Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Respiration cellulaire & Mitochondrie
par Luc Aujourd'hui à 11:49

» Pain au thon sauce tomate, extra léger
par Luc Mer 24 Mai 2017 - 8:36

» Cancer : un traitement simple et non toxique. Extraits
par Luc Dim 21 Mai 2017 - 17:57

» Douleurs musculaires et acide lactique
par Luc Sam 20 Mai 2017 - 12:07

» Question sur l'encrassage
par Mirzoune Lun 15 Mai 2017 - 18:03

» Rocher Coco/Amandes
par Mirzoune Lun 15 Mai 2017 - 18:00

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Dim 14 Mai 2017 - 13:31

» Voies de conversion de la progestérone
par Matogato Dim 14 Mai 2017 - 9:42

» Congrès EFT 2017
par proserpine Sam 13 Mai 2017 - 12:37

» Présentation Mezame
par Flo Sam 13 Mai 2017 - 9:00

» Cancer : un traitement simple et non toxique
par Mirzoune Ven 12 Mai 2017 - 20:19

» Dr David Perlmutter: Ces Glucides qui menacent notre cerveau
par Mirzoune Ven 12 Mai 2017 - 20:06

» Grain Brain 2
par Mirzoune Ven 12 Mai 2017 - 10:31

» Ciabatta SG sur poolish au sarrasin avec graines de courge
par Luc Jeu 11 Mai 2017 - 22:51

» Phosphates en excès
par Luc Jeu 11 Mai 2017 - 21:01

» Petits Pains SG aux noix et figues séchées
par proserpine Mar 9 Mai 2017 - 21:25

» Le rébus des présidentielles
par Mirzoune Dim 7 Mai 2017 - 18:54

» Une bonne nuit se prépare
par Luc Sam 6 Mai 2017 - 11:29

» L'empire de l'or rouge. Mensonge!
par Luc Ven 5 Mai 2017 - 16:59

» Et si c’était la thyroïde ?
par Luc Ven 5 Mai 2017 - 15:35

» Farine de Teff - Connaissez-vous ?
par Luc Ven 5 Mai 2017 - 14:37

» Prévention par l'alimentation des pathologies de la prostate
par Flo Jeu 4 Mai 2017 - 16:18

» Débat Le Pen/Macron.. à pleurer!
par proserpine Jeu 4 Mai 2017 - 11:55

» Choisir vos farines en fonction de leur IG
par Mirzoune Jeu 4 Mai 2017 - 7:35

» Cake au thé bergamote, à la cardamone & petits raisins
par Mirzoune Mer 3 Mai 2017 - 10:39

» Cookies noisettes/amandes/choco
par proserpine Mar 2 Mai 2017 - 9:40

» Kombucha maison: l'incontournale recette de Mirzoune
par Mirzoune Lun 1 Mai 2017 - 14:07

» Le site de Laura Azenard
par Luc Lun 1 Mai 2017 - 12:27

» Booster le processus de remyelinisation naturelle
par Mirzoune Lun 1 Mai 2017 - 10:48

» Chaque jour que je passe sur ce forum...
par Mirzoune Dim 30 Avr 2017 - 18:50

» La guerre des semences illégales
par Mirzoune Dim 30 Avr 2017 - 16:24

» Assouplissez et soulagez votre dos
par Luc Dim 30 Avr 2017 - 12:05

» Pain châtaigne SG
par Luc Dim 30 Avr 2017 - 9:30

» L’Huile de Coco assiste le microbiome
par Luc Sam 29 Avr 2017 - 19:02

» L'aspirine est pro-métabolique et anti-cancer
par Luc Sam 29 Avr 2017 - 11:08

» Joyeux anniversaire, Rouly
par Luc Sam 29 Avr 2017 - 7:47

» Introuvable! Huile de coco vierge à 9,99€ le litre, livraison gratuite!
par Mirzoune Jeu 27 Avr 2017 - 15:46

» Les enzymes: indispensables aux fonctions métaboliques
par Flo Jeu 27 Avr 2017 - 8:06

» Vêtements adaptés au handicap chez Kiabi
par Mirzoune Mer 26 Avr 2017 - 14:14

» Le régime cétogène contre le cancer
par Mirzoune Sam 22 Avr 2017 - 23:16

» Affronter le cancer plutôt que le subir
par Luc Sam 22 Avr 2017 - 19:57

» Sentiment, émotion : comment ça fonctionne
par proserpine Sam 22 Avr 2017 - 19:09

» Escalade, même les femmes tutoient les limites des capacités humaines
par Mirzoune Sam 22 Avr 2017 - 16:34

» Top 20 de mes huiles essentielles préférées
par Luc Ven 21 Avr 2017 - 23:53

» Pain cake citron et cranberries pour le petit déj
par Luc Jeu 20 Avr 2017 - 15:55

» RDV Nutithérapeute
par Luc Jeu 20 Avr 2017 - 15:28

» La cuisine asiatique, bonne pour la santé
par Luc Jeu 20 Avr 2017 - 15:27

» Vit D3: Quand et comment s'exposer
par Mirzoune Jeu 20 Avr 2017 - 12:02

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Matogato Mer 19 Avr 2017 - 21:03

» Presentation RB2308
par Mirzoune Mer 19 Avr 2017 - 12:45

» Conseils pour un bon extracteur de jus, pratique et pas ruineux
par proserpine Mar 18 Avr 2017 - 18:01

» EFT - Votre chance de vous "sortir" des engrenages des douleurs et du mal-être
par Mirzoune Mar 18 Avr 2017 - 11:57

» Histroire drôle en images - Funny clip
par Mirzoune Dim 16 Avr 2017 - 13:23

» Diète microbiome et SCFA : Un triumvirat gagnant !
par Luc Dim 16 Avr 2017 - 9:43

» Gluten et taux de prolamines
par Luc Sam 15 Avr 2017 - 11:25

» SPA et programme d'étirement ET de renforcement musculaire
par Mirzoune Sam 15 Avr 2017 - 10:32

» Toutes les raisons de mettre des algues au menu
par Mirzoune Ven 14 Avr 2017 - 20:57

» Cake SG à l’orange et petits raisins
par Luc Ven 14 Avr 2017 - 13:22

» Moins de sucre: Pourquoi?
par Luc Ven 14 Avr 2017 - 12:31

» Contrôle du stress et de l'anxiété
par Mirzoune Ven 14 Avr 2017 - 11:44

» Cake SG pomme et cranberries à la cannelle
par Luc Ven 14 Avr 2017 - 10:01

» Le Ventre, notre Deuxième Cerveau
par Mirzoune Jeu 13 Avr 2017 - 20:37

» Smoothie aux fanes de carottes, myrtilles et gingembre
par Mirzoune Mar 11 Avr 2017 - 17:42

» Présentation Sumerien
par Mirzoune Sam 8 Avr 2017 - 15:25

» La nourriture est de l’information
par Luc Sam 8 Avr 2017 - 12:35

» Colopathie (IBS) et inflammation
par Luc Sam 8 Avr 2017 - 12:22

» SCFA et Microbiote
par Luc Sam 8 Avr 2017 - 12:00

» Nettoyage du foie
par Flo Ven 7 Avr 2017 - 20:03

» 11 bienfaits des graines de chia
par Mirzoune Ven 7 Avr 2017 - 16:38

» Belle&Assise, le blog de Ciboulette
par proserpine Lun 3 Avr 2017 - 9:28

» Le sport contribue au réchauffement de la planète
par Mirzoune Dim 2 Avr 2017 - 20:02

» Le point sur les omega 3: sources naturelles et compléments
par Luc Dim 2 Avr 2017 - 9:20

» EFT - Procédure d'urgence - "Tout ça tout ça"
par Luc Sam 1 Avr 2017 - 11:57

» Les aliments qui augmentent les douleurs
par Mirzoune Sam 1 Avr 2017 - 11:33

» Aliments à consommer régulièrement pour une santé optimale
par Mirzoune Jeu 30 Mar 2017 - 10:08

» EFT - Un rendez-vous ce soir avec Geneviève Gagos
par Mirzoune Jeu 30 Mar 2017 - 8:53

» Quiche Sans Pâte SGSC
par Mirzoune Jeu 30 Mar 2017 - 8:43

» Gâteau renversé à l'ananas et au caramel SGSC
par Mirzoune Jeu 30 Mar 2017 - 8:32

» Mettez du peps dans vos joggings...
par Pierrette Mar 28 Mar 2017 - 8:41

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Mirzoune Dim 26 Mar 2017 - 16:52

» Quand rien ne va plus...
par Pierrette Lun 20 Mar 2017 - 15:14

» Comment gérer sa respiration en sport d'endurance
par Flo Dim 19 Mar 2017 - 9:44

» Noix rôties bonnes pour la santé cardio-vasculaire
par Luc Sam 18 Mar 2017 - 23:45

» Petit bonheur du jour: Cohérence cardiaque
par Luc Ven 17 Mar 2017 - 21:16

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Mirzoune Ven 17 Mar 2017 - 12:05

» L’exercice fractionné intensif ralentit le vieillissement des cellules musculaires
par astree Mer 15 Mar 2017 - 21:09

» Télécharger le manuel d'EFT de Gary Craig
par proserpine Mer 15 Mar 2017 - 18:32

» Choisir un thé, ou une tisane, sans plomb ni pesticide
par Mirzoune Mar 14 Mar 2017 - 15:21

» Bonjour à tous (présentation Kileconcuila)
par Mirzoune Mar 14 Mar 2017 - 8:14

» Dentifrices et bains de bouche naturels
par Flo Lun 13 Mar 2017 - 23:09

» Assistance jeûne 5 jours
par Dan Lun 13 Mar 2017 - 17:04

» Perturbateurs endocriniens: comment les éviter?
par Mirzoune Dim 12 Mar 2017 - 12:54

» Homéopathie et mal de dos: quelles granules pour quels symptômes?
par Mirzoune Dim 12 Mar 2017 - 10:02

» Eviter les perturbateurs endocriniens: produits ménagers à faire soi-même
par Mirzoune Dim 12 Mar 2017 - 9:37

» Hérésie au royaume du burger
par Flo Sam 11 Mar 2017 - 22:14

» Les facteurs déclenchants supposés de la fibromyalgie
par Mirzoune Sam 11 Mar 2017 - 11:20

» Boule à épices et sauces condiments
par HelicoPresto Sam 11 Mar 2017 - 10:41

» HelicoPresto
par HelicoPresto Sam 11 Mar 2017 - 10:27

» Cohérence cardiaque
par HelicoPresto Sam 11 Mar 2017 - 10:16


Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 15:16

Livre CT Schaller
Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.
Dr Christian Tal Schaller et Maître Johanne Razanamahay.
Editions Lanore, 2011. 16 €.
amazon.fr-Manuel-dauto-guérison-totale

*) Table des matières

Mise en garde (NDLR)
Introduction
Le jeûne, pratique millénaire
Le jeûne thérapeutique
Effets du jeûne sur l’organisme
Préparation au jeûne
Le jeûne
Moyens holistiques complémentaires : Hydrothérapie du colon.
Moyens holistiques complémentaires : Suite
Amaroli : Urinothérapie.
Amaroli liens
Sortir du jeûne
Bonus : Amaroli – urée – composition de l’urine

*) Précaution (NDLR)

Le jeûne ne se pratique pas n'importe comment et se prépare. Avant un jeûne, il est essentiel de modifier graduellement son alimentation.  « On demande souvent aux personnes, au moins une semaine avant, de diminuer leurs portions de viande et de sucre pour augmenter leurs portions de fruits, de légumes et de fibres », explique Sylvie Poisson. Les toxines, comme la nicotine, l'alcool et la caféine sont à éviter complètement.

Selon Stéphanie Côté, cette étape préparatoire qui consiste à mieux choisir ses aliments, pourrait être suffisante pour la santé de nombreuses personnes. « Beaucoup de gens mangent trop ou pas équilibré et ce sont de simples modifications alimentaires qui pourraient apporter des bienfaits sur la santé et le bien-être, sans nécessairement en arriver à l'étape du jeûne », croit-elle.

Stéphanie Côté n'hésite pas à déconseiller le jeûne intégral, même avec la supervision d'un médecin. « C'est un stress considérable pour l'organisme de ne rien recevoir, dit-elle. 

CONTRE-INDICATIONS DU JEÛNE
Le jeûne n'est pas une pratique conseillée à tous. « Ce n'est pas recommandé pour des personnes qui ont un poids insuffisant, celles qui souffrent de diabète ou de certaines maladies qui les affaiblissent ou affectant les organes très sollicités par le jeûne, comme le foie et les reins », précise Stéphanie Côté. Il est également déconseillé aux femmes enceintes ou qui allaitent et à ceux dont le système immunitaire est affaibli.

NDLR: Peser le pour et le contre. Voyez dans quel cadre vous vous situez ... Attention au désencrassage si vous n'avez jamais pratiqué une diète (régime 5.2 ou régime cétogène).
Les toxines sont en général stockées dans les couches lipidiques (triglycérides) et vont être relarguées. Il faut s'informer avant pour savoir comment procéder / moduler ...


Dernière édition par Luc le Sam 17 Sep 2016 - 17:15, édité 3 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 15:20

*) Extrait : Introduction (p 9 à 14)

NDLR: Vous pouvez vous contenter de lire ce qui est surligné ou en couleur.


Gary Null dit : « Quand le tueur numéro un dans une société est le système de santé lui-même, il n’y a aucune excuse pour refuser de repenser ce système. Il s’agit d’un système en faillite qui demande une attention immédiate ». Ces vérités ne concernent pas seulement les États-Unis mais correspondent à une réalité presque semblable dans tous les pays dits « civilisés ».
En France, on consomme tous les jours 500 tonnes de médicaments chimiques et près de 15 % de la population est dépendante de produits anxiolytiques. Ces quelques chiffres (pris parmi tant d’autres!) montrent le pouvoir colossal qu’ont pris sur les populations les multinationales de la chimie, qui ne se contentent pas.
Notre système social maladivement matérialiste est à l’origine de souffrances innombrables mais il conduit inéluctablement au réveil de la conscience individuelle, condition indispensable pour sortir d’un rôle d’assisté et devenir l’artisan de son bien-être en apprenant à gérer soi-même son équilibre de vie. Dans cet apprentissage, la pratique du jeûne est l’un des éléments clé puisqu’elle représente un des moyens de guérison et de régénération les plus puissants et les plus efficaces qui soient. Lorsqu’on l’associe et aux moyens de santé holistiques on décuple ses effets. Le mot « holistique » vient du grec « holos » qui veut dire « tout entier ». C’est une approche qui s’occupe de l’être humain dans sa totalité physique, émotionnelle, mentale et spirituelle. Hippocrate, le père de la médecine grecque, affirmait avec force il y a deux mille cinq cents ans que « toutes les maladies ne sont que la conséquence de nos habitudes de vie. » Cette vérité est toujours d’actualité. Elle nous enseigne que nos maux ne sont pas le fruit du hasard mais le résultat de notre mode de vie. La maladie n’est pas le fruit de la malchance ou d’une fatalité aveugle. Elle est une occasion d’apprendre à comprendre quelles sont les habitudes qui nous ont déséquilibrés et comment nous pouvons, en les modifiant, voir la puissance de régénération du corps restaurer en douceur l’harmonie de la santé.
Beaucoup de gens sont persuadés que la guérison est provoquée par les traitements médicaux. Rien n’est plus faux. Elle est toujours le fruit du travail du corps lui-même, de ce que les anciens appelaient la « vis medicatrix naturae, » le médecin intérieur, dont la plupart des fonctions d’autoréparation sont comprises de nos jours dans ce que l’on appelle « système immunitaire », et qui recouvre en fait l’ensemble psycho-neuro-endocrino-immunitaire. Les traitements peuvent accélérer les processus de guérison naturels ou les freiner, mais l’illusion de croire que ce sont les médicaments qui restaurent la santé à conduit des millions d’occidentaux à faire confiance à l’industrie pharmaceutique plutôt qu’à leur corps. La plupart des substances chimiques bloquent les mécanismes d’auto-guérison. Elles provoquent souvent une amélioration passagère et artificielle que l’on prend à tort pour une guérison alors qu’elle n’est qu’un bâillonnement des processus d’élimination du corps. Lorsqu’il est trop intoxiqué, celui-ci déclenche une maladie aiguë pour se dépolluer. Si ses efforts d’élimination sont trop souvent bloqués par des médicaments chimiques, l’organisme se tourne vers les maladies chroniques pour trouver de nouvelles voies d’épuration. Traiter ces maladies avec des médicaments de synthèse pris quotidiennement ne fait qu’aggraver le problème fondamental, à savoir la présence dans le corps de toxines qui auraient dû être évacuées mais n’ont pu l’être en raison d’une surcharge ou d’un affaiblissement des organes émonctoires (peau, poumons, foie, reins et intestins).
Ces éléments simples, qui forment la fondation de toutes les écoles naturopathiques et des médecines douces (aussi appelées médecines naturelles, alternatives, complémentaires, parallèles, ou encore médecines de terrain), permettent de comprendre facilement l’intérêt de la méthode que nous allons présenter. Cette méthode répond à un double objectif: supprimer pendant le temps nécessaire l’apport de toxines et intensifier tous les mécanismes de détoxication de l’organisme jusqu’à ce que la guérison soit complète.
Nous allons vous montrer le chemin qui conduit à la santé mais nous ne pourrons pas le suivre à votre place ! Vous disposerez bientôt d’une carte de géographie et d’une boussole et il vous appartiendra de vous lancer dans l’aventure quand vous vous sentirez prêt. Il vous faudra du courage pour quitter la sécurité des habitudes et vous lancer dans l’expérience. Vous connaîtrez des moments d’enthousiasme quand vous verrez des améliorations de votre état et des instants de découragement quand vous aurez l’impression de ne pas avancer. Vous serez comme Christophe Colomb en route vers le Nouveau Monde... mais, si vous persévérez et n’abandonnez pas votre rêve, vous atteindrez l’Amérique de la santé !Votre aventure sera pourtant plus facile que celle du navigateur espagnol du Moyen âge puisque vous n’êtes pas le premier à vous lancer à la conquête du bien-être ! Des millions d’êtres humains ont déjà fait cette expérience de la régénération, depuis plus de siècles que n’en rapporte l’histoire officielle que vous avez apprise à l’école. Cette information vous aidera à remplacer le doute par la confiance et à vous sentir soutenus par l’expérience accumulée au fil des siècles. Nous ne vous proposons pas le nouveau remède miracle à la mode, un de ces milliers de produits chimiques que l’on a présentés comme des progrès majeurs avant de devoir les interdire une fois que leur toxicité a été démontrée! Nous vous apportons des connaissances qui font partie du patrimoine le plus précieux de l’humanité et sont accompagnées, par-dessus le marché, de confirmations scientifiques issues des recherches médicales des dernières décennies. De plus en plus de biologistes ont pris conscience que le hasard n’explique pas les origines de la vie. Un simple calcul de probabilité montre que la fabrication d’un organisme humain ne peut venir d’un jeu de molécules qui se seraient assemblées par hasard. (…)
Aujourd’hui il nous appartient de devenir les artisans de notre propre santé et d’apprendre à vivre en harmonie avec les lois naturelles. Dans ce parcours vers la guérison et la prise en charge de soi-même, le jeûne représente l’un des moyens les plus efficaces et les plus rapides qui soient pour sortir des dépendances et des souffrances et entrer dans un nouveau monde rayonnant de vitalité et de joie de vivre.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Le jeûne est une pratique ancestrale

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 15:33

02. Le jeûne, une pratique millénaire (p 15 à 26)

 On appelle jeûne le fait de s’abstenir totalement d’aliments solides et de ne consommer que de l’eau, des jus de fruits ou de légumes ou d’autres boissons naturelles. Cette pratique préventive ou thérapeutique est peu connue dans les pays industrialisés qui pratiquent tous la même religion, celle de la consommation.  (…)
Des exemples de jeûne sont cités:
Moïse et Jésus Christ – Les Incas, les Mayas et les Aztèques – les Lapons et certains peuples de Sibérie – les Amérindiens – les Polynésiens – les Grecs  pour préparer leurs athlètes aux jeux olympiques et pour développer l'intelligence et la clarté mentale (Pythagore, Socrate, Platon) – Etc.


L’un des peuples les plus connus parmi ceux qui ont gardé intacte la pratique d’un jeûne printanier vit dans les hautes vallées de l’Himalaya, au nord de l’Inde. Ce sont les Hunzas, dont la parfaite santé et l’extraordinaire longévité ont fait l’admiration des chercheurs qui les ont étudiés. Ainsi le docteur Bircher-Benner, un médecin suisse, a passé plusieurs mois chez les Hunzas et a constaté qu’au printemps, lorsque leurs réserves de nourriture sont épuisées, tous les Hunzas d’âge adulte jeûnent pendant un mois entier, jusqu’à la première récolte. Bien qu’ils ne mangent rien, ils travaillent avec leur ardeur coutumière dans leurs champs en terrasses et ne souffrent d’aucune fatigue ni dépression. Dans ce peuple montagnard, les gens ignorent la maladie, la délinquance et les conflits sociaux.
Le docteur Willem, un médecin français passionné par l’anthropologie et le docteur Gernez, un autre médecin français qui a consacré sa vie à la compréhension du cancer en tant que phénomène biologique, sont arrivés à la même conclusion: la pratique d’un jeûne annuel permet à l’organisme de se purger de tous les micro-cancers qui peuvent exister et offre la meilleure protection qui soit contre cette redoutable affection qui frappe tant de gens de tous âges dans les pays à haut niveau de vie. On comprend ainsi que, derrière des traditions comme le Carême ou le Ramadan, se cachait une profonde sagesse qui s’est perdue lorsque les autorités religieuses se sont davantage préoccupées de leur pouvoir personnel que de la santé de leurs ouailles !

En 1830, aux États-Unis, Le docteur Isaac Jennings soignait une jeune fille atteinte du typhus. Comme elle ne supportait aucun médicament, il se décida à l’abandonner à son sort en lui conseillant le repos et de l’eau pure. A son grand étonnement, la jeune fille se rétablit rapidement, ce qui lui fit comprendre que le corps, dans sa sagesse profonde, travaille activement à son propre rétablissement et qu’il ne faut pas contrecarrer ses efforts par des médicaments ou des aliments qui le perturbent. « Laisser le corps combattre lui-même la maladie » fut la clé de ses nombreux succès. Il avait compris que le corps n’est pas une machine que le médecin garagiste doit régler et réparer mais un extraordinaire complexe biologique qui a le pouvoir de s’auto-régénérer.

Toujours aux États-Unis, en 1900, le docteur John Tilden fit, « par hasard », la même découverte que Jennings. Comme il était très occupé, il oubliait souvent les médicaments d’usage en allant chez ses patients mais découvrit que les patients non traités guérissaient plus vite que les autres. Il écrivit: « Je trouvais invariablement mes patients en meilleur état lorsque j’avais oublié mes drogues que lorsque je les soignais normalement. Finalement je chargeai mon fusil de cartouches à blanc en donnant à mes malades des tablettes de sucre puis j’évoluai mentalement pour réaliser que même ces pilules de sucre étaient nocives puisqu’elles faisaient croire aux malades que l’amélioration de leur état leur était due ».

Rappelons à ce propos que l’effet placebo montre la puissance du psychisme sur le corps mais qu’il peut effectivement faire croire au patient que la guérison vient du traitement administré plutôt que de son propre « médecin intérieur ». Avec passion, Tilden fonda de nombreuses écoles de santé où il enseignait que la toxémie, c’est-à-dire l’intoxication du corps par des sous-produits métaboliques (qu’on appelle aujourd’hui les « radicaux libres ») non évacués en raison d’un mode de vie déséquilibré, était la cause de toutes les maladies. Les écrits de Tilden ont franchi la barrière du temps et assurent une lecture palpitante et hélas d’une brûlante actualité puisque la toxémie des populations n’a fait que s’aggraver depuis le temps des pionniers de l’hygiénisme moderne aux États-Unis, comme les docteurs Trall, Alcott, Jackson et le célèbre Kellogg, l’inventeur des corn flakes. C’est pourtant un non médecin, Herbert Shelton, qui est le plus connu de ces précurseurs des médecines de terrain. Il offrit au public une magistrale synthèse des découvertes de ses prédécesseurs et consacra sa vie à la recherche d’une « médecine sans drogue » entièrement naturelle et fondée sur la capacité que possède chaque organisme de se guérir et de se réparer constamment. Il supervisa plus de soixante mille jeûnes et écrivit une trentaine de livres sur l’hygiène naturelle. Ces ouvrages n’ont pas pris une seule ride, prouvant ainsi que la médecine naturelle repose sur des bases millénaires stables, contrairement à la plupart des livres de médecine allopathique qui sont démodés au bout de trois ou quatre ans à peine. L’œuvre de Shelton a continué après sa mort et une dizaine de centres de jeûne hygiénistes dans le monde encadrent ceux qui veulent découvrir les bienfaits de cette méthode de santé.

En France le docteur Paul Carton fut, au début du vingtième siècle, un propagateur ardent de la médecine naturelle et du jeûne ainsi que, plus récemment, André Passebecq, Albert Mosséri, Désiré Mérien et le docteur Yves Vivini, tous auteurs de nombreux livres. En Suisse, le docteur Jean Bertholet traduisit en français l’Evangile essénien et enseigna l’art du jeûne à des milliers de malades et de médecins. Il fut suivi par le docteur Ernest Bauer qui, dans les Grisons (une partie de la Suisse composée de magnifiques vallées) créa une clinique de jeûne qui a permis à des générations entières de s’initier au jeûne. À l’âge de quarante-cinq ans, ce médecin fut frappé par un cancer du foie et on lui conseilla de faire son testament parce qu’aucun traitement n’était possible. Il se lança dans l’aventure du jeûne est se guérit en quelques semaines. Les trente années suivantes il suivit ses patients avec l’homéopathie, l’acupuncture et le jeûne, obtenant des résultats spectaculaires là où la médecine s’avérait impuissante.

En Allemagne fédérale et en Espagne du Sud, le docteur Otto Büchinger a créé deux cliniques de jeûne prestigieuses par la qualité des soins qui sont offerts aux jeûneurs (Lire de Françoise Wilhelmi de Toledo L’art de jeûner, manuel du jeûne thérapeutique Büchinger) Au Canada, le biologiste Jean Rocan a fondé en 1975 un centre de jeûne qui, en vingt ans, a vu défiler plus de huit mille personnes pour des jeûnes de trois à soixante jours.
Il existe beaucoup d’autres centres et thérapeutes qui, dans le monde entier, utilisent le jeûne et l’apprécient. Notre expérience avec les personnes dont nous avons suivi le jeûne nous a montré que son efficacité est proportionnelle à l’intensité de la motivation du jeûneur. Celui qui associe l’idée de jeûner avec des concepts de privation, de carences et de souffrances ne pourra pas vivre cette expérience dans la joie et le bien-être. Il sera même capable de bloquer les fonctions de régénération du corps pour se prouver qu’il a raison et maintenir sa croyance qu’on ne peut pas vivre sans aliments quotidiens. Par contre, celui qui se réjouit d’apprendre à se nourrir de vibrations, de couleurs, de parfums, de sons et d’expériences spirituelles, celui qui s’enthousiasme à la pensée de collaborer avec son corps pour une guérison en profondeur de tous ses organes, celui qui est enchanté par l’aventure du changement, celui qui ose aborder l’inconnu avec une âme d’enfant prompt à s’émerveiller, celui-là va vivre l’expérience du jeûne comme un palpitant conte de fées.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Le jeûne thérapeutique

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 15:44

03. Le jeûne thérapeutique (p 27 à 43)
On jeûne en se privant de tout aliment solide et de tout excitant (cigarette, café, thé, alcool, médicaments chimiques, etc.). Dans le jeûne hydrique, on boit de l’eau ou des jus de fruits ou de légumes, à volonté. Dans le jeûne sec, on ne boit rien du tout pendant quelques jours. En cessant de fournir au corps les aliments auxquels il est habitué, on l’oblige à se tourner vers ses réserves pour y puiser les protéines, les lipides, les sucres, les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments dont il a besoin pour son fonctionnement. Si le corps n’avait pas de sagesse, il pourrait prendre des substances utiles à de mauvais endroits et paralyser les systèmes physiologiques. Ce n’est pas le cas ! Avec sa prodigieuse intelligence, notre organisme va utiliser, pour ses besoins, les tissus usés, endommagés ou excédentaires en recyclant les matériaux de valeur et en éliminant les déchets malsains. On nomme autolyse ou autophagie ce phénomène de désintégration des tissus de mauvaise qualité, phénomène qui est suivi d’un processus de reconstruction et de régénération des tissus sains. En quelque sorte, le corps joue les cannibales, il se « mange lui-même » pour se reconstruire. On ne bâtit pas du neuf avant d’avoir éliminé l’ancien. Dans notre organisme ce processus se produit en recyclant tous les vieux matériaux. Le corps récupère tout ce qui peut lui être utile et brûle le reste pour avoir de l’énergie. C’est le summum de l’écologie appliquée !

Le jeûne donne le temps à l’organisme de faire un nettoyage en profondeur des parois artérielles et veineuses, des milliers de kilomètres des réseaux lymphatiques et capillaires, des cellules de tous les organes et des espaces qui les séparent. En temps normal la digestion prend beaucoup d’énergie au corps, surtout si on mange trop et trop gras ou trop riche en protéines ou en sucres. Or la plupart des occidentaux mangent cinq à dix fois plus que le corps n’en a besoin réellement, ce qui représente un gaspillage énergétique hallucinant.

Bien des gens ont peur du jeûne parce qu’ils pensent que ne plus manger va déboucher très rapidement sur des carences graves en substances essentielles. Il faut rappeler à ce sujet les expériences faites par l’un des grands noms de la naturopathie, le professeur Marchesseau, qui, en France, constata que des personnes carencées en magnésium, en calcium, en phosphore, en zinc, en vitamines A, B, C, etc., avaient, au bout de cinq à six jours de jeûne, complètement éliminé toutes leurs carences.

Notre corps physique est constitué de milliards de cellules (autant qu’il y a d’étoiles dans la Voie Lactée disent certains auteurs) qui sont invisibles à l’œil nu. Il faut les grossir mille fois pour les voir au microscope. Chacune a sa fonction et travaille en parfaite harmonie avec toutes les autres. Ni compétition, ni rivalités, ni jalousies, ni jeux de pouvoir, ni orgueil ou vanité ne les anime. Elles représentent pour nous, les êtres humains, un vrai modèle de société ! Chaque cellule est dotée de mécanismes extraordinairement intelligents pour se guérir lorsqu’elle a été endommagée par des agents toxiques, des radiations, des chocs ou d’autres facteurs nocifs. Pour se régénérer la cellule démantèle et recycle ses parties endommagées. Elle élimine ce qui n’a plus d’utilité et reconstruit avec rapidité toutes ses organites (la cellule est composée de mini-organes, les organites). Comme l’exprime Christian de Duve : « Au fil des années, les cellules on détruit et reconstruit des centaines, voire des milliers de fois, la plupart de leurs molécules constitutives, et même pour certaines cellules, plus de cent mille fois. Elles ressemblent un peu à ces maisons anciennes qui ont toujours la même apparence que lorsqu’elles ont été construites mais qui, à la suite de multiples restaurations, n’ont pratiquement plus aucune de leurs vitres ou de leurs tuiles d’origine, ni même de leurs briques ou de leurs planchers. Mais ce qui, pour une maison, met des siècles à se réaliser, n’est qu’une question de jours pour une cellule vivante. »

Notre corps se transforme constamment. 98 % de tous les atomes qui le composent sont remplacés en moins d’une année et tous les quatre ans nous avons totalement changé tous les atomes de notre organisme. Chaque six semaines nous avons un foie neuf. Tous les cinq jours nous avons renouvelé les cellules de notre estomac. Le matériel même qui constitue notre DNA, au niveau atomique, est remplacé en six semaines. Notre corps est donc plus une rivière d’informations intelligentes qui construit, modèle, façonne les éléments de la matière vivante qu’une machine comme celles que l’homme fabrique. Nous baignons dans un champ unifié de conscience et d’intelligence qui donne naissance à la matière. Un physicien dit un jour au docteur Deepak Choprah, un médecin américain auteur des nombreux best-sellers et l’un des chefs de file de la médecine holistique moderne :

« Pourquoi affirmez-vous que ce champ d’énergie non matérielle est intelligent ? »

Choprah lui répondit :

« Pensez-vous être intelligent? »

Le physicien répondit « oui », et Choprah enchaîna : « Si vous l’êtes, alors le champ unifié l’est aussi, forcément. Sinon montrez-moi comment vous pouvez en sortir! »

Dans le modèle de pensée holistique, l’être humain est constitué de quatre corps. Un corps spirituel tout d’abord, qui est aussi appelé âme, corps de lumière ou Moi Supérieur, et qui correspond à cette partie de nous qui vit au-delà du monde matériel, à un niveau de conscience si élevé que nous avons de la peine à l’imaginer. C’est la que sont conçus les trois autres corps, qui correspondent à des vibrations de plus en plus lentes. Le corps mental est constitué de l’ensemble de nos rêves, visions et symboles créatifs (situés dans l’hémisphère droit du cerveau) et de nos pensées rationnelles, analyses intellectuelles et langage structuré (hémisphère gauche). Notre corps émotionnel se compose de toutes nos émotions. Lorsque nous sommes reliés à notre corps spirituel, nous sommes pleins de joie et d’enthousiasme. Mais lorsque, par des pensées et des croyances limitées, nous nous isolons de notre partie lumineuse, consciente et vibrante d’amour inconditionnel, nous emplissons notre corps émotionnel de jugement, de peur, de colère, de frustration et de toute la gamme des autres émotions négatives.

La science moderne est venue confirmer ce concept que les médecines traditionnelles de tous les pays avaient proposé il y a déjà des millénaires. En effet la psycho-neuro-immunologie a pu isoler les éléments biologiques qui sont les équivalents matériels de nos pensées et de nos émotions. Ce sont les neuropeptides. Quand on a une idée ou un rêve, quand on ressent une émotion positive ou négative, on les transforme en des molécules qui vont moduler le fonctionnement de notre corps physique. Nos neurones fabriquent à chaque instant des neuropeptides, qui sont les messagers portant vers toutes nos cellules nos programmes mentaux et émotionnels. Nos glandes endocrines produisent des hormones. Chose extraordinaire, chaque cellule a, elle aussi, la capacité de fabriquer les mêmes messages biochimiques que le cerveau et les glandes endocrines. Ainsi si je pense que j’ai soif, mon cortex cérébral va fabriquer de l’angiotensine, une hormone qui est l’équivalent biologique de cette pensée et va retenir au maximum l’eau dans le corps tout en me poussant à aller chercher une boisson. L’hypophyse va également fabriquer cette hormone et d’autres qui ont la même fonction. Mes cellules cardiaques, intestinales, rénales ou hépatiques vont faire de même. Partout chaque cellule a l’idée de conserver l’eau parce que j’en ai besoin et je vais tâcher d’en trouver à l’extérieur. Tout mon corps participe à chaque instant à ma vie physique, émotionnelle, mentale et spirituelle, avec une colossale capacité d’organisation. Pour en donner une idée on peut imaginer que tous les habitants de la terre possèdent le téléphone. Le nombre de connexions que cela représente est inférieur à celui du réseau neuronal de notre système nerveux central! Notre corps est donc beaucoup plus d’un assemblage mécanique de pièces détachées, il est une véritable société de cellules à la fois indépendantes et interdépendantes.

Nos cellules sont continuellement actives. Elles travaillent à assumer leur fonction, s’adaptent, se réparent et certaines se reproduisent. Si une cellule est trop endommagée ou usée pour survivre, elle libère des enzymes pour s’autolyser et ses résidus sont collectés par des macrophages, véritables camions poubelles itinérants qui font place nette, récupèrent les matériaux réutilisables et évacuent les déchets. Notre système nerveux autonome, ou automatique (parce qu’il fonctionne sans que nous en soyons conscients) a deux composantes principales: le système nerveux sympathique, qui oriente toutes les fonctions du corps vers l’éveil, le mouvement et l’activité extérieure, et le système nerveux parasympathique, qui est responsable des fonctions d’élimination et de régénération. Il est donc tourné vers l’intérieur du corps. Si nous vivons sans cesse à cent à l’heure, en mangeant trop et en consommant des excitants multiples, en étouffant toutes nos émotions et en maintenant un stress permanent par des pensées de compétition ou de peur, nous restons sous dominance sympathique et les fonctions gérées par le parasympathique ne peuvent plus s’effectuer normalement. Des symptômes apparaissent, des dépôts se forment dans nos tissus, des maladies éclatent. Est-il alors rationnel de se précipiter sur des médicaments pour effacer nos troubles sans les guérir alors que le jeûne nous donne un merveilleux espace pour laisser agir calmement notre système nerveux parasympathique, chef d’orchestre de tous nos programmes d’auto-guérison?

Le docteur Jean Pierre Willem a parcouru le monde pour étudier la santé des peuples de tous pays. Il affirme : « Le cancer, l’infarctus et toutes les maladies dégénératives résultent de nos erreurs, de nos négligences, de notre vie de facilité: ils sont le fruit d’agressions répétées de notre organisme par un environnement pollué, une alimentation irrationnelle et pléthorique, des stress majeurs. »

La toxémie mine la vie des peuples riches autant que la famine celle des peuples pauvres. Cette toxémie et due à la fois à un apport trop important de substances nocives et à un blocage des fonctions d’élimination dû au stress, au maintien du système nerveux autonome en position sympathique. Elle peut être comparée à la pollution de nos rivières : nous les empoisonnons avec tant de déchets toxiques que leurs capacités de recyclage sont dépassées. Leur eau est nauséabonde, les poissons meurent, la vie disparaît. Ce n’était pas leur état naturel. Sans l’homme la nature vit dans un cycle permanent d’équilibration qui empêche toute pollution puisque tous les éléments sont sans cesse réutilisés. La cause matérielle de toutes nos maladies étant la toxémie, d’où viennent les toxines qui la composent? Il y a tout d’abord des causes physiques: air pollué des grandes villes, ondes électromagnétiques, eau soi-disant potable mais rendue toxique par le chlore qui la désinfecte, boissons alcoolisées ou chargées de sucre et d’additifs chimiques nombreux, thé, café et boissons industrielles dont la vente nourrit les multinationales en empoisonnant les populations consentantes, aliments dénaturés et dévitalisés par des processus de transformations physico-chimiques conçus par des scientifiques qui ont vendu leur âme aux marchands. La paroi intestinale représente une membrane à travers laquelle les aliments digérés sont absorbés et transportés vers le foie, cette grande usine de détoxication qui fonctionne jour et nuit et ne fait grève que lorsque nous la maltraitons pendant des décennies. L’intestin étendu à plat forme une surface de deux cents mètres carrés. (Notre peau, mise à plat, ne représente que deux mètres carrés) Cette immense surface d’absorption est sélective. Elle n’absorbe en principe que les molécules dont le corps a besoin. Mais ses programmes biologiques n’ont pas prévu le flot de produits chimiques de l’époque moderne et le corps absorbe ainsi des toxines en masse. De plus la barrière intestinale peut être fragilisée par l’alcool, l’acide butyrique du beurre, les médicaments chimiques et tous les facteurs de stress psychique. Elle laisse alors passer des substances qui auraient dû rester dans l’intestin. L’alimentation moderne, trop riche en graisses et en protéines animales, aggrave la toxémie et le manque d’exercice physique contribue à bloquer les fonctions d’élimination. De mauvaises combinaisons alimentaires engendrent des perturbations de la flore intestinale, composée de ces millions de bactéries qui vivent dans notre côlon et fabriquent pour nous des vitamines précieuses. Le fait de manger des aliments d’origine animale ou raffinés par l’industrie alimentaire nous prive de fibres végétales. Leur rôle pour une bonne santé du tube digestif est essentiel : elles jouent le rôle du « balai de ramoneur » dans les cheminées. La plupart des occidentaux en manquent et souffrent de constipation, de diverticules et des cancers de l’intestin qui n’existent pas chez les peuples qui se nourrissent de végétaux.

Une diététique purement quantitative a envahi les facultés de médecine et les hôpitaux où l’on nourrit les malades avec les aliments qui les ont rendus malades ! Le monde des marchands, des médecins et des pharmaciens conditionnés par les dogmes matérialistes n’a pas voulu comprendre que la qualité vitale d’un aliment est plus importante que la quantité absorbée. On est resté immobilisé dans les calculs de calories, de grammes de protéines recommandés et de régimes amaigrissants déséquilibrés sans percevoir l’importance des phénomènes biologiques vivants. On a méconnu le rôle des enzymes dans la santé, ces complexes biologiques vivants qui sont indispensables au bon fonctionnement de nos organes. Or la cuisson les détruit, de même que les processus industriels. La quasi-totalité des habitants des pays industrialisés ont une alimentation carencée en enzymes et cela conduit à mille troubles. Le savant français Louis Pasteur porte une lourde responsabilité dans le massacre des enzymes opéré par les industriels de l’alimentation. Persuadé que les microbes étaient nos ennemis et qu’il fallait les détruire il a inventé la pasteurisation, qui stérilise les aliments en les chauffant, sans se douter que cette pratique détruit tous les enzymes dont nous avons besoin. Pourtant, à son époque, Béchamp et Tissot avaient compris, des décennies avant que l’immunologie ne leur donne raison, que les microbes ne deviennent dangereux que si notre système immunitaire est affaibli. Il est insensé de les détruire systématiquement. Hélas, ces deux grands savants avaient le tort d’habiter non à Paris mais dans le sud de la France et de préférer la rigueur scientifique aux compromis politiques et aux honneurs. Ils furent ridiculisés par Pasteur qui devînt célèbre en préconisant une vision du monde très alléchante à première vue puisqu’elle disait: « Vous n’êtes pas responsables de vos maladies. Elles viennent des méchants microbes de l’environnement qui vous attaquent par surprise, au hasard. Mais rassurez-vous, la médecine, pas ses vaccins et ses médicaments, vous sauvera ! » Toute la civilisation occidentale s’est engouffrée dans cette voie qui a mené à la déresponsabilisation, à l’assistanat et à la croyance en une médecine toute-puissante seule capable de nous protéger contre les maladies. Le résultat s’appelle aujourd’hui pollution généralisée des corps humains et de la nature, pollution qui menace la vie de tous les êtres vivant sur la terre. (Lire Vaccins, un génocide planétaire ?)

Pourtant les toxines physiques ne sont pas les seules à nous empoisonner. Nous fabriquons aussi des « toxines » émotionnelles et mentales par nos pensées étroites et nos émotions négatives. Plus exactement on peut dire que nos fonctionnements mentaux et émotionnels donnent naissance à des neurotransmetteurs qui vont dire à nos cellules ce que nous souhaitons. Si le message est «je me déteste et je déteste les autres », nos cellules vont faire de l’autodestruction et matérialiser nos programmes psychiques négatifs sous forme de maladies.

Il existe une relation très précise entre les types de conflits intérieurs et la localisation des maladies qu’ils provoquent en nous. Notre corps est le miroir de nos pensées et de nos émotions. Nous pouvons nous y regarder pour apprendre à mieux nous connaître. Cette façon de voir nous rend responsables. Au lieu de maudire le sort, d’accuser le hasard, une bactérie ou un virus, nous pouvons dire: « Qu’ai-je fait pour créer cette situation? ». Nous pouvons alors observer les composantes physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles du problème. Avec la rigueur d’un chercheur scientifique, nous allons voir si nous avons trop mangé ou trop bu, mal digéré des émotions ou hébergé des croyances et pensées qui nous isolaient de notre source spirituelle. Nous allons découvrir les personnages intérieurs qui, en nous, façonnent notre bien-être ou nos maladies, ces personnages que nous avons appelés les Sous Personnalités Psycho-Actives ou SPPA et qui passionnent de plus en plus de gens parce que les connaître et comprendre leurs besoins permet de rendre sa vie consciente et lumineuse (Lire Nos personnages intérieurs, créateurs de nos succès et de notre malheur). La découverte des SPPA et leur écoute devrait toujours accompagner un jeûne pour qu’il mérite d’être appelé holistique.

La toxémie est l’aboutissement d’une longue liste d’habitudes physiques et psychiques qui ont pollué notre tête, notre cœur et notre corps d’une manière progressive et insidieuse. Cette toxémie décrite par les hygiénistes et naturopathes rencontre aujourd’hui la recherche médicale de pointe. Celle-ci a découvert les radicaux libres, des molécules instables qui ont des électrons libres à leur périphérie et cherchent à se lier à des molécules saines. Lorsqu’elles y parviennent, elles les dénaturent et les rendent nuisibles à leur tour. Ces radicaux libres, lorsqu’ils dépassent les capacités d’élimination de notre corps, causent des ravages multiples : ils inhibent nos réactions enzymatiques, altèrent les membranes de nos cellules, paralysent nos fonctions immunitaires et détériorent nos gènes en s’attaquant à notre DNA.

Dans la nature comme dans notre corps, tout est question d’équilibre. Notre environnement peut supporter un certain degré de pollution mais il a ses limites. que le système immunitaire est en bonne santé, la prolifération virale ou bactérienne est De même, un peu de radicaux libres ne font de tort à personne, car le corps a d’immenses capacités de dépollution, mais trop de radicaux libres joints à un blocage des fonctions d’élimination par une sympathicotonie permanente due au stress, le tout couronné des toxines alimentaires et de quelques médicaments ou drogues récréatives, sans oublier le manque de sommeil et les attitudes psychiques négatives, et voilà que notre organisme plonge dans la toxémie. Il n’en sortira que par un changement de nos habitudes ou par la maladie. Celle-ci, nous l’avons vu, correspond à un effort de l’organisme pour faire baisser le niveau de toxémie. La situation est comparable à une femme de ménage qui, ne pouvant pas faire sortir les sacs poubelles par la porte parce que celle-ci est bloquée, choisit de les jeter par la fenêtre ! Pour faciliter la détoxication le corps peut faire appel à des virus et des bactéries. Ces microorganismes ne sont pas des ennemis qu’il faut tuer à tout prix, ce sont des agents de nettoyage, des éboueurs, des techniciens de dépollution qui viennent aider notre organisme. Tant parfaitement contrôlée et cesse dès que le but recherché est atteint. Vous avez sûrement déjà remarqué qu’après une maladie virale ou bactérienne aiguë, qui nous a imposé de jeûner et de nous reposer, nous nous sentons remis à neuf, rajeunis et pleins de vitalité. A condition toutefois de n’avoir pas contrecarré le travail du corps par des médicaments ou des aliments ! Lorsque le système immunitaire est trop affaibli par des années d’habitudes toxiques, le travail des virus et bactéries peut s’emballer et, dans ces cas, le recours aux antibiotiques peut être nécessaire. Hélas, dans la société moderne, les étudiants en médecine sont formés dans des hôpitaux où ils soignent ces cas graves et apprennent ainsi une médecine lourde qui, chez les patients légers qu’ils verront dans leur cabinet, est totalement inadaptée. Dans un futur que nous espérons proche, on leur enseignera l’art du jeûne et des méthodes naturelles de santé.

Avant de passer aux « grands moyens » de la maladie, notre corps nous envoie de multiples clins d’œil pour nous signaler que la toxémie augmente et qu’il nous faut l’aider à se dépolluer. Ce sont des symptômes et des signes de pré-maladie, des sonnettes d’alarme qui sont souvent plus faciles à discerner le matin au réveil. Les heures les plus intenses pour l’élimination des toxines par le corps sont de quatre à neuf heures du matin. Nous connaissons l’image caricaturale de celui qui s’éveille avec les yeux collés, le nez bouché, la bouche pâteuse, la langue recouverte d’un épais enduit blanc, les cheveux ternes, les articulations raides et douloureuses et se précipite sur une cigarette, une tasse de café ou d’alcool ou encore un petit-déjeuner copieux pour couper court à tous ces phénomènes d’élimination.

Les symptômes subjectifs principaux de toxémie sont:
Fatigue permanente ou bouffées de fatigue pendant la journée.

Frilosité ou bouffées de chaleur.

Démangeaisons de la peau.

Migraines.

Douleurs et raideurs articulaires.

Courbatures, douleurs musculaires, crampes nocturnes.

Nervosité, irritabilité, dépression, mélancolie, anxiété.

Diminution de la vision, de l’audition, de l’odorat

Pertes de mémoire, névroses, apathie, crises de larmes.

Rigidité mentale (idées fixes) et émotionnelle (armure psychique).

Insomnie ou besoin exagéré de sommeil (plus de huit heures).

Flatulences, constipation, mauvaise digestion, manque d’appétit.

Troubles sexuels (impuissance, éjaculation précoce, frigidité, etc.).

Règles douloureuses.

Les signes principaux de toxémie sont :
Toux et crachats abondants (spécialités des grands fumeurs !)

Règles trop abondantes.

Pertes vaginales.

Mauvaise odeur corporelle (ce signe fait le succès des fabricants de désodorisants, produits qui bloquent l’élimination et aggravent la cause de la mauvaise odeur!).

Haleine forte ou à l’odeur acide.

Tendance à l’obésité ou à la maigreur.

Teint « brouillé », acné, eczéma.

Transpiration excessive.

Traits du visage fatigués, rides, bouffissures.

Langue chargée.

Yeux larmoyants, regard terne, blanc de l’œil jaunâtre.

Cillements très fréquents des cils.

Cernes et poches sous les yeux.

Épilation de la face externe des mollets.

Diminution des lunules des ongles.

Position du corps voûtée.

Écriture saccadée, hachée ou molle et tordue, nombreuses lignes descendantes.

Il existe encore d’autres signes mais cette liste sera suffisante pour vous mettre sur la piste de l’auto-observation. Chaque individu est unique et présente des symptômes et des signes de toxémie différents de son voisin. Quels qu’en soient les modes d’expressions, les états toxémiques disparaissent pendant le jeûne car les organes et tissus du corps tout entier vont pouvoir se dépolluer en profondeur et procurer un rajeunissement extraordinaire. Il faut l’avoir vécu au moins une fois pour s’en rendre vraiment compte !

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Se préparer au jeûne

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 15:47

05. Préparation au jeûne p 59 à 61

Il serait irrationnel, voire dangereux de passer brutalement d'une alimentation classique (riche et copieuse, apéro et vin, fromages et desserts, café et cigarettes, sans compter les snacks et les amuse-gueules grignotés) au jeûne. (…)

La toxicomanie la plus répandue n'est pas celle des médicaments, ni celles des drogues illégales mais celle du sucre blanc qui pousse ceux qui en sont dépendants à absorber des mets sucrés de plus en plus fréquemment pour éviter les symptômes de manque.

Avant de commencer la préparation au jeûne, qui sera d'une durée égale au jeûne, il peut être utile psychologiquement de se faire plaisir en mangeant sans culpabilité tout ce que l'on aime.
1 jour de jeûne : 1 jour de préparation + 1 jour de jeûne + 1 jour de sortie.

2 jours de jeûne : 2 jours de préparation + 2 jours de jeûne + 2 jours de sortie.

3 jours de jeûne : 3 jours de préparation + 3 jours de jeûne + 3 jours de sortie.

Et ainsi de suite.

Ce principe sera ajusté indidividuellement, selon son ressenti. Il serait bien avisé de ne pas dépasser 5 jours pour les débutants, ndlr.

Chez les personnes très intoxiquées (souvent entre 40 – 50 ans), il serait opportun de prolonger un peu la phase de préparation afin d'atténuer les symptômes de désencrassage. En effet, nous ne voulons pas descendre du 1er étage au rez-de-chaussée  avec 3 marches seulement.
Les étapes principales seront :
Suppression des aliments d’origine animale (viande, lait et fromages, œufs) qui sont les plus lourds à digérer.

Diminution puis suppression des excitants (café, thé, vin, sucre, sel, cigarette, médicaments chimiques)

Suppression des aliments à base de farine (pain, pâtes, pâtisseries) car le gluten qu’ils contiennent ralentit le transit intestinal et encrasse les intestins.

Suppression de tout aliment cuit.

Diminution progressive des quantités d’aliments vivants (fruits et légumes crus, graines germées, algues) (spiruline).

Prenons l’exemple d’un jeûne de trois jours:
Le premier jour de préparation on ne mangera plus aucun aliment d’origine animale et on arrêtera les excitants, le deuxième jour on ne mangera plus d’aliments cuits (on se nourrira donc de fruits et de légumes crus ainsi que de graines germées) et l’on poursuivra ce régime le jour suivant en diminuant les quantités pour arriver au début du jeûne le quatrième jour.

Pour un jeûne plus long on fera des paliers plus lents, sans oublier que ces indications sont à suivre avec souplesse et en se laissant guider par son instinct.

Chez des personnes très intoxiquées au départ il peut être utile de rester plusieurs jours de suite avec un régime d’aliments vivants pour que le corps puisse se dépolluer le plus possible avant le jeûne. Les végétaux sont de grands nettoyeurs et on ne regrette jamais de poursuivre une alimentation crue et frugale pendant suffisamment de temps avant le jeûne car la plupart des problèmes rencontrés pendant le jeûne sont la conséquence de temps de préparation trop courts. Pendant la préparation il est important de mettre en œuvre les moyens de santé complémentaires au jeûne dont nous parlerons plus loin.


Dernière édition par Luc le Sam 17 Sep 2016 - 17:28, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Le jeûne en détails (théorie)

Message  Luc le Sam 17 Sep 2016 - 15:49

06. Le jeûne p 64 à 74

Nous voici prêts à commencer le jeûne complet, pendant lequel aucun aliment solide ne sera ingéré. On boira de l’eau, de préférence de l’eau filtrée avec un appareil à osmose inverse (ils utilisent une membrane qui laisse passer l’eau mais retient les substances toxiques qu’elle véhicule), ou à défaut, de l’eau faiblement minéralisée (Volvic, Mont Roucous, etc.). Il faut savoir que les eaux en bouteilles posent des problèmes importants à notre organisme. Comme l’écrit Jacques Collin (dans L’insoutenable vérité de l’eau) :

« Toutes les études démontrent que l’eau à boire devrait être pure, ou la plus pure possible, et aminérale. C’est aller à rencontre de toutes les idées reçues et des visées du commerce florissant des eaux minérales qui veulent tous apporter à l’organisme des minéraux par l’eau ingérée. Cette idée est partie au départ d’une intention juste, qui s’est cependant dévoyée peu à peu, au travers de systèmes mercantiles utilisant des publicités erronées, voire mensongères. En effet, boire une eau minérale à sa source, et boire la même eau stockée en bouteille, présente autant de différence que d’admirer un animal sauvage évoluant librement dans son milieu naturel, et de voir le même empaillé dans une vitrine du Muséum d’Histoire Naturelle. C’est la différence entre la Vie et la Mort. »

En fait les minéraux présents dans les eaux en bouteilles ne sont presque pas assimilés par le corps humain parce qu’ils sont sous une forme minérale brute. Notre organisme préfère l’eau vivante contenue dans les composés organiques des fruits et des légumes. L’eau pure obtenue avec un filtre à osmose inverse est, par contre, un puissant nettoyeur cellulaire. Elle est bonne par ce qu’elle emporte et non par ce qu’elle apporte. Elle présente des propriétés magnétiques qui neutralisent les rayonnements électromagnétiques nocifs dont nous sommes entourés constamment dans la civilisation industrielle. On peut aussi obtenir une excellente eau en laissant fondre des glaçons dans un pot en verre ou en terre (eau de dégivrage).

L’idéal serait, bien sûr, de jeûner dans la nature en buvant l’eau de torrents et des cascades mais il ne faut pas renoncer au jeûne parce qu’on habite en ville ! Pour dynamiser l’eau de boisson on peut y ajouter quelques gouttes de citron ou y faire tremper pendant trois ou quatre heures quelques jeunes pousses de blé, quelques brins de thym, de romarin, de sarriette ou encore y mettre deux ou trois gouttes par litre d’huiles essentielles choisies pour leur haute vitalité. On boira chaque fois que l’on a soif, par petites gorgées, en « mâchant les liquides » comme disait Gandhi, c’est-à-dire en prenant le temps de garder quelques instants l’eau dans la bouche pour qu’elle s’ajuste à la température du corps et que les capteurs sensoriels de la bouche puissent faire leur travail.

On peut aussi jeûner en consommant des jus de fruits ou de légumes pressés minute, que l’on boira très lentement. Pour les personnes très intoxiquées au départ, il est plus facile de jeûner avec des jus, au moins pendant les premiers jours.

Pour savoir ce qui est préférable (eau ou jus végétaux et choix entre jus de fruits ou de légumes), il importe d’apprendre à se laisser guider par son instinct biologique, la sagesse de son propre corps, plutôt que par des principes intellectuels. Avec un peu d’entraînement chacun devient rapidement capable de sentir, tout au long du jeûne, les boissons les plus adéquates pour faciliter les processus d’élimination et leur permettre de s’accomplir en douceur. En règle générale, si tout va bien, on choisira plutôt l’eau seule. Si des symptômes traduisent une élimination trop intense, on pourra, pendant un demi-jour ou un jour entier, se presser quelques jus de fruits ou de légumes. Il faut savoir néanmoins que les jus de légumes sont la plupart du temps préférables aux jus de fruits car ceux-ci, par leur haute teneur en sucres, peuvent freiner les mécanismes de dépollution du corps alors que les jus de légumes, par leur haute teneur en minéraux, l’intensifient. La « cure Breuss » qui est un jeûne avec des jus de légumes, a permis à un grand nombre de personnes de se guérir de leurs maux, ce qui est à l’origine de sa grande popularité.

Jeûner, c’est apprendre à être à l’écoute des besoins du corps et cela se fait instant après instant, dans une mobilité qui échappe à tous les systèmes imposés de l’extérieur.

Certaines cliniques de jeûne ont des horaires très précis pour distribuer des jus ou des tisanes. Elles sont utiles pour ceux qui ne savent plus du tout écouter leur corps mais notre objectif, dans ce livre, est de vous donner les principes qui permettent de devenir indépendant de toute guidance extérieure pour suivre les conseils de votre médecin intérieur, le seul qui soit disponible vingt-quatre heures sur vingt-quatre et travaille sans demander le moindre honoraire !

Une autre boisson s’est avérée précieuse, tout spécialement lors de jeûnes de plus de deux semaines où le besoin d’un apport en sels minéraux naturels peut se faire sentir: le bouillon végétal cru. Il se prépare en coupant plusieurs légumes (de préférence de culture biologique) en petits morceaux et en les laissant tremper dans de l’eau froide pendant quatre à six heures. Les sels minéraux, vitamines et enzymes passent dans l’eau et lui confèrent des propriétés bénéfiques. On utilisera une passoire pour retenir les morceaux et l’on boira l’eau par petites gorgées.

Mentionnons encore une boisson utile pour les premiers jeûnes de personnes très dépendantes du sucre et qui ont des symptômes de manque (fatigue et « coups de pompe », dépression psychique, sueurs froides, vertiges et signes d’hypotension orthostatique qui consistent en malaises lorsqu’on se met debout). Elle a été baptisée la « potion magique » en allusion au breuvage décrit dans la bande dessinée française « Astérix » et qui donnait aux irréductibles gaulois d’un village de Bretagne la force de vaincre les légions romaines. Lancée aux Etats-Unis sous le nom de « Master Cleanser » (le maître du nettoyage). Elle se prépare en mélangeant :
- un volume de sirop d’érable (on en trouve dans tous les magasins diététiques).
- un volume de jus de citron (de préférence de culture biologique ou au moins non-traité après récolte).
- un volume d’eau dans lequel on a fait macérer un ou deux piments rouges de Cayenne pendant quatre heures au moins. Filtrer pour ne garder que l’eau.
- sept volumes d’eau.

On peut aussi utiliser du piment de Cayenne moulu qu’on ajoutera à la fin, en ajustant avec le goût pour sentir la présence du piment sans que cela soit trop intense et donne une sensation de feu au niveau de la bouche.

Bien mélanger et boire par petites gorgées. L’expérience a montré que ce mélange assurait une très puissante détoxication tout en évitant l’hypoglycémie. La potion magique est souvent utilisée par les personnes voulant pratiquer quelques jours de jeûne tout en maintenant leurs activités professionnelles. Jeûner avec la potion magique est très facile et peut se faire même sans aucun jour de préparation. Une fois que l’on maîtrise bien cette technique, il sera bon d’explorer d’autres manières de jeûner pour ne pas s’enfermer dans la prison des habitudes et pouvoir découvrir les bienfaits de jeûnes sans aucun apport de sucre.

Pour les personnes dont l’organisme est habitué depuis des années à un apport fréquent de sucre raffiné, les premiers jours de jeûne peuvent s’accompagner de crises d’hypoglycémie désagréables. Il est inutile de souffrir et de se sentir faible. Il vaut mieux apporter au corps, quand le besoin s’en fait sentir, une toute petite dose de sucre naturel. On pourra sucer un demi-abricot sec, un grain de raisin (sans avaler la peau et les pépins), une demi-cuillère de miel biologique, un peu de sucre de canne complet, une demi-tablette de fructose (sucre de fruits) ou une cuillère à café de pollen. En ayant toujours avec soi de quoi faire face à ces hypoglycémies on pourra jeûner tout en ayant une vie physique active. Après quelques jours, le corps se sera adapté au jeûne et ces apports ne seront plus nécessaires. Le docteur Vivini, un médecin français qui dirigea une clinique de jeûne en France puis en Espagne, avait bien compris ce principe et il invitait ses patients à consommer quelques cuillerées de miel ou de sucre de canne afin d’éviter que le début du jeûne soit désagréable. Il a ainsi permis à des milliers de personnes d’apprendre à jeûner sans souffrir!

Plus la période de préparation aura été longue, moins le recours à des apports sucrés sera nécessaire, mais nous insistons sur le fait que jeûner ne doit pas dire se sentir mal ! Certaines écoles de jeûne ont malheureusement repris de la religion judéo-chrétienne le concept « plus tu souffres, mieux c’est! » et elles refusent les apports de sucre, Amaroli, les lavements intestinaux, le défoulement des émotions et même l’exercice physique. Elles imposent aux jeûneurs un repos absolu qui les rend de plus en plus faibles et font du jeûne un véritable calvaire. Nous ne partageons pas cette vision d’ascèse douloureuse. Le jeûne est avant tout une célébration de la vie et des forces de régénération du corps, l’occasion d’apprendre à se nourrir avec d’autres éléments que les aliments solides, notamment avec les sons, les parfums, le toucher, les couleurs, la beauté de la nature, le contact avec les animaux, les idées, les images positives et les vibrations subtiles qui viennent de notre corps de lumière et des mondes célestes. L’écoute du corps et de ses besoins réels permet de ne plus se croire fatigué alors que l’on est simplement ankylosé, rouillé par trop de sédentarité. Beaucoup d’occidentaux vivent dans un cercle vicieux: plus ils sont immobiles, plus ils sont fatigués et moins ils bougent !

Lorsqu’on a appris à jeûner, chaque instant est agréable ou intéressant. Si des symptômes d’élimination surviennent, on les observera avec intérêt et on mettra en œuvre les techniques de santé holistiques qui en réduiront la durée au minimum. Lors d’un jeûne, la faim disparaît après deux ou trois jours et, à part quelques minutes (au pire quelques heures) de crises d’élimination épisodiques, on se sent constamment détendu et en forme. C’est l’inverse de la croyance de millions d’occidentaux qui sont persuadés qu’ils ne peuvent se passer de nourriture plus de quelques heures et pensent qu’un jeûne doit être une souffrance permanente associée à une faiblesse extrême !

De nombreux sportifs ont découvert que, pendant le jeûne, le corps, libéré du travail digestif, est capable de performances étonnantes. Le champion du monde de boxe poids lourds Joe Louis avait découvert que deux à trois semaines de jeûne avant chaque combat lui assuraient une force et une rapidité maximum. Il se contentait de boire un peu d’eau sucrée juste avant d’entrer sur le ring et fut imbattable pendant de très nombreuses années. Il entra dans la légende sans que le grand public soit au courant de sa pratique du jeûne. Les journalistes qui l’interviewaient n’attachaient aucune valeur à l’alimentation et, quand il leur parlait de jeûne, ils refusaient de comprendre et éludaient le sujet dans leurs articles. Les années ont passé mais les journalistes n’ont guère changé car les intérêts économiques qui les tiennent sous tutelle leur imposent des moules de pensée qui conseillent toujours d’acheter quelque chose. Yannick Noah, qui est l’une des personnalités préférées des français, est un adepte du jeûne qu’il a découvert grâce à Dan Millman, l’auteur de Le guerrier pacifique, un bestseller d’une pratique du sport incluant une démarche de santé holistique. Le jeûne, c’est l’anti-consommation maximum, et, bien qu’un nombre important de sportifs de haut niveau l’utilise, on les photographie, pour la publicité, avec une bouteille de Coca-Cola à la main, sans dire bien sûr au public que cette boisson, qui contient l’équivalent en caféine de trois tasses de café et vingt-deux morceaux de sucre blanc par litre, détruit l’immunité et la vitalité des consommateurs. Savez-vous que la prise de sucre blanc entraîne une paralysie des leucocytes chargés de la phagocytose (un mécanisme d’absorption et d’élimination des particules indésirables dans le sang et les tissus) qui dure plusieurs heures? On comprend que les habitants des pays riches, qui consomment du sucre raffiné à longueur de journée, voient leur immunité disparaître peu à peu !

Pendant le jeûne, on sent mieux son corps et on suivra ses désirs de mouvement et de repos. Il s’agit de ne pas s’imposer une discipline rigide d’exercices physiques pratiqués avec un esprit de compétition mais de vivre comme un enfant qui joue, s’amuse et se repose quand il en ressent le besoin. N’avoir plus de repas à préparer ni à manger libère soudain plusieurs heures chaque jour, heures que l’on consacrera à des activités agréables, nourrissantes pour le cœur, la tête et l’âme. Gribouiller, dessiner, peindre, faire de la pâte à modeler, sculpter, écrire des poèmes ou des chansons, lire, chanter, danser, se promener dans la nature, courir, nager, faire du sport (sans forcer!) broder, tisser, tricoter, fabriquer des habits, se déguiser, jouer des personnages de théâtre, recevoir et donner des massages, rêver et imaginer des futurs merveilleux, extérioriser les émotions refoulées, jouer à tous les jeux d’enfant dont on a été privé, la liste des activités agréables que l’on peut découvrir pendant le jeûne va s’allonger sans cesse.

Sous la direction inspirée du médecin intérieur qui communique avec votre âme pour vous donner à chaque instant les suggestions les plus adaptées à votre cas, vous allez, pendant le jeûne, apprendre à vous faire du bien en vous délivrant des habitudes acquises et en osant jouer à mille jeux libérateurs. Votre enfant intérieur se fera un plaisir de vous montrer comment vivre dans un monde enchanté, un monde de conte de fée dans lequel vous serez tous les personnages à la fois. Oser s’amuser et jouer est devenu, pour beaucoup d’adultes, un tabou infranchissable sous peine d’être excommunié hors de l’église des gens bien-pensants (bien-pensants mais mal vivants!). Le sérieux est une prison dont les barreaux s’appellent peur du « qu’en dira-t-on », sens du ridicule, orgueil intellectuel, croyance en la valeur de la souffrance, dépendance envers les idées reçues, crainte de la folie, perte de la dimension spirituelle, sécheresse de cœur et autres attitudes négatives.

Or, pendant le jeûne, la sensation de légèreté du corps physique s’accompagne d’un sentiment de libération psychique extraordinaire, d’une impression de retrouver sa capacité d’émerveillement qui donne des ailes et fait rire et sourire à tout moment. Jeûner est un acte de réconciliation profonde avec toutes les parties de soi-même, notamment celles qui ont été censurées parce que les adultes les jugeaient infantiles alors qu’elles étaient seulement enfantines !

Si, pendant le jeûne, des symptômes physiques ou psychiques surviennent, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Faites confiance à votre corps, il gère l’élimination des toxines et des émotions stockées avec doigté et habileté. Que vous souffriez de migraine, d’asthme, de douleurs des articulations, de mauvaise humeur, de colères brusques, d’eczéma, de diarrhées ou de toux, les symptômes apparaissant pendant le jeûne sont des phases d’élimination intense et ne présentent aucun danger. Ne vous précipitez pas sur un antibiotique si votre corps fait appel à une infection virale ou bactérienne pour se nettoyer, n’avalez pas d’aspirine si vous avez mal quelque part, ne courez pas faire des radiographies si vous toussez ni des prises de sang si vous avez des moments de faiblesse ! Ne craignez rien. Pendant le jeûne, aucun symptôme n’est alarmant. Vous remarquerez d’ailleurs que tous ces désagréments passent très rapidement, en quelques heures ou même en quelques minutes. Considérez toutes ces manifestations comme des preuves de la vitalité de votre corps qui fait le ménage avec force et aidez-le par tous les moyens complémentaires que nous allons étudier maintenant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Hydrothérapie du colon - Lavement

Message  Luc le Dim 18 Sep 2016 - 12:34

07. Moyens holistiques complémentaires (p 75 à 85)

1) Hydrothérapie du colon : Lavements intestinaux et irrigations coloniques.
Les lavements intestinaux représentent le moyen complémentaire numéro un à connaître pour jeûner agréablement. Ils étaient déjà connus des Esséniens. Voici comment Jésus en enseigne la pratique (dans L’Évangile essénien) après avoir conseillé des bains de rivière pour faire le contact avec l’ange de l’eau: « Je vous le dis en vérité souffrez que l’ange de l’eau vous baptise également à l’intérieur afin que vous soyez libérés de vos péchés passés. Vous deviendrez alors aussi purs que l’écume de la rivière irisée par les rayons du soleil. Prenez une grosse calebasse avec une tige de la longueur d’un homme. Videz-la de son contenu et remplissez-la d’eau de la rivière chauffée par le soleil. Suspendez-la à la branche d’un arbre, agenouillez-vous sur le sol et introduisez l’extrémité de la tige de la calebasse dans votre anus afin que l’eau puisse s’écouler dans votre intestin. Restez à genoux sur le sol en demandant à l’ange de l’eau de libérer votre corps de tous ses déchets et maladies, puis laissez l’eau s’écouler hors de votre corps afin que s’élimine tout ce qui était impur et malodorant. Chaque jour de votre jeûne, renouvelez ce baptême d’eau et persistez jusqu’au jour où l’eau qui s’écoulera de votre corps sera aussi pure que l’eau de la rivière ».

Il est regrettable que certains disciples de Shelton, le grand naturopathe américain, soient tellement rigoristes dans leur idée de laisser agir la nature, et elle seule, qu’ils refusent cette technique simple de nettoyage du côlon. Comme les mouvements péristaltiques intestinaux s’arrêtent pendant le jeûne, des déchets risquent de stagner dans le côlon et de provoquer, lorsqu’ils sont réabsorbés, des symptômes d’intoxication du corps aussi désagréables qu’inutiles ! Dans certaines cliniques de jeûne tenues par des adeptes de Shelton, on croit que ces symptômes sont dus à l’autolyse et on garde les jeûneurs au repos absolu sous prétexte d’éviter tout effort au corps. Il est pourtant tellement plus simple d’avoir de l’exercice physique et de pratiquer chaque jour un lavement intestinal pour se sentir en pleine forme à tout moment !

Le matériel nécessaire consiste en une poche en plastique d’une contenance de deux litres, d’un tuyau avec un robinet et d’une longue canule de soixante centimètres de long (en caoutchouc) qui va permettre de faire couler l’eau non pas dans le rectum mais dans le côlon sigmoïde, ce qui évite d’avoir trop vite besoin d’aller à la selle. N’ayez aucune crainte, cette longue canule ne risque pas de perforer votre tube digestif! Sachez aussi que l’eau ne circule que dans le côlon et ne remonte pas dans l’intestin grêle, qui est protégé par la valvule iléo-caecale et reste à l’abri des bactéries qui peuplent le gros intestin. Certaines personnes ayant les intestins fragiles ou malades se demandent si elles peuvent faire des lavements sans danger. La réponse est oui, car les lavements ne peuvent faire que du bien à des intestins en mauvaise santé. La seule contre-indication aux lavements est la perforation intestinale, mais celle-ci ne passe jamais inaperçue car elle s’accompagne de symptômes graves qui mènent aussitôt à l’hôpital. (On peut trouver le matériel complet: poche + longue canule sur le site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien])

On remplit la poche d’eau à température du corps, on fait couler un peu d’eau pour chasser l’air du tuyau et l’on met de la vaseline sur l’anus avant d’enfiler la longue canule dans le rectum. On ouvre alors le robinet et, pendant que l’eau commence à s’écouler, on fait entrer la canule sur toute sa longueur. On s’installe alors soit en position agenouillée, comme décrit plus haut, soit sur le dos, avec les pieds sur un petit tabouret ou sur le rebord des toilettes. Nous préférons cette position car elle permet de masser le ventre avec ses mains ou avec un gant de crin pour faciliter le passage de l’eau dans tout le côlon. Quand on sent des spasmes ou des envies d’aller à la selle, on respire profondément pour se détendre. Néanmoins, si le besoin est vraiment impérieux, on évite de souffrir en arrêtant l’écoulement de l’eau et en allant évacuer sur les toilettes, quitte à recommencer ensuite. Avec un peu d’entraînement, la pratique du lavement devient un moment de dialogue avec son corps qui constitue un rituel de santé enrichissant et agréable. Comme l’eau agit sur les points réflexes de la muqueuse intestinale, on voit disparaître des douleurs et des troubles divers. On constate souvent une amélioration instantanée et spectaculaire de l’état général. Il faut l’avoir vécu pour y croire !

Les irrigations coloniques ou hydrothérapie du colon consistent en des séances pratiquées chez un thérapeute spécialisé disposant d’un appareil qui permet de faire circuler des dizaines de litres d’eau dans l’intestin grâce à une double canule pour que le patient puisse évacuer sans devoir se rendre aux toilettes. Les séances sont parfois accompagnées par un massage doux du ventre pour aider l’élimination des peaux mortes et débris de toutes sortes qui sont collés aux parois intestinales. Il arrive ainsi que parfois le patient se trouve libéré, en une seule séance, de plusieurs kilos de substances qui obstruaient son colon !

Cette technique est complémentaire des lavements que l’on effectue soi-même et il est idéal de faire une ou deux irrigations coloniques au début d’un jeûne puis de continuer avec des lavements une fois par jour. Plus l’intestin est propre, plus les lavements seront indolores.

Voici une expérience vécue :
J’étais intoxiqué
Déprimé, lessivé
Un ami m’a dit
Tu as le côlon obstrué
Ah, si tu connaissais les lavements
Tu ne ferais pas cette mine d’enterrement
Sur le champ j’ai suivi son conseil
Et me suis acheté
Une poche à lavement au complet
Avec sa longue canule
Et tous ses tuyaux
Un, deux, trois
Je me suis lancé dans l’aventure
J’ai laissé couler l’eau
Puis évacué
Et je dois avouer
Que je me suis senti allégé
Épuré, libéré
Ma migraine était partie
Mon entrain revenu
Je n’en croyais pas mes yeux
C’était magique, merveilleux
Quel secret de santé instantanée
Fort de mon succès
Je suis allé pratiquer
Une irrigation colonique
À l’eau salée
Chez un thérapeute chevronné
À ma grande stupéfaction
Je découvris qu’en moi des déchets
Stagnaient depuis des années
En perturbant les fonctions
De tout mon côlon
Après ce nettoyage à grande eau
J’étais frais et dispos
Avec l’espoir de pouvoir désormais vieillir
Tout en gardant jeunesse et santé
Avoir toujours vingt ans
Biologiquement
N’est plus une utopie
C’est devenu mon choix de vie !

2. LES MASSAGES

Se nourrir de toucher est l’un des points forts du jeûne. Si vous avez un conjoint, un ami ou une amie proche, faites des échanges de massages chaque jour. Avec un peu d’huile d’olive biologique ou d’huile d’amandes douces, massez tout le corps en vous laissant guider par votre intuition et votre intention de faire du bien à l’autre. Celui qui reçoit le massage peut guider le toucher par des soupirs ou des mots. Les pieds, les mains, les oreilles et la tête sont des zones particulièrement importantes car elles sont le siège de très nombreux points réflexes. Un peu de musique douce et un bâton d’encens parfumé aideront à créer une atmosphère propice à la détente. Si vous êtes seul, massez-vous vous-même. Vous serez émerveillés par vos qualités de thérapeute et votre corps vous en sera très reconnaissant.
Masser tout le corps avec sa propre urine est aussi une technique de grande valeur. Aux Indes, les établissements de jeûne qui pratiquent la thérapie par l’urine utilisent surtout de l’urine vieille de sept jours (à laquelle du camphre est rajouté pour éviter une odeur forte) mais il est plus facile d’utiliser l’urine fraîche, qui est porteuse d’informations de régénération d’une grande puissance. Certaines hormones présentes dans l’urine sont absorbées facilement par la peau et ont des effets thérapeutiques puissants. Ces hormones ne peuvent agir lorsqu’on boit l’urine car elles sont détruites dans l’estomac par l’acide chlorhydrique. En général on laissera l’urine sécher sur la peau avant de prendre un bain ou une douche.

Se brosser tout le corps avec une brosse ou un gant de crin le matin au lever et le soir au coucher représente une forme de massage qui procure un grand bien-être, tant par la stimulation des zones réflexes de la peau que par l’amélioration de la circulation lymphatique et capillaire qui jouent un rôle important dans les processus d’élimination corporels. Les propriétaires de chevaux savent à quel point un massage quotidien à la brosse de crin est l’un des éléments clé de la santé de ces merveilleux animaux, mais ils ignorent souvent que les êtres humains ont, eux aussi, besoin de toucher ! On peut aussi se masser de cette manière pendant le temps consacré au lavement intestinal. C’est stimulant et cela facilite un passage aisé de l’eau dans le gros intestin.

 
3. L'HYDROTHÉRAPIE
Une autre façon de stimuler le corps est d’utiliser les ressources de l’eau, qui nous aide à nous dépolluer de plusieurs manières. Des douches avec de l’eau chaude puis froide puis chaude à nouveau (douche écossaise) éliminent les charges électrostatiques que nous avons accumulées par manque de contact avec la terre (semelles plastiques ou caoutchouc de nos chaussures, chaussettes ou bas en fibres artificielles, moquettes synthétiques, sols en béton) et stimulent la circulation artérielle et veineuse de façon intense. Si, pendant le jeûne, vous souffrez de froid dans les mains et les pieds (c’est un symptôme d’élimination fréquent), précipitez-vous sur la douche et alternez le chaud et le froid sur les extrémités. Cette gymnastique vasculaire ramènera rapidement une température agréable dans ces parties du corps et accroîtra les mécanismes naturels d’élimination. Si vous en avez l’occasion, en été, baignez-vous dans les torrents, les rivières et les lacs, sans oublier de vous faire masser sous les cascades. Leur fraîcheur dynamisera toutes vos cellules.Au dix-neuvième siècle beaucoup de gens souffraient des habits et chaussures serrés qu’ils portaient en permanence ainsi que d’une alimentation trop riche. Un abbé allemand, Sébastien Kneipp (1821-1897, auteur de Ma cure d’eau) réussit à convaincre les malades qui se confiaient à lui de marcher pieds nus dans l’herbe couverte de la rosée du matin, de faire des ablutions et des bains d’eau chaude et froide, de pratiquer des compresses imbibées d’eau chaude et froide, de manger des végétaux crus et de jeûner.
De nombreux établissements thermaux ont maintenu la tradition en offrant des bassins d’eau chaude et froide pour permettre ces alternances de température dont Kneipp avait si bien compris les effets bénéfiques. Par la suite, Louis Kühne {La nouvelle science de guérir) puis Rika Zaraï {Ma médecine naturelle) mirent en vedette les bains de siège froid, qui facilitent l’élimination de façon puissante. Françoise Guillain {Les bains dérivatifs) mit aussi en valeur les ablutions d’eau froide sur les organes sexuels. Toutes ces techniques d’hydrothérapie sont efficaces et sans effets secondaires. Le jeûne est un moment idéal pour apprendre à en apprécier les vertus.

Les bains chauds sont aussi bienfaisants. La vasodilatation et la sudation qu’ils provoquent permettent d’éliminer des toxines en grande quantité. Il y a quelques décennies, le docteur Salmanoff (Secrets et sagesse du corps, la médecine des profondeurs) rappela que la santé est avant tout une affaire de bonne irrigation des cellules. « J’estime, disait-il, qu’il n’y a pas de maladies locales, de maladies des organes. C’est toujours l’homme total qui est malade. L’homme, c’est d’abord 200 hectares de surface colloïdale à irriguer, dont 140 sont arrosés par les liquides extra et intra cellulaires. C’est donc une médecine de l’homme total qu’il faut réaliser, et une médecine en profondeur par une circulation sanguine améliorée et le développement maximum de l’activité capillaire. » Salmanoffr démontra que les bains chauds ouvrent la microcirculation capillaire (qui représente un réseau de plus de cent mille kilomètres de long!) et favorisent ainsi une puissante détoxication du corps tout entier. La capilla-rothérapie a été et est encore enseignée par de nombreux naturopathes et praticiens de santé dans le monde entier. Ainsi le docteur Yves Vivini, qui soigna des milliers de malades par le jeûne en France puis en Espagne écrit :

« Les bains hyperthermiques constituent la méthode la plus puissante et la plus efficace, qu’il s’agisse d’une septicémie, d’une artérite, d’un diabète, d’un glaucome ou d’un rhumatisme chronique puisque le drame de chaque agression morbide est conditionné par l’accumulation de substances nocives que l’organisme est incapable de désagréger, de brûler et de rejeter. La fièvre artificielle désagrégera les métabolites toxiques et réduira les grosses molécules qui seront plus facilement éliminées par la peau. Les bains hyperthermiques brûlent les poussières organiques, balaient les routes de communication, expulsent les déchets et purifient les humeurs. »

On prendra un bain à la température la plus chaude que l’on peut supporter et, lorsqu’on sentira que l’effet est suffisant, on sortira de l’eau pour aussitôt s’allonger avec plusieurs couvertures sur soi afin de transpirer abondamment. En général la durée du bain est de dix à vingt minutes et le temps de repos doit être d’au moins une demi-heure. Les saunas sont aussi utiles pour favoriser l’élimination, en suivant son instinct et en évitant de forcer en restant trop longtemps à une température très élevée.

Si l’on prend un bain chaud ou un sauna sans avoir le temps de se reposer ensuite, on finira par une douche froide de stimulation qui permet de partir d’un bon pied vers ses activités.
Pierre Gardelle fit connaître, sous le nom de « Thermothérapie différentielle », le concept de mettre une vessie de glace, pendant une heure, sur une région du corps qui souffre (avec un linge interposé) et de mettre une bouillotte sur l’abdomen ou aux pieds, avec une température de 40 à 44 degrés. Cette façon d’utiliser le chaud et le froid en même temps donne souvent des résultats spectaculaires, notamment sur des doule

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.

Message  Luc le Dim 18 Sep 2016 - 12:42

08. Moyens holistiques complémentaires. Suite

*) L'exercice physique
C’est l’un des grands moyens de stimulation des mécanismes d’élimination des toxines. Jeûner sans bouger est débilitant et souvent pénible. Jeûner, c’est aussi se nourrir de mouvement et d’oxygène pour avoir le plaisir de se sentir léger et dynamique. Quelle que soit l’activité pratiquée, il faut éviter l’excès et le forcing. Des groupes organisent des jeûnes-randonnées pendant lesquels la marche dans les montagnes et les forêts, à un rythme agréable, permet de se nourrir de la beauté des paysages rencontrés et de jeûner facilement. Les participants en reviennent épurés et émerveillés ! (Voir chapitre huit.)

La marche est un exercice très simple mais puissamment efficace pour accroître l’oxygénation et stimuler tous les muscles, à condition bien sûr de marcher sans penser à ses problèmes mais en veillant à bien sentir tout son corps. Marcher en chantant ou en sifflant est excellent et l’on peut aussi alterner la marche et la course à pied, en souplesse. D’intéressantes études scientifiques ont montré que trente à quarante minutes de marche quotidienne représentent l’une des mesures les plus efficaces pour prévenir les maladies cardiovasculaires. La stimulation apportée à toute la musculature est aussi puissante que des heures de gymnastique en salle.

Dansez avec une musique que vous aimez, en faisant bouger tout votre corps (y compris le visage et les mains) et en émettant des sons (pour faire danser vos cordes vocales!). Après un quart d’heure de danse endiablée, vous vous sentirez jeune et plein de vie, quel que soit l’âge qui est inscrit sur votre carte d’identité !

Il est aussi possible de faire de l’exercice lorsqu’on est assis ou même allongé. La gymnastique isométrique consiste à mettre sous tension plusieurs muscles sans en changer la longueur, tout en respirant profondément cinq à dix fois avant de relâcher la tension. Serrez par exemple les fesses ou les cuisses, respirez en gardant la tension et relaxez. Puis faites de même avec les bras, les jambes, la nuque ou les muscles des yeux. Ces stimulations isométriques sont aussi efficaces que des heures d’exercice normal. Elles permettent de faire marcher ses muscles n’importe où et n’importe quand, les stimulant ainsi à maintenir et accroître leur vigueur. Pour éviter la fonte musculaire due à l’apesanteur, les cosmonautes font des exercices isométriques. Pour les malades alités, cette forme de gymnastique s’est avérée aussi comme très précieuse pour éviter de perdre sa masse musculaire par manque d’activité. Les culturistes qui développent des musculatures hypertrophiées pour satisfaire leurs idées esthétiques pratiquent des contractions isométriques, mais, au lieu de respirer plusieurs fois pendant le temps de mise sous tension d’un groupe de muscles, ils bloquent leur respiration, ce qui va faire « gonfler » les fibres musculaires. Si vous ne voulez pas devenir « Monsieur ou Madame Muscle » mais plutôt « Monsieur ou Madame Santé », respirez profondément pendant que vous pratiquez des contractions isométriques afin de stimuler puissamment et harmonieusement tous vos muscles.

*) Le défoulement émotionnel
Les émotions non exprimées nous rendent malades et nous mènent à l’hôpital. Les émotions extériorisées par la violence font de nous des délinquants qui vont en prison. Pour éviter l’un et l’autre, il s’agit de ne plus refouler ses émotions mais de les laisser sortir lorsqu’on est seul, sans spectateurs, en retrouvant les gestes et les sons que nous utilisions dans notre petite enfance pour nous détoxiquer émotionnellement : s’étirer, trépigner, crier, pleurer, rire aux éclats, se rouler par terre, se tordre, tirer la langue, faire des grimaces, faire semblant de donner des coups, tout est bon si le corps entier participe et que des sons manifestent la participation des cordes vocales. Le petit enfant que vous avez été était un expert en défoulement émotionnel ! En osant redevenir comme lui, vous apprendrez vite à utiliser tous vos muscles à la fois pour « serrer l’éponge » du corps émotionnel et en faire sortir les toxines de peur, de colère, de frustration ou de jalousie qui y étaient stockées.

Après quelques minutes d’intense décharge émotionnelle, vous vous sentirez reposé et serein, prêt à vous endormir comme un bébé qui sourit aux anges...

Voici un exercice facile à pratiquer pour se libérer des tensions émotionnelles, un exercice que les médecins chinois enseignaient à leurs patients il y a plusieurs millénaires pour leur éviter de tomber malade. Cet exercice est nommé « le Tigre » :

Exercice du "Tigre"
Debout, les pieds légèrement écartés (à la verticale des hanches) imaginez que vous êtes un tigre dans la jungle, dressé face à un tronc d’arbre. Levez la patte gauche (en fait votre main gauche !) le plus haut possible et griffez le tronc vers le bas, jusqu’à la hauteur de votre taille. Puis effectuez le même mouvement avec la patte droite. Faites ce geste de plus en plus vite, avec les genoux un peu fléchis. De manière simultanée faite des grimaces avec tous les muscles du visage tout en rugissant comme un tigre. Pensez, si cela peut vous aider, à toutes les situations où vous avez été contrarié et où vous n’avez pas pu exprimer votre colère ou votre rage. Augmentez l’intensité pour sentir que tout votre corps participe, sans toutefois dépasser le seuil des sensations agréables. Pour terminer, poussez un grand cri, tout en faisant le geste de déchirer au-dessus de votre tête un voile qui représente tout ce qui vous a empêché de vivre libre et heureux. Prenez alors quelques instants pour sentir la vie qui circule dans tout votre corps. Observez à quel point ce simple exercice vous a relaxé et revitalisé et exprimez silencieusement ou à haute voix votre reconnaissance envers cette merveilleuse cathédrale qu’est votre corps physique et ces musiques célestes qui s’appellent émotions et pensées et le font résonner de plaisir et de bien-être !

Et voici un autre exercice qui va vous montrer comment « Rire sans raison » :
Étirez-vous quelques instants puis, en étant debout, les pieds légèrement écartés, commencez par faire le geste des marionnettes : faites tourner vos mains placées à hauteur de votre visage, le plus vite possible, de droite à gauche et de gauche à droite. Vous connaissez ce geste pour l’avoir fait lorsque vous regardiez en souriant un bébé dans son berceau. Ce simple geste a le pouvoir extraordinaire de synchroniser vos hémisphères cérébraux, ce qui vous délivre instantanément du stress et de toutes les tensions dues à l’excès d’activité intellectuelle. Vous êtes alors prêt à passer à l’exercice du rire sans raison. Pour cela inspirez profondément puis expirez en saccades en émettant le son ha-ha-ha-ha, jusqu’à ce que vos poumons soient vides. Inspirez puis expirez à nouveau avec ha saccadés. Il est possible, si vous n’avez pas ri depuis longtemps, que votre rire manque de naturel et soit un peu grinçant ! Ne laissez pas votre juge intérieur vous condamner à ne pas rire, osez vous laisser aller... peu à peu votre rire va se « dérouiller » pour retrouver sa puissance naturelle qui secoue et fait danser tout votre corps. Après quelques expirations avec le ha, passez aux expirations avec le ho, le hi, le hé et le hou.

Cet exercice, pratiqué le matin au réveil, vous assurera une journée pleine de rires et de sourires. Vous pouvez aussi le pratiquer en groupe, avec des proches ou des collègues de travail. Dans ce cas les participants forment un cercle, inspirent ensemble puis expirent avec le ha-ha-ha, puis les autres voyelles (au signal du meneur). On peut bouger et faire toutes sortes de grimaces pour stimuler le rire mais sans lâcher les mains. Au bout de quelques minutes une joie de vivre étonnante règne et la communication entre les participants devient très facile. On peut encore faire cet exercice en demandant aux participants de s’allonger en cercle, couchés sur le dos, têtes vers le centre, en se donnant les mains. Les deux consignes importantes sont de ne pas lâcher les mains et de ne pas utiliser de mots. La position allongée provoque une détente qui facilite l’apparition de crises de fous rires contagieux et le spectacle d’adultes en train de se contorsionner en riant aux éclats est magnifique ! Il montre que, chez tous les adultes, même les plus sérieux, existe un enfant intérieur qui adore rire et faire le fou. Rire à gorge déployée s’apprend en osant se libérer de la peur du ridicule et des convenances sociales.

D’autres exercices sont décrits dans Le rire, une formidable thérapie, Gérer ses émotions pour vivre sans stress ni conflits et Eloge de la folie douce.

Il existe sur la planète Terre des sociétés qui vivent en harmonie avec leur environnement et avec leur nature essentielle d’êtres humains. Pour tous ces peuples naturels, nous sommes venus des mondes de lumière ou d’étoiles lointaines et notre nature essentielle, notre réalité profonde, est l’amour, la paix et la joie. Les émotions positives sont la conséquence naturelle de l’écoute de notre voix intérieure, celle qui nous relie à notre âme, et les émotions négatives sont le fruit de notre déconnexion, de notre égarement spirituel, de notre oubli de notre filiation divine.
(…)
Nos maux viennent toujours de blocages de l’énergie fluide de la vie. Le flot de lumière qui coule depuis notre âme se transforme en pensées qui se densifient pour former des émotions puis de la matière physique. Des pensées limitées, dures, rigides donnent naissance à des émotions négatives comme la peur, la colère, la tristesse, la honte, la culpabilité ou la frustration. Si ces émotions négatives peuvent couler à travers le corps, elles s’éliminent en quelques instants. Mais si, à cause d’idées intellectuelles qui ne sont pas inspirées par les mondes spirituels, les émotions sont bloquées, congelées, dans le corps physique où elles génèrent un état de stress continu qui paralyse les fonctions d’élimination. Les toxines ne sont plus évacuées et elles stagnent dans le corps qui, pour tenter de les faire sortir, va créer des maladies aiguës et chroniques. Il est donc capital d’apprendre à fluidifier ses émotions pour qu’elles s’écoulent à travers le corps par des gestes et par des sons.
Le jeûne offre un espace merveilleux pour apprendre à devenir un expert en gestion émotionnelle, quelqu’un qui n’empoisonne plus ni les autres ni lui-même avec ses tensions mais les décharge sainement, loin des regards d’autrui, afin de se dépolluer constamment sur le plan psychique et physique.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Stimuler l'énergie naturellement

Message  Luc le Dim 18 Sep 2016 - 12:55

*)  Moyens naturels de stimulation de l'énergie (p 97)

Pendant le jeûne, pas question de prendre un café ou une cigarette si on se sent un peu fatigué ! Il est donc idéal d’apprendre à utiliser les techniques naturelles de stimulation qui ont pour but de dynamiser tout le corps en accélérant la circulation d’énergie physique, émotionnelle, mentale et spirituelle. Ces techniques présentent l’immense avantage d’être totalement dépourvues d’effets secondaires. Elles ne provoquent pas cette excitation malsaine que créent les excitants artificiels et qui se prolonge par une phase de fatigue et de dépression. Elles donnent une bouffée de vitalité tout en offrant un grand calme, une douce euphorie, un profond sentiment de paix.

La respiration rapide par le nez
Il s’agit d’un truc tout simple mais étonnamment efficace pour se stimuler naturellement. La respiration accélérée vaut un café ou une cigarette puisqu’elle accroît le flux de sang dans le cerveau, avec l’avantage de ne pas intoxiquer l’organisme. Il s’agit de respirer le plus rapidement possible par le nez, avec une expiration et une inspiration courtes, un peu comme si l’on jouait à imiter un soufflet de forge. On peut le faire par les deux narines ou par une narine à la fois, en bouchant l’autre avec le doigt. On peut aussi alterner la respiration à travers une narine, puis l’autre, puis les deux, puis à nouveau une narine, et ainsi de suite. Attention, si l’on pratique cet exercice trop intensément ou trop longtemps, on risque de souffrir de vertiges dus à l’hyperventilation. Il est préférable de s’arrêter avant d’avoir la tête qui tourne bien que cela ne présente aucun danger. Cet exercice apporte une stupéfiante vitalité à tout le corps. Les lamas tibétains pratiquent cette respiration pour accroître leur résistance au froid et l’écrivain Alexandra David-Neel a décrit comment ils parvenaient ainsi à courir pieds nus dans la neige. En France, un professeur de yoga, Maurice Daubard, enseigne à respirer très rapidement par le nez tout en pressant les coudes contre les côtes et en les écartant avec force, un peu comme un canard qui bat des ailes. Ses élèves deviennent capables, avec un peu d’entraînement, de méditer presque nus en plein hiver. Lui-même s’est guéri d’une tuberculose grave par le froid et il a ouvert la voie à de nombreux malades pour découvrir la voie du « Toumo », l’art de jouer avec le froid tout en équilibrant sa régulation thermique par la respiration.

Après seulement quelques minutes de respiration rapide par le nez, on voit mieux, on entend mieux, on pense mieux. Toutes les fonctions cérébrales sont dynamisées, la fatigue a disparu et il devient très facile de méditer sans être gêné par des pensées parasites.

Le derviche tourneur
Tendez les bras à l’horizontale, les paumes des mains tournées vers la terre. Sentez votre axe vertical en imaginant une ficelle venant du sol et entrant dans votre corps par le périnée, ce muscle qui se trouve entre l’anus et les organes sexuels. Vous la percevez passant à travers tous vos centres d’énergie (les chakras) pour sortir au sommet de la tête. Bien droit sur cet axe, le regard à l’horizontale, vous vous mettez à tourner sur vous-même, dans le sens des aiguilles d’une montre, de plus en plus vite. Ne forcez pas, car vous risqueriez de perdre l’équilibre et de tomber sur le sol. Lorsque vous éprouvez un léger vertige et sentez que cela suffit, vous ralentissez et vous vous arrêtez pour rester quelques instants immobile. Pratiquez alors des respirations profondes pour vous détendre et sentir la régénération qui s’opère dans votre corps. Les personnes très intoxiquées ne parviennent à faire que quelques tours, avant d'être stoppées par le vertige. À l'inverse, lors d'un jêune, on parvient à tourner pdt 15 à 20 min sans aucune difficulté.

(…)

Les marionnettes  - S'étirer / Bailler / souffler / Se Masser
Nous avons déjà vu en préambule de l’exercice du « rire sans raison » ce simple geste de faire tourner très rapidement ses mains dans les deux sens et qui permet de régulariser les fonctions du cerveau en restaurant l’harmonise entre les hémisphères cérébraux. L’intellect se calme, le stress disparaît, le cerveau droit s’ouvre à l’inspiration qui vient de l’âme. Le rire et le sourire s’installent et la peur, les tensions s’évanouissent, laissant le cerveau fabriquer tous les neurotransmetteurs et hormones qui maintiennent l’immunité et tous les organes du corps en état optimum de fonctionnement.

On obtient le même résultat qu’avec l’exercice des marionnettes en prenant quelques instants pour s’étirer, bailler, soupirer et laisser les mains toucher, masser, gratter, pincer et frotter les régions du corps qui en ont besoin. Notre corps sait se faire du bien pour autant que nous le laissions libre des conditionnements sociaux. N’est-il pas extraordinaire qu’en se massant énergiquement les pieds ou les oreilles, on puisse se ré-énergétiser sur le champ ?

Il existe aussi un point d’acupuncture à connaître si on souffre d’un « coup de pompe » ou d’une baisse d’énergie: Pincez la racine du nez entre le pouce et l’index et serrez très fort !

(…)

Les grimaces
Un grand nombre de nos tensions psychiques s’accompagnent de crispations des muscles du visage et des yeux. Prendre un moment pour faires des grimaces et faire bouger ses yeux en tous sens apporte une détente puissante. Idéalement on accompagnera ces grimaces de sons et de bruits destinés à relaxer les muscles du larynx tout en s’amusant. Oser faire le fou, loin du regard de tout spectateur, est merveilleusement libérateur et permet à l’énergie de couler fluidement dans tous nos corps.

(…)

Le chant et la danse
Depuis des millénaires, chez tous les peuples naturels de la planète, chanter et danser ont représenté l’une des thérapies les plus fondamentales pour assurer une dynamisation très rapide de tout l’être. Il ne s’agit pas ici de danse de salon mais plutôt de bouger et danser spontanément, comme un vrai sauvage, en faisant des sons et des gestes inspirés non par la raison raisonnante mais par la spontanéité du corps qui se dépollue de toutes les tensions et émotions d’une manière intense et efficace. Chanter à tue-tête en même temps procure une stimulation de la respiration et des métabolismes cérébraux qui se traduisent par un afflux de vitalité et de bien-être dans tous les recoins de l’organisme.

Les positions de yoga
La sagesse ancestrale de l’Inde nous enseigne la valeur de positions simples, pratiquées avec une respiration calme, pour régénérer et dynamiser le corps tout entier. Parmi tous les « asanas » (nom donné à ces postures), recommandons particulièrement les positions qui mettent « la tête en bas et les pieds en l’air ». Alors, au prochain « coup de pompe », isolez-vous et faites l’exercice de la bougie :

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Amaroli pendant le jeûne

Message  Luc le Dim 18 Sep 2016 - 13:00

A suivre: Amaroli pendant le jeûne

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.

Message  Flo le Dim 18 Sep 2016 - 15:19

 


 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

                [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Milles merci pour toutes ces synthèses, mais surtout celles qui concernent la nathuropatie et le jeûne, qui me tiennent tellement à coeur !

_________________
Les préjugés, les habitudes et l'ignorance concernant l'alimentation, sont si grands, que la diététique pourrait être appelée "le chaînon manquant de l'esprit humain" Arnold EHRET
avatar
Flo
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 939
Date d'inscription : 20/10/2015
Age : 50
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Amaroli. Idées clés

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 8:38

Flo a écrit:Milles merci pour toutes ces synthèses, mais surtout celles qui concernent la naturopathie et le jeûne, qui me tiennent tellement à coeur !
 
Oui, lorsqu'une lecture tombe en résonnance avec une envie, nous sommes plus réceptifs.
Cette remarque vaut surtout comme matière de lien et d'introduction pour la suite: Amaroli.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Amaroli: Le mental bloque?

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 8:42

Le 1er obstacle à franchir est mental. Gardez l’esprit ouvert et informez-vous, en 1er lieu, avant de dire « Baah, ce n’est pas pour moi ! »
L’urine n’est pas un déchet toxique mais du sang filtré. Elle n’est donc pas sale mais elle est vite contaminée à l’air libre en présence des bactéries situées sur la peau. Là, elle se dégrade et prend une odeur caractéristique, d’ammoniac.
Si c'est ton mental qui bloque, tu dilues autant que tu veux, tu peux même commencer en ne mettant que quelques gouttes dans un verre d'eau afin de ne pas sentir le goût, et ainsi habituer ton mental à cette pratique. Puis tu augmentes progressivement. Ça te prendra le temps que ça te prendra …
Ici, dans le cas d’un jeûne, l’urine est très peu « chargée », car elle n’a pas reçu les excès d’urée émanant de la dégradation des protéines, surtout de la viande. Mais On peut laisser passer le 1er, 2ème ou 3ème jour, si l’urine est trop chargée (jaune foncée, odeur et goût exécrable). Cela laissera au corps suffisamment de temps pour détoxiquer le plus lourd.
On peut sauter la 1ère urine du matin au début, plus forte.
On commence progressivement, si souhaité, et on voit comment le corps réagit. Le 1er obstacle à franchir, c’est le mental.
Tu fais ça, depuis le lever, jusque +/ 17H, puis tu arrêtes.
La couleur et l’odeur de ton urine te renseignera si tu es sur le bon chemin.
Si tu as ingéré des choses compliquées à digérer (viande, charcuterie, alcool), du café ou du tabac, alors ton urine sera probablement dégueulasse au goût et à l'odeur. Elle le sera (dans une moindre mesure) aussi avec les fromages, des laitages ou des céréales cuites. Plus ta nourriture s'allégera (vers un régime crudivore, liquidien) et plus l'urine deviendra claire, agréable au goût et à l'odeur. Utilise ton discernement pour faire la différence entre une urine chargée qui évacue les excès et une urine claire légère. Commence progressivement alors ou postpose de qques jours, si tu le souhaites. La 1ère urine du matin est souvent plus chargée : Il peut être opportun de commencer en douceur et de l’éviter si souhaité. Question de mental, aussi.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Amaroli pendant le jeûne

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 8:48

Amaroli pendant le jeûne (suite du livre)


L'urine, en application sur la peau, en boisson, en injections sous-cutanées ou en remède homéopathique (isopathie) est l'une des méthodes thérapeutiques les plus anciennes du monde pour guérir les maladies et développer l'immunité et la santé individuelle.

Amaroli (le nom indien de la thérapie par l’urine) est connue des médecines ancestrales de la Chine, du Tibet, de l’Inde, de l’Amérique du Nord et du Sud, de l’Europe (tradition celte), de la Polynésie, de la Sibérie, des pays du bassin amazonien, etc.

Des centaines d’études scientifiques ont été consacrées à cette thérapie. Il n’existe, dans toute la littérature médicale mondiale, aucune étude montrant que cette thérapie par l’urine pourrait présenter le moindre danger, contrairement aux médicaments chimiques dont les effets secondaires sont nombreux et souvent dangereux.

Il y a de nombreuses manières d’utiliser l’urine : sur la peau, sur les cheveux, gouttes dans les yeux ou les oreilles, lavements intestinaux, douches vaginales, compresses humides, gargarismes ou boisson médicinale. On utilise de l’urine fraîche et, sauf dans quelques rares cas particuliers, on prend toujours son propre « élixir de vie ».

Avec Amaroli, vous devenez votre propre médecin : l’odeur et le goût de votre urine vous permettent d’établir un diagnostic précis de votre état de santé et vous disposez aussitôt du remède parfait pour vous détoxiquer et vous régénérer. Amaroli est une alchimie qui transforme le plomb en or et procure à ceux qui la connaissent tous les médicaments qu’ils achetaient en pharmacie, à cette différence près que toutes les substances contenues dans l’urine sont vivantes et parfaitement dosées par le corps lui-même. Sur le plan thérapeutique, elles sont donc bien supérieures à tous les produits chimiques fabriqués par l’homme. La question fondamentale que nous devons nous poser est: « Vaut-il mieux faire confiance à la sagesse de notre propre corps, créé il y a des millions d’années par Mère Nature, avec une intelligence qui dépasse les limites de notre imagination, ou faut-il obéir aveuglément à la science moderne, qui n’a qu’un siècle d’existence et qui est conduite par des apprentis sorciers encore très peu conscients ? Pour se guérir, vaut-il mieux absorber les médicaments chimiques préparés par les multinationales ou les substances vivantes fabriquées par les corps lui-même? » Il n’existe aucune maladie qui n’ait pas été guérie au moins une fois par un mode de vie holistique incluant la prise d’Amaroli. Tout peut être guéri lorsque vous cessez de polluer votre corps et votre psychisme pour créer une vie nouvelle, positive et naturelle.

Amaroli est aussi une révolution, celle de l’« écologie intérieure », qui touche des millions d’être humains dans le monde et permet d’apporter la santé aux pays du Tiers-monde. Pour tous les pays qui ne peuvent acquérir de médicaments chimiques en raison de leur coût élevé, Amaroli est une véritable bénédiction, un moyen merveilleux pour gérer sa santé sans devenir dépendant d’une aide extérieure. Pour les pays riches, intoxiqués d’une manière dramatique par le mode de vie industriel, Amaroli représente une voie royale vers la reconquête de santé. En Allemagne fédérale, plus de dix millions de personnes connaissent et pratiquent Amaroli et la prise de conscience que notre santé dépend de nous et non des multinationales pharmaceutiques ne peut que croître dans le monde entier.

Comment peut-on expliquer les effets thérapeutiques exceptionnels d’Amaroli ? On peut tenter de les expliquer de diverses manières complémentaires :

-   Substances vivantes que l’urine contient (enzymes, hormones, neurotransmetteurs, vitamines, anticorps, antibiotiques et autres médicaments naturels).

-   Processus d’auto-vaccination et de transmutations biologiques.

-   Effets nettoyants et régénérateurs des sels minéraux urinaires.

-   Energie vitale et information biologique que contient Amaroli.

L’urine, contrairement à ce que croient beaucoup de gens, n’est pas un déchet toxique mais du sang filtré. Elle constitue le médicament le plus extraordinaire qui soit.

L’urinothérapie faisait partie des thérapies connues et abondamment utilisées jusqu’à ce que la seconde guerre mondiale donne à l’industrie pharmaceutique un essor sans précédent. Soudain, en quelques décennies, la chimie est devenue la réponse médicale numéro un à tous les problèmes de santé. Avec habileté, en multipliant les cadeaux et les pseudo-congrès dans des hôtels de luxe destinés aux médecins praticiens et les unités de recherche offertes aux professeurs des hôpitaux, l’industrie pharmaceutique les a convaincus que pas un seul de leurs patients ne devait sortir de leur cabinet ou de l’hôpital sans une ordonnance comprenant un, deux, trois... ou même parfois dix ou douze médicaments chimiques présentés par les laboratoires comme des panacées, la fine fleur du progrès scientifique, le couronnement du génie intellectuel humain. Les succès remportés par les antibiotiques sur les champs de bataille ont permis de généraliser dans toute la société le concept de la chimie victorieuse qui triomphe de toutes les maladies. Mais on a confondu gagner des batailles et gagner la guerre. La chimie permet de refouler en vitesse les toxines dans les placards mais elle aggrave l’intoxication générale. Et les améliorations obtenues se paient cher puisque l’immunité s’affaiblit à chaque agression médicamenteuse.

Il est vain de partir en croisade contre l’industrie pharmaceutique. Elle correspond à une vision du monde purement matérialiste qui veut éliminer les maladies sans que les patients doivent changer leurs habitudes ni comprendre leur nature d’êtres multi-dimensionnels. Il est préférable de se tourner vers notre propre corps, cet organisme fantastique qui travaille jour et nuit pour nous avec ses milliards de cellules intelligentes et coordonnées. Nous pouvons alors discerner sa sagesse et commencer à comprendre la valeur de l’urine-médicament.

Pour faire l’expérience des ressources d’Amaroli, rien ne vaut un jeûne associé à sa pratique !

On commencera la prise d’un verre d’urine le matin au réveil dès la phase de préparation au jeûne. Si des réactions d’élimination intense se produisent, on diminuera à un demi-verre. Sinon, on augmentera peu à peu la dose pendant les premiers jours du jeûne, en se laissant guider par son instinct. Il faut bien comprendre qu’il n’y a aucun danger à prendre Amaroli. La raison d’une prise progressive est simplement d’éviter des réactions de nettoyage trop intenses qui, si elles sont toujours bénéfiques, peuvent être un peu désagréables pour celui qui les vit. En général, dès les premiers jours de jeûne, le goût de l’urine devient très léger, parfois même délicieux, avec des moments où soudain, pendant quelques heures, le goût est exécrable, ce qui correspond à des pics d’élimination. Pendant le jeûne, on boira autant d’urine qu’on le sent, toujours guidé par son médecin intérieur. Parfois on est obligé de limiter sa consommation simplement parce que le fait de boire son urine stimule tellement la diurèse (élimination rénale) que l’on doit courir aux toilettes tous les quarts d’heure !

Il est utile, pendant le jeûne, d’avoir avec soi un gobelet plastique ou un verre pour pouvoir pratiquer Amaroli à tout moment si l’instinct le demande.

A lui tout seul le jeûne est déjà une thérapeutique puissante. Lorsqu’on y ajoute la pratique d’Amaroli, on entre dans le monde de la super régénération rapide ! Il n’est pas exagéré de dire que les effets d’un jour de jeûne + Amaroli valent ceux de deux jours de jeûne seul. Mais, dans ce domaine, aucun écrit ni témoignage d’autrui ne peut remplacer l’expérience personnelle. Il faut le vivre pour y croire. Sans cela rien ne pourra empêcher notre cerveau gauche de dire : « c’est trop beau pour être vrai ! » ou encore : « si c’était vrai, ça se saurait ! »

Il est difficile de sortir des croyances que nos parents nous ont inculquées et présentées comme « LA RÉALITÉ ». Rester dans un débat style « j’y crois, j’y crois pas » à propos du jeûne et d’Amaroli est stérile. Quand vous rencontrerez des professeurs de médecine, des médecins ou même des naturopathes qui vous diront avec colère que tout cela n’est que billevesées sans fondements scientifiques, ne manquez pas de leur demander s’ils en ont fait l’expérience. Si quelqu’un vous dit que la thérapie par l’urine n’a pas de sens, vous pouvez parier avec une quasi-certitude qu’il ne connaît pas le sujet ! L’intensité de son rejet est proportionnelle à son ignorance. Beaucoup de gens, même très savants intellectuellement, ont tendance à croire que ce qu’ils ignorent n’existe pas ou est dénué de toute valeur. Ils montrent qu’ignorance rime avec intolérance. N’essayez pas de les convaincre par des arguments rationnels, ils en trouveront mille autres, tous apparemment très censés, tous très séduisants intellectuellement, pour vous prouver qu’ils ont raison. Ils vous diront par exemple avec gravité, en se sentant sûrs de leur logique irréfutable : « si le corps élimine certains éléments, pourquoi en aurait-il besoin? » ou « un déchet ne peut pas être un médicament! » ou encore « si le corps médical et la science rejettent cette thérapie, ce n’est pas sans raisons sérieuses ! » Dites-leur simplement: « Quand vous aurez lu (lu soigneusement, pas seulement feuilleté avec l’idée préconçue que c’est stupide!) un ou deux livres sur ce sujet ou encore mieux fait une expérience pratique personnelle de cette méthode, reparlez-en avec moi ! » Il est difficile pour beaucoup de gens d’oser sortir des ornières intellectuelles de ceux qui les ont éduqués. Comprendre que le corps humain n’est pas une machine mais un extraordinaire alambic alchimique qui fabrique des millions de substances vivantes n’est pas enseigné dans les écoles et universités actuelles. Du coup beaucoup de personnes restent bloquées dans des raisonnements du genre « mais l’urine contient des toxines que le corps rejette ! » sans discerner que ces toxines ne posent aucun problème lorsqu’elles sont accompagnées de cette force vitale énergétique d’Amaroli qui va permettre leur métabolisation d’une manière totalement différente que si on les prenait sans support d’énergie. Le véritable esprit scientifique consiste à aborder un sujet sans idées préconçues et à l’étudier en détail avant de tirer des conclusions hâtives.

Pendant le jeûne il est aussi utile d’utiliser Amaroli en massages, ajouté à l’eau des lavements quotidiens (un ou deux verres dans la poche qui contient l’eau tiède), en bains de bouche, en gargarismes, en bains d’yeux, en douches nasales (aspirer l’urine pure ou mélangée avec une moitié d’eau par une narine puis par l’autre), en douches vaginales ou en bains de pieds! Les façons d’utiliser Amaroli sont multiples mais n’oubliez pas que votre attitude est importante. Quelle que soit la technique d’application choisie, sentez que vous envoyez un message d’appréciation et de reconnaissance à votre corps. Vous lui affirmez, par le rituel amaroli, que vous l’aimez et lui apportez l’or de votre urine, le trésor de votre alchimie intérieure en lui demandant d’en faire bon usage pour dynamiser et harmoniser toutes les fonctions de vos organes. On peut dire que l’essence même du processus de guérison est d’aimer son corps puisque toutes les maladies sont, de diverses manières, les conséquences de manques de respect et d’attention que nous avons eus pour lui (lire Testez l’urinothérapie).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Amaroli liens

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 8:50

Voir des témoignages et en savoir plus :
livres :
- "Amaroli", Christian-Tal Schaller, Editions Vivez Soleil (2002, ré-édition de 1993) le 1er du genre, très vivez soleil !
- Coen VAN DER KROON : "L'ELIXIR DE VIE "Guide complet d'urinothérapie. éd. Jouvence.

Expérience vécue de l'auteur, très clair aussi.

Témoignages issu du livre L'élixir de vie (p. 124 - 150).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Conseils pour commencer avec Amaroli

- [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Forum
- le fil "Amaroli"sur onplf (forum)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  

-  le fil sur onct (forum)

 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Urinothérapie: Réabsorption ?

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 8:58

Addenda (NDLR)
Réabsorption de l'urée
Extrait 1
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
L'urée est une composante importante de l'urine (voir composition de l'urine sur le lien). Certains ont peur qu'en buvant leur urine ils augmentent la quantité d'urée dans leur corps et ainsi nuisent à leur santé. En fait, selon les auteurs, l'urée réintroduite dans le corps ne
peut qu'être bénéfique.
"En dehors de l'eau, l'urée, produit de la dégradation des protéines, est la composante
principale de l'urine.
Un individu excrète environ 25 à 30 grammes d'urée par jour. Nous
sommes très tôt en contact avec elle, à savoir à l'état de fœtus dans la matrice. Le taux
d'urée dans le liquide amniotique, principalement constitué de l'urine du fœtus, double
pendant les deux derniers mois de la grossesse. Avant de naître nous absorbons plus
d'un demi-litre de ce liquide par jour. Le fœtus le 'respire' également et il est essentiel
au développement satisfaisant de ses poumons. Les cicatrices disparaissent après une
opération de l'utérus, en raison des vertus cicatrisantes de l'urée présente dans le liquide
amniotique.

Extrait de "L'élixir de vie" p. 102. (Coen Van der Kroon)

Extrait 2
S'inspirant de ses recherches, l'auteur poursuit :
"Les scientifiques estiment que chez l'adulte, 25% de l'urée passe dans les intestins, où
elle est décomposée par les bactéries intestinales. Une partie de l'ammoniac résultant de
cette décomposition aboutit au foie, qui en reconvertit une partie en urée; il en
transforme une autre partie en glutamine, un acide aminé extrêmement utile. Enfin,
une partie importante de cet ammoniac en principe toxique est transformé par le foie en
d'autres substances. Bien qu'il soit toxique même à dose modérée, cette faible quantité
d'ammoniac est extrêmement importante : elle régularise le pH du sang et exerce une
puissante action antivirale.
" L'élixir de vie p. 102




Coen Van Der Kroon fait remarquer :
"
S'il était exact que plus une personne ingère son urine plus son taux d'urée augmente,
le goût de l'urine deviendrait de plus en plus fort et amer. Mais c'est l'inverse qui se
produit
: l'urine devient plus claire et moins amère, ce qui suggère que l'urée a été
transformée. Et il est très possible que, en effet, elle soit convertie en glutamine par
l'ammoniac." L'élixir de vie p. 103




On émet aussi l'hypothèse que l'urée renforce le système immunitaire, aide le système
nerveux central et est utile dans le traitement de cancers.
"La recherche démontre l'importance vitale de la glutamine dans le maintien et la
construction des tissus spécialisés comme ceux du cerveau ou de l'intestin grêle et dans
le développement et l'activité des muqueuses des voies intestinales. La glutamine a un
effet curatif sur les ulcères et les lésions des voies intestinales. Mais sa fonction la plus
importante est son aptitude à renforcer le système immunitaire, ce qui pourrait
expliquer l'efficacité de l'urinothérapie.
Le corps réutilise une partie de l'urée;
ce
supplément apporté par l'urinothérapie élève le taux de glutamine dans l'organisme
.
Ce qui renforce le système immunitaire et les organes spécialisés et, en même temps,
répare les lésions des voies digestives." L'élixir de vie p. 103




"Dans la mesure où elle n'est pas décomposée, l'urée affecte également le cerveau et le
système nerveux central. Des doses élevées d'urée sont parfois administrées en cours
d'opération du cerveau pour en provoquer la contraction, indispensable avant une
trépanation. Ceux qui boivent leur urine ingèrent moins d'un dixième de ces doses; ce
dixième suffit cependant à réduire légèrement la pression dans le cerveau et la moelle
épinière. John Wynhausen, un chiropracteur, connaît les troubles provoqués par l'excès
de pression sur le crâne et les vertèbres. Au moins sur le plan physique, il y voit une des
plus importantes causes actuelles de maladie." L'élixir de vie p. 103




"L'urée est également administrée avec succès en doses assez importantes aux malades
atteints de drépanocytose, un type d'anémie extrêmement douloureuse et considérée
comme incurable. La recherche et l'expérimentation ont démontré qu'administrée
quotidiennement en quatre doses d'environ quarante grammes, l'urée a un effet curatif
et préventif. Ceci indique également que l'organisme peut supporter des doses élevées
d'urée sans manifester d'effets secondaires négatifs." L'élixir de vie p. 103




"Une troisième application remarquable de l'urée peut être vue dans le traitement du
cancer par le professeur Danopoulos. Il a expérimenté les piqûres d'urée mélangée à
une solution saline pour traiter le cancer du sein et de la peau. Il a aussi effectué des
recherches et rapporté des résultats positifs en traitant le cancer du foie avec de l'urée
dissoute dans de l'eau et absorbée par voie orale. Le professeur Danopoulos a alors
commencé à combiner l'urée avec un hydrate de la créatine, autre composant de l'urine,
pour traiter avec succès d'autres types de cancer." L'élixir de vie p. 104




Urée commercialisée sous forme de médicaments et de crèmes :
· Ureaphil : un diurétique provenant de l'urine
· Urofollitropin : médicament pour fertilité provenant de l'urine
· Amino-Cerv : crème à l'urée pour le traitement du col de l'utérus
· Premarin : supplément d'œstrogène extrait de l'urine
· Panafil : crème pour les ulcères de la peau, les brûlures et les blessures
infectées
· PureaSkin : crème a base d'urée pour les problèmes de la peau
· Carbamide : nom chimique pour l'urée synthétisée. Vous retrouvez le carbamide dans les produits tels les gouttes Murine pour les oreilles, Murine,  système pour enlever la cire des oreilles etc.
· Crèmes pour la peau
Traduit du livre : Your Own Perfect Medecine de Martha Christy p. 26

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Composition de l'urine

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 9:03

Addenda (NDLR)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Saviez-vous que nous avons passé les  premiers mois de notre vie baignés dans ce liquide ? Je cite :
"Nous savons maintenant que le fœtus utilise le liquide amniotique de l'utérus,
l'inspirant littéralement dans ses poumons, qui ne peuvent se développer correctement
sans lui. L'urine du fœtus est l'élément essentiel du liquide amniotique." L'élixir de vie p.41
Les auteurs s'accordent à dire que le sac amniotique est composé à 80% de l'urine du
fœtus. On fait remarquer aussi qu'une intervention chirurgicale du fœtus lorsque dans le
sein maternel ne laisse aucune cicatrice, tandis que les opérations, subies après la
naissance, laisseraient des marques qui ne s'effaceraient jamais complètement. Ce
liquide serait-il encore bénéfique pour nous une fois sortis du sein maternel ?


"L'urine est composée à 95% d'eau, 2.5% d'urée et dans le 2.5% restant nous
retrouvons un mélange de minéraux, de sels, d'hormones et d'enzymes. Le foie
débarrasse le corps des matières toxiques par la voie des intestins, à travers la peau et
l'expiration.
Seule l'urée peut être toxique quand elle est présente en grande quantité dans le sang
.
Toutefois, ceci ne s'applique pas dans la pratique de l'urinothérapie car l'urine n'est pas
remise immédiatement dans le flux sanguin.
Les petites quantités qui retournent dans le
corps purifient, libère du surplus de mucus ainsi que d'autres effets bénéfiques. De plus
l'urée a un effet guérissant et tonifiant quand elle est appliquée sur la peau." Traduit du
site hps-online.com 


"Le rôle des reins n'est pas d'éliminer les substances toxiques du corps. Ce travail est
effectué par le foie, les intestins, la peau et l'expiration. Les nutriments que vous
ingérez se retrouvent évidemment dans le sang et, par conséquent, dans l'urine; d'où
l'importance d'une alimentation saine." L'élixir de vie p.85


"L'urine est seulement un dérivé du sang... Si le sang ne doit pas être considéré
comme 'un déchet', ainsi l'urine aussi ne doit pas l'être." (issu d'un article intitulé
"Autourotherapy", publié dans le New York State Journal of Medicine (vol. 80, no. 7, June 1980), écrit par Dr John R. Herman, Professeur clinique d'Urology au collège de médecine Albert Einstein à New York City) Traduit du site : bibliotecapleyades.net
Il peut y avoir de légères quantités de toxines dans l'urine, mais qui sont présentes en
quantité minimes et sont là justement pour préparer le système immunitaire à se
défendre



"Même en admettant que des substances toxiques soient présentes dans l'urine, cela ne
signifie pas nécessairement que leur ingestion soit nocive. Si ces "déchets" sont naturels,
c'est à dire s'ils ne proviennent pas de médicaments chimiques, ils peuvent être utilisés
pour élaborer les anticorps qui rétablissent l'équilibre de l'organisme. En fait, ils créent
un effet homéopathique ou auto-isothérapeutique. L'urine constitue une sorte de
fiche de renseignements sur la composition du sang
." L'élixir de vie p.85


Substances identifiées dans l'urine normale.
Il ne s'agit que des substances identifiées, mais on estime qu'il en existe des milliers
d'autres.
Amaroli 2 p. 156
ELEMENTS IN URINE (Free and Free 1975)
Alanine, total 38 mg/day


Iron 0.5 mg/day
Arginine,total 32 mg/day


Lysine, total 56 mg/day
Ascorbic acid 30 mg/day


Magnesium 100 mg/day
Allantoin 12 mg/day


Manganese 0.5 mg/day
Amino acids, total 2.1 mg/day


Methionine, total 10 mg/day
Bicarbonata 140 mg/day


Nitrogen, total 10 mg/day
Biotin 5 mg/day


Omithine 10 mg/day
Biotin 35 mg/day


Pantothenic acid 3 mg/day
Calcium 23 mg/day


Phenylalanine 21 mg/day
Creatinine 1.4 mg/day


Phosphorus, organic 9 mg/day
Cystine 120 mg/day


Potassium 2.5 mg/day
Dopamine 0.4 mg/day


Proteins, total 35 mg/day
Epinephrine 0.01 mg/day


Riboflavin 0.9 mg/day
Folic acid 4 mg/day


Tryptophan, total .28 mg/day
Glucose 100 mg/day


Tyrosine, total 50 mg/day
Glutamic Acid 308 mg/day


Urea 24.5 mg/day
Glycine 455 mg/day


Vitamin B6 100 mg/day
Inositol 14 mg/day


Vitamin B12 0.03 mg/day
Iodine 0.25 mg/day


Zinc 1.4 mg/day


HORMONAL SUBSTANCES
Adolsterone, male 3.5 mg/day


Estradiol, female luteal phase 7 mg/day
Adolsterone, female 4.2 mg/day


Estriol, female luteal phase 28 mg/day
Androgens, female (20-40 yrs.) 14 mg/day


Estrone, female luteal phase 14 mg/day
Androgens, male (20-40 yrs.) 18.2 mg/day


17-Ketogenic adrenocoriticoids female 12.6 mg/day
Androsterone, female 4.2 mg/day


17-Ketogenic adrenocoriticoids male 14.7 mg/day
Adrosterone, male 3.5 mg/day


Ketol steroids 18.2 mg/day

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sortir du jeûne

Message  Luc le Mer 21 Sep 2016 - 9:07

La phase de réalimentation (p 149 à 153)
Idéalement il faudrait cesser le jeûne seulement lorsque revient la « vraie faim », qui n’est pas l’envie de manger qu’on ressent parce que l’on a l’estomac vide et qu’on manque de sucre mais qui correspond à une sensation ressentie au niveau de la bouche et de la gorge, une sensation agréable qui nous attire vers les aliments naturels dont notre corps a besoin. Tant que notre organisme travaille à se dépolluer, cette sensation n’apparaît pas. Lorsque la détoxication est terminée, que la langue est propre, le teint clair, les yeux d’un blanc éclatant et le moral au beau fixe, alors peut survenir cette vraie faim qui signale l’envie du corps de se nourrir à nouveau. Evidemment, la durée du jeûne dépend du degré d’intoxication préalable. Chez un jeune de vingt ans, en bonne santé, la faim peut revenir après cinq, sept ou dix jours environ. Chez une personne de soixante ans souffrant d’une maladie chronique depuis dix ans, il faudra probablement trois à quatre semaines. Ce ne sont que des ordres de grandeur car chaque organisme est différent et unique.

Même si on arrête le jeûne avant que survienne cette « vraie faim », pour des raisons sociales ou parce que l’on manque encore d’expérience pour gérer de longs jeûnes, la stratégie de réalimentation est identique. Observez par quel aliment naturel cru (fruit, légume ou graine germée) votre vue est attirée. Reniflez pour vérifier si cette attirance se confirme par une odeur agréable de l’aliment (l’odorat est très précis pour nous dire ce dont le corps a besoin) puis mettez en bouche un petit morceau pour tester si le goût est bon. S’il n’est pas merveilleux (ce que les instinctothérapeutes appellent la « phase lumineuse du goût »), n’hésitez pas à cracher. Vous ne voulez laisser entrer dans le palais de votre corps que l’aliment parfaitement adéquat ! Si le goût est délicieux, mâchez longuement, jusqu’à ce que l’aliment soit totalement réduit en jus, et avalez. Puis procédez de même avec la bouchée suivante. Dès que l’odeur de l’aliment et son goût changent ou s’affaiblissent, cessez de manger. Attendez quelques instants avant d’observer si un autre aliment vous tente.

Faites durer le plus longtemps possible la phase de réalimentation ! L’odorat et le goût ne sont pas les seuls sens concernés par l’attirance vers tel ou tel aliment. La vue, le toucher et la capacité de percevoir les vibrations subtiles jouent aussi leur rôle. Ainsi, si vous avez trop de dureté dans votre vie, vous serez attirés par des formes rondes et des consistances tendres. Votre corps collabore à chaque instant avec vous pour harmoniser et embellir votre existence et maintenir son équilibre dynamique.

Guidé par votre intuition, vous sentirez, quand le moment sera venu, d’introduire, peu à peu, des aliments cuits et des aliments industriels. Mais vous remarquerez, le plus souvent, que vos goûts ont changé et que les aliments naturels, ceux dont la vibration vitale est élevée, vous attirent désormais plus que les aliments conditionnés des supermarchés.

Pour continuer à vous nourrir de manière saine et équilibrée, retenez la règle des trois V, qui constitue le fondement d’une alimentation capable de vous maintenir en pleine forme à tout âge.

Le premier V est pour VÉGÉTAL. Il nous rappelle que nous sommes, en tant qu’être humain, fabriqués par Mère Nature pour nous nourrir essentiellement de végétaux. Croire que nous ne pouvons pas vivre sans protéines d’origines animales est totalement faux. Cette croyance infondée est la cause de nombreuses maladies de civilisation et, malgré toutes les études médicales qui le montrent, les habitants de pays riches continuent « de creuser leur tombe avec leurs dents » parce que les industriels de l’alimentation moderne les persuadent qu’ils ont besoin de viande et de produits laitiers ! La meilleure preuve de la valeur des aliments végétaux consiste à ne manger qu’eux pendant quelques semaines. On voit alors ses maux et maladies s’estomper ou disparaître et on se prépare à pouvoir jeûner facilement. La plupart des grands sportifs, de nos jours, sont végétariens parce que d’innombrables études ont prouvé que le moteur humain fonctionnait beaucoup mieux avec des végétaux qu’avec des aliments d’origine animale. (Lire Viande et lait, des aliments dangereux pour votre santé et pour la planète et consulter les annexes 1 et 2 de ce livre)

Le deuxième V est pour VIVANT, c’est-à-dire que nous avons besoin que la plus grande partie de nos aliments soit mangée crue, afin de recevoir suffisamment de vitamines et d’enzymes, ces substances biologiques indispensables à nos fonctions organiques. Trop d’aliments cuits encrassent notre organisme et l’alourdissent. Les centaines de millions d’obèses qui peuplent la terre verraient leur poids se normaliser s’ils donnaient la préférence aux végétaux vivants plutôt qu’aux plats cuisinés, aux steaks, au fromage et aux ice-creams. Notons que les graines germées représentent de fabuleux aliments vivants qui, par leur richesse en enzymes, vitamines et substances bioactives, apportent au corps une extraordinaire vitalité. De nombreux sportifs utilisent leur puissance pour battre des records. (Lire Graines germées et les livres de 'Carole Dougoud et Marcel Monnier, deux amis auteurs qui consacrent leur vie à faire connaître ces aliments merveilleux.) L’Institut Hippocrate, aux États-Unis, a montré la grande valeur de ces super aliments et nous collaborons avec eux depuis de nombreuses années (Lire, de Brian Clément, Redonnez à votre corps les moyens de retrouver sa véritable nature.)

Le troisième V est pour VARIÉ ce qui signifie que nous pouvons manger de tout, dans le plaisir du changement, mais sans abuser des aliments dévitalisés qui nous intoxiquent. Un repas de restaurant n’a jamais tué personne mais manger trois fois par jour comme au restaurant si! Consommer de temps en temps de la viande ou des produits laitiers peut être agréable mais il y a une dose à ne pas dépasser si l’on veut rester en bonne santé. Après un jeûne, on remarque en général que les aliments végétaux vivants (fruits et légumes crus, graines germées, oléagineux crus) sont vraiment délicieux au goût et que l’attirance pour les mets lourds a disparu. Une nouvelle sensibilité alimentaire nous pousse naturellement à choisir des aliments sains, tout en se gardant le plaisir de manger parfois des aliments réputés malsains lors de repas entre amis ou de fêtes de famille. (Lire Diététique du vingt et unième siècle.)

Fin du compte-rendu du livre.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3399
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 63
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le jeûne holistique – manuel d'auto-guérison totale.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum