Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Reminéralisants naturels: douleurs arthrose, ostéoporose.. etc...
par Mirzoune Hier à 20:57

» Vitamine K2 - Achat - Exemples de produits
par Celine57 Hier à 17:41

» Nos plats du jour, janvier 2018
par Celine57 Hier à 17:40

» Guacamole maison
par Mirzoune Hier à 17:04

» Vitamine D
par Mirzoune Hier à 16:57

» Graines germées et pousses
par Mirzoune Hier à 16:42

» Présentation Chantal
par Mirzoune Hier à 16:16

» Jeûne thérapeutique: Journal de suivi
par Luc Mer 17 Jan 2018 - 18:17

» Brioche à l'orange et aux cranberries
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 16:01

» Pain gourmand à la poêle sans gluten et sans lactose
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 13:01

» Smoothie Aloe Vera - banane, régénérateur de vos intestins
par Celine57 Mar 16 Jan 2018 - 20:24

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 18:09

» Effets protecteurs du cholesterol sur les endotoxines
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 10:17

» Problème avec une commande
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 19:48

» Insérer une photo dans un message
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 12:12

» Sentiment, émotion : comment ça fonctionne
par proserpine Sam 13 Jan 2018 - 10:20

» Aide pour une alimentation de type paléo
par Mirzoune Ven 12 Jan 2018 - 22:25

» Le gâteau au chocolat sans gluten de Philippe Etchebest
par Celine57 Ven 12 Jan 2018 - 21:38

» Superfood pour smoothie salade et potage
par Luc Ven 12 Jan 2018 - 19:24

» Auto-séance d'EMDR pour se libérer d'un stress
par proserpine Jeu 11 Jan 2018 - 17:58

» Maquereau cru mariné - recette santé
par Mirzoune Mer 10 Jan 2018 - 17:02

» et si on s’occupait de nos artères ?
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 23:33

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 15:19

» La galerie de belles images
par Mezame Lun 8 Jan 2018 - 22:02

» présentation papazen
par papazen Lun 8 Jan 2018 - 16:16

» Galette "minute" de pois chiche à la nigelle
par Luc Lun 8 Jan 2018 - 15:13

» Des nouvelles de MPJ48
par Pierrette Dim 7 Jan 2018 - 23:10

» L'huile de coco stimule le métabolisme
par Mirzoune Dim 7 Jan 2018 - 21:37

» Pain au riz - Pour tapenade
par Luc Dim 7 Jan 2018 - 9:00

» Collagène
par Mirzoune Sam 6 Jan 2018 - 19:30

» Voeux de Jacques Brel
par Flo Sam 6 Jan 2018 - 15:22

» Une transfuge de l'appart
par Luc Sam 6 Jan 2018 - 9:39

» Antibiotiques candida
par Mirzoune Ven 5 Jan 2018 - 12:35

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 11:14

» Le guide complet pour jeûner
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 10:22

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Luc Jeu 4 Jan 2018 - 16:28

» Jeûne et sport
par Luc Mer 3 Jan 2018 - 15:23

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Flo Mar 2 Jan 2018 - 21:27

» Pour que la roue tourne...
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 21:46

» Le chat et la creation du monde...
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:26

» Bon anniversaire Momo
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:17

» Bonne année à tous!
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 10:15

» Gérer l'exercice en fonction de ses pathologies
par proserpine Sam 30 Déc 2017 - 19:16

» Le Grand cactus
par Luc Jeu 28 Déc 2017 - 23:11

» Comprendre la cascade inflammatoire
par Flo Jeu 28 Déc 2017 - 18:25

» Bon anniversaire Chaminette
par Mirzoune Mer 27 Déc 2017 - 11:58

» Bon anniversaire Puppy
par Luc Mer 27 Déc 2017 - 11:39

» Brèves - Nouvelles santé
par Mirzoune Mar 26 Déc 2017 - 19:17

» Pain brioché à la pâte de datte
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:34

» Joyeuses fêtes
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:05

» SIBO & pullulation bactérienne
par Luc Sam 23 Déc 2017 - 9:40

» Mouse data links microbiome changes to lupus severity and complications
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 17:36

» Biodisponibilité des minéraux en présence d'acide phytique
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 16:40

» Présentation - Zenko
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 14:50

» Alimentation et psychisme
par Flo Jeu 21 Déc 2017 - 14:50

» Pain au sarrasin & noix
par Mirzoune Mar 19 Déc 2017 - 16:49

» Danse sur glace
par proserpine Dim 17 Déc 2017 - 10:30

» Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique?
par Luc Jeu 14 Déc 2017 - 21:00

» Levothyrox
par sumerien Jeu 14 Déc 2017 - 19:13

» Alzheimer et la vitamine B3 forme rare
par Luc Mer 13 Déc 2017 - 15:50

» Votre chat fait pipi partout, essayez Uricystil
par Mirzoune Mer 13 Déc 2017 - 12:46

» Amigo_amigo
par Luc Lun 11 Déc 2017 - 20:12

» Bon anniversaire Infiniment
par Luc Lun 11 Déc 2017 - 13:11

» Jeûne thérapeutique - Concept de l'oxydation des lipides
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 15:49

» Bûches de Noël vegan, sans gluten, sans lactose
par Mirzoune Dim 10 Déc 2017 - 12:33

» Bonhomme de pâte & St-Nicolas
par proserpine Jeu 7 Déc 2017 - 8:03

» Perdre du poids sans faire le yoyo
par Luc Dim 3 Déc 2017 - 14:13

» Le jus de grenade fermentée protège – nutrithérapie naturelle et effets de synergie
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 17:06

» Iode (anti goitre et fluor/brome...)
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 16:52

» Jeu de vilain entre un éléphanteau et une oie
par Luc Ven 1 Déc 2017 - 13:18

» Maladies auto-immunes: traitements conventionnels et complémentaires
par Mirzoune Ven 1 Déc 2017 - 11:11

» Maria Farantouri une voix de contre-alto magnifique...
par Flo Mer 29 Nov 2017 - 12:01

» Présentation Mpj48
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:42

» Une biche s'amuse
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:06

» Présentation John007
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 9:51

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Mirzoune Lun 27 Nov 2017 - 23:33

» Humour noir: Pub suisse
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 19:05

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 18:19

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Lun 27 Nov 2017 - 15:03

» Métabolique et cerveau
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 23:15

» Proposition de photo pour un avatar
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 21:30

» Bioavailability of curcumin
par Luc Jeu 23 Nov 2017 - 16:10

» Quel magnésium choisir?
par Flo Mer 22 Nov 2017 - 18:05

» Présentation Adveniat
par Mirzoune Mar 21 Nov 2017 - 13:10

» Fibromyalgie et la sulfite connexion
par Mirzoune Lun 20 Nov 2017 - 11:23

» Douleurs musculaires et acide lactique
par Flo Dim 19 Nov 2017 - 21:50

» Bon anniversaire Monik
par Mirzoune Sam 18 Nov 2017 - 14:47

» TRANSMUTATIONS
par Luc Sam 18 Nov 2017 - 9:42

» D. Guyaux: Rémission d'une SEP ou la puissance de l'alimentation crue et d'une vie saine
par Flo Ven 17 Nov 2017 - 9:31

» Quand le musée respire
par Pierrette Mer 15 Nov 2017 - 17:17

» Ni pute, ni soumise? Pas pour Mattel...
par Mirzoune Mer 15 Nov 2017 - 8:38

» Bon anniversaire Lulu
par Pierrette Sam 11 Nov 2017 - 17:27

» Maladie : le rôle de l'alimentation
par Luc Ven 10 Nov 2017 - 12:35

» Foie et déchets cristalloïdes
par sophy Ven 10 Nov 2017 - 10:53

» Un très bon anniversaire Luc
par proserpine Jeu 9 Nov 2017 - 9:41

» Let's Twist Again
par Nell74 Mer 8 Nov 2017 - 13:35

» Enlever les pesticides des fruits et légumes
par sophy Mer 8 Nov 2017 - 12:42

» Tous les usages du chanvre alimentaire
par Nell74 Mar 7 Nov 2017 - 23:33

» Vitamine A contre Alzheimer
par Luc Mar 7 Nov 2017 - 21:03


Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  Mirzoune le Ven 29 Avr 2016 - 10:51

Très bel article de Wladislas BARATH (voir lien en bas de page) auquel j'adhère complètement pour avoir connu le parcours de la maladie puis de la rémission: être à l'écoute des signaux de notre corps et, surtout, les respecter en les considérant comme une prescription pour guérir.

Si vous tournez en rond, si vous avez l’impression qu’aucune thérapie ne fonctionne sur vous, prenez quelques instants et interrogez-vous. Il y a forcément une donnée essentielle qui manque ou qui a été omise. Mais quoi? Une des clés se trouve dans la hiérarchisation des fonctions du corps. Eh oui, on ne fait pas ce qu’on veut avec le corps. Il y a des priorités à respecter. Bon nombre d’échecs viennent de l’ignorance de ce principe.

Mais avant d’aller plus loin, il y a cinq points que vous devez avoir à l’esprit :

  • 1: que la guérison ne dépend pas QUE du thérapeute ou de la thérapie (sincèrement : si ça ne dépendait que de moi, alors tout le monde serait déjà guéri !). La guérison est à chercher à l’intérieur de soi. L’extérieur n’est qu’une aide pour réaliser les transformations à l’intérieur.
  • 2: que pour guérir, vous devrez à un moment ou à un autre abandonner l’idée même de guérir. Je sais, c’est tordu, et pourtant, c’est FON-DA-MEN-TAL (bien que j’en parle un peu en fin d’article, je vous l’expliquerai en détail dans un autre).
  • 3: cherchez toujours la cause, car cause il y a toujours. Si quelqu’un vous traite sans savoir ce qui ne va pas derrière, fuyez. Car pour agir sur une chose, encore faut-il savoir comment elle fonctionne.
  • 4: toute guérison n’a jamais été autre chose qu’une autoguérison. Celle-ci dépend de la liberté de vos cellules à faire ce qu’elles savent le mieux faire: maintenir l’équilibre du milieu dans lequel elles vivent. Et ce milieu, c’est vous! Sachez que les cellules, c’est pire que de la mauvaise herbe. Ça veut vivre à tout prix. Vous n’avez pas idée du pouvoir de guérison qui se cache en elles. C’est une force aussi puissante que la gravité, tournée vers la Vie.
  • 5: la peur ne doit pas être votre guide. Avec la peur aux tripes, vous devenez influençable, capable de faire n’importe quoi et n’êtes parfois plus aptes à faire les bons choix.
  • Enfin, ce qu’il faut chercher, c’est justement ce que vous ne dites pas et tous ces signes non-verbaux qui transpirent votre problématique et amènent à la source. Impossible sans un échange en face à face. Et même là, c’est difficile… Trouvez-vous un thérapeute proche de chez vous. Il en existe plein et de très bons.


L’observation du corps humain et de ses réactions montre que tout le pouvoir de guérison repose sur les cellules. Elles ont la capacité de réparer le corps d’une manière remarquable et bien au-delà de ce que nous imaginons. Mais pour qu’elles puissent le faire, il y a quatre conditions à respecter. Vous ne pouvez y accéder sans avoir rempli ces étapes:

  • Respecter son quota de sommeil. À l’époque du communisme, dans les pays de l’Est, il existait des centres de torture pour les dissidents du régime. À Budapest, les pauvres gens devaient se tenir debout, voûtés, dans une chambre qui n’excédait les 1,20 mètre de hauteur. S’ils s’asseyaient ou s’assoupissaient, on venait alors les matraquer. Il n’y a rien de pire que la privation de sommeil. Les conséquences sont terribles.
  • Oubliez l’idée de traiter un corps fatigué. Il ne prendra pas. Une personne qui vient fatiguée en consultation, ça se sent. L’organisme peine à réagir. Et là, il y a problème, car toute technique – même mécaniste comme le sont l’ostéopathie et la chiropractie, et même la chirurgie – utilise un levier biologique. Autrement dit: les cellules. Un organisme à plat, ce sont des cellules qui ne réagissent plus. Le corps demande à dormir. Priorité absolue.
  • Parmi les signes de fatigue : l’hyperacidité gastrique. Mais gare aux généralisations : si la fatigue donne des reflux, tous les reflux ne sont pas des signes de fatigue. Ces remontées acides, souvent inaperçues, sont reconnaissables par d’autres symptômes. Une peau sèche, des cheveux secs et cassants, le nez encombré au réveil, les lèvres gercées, un enrouement facile, une fragilité O.R.L, des raideurs de nuque au lever et l’impression d’être dans le brouillard dès le saut du lit sont autant de signes qui trahissent un reflux nocturne. L’acidité gastrique du soir est une demande de repos du corps parfois mal interprétée que nous confondons avec la faim. Nous grignotons, alors que nous devrions respecter ces signes et aller nous coucher. Manger léger le soir est une règle. Le sommeil est pour dormir, pas pour digérer. Proscrivez de ce fait produits laitiers, chocolat et alcool au dîner. Préférez les salades.
  • Le sommeil n’est ni du temps perdu ni de la paresse. Vous serez étonné de trouver dans le sommeil de prodigieuses ressources inconscientes que sont les rêves. Ces derniers vont dépendre de vos préoccupations diurnes. Vous récoltez ainsi la nuit ce que vous semez dans la journée. C’est pourquoi il est important de surveiller ses pensées et ce sur quoi porte votre attention. Cette remarque est importante et se retrouve naturellement dans le processus de guérison. Si vous axez votre esprit sur ce qui ne va pas, ce qui ne change pas, vous avez un aperçu de la destination. Les patients qui focalisent sur le problème entretiennent le problème. Vous devez regarder ce qui change pour obtenir un changement.

Attention, ne confondez pas sommeil et épuisement. Dans le premier cas, le corps doit se reposer, dans le second, l’organisme lutte contre quelque chose et s’épuise (une des origines du burn-out, d’ailleurs!). Cette distinction est importante car fatigue et épuisement n’ont pas la même solution.

  • Cherchez contre quoi lutte votre organisme. Épuisé, cela veut dire que l’on a dangereusement puisé dans nos réserves. Il y a aura forcément une fatigue au bout car quand on est à plat, qu’on n’a plus d’énergie, inévitablement on s’arrête. La seule activité possible reste alors le repos. C’est pour cela que l’on confond très souvent fatigue et épuisement.
  • Il convient de déterminer ici ce qui pompe l’organisme : s’il s’épuise, c’est parce qu’il lutte contre quelque chose. Dans cette lutte, les cellules mobilisées sont actives et cela nécessite des ressources. Le problème, c’est quand l’agression s’éternise, lorsqu’elle devient PERMANENTE.
  • Les agressions les plus sournoises sont celles qui passent inaperçues et stagnent. Certaines sont extérieures comme la pollution (ondes électromagnétiques, air vicié, stress au boulot, alimentation industrielle, etc...), d’autres, intérieures. Ces dernières sont souvent des zones parasitaires renfermant toutes sortes de micro-organismes pathogènes (de la plus petite spore, aux vers ronds ou plats (ténias, douves), en passant par les champignons, bactéries, virus, etc.). Ici, c’est le mot permanent qui est important. On les retrouve le plus souvent au niveau dentaire, mais ils peuvent se loger n’importe où (sinus, poumons, amygdales, et n’importe quelle partie du système digestif comme le canal pancréatique, la vésicule biliaire ou l’intestin). L’organisme est alors engagé dans une lutte dont il n’arrive pas à bout, se traduisant par un cycle inflammatoire perpétuel, chronique, et souvent invisible.
  • Il n’est pas rare de retrouver un passé traumatique derrière ces foyers (chute, choc, opération, infection ayant laissé des séquelles tissulaires, vaccins, dentisterie, etc.). Avec de la pratique, on sait ce qu’on cherche. C’est pourquoi, un bon praticien est malheureusement souvent indispensable. Il n’existe pas de solutions personnelles qui permettent de s’en priver, à moins de soulager et de renforcer suffisamment les divers systèmes du corps, ce qui lui permettrait de s’occuper exclusivement de la zone problématique. Et même là, si le foyer est dentaire par exemple, impossible de se passer de mains expertes…On peut facilement déceler ces zones. Ce sont souvent des endroits qui s’inflamment régulièrement. A force, les tissus se durcissent et il n’est pas rare de trouver un ou des ganglions enflés et douloureux à la palpation. Passez votre pouce sous la mandibule, par exemple, et glissez le long de l’os d’avant en arrière. A tous les coups vous découvrirez un ganglion douloureux en regard d’une couronne. Ceci montre que la dent sécrète des déchets. Il est plus que probable qu’il reste un bout microscopique de tissu nerveux malgré la dénervation.
  • Ce qu’il faut, c’est lever l’agent qui agresse l’organisme. Car c’est à cause de lui (les cellules essayant vainement de l’éliminer) que le territoire autour s’épuise et devient propice à la prolifération de toutes sortes de germes. Au niveau des sinus, la palpation est encore plus probante. Placez l’index et le majeur sur un côté du front. Posez les sur la peau de manière à la faire bouger par rapport à l’os. Bougez la peau latéralement plusieurs fois. Déplacez la zone d’appui. Si vous trouvez une zone douloureuse, le sinus est rempli. Vous pouvez comparer entre la droite et la gauche. Vous pouvez tester de la même manière au niveau maxillaire. Et si vous le faites sur quelqu’un d’autre, vous sentirez que la peau est adhérente et qu’elle bouge moins. Sur soi, on le sent plus difficilement.
  • On décèle également l’inflammation à l’aspect boudiné de la peau. Les jointures (articulations) oedématiées ou imbibées de liquide expriment une réparation. Si elle se perpétue indéfiniment, ce n’est pas normal. L’inflammation est chronique et pas forcément locale, mais souvent à distance, ailleurs dans le corps. Le visage boudiné, lui, signe une réaction inflammatoire à un aliment. Les mains continuellement enflées, moites et chaudes, montrent quant à elles, une inflammation centrale touchant un organe interne. Les doigts peuvent donner un indice de l’organe lésé. Notez les différences de pression des doigts lorsqu’on vous serre la main. Le pouce parle des poumons, l’index du gros intestin, l’annulaire des organes sexuels et l’auriculaire du cœur.
  • La répartition des graisses et sa texture sont également de bons indices. Elles trahissent les glandes hormonales en cause et le système circulatoire impliqué (artères, veines ou lymphe).
  • Enfin, les contractions musculaires sont importantes à noter également. Elles montrent que le corps lutte contre quelque chose qui agresse et se protège. Les contractions des trapèzes révèlent un problème de bouche (dents ou mâchoire).

En cumulant ces signes, on arrive à trouver rapidement l’objet de l’inflammation. Mais ce n’est pas toujours évident quand il s’agit de l’alimentation ou de médicaments.

En somme, tous les symptômes sont des panneaux indicateurs qui vous emmènent vers la cause. Il ne faut donc pas chercher à les taire d’emblée, mais à les comprendre et à les mettre bout à bout pour en saisir l’histoire, la pathogenèse.

Si on enlève la source de l’agression, l’inflammation se résorbe rapidement et il ne reste plus que deux conditions pour emmener le corps dans un processus de réparation:

  • Avoir un système digestif au repos. Un des processus de la digestion est de rejeter du bol alimentaire tout ce qui est toxique et inutile. Pour cela, le bain acide de l’estomac est comme un pédiluve qui le stérilise. Il y a d’autres systèmes, évidemment, et tout cela montre que la digestion n’est en aucun cas un processus passif, mais mobilise des ressources et peut épuiser les organismes déjà affaiblis (par une agression chronique par exemple). Le meilleur exemple en est le coup de pompe après le dîner. Cela montre bien que la digestion est un effort pour l’organisme.
  • C’est pourquoi toute guérison débute par une diète. Une mise au repos du système digestif. Pas nécessairement un jeûne, mais se tourner vers une alimentation qui mobilise le moins la digestion: bouillons, soupes, fruits, légumes vapeurs, tisanes, viandes de qualité sans sauce. Éviter les produits gras, le chocolat, produits à base de lait, de farines blanches (pain, pâtes), le riz et tout ce qui forme une colle dans l’intestin.
  • Si vous avez un rhume et le nez encombré, vous verrez que le nez se dégage si l’intestin est vide. Vous découvrirez quel aliment sollicite le plus la digestion car automatiquement, et dans les minutes qui suivent l’ingestion, le nez se rebouchera. La réaction, et particulièrement son aspect immédiat, est surprenante.
  • Dans tous les cas, tant que le corps digère, il ne peut passer à la fonction suivante: réparer.
  • Laisser faire: La réparation n’arrive qu’en quatrième place. Ceci veut dire que pour guérir, il ne faut être ni fatigué, ni épuisé et ni en phase de digestion. Et cela donne un sens tout particulier aux jeûnes comme techniques de régénération, là où d’autres thérapeutiques échouent.
  • Mais il existe encore et pourtant une dernière condition: vous devez laisser les rênes à votre corps et ça, ce n’est pas du tout évident dans notre monde occidental à la fois surmédicalisé et surmentalisé. Il faut savoir que la majorité des activités biologiques (la digestion, la respiration, l’immunité, la guérison, etc.) est inconsciente : la conscience n’y participe pas et n’a pas à le faire. Quand on affirme n’utiliser que 10% des capacités de notre cerveau, c’est évidemment faux. Il n’existe pas de zones en friche en nous. En vérité, 99% de nos facultés sont simplement occupées par des processus inconscients. Et heureusement, car nous serions incapables de superviser ce travail titanesque. Derrière ce besoin de tout maîtriser se cachent de nombreuses peurs irrationnelles basées sur des croyances farfelues. L’une d’elles est que l’on ne peut pas faire confiance à son organisme. Elle repose sur la conviction que le corps est bourré de défauts et qu’il tend inévitablement vers la déchéance. Dans l’absolu, c’est vrai, car on meurt tous un jour ou l’autre, mais dans les faits, c’est faux. Comment la personne aurait-elle pu arriver ici si son organisme avait été si défectueux qu’elle le prétend ? A-t-elle oublié toutes ces fois où son corps malade a guéri naturellement sans se poser de questions ?


La maladie est quelque chose de naturel. Ce qui ne l’est pas en revanche, c’est lorsqu’elle s’éternise ou bien que ces processus partent dans des excès et dépassent les capacités de gestion de l’organisme! Le corps, lorsqu’il est malade, demande une attention bienveillante. La dernière chose dont il a besoin, c’est d’un esprit totalitaire qui impose sa volonté coûte que coûte et qui ne respecte pas ses besoins.

Une constante que l’on retrouve aussi régulièrement dans la guérison est le phénomène d’oubli. C’est quelque chose que l’on retrouve très souvent en thérapie: la guérison intervient lorsqu’on en vient à oublier l’existence même du problème. Un jour, vous vous demandez ce qu’est devenu ce vieux truc. Et là, au grand étonnement, plus rien !

C’est lorsque l’attention n’est plus portée sur le problème que les cellules sont entièrement libres pour le régler. Regardez ces femmes infertiles qui tombent naturellement enceinte après avoir adopté un enfant. À trop vouloir une grossesse, elles empêchent sa réalisation (la tendance à tout vouloir gérer est une injure en biologie. C’est penser faire mieux que la nature elle-même). Notre mental immature interfère donc négativement et maintient le problème plutôt que de le résoudre.

L’attitude la plus profitable est donc de porter un regard bienveillant sur son corps, d’en prendre soin, de l’aider tout en s’en détachant et de laisser faire… en lui faisant confiance. C’est un partenaire, pas un ennemi.

Conclusion: Toute guérison n’est jamais autre chose qu’une autoguérison et dépend de la compétence des cellules. Mais pour qu’elles puissent réparer, quatre conditions sont à remplir avant et dans un ordre précis:

  • avoir son quota de sommeil
  • éviter les digestions pompeuses
  • supprimer toute forme de lutte
  • laisser faire.


Ces conditions s’expliquent par la priorité des fonctions qui, elle, résulte du fait que le corps fonctionne avec une réserve d’énergie et qu’il ne se recharge pas aussi vite qu’on le souhaiterait parfois. Pensez aux piles de votre appareil photo et combien on peste lorsqu’elles sont vides. L’organisme doit gérer cette énergie au plus juste sachant que certaines fonctions sont plus coûteuses et plus importantes que d’autres.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Avec ce tableau des priorités des fonctions, ressortent les inflammations «froides» (états inflammatoires chroniques), qui passent inaperçues, dont les effets à long terme sont dramatiques et expliquent souvent pourquoi le patient ne guérit pas. Elles sont – comme nous venons de le survoler – de deux ordres : exogènes ou endogènes:

  • Les premières sont des agents pathogènes provenant de l’alimentation ou de l’environnement (pollution, produits toxiques, vaccins, amalgames, implants, prothèses ou proliférations parasitaires).
  • Les secondes sont plus perverses car psychologiques, dépendant entièrement de notre vécu et de notre manière de voir le monde. Il n’est pas rare que nous soyons notre propre source pathogène. Le corps lutte ainsi contre une agression purement chimérique et surtout… PERMANENTE. Là est le danger.


Ce qu’il faut retenir: Ce n’est que lorsque le corps n’est plus dans un état de fatigue, qu’il ne perd plus son énergie à digérer ET qu’il n’a plus besoin de lutter (contre un agent pathogène réel ou virtuel), qu’il peut alors entrer dans un état de réparation. Le plus difficile est d’éliminer la source pathogène, surtout si celle-ci est d’ordre médical et qu’elle est niée, ou si elle dépend de notre propre manière d’aborder le monde. Alors quand on dit qu’il faut lutter contre la maladie, je pense que c’est justement l’attitude la plus débile. Car tant que vous êtes dans une lutte, votre corps ne pourra jamais guérir.

Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 2912
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Autoguérison

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 9:51


« Dans tous les cas, tant que le corps digère, il ne peut passer à la fonction suivante: réparer ».


Selon Claude Bernard : « l’homéostasie est l’équilibre dynamique qui nous maintient en vie ». C’est tout simplement l’équilibre interne de l’organisme. Le corps à une capacité inhérente à s’auto-équilibrer, s’il n’y a pas de perturbateurs permanents, comme un excès de stress ou une inflammation …
Pour éviter de perdre son énergie dans une lutte +/ persistante à digérer des aliments dénaturés ou inhibiteurs, vous simplifierez les menus (au niveau des associations et vous ferez des pauses (jeûne hydrique ou régime 5.2), vous écouterez vos sensations : Nous devons réapprendre à écouter, à laisser faire notre analyseur sensoriel, comme le précise Dominique Guyaux, dans son ouvrage « L’éloge du cru ». Notre organisme a des besoins internes. Notre analyseur sensoriel collecte en permanence des informations vitales concernant l’environnement des individus : l’audition, la vision, l’odorat, le goût et le toucher. Cela se fait souvent de manière instinctive, ou plutôt autonome (système nerveux autonome ou végétatif). Cela fonctionne de manière  inconsciente (activités motrices et  coordination) mais chez certaines personnes une partie du cerveau (orthosympathique) n’arrive pas à débrancher, à diminuer la dépense d’énergie, et à récupérer en conséquence.  Imaginez que l’orthosympathique prenne l’ascendant sur le parasympathique nul repos ne sera possible pour le patient dont certains systèmes continueront de fonctionner. Les glandes cortico-surrénales sont alors sollicitées en permanence. Le patient s’épuise et ne récupère plus (2)
Or, donc, si nous voulons maintenir un équilibre vital dans les domaines biochimiques, structurels et psychiques, nous devons réapprendre à débrancher, à laisser faire (ne pas vouloir tout contrôler), en veillant à laisser circuler les flux d’énergie. L’ostéopathie permettra souvent de libérer ces flux d'énergie bloqués, pratiquée chez un thérapeute également diplômé en kinésithérapie. Et pourquoi ne pas vous tourner vers un magnétiseur, un acuponcteur ou un sophrologue, selon votre profil, pour rechercher la régénération, l’état de détente ?
Afin de mettre en place plus facilement les fonctions sommeil – réparation – digestion et réparation, j’envisagerais aussi l’aspect pro-actif, avec les 4 R des anglo-saxons :
Remove – Repair – Restore – Replace
Remove : enlever les toxines qui créent un état inflammatoire latent (gluten, alcool, aliments contrindiqués selon votre profil (lectines, solanacées, soja, etc.).
Repair : réparer l’étanchéité intestinale, en mettant, d’une part votre système digestif au repos, et d’autre part, en apportant les bons nutriments pour que la muqueuse puisse se réparer (comme la L-glutamine, les omega-3 et l’acide butyrique, le zinc, les antioxydants (sous la forme de vitamines liposolubles A D E K et vitamine C), l’aloe vera, la curcumine et la boswellie serrata). Pas tout en même temps, mais selon un schéma précis.
Restore : Restaurer le microbiote, avec un rééquilibrage (lactobacillus et bifidobactérium). Mais pas sur un milieu qui grouille (dysbiose). On nettoie avant (colon-thérapie douce).  
Replace : Remplacer ce qui manque. Selon les cas rencontrés : enzymes digestives, stimulation de la bile, des sucs gastriques. Etc.
PS : Nous pouvons bien sûr combiner les deux, mais l’élément clé, c’est le sommeil : L’organisme entre en fonction « réparation » quand vous dormez. Pour cela, il faut soulager : Plutôt enlever (jeûner) qu’ajouter (auto-médication). Le corps trouvera la juste voie si on lui facilite la tâche Wink cela s’appelle « l’homéostasie ».
1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
2. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4370
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  coco74 le Sam 17 Sep 2016 - 12:57

Tip Top ! merci Mirzoune et Luc

Je sens qu'il y a une partie de moi qui s'accroche à la souffrance. Du coup je ne vais pas bien, alors je mange -trop ! - cela me crève à digérer, je vais toujours plus mal et voilà le cercle est auto-entretenu !
Shocked

_________________
SEP forme rémittente depuis 2006, trente et un ans,
Régime Seignalet depuis 6 ans mais... en béquilles, en galère...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

coco74
Déjà contaminé
Déjà contaminé

Messages : 58
Date d'inscription : 24/02/2016
Localisation : Tarn et Garonne

https://seppasunefatalite.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  Flo le Dim 18 Sep 2016 - 9:31

coco74 a écrit:Tip Top ! merci Mirzoune et Luc

Je sens qu'il y a une partie de moi qui s'accroche à la souffrance. Du coup je ne vais pas bien, alors je mange -trop ! - cela me crève à digérer, je vais toujours plus mal et voilà le cercle est auto-entretenu !
Shocked
Si tu manges c'est que tu as faim Smile (besoin en nutriments ! ),
ou alors c'est addictif mais si tu fais le régime hypotoxique normalement tu as enlevé les aliments, qui non digérés, sont générateurs de substances addictives.

Simplifies tes repas, moins d'aliment différent dans un même repas, ça simplifiera beaucoup ta digestion, tu conserves la variété sur une échelle de temps plus longue.

_________________
Les préjugés, les habitudes et l'ignorance concernant l'alimentation, sont si grands, que la diététique pourrait être appelée "le chaînon manquant de l'esprit humain" Arnold EHRET
avatar
Flo
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1096
Date d'inscription : 20/10/2015
Age : 51
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  coco74 le Lun 19 Sep 2016 - 12:25

Merci Flo !

Oui j'essaye de passer presque au mono aliment, mais ce n'est pas simple en famille / société.
C'est certain qu'au moins je mange en quantité et en variété, au plus je me sens lucide, sinon je me sens dans un brouillard épais !! Mad

Bonne journée !!!

_________________
SEP forme rémittente depuis 2006, trente et un ans,
Régime Seignalet depuis 6 ans mais... en béquilles, en galère...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

coco74
Déjà contaminé
Déjà contaminé

Messages : 58
Date d'inscription : 24/02/2016
Localisation : Tarn et Garonne

https://seppasunefatalite.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  Mirzoune le Lun 19 Sep 2016 - 19:43

coco74 a écrit:...au moins je mange en quantité et en variété, au plus je me sens lucide, sinon je me sens dans un brouillard épais !!


ton histoire de brouillard épais, j'ai déjà lu ça.
Va voir ici [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La fille qui tient ce blog décrit la même chose. Au besoin, télécharge son bouquin (pas cher au format Kindle). Ce n'est pas ton histoire, certes, mais son parcours alimentaire pourrait t'apporter pas mal de réponses et te donner des pistes.


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 2912
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  coco74 le Mer 21 Sep 2016 - 17:11

merci Mirzoune, je vais étudier ce post !

_________________
SEP forme rémittente depuis 2006, trente et un ans,
Régime Seignalet depuis 6 ans mais... en béquilles, en galère...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

coco74
Déjà contaminé
Déjà contaminé

Messages : 58
Date d'inscription : 24/02/2016
Localisation : Tarn et Garonne

https://seppasunefatalite.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  Mirzoune le Mar 27 Déc 2016 - 19:31

Voir aussi: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 2912
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Pour ceux qui peinent à guérir: booster vos capacités d'autoguérison

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum