Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Amigo_amigo
par Luc Hier à 20:12

» Bon anniversaire Infiniment
par Luc Hier à 13:11

» Mouse data links microbiome changes to lupus severity and complications
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 20:16

» Jeûne thérapeutique - Concept de l'oxydation des lipides
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 15:49

» Bûches de Noël vegan, sans gluten, sans lactose
par Mirzoune Dim 10 Déc 2017 - 12:33

» Bonhomme de pâte & St-Nicolas
par proserpine Jeu 7 Déc 2017 - 8:03

» Présentation Mpj48
par Mirzoune Mar 5 Déc 2017 - 16:40

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Luc Lun 4 Déc 2017 - 23:12

» Perdre du poids sans faire le yoyo
par Luc Dim 3 Déc 2017 - 14:13

» Le jus de grenade fermentée protège – nutrithérapie naturelle et effets de synergie
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 17:06

» Iode (anti goitre et fluor/brome...)
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 16:52

» Jeu de vilain entre un éléphanteau et une oie
par Luc Ven 1 Déc 2017 - 13:18

» Maladies auto-immunes: traitements conventionnels et complémentaires
par Mirzoune Ven 1 Déc 2017 - 11:11

» Maria Farantouri une voix de contre-alto magnifique...
par Flo Mer 29 Nov 2017 - 12:01

» Une biche s'amuse
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:06

» Présentation John007
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 9:51

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Mirzoune Lun 27 Nov 2017 - 23:33

» Humour noir: Pub suisse
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 19:05

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 18:19

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Lun 27 Nov 2017 - 15:03

» Métabolique et cerveau
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 23:15

» Proposition de photo pour un avatar
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 21:30

» Bioavailability of curcumin
par Luc Jeu 23 Nov 2017 - 16:10

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Flo Jeu 23 Nov 2017 - 9:43

» Quel magnésium choisir?
par Flo Mer 22 Nov 2017 - 18:05

» Présentation Adveniat
par Mirzoune Mar 21 Nov 2017 - 13:10

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Flo Mar 21 Nov 2017 - 10:29

» Fibromyalgie et la sulfite connexion
par Mirzoune Lun 20 Nov 2017 - 11:23

» Douleurs musculaires et acide lactique
par Flo Dim 19 Nov 2017 - 21:50

» Bon anniversaire Monik
par Mirzoune Sam 18 Nov 2017 - 14:47

» TRANSMUTATIONS
par Luc Sam 18 Nov 2017 - 9:42

» D. Guyaux: Rémission d'une SEP ou la puissance de l'alimentation crue et d'une vie saine
par Flo Ven 17 Nov 2017 - 9:31

» Quand le musée respire
par Pierrette Mer 15 Nov 2017 - 17:17

» Ni pute, ni soumise? Pas pour Mattel...
par Mirzoune Mer 15 Nov 2017 - 8:38

» Bon anniversaire Lulu
par Pierrette Sam 11 Nov 2017 - 17:27

» Maladie : le rôle de l'alimentation
par Luc Ven 10 Nov 2017 - 12:35

» Foie et déchets cristalloïdes
par sophy Ven 10 Nov 2017 - 10:53

» Un très bon anniversaire Luc
par proserpine Jeu 9 Nov 2017 - 9:41

» Let's Twist Again
par Nell74 Mer 8 Nov 2017 - 13:35

» Enlever les pesticides des fruits et légumes
par sophy Mer 8 Nov 2017 - 12:42

» Tous les usages du chanvre alimentaire
par Nell74 Mar 7 Nov 2017 - 23:33

» Vitamine A contre Alzheimer
par Luc Mar 7 Nov 2017 - 21:03

» vitamine D : zyma D ou...?
par Mirzoune Lun 6 Nov 2017 - 14:36

» Pain SG pois chiche & teff - salé / sucré
par Luc Lun 6 Nov 2017 - 13:06

» Auto-Ostéopathie en vidéo. Absolument génial!
par Mirzoune Lun 6 Nov 2017 - 10:26

» Vaccination obligatoire et risque acceptable ?
par Luc Dim 5 Nov 2017 - 15:49

» Lait de coco et sarrasin
par Mezame Dim 5 Nov 2017 - 14:03

» Danse sur glace
par proserpine Dim 5 Nov 2017 - 11:26

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Dim 5 Nov 2017 - 10:12

» L’ arthrose n’est pas une maladie d’usure
par sophy Sam 4 Nov 2017 - 23:02

» Graines germées et pousses
par sophy Sam 4 Nov 2017 - 22:30

» Fat for fuel – Dr. Joseph Mercola
par Luc Sam 4 Nov 2017 - 11:17

» Choisir un thé, ou une tisane, sans plomb ni pesticide
par sophy Ven 3 Nov 2017 - 19:58

» cake gingembre amande et cacao nibs
par Luc Mer 1 Nov 2017 - 22:58

» Bon anniversaire Pierrette
par sophy Mer 1 Nov 2017 - 21:31

» Salix alba - Populus nigra - Filipendula ulmaria - Urtica
par Luc Mer 1 Nov 2017 - 11:32

» Les ions négatifs de l'air
par Adveniat Mar 31 Oct 2017 - 20:01

» La quercétine protège contre les effets nocifs des pesticides
par Luc Lun 30 Oct 2017 - 19:21

» Le Tissu Conjonctif
par Luc Lun 30 Oct 2017 - 11:25

» Le Colon et les Acides Gras
par Mirzoune Lun 30 Oct 2017 - 11:06

» Complément proteiné
par Mirzoune Sam 28 Oct 2017 - 20:26

» Équilibre Sodium et Potassium – Compensation par l’organisme
par Mirzoune Sam 28 Oct 2017 - 15:09

» dentifrice liquide aux HE.
par Luc Sam 28 Oct 2017 - 0:13

» Synergie HE. et antibio .?
par Adveniat Jeu 26 Oct 2017 - 20:35

» Fruits oléagineux
par Adveniat Jeu 26 Oct 2017 - 11:21

» Congestion nasale et allergie
par Luc Mer 25 Oct 2017 - 18:50

» Protéger le foie
par Mirzoune Mar 24 Oct 2017 - 16:12

» Biodisponibilité des minéraux en présence d'acide phytique
par Adveniat Mar 24 Oct 2017 - 15:20

» Thérapie du colon: Nettoyage
par Mirzoune Mar 24 Oct 2017 - 10:45

» Le Candida Albicans
par Adveniat Lun 23 Oct 2017 - 9:46

» Les facteurs déclenchants supposés de la fibromyalgie
par Luc Dim 22 Oct 2017 - 21:36

» Noix de macadamia
par Adveniat Sam 21 Oct 2017 - 16:35

» céréales et légumineuses
par Mirzoune Sam 21 Oct 2017 - 16:05

» Briquettes moelleuses au curcuma SGSC
par Luc Sam 21 Oct 2017 - 15:36

» Mettre un avatar
par Mirzoune Ven 20 Oct 2017 - 17:09

» Conséquences du déficit magnésien sur les transports cellulaires. JP Curtay
par Adveniat Ven 20 Oct 2017 - 10:38

» Présentation Marie-Pierre
par sophy Jeu 19 Oct 2017 - 21:33

» Présentation Sophy
par sophy Jeu 19 Oct 2017 - 21:30

» Bandes kinesio taping pour douleurs tendino-musculaires
par Mirzoune Jeu 19 Oct 2017 - 18:35

» Méthodes pour s'endormir en moins d'une minute
par Nell74 Mer 18 Oct 2017 - 12:02

» Graines de chanvre décortiquées, 22€ le Kg. Qui dit mieux?
par Mirzoune Mar 17 Oct 2017 - 21:36

» ALA: acide alpha-lipoïque et chélation
par Mirzoune Lun 16 Oct 2017 - 11:13

» Antibiotiques candida
par sossophiphie Dim 15 Oct 2017 - 20:23

» Candidose – Comprendre le déséquilibre du microbiote
par Luc Dim 15 Oct 2017 - 11:11

» Présentation Sophie
par sossophiphie Dim 15 Oct 2017 - 5:05

» Asthme: Méthode Buteyko – Lierre (teinture mère) - Vitamines
par Mirzoune Sam 14 Oct 2017 - 15:24

» Vitamine K2 - Achat - Exemples de produits
par proserpine Ven 13 Oct 2017 - 17:21

» OXYGENATION Quelques éléments
par Luc Jeu 12 Oct 2017 - 12:34

» Présentation Mezame
par Mezame Mar 10 Oct 2017 - 22:00

» Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique?
par Mirzoune Mar 10 Oct 2017 - 18:50

» Avatars pour Halloween
par Mirzoune Mar 10 Oct 2017 - 16:54

» Suivi alimentation low-carbs
par Mirzoune Mar 10 Oct 2017 - 16:50

» Levothyrox
par Nell74 Lun 9 Oct 2017 - 17:38

» Gifs de bienvenue
par Mirzoune Mer 4 Oct 2017 - 8:53

» Présentation Bredan
par Mirzoune Mer 4 Oct 2017 - 8:45

» Chronimed, vous connaissez?
par Mirzoune Lun 2 Oct 2017 - 18:38

» Protection contre les pesticides
par Luc Dim 1 Oct 2017 - 21:56

» Le psyllium aide le microbiote
par Luc Sam 30 Sep 2017 - 9:34

» Certains Baumes à lèvres sont à éviter
par Luc Mer 27 Sep 2017 - 11:17


Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire

Message  Mirzoune le Mer 10 Fév 2016 - 10:55

Petite compil' :

1- Le sélénium dans le traitement des thyroidites autoimmunes :

Voici la traduction d'un petit "poster" découvert lors du congrès international sur la thyroïde, à Istanbul (outre les exposés ou "oral sessions", il y avait aussi plus de 200 affiches ou "posters" avec les résumés de toute sorte de recherche - la liste complète se trouve ici :http://www.hotthyroidology.com/eta2004/download.php[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - le mieux est d'ouvrir le premier "Abstractbook", qui contient TOUS les résumés, puis d'y faire une recherche par mots-clés)

La thyroïdite autoimmune est l’une des pathologies thyroidiennes les plus fréquentes, et la majeure cause des hypothyroidies chroniques. On estime son incidence chez les femmes à plus de 10%.
Le sélénium (Se) est un oligoélément qui a plusieurs fonctions immunomodulatoires. Il existe de nombreux enzymes du sélénium, comme la peroxidase glutathione, les deiodinases iodothyronines et la reductase thioredoxine, qui agissent directement sur le fonctionnement de la thyroïde et sur la protection des cellules contre le stress oxydatif. On sait qu’un déficit en sélénium peut être à l’origine de dysfonctionnements de la thyroïde et d’un endommagement des cellules.
Méthode : étude prospective « en aveugle » sur 63 femmes souffrant de maladie autoimmune […] Le groupe traité recevait oralement 200 µg (2.53 µmol/d)L-Sélénomethionine par jour pendant 3 mois. Tous les patients avaient un traitement substitutif par T4 suffisant pour maintenir la TSH dans la fourchette des valeurs normales. Les anticorps anti-TPO, anti-TG, la TSH et les hormones thyroïdiennes libres étaient mesurés avec les kits d’essais du commerce hautement sensibles et spécifiques RIA ou IRMA.
Résultats : dans le groupe recevant le sélénium, la concentration moyenne en anticorps anti-TPO a significativement baissé, descendant à 73% (P<0.000) par rapport au groupe témoin, où aucun changement n’était observé (P=0,690). Les anticorps anti-TG sont descendus à 86% (P=0,017) dans le groupe supplémenté, par rapport à aucun changement dans le groupe témoin (P=0,690). La baisse de la TSH était de 57% (p=0,001), alors qu’il n’y avait aucune augmentation statistiquement significative dans la T3 ou T4 libres.


Conclusion : Dans les thyroïdites autoimmunes, un traitement avec 200 µg/d de L- Sélénométhionine a un effet suppressif sur les anticorps sériques anti-TPO et anti-TG, qui jouent un rôle dans la destruction des cellules folliculaires. Bien que le mécanisme exact demeure inconnu, le sélénium administré à dose supranutritionnelle exerce une action thérapeutique sur de nombreux processus autoimmuns.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

2- Maladies auto-immunes et facteurs environnementaux (processus de déclenchement, alimentation, compléments) :
La famille des maladies auto-immunes (MAI) compte plus de 80 maladies.
Ces maladies sont caractérisées par l'apparition clinique d'inflammations, de douleurs articulaires et musculaires, de fatigue, d'une augmentation des anticorps contre les glandes endocrines et autres tissus, et d'une décomposition du tissu conjonctif. Ces MAI présentent cependant le même problème sous-jacent : un système immunitaire qui a perdu son chemin! A la place de protéger les cellules de l'individu, il les attaque. Et pire encore : sa prévalence augmente sans que nous sachions pourquoi...
La MAI est caractérisée par une réponse immunitaire cellulaire et/ou humorale dirigée contre diverses cellules ou constituants de l'individu. Toutefois, les auto-anticorps ne sont pas la cause de la maladie, mais sa conséquence. La destruction de cellules par le processus auto immun libère des auto antigènes qui induisent la production d'auto anticorps. En outre, la majorité des maladies auto-immunes se caractérisent par une insuffisance en lymphocytes T régulateurs.
D'après différentes études, il résulte que, longtemps avant qu'une maladie auto-immune se déclare, on peut observer dans le sérum de volontaires des changements et des auto-anticorps, même 10 ans ou plus avant le diagnostic. Dans le cas de SEP p. ex., on observe d'abord des modifications au niveau du cerveau avant que le système immunitaire se dérègle. En effet, les signes apparaissent progressivement : détérioration tissulaire, stress oxydant et inflammation et finalement une auto-immunité accrue. Les traiter peut donc contribuer à renverser la situation.
Les femmes sont davantage touchées par des MAI. Cette sensibilisation contre ses propres tissus serait sous dépendance hormonale. On suppose de plus en plus que la testostérone exerce un effet protecteur sur le système immunitaire.
Actuellement, on considère que l'étiologie des MAI est liée à l'interaction entre la prédisposition génétique et les facteurs environnementaux.
L'alimentation constitue un des principaux facteurs environnementaux pouvant avoir une influence sur le fonctionnement du système immunitaire. La participation des facteurs de l'environnement est probablement plus importante que celle des facteurs génétiques. En effet, la réaction auto-immune est déclenchée par un duo incontournable : molécule HLA+peptide. Ces macromolécules (Molécule HLA + Peptide) déclencheraient une réaction immunitaire (activation des globules blancs) causant inflammation et douleurs.
L'HLA (Human Leukocyte Antigen, glycoprotéine sur la surface des globules blancs), est une molécule du soi. Le peptide est probablement un xéno-antigène, donc un peptide du non soi!
L'ensemble des HLA caractérisent un individu, un peu comme les protéines retrouvées sur les globules rouges pour les groupes sanguins. On retrouve ainsi fréquemment la protéine HLA-B27 au cours de la Spondylarthrite ankylosante (SPA).

Mais, d'où viennent ces peptides du non soi?
On ne trouve des peptides que dans les êtres vivants : parasites, mycoplasmes, virus, bactéries, aliments (car ils proviennent des animaux et végétaux qui sont des êtres vivants).


    • les parasites sont à exclure, car ils ne présentent aucune relation avec les affections auto-immunes.
    • les mycoplasmes peuvent provoquer certains rhumatismes inflammatoires chez l'animal, mais pas chez l'homme.
    • les virus : il n'a jamais été possible de démontrer qu'un virus pouvait donner une seule maladie auto-immune.


Par élimination, il ne nous reste plus que les bactéries et les aliments : la responsabilité des aliments et des bactéries a été prouvée ou suspectée dans différents états auto-immuns. Ils constituent la source des peptides du non soi.
La plupart des maladies auto-immunes sont donc probablement le résultat de causes multiples : 
1- une prédisposition génétique, 
2- activée par une infection, 
3- et associée à la présence ou à la déficience d'une substance chimique ou d'un aliment.
Il est clair que, dans la relation entre le système nerveux autonome et le système immunitaire, les bactéries (qui ne répondent plus ou insuffisamment aux antibiothérapies) jouent un rôle important. Elles sont probablement responsables d'un large éventail de maladies neurologiques (insomnies, céphalées, syndromes douloureux... jusqu'à fibromyalgie et SFC).
Les voies d'entrée des peptides non soi :
Pour pénétrer dans l'organisme, les peptides non soi (exogènes) doivent traverser, soit la peau, soit une muqueuse. Or la peau et la plupart des muqueuses sont trop épaisses, trop étanches. Les deux seules muqueuses fragiles et perméables sont les alvéoles pulmonaires et l'intestin grêle.
Dans les alvéoles pulmonaires ne pénètrent que relativement peu de bactéries et pas du tout d'aliments. Par contre, l'intestin grêle, très long et étroit, contient une flore abondante et variée, et des aliments en cours de digestion.
Les individus en bonne santé ont presque toujours un grêle étanche. Ceci suggère que, chez les sujets souffrant d'affections auto-immunes, la muqueuse intestinale se défend mal contre les agressions déclenchées par certaines bactéries et certains aliments.
Les jonctions serrées situées entre les cellules de l’épithélium intestinal permettent un équilibre entre la tolérance et l’immunité contre les antigènes du non-Soi. Le mauvais fonctionnement des jonctions serrées est fréquent dans des malades auto-immunes. La déstabilisation des jonctions serrées conduit à l’entrée d’antigènes étrangers immunogènes qui activent la cascade auto-immune. Un mauvais fonctionnement de la barrière intestinale pourrait donc expliquer l’incidence croissante des maladies auto-immunes. Une hyperperméabilité peut induire un processus inflammatoire qui conduit à encore plus de perméabilité, d’où un cercle vicieux.
D'après une étude menée sur des souris, des chercheurs ont pu mettre en évidence que certaines bactéries étaient capables de proliférer, perturber la flore intestinale et augmenter sa perméabilité pour autoriser le passage de molécules au travers de la muqueuse de l'intestin, qui déclencheront à leur tour la réaction auto-immune responsable de la maladie. Comme chez l'homme, l'équipe de recherche a pu constater des différences selon l'âge et le sexe.
Intestins perméables > Intolérance alimentaire > Troubles du système immunitaire > Maladie auto-immune :
À terme, une inflammation de bas grade entraînera un syndrome de perméabilité intestinale (Leaky gut) et pourra provoquer de nombreuses affections telles que : fatigue chronique, troubles articulaires, plaintes abdominales diffuses, céphalées, éruptions cutanées, dépression, asthme... Des liens ont été observés avec d'autres maladies (intestinales) telles que SCI, prolifération bactérienne... mais aussi avec d'autres maladies telles que asthme, diabète et affections auto-immunes.
Si on veut s'attaquer à la cause de la pathologie auto-immune, il faut normaliser l'intestin grêle, aussi bien pour son contenu que pour sa paroi.
Les facteurs environnementaux : L'alimentation constitue un des principaux facteurs environnementaux pouvant avoir une influence sur le fonctionnement du système immunitaire. La participation des facteurs de l'environnement est probablement plus importante que celle des facteurs génétiques (rappel).


    • Un déficit en vitamine D, en acides gras oméga3, en magnésium et une perturbation de l'équilibre acido-basique de l'organisme sont des conditions néfastes pour le système immunitaire.
    • avant la naissance, la vitamine D peut prévenir le développement d'une maladie auto-immune si des quantités suffisantes de vitamine D sont disponibles durant le développement du système immunitaire : en effet, au cours du développement du système immunitaire, la vitamine D empêche la maturation des cellules D afin de créer une tolérance et une reconnaissance amicale de ses propres cellules (voir aussi : "La réponse immunitaire").
    • après la naissance, un déficit en vitamine D associé à d'autres facteurs environnementaux (déficit en acides gras oméga3, augmentation des taux d'oestrogènes, ...) augmente le risque d'une maladie auto-immune.




    • Les enzymes et les mucines de l'organisme humain ne sont pas adaptées à certaines substances contenues en grandes quantités dans l'alimentation actuelle. Cette inadaptation a des conséquences néfastes au niveau de l'intestin grêle. Etant donné que la digestion reste incomplète, il en découle la présence en grand nombre dans la lumière digestive de grosses molécules alimentaires, parmi lesquelles des peptides antigéniques.




    • L'équilibre de la flore intestinale est rompu par l'alimentation moderne : la flore de macération a été remplacée par une flore de putréfaction ; des bactéries plus ou moins pathogènes prolifèrent. Elles suscitent des réponses immunitaires cellulaires et humorales, venues de la paroi du grêle, qui provoquent leur lyse. Parmi les nombreux débris bactériens figurent des peptides antigéniques.




    • La consommation élevée de sel est déjà un coupable connu dans l'augmentation du risque de maladies cardiaques et de l'hypertension, et pourrait jouer un rôle dans l'incidence accrue des maladies auto-immunes (MAI) (vue chez la souris). En effet, le sel pourrait influencer le gène SGK1 qui est impliqué dans l'absorption du sel dans les intestins et les reins. Ce gène pourrait induire la production de cellules Th17 (lymphocytes, un type de cellules auto-immunes). Ces cellules Th17 peuvent promouvoir l'inflammation qui est importante pour se défendre contre des agents pathogènes ou étrangers, mais qui attaquent les tissus sains dans les MAI.




    • Le stress joue également un rôle : il agresse la muqueuse intestinale et provoque la sécrétion de diverses cytokines, en particulier l'interféron γ , produit principalement par les lymphocytes T (Th1). Cette cytokine favorise le développement de la réaction auto-immune.




    • Les hormones agissent vraisemblablement en favorisant ou en défavorisant l'expression aberrante des molécules HLA sur les cellules cibles de la réponse auto-immune. Les oestrogènes augmentent ainsi la production d'interféron γ, les androgènes la diminuent. Une MAI telle que la polyarthrite rhumatoïde est rare avant la puberté et après la ménopause, mais fréquente chez la femme en période d'activité génitale. Elle est plutôt améliorée par la pilule (des oestrogènes artificiels inhibant la production des oestrogènes naturels). D'autre part, certaines maladies auto-immunes ont au contraire une prédominance masculine... (p. ex. la spondylarthrite ankylosante).




    • L'échange de cellules entre la mère et l'enfant, tout au long de la grossesse, et la relative tolérance qui est ainsi entretenue, pourraient également faciliter l'émergence d'une maladie auto-immune.




    • Un excès de fer : durant la phagocytose, le Fe2+ est activé (oxydé) en Fe3+, catalysateur de la conversion de H2O2 vers O2● + OH- + °OH (radical hydroxyle). Normalement, le complexe enzymatique SOD est capable de freiner cette conversion (voir "Stress oxydant"). Toutefois, lorsque l'organisme vieillit, la production endogène d'antioxydants diminue entraînant à terme une perturbation du rapport Fe2+/Fe3+ suite à un excès de radicaux libres.




    • Les nombreuses substances chimiques artificielles introduites depuis 50 ans dans l'environnement (pesticides, additifs alimentaires, particules volatiles polluantes...) pourraient aussi en expliquer un bon nombre.




    • Certaines maladies auto-immunes, l'autisme et des troubles de comportement (TDAH) ont été mises en relation avec la présence de protéines étrangères dans l'alimentation. L'éviction totale de 2 protéines (gluten et caséine) semble améliorer assez nettement l'état des enfants.



Les facteurs environnementaux de quelques MAI :
Ces facteurs sont détaillés pour Polyarthrite rhumatoïde (PR), Spondylarthrite ankylosante (SPA), Maladie coeliaque, réaction d'intolérance, Maladie de Basedow, Myasthénie grave, Lupus érythémateux disséminé (LED), Diabète de type1, Sclérose en plaques (SEP) et Psoriasis sur: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Note : De nombreuses études ont démontré l’intérêt d'une activité physique pour lutter contre la fatigue, mais aussi pour augmenter la force musculaire et même pour atténuer la douleur. Bouger, ce n’est pas forcément pratiquer un sport : la marche, le jardinage, le simple fait d’aller faire ses courses à pied... : voilà des activités qui sont excellentes pour la santé. Même le piano est formidable pour travailler la mobilité des doigts!
Côté pratique : Considérant que nos enzymes digestives ne sont pas adaptées aux changements de notre alimentation, il est conseillé d'éviter ce que le système digestif ne peut pas reconnaître et qui donc encrasse l'organisme :

  • les produits à base de lait (cependant, l'administration prolongée de ferments lactiques est indiquée via la prise de probiotiques, aliments lactofermentés non pasteurisés).
  • les produits à base de céréales domestiques.
  • les molécules dégradées par des cuissons fortes (on peut cependant pratiquer la cuisson vapeur à condition de ne pas dépasser 110°C).
  • le sel: éviter si possible tout ajout de sel aussi bien dans la prévention qu'en cas de MAI
  • les huiles extraites à chaud: préférer des huiles obtenues par pression à froid (vierges) à consommer crues : olive + colza ou noix.
  • il est conseillé de consommer beaucoup de produits crus.

L'organisme cherche aussi à se débarrasser des molécules nocives :

  • au niveau de l'intestin : ces molécules nocives, n'étant pas dégradables par les enzymes, sont chargées entières sur les macrophages qui les transportent à l'extérieur (voies biliaires, côlon, peau, bronches,...).
  • au niveau de la cellule : certaines substances, inaccessibles aux enzymes et non reconnues par les lymphocytes, vont se déposer dans le milieu extracellulaire et à l'intérieur même des cellules, entraînant un encrassement, gênant la communication cellule/cellule et avec la matrice extracellulaire, entravant le fonctionnement des cellules.

Relation entre immunité et alimentation :
Aucune plante, vitamine, minéral ou nutriment à lui seul ne peut guérir une maladie. Toutefois, certains de ces produits peuvent renforcer l'immunité :

  • Compléments nutritionnels à base de protéines de riz, enrichies en thréonine et lysine (acides aminés décisifs de la protéine de riz) : éviction temporaire des allergènes alimentaires les plus communs et des réactions allergiques et inflammatoires.
  • Probiotiques : les probiotiques préservent l'intégrité de la barrière muqueuse intestinale
  • Glutamine : toutes les cellules à renouvellement rapide, telles que les entérocytes et les cellules immunitaires, recourent à un carburant spécial, la L-glutamine.
  • Acides gras oméga3 : des graisses saturées stimulent la production de facteurs inflammatoires par le système immunitaire : des acides gras oméga3, par contre, réduisent cette production et soutiennent la tolérance en aidant éliminer les cellules T auto-immunes. En outre, les acides gras oméga3 et la vitamine D collaborent au niveau du nucléus où ils régulent ensemble l'expression génétique!
  • Anti-radicaux libres (ou antioxydants) : enzymes végétales, antioxydants alimentaires (vitamine E naturelle, caroténoïdes, vitamine C, Glutathion, Selenium), …
  • Minéraux et vitamines : mélatonine, zinc, sélénium, vitamine E, vitamine A, vitamine B6, vitamine C, vitamine D.

En outre, des suppléments de Ca et de Mg sont nécessaires à l'action de la vitamine D, ainsi qu'un équilibre acido-basique grâce à une alimentation adaptée ; Des suppléments de Vitamine D améliorent presque toutes les maladies auto-immunes, puisqu'ils aident, en association avec des acides gras oméga3, à gérer les réactions inflammatoires.
Le manganèse possède un effet anti-allergique. Le germanium organique (dans l'ail) : donneur/porteur d'oxygène. Le MSM pour rétablir l'immunité intestinale.
Article complet sur : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Voir aussi: 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Mirzoune le Lun 28 Mar 2016 - 15:23, édité 4 fois

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 2785
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire

Message  Luc le Mer 10 Fév 2016 - 12:44

Excellent article globalement  mais je vais contrebalancer certains points  clown

Edit: J'aime bien le site de Zoelho. Top

1. Je confirme qu'il y a souvent un déficit en sélénium.  Le sélénium, le magnésium, le zinc et l'iode sont des minéraux clés pour la thyroïde.
Le sélénium protège contre l'oxydation lors du fonctionnement de la thyroïde (conversion de T3 et T4 et inversément, vers rT3, avec abandon ou ajout d'un atome d'iode selon le cas). L'iode est très réactif ...
Extrait:
Les nutriments spécifiques tels que le sélénium, l'iode, le fer, les antioxydants, la vitamine D et le magnésium sont des facteurs clés pour un fonctionnement optimal de la thyroïde.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

2.
"La participation des facteurs de l'environnement est probablement plus importante que celle des facteurs génétiques".


Certains chercheurs affirment que la génétique n'intervient que pour 30 %. Certains disent que le terrain fait la différence. Comprenez que vous êtes ce que vous mangez (85 % d'influence). Après ça, si le terrain est fragilisé (inflammation de bas grade, stress, accident de la vie), certaines pathologies vont être favorisées ...
Ce qui est positif dans cette optique, c'est que nous pouvons corriger certains facteurs. Mais un terrain fragilisé complique la tâche ...

3. Le sel: On extrapole au départ d'un excès de sel et d'un problème.

Zoelho a écrit:En effet, le sel pourrait influencer le gène SGK1 qui est impliqué dans l'absorption du sel dans les intestins et les reins.
Je n'ai pas cette analyse. Le sel intervient bien dans la pression sanguine mais parce qu'il y a un problème ailleurs.

C'est comme pour le cholestérol: Il est le témoin d'un problème. On ne va pas accuser les pompiers d'être responsables d'un sinistre sous prétexte qu'ils sont chaque fois présent lorsqu'un incendie se déclenche.
Ray Peat a écrit:
 “One of the things that happen when there isn’t enough sodium in the diet is that more aldosterone is synthesized. Aldosterone causes less sodium to be lost in the urine and sweat, but it achieves that at the expense of the increased loss of potassium, magnesium, and probably calcium. The loss of potassium leads to vasoconstriction, which contributes to heart and kidney failure and high blood pressure. The loss of magnesium contributes to vasoconstriction, inflammation, and bone loss. Magnesium deficiency is extremely common, but a little extra salt in the diet makes it easier to retain the magnesium in our foods."
by Ray Peat, PhD
PS: C'est aussi ce qui se passe quand vous sortez et buvez de l'alcool. Manque d'hydratation => L'hormone aldostérone entre en jeu et entraîne un vasoconstriction des vaisseaux. Mal de crâne le lendemain.
Pour contourner ce problème, après 1 H du mat, je buvais de l'eau, et en rentrant je prenais une 1/2 càc de sel dans un fond d'eau (50 à 75 ml) ou mieux un jus d'orange.

4. les acides gras saturés: On se trompe encore de cible. On oublie de dire que c'est seulement les excès dus à la malbouffe.
On met en évidence les bienfaits des oméga-3 sans expliquer le mécanisme
Zoelho a écrit:Acides gras oméga3 : des graisses saturées stimulent la production de facteurs inflammatoires par le système immunitaire : des acides gras oméga3, par contre, réduisent cette production et soutiennent la tolérance en aidant éliminer les cellules T auto-immunes. En outre, les acides gras oméga3 et la vitamine D collaborent au niveau du nucléus où ils régulent ensemble l'expression génétique!

C'est faux, archi-faux. Il faudrait ouvrir un nouveau post pour apporter les sources scientifiques des bienfaits de l'huile de coco. Les acides gras saturés sont nécessaires pour structurer les membranes et nous protéger de l'oxydation, sinon bonjour la fragilité des artères et l'arrivée du cholestérol LDL (qui va alors agir comme ciment, avec le calcium et la lipofuscine pour colmater des artères fragilisées).

La démonstration que les oméga-3 aident le système immunitaire est basé sur l'effet de déprime. Vous savez, ici, que les acides gras polyinsaturés sont anti-métaboliques lorsqu'ils sont en excès. Et comme ils sont stockés, le seuil est vite atteint ...

"Les effets suppresseurs des graisses insaturées sur la production d'énergie mitochondriale ont été largement étudiés, étant donné que c’est cet effet qui induit l'engraissement des animaux avec des AGPI bon-marchés. Mais plutôt que d'interpréter cela comme un effet toxique, la consommation de "bonnes huiles" a été promue."


Bon ça demande un post séparé: "Les graisses qui conviennent ou ne conviennent pas"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4189
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire

Message  Mirzoune le Mer 10 Fév 2016 - 13:39

Je suis d'accord. Beaucoup de confusions entre graisses saturées/graisses trans/ huiles vierges/huiles hydrogénées...
En gros ce qu'on comprend c'est qu'il y a saturé = mauvais et insaturé = bon... 
C'est plus compliqué, donc il va falloir qu'on soit hyper précis. Pour ma part c'est plus clair qu'avant (et avec ça, ça m'a pris du temps! Lol!) mais il reste encore des points flous... Alors que dire des débutants!

Je vais me repencher sur ton post et faire un tableau explicatif des différentes graisses...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 2785
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum