Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Présentation Issa
par Luc Aujourd'hui à 16:02

» HE épinette noire
par Mirzoune Aujourd'hui à 14:37

» Nos plats du jour, février 2018
par Pierrette Aujourd'hui à 14:08

» épicerie greenweez
par Luc Aujourd'hui à 12:44

» Menu Céline57
par Celine57 Hier à 19:02

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Hier à 15:11

» Vitamine K2 et le Paradoxe du Calcium
par Celine57 Sam 17 Fév 2018 - 21:05

» Ils ou elles sont cons !
par Chantal Ven 16 Fév 2018 - 16:22

» Comparatif différentes formes de magnésium
par Luc Ven 16 Fév 2018 - 9:48

» Prévention Vue & Reflux RGO
par Celine57 Jeu 15 Fév 2018 - 19:02

» Adoucisseurs d'eau
par Proserpine Jeu 15 Fév 2018 - 10:59

» Maladie de Lyme et infections froides
par Pierrette Jeu 15 Fév 2018 - 8:24

» Fatigue Mg endormissement
par Chantal Jeu 15 Fév 2018 - 0:22

» Sugarland, au cinéma
par Luc Mer 14 Fév 2018 - 12:07

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Luc Mar 13 Fév 2018 - 22:13

» K2 Menatetrenone MK4 + update on menaquinones
par Mirzoune Mar 13 Fév 2018 - 13:01

» Prévenir et Retarder la Dégénérescence du Cerveau
par Luc Mar 13 Fév 2018 - 11:00

» La théorie scientifique de Robert Lustig sur le bonheur
par Mirzoune Lun 12 Fév 2018 - 12:56

» Graines germées et pousses
par Celine57 Dim 11 Fév 2018 - 19:08

» Bouchées moelleuses à la pomme
par Pierrette Dim 11 Fév 2018 - 13:11

» La galerie de belles images
par Pierrette Sam 10 Fév 2018 - 10:03

» Eloge de l'EFT
par Celine57 Jeu 8 Fév 2018 - 20:44

» Yaourts K-Philus
par Luc Mer 7 Fév 2018 - 14:46

» Présentation Rabah alias Robusta
par Luc Lun 5 Fév 2018 - 22:25

» HARIRA, soupe de fête
par Mirzoune Lun 5 Fév 2018 - 13:09

» Moules au tamarin
par Mirzoune Dim 4 Fév 2018 - 18:27

» Pétition 11 vaccins obligatoires
par Mirzoune Sam 3 Fév 2018 - 14:53

» Carpaccio de radis noir au sésame
par Pierrette Ven 2 Fév 2018 - 18:54

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Mirzoune Ven 2 Fév 2018 - 18:39

» Soupe potimarron, Butternut
par Mirzoune Ven 2 Fév 2018 - 18:34

» Soupe au miso
par Pierrette Ven 2 Fév 2018 - 16:52

» Salade de poivrons
par Pierrette Ven 2 Fév 2018 - 16:44

» Potage au potiron, tomate et carotte
par Pierrette Ven 2 Fév 2018 - 16:18

» Nos plats du jour, janvier 2018
par Celine57 Jeu 1 Fév 2018 - 21:39

» Vitamine D
par Celine57 Jeu 1 Fév 2018 - 16:47

» Quand rien ne va plus...
par Pierrette Mer 31 Jan 2018 - 11:54

» Bon anniversaire Laure
par Pierrette Mer 31 Jan 2018 - 11:37

» Mélange curcuma, anti-inflammatoire naturel
par Chantal Mar 30 Jan 2018 - 23:16

» Présentation Chantal
par Chantal Mar 30 Jan 2018 - 23:09

» Invitation Salon des médecines douces-Paris Pte de Versailles
par Mirzoune Dim 28 Jan 2018 - 12:59

» Danse sur glace
par Proserpine Sam 27 Jan 2018 - 17:18

» Insérer une photo dans un message
par Mirzoune Ven 26 Jan 2018 - 18:17

» Vitamine K2 - Achat - Exemples de produits
par Mirzoune Ven 26 Jan 2018 - 15:36

» Bon anniversaire Proserpine !
par Mirzoune Ven 26 Jan 2018 - 14:21

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par alberico Mer 24 Jan 2018 - 13:12

» présentation alberico
par Mirzoune Mar 23 Jan 2018 - 19:37

» Jeûne thérapeutique: Journal de suivi
par Pierrette Lun 22 Jan 2018 - 9:50

» Effets protecteurs du cholesterol sur les endotoxines
par Luc Dim 21 Jan 2018 - 8:43

» Vitamine C
par Luc Sam 20 Jan 2018 - 11:13

» Joyeux anniversaire Keditchi
par Pierrette Ven 19 Jan 2018 - 14:35

» Reminéralisants naturels: douleurs arthrose, ostéoporose.. etc...
par Mirzoune Jeu 18 Jan 2018 - 20:57

» Guacamole maison
par Mirzoune Jeu 18 Jan 2018 - 17:04

» Brioche à l'orange et aux cranberries
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 16:01

» Pain gourmand à la poêle sans gluten et sans lactose
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 13:01

» Smoothie Aloe Vera - banane, régénérateur de vos intestins
par Celine57 Mar 16 Jan 2018 - 20:24

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 18:09

» Problème avec une commande
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 19:48

» Sentiment, émotion : comment ça fonctionne
par Proserpine Sam 13 Jan 2018 - 10:20

» Aide pour une alimentation de type paléo
par Mirzoune Ven 12 Jan 2018 - 22:25

» Le gâteau au chocolat sans gluten de Philippe Etchebest
par Celine57 Ven 12 Jan 2018 - 21:38

» Superfood pour smoothie salade et potage
par Luc Ven 12 Jan 2018 - 19:24

» Auto-séance d'EMDR pour se libérer d'un stress
par Proserpine Jeu 11 Jan 2018 - 17:58

» Maquereau cru mariné - recette santé
par Mirzoune Mer 10 Jan 2018 - 17:02

» et si on s’occupait de nos artères ?
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 23:33

» présentation papazen
par papazen Lun 8 Jan 2018 - 16:16

» Galette "minute" de pois chiche à la nigelle
par Luc Lun 8 Jan 2018 - 15:13

» Des nouvelles de MPJ48
par Pierrette Dim 7 Jan 2018 - 23:10

» L'huile de coco stimule le métabolisme
par Mirzoune Dim 7 Jan 2018 - 21:37

» Pain au riz - Pour tapenade
par Luc Dim 7 Jan 2018 - 9:00

» Collagène
par Mirzoune Sam 6 Jan 2018 - 19:30

» Voeux de Jacques Brel
par Flo Sam 6 Jan 2018 - 15:22

» Une transfuge de l'appart
par Luc Sam 6 Jan 2018 - 9:39

» Antibiotiques candida
par Mirzoune Ven 5 Jan 2018 - 12:35

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 11:14

» Le guide complet pour jeûner
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 10:22

» Jeûne et sport
par Luc Mer 3 Jan 2018 - 15:23

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Flo Mar 2 Jan 2018 - 21:27

» Pour que la roue tourne...
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 21:46

» Le chat et la creation du monde...
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:26

» Bon anniversaire Momo
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:17

» Bonne année à tous!
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 10:15

» Gérer l'exercice en fonction de ses pathologies
par Proserpine Sam 30 Déc 2017 - 19:16

» Le Grand cactus
par Luc Jeu 28 Déc 2017 - 23:11

» Comprendre la cascade inflammatoire
par Flo Jeu 28 Déc 2017 - 18:25

» Bon anniversaire Chaminette
par Mirzoune Mer 27 Déc 2017 - 11:58

» Bon anniversaire Puppy
par Luc Mer 27 Déc 2017 - 11:39

» Brèves - Nouvelles santé
par Mirzoune Mar 26 Déc 2017 - 19:17

» Pain brioché à la pâte de datte
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:34

» Joyeuses fêtes
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:05

» SIBO & pullulation bactérienne
par Luc Sam 23 Déc 2017 - 9:40

» Mouse data links microbiome changes to lupus severity and complications
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 17:36

» Biodisponibilité des minéraux en présence d'acide phytique
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 16:40

» Présentation - Zenko
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 14:50

» Alimentation et psychisme
par Flo Jeu 21 Déc 2017 - 14:50

» Pain au sarrasin & noix
par Mirzoune Mar 19 Déc 2017 - 16:49

» Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique?
par Luc Jeu 14 Déc 2017 - 21:00

» Levothyrox
par sumerien Jeu 14 Déc 2017 - 19:13

» Alzheimer et la vitamine B3 forme rare
par Luc Mer 13 Déc 2017 - 15:50

» Votre chat fait pipi partout, essayez Uricystil
par Mirzoune Mer 13 Déc 2017 - 12:46


Maladies autoimmunes-oestrogènes-perturbateurs endocriniens

Aller en bas

Maladies autoimmunes-oestrogènes-perturbateurs endocriniens

Message  Mirzoune le Dim 15 Mai 2016 - 12:52

Maladies auto-immunes: une vieille énigme pratiquement résolue
Article Inserm du 09 mai 2016.
Voir : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pourquoi les femmes sont-elles plus susceptibles que les hommes aux maladies auto-immunes? Une équipe de l'Inserm vient de publier une explication. Les œstrogènes, hormones sexuelles féminines, joueraient un rôle prépondérant dans ce phénomène.
Les maladies auto-immunes, comme par exemple la sclérose en plaque, l’arthrite rhumatoïde, la thyroïdite, le lupus ou la myasthénie, résultent d'un dysfonctionnement du système immunitaire qui va alors s'attaquer à l'organisme lui-même. Pour des raisons inconnues jusqu'à présent, les femmes sont plus susceptibles que les hommes d'en être victimes. Au Centre de recherche en myologie (hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Paris), une équipe Inserm spécialisée dans la myasthénie a voulu savoir pourquoi: "Nous nous sommes intéressés au thymus, l'organe central de la tolérance du soi. Il est d'ailleurs impliqué dans la myasthénie" explique Sonia Berrih-Aknin, qui dirige cette équipe.

C'est en effet dans le thymus que les lymphocytes T, les cellules du système immunitaire qui détruisent les intrus, apprennent à reconnaître le soi pour ne pas l'attaquer. Plus précisément, c'est là que ces lymphocytes sont exposés aux antigènes spécifiques des tissus (TSA), ces molécules qui marquent l'identité des cellules de l'organisme. A l’issue de cet apprentissage, ne sont conservés que les lymphocytes qui ne se lient pas aux antigènes du soi.

Dans un premier temps, l'équipe a étudié le transcriptome de cellules de thymus d'hommes et de femmes de même âge, autrement dit la totalité des ARN présents dans ces cellules, pour savoir quels gènes y sont actifs et à quel degré. "Nous avons trouvé des différences dans l’expression des TSA (antigènes spécifiques des tissus) entre les sexes et, de fil en aiguille, nous en sommes arrivés à AIRE" se souvient la chercheuse. La protéine AIRE (pour AutoImmune Regulator) joue un rôle clé dans l'éducation des lymphocytes puisqu'elle module le taux de TSA (antigènes spécifiques des tissus) exprimé dans le thymus. Or l'analyse moléculaire et cellulaire thymique a révélé qu'à partir de l'adolescence, les jeunes filles et les femmes ont moins d'AIRE que les hommes. Il en va de même chez les souris.
A partir de là, Nadine Dragin et ses collègues ont analysé les rapports entre le genre, les hormones et l’expression de la protéine AIRE dans des cultures de cellules humaines, ainsi que dans des modèles murins. Ils ont ainsi montré que les œstrogènes, hormones sexuelles femelles, induisent une baisse de l'expression d'AIRE dans des cellules thymiques humaines ou murines. Par quel mécanisme? L'équipe a également exploré cet aspect et découvert que les œstrogènes agissent sur le promoteur du gène d'AIRE, en augmentant le taux de méthylation de l'ADN qui le constitue.

Enfin, l'équipe a démontré dans le modèle murin de la thyroïdite auto-immune qu'une diminution d'AIRE augmente la susceptibilité à cette maladie. "Le lien entre AIRE et la susceptibilité aux maladies auto-immunes était certes déjà connu, mais il fallait le démontrer dans nos modèles" souligne Sonia Berrih-Aknin.

Un mécanisme passant par les TSA, mais pas uniquement: Une diminution de l’expression d’AIRE entraînant une réduction de celle des TSA, il est vraisemblable qu’elle altère l’étape d’apprentissage de lymphocytes T et conduise ainsi à un défaut dans la tolérance au soi. Bien entendu, parmi les quelques soixante-dix maladies auto-immunes connues, toutes ne sont pas dues à un problème lié aux TSA thymiques. "Et pourtant, même dans des modèles de maladies indépendantes des TSA, AIRE semble impliqué, agissant par un ou plusieurs autres mécanismes. Donc, de manière générale, un taux d'AIRE moindre augmente la susceptibilité aux maladies auto-immunes" précise la chercheuse.
L’ensemble de ces données suggèrent donc que, à partir de la puberté, le taux élevé d'œstrogène chez les femmes inhibe l'expression d'AIRE dans le thymus, augmentant la susceptibilité aux maladies auto-immunes.

A quoi attribuer, par ailleurs, l'incidence croissante des maladies auto-immunes dans les pays industrialisés? À la lumière de ses résultats, l'équipe s'interroge sur le rôle des perturbateurs endocriniens présents dans l'environnement.(voir:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] )

Les perturbateurs endocriniens regroupent une vaste famille de composés capables d'interagir avec le système hormonal, et notamment avec notre métabolisme ou nos fonctions reproductrices. Il existe de nombreuses définitions pour décrire ce que sont les perturbateurs endocriniens. Celle qu'a établie l'Organisation mondiale de la santé en 2002 est la plus acceptée: un perturbateur endocrinien est "une substance exogène ou un mélange qui altère la/les fonction(s) du système endocrinien et, par voie de conséquence, cause un effet délétère sur la santé d’un individu, sa descendance ou des sous-populations".

C'est quoi la perturbation endocrinienne? avec Bernard Jégou, biologiste, endocrinologue, toxicologue et directeur de recherche Inserm:
Le système endocrinien regroupe les organes qui sécrètent des hormones: thyroïde, ovaires, testicules, hypophyse… Il libère ces médiateurs chimiques dans la circulation sanguine pour agir sur certaines fonctions de l'organisme comme la croissance, le métabolisme, le développement sexuel, le développement cérébral, la reproduction… Les perturbateurs endocriniens altèrent le fonctionnement habituel de l'organisme en interagissant avec la synthèse, la dégradation, le transport et le mode d’action des hormones. Ces molécules se caractérisent donc par un effet toxique non pas direct, mais indirect, via les modifications physiologiques qu'elles engendrent.

Historiquement, les perturbateurs endocriniens ont commencé à attirer l'attention des chercheurs dès les années 1950. Mais c'est l'affaire du distilbène qui, dans les années 1970, a fait exploser le sujet sur la scène scientifique et médiatique (voir encadré). Depuis, on connaît plus précisément les mécanismes d'actions de ces substances. Selon le produit considéré, ils vont :

  • modifier la production naturelle de nos hormones naturelles (œstrogènes, testostérone) en interférant avec leurs mécanismes de synthèse, de transport, ou d'excrétion
  • mimer l'action de ces hormones en se substituant à elles dans les mécanismes biologiques qu'elles contrôlent
  • empêcher l'action de ces hormones en se fixant sur les récepteurs avec lesquels elles interagissent habituellement.

En découle un certain nombre de conséquences potentielles pour l'organisme, propres à chaque perturbateur endocrinien : altération des fonctions de reproduction, malformation des organes reproducteurs, développement de tumeurs au niveau des tissus producteurs ou cibles des hormones (thyroïde, sein, testicules, prostate, utérus…), perturbation du fonctionnement de la thyroïde, du développement du système nerveux, modification du sex-ratio…

Aujourd'hui, la définition du champ d'action des perturbateurs endocriniens tend à s'élargir. Certains organes clés, qui ne sont pas considérés comme des glandes endocrines à proprement parler, produisent des hormones qui apparaissent elles aussi comme des cibles potentielles des perturbateurs endocriniens: la leptine du tissu adipeux intervient dans la régulation du métabolisme, l'IGF-1 produite par le foie agit comme un facteur de croissance…

Distilbène, l'histoire à retardement d'un médicament hormonal: Au début des années 1970, un chercheur américain, Arthur L Herbst, a observé la recrudescence d'une forme rare de cancers gynécologiques chez des adolescentes et de jeunes adultes. L'analyse a montré que ces femmes étaient nées de mères qui avaient pris du distilbène, un œstrogène de synthèse, prescrit à l'époque pour prévenir les fausses couches durant la grossesse. Rapidement, le lien entre l'exposition du fœtus au distilbène et l'altération de ces organes reproducteurs (cancers, stérilité) a été établi. Depuis, il apparaît que les enfants nés de cette génération exposée in utero, ont, eux aussi, un sur-risque de pathologies gynécologiques.

Air, eau, aliments…, les sources d'exposition sont multiples: Il existe une grande diversité parmi les perturbateurs endocriniens, et les sources de contamination auxquelles hommes et animaux sont exposés sont également nombreuses. Ils sont pour la plupart issus de l'industrie agro-chimique (pesticides, plastiques, pharmacie…) et de leurs rejets.

Beaucoup sont rémanents: ils persistent dans l'environnement de longues années et peuvent être transférés d'un compartiment de l'environnement à l'autre (sols, eau, air…) de longues années après qu'ils aient été produits.

Les hormones naturelles ou de synthèse constituent une source importante de perturbateurs endocriniens: œstrogènes, testostérone, progestérone... et les produits de synthèse mimant leurs effets sont souvent utilisés en thérapeutique (contraception, substitution hormonale, hormonothérapie). Elles entraînent un risque indirect en rejoignant les milieux naturels, après avoir été excrétées dans les rejets humains ou animaux. Y sont adjoints lesphytoestrogènes naturellement présents dans certaines plantes (soja, luzerne).

Le bisphénol, voleur d'identité avec William Bourguet, biologiste structural: Un second groupe de perturbateurs endocriniens, bien plus large, rassemble tous les produits chimiques et sous-produits industriels qui peuvent interférer avec le système endocrinien de l'homme ou de l'animal. Il comporte à l'heure actuelle plus d'un millier de produits, de nature chimique variée. Parmi les plus fréquents, on peut citer:

  • des produits de combustion comme les dioxines, les furanes, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)…
  • des produits industriels ou domestiques comme:
    - les phtalates, ou le bisphénol A utilisés dans les plastiques
    - les parabènes, conservateurs utilisés dans les cosmétiques
    - les organochlorés (DDT, chlordécone…) utilisés dans les phytosanitaires
    - l'étain et dérivés utilisés dans les solvants.



La recherche face à de nouveaux paradigmes: L'étude des perturbateurs endocriniens est aujourd'hui très importante pour la santé, mais aussi pour l'environnement. Mais, cette recherche doit relever plusieurs défis, liés aux particularités de ces substances. En effet, l’étude de la toxicité d'une molécule est classiquement réalisée en exposant des cellules ou des tissus à des doses croissantes de la molécule en question. Or, cette approche ne peut suffire lorsqu’il s’agit des perturbateurs endocriniens, et ce pour plusieurs raisons:
La première se rapporte aux doses d'exposition: l'exposition à une dose forte n'a pas le même impact qu'une dose faible à laquelle un individu est exposé de façon chronique :

  • Ainsi, si l'exposition à une dose unique d’un produit est sans risque pour l'organisme, la répétition de cette exposition au cours du temps peut perturber le système hormonal.
  • Le délai d'apparition des effets délétères des perturbateurs endocriniens, parfois prolongé, peut compliquer encore cette analyse.

La seconde difficulté tient aux périodes de vulnérabilité des êtres vivants face au risque toxique :

  • un organisme ne subit pas les mêmes effets lorsque le contact avec un perturbateur endocrinien a lieu in utero, avant ou après la puberté.
  • L'effet transgénérationnel de certains d'entre eux montre aussi que le risque sanitaire ne concerne pas uniquement la personne qui est exposée, mais aussi sa descendance.
  • Enfin, l'effet cocktail des perturbateurs endocriniens est complexe à mettre en évidence : il découle de l'addition des effets délétères de plusieurs composés à faibles doses, qui agissent sur les mêmes mécanismes biologiques.
  • Ensemble, ils peuvent perturber l'organisme sans que chacun, pris isolément, n'ait d'effet.
  • Par ailleurs, il peut y avoir des interactions entre perturbateurs endocriniens agissant par des mécanismes différents.

A côté de la spécificité liée aux substances incriminées, la complexité du système hormonal rend la recherche encore plus complexe: en effet, les régulations endocriniennes ne font pas intervenir une mais plusieurs hormones interagissant entre elles. Il peut donc être particulièrement difficile de prédire l'ensemble des conséquences biologiques d'un perturbateur endocrinien.

Voir aussi: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3054
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum