Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Amigo_amigo
par Luc Hier à 20:12

» Bon anniversaire Infiniment
par Luc Hier à 13:11

» Mouse data links microbiome changes to lupus severity and complications
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 20:16

» Jeûne thérapeutique - Concept de l'oxydation des lipides
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 15:49

» Bûches de Noël vegan, sans gluten, sans lactose
par Mirzoune Dim 10 Déc 2017 - 12:33

» Bonhomme de pâte & St-Nicolas
par proserpine Jeu 7 Déc 2017 - 8:03

» Présentation Mpj48
par Mirzoune Mar 5 Déc 2017 - 16:40

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Luc Lun 4 Déc 2017 - 23:12

» Perdre du poids sans faire le yoyo
par Luc Dim 3 Déc 2017 - 14:13

» Le jus de grenade fermentée protège – nutrithérapie naturelle et effets de synergie
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 17:06

» Iode (anti goitre et fluor/brome...)
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 16:52

» Jeu de vilain entre un éléphanteau et une oie
par Luc Ven 1 Déc 2017 - 13:18

» Maladies auto-immunes: traitements conventionnels et complémentaires
par Mirzoune Ven 1 Déc 2017 - 11:11

» Maria Farantouri une voix de contre-alto magnifique...
par Flo Mer 29 Nov 2017 - 12:01

» Une biche s'amuse
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:06

» Présentation John007
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 9:51

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Mirzoune Lun 27 Nov 2017 - 23:33

» Humour noir: Pub suisse
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 19:05

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 18:19

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Lun 27 Nov 2017 - 15:03

» Métabolique et cerveau
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 23:15

» Proposition de photo pour un avatar
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 21:30

» Bioavailability of curcumin
par Luc Jeu 23 Nov 2017 - 16:10

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Flo Jeu 23 Nov 2017 - 9:43

» Quel magnésium choisir?
par Flo Mer 22 Nov 2017 - 18:05

» Présentation Adveniat
par Mirzoune Mar 21 Nov 2017 - 13:10

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Flo Mar 21 Nov 2017 - 10:29

» Fibromyalgie et la sulfite connexion
par Mirzoune Lun 20 Nov 2017 - 11:23

» Douleurs musculaires et acide lactique
par Flo Dim 19 Nov 2017 - 21:50

» Bon anniversaire Monik
par Mirzoune Sam 18 Nov 2017 - 14:47

» TRANSMUTATIONS
par Luc Sam 18 Nov 2017 - 9:42

» D. Guyaux: Rémission d'une SEP ou la puissance de l'alimentation crue et d'une vie saine
par Flo Ven 17 Nov 2017 - 9:31

» Quand le musée respire
par Pierrette Mer 15 Nov 2017 - 17:17

» Ni pute, ni soumise? Pas pour Mattel...
par Mirzoune Mer 15 Nov 2017 - 8:38

» Bon anniversaire Lulu
par Pierrette Sam 11 Nov 2017 - 17:27

» Maladie : le rôle de l'alimentation
par Luc Ven 10 Nov 2017 - 12:35

» Foie et déchets cristalloïdes
par sophy Ven 10 Nov 2017 - 10:53

» Un très bon anniversaire Luc
par proserpine Jeu 9 Nov 2017 - 9:41

» Let's Twist Again
par Nell74 Mer 8 Nov 2017 - 13:35

» Enlever les pesticides des fruits et légumes
par sophy Mer 8 Nov 2017 - 12:42

» Tous les usages du chanvre alimentaire
par Nell74 Mar 7 Nov 2017 - 23:33

» Vitamine A contre Alzheimer
par Luc Mar 7 Nov 2017 - 21:03

» vitamine D : zyma D ou...?
par Mirzoune Lun 6 Nov 2017 - 14:36

» Pain SG pois chiche & teff - salé / sucré
par Luc Lun 6 Nov 2017 - 13:06

» Auto-Ostéopathie en vidéo. Absolument génial!
par Mirzoune Lun 6 Nov 2017 - 10:26

» Vaccination obligatoire et risque acceptable ?
par Luc Dim 5 Nov 2017 - 15:49

» Lait de coco et sarrasin
par Mezame Dim 5 Nov 2017 - 14:03

» Danse sur glace
par proserpine Dim 5 Nov 2017 - 11:26

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Dim 5 Nov 2017 - 10:12

» L’ arthrose n’est pas une maladie d’usure
par sophy Sam 4 Nov 2017 - 23:02

» Graines germées et pousses
par sophy Sam 4 Nov 2017 - 22:30

» Fat for fuel – Dr. Joseph Mercola
par Luc Sam 4 Nov 2017 - 11:17

» Choisir un thé, ou une tisane, sans plomb ni pesticide
par sophy Ven 3 Nov 2017 - 19:58

» cake gingembre amande et cacao nibs
par Luc Mer 1 Nov 2017 - 22:58

» Bon anniversaire Pierrette
par sophy Mer 1 Nov 2017 - 21:31

» Salix alba - Populus nigra - Filipendula ulmaria - Urtica
par Luc Mer 1 Nov 2017 - 11:32

» Les ions négatifs de l'air
par Adveniat Mar 31 Oct 2017 - 20:01

» La quercétine protège contre les effets nocifs des pesticides
par Luc Lun 30 Oct 2017 - 19:21

» Le Tissu Conjonctif
par Luc Lun 30 Oct 2017 - 11:25

» Le Colon et les Acides Gras
par Mirzoune Lun 30 Oct 2017 - 11:06

» Complément proteiné
par Mirzoune Sam 28 Oct 2017 - 20:26

» Équilibre Sodium et Potassium – Compensation par l’organisme
par Mirzoune Sam 28 Oct 2017 - 15:09

» dentifrice liquide aux HE.
par Luc Sam 28 Oct 2017 - 0:13

» Synergie HE. et antibio .?
par Adveniat Jeu 26 Oct 2017 - 20:35

» Fruits oléagineux
par Adveniat Jeu 26 Oct 2017 - 11:21

» Congestion nasale et allergie
par Luc Mer 25 Oct 2017 - 18:50

» Protéger le foie
par Mirzoune Mar 24 Oct 2017 - 16:12

» Biodisponibilité des minéraux en présence d'acide phytique
par Adveniat Mar 24 Oct 2017 - 15:20

» Thérapie du colon: Nettoyage
par Mirzoune Mar 24 Oct 2017 - 10:45

» Le Candida Albicans
par Adveniat Lun 23 Oct 2017 - 9:46

» Les facteurs déclenchants supposés de la fibromyalgie
par Luc Dim 22 Oct 2017 - 21:36

» Noix de macadamia
par Adveniat Sam 21 Oct 2017 - 16:35

» céréales et légumineuses
par Mirzoune Sam 21 Oct 2017 - 16:05

» Briquettes moelleuses au curcuma SGSC
par Luc Sam 21 Oct 2017 - 15:36

» Mettre un avatar
par Mirzoune Ven 20 Oct 2017 - 17:09

» Conséquences du déficit magnésien sur les transports cellulaires. JP Curtay
par Adveniat Ven 20 Oct 2017 - 10:38

» Présentation Marie-Pierre
par sophy Jeu 19 Oct 2017 - 21:33

» Présentation Sophy
par sophy Jeu 19 Oct 2017 - 21:30

» Bandes kinesio taping pour douleurs tendino-musculaires
par Mirzoune Jeu 19 Oct 2017 - 18:35

» Méthodes pour s'endormir en moins d'une minute
par Nell74 Mer 18 Oct 2017 - 12:02

» Graines de chanvre décortiquées, 22€ le Kg. Qui dit mieux?
par Mirzoune Mar 17 Oct 2017 - 21:36

» ALA: acide alpha-lipoïque et chélation
par Mirzoune Lun 16 Oct 2017 - 11:13

» Antibiotiques candida
par sossophiphie Dim 15 Oct 2017 - 20:23

» Candidose – Comprendre le déséquilibre du microbiote
par Luc Dim 15 Oct 2017 - 11:11

» Présentation Sophie
par sossophiphie Dim 15 Oct 2017 - 5:05

» Asthme: Méthode Buteyko – Lierre (teinture mère) - Vitamines
par Mirzoune Sam 14 Oct 2017 - 15:24

» Vitamine K2 - Achat - Exemples de produits
par proserpine Ven 13 Oct 2017 - 17:21

» OXYGENATION Quelques éléments
par Luc Jeu 12 Oct 2017 - 12:34

» Présentation Mezame
par Mezame Mar 10 Oct 2017 - 22:00

» Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique?
par Mirzoune Mar 10 Oct 2017 - 18:50

» Avatars pour Halloween
par Mirzoune Mar 10 Oct 2017 - 16:54

» Suivi alimentation low-carbs
par Mirzoune Mar 10 Oct 2017 - 16:50

» Levothyrox
par Nell74 Lun 9 Oct 2017 - 17:38

» Gifs de bienvenue
par Mirzoune Mer 4 Oct 2017 - 8:53

» Présentation Bredan
par Mirzoune Mer 4 Oct 2017 - 8:45

» Chronimed, vous connaissez?
par Mirzoune Lun 2 Oct 2017 - 18:38

» Protection contre les pesticides
par Luc Dim 1 Oct 2017 - 21:56

» Le psyllium aide le microbiote
par Luc Sam 30 Sep 2017 - 9:34

» Certains Baumes à lèvres sont à éviter
par Luc Mer 27 Sep 2017 - 11:17


Maladie Lyme - Protocole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maladie Lyme - Protocole

Message  sumerien le Sam 25 Fév 2017 - 10:25

Bonjour à tous
Je viens de lire cet article sur la Nutrition.fr et je voulais le partager :


La maladie de Lyme, appelée aussi Borréliose de Lyme, est une infection due à des bactéries de forme hélicoïdale (spirochètes, dont fait partie la bactérie qui donne la syphilis), les borrélies. Ces bactéries sont transmises à l’homme par des insectes hématophages, comme par exemple les tiques. Mais la morsure de tique n’est probablement pas le seul mode de transmission de la maladie. Il est possible en effet que les moustiques, les puces, les araignées… soient également des vecteurs de borrélies. La maladie de Lyme est également transmissible de mère à enfant et le serait aussi par voie sexuelle ce qui pourrait être une explication à sa forte propagation (1).
La maladie de Lyme est difficile à diagnostiquer et à traiter et affecte divers organes. Cette maladie est complexe car l’infection par les spirochètes est généralement associée à d’autres infections provenant d’autres microorganismes présents dans la salive des tiques : bactéries, protozoaires, champignons, vers, virus… On parle de co-infections, la babésiose représentant l’une des plus fréquentes et exacerbant les symptômes de la maladie de Lyme.
 
Les principaux symptômes de la maladie
Ainsi, la majorité des patients souffrant de maladie de Lyme présentent de nombreux symptômes simultanément. Les plus fréquents sont la fatigue, les douleurs articulaires, musculaires ou neurologiques qui se manifestent dans différentes parties du corps, les maux de tête, une raideur de la nuque, une hypersensibilité au bruit et à la lumière, des étourdissements, des troubles de la mémoire et de l’attention, des troubles du sommeil dont des difficultés d’endormissement ou des réveils en milieu de nuit, ainsi que des problèmes psychiatriques (particulièrement dépressions, angoisses, troubles obsessionnels compulsifs et psychoses).
On estime qu’environ 300 000 personnes contracteraient la maladie de Lyme chaque année aux Etats-Unis, et 65 000 en Europe. La maladie progresse en trois phases :
- La première correspond à l’apparition d’une rougeur cutanée (érythème migrant) qui disparaît spontanément et qui peut être associée à quelques symptômes « grippaux ».
- En l’absence de traitement, d’autres symptômes peuvent apparaître quelques semaines voire quelques mois après la morsure : fatigue, maux de tête, douleurs articulaires, névralgies…
- Enfin, la troisième phase peut intervenir des années après la morsure en l’absence de traitement efficace et correspond au passage à la chronicité des symptômes. 
Il existe un grand nombre de borrélies – qui sont différentes en l’Europe et aux Etats-Unis. Et si la maladie est sous-diagnostiquée c’est justement parce les tests de dépistage ne sont pas adaptés à cette diversité des borrélies. En général, pour établir le diagnostic, le médecin prescrit un test ELISA… qui ne sera fiable que dans 30% des cas. Entre autres parce que toutes les variétés de borrélies européennes ne sont pas incluses dans le test. La plus répandue de ces bactéries est la Borrelia burgdorferi mais il existe également la Borrelia afzelii, la Borrelia garinii, la Borrelia spielmani… Ainsi, il est possible d’être faussement rassurés par un test Elisa négatif. Il existe pourtant des moyens d’améliorer le diagnostic de la maladie de Lyme.
La question du diagnostic est d’autant plus importante que la maladie sera moins susceptible d’évoluer vers des symptômes sévères si elle est traitée précocement. De plus, il faut savoir que certains symptômes doivent éveiller les soupçons du médecin : un épanchement articulaire du genou serait par exemple un des premiers symptômes d’une maladie de Lyme (2).
 
Le traitement conventionnel de Lyme
En règle générale, le traitement utilisé pour soigner une maladie de Lyme est la prise d’antibiotiques. Mais si cela peut faire disparaître certains symptômes, la maladie peut revenir sous forme chronique. Les symptômes qui varient selon les malades vont alors apparaître et disparaître selon les jours… La maladie de Lyme est résistante aux traitements car la bactérie responsable formerait des cellules dormantes « persistantes », qui échapperaient aux traitements (3). Les bactéries « persistantes » se mettent dans une sorte d’état de sommeil si elles sont exposées à l’antibiotique. Lorsque le traitement est arrêté, les bactéries se réveillent. Une étude montre d’ailleurs que pour que le traitement soit efficace il faudrait utiliser une approche différente, la « thérapie pulsée », qui consiste à laisser les cellules dormantes se réveiller et ensuite administrer une deuxième fois l’antibiotique.
Le spirochète responsable de la maladie de Lyme peut prendre plusieurs formes : spiralée à paroi, kystique, ou encore intracellulaire. Il peut également exister en biofilm. Il faut donc des antibiotiques et des plantes efficaces contre toutes ces formes différentes pour améliorer l’état clinique des patients.
De plus, certains patients continuent à être malades en dépit d’antibiothérapies apparemment adéquates parce que beaucoup de co-infections persistent et provoquent inflammation et dysfonctionnement immunitaire. Comme l’explique le Dr Horowitz, auteur de Soigner Lyme et les maladies chroniques inexpliquées : « Ces infections déclenchent la libération de molécules appelées cytokines responsables de nombreux symptômes observés dans la maladie de Lyme (fatigue, douleurs musculaires et articulaires, troubles de la mémoire et de l’attention). Si nous ne traitons pas simultanément les trois « i » (infection, immunité et inflammation), les patients ne guériront pas ».
Les traitements naturels de Lyme
Pour améliorer l’efficacité du traitement antibiotique, pour soulager certains symptômes ou pour diminuer des troubles associés à Lyme, il est possible d’utiliser des traitements naturels qui peuvent même s’avérer indispensables pour la guérison. Car, les personnes qui souffrent de maladies de Lyme souffrent généralement d’autres maladies et présentent de nombreux symptômes associés qu’il faut traiter. Le Dr Horowitz parle de « syndrome infectieux multisystémique ». La persistance des symptômes chez certains patients traités par antibiothérapie est due à la présence de ces maladies concomitantes.
Beaucoup des patients qui souffrent de maladie de Lyme présentent des co-infections, des troubles immunitaires, des signes d’inflammation, des carences nutritives ou encore une intoxication aux métaux lourds. Ces troubles peuvent être améliorés par des traitements naturels, des modifications alimentaires ou la prise de compléments alimentaires. Le but est d’améliorer le fonctionnement de l’organisme en traitant naturellement des déséquilibres qui se créent dans l’organisme des personnes atteintes de maladie de Lyme. Notez que le traitement de la maladie de Lyme doit être adapté à chaque cas, selon les symptômes et les co-infections. Nous vous donnons donc ici des pistes pour améliorer votre état et nous vous conseillons d’en parler avec votre médecin.

1. Pour détoxifier l'organisme
Une des approches pour diminuer les symptômes de la maladie de Lyme consiste à détoxifier l’organisme. En effet, ceux-ci s’aggravent si l’organisme est exposé aux composés toxiques environnementaux. Or, de nombreux patients souffrant de la maladie de Lyme présentent une intoxication par des toxines environnementales de type métaux lourds ou moisissures. « Les patients atteints de maladie de Lyme n’ont apparemment pas une bonne détoxification » explique le Dr Horowitz. Certaines personnes peuvent rester malades car elles n’ont pas la capacité de détoxifier correctement leur organisme. Beaucoup de ces patients peuvent être améliorés lorsque l’on retire les métaux lourds et les toxines de leur organisme, particulièrement les patients qui ne répondent pas au traitement antibiotique.
Les bactéries et virus sont également à l’origine de toxines endogènes que le corps doit éliminer.
Le but est donc d’aider le corps – et particulièrement le foie – à transformer l’ensemble des produits toxiques en produits non toxiques et faciliter leur excrétion. « Les protéines de bonne qualité sont nécessaires pour les réactions de phase I et phase II de détoxification » explique le Dr Horowitz. On en trouve dans les viandes rouges maigres, le poulet, la dinde…
Il existe également des composés, des aliments ou des compléments alimentaires qui peuvent améliorer la détoxification. Les voici.
Glutathion : le glutathion est un tripeptide composé d’acide glutamique, de cystéine et de glycine, trois acides aminés. Les protéines alimentaires sont nécessaires à la synthèse du glutathion. C’est un puissant antioxydant et un agent de détoxification des composés toxiques exogènes et endogènes. Il protège les cellules des dégâts causés par les espèces réactives de l’oxygène et il est essentiel au fonctionnement optimal du foie, principal organe de détoxification. Le glutathion se lie en effet aux toxines et les rend hydrosolubles pour faciliter leur élimination.
Administré par voie orale (ou intraveineuse), il permet d’éliminer des toxines liposolubles de l’organisme et a amélioré l’état de nombreux patients. Il est possible de favoriser la synthèse du gluthation en prenant de la N-acétylcystéine (600 mg deux fois par jour) et de l’acide alpha-lipoïque (300 à 600 mg 2 fois par jour).
Les oligo-éléments : un manque de magnésium rend difficile la détoxification car il est nécessaire à de nombreuses enzymes impliquées dans la détoxification de produits chimiques. Il est conseillé de prendre du malate de magnésium qui permet de chélater l’aluminium et lutte également contre la carence en magnésium. De la même façon, le zinc qui est nécessaire à la phase I de détoxification hépatique et représente un antidote à la toxicité du cadmium. Dose : magnésium (500 mg/jour en moyenne), zinc (15-30 mg/jour en moyenne).
Les crucifères : La consommation de légumes de la famille des crucifères (brocoli, chou-fleur, choux de Bruxelles, chou frisé et ail) notamment grâce au sulforaphane qu’ils contiennent permettent de favoriser l’activité des enzymes de détoxification et ainsi favoriser l’élimination des toxines.
La silymarine : extraite d’une plante appelée Chardon-Marie, la silymarine est constituée de 3 flavonoïdes – la silychristine, la silydianine et la silybine (la plus active). La silymarine est utilisée depuis longtemps pour traiter des troubles hépatiques (4). Elle permet de protéger le foie des toxines et de réparer les tissus endommagés du foie. Elle possède également des vertus antioxydantes.
L’acide ellagique : l’acide ellagique est un polyphénol présent dans de nombreux fruits (grenades, châtaignes, noix, fraises…). Il possède une activité antioxydante puissante. Il permet d’augmenter la production de glutathion et diminuer la toxicité de certains métaux (notamment le nickel) en les chélatant (5).
2. Pour lutter naturellement contre l’inflammation et le stress oxydant
La bactérie Borrelia provoque une réaction inflammatoire très importante. Les personnes qui souffrent de la maladie de Lyme subissent une inflammation chronique liée à la libération de cytokines inflammatoires. Par exemple, les symptômes neurologiques chez certains patients qui souffrent de la maladie de Lyme sont associés à une inflammation du système nerveux central. La production importante de cytokines inflammatoires est à l’origine de bon nombre des symptômes des malades qui dépendent du lieu d’action de ces molécules, de l’état général du patient et de ses prédispositions génétiques. Il est possible de lutter naturellement contre cette inflammation – notamment grâce à une alimentation adaptée – mais aussi contre les espèces réactives de l’oxygène (les radicaux libres) qui lorsqu’elles sont en excès entraîne un stress oxydant qui favorise l’inflammation.
Une diète anti-inflammatoire
L’alimentation est un élément clé pour réduire l’inflammation. Il faut choisir des glucides à index glycémique bas car ce type d’alimentation a des effets anti-inflammatoires significatifs (6). Les régimes Paléo et méditerranéen sont particulièrement adaptés.

Une alimentation riche en antioxydants – fruits et légumes – est également essentielle pour lutter contre le stress oxydant. Les oméga-3 contribuent également à diminuer la production de molécules pro-inflammatoires. Il faut donc augmenter sa consommation d’aliments riches en oméga-3 tout en diminuant sa consommation d’oméga-6.
 
Les oligo-éléments indispensables
Il faut également détecter les éventuelles carences en oligo-éléments et notamment le zinc, qui est indispensable à la fonction immunitaire. Le déficit en zinc pourrait contribuer à la production des cytokines inflammatoires et contribuer à la persistance des symptômes. 

Le cuivre, quant à lui intervient dans la production d’une enzyme – la superoxyde dismutase – qui lutte contre le stress oxydant.
On en revient ici également à l’utilité d’une supplémentation en magnésium qui possède des propriétés anti-inflammatoires. Dans les maladies inflammatoires, les spécialistes conseillent des doses de magnésium comprises entre 300 et 600 mg par jour, en plusieurs prises. Il faut souligner que le manque de magnésium provoque des symptômes semblables à ceux de la maladie de Lyme.
 
La curcumine, anti-inflammatoire
Le curcuma est une épice de couleur jaune riche en polyphénols, dont la curcumine qui lui confère ses vertus antioxydantes et anti-inflammatoires. Problème : le curcuma est très mal absorbé par l’intestin. Certains auteurs conseillent de le prendre avec du poivre noir qui augmente son absorption. Mais celui-ci augmente aussi la perméabilité intestinale ce qui n’est pas souhaitable. Il existe cependant une solution comme l’explique Julien Venesson : « La formulation sous forme de phospholipides de curcuma, aussi appelés phytosomes de curcuma, est capable de multiplier l’absorption du curcuma par 29, celle de la curcumine par 19 ».
3. Rééquilibrer le microbiote intestinal
Nous l’avons vu, un des points importants pour soulager les symptômes est la détoxification de l’organisme. Pour ne pas « encrasser » notre corps, limiter son exposition aux substances chimiques et adopter une alimentation hypotoxique est essentiel. Cela permet à la fois de lutter contre la présence de toxines supplémentaires et sera aussi bénéfique pour l’équilibre du microbiote intestinal. En effet, l’alimentation moderne modifie notre microbiote intestinal et fragilise notre « barrière intestinale ». Tout ceci est à l’origine d’une hyperperméabilité intestinale qui permet à des molécules qui n’ont rien à y faire de pénétrer à l’intérieur de notre organisme favorisant le phénomène d’inflammation. L’équilibre de notre microbiote intestinal est indispensable pour des fonctions essentielles de notre organisme : digestive, immunitaire, métabolique et neurologique.
Lire : Marion Kaplan : «Pour sauver votre santé, sauvez votre microbiote !»

Le plus connu des régimes hypotoxiques est celui du régime Seignalet qui conseille d’éliminer de son alimentation les produits laitiers et les céréales à l’exception du sarrasin et du riz.
Un autre aspect du régime hypotoxique est la consommation d’aliments cuits à température douce de façon à limiter la formation de composés toxiques dus aux températures élevées, comme les produits de Maillard par exemple.
Enfin, choisissez des fruits et légumes bio et fuyez les additifs alimentaires et le sucre. Et buvez beaucoup d’eau.
4. Lutter contre la candidose
Une perturbation dans le microbiote intestinal profite à la prolifération d’un champignon microscopique appelé Candida albicans. Les Candida albicans sont présents normalement dans notre système digestif en nombre limité mais la prise d’antibiotiques, en tuant les bonnes bactéries, favorise leur croissance dans un contexte de dysbiose intestinale. Mais un régime très riche en sucres ou une période prolongée de stress peuvent aussi être à l’origine d’un excès de Candida albicans. Or, lorsque les Candida sont présents en quantité excessive, de nombreux symptômes peuvent apparaître (fatigue, maux de tête, douleurs articulaires, troubles digestifs…) semblables à ceux de la maladie de Lyme. La candidose est généralement associée à une hyperperméabilité de l’intestin grêle.
Candida albicans est capable de libérer environ 79 sous-produits comme l’acide urique ou l’acétaldéhyde qui provoquent mal de tête, une impression de brouillard dans le cerveau et des douleurs articulaires.
Comment lutter contre la candidose ? D’abord en modifiant son alimentation : il faut éliminer les sucres raffinés et mêmes les autres sucres naturels (éviter les fruits) qui favorisent la croissance de Candida, éviter les aliments fermentés et les produits laitiers ainsi que les champignons.
Vous pouvez aussi mettre au menu de l’ail : de nombreuses études mettent en avant son activité antifongique et notamment anti-Candida (7). Mais il existe d’autres antifongiques naturels comme l’huile d’origan (Cool, l’extrait de pépins de pamplemousse ou l’acide caprylique présent par exemple dans l’huile de noix de coco (9).
L’extrait de pépins de pamplemousse (Citrus pardisii) possède un large spectre d’action et lutte contre de nombreuses infections (10). Il faut choisir un complément dans lequel les bioflavonoïdes présents dans les pépins de pamplemousse ont été extraits sans solvant chimique (plutôt avec de la glycérine végétale) et sont présents à une concentration de 400 mg pour 100 ml. En traitement d’attaque, et à ce dosage, il faut prendre 30 gouttes d’extraits de pépins de pamplemousse, 3 fois par jour et pendant 3 semaines à un mois.
Les probiotiques (Lactobacillus et Bifidobacterium) sont également d’une grande aide pour lutter contre la prolifération des Candida albicans – notamment en créant un milieu défavorable à sa prolifération – et restaurer l’équilibre du microbiote intestinal. Ils sont en effet en concurrence avec la levure Candida au sein de l’intestin : plus il y a de bonnes bactéries qui occupent l’espace et de nutriments utilisés par elles, mieux c’est. Une autre souche Saccharomyces boulardii permet d’éviter les diarrhées associées à la prise d’antibiotiques.
Il est recommandé de prendre des probiotiques – Lactobacillus acidophilus (souche DDS-1) et Bifidobacterium – dès le début du programme anti-candida. Il faut choisir des produits qui contiennent au moins un milliard de bactéries par gramme. Pendant une semaine, ces deux probiotiques doivent être pris en quantité égale et à hautes doses (5 à 10 g par jour répartis en plusieurs prises). La dose pourra ensuite être progressivement diminuée.
5. Stimuler l’immunité
Il est difficile pour l’organisme de lutter contre les infections lorsqu’il est déjà en présence d’une maladie de Lyme. Or, la maladie de Lyme s’accompagne généralement de co-infections, qui sont soit transmises lors de la morsure de tique, soit contractées par la suite ou peuvent être réactivées si elles sont déjà présentes dans l’organisme. Le système immunitaire de ces patients a du mal à lutter contre plusieurs infections.
Rééquilibrer son microbiote intestinal est déjà un point important pour l’immunité. Une diversité des espèces bactériennes présentes dans la flore intestinale est liée à une meilleure réponse immunitaire. L’alimentation mais aussi l’exercice physique permettent de stimuler la diversité de la flore intestinale.
Certains compléments alimentaires peuvent aussi aider à augmenter l’immunité. Parmi eux, les bêta-glucanes ont fait l’objet de nombreuses recherches et sont utilisés entre autres pour stimuler le système immunitaire. Les bêta-glucanes sont des polysaccharides (des polymères de glucose) que l’on trouve dans les champignons et les micro-organismes. Ces composés sont reconnus par le système immunitaire, notamment grâce à la présence de récepteurs à la surface des cellules (neutrophiles, macrophages, cellules dendritiques) capables de reconnaître les bêta-glucanes (11).
Parmi les glucanes, le bêta-(1,3/1,6) glucane issu de la paroi d’une levure boulangère, Saccharomyces cerevisiae est le plus puissant stimulant du système immunitaire. Pour être efficaces, les bêta-glucanes doivent être pris à des doses de 500 mg, une à deux fois par jour, selon les études scientifiques actuelles.
Une étude récente a aussi montré que la consommation quotidienne d’un champignon venu d’Asie, le shiitaké, permettait de stimuler l’immunité et en même temps de réduire l’inflammation.  Il existe d'autres aliments qui peuvent stimuler l’immunité : c’est le cas de l’ail (12), échalotes et oignons.
Enfin, il faut surveiller ses apports en zinc (trouvé dans les huîtres, les fruits de mer, le foie de veau…) qui est essentiel à la fonction immunitaire (13). Des suppléments peuvent cependant s’avérer indispensable. Une carence en zinc augmente le risque de contracter une infection supplémentaire.
Un complément de 15 à 30 mg/jour vous permettra d’éviter une carence.

En résumé, pour améliorer les symptômes de la maladie de Lyme, il faut prendre en compte de nombreux paramètres et notamment traiter les infections, lutter contre l’inflammation et stimuler l’immunité. Cela passe par des traitements médicamenteux mais aussi par la prise en compte de carences nutritionnelles, par une détoxification de l’organisme et une éviction des sources toxiques, par un rééquilibrage du microbiote intestinal… autant d’éléments qui vous mettront sur le chemin de la guérison.
avatar
sumerien
Accro
Accro

Messages : 183
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie Lyme - Protocole

Message  Luc le Sam 25 Fév 2017 - 10:45

Excellent article, à lire et relire ...
car la prévention est nécessaire aussi pour disposer d'un bon système immunitaire et savoir comment s'y prendre pour moduler sans l'exciter de manière excessive.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4189
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie Lyme - Protocole

Message  sumerien le Sam 25 Fév 2017 - 10:53

D'ailleurs, au passage, où acheter du NAC pas trop cher ?
avatar
sumerien
Accro
Accro

Messages : 183
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie Lyme - Protocole

Message  Luc le Sam 25 Fév 2017 - 12:33

sumerien a écrit:D'ailleurs, au passage,  où acheter du NAC pas trop cher ?
Je prends mon NAC en pharmacie. entre 10 et 15 € pour 60 sachets de 600 mg. acétyl cystéine EG.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
C'est ce que je prends matin et soir pour dégager les bronches (grippé).
Existe  en 200 mg. Suffisant pour entretenir. Tu partages 1 sachet en 2, matin et soir, si c'est comme anti-oxydant. Attention, il faut prendre les 2: NAC et ALA, en cure.
ALA pour chélater d'autres minéraux.
Je prends / prenais de l'ALA retard (300 mg, USA) à 8H - 16H et coucher. En cure de 5 à 8 jours.
Pause 15 jours, puis reprise ...
Contrindication: lithiase. Je prends quand même: On ne boit pas le fond si pas totalement délayé!

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4189
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie Lyme - Protocole

Message  Mirzoune le Sam 25 Fév 2017 - 19:40

sumerien a écrit:D'ailleurs, au passage,  où acheter du NAC pas trop cher ?

Je la prends chez BulkPowder: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
7,75€ les 100g

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 2785
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 54
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie Lyme - Protocole

Message  sumerien le Dim 26 Fév 2017 - 10:05

Mirzoune a écrit:
sumerien a écrit:D'ailleurs, au passage,  où acheter du NAC pas trop cher ?

Je la prends chez BulkPowder: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
7,75€ les 100g
 Ah oui merci, il y a pas d'excipients dans celle-là
Pourquoi toujours mettre du saccharose ou aspartame dans leur comprimé : c'est pas des bonbons et on n'est pas forcément des enfants !
avatar
sumerien
Accro
Accro

Messages : 183
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maladie Lyme - Protocole

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum