière intestinale). Ce sont surtout les fractions caséine et le lactosérum qui stimulent IGF-1. Mais, comme mis en évidence dans l’article de Julien Venesson, Il est très peu probable que l’IGF-1 contenu dans le lait ait une quelconque influence sur notre taux sanguin d’IGF-1.
En revanche, la richesse en acides aminés du lait (et d’autres aliments) est de nature à favoriser notre synthèse endogène d’IGF-1. Mais là, c’est une question d’équilibre. Par exemple on veillera à que la leucine soit en quantité modérée (synthèse du muscle), et contrebalancé par la glycine. (3-4)
Par conséquent, si vous ne souffrez pas d’une pathologie auto-immune ou d’encrassage, si vous n’avez pas de problème de digestion (intolérance au lactose, le sucre du lait) un verre de lait par jour ne devrait pas poser problème. Si vous aimez ça car nous pouvons très bien nous en passer. Mais je ne prendrais pas 3 portions comme certains nutritionnistes le recommandent (ratio favorable Ca/P). Et c’est le cas aussi si c’est un fromage à pâte mi-molle (type brie ou chaume), ou à pâte dure (type édam ou gruyère): il n’y pas vraiment de problème d’IGF selon certaines sources (5-6)

Et soyez bien conscient que lorsque certains sites internet de qualité vantent la qualité nutritionnelle du lait, c’est du lait cru dont il s’agit, la plupart du temps. Le lait cru n’a plus rien avoir avec le lait pasteurisé et surtout homogénéisé… Mais nous ne mettrons pas tout le monde d’accord sur ce sujet. A vous de voir quels sont les critères que vous allez apprécier avant de prendre votre décision. Un dernier rappel, toutefois : parmi les personnes qui souffrent d’une intolérance au gluten, 50 % de ces personnes seront aussi intolérantes à la caséine (mimétisme moléculaire). La prudence reste donc de rigueur (…)

Sources NDLR :
1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
2. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
3. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
4. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
5. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
6. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
Lien utile :
7. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A suivre:   Œufs bio d’un élevage en pâturage

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Œufs bio d’un élevage en pâturage

Message  Luc le Ven 20 Juil 2018 - 10:04

Œufs bio d’un élevage en pâturage

Tout comme le lait, l'œuf «incroyablement nutritif» a également été l'un des sujets nutritionnels les plus controversés au cours du siècle dernier. Un jour, les œufs sont la protéine parfaite. Le lendemain, la recherche nutritionnelle les compare à la cigarette. Un jour, les jaunes d'œufs sont une source d'énergie nutritionnelle; le jour suivant, les jaunes d'œufs sont la clé de la maladie coronarienne. De nombreux médecins et professionnels de la santé conseillent aux personnes soucieuses de leur santé de réduire leur consommation d'œufs à un par jour en raison de leur teneur en cholestérol. Pourtant, les recherches actuelles indiquent que les œufs ont un effet minime sur la santé et les lipides sanguins. Avec toutes ces opinions contradictoires, il n'est pas étonnant que la personne moyenne ne sache pas quoi faire des œufs!

La vérité sur les œufs
Les œufs sont considérés comme une protéine complète puisqu'ils contiennent tous les acides aminés essentiels. 60% de la protéine se trouve dans le blanc d'œuf, et 40 % de la protéine se trouve dans le jaune d'œuf. Les blancs d'œufs sont des protéines à 100%, tandis que le jaune contient aussi de la graisse et du cholestérol. Les jaunes d'œufs contiennent aussi des caroténoïdes, des vitamines A, E, D et K, du calcium, fer, phosphore, zinc, thiamine, B6, folate, B12, acide pantothénique, choline, potassium, magnésium, cuivre, manganèse et sélénium. Le blanc d'œuf, bien qu'il ne soit pas dépourvu de nutriments, ne contient que du potassium, du magnésium, du sodium et du sélénium. La plupart des nutriments sont situés dans le jaune d'œuf, alors jetez le jaune et vous jetez la plupart des nutriments et presque la moitié de la protéine.

Qu'est-ce que la choline?
La choline est un nutriment hydrosoluble généralement associé aux vitamines B. La choline se trouve dans les aliments riches en cholestérol comme les jaunes d'œufs, le foie et le bœuf. La choline est nécessaire pour la fonction cellulaire, le métabolisme du foie et le transport des nutriments dans tout le corps. Un peu de choline est produite dans le corps, mais davantage de choline est nécessaire pour une fonction optimale du corps, de sorte que nous avons besoin d’un apport via l'alimentation. Selon une étude publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition en 2008, l'augmentation de la consommation de choline a abaissé les marqueurs inflammatoires comme l'homocystéine et la protéine C-réactive. Des niveaux élevés des deux sont liés à la maladie cardiaque, l'arthrite et l'inflammation. En outre, une carence en choline (pas l'ingestion de fructose) est connue pour jouer un rôle dans la maladie du foie gras. Ainsi, manger suffisamment d'aliments avec de la choline est impératif pour une bonne santé.

 NDLR : La choline est un composant de la lécithine (supplément), qui est de la phosphatidylcholine. C’est un précurseur de l’acétylcholine (neurotransmetteur au niveau du cerveau). Le pancréas utilise la choline de la lécithine afin d’optimiser la qualité de la bile (qui ne sert pas qu’à émulsionner les graisses mais aussi à évacuer les toxines dans les selles). Visez 500 mg par jour. (1)

Manger des blancs d'œufs seulement est une pratique tenue par de nombreux participants de fitness et régimeurs. Le but en laissant de côté le jaune est d'éviter de manger la graisse et le cholestérol, et d'éviter les calories inutiles. Pendant des années, je ne mangeais que des blancs d'œufs, jetant le jaune très nutritif pour que je puisse être «en bonne santé». À mon apogée, je consommais probablement près d'une demi-douzaine de blancs d'œufs par jour. Je ne savais pas que le régime à base de blanc d'œuf était tout sauf sain. (2)

Les blancs d'œufs sont riches en acides aminés inflammatoires, le tryptophane, la cystéine et la méthionine. Consommer les blancs seuls peut éventuellement conduire à des troubles digestifs, une inflammation et un ralentissement du métabolisme. (2) L'œuf entier offre un meilleur équilibre entre les acides aminés et bien plus de nutriments.

Les jaunes d’œufs ne sont-ils pas riches en cholestérol ?
Oui, les jaunes d'œufs sont un aliment riche en cholestérol. Un œuf contient près de 200 mg de cholestérol, ce qui représente 65% de la dose journalière recommandée (AJR). Il y a des années, les Américains, y compris moi-même, ont été amenés à croire que manger des œufs, en raison de leur taux élevé de cholestérol, constituait une voie rapide vers les maladies cardiaques.

Mais de nouvelles recherches montrent une histoire différente.

Une étude récente dans Nutrients Journal a suivi 73 étudiants pendant 14 semaines. La moitié des étudiants ont reçu un petit-déjeuner riche en cholestérol, y compris deux œufs (400 mg de cholestérol supplémentaire), tandis que l'autre moitié a reçu un petit-déjeuner sans cholestérol. À tous les points de mesure, les lipides sanguins étaient égaux dans les deux groupes, ce qui indique que 400 mg supplémentaires de cholestérol n'affecte pas les lipides sanguins.

L'étude Framingham sur une durée de 65 ans a étudié la maladie coronarienne depuis 1949. Dans une revue basée sur 912 sujets, l'étude a conclu que la consommation d'œufs n'avait aucune corrélation avec le taux de cholestérol ou l'incidence des maladies coronariennes.
(…)
La recherche actuelle nous dit que le cholestérol total est un pauvre prédicteur de la maladie cardiaque. Le plus important est le rapport entre les lipoprotéines de basse densité (LDL) et les lipoprotéines de haute densité (HDL), et la taille réelle de la particule de LDL. Le cholestérol LDL n'est pas mauvais; vous en avez besoin pour amener le cholestérol dans les cellules. Rappelez-vous: le cholestérol est nécessaire pour construire et maintenir les membranes cellulaires, le transport intracellulaire, la vitamine D et la synthèse hormonale. Cependant, les LDL de faible densité sont plus sujets à l'oxydation que les particules de LDL plus grosses et plus flottantes. La consommation d'œufs entiers améliore le profil lipidique en augmentant les grosses particules de LDL et les particules de HDL. Bien que les œufs puissent augmenter le nombre de cholestérol total, ce type d'augmentation améliorera votre profil lipidique et diminuera votre risque de maladie cardiaque.

Maintenant, avant de sortir et de commencer à manger une douzaine d'œufs tous les jours, rappelez-vous que les Américains aiment faire tout en excès. Parlons de la qualité de vos œufs.

Tous les œufs ne sont pas créer égaux.
Comme pour la viande et le lait, la qualité de l'œuf dépend beaucoup du régime alimentaire du poulet qui a pondu l'œuf. Un poulet enfermé dans une cage, ne voyant jamais la lumière du jour et nourri avec un régime de maïs génétiquement modifié (OGM) et de soja produira un œuf bien différent de celui d'un poulet élevé au pâturage et laissé errer librement à la lumière du soleil et nourri avec un régime de vers, d’insectes et d'herbe.

Dans une étude réalisée en 2008, le Dr Niva Shapira a montré comment le régime alimentaire des poules pondeuses pouvait modifier la qualité nutritionnelle des œufs. Elle a nourri un groupe de poules avec un régime riche en graisses polyinsaturées oméga-6 (maïs et soja), tandis que l'autre groupe de poules a reçu un régime pauvre en graisses oméga-6 et en antioxydants supplémentaires. Dr Shapira a continué en montrant comment manger « deux œufs de soja à haute teneur en maïs », par jour, a élevé le cholestérol LDL oxydé (mauvais) de 40 % chez les individus sains et normaux. Les personnes qui ont mangé deux œufs à faible teneur en oméga-6 par jour présentaient des taux normaux de cholestérol LDL oxydé. *

L'étude du Dr Shapira est un excellent exemple de la façon dont les œufs provenant de régimes différents peuvent affecter différemment le corps d'une personne.

* NDLR : Les œufs pauvres en caroténoïdes et en vitamine E augmentent l’apport de cholestérol LDL oxydé (oxystérols), lorsque la durée de conservation augmente et lors de  la cuisson (dépendant du type de cuisson). (3-4).

Voici une liste du meilleur type au plus mauvais type d’œuf
0. Œuf bio pâturage, sans apport de maïs ni soja
1. œuf pâturage (plein air)
2. œuf élevage au sol (hangar)
3. œuf élevage en cage (pour boulangerie et alimentation industrielle).

Observez le marquage sur l’œuf : 0 = bio ; 1 = en liberté (pâturage).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Personnellement (Kate Keering), je trouve que consommer deux œufs au pâturage chaque jour fonctionne bien pour moi. Je fais pocher ou faire frire mes œufs dans l'huile de coco et je m'assure que je les ai avec une tasse de jus d'orange et une tasse de fruit (240 ml). Comme les œufs sont de puissants stimulants de l'insuline, il est essentiel de manger suffisamment de bons sucres (fruits et OJ) avec les œufs pour maintenir un équilibre glycémique.

À mon avis, les œufs d'élevage conventionnels sont un aliment entièrement différent des œufs organiques issu de pâturage. C'est une grande raison pour laquelle l'information nutritionnelle est si confuse. Les informations nutritionnelles qui nous sont données ne clarifient jamais le type d'œuf, de lait, de viande, etc. Tout ce que nous entendons, c'est que quelque chose est bon ou mauvais pour nous. Malheureusement, la recherche sur les avantages des œufs biologiques est très coûteuse et les agriculteurs locaux n’ont tout simplement pas l'argent pour la financer. Seuls les géants de Big Food pourraient se permettre une telle étude, mais sans rien pour eux en retour, je doute que cela puisse se faire.

Infos utiles sur les œufs :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Sources additionnelles NDLR (perso) :
1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
2. L'avidine, présente dans le blanc d'œuf cru, peut désactiver la biotine (B8) dans les aliments.
L’avidine se lie à la biotine dans vos intestins et empêche votre corps de l'assimiler. Mais il y a suffisamment de B8 dans un œuf complet (avec le jaune donc) pour que cela ne pose pas un problème. L’avidine est thermosensible : La cuisson neutralise la capacité de liaison.
3. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
4. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


A suivre: Foie d’un animal nourri en pâturage
Le foie est un des aliments les plus complets de la planète ...


Dernière édition par Luc le Sam 21 Juil 2018 - 9:25, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Foie et nutriments utiles

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 9:00

Foie d’un animal nourri en pâturage

Le foie est un des aliments les plus complets de la planète (…).

Non seulement le foie vous donne 25 grammes de protéines dans une portion de 4 onces (112 gr), mais le foie vous fournit des vitamines D, E, K, folates, thiamine, B6, riboflavine, acide niacine pantothénique, choline et de grandes quantités de vitamines A et B12. En outre, le foie est rempli de minéraux: calcium, fer, magnésium, sélénium, cuivre, zinc et phosphore. Pour vraiment comprendre la valeur nutritive élevée du foie, il faut 5 livres de fruits (2.25 kg) pour égaler la même quantité de contenu nutritionnel dans seulement 4 onces de foie. Once pour once (une once = 28 gr), aucun autre aliment ne vous fournit autant de nutriments.
(…)

Est-ce que manger du foie est toxique?
Beaucoup de gens avance l'hypothèse que manger du foie doit être toxique car il est en charge de la désintoxication de l'animal, et est donc rempli de substances toxiques. Oui, le foie est l'organe détoxifiant principal, mais il ne stocke pas de toxines; le foie neutralise les toxines. On trouve de petites quantités de métaux lourds dans le foie, mais ces quantités sont beaucoup trop petites pour être significatives. La plupart des toxines sont stockées dans les tissus adipeux, pas dans le foie. Le foie est un organe de stockage des vitamines et des minéraux; C'est pourquoi il est si nutritif à consommer.

Combien de foie devriez-vous manger?
Malgré son contenu nutritionnel élevé, le foie ne doit être consommé qu'une fois par semaine environ. Par exemple, une portion de 3 à 6 onces (85 – 170 gr) est recommandée tous les sept à dix jours. Le foie est riche en acide tryptophane, donc en manger trop peut inhiber la fonction thyroïdienne et augmenter l'inflammation. Le foie est servi le mieux lorsqu’il est cuit dans l'huile de noix de coco ou de ghee, et consommé avec un légume ou un fruit cuit.
NDLR : Je consomme du foie de morue, légèrement fumé (conserve impérial) une fois par semaine (en 2 prises), avec une cracotte « Pain des Fleurs ».

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Foie de poulet et de boeuf: composition

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 9:05

Composition et comparaison entre le foie de poulet, le foie boeuf et la viande rouge
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Poisson gras ou poisson blanc ?

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 10:44

Fruits de mer et poisson blanc
Les fruits de mer, y compris les moules, les palourdes, les huîtres, le crabe, le homard, les crevettes et les pétoncles, sont tous de bonnes sources de protéines. Les crustacés contiennent des vitamines A, C, D et E, ainsi que des vitamines B. Les coquillages sont une source exceptionnelle de vitamine B12, nécessaire à tous les processus métaboliques du corps. En outre, les coquillages sont de bonnes sources de zinc, de cuivre, de sélénium, de fer, de magnésium, de sodium et de manganèse.

Qu'est-ce que le sélénium?
Le sélénium est un minéral important dans l'activation de la thyroïde. Le sélénium soutient une production adéquate d'hormones thyroïdiennes et protège la glande contre l'exposition excessive à l'iode. Le sélénium est également nécessaire pour convertir l'hormone thyroïdienne T4 inactive en T3 active. Une carence en sélénium peut mener au métabolisme paresseux. Les meilleures sources de sélénium sont les viandes issues d'organes, comme le foie, les crustacés, les produits laitiers et les œufs.

Les mollusques sont-ils sûrs à manger?
Beaucoup de gens sont préoccupés par la salubrité des mollusques, surtout en raison de la pollution continue de nos eaux océaniques. Selon les Centers for Disease Control, vous avez 10 fois plus de risques de tomber malade que de manger du poisson ou des crustacés. Pourtant, la maladie d'origine alimentaire la plus commune est la consommation de crustacés crus. Par conséquent, la sécurité ne devrait pas être un problème tant que vous cuisinez vos coquillages.
Selon la FDA, les coquillages sont pauvres en mercure et pourraient être consommés jusqu'à 12 onces par semaine. Je recommande de manger des coquillages une ou deux fois par semaine, selon les préférences. Faites cuire vos coquillages dans du beurre et mangez avec un légume ou un fruit bien cuit.

En ce qui concerne les poissons, je recommande les poissons faibles en gras comme le tilapia, la morue, la sole et le poisson blanc. Ces poissons sont riches en protéines, vitamines B et sélénium minéral. Les poissons à faible teneur en gras sont préférés aux poissons gras comme le saumon, le maquereau, le hareng et le thon germon parce qu'ils contiennent moins de gras polyinsaturés.

Je pensais que le saumon était bon pour moi?
Le saumon est un poisson d'eau froide qui contient de grandes quantités d'acides gras oméga-3, qui sont des acides gras polyinsaturés (AGPI). L'EPA à longue chaîne (acide eicosapentanéoïque) et le DHA (acide docosahexanoïque) constituent les oméga-3 présents dans le saumon. Bien que la plupart des professionnels de la santé vantent le saumon et les acides gras oméga-3 comme étant favorables à une bonne santé, en réalité, ces graisses ont un effet hypotenseur. Souvenez-vous du chapitre 3, les AGPI, y compris les oméga-3 (EPA et DHA), peuvent provoquer une immunosuppression, augmenter la pigmentation liée à l'âge, tuer les globules blancs, ralentir le métabolisme et inhiber les enzymes protéolytiques nécessaires au bon fonctionnement métabolique.

Même la FDA avait des préoccupations au sujet des huiles de poisson
(…) => Maxi 3g/jr pour les huiles de poisson. (Menhaden oil final rule; 62 FR 30751; June 5, 1997)
NDLR: Attention, à la provenance (facilement oxydée si pas protégé par Vit E et surtout zéaxanthine).

Maintenant, cela ne signifie pas que vous ne pouvez jamais manger du saumon. Si vous aimez le saumon, vous devriez en manger, juste une ou deux fois par mois contre la fréquence recommandée, une à deux fois par semaine. Faire frire du saumon dans du beurre ou de l'huile de coco est le moyen le plus sûr de faire cuire le poisson. Poché et cuit à la vapeur demande un temps de cuisson plus long, permettant à plus d'AGPI de se décomposer, produisant la toxine acroléine (cancérogène connu) et d'autres radicaux libres. Rappelez-vous: tous les PUFA sont instables, et leur chauffage produit de l'oxydation et des radicaux libres; les oméga-3 trouvés dans le saumon ne font pas exception / ne sont pas acceptés pour autant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Protéines du jus de pomme de terre - Potato juice

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 10:49

Protéines de pomme de terre
La plupart des gens ne réalisent pas que les pommes de terre sont une bonne source de protéines de qualité. La valeur très élevée de la "protéine de la pomme de terre" est meilleure que celle du jaune d'œuf, car il y a en plus de la protéine réelle qui agit comme protéine: les acides cétoniques. Les acides cétoniques de la pomme de terre sont l'équivalent des acides aminés essentiels. Dans le corps, l'ammoniaque est ajoutée aux acides cétoniques, les transformant en acides aminés.

Selon le chercheur en nutrition Ray Peat, PhD, « Deux livres de purée de pommes de terre bien cuites ont une valeur semblable aux protéines d’un litre de lait, environ 33 grammes de protéines. Une personne pourrait vivre longtemps avec deux ou trois litres de lait ou quatre à six livres de pommes de terre par jour. Le buveur de lait aurait éventuellement besoin de se complémenter en fer, les mangeurs de pommes de terre auraient besoin de se complémenter en vitamine A, éventuellement B12, mais les deux sont des aliments presque parfaits. »

La pomme de terre blanche bien cuite contient également de nombreuses vitamines et minéraux, y compris les vitamines C, D et K, folates, niacine, acide pantothénique, B6, choline, calcium, potassium, magnésium, phosphore, cuivre, manganèse, fer et zinc. La pomme de terre manque de vitamines adéquates pour les vitamines A et B12.

Je ne recommanderais jamais de consommer 4-6 livres de pommes de terre par jour pour ses protéines et rien d'autre, surtout quand d'autres aliments comme le lait, les œufs, le foie et la gélatine sont disponibles. Cependant, pour une personne qui est dans un état métabolique très compromis (diabétique, cancer, VIH, cœliaque, colite) ou végétalienne, un jus de pomme de terre concentré serait un aliment bénéfique. Une étude de 2008 dans Food Chemistry Journal a rapporté des protéines de pomme de terre ayant des effets antioxydants et hypotenseurs. Faire un jus avec la pomme de terre supprime tout l'amidon, laissant principalement des protéines. La protéine de pomme de terre est facile à digérer et à absorber. Les végétariens, les végétaliens et toute personne ayant un métabolisme compromis bénéficieraient de l'utilisation de protéines de pomme de terre.

Si le métabolisme est gravement endommagé, les pommes de terre blanches comme la pomme de terre rousse (Burbank) ou même une patate douce «jaune» sont les meilleures. Les patates douces ou ignames peuvent être plus difficiles à digérer en raison de leur teneur élevée en carotène.

Comment faire un jus de pomme de terre
Utilisez un « juicer » de qualité (une centrifugeuse est mieux) pour presser le jus de 2 livres de pommes de terre blanches. Laisser le mélange reposer, de sorte que l'amidon puisse se séparer du jus. Versez le jus (laissez les sédiments amylacés) dans une poêle à frire avec un peu de beurre et brouillez-le comme un œuf. Boire le jus cru est une option, mais le goût est moins que souhaitable. La cuisson du jus avec du beurre et du sel et du poivre lui donnera un goût de purée de pommes de terre. Deux livres de pommes de terre sont égales à environ 33 grammes de protéines.


Lien intéressant (NDLR):
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Bouillon d'os fait maison: Pour chouchouter votre métabolisme

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 15:51

La gélatine et le bouillon d’os (bone broth)

 Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on vous avait donné une soupe au poulet faite à partir de bouillon d'os lorsque vous étiez malade? Quelques tasses de soupe faite maison vous ont fait magiquement vous sentir mieux. Beaucoup diraient que c'est l'amour qui a servi à faire la soupe / le bouillon qui vous a fait vous sentir mieux, et c'est peut-être vrai, mais les bouillons d'os et la soupe ont été utilisés comme nourriture médicinale pendant des siècles. En fait, de nombreuses cultures traditionnelles, comme les chinois, français, japonais, africains et italiens, ont utilisé des bouillons pour traiter non seulement le rhume mais les problèmes gastro-intestinaux, les douleurs articulaires, la dépression, la constipation, le soutien du foie et contre le vieillissement, ainsi que l'amélioration de la santé des cheveux, de la peau, des ongles et des os.

Dans le monde achalandé d'aujourd'hui, fabriquer un bouillon d'os semble beaucoup trop long et fastidieux (bien que ce ne soit pas le cas). Au lieu de cela, les Américains mangent uniquement de la viande musculaire (poitrine de poulet, steak, filet de poisson) et jettent tous les os et autres tissus conjonctifs (tendons, peau, cartilage). Les Américains semblent avoir oublié, ou n'ont jamais appris, qu’il il n'y a pas que de la viande dans un animal. Le tissu conjonctif cuit produit un aliment gélatineux, rempli de nutriments, contenant des protéines à effet de remède / guérison (collagène / gélatine) et des minéraux essentiels.

Qu’est-ce que le bouillon d’os ?
Le bouillon d'os est produit à partir de la cuisson du tissu conjonctif d'un animal dans de l'eau, du vinaigre, des légumes et du sel pendant 12 à 72 heures. Le tissu conjonctif comprend les os (articulation, moelle, queue de bœuf, pieds, carcasses de poulet ou de poisson), la peau, le cartilage, les tendons et les ligaments d'un animal. Les os et le tissu conjonctif des vaches, des bisons, des cochons, des poissons et des poulets peuvent tous être utilisés. Personnellement, je recommande d'utiliser des os de bœuf nourris à l'herbe / au pâturage (jointures, pieds, queue de bœuf). Les animaux issus de pâturage produiront des os et des articulations plus solides, produisant un bouillon abondant au niveau de la gélatine et des minéraux qui renforcent les os, en particulier le calcium. Les os des animaux nourris à l'herbe produisent également un bouillon qui contient [un rapport] plus [favorable] de gras saturés vis-à-vis des polyinsaturés. Rappelez-vous: les gras saturés sont plus sûrs et moins dommageables que les gras polyinsaturés. J’écrème la graisse, après réfrigération, pour éviter complètement la graisse.

Le bouillon d'os obtient sa protéine du collagène (le cadre extracellulaire du corps) dans le tissu conjonctif. Le collagène est situé dans la peau, les tendons, les ligaments et les os, et permet plus de flexibilité. Sans collagène, les os seraient très fragiles. Le collagène constitue 25 à 35% de la protéine dans le corps humain et constitue la principale protéine structurelle de tout le tissu conjonctif. Lorsque les os sont cuits, le collagène, les minéraux, la glucosamine et les glycosaminoglycanes (GAG) sont extraits du tissu conjonctif dans l'eau. Le collagène cuit extrait, appelé gélatine, rend le bouillon d'os gélatineux (comme une gelée).

Pourquoi la gélatine est-elle si importante ?
La super protéine gélatine a été étudiée pendant des siècles en raison de ses propriétés curatives. En 1937, le chercheur américain Francis Pottenger, MD, a déterminé que le secret des propriétés curatives de la gélatine était sa capacité à attirer et retenir les liquides (hydrophiles). La gélatine attirerait les sucs digestifs dans les aliments, ce qui aiderait à mieux décomposer la nourriture. Dans son livre Gelatin in Nutrition and Medicine, Nathan Ralph Gotthoffer a démontré comment la prise de gélatine avec du blé, de l'avoine, de la viande et des produits laitiers améliorait la digestion de ces aliments. Des aliments mieux digérés signifient que le corps recevra plus de nutriments dont il a besoin pour guérir et réparer.

L'utilisation de la gélatine a été liée à:
• Meilleure digestion.
• Diminution de l'inflammation des articulations.
• Meilleur sommeil.
• Sensibilité accrue à l'insuline.
• Augmentation des sucs gastriques dans l'estomac.
• Économie musculaire.
• Guérison de la muqueuse intestinale et protection de l'estomac contre les ulcères.
• Allergies améliorées.
• Aider à stabiliser les niveaux de glucose dans le sang.
• Amélioration de la mémoire.
• Amélioration de la cicatrisation des plaies.
• Détoxification du foie améliorée.
• Amélioration de la santé de la peau, des cheveux et des ongles.
• Aider avec l'arthrite.
• Aider avec le diabète.


Une raison pour laquelle la gélatine est un tel aliment de guérison est son manque d'acides aminés inflammatoires qui sont présents dans les autres protéines (viande, œufs, produits laitiers et soja). La gélatine est dépourvue de l'acide aminé inflammatoire tryptophane. La gélatine contient également très peu de cystéine, de méthionine et d'histidine. Dans le dernier chapitre, j'ai expliqué comment tous ces quatre acides aminés, en excès, peuvent produire des conditions anti-métaboliques et inflammatoires dans le corps. La plupart des personnes en bonne santé, au moins pendant un certain temps, peuvent gérer un régime riche en acides aminés inflammatoires (un régime riche en viande). Cependant, un régime riche en viande pour une personne en état hypo-métabolique pourrait entraîner une liste de problèmes inflammatoires, comme une mauvaise digestion, des douleurs articulaires, une perte musculaire, des allergies, un mauvais sommeil, de la fatigue, des problèmes de désintoxication, des maux de tête, etc. Une personne avec un métabolisme léthargique bénéficierait d'un régime pauvre en viande musculaire et riche en bouillon d'os et en gélatine.

L’histoire de Lucy
Suzie vivait avec un régime riche en protéines et en viande. Son énergie était dans les « toilettes » et sa vie bien remplie (busy life) commençait à l'épuiser. Suzie était une maman carrierwoman qui n'avait pas le temps d'être fatiguée. Elle faisait de l’exercice physique quotidiennement et pour garder son poids «en échec», elle consommait une alimentation faible en glucides et riche en protéines (viande). En fait, Suzie mangeait de la viande à presque tous les repas: des œufs et du bacon pour le petit déjeuner, de la salade de poulet pour le déjeuner, et un steak pour le dîner. En plus de sa fatigue, Suzie souffrait aussi de douleurs articulaires, de maux de dos, de mauvaise digestion, de problèmes de sommeil, d'allergies, d'oubli, etc.

Après certains changements de mode de vie qui ont permis à Suzie de ralentir les choses, Suzie a commencé à passer d'un régime très riche en protéines (près de 60% de protéines) à un régime plus équilibré (environ 30% de protéines
).

Chaque semaine, Suzie réduisait sa consommation de viande. Initialement, au lieu de manger de la viande trois fois par jour, elle l'a baissé tomber deux fois par jour. Elle a remplacé la viande avec quelques tasses de bouillon d'os, de l’huile de noix de coco, du parmesan et un fruit. De plus, pour chaque repas où elle consommait de la viande, elle buvait 1 tasse de bouillon d'os. Le profil d'acides aminés du bouillon d'os rend le repas de viande bien plus équilibré.

Lentement, au cours des quatre mois suivants, Suzie a réduit sa consommation de viande, de trois fois par jour à trois fois par semaine. Elle a remplacé ses sources de protéines par des produits laitiers entiers (plus faciles à digérer que les laitages faibles en gras), du fromage, des pommes de terre, des œufs, du bouillon et de la gélatine hydrolysée (gélatine en poudre). En outre, Suzie a mieux équilibré ses repas avec des bons glucides (fruits, JO, légumes racines) et des bonnes graisses (huile de noix de coco, beurre).

Qu'est-il arrivé?
Au début, l'état des intestins de Suzie s'est amélioré, car le régime à haute teneur en viande semblait l'irriter. La viande est difficile à digérer et, dans un état métabolique compromis, elle entraîne des problèmes de ballonnements, de gaz et de digestion. Le bouillon et la gélatine peuvent aider les aliments à être mieux digérés en raison des propriétés hydrophiles (qui aiment l'eau). Essentiellement la gélatine attire les sucs digestifs à la nourriture. La gélatine augmente également les sucs gastriques, tout en tapissant la muqueuse gastrique. Au fur et à mesure que son intestin guérissait, les douleurs articulaires et lombaires de Suzie se résorbaient (aucun chiropraticien n'était nécessaire), ses allergies et son sommeil s'amélioraient et, surtout, l'énergie de Suzie revenait. Cela fait deux ans que Suzie a changé son régime alimentaire, et elle continue à consommer du bouillon d'os tous les jours. Suzie se réfère à son bouillon d'os comme le « Magic Juice ». Magique en effet
!

La gélatine est riche en glycine
Dépourvue d'acides aminés pro-inflammatoires, la gélatine est riche en acides aminés anti-inflammatoires, l'alanine, l'hydroxyproline, la proline et surtout la glycine. La glycine est le plus simple de tous les acides aminés. La glycine est utilisée pour la synthèse de l'hème, la partie du sang qui transporte l'oxygène. La glycine est utilisée pour synthétiser la créatine, ce qui aide à fournir de l'énergie au cœur et aux cellules musculaires. La glycine aide à synthétiser les sels biliaires et les purines et les acides nucléiques, qui sont les éléments constitutifs de l'ARN et de l'ADN. En outre, la glycine est nécessaire à la désintoxication. La glycine est l'un des trois acides aminés qui composent le glutathion, l'une des principales enzymes détoxifiantes.

En raison de toutes ses fonctions, une consommation accrue de glycine a montré des améliorations dans la réparation des tissus en améliorant l'énergie et l'oxygène pour les cellules. IL a été démontré que la glycine accélère la récupération du foie dans une faiblesse hépatique induite par l'alcool. La glycine améliore la sécrétion d'acide gastrique dans l'estomac, améliorant la digestion et les ulcères d'estomac. La glycine s'est révélée prometteuse dans la prévention de la croissance des tumeurs cancéreuses. La glycine peut être comparée à un neurotransmetteur "inhibiteur" car elle possède des propriétés anti-stress. L'augmentation de la consommation de glycine s'est avérée améliorer le sommeil, la mémoire et l'apprentissage.

Je recommande d'utiliser 8 onces de bouillon d'os (224 ml), du sel, et 1/2 tasse de fruits (120 ml) ou 6 onces de jus d'orange (168 ml), une pincée de sel et 1 cuillère à soupe de gélatine hydrolysée (gélatine en poudre) comme aide au sommeil naturel. La glycine ajoutée, dans un corps stressé, calme le système et permet un sommeil plus profond. Je ne recommande jamais de prendre la glycine par elle-même pour obtenir ses avantages. Je pense que les acides aminés fonctionnent mieux dans leur source de nourriture naturelle. Ainsi, boire du bouillon et / ou ajouter de la gélatine en poudre à votre nourriture ou boisson est le meilleur moyen d'ajouter plus de glycine à votre alimentation.

Qu’en est-il de la gélatine en poudre (collagène) ?
La gélatine en poudre est de la gélatine qui a été séchée et transformée en poudre. Ce type de gélatine est utilisé pour faire du Jell-O (dessert de gélatine colorée), des crèmes anglaises, des mousses, de la crème glacée, des bonbons gélifiés, des soupes et des sauces. La plupart des gélatines en poudre sont composées uniquement de peaux ou de dermes d'animaux. Pour cette raison, la gélatine en poudre ne contient pas les minéraux, la glucosamine et les glycosaminoglycanes (GAG) présents dans les bouillons-maison.

Cependant, la gélatine en poudre contient toujours le même profil d'acides aminés que la gélatine que vous obtenez du bouillon, c'est donc toujours une protéine bénéfique. La gélatine en poudre présente certains avantages: La gélatine peut être ajoutée aux smoothies, aux soupes, aux sauces et aux boissons d'entraînement pour augmenter l'apport en protéines, elle est facile à transporter et ne demande aucun effort.

Types de gélatine en poudre
1. Gélatine bovine (de bœuf). La gélatine bovine provient de la peau des vaches nourries à l'herbe. Elle peut être utilisée pour ajouter de l'épaisseur et de l'onctuosité à des préparations. Utilisez cette gélatine pour faire des bonbons gélifiés, des guimauves, de la crème glacée, des crèmes, des soupes, des sauces et des mousses. La gélatine bovine doit être fondue dans l'eau chaude pour s’épaissir correctement. N'utilisez pas cette gélatine dans des boissons froides ou des smoothies, car elle ne se dissoudra pas.

2. Gélatine porcine (cochon). La gélatine porcine provient de la peau des porcs. Il comporte les mêmes propriétés que la gélatine bovine. Il est préférable de la dissoudre dans de l'eau chaude avant de l'utiliser.

3. Gélatine hydrolysée. La gélatine hydrolysée a été traitée de manière à pouvoir se dissoudre dans l'eau froide. La gélatine hydrolysée fonctionne mieux dans les smoothies, les boissons d'entraînement et le café (sauf si vous voulez du café très épais). La gélatine hydrolysée ne s'épaissira pas, même lorsqu'elle est ajoutée à des liquides chauds.

4. Ma préférence personnelle pour la gélatine nourrie à l'herbe est celle de Great Lakes Gélatine ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Bouillon d'os: une bonne source de minéraux
Le bouillon fait maison fournit non seulement les effets curatifs de la gélatine et de la glycine, mais il fournit également beaucoup de minéraux essentiels. Les os et le tissu conjonctif sont remplis de calcium, de phosphore, de magnésium, de potassium, de sodium et de soufre. Lorsque les os sont cuits pendant des heures dans l'eau chaude, le vinaigre et le sel, les os se décomposent et les minéraux qui composent les os sont transférés dans le bouillon.

Qu’est-ce que le calcium ?
99 % du calcium est stocké dans le squelette (les os sont appelés la banque du calcium). L'autre 1% est situé dans les tissus mous et le sang. Chaque jour, il y a un transfert de calcium entre les os, les cellules et le sang. Ainsi, puisque nous ne faisons pas notre propre calcium dans le corps, un apport constant de calcium alimentaire est nécessaire. Sans apport approprié, le corps va tirer le calcium de notre banque de calcium (os) et l'utiliser pour la fonction cellulaire. C'est une grande raison pour laquelle nous devons ingérer un niveau adéquat de calcium chaque jour.

Le calcium est nécessaire pour la structure des os et des dents, la coagulation du sang, la fonction nerveuse et cellulaire, la contraction musculaire, la régulation du rythme cardiaque et l'abaissement de la pression artérielle par régulation via l'hormone parathyroïdienne (PTH). Le bouillon d'os, avec les produits laitiers, sont vos meilleures sources de calcium.

Ces minéraux essentiels peuvent aider dans le cas de crampes musculaires et assister la relaxation. Le calcium, le magnésium, le sodium et le potassium sont tous des électrolytes nécessaires au bon fonctionnement des cellules. Un bon bouillon chaud pourrait être utilisé comme une boisson après entraînement un jour d'hiver froid en raison de sa teneur en minéraux. Ajouter un peu de sel, de l'huile de noix de coco et accompagné d’une tasse de jus d'orange, cela peut faire un excellent repas post-entraînement pour aider à détendre les muscles et permettre au corps de récupérer.

Enfin, le bouillon d'os contient des glycosaminoglycanes (GAG) et de la glucosamine. Les deux sont utilisés dans la structure du cartilage articulaire et la lubrification des articulations. Ils nourrissent le joint qui sert d’amortisseur.

Glycosaminoglycanes (GAG)
Les GAG sont un composant majeur du cartilage articulaire. Les GAG se trouvent dans le bouillon d'os et agissent comme un agent gélifiant supplémentaire. Il y a trois GAG dans le bouillon: le sulfate de kératine, l'acide hyaluronique et le sulfate de chondroïtine. Le sulfate de chondroïtine est le plus étudié et le plus noté des GAG. La plupart d'entre vous ont entendu parler de la chondroïtine. La chondroïtine et la glucosamine sont les suppléments non vitaminiques / minéraux les plus vendus.

Le sulfate de chondroïtine est un composé structural important trouvé dans le cartilage qui fournit / subit la compression dans l'articulation. Certaines études ont montré que l'ajout de chondroïtine dans l'alimentation peut améliorer l'arthrite et les douleurs articulaires.

Glucosamine
La glucosamine est un sucre aminé utilisé comme précurseur pour synthétiser les glycosaminoglycanes. La glucosamine se trouve dans les coquillages, les os d'animaux et la moelle osseuse. Des recherches approfondies ont été effectuées à la fois sur le sulfate de chondroïtine et la glucosamine dans leurs effets sur la réparation des articulations et les personnes atteintes d'arthrite. Selon le plus grand essai clinique sur la glucosamine et la chondroïtine, l'essai d'intervention contre l'arthrite à la glucosamine / chondroïtine (GAIT), 79 pour cent des personnes souffrant de douleurs articulaires modérées à sévères présentaient un soulagement significatif de la douleur avec un supplément glucosamine-chondroïtine.

Pourtant, bien que la glucosamine avec la chondroïtine soit le supplément non-vitaminé / minéral le plus consommé, ne serait-il pas plus logique de consommer du bouillon d'os et de bénéficier ainsi des protéines gélatine, du calcium, magnésium, potassium, sodium et soufre? Je le pense.

Comment faites-vous un bouillon d'os?
Bien que faire du bouillon semble une tâche ardue pour certains, en vérité c'est assez facile. Ajouter les os, l'eau, le vinaigre et le sel dans une casserole d'eau et laisser mijoter pendant 12 à 72 heures. Ajouter des légumes supplémentaires au cours des trois à quatre dernières heures.

Les clés d'un bon bouillon sont les suivantes:
• Toujours rôtir les os avant de les ajouter à l'eau. Cela permettra aux os de mieux se décomposer.
• L'ajout de vinaigre, de jus de citron et / ou de jus d'orange facilitera la décomposition des os.
• Ajoutez seulement assez d'eau pour couvrir les os. Trop d'eau ne permettra pas au bouillon de gélifier.
• Plus longtemps vous laissez mijoter votre bouillon, plus il devient nutritif. Les bouillons de poisson et de poulet peuvent être cuits en 8 à 12 heures, tandis que les gros os de bœuf peuvent prendre de 24 à 72 heures.



Une recette complète de bouillon peut être trouvée au chapitre 20.

Juste pour que vous sachiez que le bouillon d'os acheté en magasin est loin de la version maison. Du MSG (Mono-Sodium Glutamate) et d'autres additifs sont utilisés dans les bouillons achetés en magasin pour leur donner un goût soutenu. Même les variétés bi0 n'utilisent pas d'os pour préparer les bouillons. La plupart sont faits avec des peaux seulement, donc les minéraux, les GAG et la glucosamine manquent.

Comment utiliser le bouillon d’os
Toutes les personnes peuvent bénéficier du bouillon d'os. Pour une personne en bonne santé, 1-2 tasses par jour peuvent aider à garder l'intestin, le foie et les articulations sains et en forme. Pour une personne en état hypo-métabolique (température corporelle basse, fatigue, prise de poids abdominal, problèmes de sommeil, problèmes hormonaux, pouls faible, dépression, etc.), 3-4 tasses ou plus de bouillon d'os peuvent être consommées quotidiennement (750 ml à 1 litre).

Buvez du bouillon comme un repas avec de la graisse et des glucides ajoutés. Du bouillon avec de l'huile de noix de coco, suivi de parmesan et d’une purée de pommes de terre fait un repas copieux et sain. Le bouillon peut être siroté pendant la journée ou en soirée comme aide pour trouver le sommeil. Toujours ajouter du bouillon à un repas qui comprend de la viande musculaire pour équilibrer les acides aminés pro-inflammatoires.

Rappelez-vous, si vous n'avez plus de bouillon ou si vous ne voulez pas le faire, l'utilisation de gélatine en poudre peut être une bonne alternative. La gélatine en poudre peut être ajoutée aux sauces, préparations (sauces à la viande), soupes, desserts, smoothies, jus d'orange, café, lait et thé. Pour les personnes dans un état hypo-métabolique, jusqu'à 50 % de leurs besoins en protéines peuvent provenir du bouillon d'os et de la gélatine. Les personnes en bonne santé devraient consommer 25 à 35% de leurs besoins en protéines à partir de gélatine et de bouillon.

Hou la la! Qui savait qu'il y avait autant de choses dans la soupe au poulet de grand-mère? Il y a des années, je n'avais aucune idée que le bouillon d'os fait maison avait autant de propriétés curatives. Je pensais juste qu'il réchauffait, était facile à digérer, et goûtait bien, ce qui est vrai. Maintenant, je sais que le bouillon est rempli de protéines anti-inflammatoires, de glucosamine et de GAG et de minéraux comme le calcium et le magnésium. Boire du bouillon tous les jours peut améliorer votre digestion, diminuer l'inflammation et la douleur dans les articulations, et vous aider à dormir, à penser et à avoir une meilleure apparence. Je ne sais pas pour vous, mais le bouillon semble beaucoup moins cher et plus sain que des tonnes d'analgésiques, d'antiacides, de crèmes pour le visage et de somnifères. Peut-être que Suzie avait raison: le bouillon est un jus miraculeux!

Les super protéines devraient constituer la majorité de votre apport en protéines, surtout lorsque vous essayez de guérir votre métabolisme. En raison de leur digestibilité et de leur contenu nutritionnel élevé, elles sont parfaites pour tous ceux qui tentent de retrouver ou de conserver une bonne santé. Comme toutes les protéines, les super protéines doivent être consommées avec les bons glucides et les bonnes graisses pour aider à maintenir le taux de sucre et d'énergie dans le sang. La seule exception à cette règle – uniquement parce qu'elle vient déjà emballée comme une combinaison parfaite de protéines, de glucides et de matières grasses – est le lait.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Recette du bouillon de volaille fait-maison

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 15:56

Voici ma recette
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
NB: 3 heures de cuisson à feu doux avec les carcasses de volailles mise à congeler (avec épices et vinaigre de cidre)
+ 30' en fin de cuisson avec légumes.
Sinon, je mets au congélo (1.5 litre, épicé).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 15:58

Idées clés du chapitre 8 : Ce que vous devez retenir


1. Le lait possède l'équilibre parfait avec des graisses, des glucides et des protéines. Il contient une teneur élevée en calcium et est rempli d'autres vitamines et minéraux.

2. Les œufs bio de poules élevée en pâturage / en liberté sont remplis de protéines, caroténoïdes biodisponibles, de vitamines A, E, D et K, calcium, fer, phosphore, zinc, thiamine, B6, acide folique, B12, acide pantothénique, choline, potassium, magnésium, cuivre , manganèse et sélénium.

3. Le foie de bœuf nourri à l'herbe est l'un des aliments le plus nutritionnellement fourni de la planète, avec des niveaux élevés de vitamine A et de vitamines B. Le foie comprend également les vitamines D, E et K, du calcium, fer, magnésium, sélénium, cuivre, zinc et phosphore.

4. Les fruits de mer et les poissons faibles en gras sont remplis de protéines faciles à digérer et sont remplis de vitamines A, C, D et E et de vitamines B. Les coquillages comprennent également du zinc, cuivre, sélénium, fer, magnésium, sodium et du manganèse.

5. La protéine issue de la pomme de terre est une protéine de haute qualité due à ses acides cétoniques. Les pommes de terre contiennent également des vitamines C, D et K, du folate, de la niacine, de l'acide pantothénique, B6, choline, calcium, potassium, magnésium, phosphore, cuivre, manganèse, fer et du zinc.

6. La gélatine et le bouillon d'os ont été utilisés pour traiter non seulement le rhume mais les problèmes gastro-intestinaux, les douleurs articulaires, la dépression, la constipation, le soutien du foie, comme anti-âge et la santé des cheveux, des ongles et des os. Le bouillon d'os et la gélatine sont déficients en acides aminés pro-inflammatoires et sont riches en acides aminés anti-inflammatoires comme l’alanine, hydroxyproline, proline, et particulièrement la glycine.


A suivre:
Chapter IX
Dairy and Milk – The Perfect Food  Rolling Eyes


Dernière édition par Luc le Sam 21 Juil 2018 - 16:05, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 15:59

Références du chapitre 8
 Les références sont listées dans l'ordre dans lequel elles apparaissent dans chaque chapitre.
1. Niva Shapira and Joseph Pinchasov. “Modified Egg Composition to Reduce Low-Density Lipoprotein Oxidizability: High Monounsaturated Fatty Acids and Antioxidants Versus Regular Highn-6 Polyunsaturated Fatty Acids,” Journal of Agricultural and Food Chemistry, 2008, 56 (10): 3688. DOI: 10.1021/jf073549r
2. I. Staprans, JH Rapp, XM Pan, KY Kim, and KR Feingold, “Oxidized Lipids in the Diet Are a Source of Oxidized Lipid in Chylomicrons of Human Serum,” Arterioscler Thromb, December 1994, 14(12): 1900—5.
3. FA Kummerow, Y. Kim, J. Hull, J. Pollard, P. Ilinov, DL Drossiev, and J. Valek, “The Influence of Egg Consumption on the Serum Cholesterol Level in Human Subjects,” American Journal of Clinical Nutrition, 1977, 30:664—73.
4. TR Dawber, RJ Nickerson, FN Brand, and J. Pool, “Eggs, Serum Cholesterol, and Coronary Heart Disease,” American Journal of Clinical Nutrition, 1982, 36:617—25.
5. AI Qureshi, FK Suri, S. Ahmed, A. Nasar, AA Divani, and JF Kirmani, “Regular Egg Consumption Does Not Increase the Risk of Stroke and Cardiovascular Diseases,” Med Sci Monit, 2007, 13:CRl-8.
6. PJ Jones, AS Pappu, L. Hatcher, ZC Li, DR Illingworth, and WE Connor, “Dietary Cholesterol Feeding Suppresses Human Cholesterol Synthesis Measured by Deuterium Incorporation and Urinary Mevalonic Acid Levels,” Arterioscler Thromb Vase Biol, 1996, 16:1222.
7. Dr. Joseph Raffaele, “The Candaian Yolk Study’s Scrambled Science, “Raffaele Reports, August 25, 2012.
8. Frank B. Hu, MD; Meir J. Stampfer, MD; Eric B. Rimm, ScD; JoAnn E. Manson, MD; Alberto Ascherio, MD; Graham A. Colditz, MD; Bernard A. Rosner, PhD; Donna Spiegelman, ScD; Frank E. Speizer, MD; Frank M. Sacks, MD; Charles H. Hennekens, MD; and Walter C. Willett, MD, “A Prospective Study of Egg Consumption and Risk of Cardiovascular Disease in Men and Women,” Journal of the American Medical Association, April 21, 1999;281(15): 1387- 1394
9. DJ McNamara, “The Impact of Egg Limitations on Coronary Heart Disease Risk: Do the Numbers Add Up?”/ Am CollNutr, October 2000, 19(5 Suppl):540S—548S.
10. Eggs and Heart Disease,” Harvard School of Public Health: The Nutrition Source,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
11. Cheryl Long and Tabitha Alterman, “Meet Real Free Range Eggs,” Mother Earth News, October/November 2007, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
12. I. Zazpe, JJ Beunza, M. Bes-Rastrollo, J. Warnberg, C. de la Fuente-Arrillaga, S. Benito, Z. Vazquez, and MA Martlnez- Gonzalez, SUN Project Investigators, “Egg Consumption and Risk of Cardiovascular Disease in the SUN Project,” Eur J Clin Nutr, June 2011, 65(6):676—82. Epub March 23, 2011.
13. E. Eguchi, H. Iso, N. Tanabe, Y. Wada, H. Yatsuya, S. Kikuchi, Y. Inaba, and A. Tamakoshi, Japan Collaborative Cohort Study Group, “Healthy Lifestyle Behaviours and Cardiovascular Mortality Among Japanese Men and Women: The Japan Collaborative Cohort Study,” Eur Heart J, February 2012, 33(4):467~77.
14. ML Fernandez, “Dietary Cholesterol Provided by Eggs and Plasma Lipoproteins in Healthy Populations,” Curr Opin Clin Nutr Metab Care, January 2006, 9(1):8—12.
15. DK Houston, J. Ding, JS Lee, M. Garcia, AM Kanaya, FA Tylavsky, AB Newman, M. Visser, and SB Kritchevsky, “Dietary Fat and Cholesterol and Risk of Cardiovascular Disease in Older Adults: The Health ABC Study,” Nutr Metab Cardiovasc Dis, June 2011, 21(6):430—7.
16. JM Rueda and P. Khosla, “Impact of Breakfasts (With or Without Eggs) on Body Weight Regulation and Blood Lipids in University Students over a 14Week Semester,” Nutrients, December 16, 2013, 5(12):5097-113.
17. E. Rodriguez-Rodriguez, LG Gonzalez-Rodrlguez, RM Ortega Anta, and AM Lôpez-Sobaler, “Consumption of Eggs May Prevent Vitamin D Deficiency in Schoolchildren,” Nutr Hosp, May-June 2013, 28(3):794—801.
18. CJ Andersen, CN Blesso, J. Lee, J. Barona, D. Shah, MJ Thomas, and ML Fernandez , “Egg Consumption Modulates HDL Lipid Composition and Increases the Cholesterol- Accepting Capacity of Serum in Metabolic Syndrome,” Lipids, June 2013, 48(6):557-67.
19. Y. Rong, L. Chen, T. Zhu, Y. Song, M. Yu, Z. Shan, A. Sands, FB Hu, and L. Liu, “Egg Consumption and Risk of Coronary Heart Disease and Stroke: Dose-Response Meta- Analysis of Prospective Cohort Studies,” BMJ, January 7, 2013, 346:e8539.
20. CN Blesso, CJ Andersen, J. Barona, JS Volek, and ML Fernandez, “Whole Egg Consumption Improves Lipoprotein Profiles and Insulin Sensitivity to a Greater Extent Than Yolk-Free Egg Substitute in Individuals with Metabolic Syndrome,” Metabolism, March 2013, 62(3):400—10.
21. LL Smith, “Another Cholesterol Hypothesis: Cholesterol as Antioxidant,” Free Radie. Biol. Med, 1991, 11 (1):47—61.
22. Dr. Ray Peat, “Cholesterol, Longevity, Intelligence, and Health,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
23. Dr. Ray Peat, “Tryptophan, Serotonin, and Aging,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
24. “The Incredible Egg,” Egg Nutrition, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] .
25. Leslie M. Fischer, Kerry-Ann da Costa, Lester Kwock, Joseph Galanko, and Steven H, Zeisel, “Dietary Choline Requirements of Women: Effects of Estrogen and Genetic Variation,” American Journal of Clinical Nutrition, 2010.
26. SH Zeisel and KA da Costa, “Choline: An Essential Nutrient for Public Health,” Nutr Rev, November 2009, 67(11):615—23.
27. Paraskevi Detopoulou, Demosthenes B. Panagiotakos, Smaragdi Antonopoulou, Christos Pitsavos, and Christodoulos Stefanadis, “Dietary Choline and Betaine Intakes in Relation to Concentrations of Inflammatory Markers in Healthy Adults: The ATTICA Study,” American Society for Clinical Nutrition, 2008.
28. “Selenium,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
29. MB Zimmermann and J. Kôhrle, “The Impact of Iron and Selenium Deficiencies on Iodine and Thyroid Metabolism: Biochemistry and Relevance to Public Health,” Thyroid, October 2002, 12(10):867-78.
30. “Beef, Variety Meats and By-Products, Liver, Cooked, Braised,” SELF Nutritional Data, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
31. Anna J. Duffield, Christine D. Thomson, Kristina E. Hill, and Sheila Williams, “An Estimation of Selenium Requirements for New Zealander,” American Society for Clinical Nutrition, 1999.
32. “What You Need to Know About Mercury in Fish and Shellfish” (brochure), Food and Drug Administration, March 2004, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
33. L. Penumarthy, Dr. F. W. Oehme, and R.H. Hayes, “Lead, Cadmium, and Mercury Tissue Residues in Healthy Swine, Cattle, Dogs, and Horses from the Midwestern United States,” Archives of Environmental Contamination and Toxicolopy. 1980. Volume 9. Issue 7. pp 193—706
34. M. Lopez Alonso, J.L. Benedito, M. Miranda, C. Castillo, J. Hernandez, and R.F. Shore, “Mercury Concentrations in Cattle from NW Spain,” Science of The Total Environment, January 20, 2003, Volume 302, Issues 1-3, pp. 93-100.
35. L.B. Carew, Jr., F.A. Alster, D.C. Foss, and C.G. Scanes, “Effect of a Tryptophan Deficiency on Thyroid Gland, Growth Hormone and Testicular Functions in Chickens,” J. Nutr, 1983, 113: 1756-1765.
36. Dr. Ray Peat, “Cholesterol, Longevity, Intelligence and Health,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
37. M. Guéguen, JC Amiard, N. Arnich, PM Badot, D. Claisse, T. Guerin, and JP Vernoux, “Shellfish and Residual Chemical Contaminants: Hazards, Monitoring, and Health Risk Assessment Along French Coasts,” Rev Environ Contam Toxicol, 2011, 213:55-111.
38. Faye M. Dong, “The Nutritional Value of Shellfish,” Department of Food Science and Human Nutrition, College of Agricultural, Consumer and Environmental Sciences, University of Illinois, Urbana, Illinois. A Washington Sea Grant publication. 2001
39. Lorraine DiBella, “Is Our Seafood Safe to Eat?” NC State University Seafood Laboratory, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
40. M. Borkman, DJ Chisholm, SM Furler, LH Storlien, EW Kraegen, LA Simons, and CN Chesterman. “Effects of Fish Oil Supplementation on Glucose and Lipid Metabolism in NIDDM,” Diabetes, October 1989, 38(10): 1314—9.
41. NW Istfan and RB Khauli, “Evaluation of the Effect of Fish Oil on Cell Kinetics: Implications for Clinical Immunosuppression.” Boston niversity School of Medicine, Massachusetts, USA, Cancer Res, April 15, 1989, 49(Cool:1931-6.
42. L. Klieveri, O. Fehres, P. Griffini, CJ Van Noorden, and WM Frederiks, “Promotion of Colon Cancer Métastasés in Rat Liver by Fish Oil Diet Is Not Due to Reduced Stroma Formation,” Clin Exp Metastasis, 2000, 18(5).'371-7.
43. Homer Adkins and W.H. Hartung, “Acrolein”,” Org. Synth.; Coll., 1941, Vol. 1:15.
44. Dr. Ray Peat, “The Great Fish Oil Experiment,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
45. FDA Letter about EPA and DHA need. Agency Response Letter GRAS Notice No. GRN 000102, CFSAN/OfKce of Food Additive Safety, September 3, 2002, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
46. “Serotonin and Endotoxin,” East West Healing Interview with Ray Peat, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
47. By B. P. Hughes, “The Amino-Acid Composition of Potato Protein and of Cooked Potato,” Medical Research Council Department of Experimental Medicine, University of Cambridge, September 7, 1957,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
48. D. Breese Jones and E.M. Nelson, “Nutritive Value of Potato Protein and of Gelatin,” / Biol. Chem, 1931,91:705-713.
49. Stephen Daniells, “Potato Proteins Offer Blood Pressure Benefits. Proteins Isolated from the Humble Potato May Be Biologically Active and Capable of Reducing Blood Pressure, as well as Having Antioxidant Activity”, Finnish Researchers Report. March 12, 2008, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
50. GA Di Lullo, SM Sweeney, J. Korkko, L. Ala-Kokko, and JD San Antonio, “Mapping the Ligand-Binding Sites and Disease-Associated Mutations on the Most Abundant Protein in the Human, Type I Collagen,” J Biol Chem, February 8, 2002, 277(6):4223-31.
51. FM Pottenger, “Hydrophilic Colloid Diet, Health and Healing Wisdom,” Price Pottenger Nutrition Foundation Health Journal, Spring 1997, 21, 1, 17.
52. NR Gotthoffer, Gelatin in Nutrition and Medicine, Grayslake, Illinois: Grayslake Gelatin Company, 1945.
53. Kaalya Daniel, “Why Broth Is Beautiful: Essential Roles for Proline, Glycine and Gelatin,” Wise Traditions, Spring 2003, 25-36.
54. KaaylaT. Daniel, PhD, C.C.N., “Taking Stock: Soup for Healing Body, Mind, Mood, and Soul Soup: The Surprising Secret to Staying Juicy for Life,” Naughty Nutrition, February 20, 2012.
55. Frank Petrat, Kerstin Boengler, Rainer Schulz, and Herbert de Groot, “Glycine, a Simple Physiological Compound Protecting by Yet Puzzling Mechanism(s) Against Ischaemia- Reperfusion Injury: Current Knowledge,” Br J Pharmacol, April 2012, l65(7):2059-2072.
56. “Gelatin Treats Ulcers,” [online] Medical News Today. August 22, 2006.
57. Z. Zhong, MD Wheeler, X. Li, M. Froh, P. Schemmer, M. Yin, H. Bunzendaul, B. Bradford, and JJ Lemasters, “L-Glycine: A Novel Antiinflammatory, Immunomodulatory, and Cytoprotective Agent,” Curr Opin Clin Nutr Metab Care, March 2003, 6(2):229-40.
58. B. Matilla, JL Mauriz, JM Culebras, J. Gonzâlez-Gallego, and P. Gonzalez, “Glycine: A Cell-Protecting Anti-Oxidant Nutrient,” Nutr Hosp, January-February 2002, 17(l):2-9.
59. M. Yin, K. Ikejima, GE Arteel, V. Seabra, BU Bradford, H. Kono, I. Rusyn, and RG Thurman, “Glycine Accelerates Recovery from Alcohol-Induced Liver Injury,”/Pharmacol Exp Ther, August 1998, 286(2):10l4-9.
60. M.L. , J. Madren, H. Bunzendahl, and R.G. Thurman, “Dietary Glycine Inhibits the Growth of B16 Melanoma Tumors in Mice,” Carcinogenesis, May 1999, Vol. 20, No. 5, pp. 793-798.
61. M. Minuskin, et al., “Nitrogen Retention, Muscle Creatine and Orotic Acid Excretion in Traumatized Rats Fed Argenine and Glycine Enriched Diets? Journal of Nutrition, 1981, III, 1265-1274.
62. Jaksic, et al., “Plasma Proline Kinetics and Concentrations in Young Men in Response to Dietary Proline Deprivation,” American Journal of Clinical Nutrition, 1990, 52, 307-312.
63. A. Cherkin, et al., “L-Proline and Related Compounds: Correlation of Structure, Amnesiac Potency, and Anti- Spreading Depression Potency,” Brain Research, 1978, 156, 2, 265-273.
64. O. Bruyereand JY Reginster, “Glucosamine and Chondroitin Sulfate as Therapeutic Agents for Knee and Hip Osteoarthritis,” Drugs Aging, 2007, 24(7):573-80.
65. AD Sawitzke, Helen Shi,Martha F. Finco, Dorothy D. Dunlop. Clifton O. Bingham, Crystal L. Harris, Nora G. Singer, John D. Bradley, et al., “The Effect of Glucosamine and/or Chondroitin Sulfate on the Progression of Knee Osteoarthritis: A Report from the Glucosamine/Chondroitin Arthritis Intervention Trial,” Arthritis Rheum, October 2008, 58 (10):3183—91.
66. Ray Peat, PhD, “Gelatin, Stress, Longevity,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
67. “Questions and Answers: NIH Glucosamine/Chondroitin Arthritis Intervention Trial Primary Study,” National Center for Complementary and Alternative Medicine, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] .

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Celine57 le Sam 21 Juil 2018 - 17:53

Merci Luc!
J'ai aussi relu tes anciens articles sur le bouillon d'os, je vais m'y mettre mais je pense que trois quatre heures de cuisson suffiront à ma patience!... ça sera déjà mieux que rien.
Reste à trouver les os ou les carcasses ad hoc.

_________________
Tout ce à quoi je résiste, persiste.
 C. G. Jung
avatar
Celine57
Accro
Accro

Messages : 360
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 69
Localisation : Alpes de Haute Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 18:36

Celine57 a écrit:Merci Luc!
J'ai aussi relu tes anciens articles sur le bouillon d'os, je vais m'y mettre mais je pense que trois quatre heures de cuisson suffiront à ma patience!... ça sera déjà mieux que rien.
Reste à trouver les os ou les carcasses ad hoc.

Tu y vas progressivement:
Je garde les os des côtes d'agneau et celle du jambonneau. Ces os sont plus épais / denses et devraient donc être rôtis à la poêle, légèrement, avec un peu de beurre de coco pour faciliter l'extraction des GAG (composant majeur du cartilage articulaire). On fait ça avant de les inclure dans la marmite du mijotage. On n'est pas obligé de pratiquer ainsi, mais on optimise alors les nutriments utiles et ça évitera à certains de devoir prendre du sulfate de chondroïtine et de la glucosamine en espérant récupérer des cartilages à peu près normaux Crying or Very sad
La prochaine fois, chez mon boucher-fermier (La ferme à l'Arbre), je prendrais une tranche de moelle  pour faire un osso-bucco maison.
Sinon, ce sont souvent les petits os de volaille (caille et coquelet) qui servent de base.
Je n'écrème pas la graisse. Je la mange.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Celine57 le Sam 21 Juil 2018 - 19:04

Ok merci!
Evil or Very Mad  j'avais un peu tendance à acheter la viande sans os!

_________________
Tout ce à quoi je résiste, persiste.
 C. G. Jung
avatar
Celine57
Accro
Accro

Messages : 360
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 69
Localisation : Alpes de Haute Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Sam 21 Juil 2018 - 19:42

Celine57 a écrit:Ok merci!
    j'avais un peu tendance à acheter la viande sans os!
Demande au rayon boucherie / charcuterie un "os à moelle". Ils les mettent de côté car la demande est forte et variable. Il n'en ont pas tout le temps. Souvent épuisé le samedi. C'est gratis, quand tu as passé une commande "normale" auparavant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Celine57 le Sam 21 Juil 2018 - 21:06

Bon à savoir, merci!
Et bonne soirée!

_________________
Tout ce à quoi je résiste, persiste.
 C. G. Jung
avatar
Celine57
Accro
Accro

Messages : 360
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 69
Localisation : Alpes de Haute Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:03

Gaffal a écrit:En saison de chasse, avec les carcasses de chevreuil (…),
En faisant du civet cuit longtemps avec les os et du vin (acidité)
 au refroidissement il gelifie , donc à du recuperer des gélatines.
Oui, c'est probable mais ça m'étonnerait que le regain de forme soit alors dû aux GAG du squelette ..
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mais il n'y a pas de mal à se faire du bien ainsi 1 ou 2 fois.


_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:17

Chapitre 9
Le lait – Le  Parfait Aliment

Préambule (NDLR) :
Nous ne mettrons pas tout le monde d’accord sur les « bienfaits » du lait. Pour en discuter je vous demande de le faire sur ce lien, réservé à cet effet.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
Si vous n’arrivez pas à faire le tri, je vous recommande l’excellent livre de JM POINSIGNON « Rhumatisme : et si votre alimentation était coupable ? ».

Pensez aussi au fait qu’il y a le terrain, pour les personnes qui souffrent d’une pathologie auto-immune ou d’encrassage. Sinon, pour les autres personnes, la qualité et / ou la fréquence feront souvent la différence, selon que vous digérez bien ou pas.

Chapitre 9
Consommer du lait après l'âge de sept ans semble être l'un des sujets les plus controversés en nutrition aujourd'hui. Quand je questionne les gens soucieux de leur santé au sujet du lait, et pourquoi ils pensent que le lait est mauvais, j'obtiens toutes sortes de réponses: le lait fait grossir, le lait favorise le mucus et les gaz (ballonnement), le lait contient des hormones et des antibiotiques, la pasteurisation est mauvaise, je suis intolérant au lactose, etc. Avec des pensées comme celles-ci, pas étonnant que le fait de boire du lait ait été évité par tant de gens soucieux de leur santé. Qui veut devenir gros, ballonné, et rempli de mucus?

Au milieu de la trentaine, j'ai abandonné le lait et la plupart des produits laitiers pendant environ deux ans. J'étais convaincu que les humains n'étaient pas censés boire du lait après l'enfance. Quels autres mammifères boivent le lait d'un autre animal? Aucun. Quels autres animaux boivent du lait à l'âge adulte? Aucun. Bien sûr, aucun autre mammifère ne conduit de voitures, ne porte de vêtements – sauf si vous êtes mon chien – Wink fait cuire sa nourriture ou surfe sur Internet. Mais, c'est hors de propos. J'étais convaincu: « Je suis un adulte. Je n'ai donc plus besoin de boire du lait. » Au lieu de cela, j'ai consommé de grandes quantités de lait d'amande, de lait de soja, de lait de riz ou de tout autre produit« en vogue ».

Je souligne «commercialisé (marketed) pour moi», parce que quand je regarde en arrière, je vois qu’une bonne partie de ma nutrition et les choix de produits laitiers ont été fortement influencés par les fabricants de produits alimentaires, les publicités dans les magazines et l'USDA. On m'a dit que ces produits laitiers étaient bons pour la santé car ils contenaient zéro cholestérol, étaient faibles en gras saturés, pauvres en sucre, riches en «bons gras» (polyinsaturés / AGPI) et enrichis de vitamines et de minéraux. Eh bien, il est maintenant connu que le cholestérol et les graisses saturées ne sont pas les ennemis. Il est également entendu que les graisses polyinsaturées sont hautement oxydantes et dommageables. Nous savons également que le sucre est nécessaire pour un taux métabolique élevé et que tout ce qui est synthétique ou enrichi en nutriments n'est pas le meilleur pour nous. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à réaliser que les laits fabriqués (amande, riz et soja) étaient tout sauf sains pour moi, alors j'ai dû changer d'avis une fois de plus.

J'ai aussi réalisé que ce que je savais sur les produits laitiers n'était que de l'information de surface. Une fois que j'ai commencé à regarder plus profondément, j'ai commencé à réaliser que les produits laitiers n'étaient pas le problème; la dégradation (sur-traitement et réduction de la qualité) des produits laitiers est le problème. La qualité, organique, des produits laitiers issu d’élevage en pâturage est une nourriture étonnante. En fait, cela pourrait très bien être la nourriture parfaite de dame-nature.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:30

Tout d'abord, qu'est-ce que le lait?
Le lait est un liquide blanc produit par les glandes mammaires des mammifères. Autant que je sache, les amandes, le riz et le soja n'ont pas de glandes mammaires. Le lait provenant des vaches, des moutons et des chèvres a d'énormes avantages nutritionnels, y compris des niveaux élevés de calcium de renforcement des os. Le lait contient également du magnésium, du potassium, du sélénium et des vitamines A, B, D et K. Le lait de vache contient environ 87% d'eau, 4,6% de lactose (sucre), 3,4% de protéines et 4,2% de matières grasses (dont 70% sont saturées, 25% mono-insaturés et moins de 2,5% sont polyinsaturées). Une augmentation de la consommation de lait a été associée à une diminution de la masse grasse, d’hyperglycémie (taux de sucre élevé), au syndrome métabolique, à une densité osseuse améliorée, à une masse osseuse et à des dents plus saines, et l'augmentation de la consommation de lait a été inversement corrélée à de nombreux cancers, y compris le cancer du côlon et du sein. Pour parler franchement, le lait est l'un des aliments les plus étonnants et complets que vous puissiez consommer.

Aujourd'hui, je suis un grand partisan des produits laitiers. Je consomme du lait et d'autres produits laitiers tous les jours et je crois que cela devrait faire partie du régime alimentaire de toute personne, peu importe son âge, qui cherche un régime sain et stimulant sur le plan métabolique.

Cependant, avant de plonger plus profondément dans l'incroyable lait, je veux d'abord expliquer pourquoi tous les laits et les produits laitiers ne sont pas créés égaux, et pourquoi il est important de comprendre la santé de son propre corps avant de boire un gallon de lait ou de manger une livre de fromage.

Tous les produits laitiers ne sont pas créés égaux.
Lait bio contre conventionnel

Le lait biologique est-il meilleur que le lait issu du bétail nourri au grain et conventionnellement élevé?

Bien qu'il n'y ait pas beaucoup de recherches sur les différences entre le lait bio et non bio, les recherches qui en découlent établissent un lien entre la qualité du lait et les stratégies d'alimentation du bétail. Il est connu que les vaches sont conçue pour manger de l'herbe, des feuilles et de la verdure, et non du maïs, du soja, des céréales et des déchets (oui, les bovins conventionnels ont été nourris avec tout, du maïs et du soja OGM, de sucre et des restes de l’industrie sucrière) que les vaches au pâturage produisent un meilleur lait que les vaches conventionnelles. Pourtant, ne laissez pas l'évidence vous convaincre. Regardons ce que la recherche en dit.

Le Journal of the Science of Food and Agriculture a publié une étude en 2012 sur les produits laitiers bio et les niveaux supérieurs de protéines et d'acide linoléique conjugué (ALC). Des protéines adaptées sont nécessaires pour la réparation cellulaire et musculaire, la production d'hormones et d'enzymes, et même la production de sang. Le CLA est en réalité un gras trans naturel qui est principalement connu pour ses propriétés anticancéreuses et anti-inflammatoires.

Le Journal of Dairy Science a conclu que les vaches qui paissaient dans les pâturages et ne recevaient aucun aliment supplémentaire possédaient trois fois à cinq plus de CLA dans la graisse issue du lait que les vaches nourries avec un régime alimentaire à base de céréales. Dans le cadre de nombreuses études animales et humaines, on a montré que le CLA ralentissait non seulement la croissance du cancer de la peau, du sein, de la prostate et du côlon, mais aussi pour aider à la perte de poids et à l'augmentation du métabolisme .

En plus d'être plus nutritif, le lait issu de pâturage est moins toxique. Les vaches laitières d'élevage conventionnel peuvent être traitées avec des hormones recombinantes d'hormone de croissance bovine (rBGH). Les agriculteurs utilisent la rBGH parce qu'elle peut augmenter la production de lait d'une vache de 11 à 25 %. Plus de production de lait équivaut à plus d'argent. Le problème est que le lait traité avec rBGH possède des niveaux plus élevés de facteur de croissance et d'insuline (IGF-1). L'IGF est absorbé par le tractus gastro-intestinal, où il a montré les effets sur la croissance. Des niveaux accrus d'IGF ont été liés à la croissance des cellules cancéreuses [déjà] existantes, au vieillissement et au diabète chez les humains.

L'hormone rBGH a été interdite au Canada, au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Australie et dans l'ensemble de l'Union européenne. Pourtant, ici, aux États-Unis, la rBGH est encore utilisée dans l'industrie laitière conventionnelle.

Vitamines synthétiques
La plupart des produits laitiers contiennent une certaine forme de vitamines synthétiques A et D. Oui, c'est même vrai pour certaines marques bio. En raison de leur faible teneur en matières grasses, la loi américaine exige que les laits écrémés et écrémés bio soient enrichis de vitamines A et D. Tous les produits laitiers conventionnels, y compris les variétés de lait entier, maigre et écrémé, sont enrichis en vitamines A et D.

Les seuls produits laitiers que je n'ai trouvé aucun additif vitaminique sont tous des produits laitiers bio crus et certains produits laitiers pasteurisés. Contactez votre fournisseur de lait si vous n'êtes pas sûr du type d'additifs vitaminiques présents dans votre lait.

Carraghénane
En outre, certains produits laitiers, y compris le lait écrémé, les versions allégées et le lait au chocolat, contiennent du carraghénane. Le carraghénane est un émulsifiant naturel (aide les liquides à rester homogène, sans se séparer), un épaississant et un stabilisateur alimentaire (empêche la cristallisation des sucres et de la glace). Le carraghénane est extrait de l'algue rouge à l'aide d'un puissant solvant alcalin. En plus des produits laitiers, le carraghénane est utilisé dans la plupart des alternatives laitières comme le lait de soja, de riz et d'amande (une autre raison de ne pas consommer ces produits laitiers). Le carraghénane est également utilisé dans de nombreux produits carnés et produits d'hygiène personnelle comme le dentifrice. Le carraghénane a été associé à plusieurs types de cancer, d'arthrite, d'ulcérations de l'intestin et de nombreux autres problèmes. Encore une fois, est-ce le lait que vous buvez ou les additifs dans le lait qui le rendent malsain pour vous?

Lait cru contre lait pasteurisé
La pasteurisation est un processus consistant à chauffer un aliment, généralement un liquide, à une température spécifique pendant une durée déterminée, puis à le refroidir immédiatement. Le but est de tuer toutes les bactéries et pathogènes nocifs. Le problème est que la pasteurisation tue aussi les bonnes bactéries (probiotiques); modifie les enzymes, les protéines, les graisses et le sucre dans le lait; et crée une nourriture moins saine.

Food Chemistry a publié un rapport en 1994 montrant que le lait chauffé réduit les niveaux de fer, de manganèse et de cuivre. Le CDC confirme que la vitamine C et la vitamine B6 sont également réduites dans le lait pasteurisé. La bêta-lactoglubuline, une protéine du lait, augmente l'absorption de la vitamine A. La bêta-lactoglubuline est thermosensible, donc la pasteurisation modifie les effets de cette protéine, diminuant l'absorption de la vitamine A.

Weston A. Price, un dentiste qui a parcouru le monde à la recherche des causes de carie dentaire et de dégénérescence physique, a rapporté que les primitifs isolés avaient des dents droites plus saines et beaucoup moins de maladies que les cultures contaminées par les régimes occidentaux. Price a rapporté dans son livre Nutrition and Physical Degeneration comment les régimes de ces cultures primitives contenaient quatre fois plus de calcium et de minéraux, et 10 fois les vitamines et les minéraux liposolubles. Price attribue la santé de ces cultures à leurs régimes traditionnels non transformés de produits laitiers crus, de crustacés, d'abats, de poisson et d'œufs. Ces régimes étaient exempts d'additifs, d’agents de charge (fillers) et de produits laitiers pasteurisés.


Selon la Fondation Weston A. Price, il a été démontré que la consommation de lait non pasteurisé (cru) influence positivement la résistance du système immunitaire au développement de l'asthme, du rhume des foins et des allergies cutanées. En fait, beaucoup de ces cultures primitives utilisaient du lait cru comme aliment de guérison homéopathique.

Maintenant, cela ne veut pas dire que tout le lait pasteurisé est mauvais. Le lait pasteurisé contient encore des niveaux élevés de calcium et d'autres minéraux. Le lait pasteurisé contient également suffisamment de graisses, de protéines et de sucres pour en faire un aliment complet. L'inconvénient du lait cru est le coût: Le lait cru coûte environ deux fois plus que la plupart des laits bio. Le lait cru se gâte aussi beaucoup plus vite car il s'agit d'un aliment vivant. Dans de nombreux Etats, le lait cru est illégal à l’achet et la vente. Beaucoup de gens trouvent le lait cru en disharmonie avec l'écosystème de leur intestin en raison de l'augmentation des niveaux de bactéries vivantes. Pour ces personnes, le lait pasteurisé ou même ultra-pasteurisé fonctionne mieux.

Un lait de pâturage bio peut être votre meilleur choix si vous vivez dans un état qui ne vend pas de lait cru. La clé est de trouver le meilleur lait disponible pour vous. Pour des informations sur le lait cru, consultez [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Homogénéisation
L'homogénéisation du lait est définie comme un mélange intense de lait pour créer une consistance constante (il mélange la graisse dans la partie liquide en forçant la graisse de lait à haute pression à travers de petits trous / mailles). La graisse du lait non homogénéisé se sépare normalement du liquide et monte jusqu'au sommet. L'homogénéisation brise la graisse en plus petites particules de sorte que le lait ne se sépare pas et a un aspect plus crémeux, plus cohérent.

Cela semble assez innocent, non? Voici le problème potentiel:
Le processus d'homogénéisation peut endommager les graisses du lait, les protéines et les enzymes (en les brisant). Catherine Shanahan, MD, dans son livre Deep Nutrition parle de la façon dont les complexes formés par des micelles de caséine, qui sont contenus par le phosphate de calcium, sont brisés après homogénéisation. Cela expose les molécules de graisse étroitement liées au calcium, produisant des savons de calcium. Ces savons peuvent provoquer une irritation intestinale et diminuer la biodisponibilité du calcium.

Le lait non homogénéisé n'a pas cet effet sur le système digestif, puisque les graisses sont conservées intactes. Les graisses, les protéines et les enzymes passent normalement à travers l'estomac et le tube digestif, et sont utilisés correctement par notre corps, car conçu par Mère Nature.

Bien que la plupart des recherches scientifiques actuelles indiquent que le lait homogénéisé est aussi facile à digérer que non homogénéisé, je préférerais être [plutôt] prudent que [de devoir] guérir [suite à un problème]. Personnellement, je ne bois pas de lait homogénéisé. Ma conviction ultime est que moins il y a de dégradation des aliments, mieux c'est.

Lait entier contre lait demi-écrémé ou écrémé
L'une des nombreuses raisons pour lesquelles le lait a reçu une si mauvaise réputation est due à sa teneur en graisses saturées. Comme je l'ai mentionné ci-dessus, la matière grasse du lait est saturée à environ 70%, mono-insaturée à 25% et polyinsaturée à 2,3%. La graisse saturée a été [supposée] liée à l'augmentation du cholestérol, des maladies cardiaques et des crises cardiaques. Cependant, comme je l'ai discuté dans les chapitres précédents, nous savons maintenant que ce n'est pas le cas. Les graisses saturées peuvent être très bénéfiques pour notre corps.


La graisse saturée est la plus stable de toutes les graisses. Les graisses saturées peuvent aider le métabolisme, la digestion, la fonction thyroïdienne et la détoxification du foie. Certaines études montrent que l'augmentation de la consommation de matières grasses laitières peut diminuer les maladies cardiaques. Une étude du International Journal of Environmental Research and Public Health, portant sur 1 800 hommes de plus de 12 ans, a révélé que l'ingestion quotidienne de fruits et légumes était associée à un risque moindre de maladie coronarienne lorsque cette ingestion est combinée à une consommation élevée de matières grasses laitières, mais pas avec une consommation de lait faible en matières grasses.

Une raison à cela est probablement que les graisses dans le lait sont nécessaires pour l'absorption des vitamines A et D. Enlevez le gras, et vous enlevez les nutriments, c'est pourquoi le gouvernement doit rajouter des vitamines. Comme je l'ai mentionné plus tôt, les additifs du lait sont un allergène connu pour beaucoup de gens. L'utilisation de lait entier sur avec version réduite en gras [demi-écrémé, ndlr] peut débarrasser le buveur de lait de son allergie au lait.

En outre, la plupart des versions écrémées et faibles en gras contiennent généralement une forme de lait séché pour augmenter la teneur en protéines du lait. Le lait séché doit être chauffé et pressurisé pour produire une substance en poudre. Ce processus produit des oxystérols (cholestérol oxydé).

Il a été montré que les oxystérols augmentent les plaques d’athérosclérose. Même si le cholestérol en soi n'est pas mauvais pour vous, le cholestérol oxydé peut entraîner des artères bloquées et des maladies cardiaques.

Il existe des versions saines de laits allégés. Certaines versions allégées ne contiennent aucun additif ou poudre ajoutée. Ma suggestion est de demander directement à votre producteur de lait. Les avantages de boire les variétés à faible teneur en matières grasses sont la récupération sportive et la perte de poids accrue. Assurez-vous simplement que votre lait à teneur réduite en matières grasses est exempt de lait en poudre et d'additifs de lait de synthèse.

Intolérance au lactose
(…)
Quand quelqu'un devient «intolérant au lactose», il est plus que probable que son corps ne produit plus l'enzyme lactase. La question est: pourquoi cela se passe-t-il ainsi? Est-ce dû à l'héritage et à la génétique de la personne? Peut-être. Ou, cela pourrait être dû à leurs choix de style de vie. Un intestin enflammé et endommagé peut survenir avec une surconsommation d'alcool, de drogues, de graisses polyinsaturées, de céréales, d'aliments transformés, d'additifs, etc. Une fois l'intestin grêle endommagé, la production de lactase est inhibée et le lactose devient difficile à digérer. Le résultat est que la consommation de lait conduit à un intestin [plus] enflammé qui produit des gaz, des ballonnements, des douleurs intestinales, et une incapacité à digérer le lactose effectivement.

L’intolérance au lactose est-elle réversible ?
La Fondation Weston A. Price a mené une enquête auprès de plus de 2 200 personnes passant du lait pasteurisé au lait cru. Parmi les 155 personnes qui ont déclaré être intolérantes au lactose avant de passer à la consommation de lait cru, 81% n'ont signalé aucun symptôme d'intolérance au lactose après être passées au lait cru. L'enquête a conclu que l'intolérance au lait peut être due à la transformation du lait (par rapport au lait réel non traité).

Pour ceux qui ne peuvent pas obtenir du lait cru ou ne veulent pas dépenser de l'argent, la guérison de l'intestin peut être le meilleur pari. Essayez d'enlever les céréales et les aliments difficiles à digérer comme les noix, les légumes crus et les légumineuses. Ajoutez à votre menu des bouillons d'os, de l'huile de noix de coco, une carotte crue et de la gélatine pour essayer de guérir l'intestin et la muqueuse intestinale. Le Dr Ray Peat, biologiste, chercheur en nutrition et défenseur du lait, croit que vous pouvez guérir les intestins de l'intolérance au lactose en aussi peu que deux semaines. Dr. Peat dit  que vous pouvez d'abord essayer d'ajouter une petite quantité de fromage sans additif (le fromage n'a pas de lactose). Si vous pouvez tolérer le fromage, le Dr Peat suggère d'ajouter lentement un peu de lait entier, bio et issu de vaches nourries à l'herbe. Ma suggestion est de commencer par boire 1-2 onces de lait une fois par jour (30-60 ml), sept jours par semaine. Chaque semaine, ajoutez une autre once chaque jour jusqu'à ce que vous puissiez boire le montant désiré.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:31

L’histoire de Michelle

Michelle est une femme célibataire de carrière qui a 40 ans. Michelle a été incroyablement active toute sa vie, travaillant dur et intensément presque tous les jours. Michelle mange un régime faible en glucides, sans produits laitiers, sans céréales, à faible teneur en fruits, élevé en légumes crus, à forte teneur en noix et à haute teneur en protéines de type viande. Michelle s'est d'abord sentie bien dans ce programme – elle a perdu du poids et s'est sentie forte – mais environ un an après le régime pauvre en glucides, les choses ont commencé à changer.

Michelle se plaignait de fatigue, de problèmes de sommeil, de gaz, de ballonnements, d'intolérance au lactose et de prise de masse adipeuse. Michelle était fatiguée de se sentir fatiguée et gonflée, et elle voulait récupérer son énergie.

Michelle avait besoin de comprendre qu'un régime faible en glucides est stressant pour le corps. Trop de protéines sans une quantité adéquate de glucides augmente les niveaux d'insuline, de cortisol et d'adrénaline. Comme vous le savez maintenant, les bons glucides sont la source d'énergie préférée de votre corps. Bien que le corps puisse survivre et rester mince avec un régime faible en glucides, à long terme, ce type de régime crée des problèmes.

Le but de Michelle était de se sentir à nouveau en bonne santé, ce qui a commencé avec la guérison de son intestin. Cela comprenait un régime rempli de bouillon d'os, d’huile de noix de coco, de gélatine, de soupes de courges et de pommes de terre, une carotte crue, du poisson blanc, des fruits cuits, du sel, et certains fromages sans additifs (ricotta et Parmesan Reggiano). En raison de l'intolérance au lactose de Michelle, elle ne mangeait que du fromage et un peu de yogourt.

Après le premier mois, l'énergie de Michelle a commencé à revenir, son sommeil s'est amélioré et son estomac était moins gonflé. À ce stade, Michelle a commencé à ajouter un peu de lait entier bio (2 onces / jour = 60 ml) pour voir comment son corps réagirait. À la surprise de Michelle, il n'y avait pas de gaz, pas de ballonnements, pas de problème. Le lait entier est plus tolérable que les variétés à faible teneur en matières grasses. Chaque semaine, Michelle a ajouté 2 onces de lait, jusqu'à ce qu'elle atteigne 3-4 tasses par jour.

Michelle connaissait l'importance du calcium pour la santé de ses os, mais elle ne savait pas que cela pourrait l'aider à mieux dormir, à perdre de la graisse et à diminuer la douleur musculaire. Aujourd'hui, Michelle boit du lait tous les jours, travaille moins, mange plus, dort mieux et a maintenu son objectif de poids.

Comme vous pouvez le voir, il y a plus dans le lait que ce que nous pouvons percevoir. Oui, le lait peut être considéré comme mauvais pour certaines personnes. Mais, [en général], avec un lait de bonne qualité, chez la bonne personne, dans les bonnes quantités, ce lait peut être très bénéfique. Je bois du lait tous les jours. Pour moi, les avantages du lait l'emportent de loin sur les inconvénients.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:39

Les bénéfices à boire du lait
Le lait améliore la densité osseuse

Le lait et les autres produits laitiers ont un rapport calcium / phosphore élevé. Le rapport entre le calcium et le phosphore dans les aliments est très important pour la santé des os. Le phosphore, un minéral important pour le développement des os, en excès, peut conduire à déplacer le calcium, ce qui conduira à une augmentation de l'hormone parathyroïdienne (PTH). L'hormone parathyroïdienne est libérée par la glande parathyroïde lorsque les niveaux de calcium dans le sang sont faibles. Rappelez-vous: le calcium est nécessaire non seulement pour la santé des os et des dents, mais aussi pour la fonction nerveuse, la coagulation sanguine et les contractions musculaires et cardiaques. En raison de toutes ses fonctions, le calcium dans le sang est étroitement surveillé.

Si une personne n'a pas ingéré suffisamment de calcium ou trop de phosphore et que les taux sanguins de calcium deviennent trop bas, l'hormone parathyroïdienne (PTH) augmente et indique au corps d'absorber / résorber plus de calcium, principalement en extrayant le calcium des os. Des niveaux chroniquement élevés de PTH, entre autres choses, conduiront à la dégradation des os, ce qui conduira éventuellement à l'ostéoporose et au vieillissement accru. La laiterie, riche en calcium et en minéraux, aide à prévenir la survenue de la PTH, diminuant ainsi la dégradation osseuse.

Selon une étude publiée en 2004 dans le Biofactors Journal, consommer des aliments 2 fois plus riches en calcium qu’en phosphore augmente l'absorption du calcium et diminue la PTH. Le lait, avec son taux élevé de calcium, est un aliment idéal pour la santé des os et des dents. Les aliments riches en phosphore et pauvres en calcium, comme les céréales, les viandes musculaires, les aliments transformés et les sodas, peuvent inhiber l'absorption du calcium et entraîner une dégradation des os.
Si vous voulez des os forts et en bonne santé, consommez des aliments riches en calcium comme les produits laitiers.

Une étude réalisée en 2013 dans Osteoporosis International a révélé des niveaux plus élevés de masse osseuse et de densité osseuse chez 4 800 hommes et femmes âgés de 66 à 95 ans qui consommaient du lait régulièrement tout au long de leur vie.

Une étude de Nutrition and Research Practices a rapporté la relation entre la densité minérale osseuse et la consommation de lait chez les adolescents et les filles: Parmi les 664 adolescents âgés de 15 à 17 ans, ceux qui consomment plus de lait ont une meilleure densité minérale osseuse.*

* NDLR : C’est exact mais c’est du lobbying et ça ne prouve pas grand-chose, ce dernier lien, si vous avez en face de vous des ados qui ingèrent des sodas au cola et l’autre camp qui prend du lait au petit déj avec des céréales. En outre les Norvégiens sont les personnes qui consomment le plus de lait en Europe, et ce sont eux qui ont le taux d’ostéoporose le plus élevé. Les asiatiques ne boivent pas de lait et n’ont pas de problème d’ostéoporose. Qu’est-ce qui fait la différence alors, à votre avis ?

Lire le lien pour comprendre, si vous ne savez pas encore. Mais sachez déjà que le British Medical Journal a publié en 2015 une large revue d’études [1], dont la conclusion était : « La prise de calcium alimentaire n’est pas associée à un risque de fracture moins élevé, et il n’existe pas d’essai clinique prouvant qu’augmenter le calcium alimentaire prévient les fractures. »

Dans une étude publiée dans le JAMA (Journal of the American Medical Association) : prendre plus de 1 000 mg de calcium sous forme ce complément alimentaire est associé à 20 % de risques en plus de mourir d’une maladie cardio-vasculaire. [2]

Il faut veiller aux 3 mousquetaires : Mg D3 et surtout à K2, avec un apport adéquat de calcium alimentaire, pas nécessairement issu des laitages (+ un équilibre entre les cations basiques – Ca Mg K – et les cations acidifiants – P S), avec un bon rapport Ca/P (situé entre 1/1 et 2.3/1).

1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
2. Dietary and Supplemental Calcium Intake and Cardiovascular Disease Mortality, Q. Xiao et al., JAMA Network, 2013
Fin du commentaire NDLR.


Le lait améliore la masse corporelle
Le lait, souvent promu comme aliment d'engraissement par les opposants au lait, est continuellement lié aux gens qui sont moins gros. Une explication de la masse corporelle inférieure est l'effet du calcium sur les cellules du corps. Lorsque des quantités adéquates de calcium sont dans l'alimentation, l'hormone parathyroïdienne (PTH) est maintenue faible. Selon le Dr Ray Peat, «Lorsque la PTH est maintenue faible, les cellules augmentent leur formation de protéines découplantes, ce qui fait que les mitochondries utilisent l'énergie à un taux plus élevé.

Les mitochondries de chaque cellule sont l’endroit où l'énergie est produite. L'augmentation de la production d'énergie de la mitochondrie augmente le métabolisme global
.

Nutrient Journal a rapporté dans une étude réalisée en 2013 auprès de 720 hommes et femmes que l'augmentation de la consommation de produits laitiers est liée à une composition corporelle plus favorable. La recherche actuelle en Corée, en Europe, aux États-Unis et au Brésil a également montré une forte corrélation entre les buveurs de lait et la diminution de la masse corporelle et l'amélioration de la santé.

Même chez les personnes âgées, une étude du Journal of Academy of Nutrition Dietetics a rapporté en 2013 une association entre l'augmentation de la consommation de produits laitiers à une meilleure masse corporelle et l’augmentation de la performance physique chez 1 456 femmes âgées de 70-85 ans.

Le lait aide à réguler la pression artérielle et à améliorer la santé cardiovasculaire
David McCarron a fait pas mal de recherches montrant comment un calcium faible peut augmenter la tension artérielle. Un faible taux de calcium augmente la PTH, ce qui diminue le calcium dans l'os et augmente la calcification des tissus mous. Si le cœur et les vaisseaux sanguins retiennent le calcium, ils ne pourront pas se détendre complètement, ce qui entraînera une augmentation de la pression artérielle.

Une étude dans le Journal of American College Nutrition en 2009 a rapporté que la consommation de produits laitiers a montré des améliorations de la pression artérielle chez les hommes hypertendus.

Une étude dans Hypertension Journal a suivi 2 512 hommes sur une période de 23 ans. Les hommes qui consommaient le plus haut niveau de produits laitiers avaient une tension artérielle significativement plus basse que les hommes qui consommaient le moins de produits laitiers.
Plusieurs études, y compris l'étude Helena en Europe ont montré une relation inverse entre la consommation de lait et les maladies cardiovasculaires (MCV). Des pays comme la France, la Suède, l'Italie, la Grèce, la Suisse et le Danemark ont des niveaux de consommation laitière parmi les plus élevés tout en présentant les taux d'hypertension et de MCV les plus faibles.

Les autres bénéfices santé du lait
La consommation de lait a entraîné des améliorations chez les personnes atteintes du syndrome métabolique, de l'hyperglycémie, du diabète et des cancers du sein et du côlon. La consommation de lait montre également une meilleure absorption de certaines vitamines et minéraux, y compris le calcium, la vitamine A et la vitamine B12, tous nécessaires pour une santé optimale et un métabolisme de haut niveau.

Lait: une nourriture complète
Le lait contient un rapport équilibré de graisses, de glucides et de protéines. Le lait entier contient 8 grammes de chacun de ces macronutriments. Le lait contient également du calcium, du magnésium, du potassium, du sélénium et du fer, ainsi que les vitamines A, B2, B12, K et D. Cela fait du lait un excellent régulateur de la glycémie et une collation saine entre les repas. Le lait fournit la bonne quantité de sucres pour maintenir une bonne énergie, des protéines pour la récupération, et de la graisse pour une satiété accrue.

C'est une des raisons pour lesquelles je recommande de boire du lait avec du sucre ajouté, du miel ou du cacao après l'entraînement. Le lait, en particulier le lait au chocolat, a fait l'objet de recherches approfondies en tant que boisson de récupération post-entraînement. La recherche montre que le lait peut améliorer la récupération après un événement et peut augmenter le niveau de performance pour l’événement suivant. Voici mes recommandations personnelles.
Lait (choix du type de lait)

Pour une bonne santé – Par ordre de préférence :
1. Le lait entier cru (non homogénéisé, non pasteurisé), des animaux nourris en pâturage, est le meilleur (sans additifs).
2. Lait entier bio pasteurisé, non homogénéisé, des animaux nourris en pâturage (sans additifs).
3. Lait entier pasteurisé et homogénéisé, des animaux nourris en pâturage (sans additifs).
4. Lait bio pasteurisé et homogénéisé, des animaux nourris en pâturage, 2% ou 1% de MG.
Rappelez-vous: moins le lait est traité et dégradé, moins il y a ‘additifs, plus cet aliment sera sain pour vous. La qualité est roi! Consultez [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour plus d'informations sur les produits laitiers crus.

Pour une récupération sportive:
1. Lait pasteurisé, non homogénéisé, nourri à l'herbe, 1% ou 2% de lait additionné de miel, de sucre ou de cacao cru.
2. Lait pasteurisé et homogénéisé, nourri à l'herbe, 2% ou 1% de lait additionné de miel, de sucre ou de cacao cru.
Il est important d'avoir des sucres dans votre système rapidement pour reconstituer le glycogène. Le lait riche en matières grasses ralentira ce processus.

Pour la perte de masse grasse:
1. Lait pasteurisé, non homogénéisé, nourri à l'herbe 1% ou 2%.
2. Lait pasteurisé et homogénéisé, nourri à l'herbe 1% ou 2%.
Lorsque vous cherchez une perte de graisse, boire 3-4 tasses de lait entier peut empêcher la perte de graisse. Le lait à teneur réduite en matières grasses peut encore offrir les bienfaits de l'augmentation du calcium, du magnésium, du potassium, des vitamines, du CLA, des protéines, des sucres et des graisses sans les calories ajoutées.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:41

Qu’en est-il des autres produits laitiers ?
Le fromage
J'aime le fromage et, tout comme le lait, le fromage peut être un aliment très nutritif, à condition qu'il s'agisse du bon fromage. Le problème avec la plupart des fromages n'est pas la teneur en matières grasses mais l'ajout d’agents de charge (fillers), y compris des OGM, les colorants alimentaires, la présure et les enzymes, la cellulose, les arômes artificiels et « naturels », les gommes, le carraghénane et les protéines de lactosérum. Les additifs dans le fromage peuvent devenir allergènes, ce qui fait que la plupart des gens blâment le fromage, pas les additifs.
Comme avec tous les aliments, vos meilleurs fromages sont ceux qui contiennent le moins d'additifs.



Voici mes quatre meilleurs fromages et leurs ingrédients:
1. Fromage à la ricotta bio: lait écrémé, sel, vinaigre.
NDLR : La ricotta a cinq fois plus de calcium que le cottage cheese auquel elle ressemble beaucoup. La ricotta est un fromage blanc crémeux, doux et frais avec une texture douce et un goût légèrement sucré. Il est couramment utilisé dans les plats de pâtes italiennes et les desserts. Comme dessert, Ricotta fonctionne bien avec du miel, des fruits ou du chocolat. Un excellent accompagnement pour la Ricotta inclue des baies, des mandarines, du melon, des bagels, un petits pain, et le pain italien croustillant, accompagné d’un vin blanc léger tel que le Sauvignon Blanc ou un Chenin Blanc.
2. Parmesan Reggiano: Lait, sel et présure animale.
3. Mascarpone: Crème épaisse et jus de citron.
4. Cottage Cheese: lait entier, crème, lait écrémé, sel et culture naturelle de bactéries. Assurez-vous que votre cottage cheese soit exempt de carraghénane et de gommes. Enlevé le caillé si vous êtes sensible à l'acide lactique.


Dernière édition par Luc le Dim 22 Juil 2018 - 14:08, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Yoghourt

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:42

Yoghourt
Les aliments fermentés comme le yoghourt peuvent être très bien pour la plupart des gens, en petites quantités. Je ne recommande pas de manger du yoghourt comme source principale de protéines ou de calcium; le lait et le fromage sont de meilleures options. Selon le Dr Ray Peat, «l'acide lactique dans le yogourt déclenche des réactions inflammatoires, conduisant éventuellement à la fibrose, et l'effet immédiat est d'attirer les réserves de glycogène du foie comme énergie afin de le convertir en glucose.» Pour toute personne hypoglycémique, qui a un foie surchargé, ou qui est hypo-métabolique, n'importe quel type de yaourt peut ne pas être un aliment idéal.

Choisissez le yaourt grec simple à 2%. Le yogourt grec contient moins d'additifs, plus de protéines et moins d'acide lactique; il est riche en calcium; et il a bon goût.
Les sources « propres » de lait et de produits laitiers offrent tant d'avantages à la santé des gens, c'est dommage que tant de gens soucieux de leur santé évitent les produits laitiers. De nombreux plans d'alimentation actuels affirment que le lait engraisse, entraîne des maladies cardiovasculaires et peut causer le cancer. La vérité est que la consommation de lait améliore la composition corporelle, la densité osseuse, l'absorption minérale, la pression artérielle, la sensibilité à l'insuline et la récupération musculaire, et peut diminuer les risques de certains cancers. Je pense qu'il est important de se rappeler que tous les laits et produits laitiers ne sont pas créés égaux. Les additifs, la pasteurisation, l'homogénéisation et la teneur en matières grasses peuvent tous jouer un rôle dans la tolérance aux produits laitiers. Mon conseil est de ne pas abandonner le lait et les produits laitiers. Faites un peu de recherche et trouvez une source locale de qualité près de chez vous ou, à tout le moins, achetez une source bio nourrie à l'herbe, [sans additifs]. Pour une fois les publicités sont vraies. Le lait fait du bien au corps!


Dernière édition par Luc le Dim 22 Juil 2018 - 14:12, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:42

Idées principales du chapitre 9 : Ce que vous devez retenir


1. Les produits laitiers et le lait sont vos meilleures sources de calcium disponibles. Le lait contient également du magnésium, du potassium et du sélénium, ainsi que des vitamines A, B, D et K.

2. Le lait bio est le meilleur. La recherche montre que les vaches qui mangent de l'herbe produisent du lait avec des niveaux plus élevés de CLA et de protéines. Le lait bio est également exempt d'hormones et d'antibiotiques.

3. Le lait cru est préféré aux laits pasteurisés ou homogénéisés pour ses bienfaits nutritionnels accrus.

4. L'intolérance au lactose peut être le signe d'une mauvaise fonction intestinale par rapport à l'incapacité à produire de la lactase. (La lactase est l’enzyme qui permet de digérer le sucre du lait, le lactose, ndlr). Beaucoup de gens peuvent améliorer leur digestibilité du lait en guérissant l'intestin et en ajoutant du lait dans l'alimentation très lentement.

5. Le lait peut améliorer la densité osseuse, la masse corporelle, la santé cardiovasculaire, le syndrome métabolique, l'hyperglycémie, le diabète et les cancers du sein et du côlon.


Dernière édition par Luc le Dim 22 Juil 2018 - 14:13, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 12:43

Références du chapitre 9: Les références sont listées dans l’ordre où elles apparaissent.
1. A. Aro, et ah, Kuopio University, Finland; P Bougnoux; R. Lavillonniere; and E. Riboli, “Inverse Relation between CLA in Adipose Breast Tissue and Risk of Breast Cancer. A Case- Control Study in France,” Inform, 1999, 10;5:S43.
2. S.K. Jensen, “Quantitative Secretion and Maximal Secretion Capacity of Retinol, Beta-Carotene and Alpha-Tocopherol into Cows’ Milk,”/Dairy Res, 1999, 66, no. 4: 511-22.
3. T.R. Dhiman, G. R. Anand, et ah, “Conjugated Linoleic Acid Content of Milk from Cows Fed Different Diets,” J Dairy Sci, 1999, 82(10): 2146-56.
4. U. Riserus, P. Arner, et ah, “Treatment with Dietary Trans 10cis12 Conjugated Linoleic Acid Causes Isomer- Specific Insulin Resistance in Obese Men with the Metabolic Syndrome,” Diabetes Care, 2002, 25(9): 1516—21.
5. WJ Crinnion, “Organic Foods Contain Higher Levels of Certain Nutrients, Lower Levels of Pesticides, and May Provide Health Benefits for the Consumer,” Altern Med Rev, April 2010, 15(1):4—12.
6. E. Palupi, A. Jayanegara, A. Ploeger, and J. Kahl, “Comparison of Nutritional Quality Between Conventional and Organic Dairy Products: A Meta-Analysis,”/Sci Food Agric, November 2012, 92(l4):2774-81.
7. Charles M. Benbrook, Gillian Butler, Maged A. Latif, Carlo Leifert, and Donald R. Davis, “Organic Production Enhances Milk Nutritional Quality by Shifting Fatty Acid Composition: A United States-Wide, 18-Month Study,” published online December 9, 2013.
8. JK Lorenzen, SK Jensen, and A. Astrup, “Milk Minerals Modify the Effect of Fat Intake on Serum Lipid Profile: Results from an Animal and a Human Short-Term Study” Br J Nutr, November 25, 2013, 1-9.
9. FI Arnaldezand LJ Helman, “Targeting the Insulin Growth Factor Receptor 1, ” Hematol. Oncol. Clin. North Am., June 2012, 26 (3): 527-42, vii-viii.
10. SS Epstein, “Unlabeled Milk from Cows Treated with Biosynthetic Growth Hormones: A Case of Regulatory Abdication,” Int J Health Seru, 1996, 26(1): 173—85-
11. J. Guevara-Aguirre, P Balasubramanian, M. Guevara- Aguirre, M. Wei, F. Madia, CW Cheng, D. Hwang, A. Martin-Montalvo, J. Saavedra, S. Ingles, R. de Cabo, P. Cohen, and VD Longo, “Growth Hormone Receptor Deficiency Is Associated with a Major Reduction in Pro- Aging Signaling, Cancer, and Diabetes in Humans, ” Sci Transi Med, February 2011, 3 (70):70ral3.
12. Helena Lindmark Mânsson,“Fatty Acids in Bovine Milk Fat,” Food Nutr Res, 2008; 52: 10.3402/fmw52i0.1821.
13. RJ van Neerven, EF Knol, JM Heck, and HF Savelkoul, “Which Factors in Raw Cow’s Milk Contribute to Protection Against Allergies?” J Allergy Clin Immunol, October 2012, 130(4):853—8.
14. ME Mangino and JR Brunner, “Homogenized Milk: Is it Really the Culprit in Dietary-Induced Atherosclerosis?”/ Dairy Sci, August 1976, 59(Cool: 1511—2.
15. A. Zamora, AJ Trujillo, E. Armaforte, DS Waldron, and AL Kelly, “Effect of Fat Content and Homogenization Under Conventional or Ultra-High-Pressure Conditions on Interactions Between Proteins in Rennet Curds,” J Dairy Sci, September 2012, 95(9):4796-803.
16. AATribst, PE Augusto, and M. Cristianini, “The Effect of High Pressure Homogenization on the Activity of a Commercial (3-galactOSidase,” JIndMicrobiol Biotechnol, November 2012, 39(11): 1587—96.
17. MA Augustin and P. Udabage, “Influence of Processing on Functionality of Milk and Dairy Proteins,” Adv Food Nutr Res., 2007, 53:1-38.
18. MB Let, C. Jacobsen, AD Sorensen, and AS Meyer, “Homogenization Conditions Affect the Oxidative Stability of Fish Oil Enriched Milk Emulsions: Lipid Oxidation,”/ Agric Food Chem., March 7, 2007, 55(5):1773-80.
19. TR Neyestani, M. Hajifaraji, N. Omidvar, B. Nikooyeh, MR Eshraghian, N. Shariatzadeh, A. Kalayi, N. Khalaji, M. Zahedirad, M. Abtahi, and S. Asadzadeh, “Calcium- Vitamin D-Fortified Milk Is as Effective on Circulating Bone Biomarkers as Fortified Juice and Supplement but Has Less Acceptance: A Randomised Controlled School-Based Trial,” J Hum Nutr Diet, November 25, 2013. doi: 10.1111/ jhn. 12191.
20. KJ Murphy, GE Crichton, KA Dyer, AM Coates, TL Pettman, C. Milte, AA Thorp, NM Berry, JD Buckley, M. Noakes, and PR Howe, “Dairy Foods and Dairy Protein Consumption Is Inversely Related to Markers of Adiposity in Obese Men and Women,” Nutrients, November 20, 2013, 5(11):4665—84.
21. LC Muniz, SW Madruga, and CL Araujo, “Consumption of Dairy Products by Adults and the Elderly in the South of Brazil: A Population-Based Study,” Cien Saude Colet, December 2013, 18(12):3515-22.
22. PJ Huth and KM Park, “Influence of Dairy Product and Milk Fat Consumption on Cardiovascular Disease Risk: A Review of the Evidence,” Adv Nutr, May 1, 2012, 3(3):266- 85.
23. DI Givens, “Milk in the Diet: Good or Bad for Vascular Disease?” Proc Nutr Soc., February 2012, 71(1):98—104.
24. KM Livingstone, JA Lovegrove, JR Cockcroft, PC Elwood, JE Pickering, and DI Givens, “Does Dairy Food Intake Predict Arterial Stiffness and Blood Pressure in Men?: Evidence from the Caerphilly Prospective Study,” Hypertension, January 2013, 61 (1):42—7.
25. SA de Albuquerque Fernandes, AP Magnavita, SP Ferrao, SA Gualberto, AS Faleiro, AJ Figueiredo, and SV Matarazzo, “Daily Ingestion of Tetracycline Residue Present in Pasteurized Milk: A Public Health Problem,” Environ Sci Pollut Res Int., November 17, 2013.
26. F. Fumeron, A. Lamri, N. Emery, N. Bellili, R. Jaziri, I. Porchay-Baldérelli, O. Lantieri, B. Balkau, and M. Marre; DESIR Study Group, “Dairy Products and the Metabolic Syndrome in a Prospective Study, DESIR.” J Am Coll Nutr, October 2011, 30.
27. F. Fumeron, A. Lamri, C. Abi Khalil, R. Jaziri, I. Porchay- Baldérelli, O. Lantieri, S. Vol, . Balkau, and M. Marre, “Dairy Consumption and the Incidence of Hyperglycemia and the Metabolic Syndrome: Results from a French Prospective Study, Data from the Epidemiological Study on the Insulin Resistance Syndrome (DESIR), Diabetes Care, April 2011, 34(4):813-7.
28. P. Drouillet, B. Balkau, MA Charles, S. Vol, M. Bedouet, P. Ducimetière; DESIR Study Group, “Calcium Consumption and Insulin Resistance Syndrome Parameters. Data from the Epidemiological Study on the Insulin Resistance Syndrome (DESIR),” Nutr Metab Cardiovasc Dis, September 2007, 17(7):486-92.
29- CM Benbrook, G. Butler, MA Latif, C. Leifert, and DR Davis, “Organic Production Enhances Milk Nutritional Quality by Shifting Fatty Acid Composition: A United States-Wide, 18-Month Study.” PLoS One. 2013 Dec 9;8( 12)
30. Y. Kim, OJ Kelly, and JZ Ilich, “Synergism of E-linolenic Acid, Conjugated Linoleic Acid and Calcium in Decreasing Adipocyte and Increasing Osteoblast Cell Growth,” Lipids, August 2013, 48(Cool:787-802.
31. G. Zurera-Cosano, R. Moreno-Rejas, and M. Amaro-Lopez, “Effects of Processing on Contents and Relationship of Mineral Elements of Milk,” Food Chemistry, 1994, V51, Issue 1, pp. 75-78.
32. HM Said, DE Ong, and JL Shingleton, “Intestinal Uptake of Retinol: Enhancement by Bovine Milk Beta-Lactoglobulin,” The American Society for Clinical Nutrition, Inc., 1989.
33. CDC, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] questions-and-answers.html#benefits.
34. Ted Beals, MS, MD, “Pilot Survey of Cow Share Consumer/ Owners Lactose Intolerance Section,” February 2014. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
35. K. Rahmani, A. Djazayery, MI Habibi, H. Heidari, AR Dorosti-Motlagh, M. Pourshahriari, and L. Azadbakht, “Effects of Daily Milk Supplementation on Improving the Physical and Mental Function as well as School Performance Among Children: Results from a School Feeding Program,” J Res Med Sci, April 2011 , 16(4):469—76.
36. L. Paajanen, T. Tuure, T. Poussa, and R. Korpela, “No Difference in Symptoms During Challenges with Homogenized and Unhomogenized Cow’s Milk in Subjects with Subjective Hypersensitivity to Homogenized Milk,”/ Dairy Res, May 2003, 70(2):175-9.
37. RW Hubbard, Y. Ono, and A. Sanchez, “Atherogenic Effect of Oxidized Products of Cholesterol,” Prog Food Nutr Sci, 1989,13(1):17—44.
38. RM Bostick, JD Potter, TA Sellers, DR McKenzie, LH Kushi, and AR Folsom, “Relation of Calcium, Vitamin D, and Dairy Food Intake to Incidence of Colon Cancer Among Older Women. The Iowa Women’s Health Study,” Am J Epidemiol, June 15, 1993, 137(12): 1302-17-
39. CE Dugan, J. Barona, and ML Fernandez, “Increased Dairy Consumption Differentially Improves Metabolic Syndrome Markers in Male and Female Adults,” Metab Syndr Relat Disord, November 15 2013.
40. SJ Park, SE Joo, H. Min, JK Park, Y. Kim, SS Kim, and Y. Ahn, “Dietary Patterns and Osteoporosis Risk in Postmenopausal Korean Women,” Osong Public Health Res Perspect, December 2012, 3(4):199—205.
41. H. Shin, YS Yoon, Y. Lee, Cl Kim, and SW Oh., “Dairy Product Intake Is Inversely Associated with Metabolic Syndrome in Korean Adults: Anseong and Ansan Cohort of the Korean Genome and Epidemiology Study,” J Korean Med Sci, October 2013, 28(10): 1482-8.
42. S. Naik, V. Bhide, A. Babhulkar, N. Mahalle, S. Parab, R. Thakre, and M. Kulkarni, “Daily Milk Intake Improves Vitamin B-12 Status in Young Vegetarian Indians: An Intervention Trial.” Nutr J, October 9, 2013, 12(1): 136.
43. RK Bailey, CP Fileti, J. Keith, S. Tropez-Sims, W. Price, and SD Allison-Ottey, “Lactose Intolerance and Health Disparities Among African Americans and Hispanic Americans: An Updated Consensus Statement,” J Natl Med Assoc, Summer 2013, 105(2): 112-27.
44. BA Pribila, SR Hertzler, BR Martin,CM Weaver, and DA Savaiano, “Improved Lactose Digestion and Intolerance Among African-American Adolescent Girls Fed a Dairy-Rich Diet,” J Am Diet Assoc, May 2000, 100(5):524-8,
45. Andrew Curry, “Archaeology: The Milk Revolution: When a Single Genetic Mutation First Let Ancient Europeans Drink Milk, it Set the Stage for a Continental Upheaval,” July 31, 2013.
46. N. Murphy, T. Norat, P. Ferrari, M. Jenab, B. Bueno-de- Mesquita, G. Skeie, A. Olsen, A. Tjonneland, CC Dahm, K. Overvad, MC Boutron-Ruault, F. Clavel-Chapelon, L. Nailler, R. Kaaks, B. Teucher, H. Boeing, MM Bergmann, A. Trichopoulou, P. Lagiou, D. Trichopoulos, D. Palli, V. Pala, R. Tumino, P. Vineis, S. Panico, PH Peeters, VK Dik, E. Weiderpass, E. Lund, JR Garcia, R. Zamora-Ros, MJ Pérez, M. Dorronsoro, C. Navarro, E. Ardanaz, J. Manjer, M. Almquist, I. Johansson, R. Palmqvist, KT Khaw, N. Wareham, TJ Key, FL Crowe, V. Fedirko, MJGunter, and E. Riboli, “Consumption of Dairy Products and Colorectal Cancer in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC),” PLoS One, September 2, 2013, 8(9):e72715.
47. KD Ballard, E. Mah, Y. Guo, R. Pei, JS Volek, and RS Bruno, “Low-Fat Milk Ingestion Prevents Postprandial Hyperglycemia-Mediated Impairments in Vascular Endothelial Function in Obese Individuals with Metabolic Syndrome,” J Nutr, October 2013, 143(10): 1602—10.
48. SH Kim, WK Kim, and MH Kang, “Effect of Milk and Milk Products Consumption on Physical Growth and Bone Mineral Density in Korean Adolescents,” Nutr Res Pract, August 2013,7(4):309-14.
49. T. Eysteinsdottir, TI Halldorsson, I. Thorsdottir, G. Sigurdsson, S. Siguràsson, T. Harris, LJ Launer, V. Gudnason, I. Gunnarsdottir, and L. Steingrimsdottir, “Milk Consumption Throughout Life and Bone Mineral Content and Density in Elderly Men and Women,” Osteoporos Int., August 16, 2013.
50. MS Calvo and YK Park, “Changing Phosphorus Content of the U.S. Diet: Potential for Adverse Effects on Bon e,” J Nutr, 1996, 126(4 Suppl):l 168S-1180S.
51. MS Calvo, “The Effects of High Phosphorus Intake on Calcium Homeostasis,” Adv Nutr Res, 1994, 9:183-207.
52. MS Calvo, “Dietary Phosphorus, Calcium Metabolism and Bone,” J Nutr, September 1993, 123(9): 1627—33.
53. M. Koshihara, R. Masuyama, M. Uehara, and K. Suzuki, “Effect of Dietary Calcium:Phosphorus Ratio on Bone Mineralization and Intestinal Calcium Absorption in Ovariectomized Rats,” Biofactors, 2004, 22(l-4):39-42.
54. S. Radavelli-Bagatini, K. Zhu, JR Lewis, SS Dhaliwal, and RL Prince, “Association of Dairy Intake with Body Composition and Physical Function in Older Community- Dwelling Women,” J Acad Nutr Diet, December 2013, 113 ( 12) : 1669—74.
55. BH Rice, EE Quann, and GD Miller, “Meeting and Exceeding Dairy Recommendations: Effects of Dairy Consumption on Nutrient Intakes and Risk of Chronic Disease,” Nutr Rev, April 2013, 71(4):209-23. doi: 10.1111/ nure.12007. Epub January 30, 2013.
56. T. Fujita, “Calcium, Parathyroids and Aging,” Contrib Nephrol, 1991, 90:206-11.
57. DA McCarron, CD Morris, and R. Bukoski, “The Calcium Paradox of Essential Hypertension,J Med, January 26, 1987, 82(lB):27-33.
58. KF Hilpert, SG West, DM Bagshaw, V. Fishell, L. Barnhart, M. Lefevre, MM Most, MB Zemel, M. Chow, AL Hinderliter, and PM Kris-Etherton, “Effects of Dairy Products on Intracellular Calcium and Blood Pressure in Adults with Essential Hypertension,” J Am Coll Nutr, April 2009, 28(2): 142-9.
59. S. Bel-Serrat, T. Mouratidou, D. Jiménez-Pavôn, I. Huybrechts, M. Cuenca-Garcia, L. Mistura, F. Gottrand, M. Gonzalez-Gross, J. Dallongeville, A. Kafatos, Y. Manios, P. Stehle, M. Kersting, S. De Henauw, M. Castillo, L. Hallstrom, D. Molnar, K. Widhalm, A. Marcos, and L. Moreno; HELENA study group, “Is Dairy Consumption Associated with Low Cardiovascular Disease Risk in European Adolescents? Results from the HELENA Study,” Pediatr Obes, July 15, 2013.
60. MP Villeneuve, Y. Lebeuf, R. Gervais, GF Tremblay, JC Vuillemard, J. Forrin, and PY Chouinard, “Milk Volatile Organic Compounds and Fatty Acid Profile in Cows Fed Timothy as Hay, Pasture, or Silage,” J Dairy Sci, November 2013, 96(11):7181—94.
61. Lisa Ferguson-Stegall, Erin McCleave, Phillip G. Doerner, Zhenping Ding, Benjamin Dessard, Lynne Kammer, Bei Wang, Yang Liu, and John L. Ivy, FACSM, “Effects of Chocolate Milk Supplementation on Recovery from Cycling Exercise and Subsequent Time Trial Performance.” Exercise Physiology and Metabolism Laboratory, Department of Kinesiology, University of Texas at Austin.
62. Jason R. Karp, Jeanne D. Johnston, Sandra Tecklenburg, Timothy D. Mickleborough, Alyce D. Fly, and Joel M. Stager, “Chocolate Milk as a Post-Exercise Recovery Aid,” International Journal of Sport Nutrition and Exercise Metabolism, 2006, 16, 78-91.
63. S. Mahé, P. Marteau, JF Huneau, F. Thuillier, and D. Tomé, “Intestinal Nitrogen and Electrolyte Movements Following Fermented Milk Ingestion in Man,” Br J Nutr, February 1994, 71(2): 169-80.
64. L. Ebringer, M. Ferencfk, and J. Krajcovic, “Beneficial Health Effects of Milk and Fermented Dairy Products— Review,” Folia Microbiol (Praha), 2008, 53(5):378-94.
65. A. Haug, OA Christophersen, AT Hostmark, and OM Harstad, “Milk and Health,” Tidsskr Nor Laegeforen, October 4, 2007, 127(19):2542-5.
66. MH Shin, MD Holmes, SE Hankinson, K. Wu, GA Colditz, and WC Willett, “Intake of Dairy Products, Calcium, and Vitamin D and Risk of Breast Cancer,” J Natl Cancer Inst, September 4, 2002, 94( 17): 1301-11.
67. MA Rakib, WS Lee, GS Kim, JH Han, JO Kim, and YL Ha, “Antiproliferative Action of Conjugated Linoleic Acid on Human MCF-7 Breast Cancer Cells Mediated by Enhancement of Gap Junctional Intercellular Communication Through Inactivation of NF- K B,” Evid Based Complement Alternat Med, November 25, 2013.
68. Dr. Ray Peat, “Milk in Context: Allergies, Ecology, and Some Myths.” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
69. Dr. Ray Peat, “Calcium and Disease: Hypertension, Organ Calcification, & Shock, vs. Respiratory Energy.” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] raypeat.com
70. Josh Rubin, “The Metabolic Blueprint,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] EastWestHealing.com.
71. Weston A. Price, “Nutrition and Physical Degeneration.” Published by The Price-Pottinenger Nutrition Foundation Inc. 2009.
72. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] heart-disease/by-country/.
73. “Current Worldwide Total Milk Consumption per Capita,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
74. Danny Roddy, “The Peat Whisperer,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] com.
75. Sara Holmberg, Anders Thelin, and Eva-Lena Stiernstrom, “Food Choices and Coronary Heart Disease: A Population Based Cohort Study of Rural Swedish Men with 12 Years of Follow-up,” Int. J. Environ. Res. Public Health, 2009, 6, pp. 2626-2638.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos uitles sur le lait et les laitages

Message  Luc le Dim 22 Juil 2018 - 14:17

Lire aussi le commentaire sur les laitages
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Liens intéressants pour faire contre-poids:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Celine57 le Dim 22 Juil 2018 - 17:24

Ça reste quand même un livre qui bouscule les (nos ) idées reçues.... il va falloir, comme tu dis, retourner à l'école.
Mais ça sera plus facile en partant sur un terrain déjà assaini Arrow

_________________
Tout ce à quoi je résiste, persiste.
 C. G. Jung
avatar
Celine57
Accro
Accro

Messages : 360
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 69
Localisation : Alpes de Haute Provence

Revenir en haut Aller en bas

comparaison du profil aminé des laits humain & de vache

Message  Luc le Lun 23 Juil 2018 - 10:49

Celine57 a écrit:Ça reste quand même un livre qui bouscule les (nos ) idées reçues.... il va falloir, comme tu dis, retourner à l'école.
Mais ça sera plus facile en partant sur un terrain déjà assaini Arrow
Voir la réponse, avec une comparaison du profil aminé des laits humain, de vache et de chèvre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  sumerien le Mer 25 Juil 2018 - 10:56

Kate deering n'oublie pas un peu l'index insulinique élevé du lait et des produits laitiers en général !
avatar
sumerien
Accro
Accro

Messages : 226
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 11:29

sumerien a écrit:Kate deering n'oublie pas un peu l'index insulinique élevé du lait et des produits laitiers en général !

Le lait et la plupart des fromages ont un IG correct. C'est le yaourt qui a un index insulinémique (II) qui frôle le plafond et qui décoiffe …
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Source:
Kristine Bell, September 2014
Clinical Application of the Food Insulin Index to Diabetes Mellitus
lien intéressant:
Food insulin index
[size=16][size=16][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [/size][/size]

PS: Attention, les amateurs de jelly beans (bonbons en forme de haricot), cuberdons et autres guimauves, si vous avez encore des souvenirs associés à l'enfance clown

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 12:25

Les fromages à pâte fermentée / persillée sont une exception (bleu, fourme, roquefort, gorgonzola, etc). Leur II est très élevé.
Mais bon, c'est aussi une question de proportion et cela dépend aussi de ce qui précède.
Pas une bonne idée de finir un repas avec un fromage bleu et un verre de vin supplémentaire. Sad
Maintenant, cela dépend aussi de ce que vous avez mangé dans le courant de la journée. Si vous vous situez sous l'apport recommandé, cela passera probablement, pour les personnes qui n'ont pas de problème (pas dans un régime SGSC, évidemment).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 14:12

Chapitre 10

Qu’en est-il de la viande musculaire ?
Muscle Meat >< Organ Meat + bone and skin

Idées clés


• Nous ne mangeons plus ou pas très souvent les abats et les bas morceaux qui servaient de base aux bouillons d’os et aux sauces mijotées.

• Or, les viandes musculaires sont riches en acides aminés pro-inflammatoires (tryptophane, cystéine, histidine et méthionine).

La viande issue d’élevage en pâturage est moins riche en oméga-6.
NDLR : Je choisis alors une viande marbrée (graisse intramusculaire) car elle a plus de saveur.

• Une viande bio ne convient pas nécessairement si l’animal a été nourri à base de grains (maïs et soja).

Faites suivre la consommation de viande musculaire d’un bouillon de volaille ou de gélatine afin d’équilibrer les acides aminés.

La quantité et la fréquence de l’ingestion de viande musclée dépend aussi de votre taux métabolique. On ne donne pas du foie de veau à un tuberculeux ! On modère, dans un 1er temps, lorsque l’équilibre acido-basique est HS.

• S’il y a régulièrement de la viande ou des céréales au menu, nous devons penser à équilibrer l’excès de phosphore (ratio Ca/P), sinon cela empira l’inflammation …

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Muscle Meat >< Organ Meat + bone and skin

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 14:24

Chapitre 10 :Qu’en est-il de la viande musculaire ?
Comme vous pouvez le constater, quand il s'agit de manger de la viande, il y a deux points de vue très contradictoires, à la fois soutenus par des faits et l'histoire, qui peuvent vous amener à vous demander quelle est le fond de vérité dans tout cela. Eh bien, il y a de la véracité dans les deux points de vue. Si vous avez réalisez maintenant, c’est que rien n'est tout noir ou tout blanc quand il s'agit des lignes directrices nutritionnelles. La consommation de viande peut ajouter des avantages au régime alimentaire d'une personne en bonne santé. Pourtant, manger de la viande, en excès ou par une personne dans un état hypo-métabolique, peut produire une inflammation, un métabolisme plus lent et une augmentation de la maladie.

Les inconvénients des viandes musculaires
Teneur élevée en acides aminés pro-inflammatoires
Les viandes musculaires sont riches en acides aminés [pro-]inflammatoires tels que le tryptophane, la cystéine, l'histidine et la méthionine. Comme je l'ai discuté au chapitre 7 à propos des protéines, les acides aminés inflammatoires en excès peuvent déclencher une réaction de stress dans le corps en augmentant l'hormone cortisol et en diminuant la fonction thyroïdienne. Le régime américain typique de 12 onces de viande musculaire par jour (336 gr), à mon avis, est beaucoup trop élevé. Une ingestion accrue de chair musculaire permet d'augmenter les acides aminés inflammatoires dans le sang. Toute personne ayant un trouble auto-immunitaire comme de l'arthrite ferait bien de rester loin d'un régime riche en viande pour cette même raison. L'augmentation de la consommation de viande va aggraver leur état en raison des acides aminés inflammatoires. Les personnes qui souffrent de la goutte, du diabète et du cancer sont également invités à minimiser leur consommation de viande.

Ratio élevé de phosphore vis-à-vis du calcium
Les viandes musculaires, comme les céréales, sont riches en phosphore et pauvres en calcium. Le rapport du phosphore au calcium dans le corps est important pour maintenir la santé des os et des dents. Le phosphore, un nutriment essentiel nécessaire pour des os et des dents solides, et la production d'énergie, en excès, augmenteront les hormones parathyroïdiennes et provoqueront le lessivage du calcium des os. Les régimes dont le ratio phosphore / calcium est élevé peuvent nuire à la synthèse de la vitamine D (nécessaire à l'absorption du calcium), ce qui perturbera l'homéostasie du calcium.

Wayne Campbell, PhD., de l'Université Purdue, a réalisé en 2010 une étude sur les femmes ménopausées, la perte de poids, la densité osseuse et l'apport en protéines. Dr Campbell a constaté que l'augmentation de l'apport en protéines musculaires favorisait une diminution de la densité osseuse après la perte de poids. Les régimes riches en protéines consistaient en 26% de protéines musculaires provenant du poulet et du bœuf. Puisque nous savons que la viande musculaire est riche en phosphore et pauvre en calcium, cette conclusion est tout à fait logique. Cependant, cela ne signifie pas nécessairement qu'un régime alimentaire à 26% de protéines est mauvais; cela signifie simplement qu'un régime à 26% de protéines de viande peut être mauvais. Une alimentation riche en produits laitiers, en bouillon d'os et en œufs aurait des effets très différents en raison de son rapport calcium / phosphore élevé, de ses nutriments ajoutés et de son profil amélioré en acides aminés.

Cela confirme pourquoi la majorité de nos sources de protéines devraient provenir des « super protéines » et pas seulement de la viande musculaire.

Viande de bétail élevé de manière conventionnelle
Malheureusement, la plupart des Américains consomment de la viande issue d'animaux d'élevage conventionnels. La plupart des bovins d'élevage conventionnels sont nourris avec des céréales génétiquement modifiées (OGM), principalement du maïs OGM et du soja génétiquement modifié. Étant donné que l'objectif des agriculteurs est d'engraisser le bétail, pas de lui donner une vie longue et paisible, des aliments anti-métaboliques, comme le soja et le maïs, sont utilisés pour engraisser le bétail rapidement. Les agriculteurs nourrissent également leur bétail avec ce qu'on appelle des "sous-produits d’aliments pour animaux". Il s'agit de déchets provenant de la fabrication d'aliments pour les humains et les animaux. Cela peut inclure des animaux de la même espèce, des animaux malades, des sabots, de la peau, des cheveux, du fumier, d'autres restes, du plastique, du chewing-gum, des bonbons et des déchets. En outre, les bovins d'élevage conventionnels reçoivent des suppléments à bas prix de protéines, des antibiotiques et d'autres médicaments, y compris des hormones de croissance.

Le résultat final est que le bétail est très malade. Habituellement, ces éleveurs de bétail en parc d'engraissement essaient de gérer les maladies causées par les céréales avec une panoplie de médicaments, y compris les ionophores (pour tamponner l'acidité) et les antibiotiques (pour réduire les abcès du foie). On estime que 70 % des antibiotiques du pays sont donnés aux bovins et à la volaille pour prévenir la maladie et accroître la croissance (un autre signe que l'industrie pharmaceutique entretient des relations malsaines avec l'industrie alimentaire). Cela signifie un produit de viande qui sera de loin de moins bonne qualité mais aussi en valeur nutritionnelle moindre.

La volaille est-elle meilleure?
De nombreuses personnes conscientes du point de vue nutritionnel pensent que manger de la volaille bio maigre est une option plus saine que le bœuf, l'agneau ou le bison en raison de la plus faible teneur en gras saturés du poulet. Encore une fois, c'est une pensée erronée. Le poulet et les dindes, même les variétés bio, consomment beaucoup de maïs et de soja. En raison de leurs régimes riches en maïs et soja, la viande de poulet contient plus de graisses polyinsaturées déprimant le métabolisme. Les animaux ruminants comme les vaches peuvent convertir les graisses insaturées en graisses saturées. Cependant, les poulets et les dindons ne sont pas des ruminants et leur système digestif ne permet pas ce processus, donc plus de gras polyinsaturé se retrouvera dans la viande. Souvenez-vous du chapitre 3 que les gras polyinsaturés sont liés à un système immunitaire affaibli, à une thyroïde léthargique et à une diminution de la digestion des protéines.

Selon Ray Peat, PhD., «Si vous dépendez du poulet pour votre apport principal de protéines, cela contribuera à déprimer vos niveaux de thyroïde et de progestérone. Les viandes, autres que le bœuf, l'agneau, le chevreuil / la biche et le bison, contiennent généralement suffisamment de gras polyinsaturés pour affecter la production d'œstrogène, de testostérone et d'énergie.

Il y a des années, j'ai mangé du poulet presque tous les jours de ma vie. Aujourd'hui, je peux manger du poulet une fois par mois. La viande de poulet bio issue des pâturages est difficile à trouver; la plupart des épiceries ne vendent que du poulet bio. Les poulets élevés dans les pâturages consommeront un régime naturel de vers, d'insectes et d'herbe, tandis que les poulets bio sont encore nourris de maïs et de soja bio.

L'envers du décor de la viande de muscle issue d’un pâturage
Oui, il y a des avantages à manger de la viande musculaire, à condition que ce soit la bonne qualité de viande. Comme je l'ai mentionné plusieurs fois, quand il s'agit de manger des aliments, y compris la viande, la qualité est roi. Si vous voulez manger de la viande, assurez-vous que votre viande provienne d'une source issue de pâturage et donc nourrie à l'herbe.

Les animaux ruminants élevés en pâturage sont nourris – tenez-vous bien – d’herbe. Eh bien, pour être honnête, on leur donne de l'herbe, des mauvaises herbes, des arbustes, du trèfle et tout ce qui est vert et à portée de l’animal. Selon l'USDA, les animaux nourris à l'herbe doivent manger comme suit: « L'herbe et / ou le fourrage doivent être la source d'alimentation consommée pendant toute la durée de vie de l'animal ruminant, à l'exception du lait consommé avant le sevrage. Le régime alimentaire doit provenir uniquement du fourrage et les animaux ne peuvent pas être nourris avec des céréales ou des sous-produits céréaliers et ils doivent avoir un accès continu aux pâturages pendant la haute saison. "

Les animaux ruminants tels que les vaches, les bisons et les moutons, contrairement aux humains, peuvent digérer l'herbe et la cellulose (fibre de l'herbe). Les animaux ruminants ont un estomac unique à quatre chambres qui permet un processus de re-mastication (appelé rumination) qui permet à ces animaux de digérer complètement et d'acquérir des nutriments à partir d'aliments hautement fibreux comme l'herbe. C'est pourquoi l'herbe est une source d'énergie idéale pour eux.

Au cours du processus digestif normal, les bactéries dans le rumen des bovins produisent une variété d'acides. Lorsque les animaux sont gardés dans les pâturages, ils produisent de grandes quantités de salive qui neutralisent  cette acidité. Cette salive permet au rumen de rester à un pH neutre, ce qui est idéal pour la santé de la vache.

Une étude du Journal of Animal Science a rapporté en 2009 que le bœuf nourri à l'herbe est meilleur pour la santé humaine de plusieurs manières.

Le bœuf nourri à l'herbe a:
1. Moins de graisse globalement
2. Plus de bêta-carotène
3. Plus de vitamine E
4. Plus de vitamines B: thiamine et riboflavine
5. Plus de minéraux: calcium, potassium et magnésium
6. Un rapport plus équilibré entre les oméga-3 et les oméga-6 (moins d'oméga-6 se trouve dans le bœuf nourri à l'herbe.)
7. Plus d'acide linoléique conjugué (CLA), que l'on trouve également dans le lait des bovins élevés en pâturage
8. Plus de sélénium et de fer



Les viandes d’animaux nourris à l'herbe sont beaucoup plus saines que les variétés conventionnelles d'élevage à base de céréales. Cependant, cette viande devrait encore  être consommée avec modération. Les viandes nourries à l'herbe sont encore riches en acides aminés pro-inflammatoires et en phosphore. Ainsi, une consommation élevée de viande musculaire nourrie à l'herbe, sans les facteurs de protection des autres super protéines comme le bouillon d'os et les produits laitiers, peut entraîner une inflammation, des maladies dégénératives, la maladie et le vieillissement.

Combien de viande musculaire est « sain » ?
Cela peut être une question complexe, puisque la réponse est basée sur la santé de la personne. Plus la personne est en bonne santé, plus elle peut consommer de viande musculaire sans effets négatifs. La plupart des gens en bonne santé font bien en mangeant de la viande musculaire deux ou trois fois par semaine. Vous devriez toujours, quel que soit votre état de santé, consommer de la viande musculaire avec un bol de bouillon d'os ou une cuillère à soupe de gélatine ajoutée. Rappelez-vous: Le bouillon d'os produit un meilleur profil d'acides aminés et ajoute du calcium supplémentaire. Cela rend la viande musculaire moins inflammatoire.
Je mange de la viande musculaire, principalement du bœuf maigre et du bison, une à deux fois par semaine. Cela semble très différent du régime que j'ai mangé il y a des années, qui consistait en une consommation quotidienne de poulet et de dinde. Je me sens mieux de manger moins de viande musculaire et de manger plus d'autres protéines animales comme le poisson, les produits laitiers, les œufs et le bouillon d'os.

Pour quelqu'un qui est dans un état hypo-métabolique (métabolisme lent) ou qui souffre de diabète, d'arthrite, de goutte, de cancer ou de toute autre maladie inflammatoire, je suggère d'éliminer complètement la viande musculaire ou au moins jusqu'à ce que sa santé s'améliore. Lorsque votre système est compromis, la consommation de viande musculaire peut grever votre foie, votre système digestif, vos os et vos articulations. Pour ces personnes, il est préférable de s'en tenir aux « super protéines » et de limiter les viandes musculaires à des occasions spéciales. Nous devons toujours nous souvenir de la santé de la personne lorsque nous déterminons ce qui «fonctionne» pour un individu.

Je pense que nous pouvons conclure que la viande musculaire n'est pas le diable, comme le Dr Colin Campbell le dirait. Pourtant, elle ne devrait pas dépasser 40 % de notre alimentation, comme le Dr Loren Cordain conclut. Oui, certaines cultures peuvent se nourrir d'un régime riche en viande musculaire, mais il existe probablement d'autres facteurs qui influent sur leur bonne santé, à l'exception de la consommation de viande musculaire. Le régime Masai, bien que riche en viande musculaire, était également riche en crudités et en sang d'animaux crus et ne contenait aucun aliment transformé. Les Aborigènes mangeaient une alimentation riche en viande d'animaux sauvages, mais aussi en crustacés, en légumes-racines et en fruits. Leur régime était également exempt d'aliments transformés. Par conséquent, nous pouvons conclure que les viandes musculaires nourries à l'herbe peuvent faire partie d'une alimentation saine – chez une personne en bonne santé, avec modération –  et combinées avec du bouillon d'os et d'autres super protéines.

Voici deux bonnes sources de viandes nourries à l'herbe:
- Tropical Traditions: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
- U.S. Wellness Meats: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Viande musculaire, oui si suivie d'un bouillon d'os

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 14:27

Idées clés du chapitre 10 – Ce que nous devons retenir.


1. Les viandes musculaires sont composées de poulet, de porc, de bœuf, de bison, de venaison (chevreuil), de dinde et d'agneau.

2. Les inconvénients des viandes musculaires sont leur rapport élevé phosphore-calcium, leurs niveaux élevés d'acides aminés [pro-]inflammatoires, et l'utilisation de maïs et de soja avec [ou sans] OGM utilisés dans leur alimentation.

3. Les viandes de bêtes nourries à l'herbe sont préférables aux viandes d'élevage conventionnelles en raison de leur faible teneur en matières grasses (moins d’AGPI, ndlr), teneur en vitamines et minéraux plus élevée, et des niveaux plus élevés de CLA.

4. Consommez toute la chair musculaire avec un bouillon d'os ou de la gélatine pour compenser le profil d'acides aminés.

5. La quantité de viande musculaire qu'une personne peut ingérer / gérer en toute sécurité dépend de sa taille, de son activité et de sa santé métabolique.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 14:29

Références du chapitre 10 : les références sont données dans l’ordre où elles apparaissent dans le chapitre.
1. W. W. Campbell and M. Tang. “Protein Intake, Weight Loss, and Bone Mineral Density in Postmenopausal Women,” The Journals of Gerontology Series A: Biological Sciences and Medical Sciences, 2010.
2. Dr. Colin Campbell and Thomas M. Campbell, The China Study, Benbella Books, 2006.
3. Dr. Loren Cordain, The Paléo Diet, John Wiley and Sons, 2002.
4. Cordain, Loren, andT. Colin Campbell, “The Protein Debate,” Performance Menu: Journal of Nutrition & Athletic Excellence, 2008, accessed August 28, 2011.
5. Sally Fallon Morell and Mary Enig, Australian Aborigines: Living Off the Fat of the Land, Weston A Price Foundation, 2000.
6. Cynthia A. Daley, Amber Abbott, Patrick S. Doyle, Glenn A. Nader, and Stephanie Larson, “A Review of Fatty Acid Profiles and Antioxidant Content in Grass-Fed and Grain- Fed Beef,” Nutrition Journal, 2010.
7. H.K. Biesalski, “Meat as a Component of a Healthy Diet: Are There Any Risks or Benefits if Meat Is Avoided in the Diet?” Meat Science, July 2005, Volume 7, Issue 3, pp. 509-524.
8. P.T. Garcia, N.A. Pensel, A.M. Sancho, N.J. Latimori, A.M. Kloster, M.A. Amigone, and J.J. Castol “Beef Lipids in Relation to Animal Breed and Nutrition in Argentina,” Meat Science, Volume 79, Issue 3, Pages 500-508.
9. JM Leheska, LD Thompson, JC Howe, e. Hentges, J. Boyce, JC Brooks, B. Shriver, L. Hoover, and MF Miller, “Effects of Conventional and Grass-Feeding Systems on the Nutrient Composition of Beef,” Journal Animal Science, 2008, 86:3575-85.
10. “Foods High in Tryptophan,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
11. MS Calvo and YK Park, “Changing Phosphorus Content of the U.S. Diet: Potential for Adverse Effects on hone” J Nutr, 1996; 126(4 Suppl): 1168S-1180S.
12. MS Calvo, “The Effects of High Phosphorus Intake on Calcium Homeostasis,” Adv Nutr Res, 1994;9:183-207.
13. MS Calvo, “Dietary Phosphorus, Calcium Metabolism and Bone,”/AW, September 1993, 123(9): 1627—33.
14. M. Koshihara, R. Masuyama, M. Uehara, and K. Suzuki, “Effect of Dietary Calcium:Phosphorus Ratio on Bone Mineralization and Intestinal Calcium Absorption in Ovariectomized Rats,” Biofactors, 2004, 22(l-4):39-42.
15. Danny Roddy, “Ray Peats Brain: Building a Foundation for Better Understanding,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
16. Ray Peat, PhD, “Gelatin, Stress, Longevity,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
17. Ray Peat, PhD, “Tryptophan, Serotonin, and Aging,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les noix et graines: à contre-courant !

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 22:35

Chapitre 11

Noix et Graines – Trop d’une bonne chose ?


Idées clés

• Les noix sont des graines et les graines contiennent des inhibiteurs pour empêcher les prédateurs d’en abuser.

• Le fait que certains prédateurs hibernants mangent bcp de noix et des graines devrait être une indication que ces graines et noix ne sont pas très favorables à un métabolisme élevé. Si vous donnez des noix de coco à manger à un ours, il ne pourra pas hiberner. Qu'est-ce qui différencie les noix, amandes et noisettes, de la noix de coco?

• Les noix sont présentées comme apport intéressant en antioxydants et en oméga-3, ce qui permet d’abaisser le taux de cholestérol. Oui, c’est vrai mais c’est une vue à court terme.

Vous devez comprendre la fonction du cholestérol. C’est un mécanisme protecteur. Le cholestérol fait partie intégrante de votre système immunitaire. Votre foie élève le niveau du cholestérol LDL lorsque de l’inflammation est présente afin de protéger les cellules. Mais si vous prenez des oméga-3, ces oméga-3 vont aider à faire baisser le niveau d’inflammation et soulager ainsi l’arthrose ou aider à réparer des artères fragilisées.

• Ce n’est pas parce que quelque chose supprime un symptôme que cela signifie que c'est bon pour nous. Il vaudrait mieux chercher à comprendre ce qui a dysfonctionné / ce qui entrave la récup.

• Il n’est pas interdit de manger des noix mais ce n’est pas qque chose de sain. Enlevez-vous cette idée de la tête (lobbying). Adaptez la fréquence et la portion, surtout en cas de métabolisme sous-vital, sinon vous vous compliquez la tâche ...


Dernière édition par Luc le Jeu 26 Juil 2018 - 7:08, édité 3 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

AGPI dans les noix et graines - Trop d'une bonne chose?

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 22:35

Chapitre 11 – Noix et Graines – Trop d’une bonne chose ?
J'avais l'habitude de manger des noix et des graines comme un écureuil trop zélé sur le point d'hiberner. Les noix, les graines, les barres de noix avec graines, et les beurres de noix étaient une grande partie de mon régime. J'ai mangé du beurre d'amande dans mes flocons d'avoine le matin, un petit sachet d’oléagineux pour la collation, et quelques noix sur ma salade pour le déjeuner, et je finissais ma journée avec une boule de beurre de cacahuète dans ma boisson protéinée. On m'avait dit que les noix et les graines étaient très nutritives et constituaient un aliment métabolique stimulant. Avec l'Américain moyen qui consomme plus de 4 livres de noix chaque année, et moi qui consomme au moins 25 fois ce montant (je suis perfectionniste), comment pourrais-je perdre avec une telle collation nutritive savoureuse?
Oh, laissez-moi compter le chemin / les manières de s’y prendre.

Le fait que les animaux, comme les tamias (petits écureuils d‘Amérique du Nord) et les ours, mangent beaucoup de noix et de graines avant l'hibernation, devrait être une indication que les noix et les graines ne sont pas aussi favorables à un métabolisme élevé que les Américains ont été amenés à le croire. Pensez-y une seconde. L'hibernation se caractérise par une température corporelle basse, une fréquence cardiaque basse, un pouls faible, une fréquence respiratoire basse et un faible taux métabolique. Cela pourrait être décrit comme une dépression métabolique.

Les animaux qui hibernent ont besoin de stocker assez de graisse et d'énergie pour les garder en vie pendant les quatre à huit mois qu'ils ne mangent pas. Oui, ces animaux ne mangent rien pendant huit mois. Un taux métabolique lent est idéal pour les animaux en hibernation, mais pour les humains soucieux de leur santé, un taux métabolique lent n'est pas idéal ou souhaitable.
Les humains ne sont pas conçus pour hiberner. Pourtant, nous continuons à manger des aliments comme les noix et les graines qui sont anti-métaboliques. Pourquoi? Parce que les distributeurs de noix et les organismes de santé nous ont dit d’en manger
!


Au cours des 10-20 dernières années, les noix et les graines ont été déclarées comme une option «saine» pour le cœur et [une alternative intéressante] au niveau des protéines. Alors que la récolte de noix a atteint une valeur de près de 8 milliards de dollars en 2012, pour les producteurs de noix et les entreprises qui vendent ces noix, il semble logique de continuer à promouvoir encore et encore le avantages santé de la consommation de noix. L'industrie fait la promotion des noix comme un aliment riche en protéines et en antioxydants, rempli de gras insaturés sains qui aident à réduire le cholestérol. La question demeure: ces déclarations sont-elles complètement vraies?

Tout d’abord, que sont exactement les noix et les graines ?
Pour faire simple, les noix sont des graines. Une noix est définie comme « le fruit sec à une seule graine de l'un des divers arbres ou arbustes, situé dans une coquille dure et ligneuse ou coriace et plus ou moins séparable de la graine elle-même: noix, noix de pécan, châtaignes, glands, etc. sont tous des noix. » La partie interne de la noix décortiquée est considérée comme la graine, et l’ensemble est considéré comme le fruit. Une graine est définie comme "la partie d'une plante à fleurs qui contient l'embryon et qui se développera en une nouvelle plante si elle est semée; un ovule fécondé et mature. "Toutes les céréales, y compris le blé, le maïs et le riz, et les légumineuses comme les haricots et le soja sont également considérées comme des graines.

Les noix et les graines sont-elles une bonne source de protéines ?
Les noix et les graines contiennent très peu de protéines utilisables. Beaucoup de gens croient que les noix et les graines sont une excellente source de protéines. En vérité, elles renferment entre 5 et 30% de protéines. La plupart des noix contiennent environ 15% de protéines; les graines en contiennent encore moins. Considérant que les noix et les graines sont un aliment calorique dense, les manger comme une source primaire de protéines vous ferait prendre du poids. Il faudrait près de 600 calories pour obtenir 25 grammes de protéines à partir de noix, avec la plupart de ces calories provenant de matières grasses. Le reste des calories des noix et des graines provient des glucides.

Les noix et les graines, comme le soja et les céréales, contiennent des inhibiteurs de trypsine. Les inhibiteurs de trypsine sont des anti-nutriments qui inhibent la digestion des protéines. Leur fonction est de protéger les graines des plantes contre les insectes en bloquant la fonction des enzymes. C'est un mécanisme protecteur que Mère Nature a donné aux graines et aux noix. C'est bon pour les graines, mais mauvais pour la personne ou l'animal qui veut les manger. Ces inhibiteurs de la trypsine empêchent les enzymes protéases de digérer les protéines dans le tube digestif humain ou animal. Par conséquent, le peu de protéines que vous pensez obtenir de vos noix et graines ne peut même pas être digéré [convenablement].

[Encore] plus d’anti-nutriments dans les noix et les graines
Les graisses polyinsaturées (AGPI)

Si vous avez été attentif à tout [ce que j’ai dit], et je sais que vous l’avez été, vous savez que je ne suis pas un fan des graisses insaturées, en particulier les acides gras polyinsaturés (AGPI), qui comprennent les huiles oméga-3 et oméga-6. Les AGPI sont généralement présents dans les céréales, les légumineuses (soja), les noix et les graines. Les AGPI dans les noix et les graines sont en fait utilisés comme protection contre les animaux affamés et pour résister aux intempéries hivernales. Cependant, ce qui est protecteur pour la graine s'est avéré être toxique pour l'humain.

Selon le Dr Ray Peat, chercheur en nutrition et biologiste, « les huiles polyinsaturées défendent les graines contre les animaux qui veulent les manger ; les huiles bloquent / contrarient les enzymes digestives dans l'estomac des animaux. En outre, les graines et les noix sont conçues pour germer au début du printemps, de sorte que leurs réserves d'énergie doivent être accessibles lorsque les températures sont fraîches et qu'elles ne doivent normalement pas rester viables pendant les chauds mois de l’été. Les huiles insaturées restent liquides lorsqu'elles sont froides, ce qui est nécessaire pour tout organisme vivant à basse température. Ces huiles deviennent facilement rances (s'oxydant spontanément) lorsqu'elles sont chaudes et exposées à l'oxygène.

Lorsque les huiles sont stockées dans nos tissus, elles sont beaucoup plus chaudes et plus directement exposées à l'oxygène qu'elles ne le seraient dans les graines, et leur tendance à s'oxyder est donc très grande. Ces processus oxydatifs peuvent endommager les enzymes et d'autres parties des cellules, et en particulier leur capacité à produire de l'énergie (respiration cellulaire). »

Comme le Dr Peat le dit, les AGPI sont hautement oxydants, surtout en présence de chaleur et d'oxygène. Cela peut entraîner une diminution de la fonction cellulaire, conduisant à la maladie, au vieillissement et à un métabolisme plus lent. (Reportez-vous au chapitre 3 pour plus d'informations.)

Voici une liste des pires noix / graines basées sur le contenu en AGPI. (Oui, les noix sont les pires.) (Liste dégressive : Pire vers meilleur)
1. Noix
2. Graines de tournesol
3. Graines de lin
4. Graines de chia
5. Graines de sésame
6. Noix de pécan
7. Noix du Brésil
8. Pistaches
9. Amandes
10. Noisettes
11. Noix de cajou
12. Noix de macadamia


Les oxalates
Vous souvenez-vous des oxalates dans le chapitre sur les céréales et des légumes? Et bien, nous y revoilà. Voyez-vous les nombreuses similitudes dans les graines et les noix? Les oxalates sont des substances chimiques présentes naturellement dans les plantes vertes à feuilles, les noix, les céréales et les légumineuses. Selon une étude dans le Journal of Food Composition and Analysis, les noix renferment l'un des plus hauts niveaux d'oxalates, allant de 42 à 469mg / 100g. Selon l'étude, les amandes grillées étaient les plus grands contrevenants, suivis des noix de cajou, des noisettes, des pignons de pin, des arachides, des noix (noix de Grenoble), des noix de pécan et des pistaches; les noix de macadamia crues contenaient le moins d'oxalates.

Comme je l'ai expliqué dans les chapitres précédents, l'acide oxalique cause des problèmes car il se lie au calcium (Ca) dans le corps, formant des oxalates. Les oxalates inhibent l'absorption du calcium ou, pire, peuvent conduire à des calculs rénaux. Selon la Chicago Dietetic Association, « les patients qui ont eu des calculs rénaux contenant de l'oxalate de calcium sont priés de limiter leur consommation d'aliments contenant > 10 mg d'oxalate par portion, avec un apport total d'oxalate ne dépassant pas 50-60 mg / jour». Sur base de ces directives, aucune des noix citées ne pourrait être recommandée pour les patients avec calculs rénaux.

Les phytates ou acide phytique
Au chapitre 5, j'ai fait référence aux phytates anti-nutritifs trouvés dans les grains. Eh bien, les phytates sont également situés dans les graines et les noix, ce qui est logique puisque nous savons que les céréales sont des graines. Les phytates sont généralement situés dans la partie externe de la graine et de la noix appelée cosse (hull).

 Les phytates sont considérés comme des antioxydants car ils peuvent inhiber l'oxydation d'autres molécules de l'organisme, comme le fer. Le fer en excès devient un oxydant dans le corps, et les phytates peuvent se lier avec, inhibant ainsi l'oxydation du fer. Cependant, beaucoup de gens, en particulier les femmes qui ont leurs règles, ont besoin de fer, alors inhiber le fer peut ne pas être une bonne chose. En outre, les phytates peuvent également bloquer l'absorption d'autres minéraux importants comme le calcium, le magnésium et le zinc.

 Les phytates ont une forte affinité pour les minéraux, et tout minéral auquel ils se lient deviendra insoluble. C'est ainsi que les phytates lessivent les nutriments du corps. Comme vous le savez, les phytates se trouvent dans les céréales et dans les légumineuses (soja et fèves). Je pense qu'il est important de comprendre que les aliments riches en phytates peuvent non seulement inhiber les nutriments dans la nourriture elle-même, mais aussi dans les aliments mangés avec la nourriture contenant des phytates.

 En d'autres termes, les phytates contenus dans les graines et les noix ajoutés à votre smoothie aux fruits non seulement bloqueront les nutriments contenus dans les graines / noix, mais aussi les nutriments dans le fruit et le lait. La cuisson, la germination ou le trempage des noix et des graines peuvent réduire les effets des phytates.

Les lectines
Comme vous le savez en ayant lu le chapitre sur les légumes et les céréales, les lectines sont des protéines liant les glucides présents dans les plantes, les graines, les légumineuses, les céréales et les noix. Les aliments riches en lectines sont associés à une détresse gastro-intestinale conduisant à de la diarrhée, à la nausée, aux ballonnements et aux vomissements. Tout comme les lectines dans les légumes-feuilles et les céréales, les lectines dans les noix et les graines peuvent interférer avec la réparation de la muqueuse intestinale. Par conséquent, les lectines deviennent toxiques pour la cicatrisation des plaies de l'intestin. Si vous avez déjà un problème intestinal (maladie cœliaque, syndrome du côlon irritable, colite), les noix et les graines avec des lectines peuvent exacerber le problème.

L’histoire d’Amy
Amy est une carrière-woman qui a mangé paléo pdt très longtemps (…) Amy, comme la plupart des mangeurs Paléo, se concentrait sur les viandes d’animaux élevés en liberté, les poissons, les noix, les légumes et certains fruits – pas un mauvais régime, mais un régime pas facile à assimiler et à métaboliser, non plus.

 Les noix et les légumes crus peuvent être difficiles à digérer pour l'organisme une fois que le métabolisme est «stressé». Lorsque les hormones de stress sont élevées, la digestion est compromise. Les amateurs de cross  sont connus pour leurs entraînements très intenses – ce qui stresse très fort le corpset leur régime alimentaire restrictif en glucides – l'une des raisons pour lesquelles ils sont si « minces ». (Rappelez-vous: mince et fit ne signifient pas nécessairement être sain.) Une combinaison avec les inhibiteurs de la trypsine, les lectines et les AGPI  issus des noix et des graines, et Amy avait la recette pour avoir  un "ventre ballonné".
Pour réparer le ventre distendu d'Amy, elle a retiré tous les aliments qu'elle digérait difficilement, en commençant par les noix et les graines.


 Au lieu de noix et de graines, Amy a mangé du parmesan ou de la ricotta avec des fruits comme collation. Elle a enlevé les légumes crus et ajouté des fruits cuits ou des légumes cuits. Enfin, elle a ajouté 2 tasses de bouillon d'os par jour pour aider à guérir son intestin. Amy a également atténué ses séances d'entraînement et sa charge de travail pour essayer de diminuer sa charge de stress totale. Un corps stressé a du mal à digérer correctement les aliments, en particulier les aliments crus et fibreux. Endéans quatre semaines, le ventre d'Amy s'est dégonflé et elle commença à se sentir moins ballonnée. Inutile de dire qu’Amy n'est plus une mangeuse Paléo stricte et qu'elle se sent mieux à cause de cela.

Qu’en est-il des noix rôties ?
La bonne nouvelle au sujet de la cuisson de vos noix et de vos graines est que la cuisson diminuera les effets des phytates et des inhibiteurs de la trypsine. La cuisson des noix et des graines permet aux fibres de se décomposer et cela facilite la digestion / l’assimilation. Problème résolu!

Si seulement ça pouvait être aussi simple.

 La mauvaise nouvelle vient de la façon dont les noix et les graines sont cuites. La plupart des noix et des graines sont « rôties » ou « frites ». Cela signifie généralement qu'ils ont été frits et cuits dans plus d'huile végétale, ajoutant l'insulte à la blessure, au niveau de la quantité d'AGPI que vous êtes sur le point d'ingérer. Certaines noix et graines sont grillées à sec, ce qui est préférable, mais endommage malheureusement la noix ou la graine. Une étude publiée dans le Journal of Agricultural Food Chemistry a révélé que les noix et les graines qui ont été grillées avaient un degré plus élevé d'oxydation des graisses et des niveaux accrus de gras trans. La recherche montre également que la cuisson des noix et des graines à haute température dénature la protéine. La protéine dénaturée perd sa structure et peut devenir plus difficile à digérer –  un autre coup dur pour les noix et les graines en tant que «bonne source» de protéines.

Est-ce que les noix-nature (raw nuts) et les graines sont meilleures ?
Beaucoup de gens soucieux de leur santé pensent qu'ils gagnent la bataille sur les noix et les graines en les mangeant crues. J'étais une de ces personnes. Cependant, après une enquête plus approfondie, je crois maintenant que manger des noix crues peut être pire que de manger les noix rôties à sec. Pourquoi? Principalement pour les raisons que j'ai déjà expliquées. Les noix brutes sont remplies de phytates, de lectines et d'inhibiteurs de trypsine. Les noix crues sont presque indigestes pour le corps humain. Elles peuvent provoquer une irritation de le gros intestin et l'intestin grêle en se "collant" / s’attachant aux  microvillosités intestinales; Cela peut provoquer une inflammation, une prolifération bactérienne, des ballonnements et des gaz. Vous ne me croyez pas? Vérifiez vos selles après avoir mangé une portion de noix et de graines crues. Elles peuvent réapparaître – intactes.

Pesticides et herbicides
Les graisses dans les graines et les noix ont une grande affinité pour attirer les pesticides et les herbicides toxiques. La teneur élevée en matières grasses permet aux noix et aux graines d'absorber les produits chimiques toxiques dans leurs graines. Même si les graines ont leurs propres systèmes de défense, elles sont toujours la proie d'autres animaux et insectes. Les agriculteurs utilisent des pesticides et des herbicides toxiques pour dissuader les animaux. Les noix et graines biologiques sont généralement, mais pas toujours, exemptes de pesticides toxiques.

Qu'en est-il de l'effet hypocholestérolémiant des noix?
Les noix et les graines sont remplies de graisses polyinsaturées (AGPI), et comme je l'ai mentionné au chapitre 3, les AGPI ont un effet immunosuppresseur sur votre corps. Le cholestérol fait partie de votre système immunitaire. Le cholestérol est augmenté par le foie lorsque votre corps est dans un état d'inflammation pour aider à protéger vos cellules. Votre corps s'enflamme comme un mécanisme de protection. Les AGPI, agissant comme un médicament immunosuppresseur, diminuent l'inflammation et abaissent votre taux de cholestérol protecteur. C'est l'une des raisons pour lesquelles les arthritiques ressentent un soulagement avec les huiles oméga-3 (huiles AGPI), car elles diminuent l'inflammation.

 Les graisses polyinsaturées (oméga-3 et oméga-6) dans les noix interagissent avec les enzymes hépatiques qui produisent du cholestérol, ce qui réduit la production de cholestérol. Nous devons toujours nous rappeler: Juste parce que quelque chose supprime un symptôme ne signifie pas que c'est bon pour nous. La maladie du foie, la malnutrition, la malabsorption et l'infection chronique peuvent tous supprimer / faire baisser le mauvais cholestérol, et des toxines comme l'alcool et les œstrogènes peuvent augmenter le HDL (bon cholestérol).

 Ne vous laissez pas tromper en pensant que vous faites quelque chose de sain en mangeant des tonnes de noix pour améliorer votre profil lipidique. Il est préférable de comprendre pourquoi votre corps est enflammé et commencer à guérir le système, par opposition à l'élimination des symptômes avec des noix, des suppléments et des médicaments.

Mais j’aime les noix et je ne veux pas y renoncer !
Si après avoir lu tout cela, vous voulez toujours consommer des noix et des graines, vous devez tenir compte de quelques facteurs:
• Manger bio autant que possible. Cela va vous coûter jusqu'à 25 € /demi-kilo, mais cela vaut la peine d'éviter la charge toxique.
• Faites germer et trempez vos noix pour faire disparaître les effets des inhibiteurs de la trypsine, des phytates et des lectines.
• Mangez avec modération. Même les noix et les graines bio, germées et trempées contiennent des graisses polyinsaturées anti-métaboliques. Au lieu de tous les jours, limitez votre consommation de noix à une à deux fois par semaine.
Essayez de consommer des noix avec le moins d'AGPI. Les noisettes, les noix de macadamia et les noix de cajou sont vos meilleures options.

 Comme vous pouvez le voir, les noix et les graines, en tant que source de protéines, ne sont pas votre meilleure option. Les noix et les graines sont remplies de graisses polyinsaturées immunosuppressives et anti-métaboliques. En outre, les noix et les graines contiennent des inhibiteurs de la trypsine, des lectines et des phytates, qui perturberont la digestion et l'absorption [des nutriments]. L'industrie des noix et des graines fait de gros profits, il est donc impératif que les leaders de l'industrie trouvent des raisons «saines» pour que vous achetiez plus de noix. En ce qui me concerne, aucune des allégations santé à court terme ne présente d'avantages à long terme pour la santé. Donc, sauf si vous êtes un ours ou un écureuil en hibernation, il existe de bien meilleures options comme source de protéines que les noix et les graines.


Dernière édition par Luc le Jeu 26 Juil 2018 - 7:29, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 22:35

Idées clés du chapitre 11 : Ce que vous devez retenir


1. Les noix et les graines ne sont pas une bonne source de protéines. Seulement 15 à 30 % des noix sont des protéines, et encore moins dans les graines. En outre, les graines et les noix contiennent des inhibiteurs de trypsine, qui inhibent la digestion des protéines.

2. Les noix et les graines contiennent des teneurs élevées en acides gras polyinsaturés (AGPI). Ces AGPI dépriment la fonction thyroïdienne, affaiblissent les enzymes digestives et diminuent la capacité de la cellule à produire de l'énergie. La macadamia, les noisettes et les noix de cajou sont de meilleurs choix en raison de leur plus faible teneur en AGPI.

3. Les noix et les graines contiennent d'autres anti-nutriments comme les oxalates, les phytates et les lectines.

4. La torréfaction légère, la germination et le trempage des noix et des graines peuvent augmenter leur digestibilité et diminuer leurs niveaux d'anti-nutriments.

5. Les noix bio sont préférables aux noix non bio en raison de leurs faibles concentrations de pesticides et d'herbicides.


Dernière édition par Luc le Jeu 26 Juil 2018 - 7:32, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Mer 25 Juil 2018 - 22:36

Références: Les références sont listées dans l’ordre où elles apparaissent dans le chapitre.
1. W. W. Campbell and M. Tang. “Protein Intake, Weight Loss, and Bone Mineral Density in Postmenopausal Women,” The Journals of Gerontology Series A: Biological Sciences and Medical Sciences, 2010.
2. Dr. Colin Campbell and Thomas M. Campbell, The China Study, Benbella Books, 2006.
3. Dr. Loren Cordain, The Paléo Diet, John Wiley and Sons, 2002.
4. Cordain, Loren, andT. Colin Campbell, “The Protein Debate,” Performance Menu: Journal of Nutrition & Athletic Excellence, 2008, accessed August 28, 2011.
5. Sally Fallon Morell and Mary Enig, Australian Aborigines: Living Off the Fat of the Land, Weston A Price Foundation, 2000.
6. Cynthia A. Daley, Amber Abbott, Patrick S. Doyle, Glenn A. Nader, and Stephanie Larson, “A Review of Fatty Acid Profiles and Antioxidant Content in Grass-Fed and Grain- Fed Beef,” Nutrition Journal, 2010.
7. H.K. Biesalski, “Meat as a Component of a Healthy Diet: Are There Any Risks or Benefits if Meat Is Avoided in the Diet?” Meat Science, July 2005, Volume 7, Issue 3, pp. 509-524.
8. P.T. Garcia, N.A. Pensel, A.M. Sancho, N.J. Latimori, A.M. Kloster, M.A. Amigone, and J.J. Castol “Beef Lipids in Relation to Animal Breed and Nutrition in Argentina,” Meat Science, Volume 79, Issue 3, Pages 500-508.
9. JM Leheska, LD Thompson, JC Howe, e. Hentges, J. Boyce, JC Brooks, B. Shriver, L. Hoover, and MF Miller, “Effects of Conventional and Grass-Feeding Systems on the Nutrient Composition of Beef,” Journal Animal Science, 2008, 86:3575-85.
10. “Foods High in Tryptophan,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
11. MS Calvo and YK Park, “Changing Phosphorus Content of the U.S. Diet: Potential for Adverse Effects on hone” J Nutr, 1996; 126(4 Suppl): 1168S-1180S.
12. MS Calvo, “The Effects of High Phosphorus Intake on Calcium Homeostasis,” Adv Nutr Res, 1994;9:183-207.
13. MS Calvo, “Dietary Phosphorus, Calcium Metabolism and Bone,”/AW, September 1993, 123(9): 1627—33.
14. M. Koshihara, R. Masuyama, M. Uehara, and K. Suzuki, “Effect of Dietary Calcium:Phosphorus Ratio on Bone Mineralization and Intestinal Calcium Absorption in Ovariectomized Rats,” Biofactors, 2004, 22(l-4):39-42.
15. Danny Roddy, “Ray Peats Brain: Building a Foundation for Better Understanding,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
16. Ray Peat, PhD, “Gelatin, Stress, Longevity,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
17. Ray Peat, PhD, “Tryptophan, Serotonin, and Aging,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

le cholestérol est un agent protecteur

Message  Luc le Jeu 26 Juil 2018 - 8:13

Lire aussi: Effet protecteur du cholestérol - On ne tire pas sur l'ambulance !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Légumineuses et soja perturbent le métabolisme

Message  Luc le Ven 27 Juil 2018 - 8:16

Chapitre 12
Légumineuses et Soja


Aliments Santé ou Perturbateurs Endocriniens
Idées clés

• Les légumineuses « alourdissent » la digestion car elles contiennent les 3 macro-nutriments et des anti-nutriments, incluant des phytates (qui se complexent avec certains minéraux) et des inhibiteurs de protéases (enzymes digestives pour assimiler les protéines), entre autres. Entre autre chose, car je ne vous ai pas encore parlé des lectines qui perturbent la reconstruction des villosités de la barrière en brosse, de l’épine invisible dont on ne parle pas bcp, j’ai nommé l’ hémagglutinine, etc.

Le soja est hautement manufacturé et grâce aux nombreuses manipulations, certains produits redeviennent un temps fréquentables mais

• Le soja est aussi goitrogène et contient des phytoestrogènes. Ces 2 substances empêchent un fonctionnement correct de la tyroïde. Le soja est donc un perturbateur endocrinien.

• Cela, combiné à un apport élevé en oméga-6, ralentit le métabolisme. L’ensemble fait que le soja est un aliment anti-métabolique utilisé dans l’élevage afin que les bêtes engraissent plus rapidement.

• On trouve du soja (OGM ou non) un peu partout dans les produits manufacturés.

• Maintenant vous pouvez assez facilement deviner ce qui va vous arriver si vous vous mettez à écouter les sirènes des fabricants de produits à base de soja, et leur relais dans les magazines et centres de fitness, qui nous vantent les soi-disant bienfaits de ces produits : lait de soja, barres de céréales et oléagineux, steak et substitut de repas, poudre protéinée, etc.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Caractéristiques nutritionnelles d'une légumineuses

Message  Luc le Ven 27 Juil 2018 - 8:56

Chapitre 12
Les légumineuses sont une catastrophe digestive, et peu de gens supportent une bonne platée de fèves à la tomate.
Dans la même lignée que l’objectif de ce livre, je vais vous donner un bref aperçu des légumineuses, car elles ressemblent beaucoup à d'autres céréales et graines, et ensuite à ce que je crois être la pire légumineuse: le soja.

Qu'est-ce que qu’une légumineuse?
On peut se référer à une légumineuse comme faisant partie de la famille des céréales (grains), des graines (oui, une autre graine), ou le fruit de la plante. Les légumineuses sont connues pour leur capacité élevée à « fixer l’azote ». L'azote (nitrogène) fait partie intégrante de toutes les protéines. Les légumineuses convertissent cet azote en protéine. Les bactéries peuvent [aussi] décomposer la plante, relâchant l'azote dans les sols, ce qui rend les légumineuses utiles pour la fertilisation des sols. Les légumineuses populaires comprennent les pois, les pois chiches, le soja, les haricots de Lima, les haricots rouges, les arachides, les lentilles et les haricots verts.

En moyenne, les légumineuses contiennent de 10 à 25% de protéines. La plupart des calories des légumineuses proviennent des glucides et ensuite des lipides. Le score des acides aminés corrigé pour la digestibilité des protéines (PDCAA) confère à de nombreuses légumineuses un « indice protéines » élevé. Le PDCAA est la mesure préférée pour établir la mesure de la valeur protéique pour la nutrition humaine. Cependant, la recherche actuelle a montré que le niveau élevé d'anti-nutriments dans les légumineuses inhibe la digestibilité et l'absorption des protéines. Ainsi, le PDCAA peut ne pas être [tenu pour] aussi précis que précédemment [accepté].

Les légumineuses sont un autre aliment, comme les céréales, les graines et beaucoup de légumes crus, pour lesquels nous devons regarder au-delà du 1er aspect (ici, les macro-nutriments) pour voir réellement ce qu'il y a dedans (absorption et digestibilité). Comme ces autres aliments, les légumineuses sont riches en anti-nutriments, en lectines, en phytates, en inhibiteurs de protéase (trypsine), en oxalates et en acides gras polyinsaturés. Reportez-vous aux chapitres sur les céréales, les noix et les légumes, ou passez directement à la section sur le soya de ce chapitre pour en savoir plus sur ces anti-nutriments.

Rappelez-vous que des anti-nutriments sont présents dans ces aliments pour empêcher la vermine (the pest) et les animaux de les manger. Ils peuvent causer une détresse digestive, inhiber l'absorption des minéraux, interférer avec la digestion des protéines et diminuer la fonction métabolique.

Les légumineuses, qui sont appréciées pour leur teneur élevée en fibres, sont très difficiles à décomposer par le corps humain. Même dans un corps sain avec un métabolisme élevé et une bonne fonction intestinale (bonne production de HCL, intestin grêle non enflammé et production d'enzymes appropriée), une quantité modérée de légumineuses peut causer des troubles digestifs, alors préparez-vous. Et gardez le désodorisant à portée de main Wink

Toutes les légumineuses occasionnent-elles une détresse digestive ?
Bien que je ne sois pas fan des légumineuses, il y en a quelques-unes qui sont moins problématiques que d'autres. Les haricots verts cuits et les pois semblent être digérés beaucoup plus facilement qu'une conserve de fèves Kidney,  Lima ou de haricots noirs. Une raison à cela est que les haricots verts et les pois sont cueillis frais et non séchés comme les autres légumineuses. Les haricots verts et les pois contiennent également moins d’amidon que leurs frères haricots et soja. Ainsi, le corps a plus de facilité à les digérer.

Encore envie de légumineuses, malgré tout ?
Si vous voulez consommer des légumineuses, assurez-vous de les faire tremper ou germer (trempage et laisser une queue se former) et ensuite cuisez-les; cela permettra une meilleure digestibilité. Les haricots en conserve, bien que mous, ne sont pas trempés ou germés. Idem pour les légumineuses en conserve bio. Les haricots en conserve contiennent tous les anti-nutriments discutés ci-dessus. La cuisson aide la digestibilité, mais seulement légèrement. En fait, les fèves Kidney gardent 92% de leurs phytates après la cuisson. Le trempage et la germination peuvent réduire la teneur en phytates de 40 à 70%. Il convient de noter que le trempage / la germination et la cuisson réduisent les propriétés anti-nutritives, mais ne les éliminent pas.

Par conséquent, si vous avez envie d'un chili avec des haricots rouges ou d’un houmous de pois chiche, achetez vos fèves et petits pois frais, et faites-les tremper la nuit. Essentiellement, dans une grande casserole, faites tremper 1 tasse de haricots dans 5 tasses d'eau chaude. Laissez les haricots pendant la nuit. Le matin, jeter l'eau remplie de phytate et bien cuire les haricots. Consommer les haricots ou les pois avec une graisse saturée, comme le beurre, le ghee, ou l'huile de coco, pour favoriser la digestibilité.

Lorsque vous essayez d'améliorer le taux métabolique ou la digestion, une consommation élevée de légumineuses n'est pas recommandée. Les légumineuses, avec leur teneur élevée en fibres et leurs propriétés anti-nutritives, ne sont pas la source de protéines ou d'aliments la plus digestible ou absorbable. Par conséquent, si vous voulez prendre des mesures pour un intestin, un métabolisme et un corps plus sains, la consommation de légumineuses devrait être réduite à une ou deux fois par mois, sinon complètement évitée jusqu'à ce que votre corps carbure comme une Ferrari.

Toujours pas convaincu que la plupart des légumineuses ne sont pas si mauvaises? Continuez à lire afin d'en savoir plus sur la légumineuse la pire, la plus dégradée, la plus toxique de tous: le soja!

Le soja
Parlons du soja – la légumineuse la plus dégradée te la plus toxique de toutes les légumineuses.
(…)
À l'époque, je croyais que le soja était sain pour moi. Le soja était pauvre en calories, le soja était une protéine végétale complète, le soja était ... un aliment miracle! Au moins, c'est ce que je pensais. Pourtant, je n'obtenais pas les résultats que je méritais, en fonction de mon «régime propre» et mon niveau d'exercice physique. Ce n'est que des années plus tard, quand j'ai commencé à comprendre comment le soja est métabolisé dans notre corps et les effets négatifs du soja sur notre métabolisme, que j'ai vraiment compris ce que j'avais fait de mal.

Tout ce que je mangeais contenait du soja parce qu'on m'avait enseigné, principalement par les géants de Big Food, General Mills, Kellogg's, Nestlé et Mondelez, et l'industrie du soja, que le soja était sain pour moi. L'industrie du soja rapporte que cette légumineuse contribue à la perte de poids, protège contre le cancer, améliore la fonction immunitaire, réduit le cholestérol et aide à la prévention des maladies cardiaques.

La vraie question est: Est-ce que l'une des affirmations ci-dessus est vraie? Mon expérience et mes connaissances m'ont appris [qu’il en va] différemment. Pourtant, la FDA et les géants de Big Food aimeraient certainement que vous croyez qu'ils le sont. (…)
(…) 77 % [des Américains] croient que l'huile de soja est bonne pour eux, et 84 % croient que le soja réduira leur risque de maladie cardiaque. (…)

Est-ce que la recherche scientifique sur le soja confirme les croyances de l'Amérique et les déclarations puissantes de l'industrie du soja selon lesquelles le soja est un aliment sain?
Eh bien, jetons un coup d'œil à cela.

Un peu plus d’infos sur le soja
Le soja est un type de légumineuse qui a été utilisé pendant plus de 5000 ans en Chine comme aliment et comme base pour de nombreux médicaments. Initialement, le soja ne servait pas de nourriture, du moins jusqu'à la découverte des techniques de fermentation. Les Chinois ne mangeaient pas du soja non fermenté parce que le soja, comme les céréales et certains légumes hors sol, contient de grandes quantités de toxines naturelles ou d'anti-nutriments. Les anti-nutriments du soja comprennent les goitrogènes, les isoflavones (phytoestrogènes), l'hémagglutinine et les phytates. Ces anti-nutriments peuvent interférer avec la bonne fonction thyroïdienne, augmenter les effets des œstrogènes et diminuer l'absorption des protéines et autres nutriments. Bien que la fermentation aide à réduire la plupart de ces anti-nutriments, elle ne les élimine pas complètement.

Les fèves soja sont considérées comme une source de protéines et peuvent être transformées en poudre de protéines, en farine de soja, en huile de soja et en farine de soja. Quatre-vingt-cinq pour cent du soja d'aujourd'hui est transformé en huile de soja et en farine de soja, dont la plus grande partie est utilisée pour l'alimentation animale. Ceci est une autre bonne raison de manger des viandes nourries à l'herbe: Vous devez supposer que si le bœuf, le poulet ou le porc que vous mangez n'est pas nourri au pâturage ou nourri à l'herbe, la viande que vous mangez sera supposée être issue d’un animal qui aura été nourri avec du soja.

Les principaux producteurs de produits à base de soja sont les États-Unis, le Brésil, l'Argentine, la Chine et l'Inde. Les États-Unis sont le plus grand producteur de soja, avec plus d'un tiers du marché mondial. Aujourd'hui, la plupart du soja est considéré comme un «aliment biotechnologique», avec le maïs et le coton, parce qu'il a été génétiquement modifié. En 1997, environ 8 pour cent de toutes les graines de soja cultivées aux États-Unis étaient génétiquement modifiées. En 2012, le chiffre avait bondi à près de 95%.

Un mot à propos des aliments génétiquement modifiés (GMO)
(…)
Aux États-Unis, la FDA recommande aux Américains de consommer 25 g de soja par jour dans le cadre d'une alimentation saine. Selon un rapport publié en 2003 par UN Food and Agriculture, les Chinois mangent en moyenne 3 à 4 g de soja fermenté par jour et les Japonais mangent 7 à 8 g / jour. Cependant, selon les produits de soja vendus en Amérique, l'Américain moyen obtiendrait son soja à partir de lait de soja transformé, de farines de soja et de barres de soja. La plupart de ces produits «dits» alimentaires sont génétiquement modifiés, hautement transformés, non fermentés et bourrés avec d'autres additifs, conservateurs et agents de charge, ce qui est loin du soja fermenté des cultures asiatiques.

Pourtant, l'industrie du soja continue de revendiquer de nombreux avantages pour la santé. Faire des allégations de santé basées sur l'histoire du soja est complètement injustifiée. À mon avis, le soja d'il y a 5000 ans est un aliment complètement différent du soja d'aujourd'hui. Avec le marketing de masse accru de cette nourriture bon marché, les gens sont amenés à croire que manger du soja est favorable à une vie saine. Pourtant, les Américains ne sont pas en meilleure santé. Ils deviennent plus malades, plus gros, plus déprimés et sont touchés par plus de pathologies. Ne me fais pas confiance [ainsi]. Regardons ce qu’en dit la recherche.

Les isoflavones du soja apportent-ils des bénéfices santé ?
Les isoflavones de soja sont des phytoestrogènes (œstrogènes végétaux) qui aident à réduire le cholestérol et à prévenir les maladies cardiaques chez les humains. De nombreuses études ont rapporté une corrélation positive entre un taux bas de cholestérol et la consommation d'isoflavones. Pourtant, tout comme de nombreuses autres études n’ont rapporté aucune amélioration sur le cholestérol avec les isoflavones issus du soja. Un examen parrainé par le gouvernement américain de 200 études différentes sur le soja et les isoflavones, publié en 2005, n'a trouvé qu'une faible réduction du «mauvais» cholestérol LDL. Des articles publiés dans le Journal de l'American Medical Association, le journal Nutrition, le Journal of Clinical Nutrition et les Annuals of Nutrition Metabolism signalent que les isoflavones n'améliorent pas les taux de cholestérol, de triglycérides, LDL ou HDL ([le supposé] bon cholestérol). Et enfin, l'American Heart Association a fait marche arrière sur son soutien antérieur au soja, en disant maintenant qu'il y a peu de preuves que le soja ait un effet hypocholestérolémiant ou aiderait la santé cardiaque. Selon le Dr Ray Peat, chercheur nutritionnel: "
Les isoflavones (dont beaucoup sont maintenant promus comme «antioxydants» et «anticancéreux») sont toxiques pour de nombreux organes, mais ils ont des effets œstrogéniques clairs et sont actifs non seulement chez l'individu mature, mais aussi lorsqu'ils sont présents avant la naissance
, ils provoquent la féminisation des organes génitaux et du comportement des mâles, et la maturation précoce de la progéniture femelle, avec les changements tissulaires qui sont connus pour être associés à une incidence accrue de cancer. Les phytoestrogènes semblent présenter un risque pour les organes autres que le sein et l'utérus, par exemple le foie, le côlon et le pancréas, ce qui n'est pas surprenant puisque l'œstrogène est connu pour être cancérogène pour tous les tissus.

Le fait que certains fabricants d'aliments à base de soja continuent de promouvoir l'allégation hypocholestérolémiante est absurde, d'autant plus que la plupart des recherches actuelles continuent de nous dire que tout autant de personnes ont des crises cardiaques et des maladies cardiaques avec un taux élevé de cholestérol. Selon le Dr Steven Sinatra, un cardiologue certifié, et Jonny Bowden, PhD, dans leur livre, The Great Cholesterol Myth. «Le cholestérol a peu à voir avec les maladies cardiaques et les gens passent trop de temps, et dépensent trop d'énergie et d'argent à essayer de le contrôler.» Le docteur Dwight Lundell, un cardiologue qui a pratiqué plus de 5 000 chirurgies cardiaques, dit que le cholestérol n'est pas le coupable lorsqu’il s'agit des maladies cardiaques; l'inflammation des artères est le problème.


Malheureusement, lorsqu'une industrie d'un milliard de dollars a été développée pour soutenir la théorie hypocholestérolémiante, peu de choses sont faites pour éduquer les gens sur ce qu'ils doivent vraiment faire pour améliorer leur santé cardiaque: un régime alimentaire favorable au métabolisme, un exercice modéré, moins de stress, du bonheur, une vie en communauté et avoir un objectif / un but dans l’existence.

Est-ce que le soja aide à perdre du poids ?
Lorsque les gens remplacent une protéine de viande conventionnelle riche en matières grasses par une nourriture à base de soja à faible teneur en gras, ils perdent du poids. Au départ, cela se produit parce que les aliments à base de soja contiennent moins de calories que la plupart des protéines issues de la viande. Cependant, à long terme, le soja et ses phytoestrogènes (xénoestrogènes végétaux qui imitent les œstrogènes dans le corps) sont de puissants perturbateurs endocriniens. Ces phytoestrogènes inhibent la thyroïde peroxydase, qui produit T3 et T4 à partir de l'iode et de la tyrosine. Cela va finalement ralentir votre métabolisme.

Témoignage de Sissy
Après avoir abandonné les produits à base de soja (lait – tofu – smoothie – burger – chips et snacks), 2 mois plus tard, l’énergie de Sissy est revenue et elle s’est sentie plus heureuse et entreprenante (…)

Le soja est goitrogène
Le soja, comme les graines de lin et les légumes crucifères, est aussi un goitrogène. Rappelez-vous que les goitrogènes sont des substances qui dépriment la glande thyroïde en bloquant l'absorption de l'iode, ce qui peut provoquer la formation de goitres et peut entraîner des maladies thyroïdiennes et le cancer. Les goitrogènes interfèrent avec la fonction métabolique optimale. C'est l'une des raisons pour lesquelles les agriculteurs nourrissent leurs cochons, leurs bovins et leurs poulets avec du soja: ils engraissent les animaux plus rapidement. Le soja interfère avec la production d'hormones thyroïdiennes. Les hormones thyroïdiennes, ainsi que la vitamine A et le glucose, sont les principaux acteurs d'un métabolisme sain. La diminution de la production de thyroïde ralentit le métabolisme des animaux, les faisant grossir plus rapidement. Et oui, si le soja peut ralentir le métabolisme des vaches, des poulets et des cochons, le soja peut aussi ralentir votre métabolisme!

Rappelez-vous: La plupart des agriculteurs ne se soucient pas de la longévité de leurs animaux. Les agriculteurs se soucient seulement des profits qu'ils feront en faisant croitre les animaux plus rapidement.

Le soja aide-t-il à diminuer les taux de cancer?
Vous avez peut-être entendu dire que le soja diminue le risque de cancer. Encore une fois, cette affirmation semble reposer sur de vieilles informations qui ne sont plus fiables. En 1997, D. Ingram a rapporté dans son article "Phytoestrogens and Their Role in Breast Cancer" que les femmes atteintes du cancer échouent à éliminer les œstrogènes, y compris les phytoestrogènes, à un rythme normal, et conservent ainsi un pourcentage plus élevé des produits chimiques consommés dans leur régime. "Ces phytoestrogènes, comme nos propres œstrogènes, interfèrent / dépriment les systèmes détoxifiants du corps. Si notre corps ne peut pas se désintoxiquer correctement, nous développons la maladie, le cancer et nous nous rapprochons de la mort.

Les résultats du Women’s Health Initiative (WHI) ont fait exploser les fabricants d'œstrogènes en 2002. À l'époque, les fabricants d'œstrogènes réalisaient des milliards de ventes de substituts d'œstrogènes (estrogen replacement therapy  = ERT) et de traitement hormonal substitutif (THS) pour réduire le cancer, et les occasions d'accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques. Ils ont également été vendus comme un moyen de diminuer les bouffées de chaleur et d'augmenter l'énergie. Le problème était que lorsque les résultats de l’étude WHI sont sortis, cela n'a rien prouvé de ce qui était avancé. En fait, les femmes qui prenaient des œstrogènes avaient des chances accrues de cancer du sein, d'AVC et de crise cardiaque. L’essai a été bientôt abandonné et les ventes d'œstrogènes ont chuté. À vrai dire, que les œstrogènes proviennent de notre propre corps, d’une thérapie ERT, du contrôle des naissances (pilule), ou des aliments à base de soja, trop d'œstrogènes peuvent être toxiques pour notre corps.

Histoire de Jeanne
Jane a travaillé dans l'industrie de la santé et du conditionnement physique pendant des années. Jane était dans la mi-trentaine et était très en forme. Elle a participé à de nombreuses compétitions avec préparation physique et en connaît maintenant les conséquences. Récemment, Jane souffrait de fatigue, d'irritabilité, de gain de poids, de soif extrême, de température corporelle froide et bla-bla…

Le régime alimentaire de Jane était «clean» selon toutes les normes des préparateurs physiques (beaucoup de viande maigre, des céréales entières, des blancs d'œufs et des légumes cuits à la vapeur, [tout cela] combiné avec des protéines et des suppléments de lactosérum), mais personne ne comprenait ce qui allait de travers avec elle. Jane prenait également une pilule contraceptive contenant des œstrogènes. Les médecins de Jane lui ont dit qu'elle était travaillait trop et était excessivement stressée, et qu'elle avait besoin de plus de sommeil. Pourtant Jane dormait 10-12 heures par nuit.

Le régime riche en protéines et faible en glucides, l'exercice excessif et la croyance en une apparence parfaite pour l'industrie du conditionnement physique étaient devenus trop stressants pour son corps. (Je peux le confirmer à 100%.) Ajoutez à cela une charge œstrogénique accrue due au contrôle des naissances, et ce que nous voyons est un corps fatigué, une femme avec des tissus gonflés par l'eau, malheureuse et irritée.

(…) Jane changea et ajusta ses calories, de 1200-1500 initialement, à presque 2500 K/cal pdt les 3 mois suivants. Le corps de Jane était affamé de nutriments. Maintenant, je ne vais pas vous mentir: Jane a pris du poids. Cela arrive parfois dans le processus de guérison.
Cependant, six mois plus tard, en nivelant ses calories à un niveau confortable de 1 800 à 2 000 k/cal, Jane a commencé à perdre le poids pris. Plus important encore, elle a l'impression d'avoir retrouvé sa vie. En pensant à un éventuel bébé en chemin, Jane promet de ne plus jamais faire de compétition de fitness.

Qu’est-ce que la dominance estrogène ?
"La dominance œstrogène" est un terme inventé par le Dr John Lee. Lorsque l'œstrogène a un rapport déséquilibré avec la progestérone, il conduit à la dominance de l’hormone œstrogène. Selon le Dr Lee, un rapport sain serait entre 50 et 100 fois plus de progestérone à l'œstrogène. La dominance des œstrogènes peut être causée par une production élevée d'œstrogènes dans le corps, une augmentation de l'apport d'œstrogènes par des aliments œstrogéniques ou des xénoestrogènes, une désintoxication médiocre / une évacuation des œstrogènes et / ou une faible production de progestérone. La dominance œstrogène chez les hommes et les femmes peut avoir un certain nombre des symptômes suivants:
• Gain de graisse
• Les bouffées de chaleur
• Dépression
• Batterie faible
• Hypoglycémie
• Pensée brumeuse
• Problèmes de sommeil
• Perte de mémoire

• Cancer
• Ostéoporose
• PMS
• Œdème



Si vous pensez avoir une dominance œstrogène, parlez-en à votre thérapeute. Avant cela, vous pouvez prendre des mesures personnelles pour diminuer la charge œstrogénique dans votre corps. Celles-ci inclus:
1. Enlever tous les aliments oestrogéniques (soja, AGPI, alcool) de votre alimentation.
2. Arrêt de l'utilisation des xénoestrogènes (substances œstrogéniques artificielles), des plastiques, des lotions, du maquillage et de nombreux savons contenant des phytoestrogènes.
3. Diminution de l'exposition aux rayonnements. Minimiser les rayons X, l'utilisation cellulaire, l'exposition aux micro-ondes et les appareils sans fil.
4. Manger un régime de soutien thyroïdien (comme celui décrit dans ce livre).
5. Réduire le stress.
6. Arrêter la pilule, le traitement hormonal substitutif  (estrogen replacement therapy) ou les thérapies HRT  (Hormone replacement therapy).
*
* S'il vous plaît discutez avec votre médecin ou fournisseur de soins de santé avant d’arrêter toute médication.

Le soja aide-t-il le système immunitaire (immune function) ?
Une des nombreuses « revendications » du soja est qu'il a des propriétés antioxydantes. Les antioxydants sont des molécules qui inhibent l'oxydation d'autres molécules, ce qui est une bonne chose. Le soja contient des phytates. Les phytates sont des composés antioxydants présents dans les céréales complètes, les légumineuses, les noix et les graines. Les phytates sont également des anti-nutriments, ce qui signifie qu'ils peuvent inhiber l'absorption d'autres nutriments. Les phytates bloquent l'assimilation des nutriments essentiels comme le zinc et le cuivre et, dans une moindre mesure, le calcium et le magnésium.

Les scientifiques qui ont étudié le régime alimentaire des pays du Tiers-Monde (qui se composent principalement de céréales et de légumineuses) sont généralement d'avis que les phytates contribuent grandement à la carence minérale généralisée. Le soja a l'une des plus hautes teneurs en phytates par rapport à n'importe quelle céréale ou légumineuse. Par conséquent, malgré le fait que le calcium, le magnésium, le fer et le zinc sont présents dans ces régimes à base de plantes, les niveaux élevés de phytates empêchent leur absorption. Cela peut mener à un régime minéral-déficient et finalement à la maladie. Il a été démontré que la fermentation du soja pendant une longue période réduit, mais n'élimine pas, les actions des phytates dans le soja.

Essentiellement, il y a des aliments bien meilleurs à consommer si vous recherchez des propriétés antioxydantes. Les fruits, le jus d'orange, les légumes-racines, les œufs, le chocolat noir, l'huile de coco, le foie, les fruits de mer et le café sont tous de bons choix.

Inhibiteurs de trypsine
Le soja contient également des inhibiteurs de la trypsine, [une protéase]. Ces anti-nutriments bloquent la trypsine et d'autres enzymes nécessaires à la bonne digestion des protéines. Cela peut entraîner une détresse digestive, des troubles pancréatiques et une alimentation déficiente en absorption d'acides aminés. Donc, si vous utilisez le soja comme source principale de protéines, réfléchissez-y encore une fois. L’aliment même que vous mangez peut inhiber la digestion des protéines que vous essayez d'obtenir. Les inhibiteurs de trypsine ont été associés à un retard de croissance chez les animaux testés.

Hémagglutinine

Enfin, le soja contient de l'hémagglutinine. L'hémagglutinine est une substance agglutinante du sang (a blood clotting substance) qui provoque la coagulation de vos globules rouges. Le regroupement des globules rouges peut conduire à une utilisation inadéquate de l'oxygène par vos cellules. Tout ce qui empêche l'utilisation de l'oxygène par vos cellules produit des problèmes dans la respiration cellulaire et la fonction métabolique.

Il y a une raison pour laquelle tant de produits affichent aujourd'hui "sans soja" sur l'étiquette. Non seulement le soja n'est pas l'aliment miracle que nous avons tous cru, mais le soja est lié à la diminution de la respiration cellulaire, aux problèmes digestifs, aux niveaux d'œstrogènes, au cancer, au gain de poids, aux carences minérales et aux problèmes thyroïdiens. Ces jours-ci, même les aliments pour chiens "sains" sont étiquetés comme sans soja pour assister la digestion de votre animal de compagnie et sa santé.

Depuis la production de masse de produits à base de soja au début des années 1990, aucune des «allégations santé améliorées» ne s'est manifestée dans notre culture. Sauf quel'Amérique a plus d'obésité, plus de cancer, plus de maladies cardiaques, et plus de problèmes auto-immuns que jamais auparavant. L'ingestion de soja est-elle le principal coupable? C'est impossible à dire. Je pense que c'est un facteur contributif. Chaque fois que nous commençons à produire en masse un aliment, la qualité en souffre toujours. Plus de transformation, plus de dégradation et plus de nourriture produite à moindre coût équivaut à plus d'argent, plus d'argent et plus d'argent. En fin de compte, nous devons nous rappeler que les «grandes entreprises alimentaires» derrière la production alimentaire sont beaucoup plus préoccupées par les résultats financiers que par la santé de leurs consommateurs.

Le conseil N°1 à emporter à partir de ce que vous avez lu, est d'éviter ou du moins de minimiser votre consommation de soja. Je me rends compte que l'évitement total du soja peut ne pas être possible, alors je veux vous dire quels produits à base de soja vous devriez éliminer et quels autres vous pourriez consommer avec parcimonie.

Je recommande d'éviter les produits suivants:
Lait de soja
Fromage de soja
Burgers de soja
Saucisse de soja
Barres énergétiques au soja
Plats préparés Edamame à base de soja
Noix de soja
Huiles de soja
Farine de soja
Glace avec soja
Crème avec soja
Craquelins au soja
Copeaux de soja
Lécithine de soja
Protéines de soja
Tofu
Tous les soja OGM

Essayez plutôt de ne consommer que des produits fermentés non génétiquement modifiés, tels que le tempeh, le miso, le natto et la sauce de soja sans gluten en quantité limitée.

J'essaie d'éviter tout le soja, même les aliments de soja fermentés. Je pense qu'il existe de bien meilleures options pour une bonne source de protéines. Comme vous le savez maintenant, mes préférences sont les produits laitiers bio, les œufs, le bouillon d'os, le foie, le poisson blanc sauvage, les crustacés et la gélatine. Quand il s'agit de choisir vos aliments, ne choisissez pas un aliment à cause de ce que l'étiquette indique. Choisissez un aliment parce qu’il est frais, non traité, favorable à votre métabolisme, et plus que probablement il ne vient pas avec une étiquette (c’est-à-dire qu’il n’a pas été manufacturé et préemballé, ndlr).

Rappelez-vous: Il n'y a pas de joie dans le soja (no joy in soy). Vous pouvez aimer votre lait de soja ou votre hamburger de soja, mais ne soyez pas trompés en pensant que ce sont des produits de santé; Ce sont des produits alimentaires dégradés qui peuvent nuire à votre santé. C'est à vous de comprendre tout ce que vous mettez dans votre corps. Ne comptez pas sur les fabricants de produits alimentaires, l'USDA, la FDA, ou même votre médecin. La conscience personnelle et la responsabilité personnelle sont des clés pour guérir votre corps et devenir l'être mince, heureux, chaud et énergique que vous étiez censé être.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Ven 27 Juil 2018 - 9:36

Idées clés du chapitre 12 – Ce que vous devez retenir
1. Le soja est anti-métabolique et est utilisé comme agent d'engraissement des bovins, des porcs et des poulets.
2. La plupart du soja en Amérique est génétiquement modifié, hautement transformé, et est une nourriture bon marché.
3. Le soja est goitrogène et contient des phytoestrogènes. Les deux peuvent inhiber la fonction thyroïdienne correcte et ralentir votre métabolisme.
4. Le soja contient de nombreux anti-nutriments, y compris des phytates, qui inhibent l'absorption du zinc, du cuivre, du magnésium et du calcium. Le soja contient des inhibiteurs de la trypsine qui bloquent la digestion des protéines. Le soja contient également de l'hémagglutinine, qui provoque le regroupement des globules rouges (coagulation).
5. Évitez tous les produits à base de soja OGM, de fromage de soja, de farine de soja, de barres de soja, de collations au soja, d'huile de soja, de farine de soja et de lécithine de soja.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Ven 27 Juil 2018 - 9:36

Références: Les références sont listées dans l'ordre dans lequel elles apparaissent dans chaque chapitre.
1. Dr. Kaayla Daniel, PhD, “The Whole Soy Story.” NewTrends Publishing, Inc. 2005.
2. Alicia A. Thorp, Peter RC Flowe, Trevor A. Mori, Alison M. Coates, Jonathan D. Buckley, Jonathan Hodgson, Jackie Mansour, and Barbara J. Meyer, “Soy Food Consumption Does Not Lower LDL Cholesterol in Either Equol or Nonequol Producers,” American Society for Clinical Nutrition, 2008.
3. Aaron J. Michelfelder, MD, “Soy: A Complete Source of Protein,” Loyola University Chicago Stritch School of Medicine, Maywood, Illinois, Am Fam Physician, January 1,
2009, 79(l):43-47.
4. FM Sacks, A. Lichtenstein, L. Van Horn, W. Harris, P. Kris-Etherton, and M. Winston, “Soy Protein, Isoflavones, and Cardiovascular Health: An American Heart Association Science Advisory for Professionals from the Nutrition Committee,” American Heart Association Nutrition Committee, February 21, 2006, 113(7): 1034-44. Epub January 17, 2006.
5. J. Vanderpas, “Nutritional Epidemiology and Thyroid Hormone Metabolism,” Annu. Rev. Nutr, 2006, 26:293—322. doi:10.1 l46/annurev.nutr.26.010506.103810. PMID 16704348.
6. RL Divi, HC Chang, and DR Doerge, “Anti-Thyroid Isoflavones from Soybean: Isolation, Characterization, and Mechanisms of Action,” Biochem Pharmacol., November 15, 1997, 54(10): 1087-96.
7. Dr. Ray Peat, “Natural Estrogen,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
8. D. Ingram, “Phytoestrogens and Their Role in Breast Cancer,” Lancet, 1997, 350:990-994; Breast NEWS: Newsletter of the NHMRC National Breast Cancer Centre, Winter 1997, Vol. 3, No. 2.
9. Van Rensburg, et al., “Nutritional Status of African Populations Predisposed to Esophageal Cancer,” Nutrition and Cancer, 1983, vol. 4, pp. 206-216.
10. P.B. Moser, et al., “Copper, Iron, Zinc and Selenium Dietary Intake and Status of Nepalese Lactating Women and Their Breastfed infants,” American Journal of Clinical Nutrition, April 1988, 47:729-734.
11. B.E Harland et al., “Nutritional Status and Phytate: Zinc and Phytate X Calcium: Zinc Dietary Molar Ratios of Lacto- Ovovegetarian Trappist Monks: 10 Years Later,” Journal of the American Dietetic Association, December 1988, 88:1562- 1566.
12. A.H. Tiney, “Proximate Composition and Mineral and Phytate Contents of Legumes Grown in Sudan,” Journal of Food Composition and Analysis, 1989, 2:6778.
13. RF Hurrell, “Influence of Vegetable Protein Sources on Trace Element and Mineral Bioavailability,” The Journal of Nutrition, September 2003, 133(9):2973S-7S.
14. B. Lônnerdal, “Dietary Factors Influencing Zinc Absorption,” Department of Nutrition, University of California at Davis, J Nutr, May 2000, 130(5S Suppl):1378S-83S.
15. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Consumer%20Attitudes_Med_062714. pdf
16. AL Tan-Wilson and KA Wilson, “Relevance of Multiple Soybean Trypsin Inhibitor Forms to Nutritional Quality,” Adv Exp Med. Biol., 1986, 199:391—411.
17. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
18. “Risks and Benefits of Estrogen Plus Progestin in Healthy Postmenopausal Women. Principal Results From the Womens Health Initiative Randomized Controlled Trial,” FJAMA, July 2002, 288(3):321-333.
19. “Questions and Answer Regarding the Women’s Health Initiative on Hormonal Therapy Trials,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] whi/whi_faq.htm.
20. “Soybean and Oil Crops,” USDA Economic Research Service, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] related-data-statistics.aspx#.UoQFhxbvzEY.
21. G. Ma, Y. Li, Y. Jin, F. Zhai, FJ Kok, and X. Yang, “Phytate Intake and Molar Ratios of Phytate to Zinc, Iron and Calcium in the Diets of People in China,” Eur J Clin Nutr., March 2007, 6l(3):368-74. Epub August 23, 2006.
22. Institute of Responsible Technology, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] responsibletechnology.org/heal th-risks#32.
23. Chris Masterjohn, “Thyroid Toxins: The Double-Edged Swords of the Kingdom Plantae, ”Cholesterol-And-Health. Com Special Reports, Volume 1, Issue 1.
24. Julia R. Barrett, “The Science of Soy: What Do We Really Know?” Environ Health Perspect, June 2006, 114(6):A352- A358.
25. “Food Labeling: Health Claims; Soy Protein and Coronary Heart Disease. Food and Drug Administration, HHS. Final Rule,” Fed Regist, 1999, 64:57700-33.
26. JM Hodgson, IB Puddey, LJ Beilin, TA Mori, and KD Croft, “Supplementation with Isoflavonoid Phytoestrogens Does Not Alter Serum Lipid Concentrations: A Randomized Controlled Trial in Humans,” JNutr, 1998, 128:728-32.
27. WL Hall, K. Vafeiadou, J. Hallund, et al., “Soy-Isoflavone- Enriched Foods and Markers of Lipid and Glucose Metabolism in Postmenopausal Women: Interactions with Genotype and Equol Production,” American Journal of Clinical Nutrition, 2006, 83:592-600.
28. BJ Meyer, TA Larkin, AJ Owen, LB Astheimer, LC Tapsell, and PR Howe, “Limited Lipid-Lowering Effects of Regular Consumption of Whole Soybean Foods,” Ann Nutr Metab, 2004, 48:67-78.
29. NR Matthan, SM Jalbert, LM Ausman, JT Kuvin, RH Karas, and AH Lichtenstein, “Effect of Soy Protein from Differently Processed Products on Cardiovascular Disease Risk Factors and Vascular Endothelial Function in Hypercholesterolemic Subjects,” American Journal of Clinical Nutrition, 2007, 85:960-6.
30. Stephan Sinatra and Jonny Bowden, “The Great Cholesterol Myth.” Fair Winds Press. 2012.
31. Uffe Ravnskov, “Ignore the Awkward! How the Cholesterol Myths Are Kept Alive.” Self Published. 2010.
32. Dr. Ray Peat, “Cholesterol, Longevity, Intelligence and Health,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
33. Dr. Dwight Lundell, “The Great Cholesterol Lie.”
34. Y. Birk, “Protein Proteinase Inhibitors in Legume Seeds— Overview,” Arch Latinoam Nutr., December 1996, 44(4 SuppI 1):26S-30S.
35. FM Lajolo and MI Genovese, “Nutritional Significance of Lectins and Enzyme Inhibitors from Legumes,” JAgric Food Chem, October 23, 2002, 50(22):6592-8.
36. GS Gilani, KA Cockell, and E. Sepehr, “Effects of Antinutritional Factors on Protein Digestibility and Amino Acid Availability in Foods,” JAOACInt., May-June 2005, 88(3):967-87.
37. hulam Sarwar, “The Protein Digestibility Corrected Amino Acid Score Method Overestimates Quality of Proteins Containing Anti-nutritional Factors and of Poorly Digestible Proteins Supplemented with Limiting Amino Acids in Rats, American Society for Nutritional Sciences, The Journal of Nutrition, 1997.
38. Gertjan Schaafsma. “The Protein Digestibility-Corrected Amino Acid Score1,” The American Society for Nutritional Sciences, The Journal of Nutrition, 2000.
39. “Protein Digestibility Corrected Amino Acid Score (PDCAAS)”, Wikipedia
40. Journal of Food Composition and Analysis 18 (2005) 723- 729. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
41. Weiwen Chai and Michael Liebman, “Short Communication: Oxalate Content of Legumes, Nuts, and Grain-Based Flours,” Department of Family and Consumer Sciences (Fluman Nutrition), University of Wyoming, University Station, Wyoming.
42. “Phytic Acid: Tips for the Consumers From Food Science,” [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  sumerien le Ven 27 Juil 2018 - 13:33

Merci pour la traduction. J'ai lu le bouquin en anglais mais ç'est bien de relire en français pour avoir un autre point de vue.
Tu vas traduire la partie "Chapter 15
The Importance of Learning to Balance Your Blood
Sugar" avec la prise de température et de pression pour savoir si le repas est bien équilibré ? J'espère que tu commenteras !
avatar
sumerien
Accro
Accro

Messages : 226
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Ven 27 Juil 2018 - 13:54

sumerien a écrit:Tu vas traduire la partie "Chapter 15
The Importance of Learning to Balance Your Blood
Sugar" avec la prise de température et de pression pour savoir si le repas est bien équilibré ? J'espère que tu commenteras !
Dac mais il faudra mettre en contexte: sujet normal - hypoglycémique - régimeur (poids ou reset) - sous-vital ...

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Protéines en poudre

Message  Luc le Sam 28 Juil 2018 - 7:04

Chapitre 13


Se supplémenter avec de la poudre de protéine


Idées clés


1. La poudre de protéine est un produit hautement transformé, non contrôlé par les autorités de santé. Il peut y avoir des résidus de métaux lourds. La plupart des produits dépassent 50 ppm maxi (normes admisses) et c’est encore 5 fois trop !

2. Attention à la qualité du produit : Certains acides aminés sont fragiles !

3. Si vous décidez d’utiliser quand même des protéines en poudre, il faudrait que ce soit ponctuel (pas 3X/ jour) et éviter les additifs et les  « améliorants » en tout genre. La protéine de lait est la meilleure option (profil nutritionnel) à condition que vous consommiez du whey provenant d’une vache élevée en pâturage et que ces protéines soient extraites à froid, sans ajout d'additifs.

4. La gélatine en poudre est le meilleur choix pour Kate DERRING. Cela permet d’équilibrer le profil des acides aminés de ses menus.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Critères de qualité dans choix d'une protéine en poudre

Message  Luc le Sam 28 Juil 2018 - 7:19

Chapitre 13
Je ne pense pas que l'information sur les protéines serait complète sans aborder l'utilisation des poudres de protéines. Je ne suis certainement pas étranger à l'utilisation de nombreux types / différentes marques de poudres de protéines dans ma vie. Rappelez-vous que j'ai dirigé des clubs de fitness pendant neuf ans de ma vie d'adulte; il n'y avait pas un jour qui passait que je n'aspirais pas à une sorte de boisson protéinée. Un shake de protéine aux fruits le matin, peut-être un shake de chocolat pour une collation de mi-journée, suivie d'une mousse faite de protéines pour un dessert après le dîner. Berk. Juste la pensée de consommer tous ces shakes en poudre aujourd'hui, hautement manufacturés, cela me donne envie de bâillonner.
(…)
Les poudres de protéines sont un repas rapide et facile quand le temps et la commodité sont d'une grande importance. Dans la société achalandée d'aujourd'hui, tout ce qui est rapide et facile semble être attrayant. Il n'y a pas de temps pour faire des emplettes, préparer et cuisiner de vrais repas, alors avoir une cuillerée de protéines, du lait, de l'eau et du lait d'amande, des fruits et un mélangeur semble être une bonne alternative à un repas rapide. Ce que nous ne parvenons pas à retenir, c'est que les poudres de protéines sont des substituts de protéines hautement transformés; ce n’est pas de la vraie nourriture. Et si notre objectif est de parvenir à une santé optimale, une forte consommation de poudres de protéines transformées ne devrait pas figurer sur la liste.

Les poudres de protéines sont des aliments transformés
Selon une étude publiée dans The Journal of Nutrition: "Les poudres de protéines sont traitées par la chaleur, avec des agents oxydants (tels que le peroxyde d'hydrogène), des solvants organiques, des alcalis et des acides pour diverses raisons telles que stériliser / pasteuriser, pour améliorer la saveur, la texture et d'autres propriétés fonctionnelles, pour désactiver les facteurs antinutritionnels, et pour préparer des produits protéiques concentrés. Ces traitements pourraient entraîner la formation de molécules de Maillard, de formes oxydées d'acides aminés soufrés, de D-aminoacides et de chaînes peptidiques réticulées (comme la lysinoalanine et la lanthionine), ce qui réduit la biodisponibilité et la qualité des protéines.

L'étude indique essentiellement que la quantité de traitement qui entre dans la fabrication d'une poudre de protéine peut créer de nombreux effets négatifs, se terminant par une diminution de la qualité des protéines.

Additifs alimentaires
La plupart des poudres de protéines contiennent du carraghénane, de la gomme de guar, de la gomme de xanthane, de la gomme de caroube et / ou de la gomme arabique, utilisées comme épaississant ou stabilisant. Tous ces additifs sont pour la plupart indigestes et peuvent augmenter l'irritation du tube digestif, en particulier chez les personnes ayant des problèmes digestifs ou un métabolisme lent.
Pour augmenter le taux métabolique et augmenter la santé de l'intestin, vous devriez préférer consommer des aliments faciles à digérer et à absorber. Consommer des aliments avec des irritants intestinaux connus ne supporte pas ce processus.

La lécithine de soja est un autre additif alimentaire ajouté à de nombreuses poudres de protéines - et du chocolat, des substituts de beurre, des vinaigrettes et des sprays pour cuisson. La lécithine de soja est une combinaison d'huile de soja et de phospholipides, utilisée comme émulsifiant et / ou stabilisant dans les aliments. La plus grande partie de la lécithine de soja est génétiquement modifiée, sauf indication contraire.

En utilisant le solvant chimique hexane, la lécithine de soja est fabriquée en extrayant l'huile de soja du soja brut. L'hexane est une toxine connue et l'ingestion est liée à la nausée, au vertige, à l'irritation intestinale et aux problèmes du système nerveux central (SNC). Une étude publiée dans le journal de l'American Oil Chemists Society en 2000 a révélé que même après avoir essayé d'éliminer l'hexane de l'huile de soja, le résidu final d'hexane était de 1 000 ppm (parties par million). L'exposition recommandée par l'Institut national de sécurité et de santé au travail doit être limitée à 50 ppm. Par conséquent, il est conseillé d'éviter les produits qui utilisent l'hexane comme agent d'extraction.

Vitamines synthétiques
La plupart des poudres de protéines contiennent très peu de vitamines et minéraux naturels. Par conséquent, les fabricants doivent rendre leur poudre de protéine plus appréciable, de sorte qu'ils ajoutent des vitamines synthétiques bon marché. Je ne suis pas un défenseur de l'utilisation de suppléments de vitamines. Je trouve, pour la plupart des gens, qu'ils causent juste une détresse digestive supplémentaire. Ajouter des vitamines en poudre dans une poudre de protéine et le résultat donnera un intestin mécontent.

Édulcorants artificiels / naturels
La plupart, sinon la totalité, des poudres de protéines contiennent des édulcorants ajoutés. Si vous lisez ce livre, vous connaissez probablement déjà les dangers de l'aspartame (Equal), de la saccharine (NutraSweet) et du sucralose (Splenda). Si non, s'il vous plaît essayez de comprendre que chacun de ces édulcorants artificiels a une longue liste d'effets secondaires négatifs. Les effets secondaires comprennent les problèmes de mémoire, les problèmes de peau, le cancer, les maux de tête, l'anxiété, les malformations congénitales et la détresse digestive. La FDA affirme que chacun de ces édulcorants est «généralement considéré comme sûr» (GRAS) à son niveau actuel de consommation.

Pourtant, la recherche actuelle montre une histoire différente. Une étude du Journal of Toxicology and Environmental Health a révélé en 2008 que, après 12 semaines d'ingestion de sucralose, les rats présentaient une réduction des bactéries fécales bénéfiques et une augmentation du pH fécal. Dans de nombreuses études, l'aspartame a été associé à des troubles mentaux et à une diminution de l'apprentissage et de la fonction émotionnelle. La saccharine a été liée au cancer de la vessie chez les rats, mais les études humaines actuelles montrent que cela est non concluant. Pourtant, ce n'est pas une raison pour courir acheter des aliments remplis de saccharine.

La plupart des personnes qui consomment des édulcorants artificiels le font pour «économiser» des calories et réduire la consommation de sucre. Si vous avez été attentif, et je sais que vous l’avez été, vous savez que le sucre n'est pas l'ennemi quand il s'agit de prendre du poids. Le sucre est hautement métabolique, et un apport accru montre une augmentation du taux métabolique. Rappelez-vous que le sucre favorise la production de triiodothyronine (T3) par le foie. Augmenter la production de thyroïde produit une augmentation du métabolisme. Le sucre (combiné avec de la graisse et des protéines) aide également à équilibrer la glycémie.

Si votre corps a besoin de sucre, il y a habituellement une raison: il a besoin de sucre; arrêtez d'essayer d'ignorer les signaux envoyés par votre corps.

Les édulcorants artificiels n'ont pas d'effet d'équilibrage du sucre dans le sang; en fait, puisque vous ne donnez pas à votre corps ce dont il a besoin, vous le rendez plus affamé. Habituellement, si notre corps a envie de quelque chose de sucré, il a besoin de sucre. Donnez-lui un faux sucre, et bientôt vous aurez un besoin accru. Une étude du Yale Journal of Biology and Medicine de 2010 a montré que les personnes qui consommaient plus d'aliments et de boissons avec des édulcorants artificiels avaient un IMC plus élevé et une prise de poids accrue. Je peux certainement en témoigner: il y a de nombreuses années, lorsque je consommais des sodas ou des aliments sans sucre, mes «envies de sucre» n'étaient jamais satisfaites. En général, je consommais deux fois plus de nourriture pour satisfaire mes envies, ce qui aboutissait à la prise de poids et à l'augmentation des fringales de sucre.

Et à propos de la stévia ?
La stévia est une famille de plantes herbacées. Le pouvoir édulcorant de la Stevia est environ 250-300 fois plus puissant que le saccharose (sucre de table). De tous les édulcorants, la stévia est la plus naturelle et la moins toxique. Pour la plupart des aspects, stevia semble sûr. Certaines études ont même montré que la stévia peut augmenter la sensibilité à l'insuline et réduire les niveaux de glucose dans le sang. Pourtant, je ne suis pas convaincu que c'est une meilleure alternative à la vraie affaire – le bon vieux sucre – en particulier dans un shake protéiné.

Nous savons déjà que la protéine, à elle seule (isolée), provoquera une réponse insulinique. C’est mieux de consommer une protéine avec un glucide (sucre) pour maintenir les niveaux de sucre dans le sang. Ainsi, la stévia associée à la protéine seule entraînera une augmentation de la sécrétion d'insuline, suivie d'une baisse de la glycémie, suivie d'une augmentation du glucagon, du cortisol et de l'adrénaline (réaction de stress). Pour optimiser la santé et la croissance musculaire, consommez du sucre ordinaire (saccharose ou dextrose) avec votre boisson protéinée.

Métaux lourds
En 2010, Consumer Reports a testé 15 shakes et poudres protéinés pour le cadmium, l'arsenic, le plomb et le mercure. Chacun des shakes protéinés et des poudres contenait au moins un des métaux lourds. Pour ceux d'entre nous qui veulent maintenir notre santé, toute [infime] quantité de métaux lourds est [encore de] trop, surtout une dose quotidienne. L'ingestion continue de métaux lourds peut affecter les reins, le système digestif, le système nerveux, le système cardiovasculaire, le système reproducteur et le sang.
Dans le monde d'aujourd'hui, nous sommes exposés quotidiennement à des centaines de toxines, principalement dans l'air, l'eau et la nourriture. Nous ne pouvons pas éviter l'exposition, mais nous pouvons la limiter en connaissant le contenu de certains aliments.

Qu'en est-il de la protéine de whey (lactosérum)?
Je ressens le besoin d'écrire une appréciation rapide sur les protéines de whey parce que c'est la poudre de protéine la plus largement utilisée dans le monde de la santé et de la forme physique. Rappelons d'abord que la protéine de whey a été créée au départ dans l'industrie du fromage, qui la rejetait comme un déchet. Comme tant d'autres produits de «déchets» (jus d'orange pulpeux et huile de poisson), la protéine de whey, avec beaucoup d'aide à la commercialisation, est devenue un nouvel aliment santé.

Bien que le lactosérum / whey soit un dérivé du lait, le lactosérum ne possède pas certaines des qualités protectrices du lait, notamment les graisses saturées, les CLA, les sucres, la caséine, les niveaux de calcium et les vitamines A, B, D et K. Le whey contient aussi des niveaux élevés de l’acide aminé tryptophane, qui peut rendre le whey inflammatoire aux personnes qui le consomment souvent. La protéine de lactosérum contient du cholestérol, et même si je suis un défenseur du cholestérol, je ne suis pas un défenseur du cholestérol oxydé. Grâce au processus de chauffage, le cholestérol dans le lactosérum peut s'oxyder, produisant des oxystérols. Il a été démontré que les oxystérols augmentent les plaques d’athérosclérose.

Maintenant, pour certains d'entre vous qui lisez ceci, je sais que vous ne voulez pas abandonner votre shake de protéines de whey, en particulier pour des raisons de commodité et de temps.

Par conséquent, si vous êtes décidé à boire votre shake de protéine de lactosérum, je suggère quelques choses:
1. Achetez une source bio, d’un élevage en pâturage. Si votre protéine de lactosérum n'est pas issue d’un élevage en pâturage / biologique, alors vous pouvez parier que votre protéine provient d'une vache traitée par hormone rBGH.
2. Achetez un lactosérum cru (whey), chauffé à basse température ou une poudre protéinée pressée à froid. Cela devrait créer des protéines de lactosérum moins endommagées et plus biodisponibles.
3. Assurez-vous que la protéine est exempte d'édulcorants ajoutés, d'additifs, de vitamines et d'arômes artificiels.

En ce qui concerne le reste des protéines en poudre (protéines de riz, de chanvre, de soja et de pois), je ne suis pas fan. Les protéines d'origine animale sont beaucoup plus biodisponibles (utilisables pour notre système) que les marques végétariennes. Donc, notez: Si vous optez pour une poudre de protéine végétarienne, vous devrez peut-être consommer deux fois plus pour obtenir une portion de protéines. Votre meilleure option est de manger de la vraie nourriture.

Est-ce que n’importe quelle poudre de protéine est OK ?
La seule poudre de protéine que je recommande est le collagène hydrolysé et la gélatine de Great Lakes Gelatin (GLG). Cette gélatine en poudre est exempte d'additifs, de vitamines synthétiques et d'édulcorants. GLG est également exempt de glutamate monosodique (MSG). Le MSG n'est pas réellement ajouté à la poudre de protéine, mais en raison du processus de fabrication, le MSG ne doit pas être étiqueté sur les poudres protéiques - bien que votre poudre de protéine ne dise pas qu'il contient du MSG, s'il a été chauffé et traité , c’est plus que probable. La consommation de MSG est liée à l'obésité, aux maux de tête, à la fatigue, à la fatigue et aux lésions oculaires.

La gélatine contient un profil d'acides aminés positif dépourvu de l'acide aminé inflammatoire tryptophane. Pour diminuer l'inflammation, améliorer la santé intestinale, améliorer le sommeil, diminuer les allergies, stabiliser la glycémie, améliorer la mémoire, épargner les muscles, désintoxiquer le foie et améliorer les cheveux, la peau et les ongles, c'est une bonne chose. Rappelez-vous: L'excès de tryptophane est lié à de nombreux problèmes inflammatoires. Je devrais mentionner que, pour des buts de construction de muscle, la gélatine n'est pas idéale. Les produits laitiers, les œufs, les viandes musculaires, les poissons et les fruits de mer sont de meilleures options, car ils sont tous des protéines complètes.

À la fin de la journée, quand il s'agit de protéines, la vraie nourriture est toujours la meilleure option. Les poudres de protéines ont leur place lorsque la commodité est un problème, mais elles doivent être utilisées avec parcimonie (pas 50 % de votre apport en protéines). Les poudres de protéines sont devenues de grandes entreprises dans l'industrie de la santé et du conditionnement physique, contribuant aux milliards de dollars que nous dépensons chaque année pour des «produits de santé». Pourtant, un produit alimentaire trop traité et contenant des additifs alimentaires, des vitamines synthétiques, des métaux lourds et des édulcorants artificiels peut-il être considéré comme sain? Je ne pense pas – et peut-être que vous ne devriez pas non plus. Si vous souhaitez obtenir un taux métabolique élevé, avec une bonne digestion et un corps maigre, alors consommer des protéines alimentaires non transformées et réelles est votre meilleure option.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Sam 28 Juil 2018 - 7:21

Idées clés du chapitre 13 : ce que vous devez retenir

1. La plupart des poudres de protéines sont hautement transformées. Elles sont chauffées et traitées avec des solvants, des alcalis et d'autres agents oxydants. Le résultat est une protéine qui peut avoir une biodisponibilité en acides aminés inférieure et une qualité de protéine inférieure.

2. La plupart des poudres de protéines contiennent des agents de charge (fillers) et des additifs pour améliorer le goût et la texture. Les poudres protéiques contenant du carraghénane, de la gomme de guar, de la gomme xanthane, de la gomme de caroube, de la lécithine de soja, des vitamines synthétiques et des édulcorants artificiels (aspartame, saccharine et sucralose) doivent être évitées.

3. La FDA ne réglemente pas la sécurité des poudres de protéines. Pour cette raison, des métaux lourds et d'autres toxines ont été trouvés dans de nombreuses poudres de protéines de marque.

4. Le lait est une meilleure option que les boissons protéinées de whey en raison de ses niveaux de gras saturés protecteurs, du CLA, des sucres, du calcium et des vitamines A, B, D et K. Si vous consommez des protéines de lactosérum, soyez sûr qu’elles proviennent d’une vache élevée en pâturage ou que ces protéines soient crues ou pressées à froid et exemptes d'additifs.

5. La gélatine hydrolysée est mon type préféré de poudre de protéine en raison de son profil d'acides aminés non inflammatoires. La gélatine peut aider à diminuer l'inflammation, améliorer la santé intestinale, améliorer le sommeil, diminuer les allergies, stabiliser la glycémie, améliorer la mémoire, épargner les muscles, désintoxiquer le foie et améliorer les cheveux, la peau et les ongles.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Luc le Sam 28 Juil 2018 - 7:21

Références du chapitre 13: Les références sont listées dans l'ordre dans lequel elles apparaissent dans chaque chapitre.
1. Ghulam Sarwar, “The Protein Digestibility-Corrected Amino Acid Score Method Overestimates Quality of Proteins Containing Antinutritional Factors and of Poorly Digestible Proteins Supplemented with Limiting Amino Acids in Rats, The Journal of Nutrition. May 1, 1997 vol. 127 no. 5 758- 764
2. Yvette C. Luiking, Nicolaas E.P. Deutz3, Martin Jakel, and Peter B. Soeters, “Casein and Soy Protein Meals Differentially Affect Whole-Body and Splanchnic Protein Metabolism in Healthy Humans,” The American Society for Nutritional Sciences, 2005.
3. JM Bell and PK Lundberg, “Effects of a Commercial Soy Lecithin Preparation on Development of Sensorimotor Behavior and Brain Biochemistry in the Rat,” Dev Psychobiol, January 1985, 18(l):59-66.
4. “Soybeans and Soy Lecithin,” University of Nebraska- Lincoln (UNL), accessed March 14, 2013, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
5. E. Reverchon, M. Poletto, L. Sesti Osséo, and M. Somma, “Hexane Elimination from Soybean Oil by Continuous Packed Tower Processing with Supercritical C02,” Journal of the American Oil Chemists’ Society, 2000, Volume 77, Issue 1, pp. 9-14.
6. Stephen R. Clough and Leyna Mulholland, ““Hexane,” Encyclopedia of Toxicology 2 (2nd ed.), Elsevier, 2005, pp. 522-525.
7. BA Magnuson, GA Burdock, J. Doull, RM Kroes, GM Marsh, MW Pariza, PS Spencer, WJ Waddell, R. Walker, and GM Williams, “Aspartame: A Safety Evaluation Based on Current Use Levels, Regulations, and Toxicological and Epidemiological Studies,” Crit Rev Toxicol, 2007, 37( 8 ):629— 727.
8. P Humphries, E. Pretorius, and H, Naudé, “Direct and Indirect Cellular effects of Aspartame on the Brain,” Eur J Clin Nutr, April 2008, 62(4):451-62. Epub August 8, 2007.
9. Mohamed B. Abou-Donia*, Eman M. El-Masry, Ali A. Abdel-Rahman, Roger E. McLendon, and Susan S. Schiffman, “Splenda Alters Gut Microflora and Increases Intestinal P-Glycoprotein and Cytochrome P-450 in Male Rats,” Journal of Toxicology and Environmental Health, Part A: Current Issues. Volume 71, Issue 21, 2008.
10. Qing Yang, “Gain Weight by ‘Going Diet?’ Artificial Sweeteners and the Neurobiology of Sugar Cravings,” Yale J Biol Med, June 2010, 83(2): 101-108.
11. SD Stellman and L. Garfinkel, “Artificial Sweetener Use and One-Year Weight Change Among Women,” Prev Med., 1986, 13:195-202.
12. SP Fowler, K. Williams, RG Resendez, KJ Hunt, HP Hazuda, and MP Stern, “Fueling the Obesity Epidemic? Artificially Sweetened Beverage Use and Long-Term Weight Gain,” Obesity (Silver Spring, Md.) 2008, 16:1894-1900.
13. RG Hendler, M. Walesky, and RS Sherwin, “Sucrose Substitution in Prevention and Reversal of the Fall in Metabolic Rate Accompanying Hypocaloric Diets,” Am J Med., August 1986, 81(2):280-4.
14. M. Yanina Pepino, PhD; Courtney D. Tiemann, MPH, MS, RD; Bruce W. Patterson, PhD; Burton M. Wice, PhD; and Samuel Klein, MD, “Sucralose Affects Glycémie and Hormonal Responses to an Oral Glucose Load,” Diabetic Care.
15. PB Jeppesen, S. Gregersen, CR Poulsen, and K. Hermansen, “Stevioside Acts Directly on Pancreatic Beta Cells to Secrete Insulin: Actions Independent of Cyclic Adenosine Monophosphate and Adenosine Triphosphate-Sensitive K+- Channel Activity,” Metabolism, February 2000, 49(2):208-l4.
16. B. Geeraert, F. Crombé, M. Hulsmans, N. Benhabilès, JM Geuns, and P. Holvoet, “Stevioside Inhibits Atherosclerosis by Improving Insulin Signaling and Antioxidant Defense in Obese Insulin-Resistant Mice,” Int J Obes (Lond), March 2010, 34(3):569-77. doi: 10.1038/ijo.2009.261. Epub December 15, 2009.
17. “Alert: Protein Drinks. You Don’t Need the Extra Protein or the Heavy Metals Our Tests Found,” Consumer Report, 2010,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
18. Carolanne Wright. “Dying to Be Healthy: Many Protein Powders Laced with Heavy Metals, MSG,” Natural News, August 8, 2013.
19. WH Yang, MA Drouin, M. Herbert, Y. Mao, and J. Karsh, “The Monosodium Glutamate Symptom Complex: Assessment in a Double-Blind, Placebo-Controlled, Randomized Study,” J Allergy Clin Immunol, June 1997, 99(6 Pt l):757-62.
20. National Center for Complimentary Care and Alternative Care, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
21. “The CHEK Institute Position Statement on Whey Protein,”
[url=http://www.ppssuccess.com/foodforthought/articlesbypaul/articlesbypaulchekdetailpage/tabid/496/smid/2l44/articleid/90/reftab/104/t/whey products supplement or detriment/default.aspx][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][/url]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 6249
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment guérir votre métabolisme. Livre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum