Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Affiner les Apports journaliers recommandés
par Luc Sam 11 Juil 2020 - 11:52

» Coronavirus - actualités
par Luc Sam 11 Juil 2020 - 8:13

» Transition vers moins de féculents
par darky35 Jeu 9 Juil 2020 - 9:52

» Fairvital de mauvaise foi
par darky35 Mer 8 Juil 2020 - 10:17

» Joyeux anniversaire Chriscool
par Proserpine Mar 7 Juil 2020 - 9:55

» Hopovac Présentation
par Hopovac Dim 5 Juil 2020 - 15:33

» Yoga & douleurs dorsales
par Luc Sam 4 Juil 2020 - 9:41

» Tactique Coronavirus
par darky35 Jeu 2 Juil 2020 - 11:58

» Presentation Tachilamo
par darky35 Jeu 2 Juil 2020 - 10:06

» Dioxyde de titane & Excipients ds Vitamines B
par darky35 Mar 30 Juin 2020 - 9:41

» Agents naturels pour lutter contre le biofilm bactérien
par Luc Sam 27 Juin 2020 - 21:13

» Notre équipe
par Mpj48 Mer 24 Juin 2020 - 17:30

» Présentation Alzian
par Alzian Lun 22 Juin 2020 - 20:32

» Biofilm Advanced phase 2
par darky35 Dim 21 Juin 2020 - 18:34

» Cleo SIBOMAN
par Luc Dim 21 Juin 2020 - 14:33

» Histoire drôle en image & Funny clip 9
par Hérode Dim 21 Juin 2020 - 10:22

» darky35-Journal de suivi sibo hydrogène/méthane
par Luc Mer 17 Juin 2020 - 10:05

» images png
par darky35 Dim 14 Juin 2020 - 11:33

» Laissez-moi sortir
par Luc Sam 13 Juin 2020 - 14:57

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 14:56

» Mona lisa en speed Photoshop
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 14:11

» Faire son beurre clarifié (ghee)
par Luc Sam 13 Juin 2020 - 13:27

» créer un gif
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 13:01

» Présentation Pascale
par Proserpine Ven 12 Juin 2020 - 8:48

» Quand les symptômes s'aggravent: Désencrassage, effet rebond, crise de guérison?
par Luc Mer 10 Juin 2020 - 9:59

» Présentation
par Luc Mer 10 Juin 2020 - 8:19

» Bonne fête à toutes les mamans
par Proserpine Dim 7 Juin 2020 - 11:04

» Présentation Sylvain - SIBO et Hashimoto
par SIBO_Sly Ven 5 Juin 2020 - 20:14

» FUT2 sécrétor ou non sécretor ?
par darky35 Lun 1 Juin 2020 - 13:15

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par darky35 Lun 1 Juin 2020 - 12:22

» Bon anniversaire Chantal
par Chantal Mar 26 Mai 2020 - 10:30

» Les Associations alimentaires
par darky35 Sam 23 Mai 2020 - 14:25

» Booster le processus de remyelinisation naturelle
par darky35 Mer 20 Mai 2020 - 10:00

» Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler
par Luc Dim 17 Mai 2020 - 9:06

» Bon anniversaire Céline 57
par Celine57 Jeu 14 Mai 2020 - 15:48

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Proserpine Mar 12 Mai 2020 - 15:10

» Phagothérapie: Les phages et les lysines, contre les bactéries résistantes
par darky35 Mar 12 Mai 2020 - 12:27

» Petit déjeuner de Patiloup
par Anthodu89 Mar 12 Mai 2020 - 9:55

» Petit dej de Luc
par Anthodu89 Lun 11 Mai 2020 - 15:36

» Bon anniversaire Filou68
par Proserpine Dim 10 Mai 2020 - 10:39

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Luc Sam 9 Mai 2020 - 22:43

» Bon anniversaire breizh29
par darky35 Ven 8 Mai 2020 - 9:59

» Présentation Emma
par alexenforme Jeu 7 Mai 2020 - 12:01

» Quand l’énergie fait défaut: Œdème & hypertension
par Luc Mer 6 Mai 2020 - 11:58

» Corriger le déséquilibre hormonal: Excès d'estrogènes
par Luc Lun 4 Mai 2020 - 11:14

» Présentation Lee Loo - Nouvelle abonnée
par Luc Lun 4 Mai 2020 - 9:27

» Péri-ménopause et ménopause. Sérénitude
par Luc Dim 3 Mai 2020 - 8:21

» Comment supporter & digérer les aliments si intestins irrités. IBS
par darky35 Sam 2 Mai 2020 - 12:59

» Les goguettes et Brel
par darky35 Ven 1 Mai 2020 - 15:16

» Jude sibo pas cool
par Proserpine Jeu 30 Avr 2020 - 17:47

» Bon anniversaire Patiloup
par patiloup Mer 29 Avr 2020 - 16:33

» Bon anniversaire Rouly
par Proserpine Mer 29 Avr 2020 - 8:54

» Présentation de Luc, alias Nestor345
par MichelDoc Lun 27 Avr 2020 - 20:39

» Je me présente: MichelDoc
par Chantal Lun 27 Avr 2020 - 13:17

» Contribuez à notre banque de gifs et smileys animés!
par MichelDoc Lun 27 Avr 2020 - 12:02

» Bonjour, moi c'est Myosotis
par Luc Lun 27 Avr 2020 - 10:52

» Journal d'un confiné - Vu par Pablo Andres
par darky35 Dim 26 Avr 2020 - 15:37

» coronavirus et vaccination
par Hérode Lun 20 Avr 2020 - 11:55

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Dim 19 Avr 2020 - 15:18

» Nos amis les bêtes et le virus
par Hérode Ven 17 Avr 2020 - 17:32

» La quercétine protège contre les effets nocifs des pesticides
par Hérode Mer 15 Avr 2020 - 16:28

» Vaccins : un rapport parlementaire italien explosif
par Luc Mer 15 Avr 2020 - 11:09

» The salt Fix
par Luc Mar 14 Avr 2020 - 8:51

» Vitamine C liposomée
par Chantal Dim 12 Avr 2020 - 13:44

» Effet du lait sur l'arthrose : tous les types de lait ?
par Gaffal Dim 12 Avr 2020 - 13:26

» Les tons flingueurs
par Luc Sam 11 Avr 2020 - 17:36

» Histoire drôle en image & Funny clip 8
par Luc Mer 8 Avr 2020 - 8:31

» Bon anniversaire Augustine
par Luc Mar 7 Avr 2020 - 9:10

» Anabolisme et synthèse des protéines - SPM
par Anthodu89 Dim 5 Avr 2020 - 11:53

» Présentation Anthony
par Anthodu89 Dim 5 Avr 2020 - 11:25

» Joyeux anniversaire ma frangine!
par Hérode Ven 3 Avr 2020 - 11:17

» Bon anniversaire Aimee
par Proserpine Mar 31 Mar 2020 - 9:40

» Presse économique - Par temps de crise
par Luc Lun 30 Mar 2020 - 17:01

» Les huiles végétales et apports équilibrés
par Luc Jeu 26 Mar 2020 - 20:41

» Les graisses originelles et les ersatz. T. Lauwers
par Luc Mer 25 Mar 2020 - 11:32

» Bon anniversaire Philipou
par Luc Mar 24 Mar 2020 - 9:53

» panique attestée ?
par Luc Sam 21 Mar 2020 - 21:04

» Bon anniversaire Mamoun69
par Luc Jeu 19 Mar 2020 - 8:48

» Propriétés santé et usages du bouleau
par Hérode Mer 18 Mar 2020 - 11:14

» acides gras trans et enzymes
par Ln Mer 18 Mar 2020 - 10:41

» Alerte Rouge sur paracétamol
par Hérode Dim 15 Mar 2020 - 18:41

» Jus de Grenade fermenté
par Luc Mer 11 Mar 2020 - 9:19

» Cholestérol et Graisses Saturées – Les mythes et les faits
par Luc Mar 10 Mar 2020 - 22:03

» Chaque jour que je passe sur ce forum...
par Proserpine Lun 9 Mar 2020 - 16:53

» vitamine D : zyma D ou...?
par Luc Dim 8 Mar 2020 - 16:39

» Protéine mTOR, acné et cancers
par Luc Sam 7 Mar 2020 - 8:46

» Bon anniversaire Joséphine
par Luc Mar 3 Mar 2020 - 12:37

» À méditer...
par Luc Lun 2 Mar 2020 - 18:39

» Bon anniversaire Nathalie
par Luc Dim 1 Mar 2020 - 10:35

» Joyeux anniversaire, Mirzoune,
par Proserpine Dim 1 Mar 2020 - 10:31

» Aliments anti-coup de froid & coupe-feu
par Luc Sam 29 Fév 2020 - 9:35

» Et si la maladie se cachait dans votre bouche ?
par Luc Ven 28 Fév 2020 - 12:18

» Le sucre de canne complet est une arnaque
par Luc Jeu 27 Fév 2020 - 17:09

» Les dents dévitalisées sont sources majeures de maladies graves
par Flo Jeu 27 Fév 2020 - 14:08

» Blagues et histoires drôles. Halte aux inquisiteurs 1 !
par Luc Mer 26 Fév 2020 - 7:54

» Booster le microbiote avec le sushi
par Luc Mar 25 Fév 2020 - 14:35

» Vit K Mk4 Vs Mk7 update 02 2020
par Luc Sam 22 Fév 2020 - 11:10

» Remodelage osseux & ostéocalcine
par Luc Lun 17 Fév 2020 - 16:50

» Vous voyez flou, des taches apparaissent…
par Luc Dim 16 Fév 2020 - 12:03

Le Deal du moment :
Code promo Cdiscount : 25€ de réduction ...
Voir le deal

Guérir le diabète 2

Aller en bas

Guérir le diabète 2 Empty Guérir le diabète 2

Message  Luc le Lun 25 Nov 2019 - 8:03

Diabète SCE 10 2019
Vaincre le diabète sans médicament : c’est possible !
Il n’y aurait « rien à faire » contre le diabète. Faux ! Le Dr Roy Taylor de l’Université de Newcastle a démontré qu’en perdant rapidement 15 % de sa graisse corporelle, on pouvait venir à bout de la maladie. Normand Mousseau, auteur de « Comment j’ai vaincu le diabète sans médicament » témoigne.

Normand Mousseau est professeur de physique à l’Université de Montréal, spécialiste des matériaux complexes et de la biophysique. Diagnostiqué du diabète de type 2 en 2013, il est l’auteur du livre : « Comment j’ai vaincu le diabète sans médi¬cament » aux Éditions Thierry Souccar (2016).

Annie Casamayou (pour Santé Corps Esprit) : À 46 ans, vous avez appris que vous étiez diabétique de type 2. Comment avez-vous reçu cette annonce ?
Normand Mousseau : C’était en mai 2013 et ça a été vraiment un choc. Clairement, je ne m’y attendais pas du tout puisque je pensais avoir un mode de vie plutôt sain et être en bonne santé. Je suis allé consulter un médecin pour une infection qui ne guérissait pas. Il m’a prescrit un onguent et m’a envoyé faire des analyses de sang. Quand il a eu les résultats, il m’a annoncé que j’étais diabétique : ma glycémie était à 2,6 g/l, alors que la valeur normale se situe entre 0,72 et 1,1 g/l ; j’étais donc à plus du double du seuil. En réalité, j’aurais dû m’attendre à devenir diabétique, car je cumulais plusieurs facteurs de risque : j’ai plusieurs diabétiques dans ma famille, je pesais 104 kg à ce moment-là, beaucoup trop pour mon 1,80 m et, en plus, j’étais loin d’être physiquement actif même si je marchais un peu tous les jours.
J’ai eu beaucoup de mal à me faire à l’idée d’être malade, j’avais beaucoup de projets pour m’occuper encore plusieurs décennies et je comptais bien vivre suffisamment longtemps pour les réaliser. Or, avec le diabète, mon espérance de vie diminuait brutalement de 9 ans, et mon espérance de vie en santé, donc de qualité, de 12 ou 15 ans. J’ai questionné le médecin pour savoir ce que je pouvais faire pour guérir. Il m’a expliqué que le diabète était une maladie chronique et dégénérative. Il m’a conseillé de mieux manger, de perdre du poids et de prendre les médicaments qu’il me prescrivait pour faire baisser la glycémie et contrôler la maladie.
A.C. : Vous avez suivi à la lettre les recommandations de votre médecin. Cela a-t-il donné des résultats ?
N.M. : J’ai tout de suite décidé d’appliquer très sérieusement le pro¬gramme de mon médecin, j’ai revu mon mode de vie et mes habitudes alimentaires en profondeur. J’ai fait attention à mon alimentation, j’ai supprimé le grignotage, le sucre, les chips, les biscuits, le chocolat, etc., j’ai suivi les conseils du guide alimentaire canadien qui dit, en gros, que la moitié de l’assiette doit être des légumes crus ou cuits, avec un peu de féculents et des protéines. Je me suis aussi mis au sport, progressivement, en augmentant peu à peu l’intensité. Au bout de deux ou trois mois, je faisais des séances de 45 minutes de course à pied 3 ou 4 fois par semaine. Tout cela m’a permis, au bout de 8 mois, de perdre 12 ou 13 kg et, dans le même temps, le médecin a augmenté ma médication. C’est vrai qu’une fois que les médicaments ont été assez élevés, ma glycémie a chuté énormément et est revenue dans les valeurs cibles, sous réserve que je maintienne mes efforts concernant mon nouveau mode de vie.
En effet, à chaque mesure de la glycémie, c’était la surprise. Il suffisait d’un plat de spaghettis la veille pour que mon niveau de sucre sanguin bondisse le matin. Il y avait toujours cette instabilité et en plus mon poids stagnait, je n’arrivais plus à maigrir. J’ai fini malgré tout par atteindre 90 kg, le poids que j’avais vingt ans en arrière. Puis je suis parti passer trois mois à Paris, et là, la tentation était grande. J’ai résisté, mais la frustration commençait à me gagner. Je me rendais compte que j’étais condamné à surveiller sans cesse mon alimentation et à ne pas oublier de prendre mes médicaments. Si jamais je m’autorisais un écart, le lendemain j’en voyais les conséquences sur ma glycémie.
J’ai réalisé que, quoi que je fasse, un jour ou l’autre j’allais finir par perdre le contrôle de la maladie et que le diabète allait progresser. Ça a été le point de départ de ma réflexion. La première année de ma vie de diabétique avait été consacrée à me reprendre en main, maintenant j’étais prêt à passer à l’étape suivante : comment puis-je faire pour guérir du diabète ?
A.C. : Quand on cherche, on finit par trouver. C’est ce qui s’est passé ?
N.M. : Dès le lendemain matin, je me suis mis à fouiller sur Internet. Évidemment, j’ai trouvé un peu de tout : « boire du thé vert est indispensable », « il faut éviter de manger des carottes et au contraire ajouter du vinaigre », etc. En outre, nulle part on ne parlait de guérir, seulement de maîtriser la glycémie. Finalement, je suis tombé sur un article d’un journaliste dans The Guardian, un quotidien anglais réputé. Ce journaliste avait été diagnostiqué diabétique de type 2 en dépit d’un poids tout à fait normal. Il avait mis en place un régime draconien en se basant sur les travaux de Roy Taylor, un chercheur de l’université de Newcastle au Royaume-Uni et au bout de 11 jours de régime, sa glycémie à jeun était revenue dans les normes et restait stable sans médicament.
En tant que physicien et chercheur à l’université, j’ai accès aux revues professionnelles, je suis donc allé lire directement les publications de Taylor. À partir de là, j’ai plongé dans la littérature scientifique en remontant toutes les références citées pour évaluer la pertinence des travaux de ce chercheur. Tout ce que j’ai lu m’a convaincu, son hypothèse était parfaitement crédible.
En résumé, il s’est appuyé sur les guérisons surprenantes constatées chez les patients qui avaient subi une chirurgie bariatrique. La chirurgie bariatrique, c’est lorsqu’on pose un bypass ou un anneau gastrique dans le but de diminuer la quantité de nourriture ingérée pour faciliter la perte de poids. Outre une perte de poids très importante, la chirurgie bariatrique induit généralement une amélioration rapide et durable de la santé des patients, y compris une amélioration de la glycémie qui intervient en moins d’une semaine après l’opération. Taylor a donc proposé à un petit groupe de patients diabétiques un régime fortement réduit en calories de façon à reproduire les effets de la chirurgie bariatrique. Il a obtenu des résultats impressionnants : les patients étaient en rémission et n’avaient plus besoin de traitement.
Les données avaient encore besoin d’être confirmées par des essais à plus grande échelle, pourtant la solidité scientifique de son approche m’a convaincu. Il y avait probablement de bonnes chances que ça fonctionne pour moi aussi et, de toute façon, le pire que je pouvais perdre avec un régime comme ça, c’était du poids !
A.C. : Comment avez-vous mis en place ce régime ?
N.M. : La diète recommandée par Taylor n’est pas forcément facile à appliquer, mais elle est vraiment simple. Il s’agit de consommer un maximum de 700 calories par jour pour perdre du poids en peu de temps. Je me suis donc mis aux substituts de repas à 160 ou 170 calories deux fois par jour, et le soir je mangeais un plat relativement normal avec une grande portion de légumes, des haricots verts, du brocoli, etc. et un filet de poulet ou une autre protéine pour remplir un peu l’estomac. J’ai évité de mettre de l’huile trop calorique, mais j’ajoutais du vinaigre, des aromates ou de la sauce soja pour relever.
J’ai suivi ce régime une première fois durant huit ou neuf jours, puis j’ai arrêté, car je devais partir en voyage. Dès le quatrième jour, ma glycémie avait chuté à un niveau acceptable et j’ai arrêté de prendre mes médicaments. Je suis resté sans traitement pendant encore deux semaines après la fin du régime ; je n’en avais pas besoin, ma glycémie restait basse. Elle a quand même fini par remonter et j’ai repris mon traitement. Mais le plus important, c’est que j’ai compris que si je maintenais suffisamment longtemps la diète, j’allais pouvoir me débarrasser définitivement du diabète. Je me suis donc remis au régime à deux autres reprises au cours des mois suivants, à chaque fois sur dix ou douze jours. Évidemment, entre ces périodes à 700 calories, je faisais attention à ne pas reprendre le poids perdu.
C’était en 2014 et j’ai atteint le poids de 75 kg. Depuis, ma glycémie à jeun reste toujours dans les normes, juste un peu plus élevée que celle d’une personne non diabétique. Je n’ai plus à me préoccuper de mon taux de sucre ni à éviter les desserts, je mange normalement et officielle¬ment je ne suis plus diabétique. Si jamais je rechutais, je sais ce qu’il me resterait à faire : je reprendrais le régime.
« J’ai compris que si je maintenais suffisamment longtemps la diète, j’allais pouvoir me débarrasser définitivement du diabète. »
A.C. : Ce n’est quand même pas un régime facile à suivre, comment avez-vous fait pour y parvenir ?
N.M. : Bien sûr, les deux ou trois premiers jours on a faim, puis ça passe. Ce qui reste ensuite, c’est que l’on ne pense qu’à une seule chose, manger ! Cela dit, quand on se met au régime, qu’importe le nombre de calories, je crois que cette idée-là nous préoccupe en permanence. Ce qui est important dans le régime de Taylor, c’est de boire beaucoup d’eau, au moins deux litres. Il y a aussi une astuce pour tromper la faim : prendre de l’eau pétillante, ça n’apporte aucune calorie et beaucoup de bulles. Dans les essais cliniques, les participants suivaient le régime durant huit semaines. En raison de mon agenda, je l’ai fait durant un laps de temps plus court, et si je dois suivre un régime drastique pendant dix jours, j’avoue que ça ne me per¬turbe pas vraiment.
Bien sûr, c’est un régime déséquilibré, d’ailleurs j’ai entendu beaucoup de nutritionnistes dire combien il était épouvantable et néfaste pour la santé. Les études pourtant sont très claires, il ne comporte aucun risque pour une personne qui n’a pas d’autres problèmes de santé que le diabète. Si l’on regarde ce qui se passe pour les personnes qui ont subi des périodes de famine, on voit bien qu’on a tous des réserves.
De plus, grâce aux substituts de repas et aux légumes, on consomme assez de fibres, assez de protéines et de vitamines pour répondre aux besoins du corps. D’ailleurs, je n’ai pas constaté de baisse d’énergie, j’ai continué à travailler tout à fait normalement pendant le régime. Par contre, si l’on souffre d’une autre pathologie que le diabète, si l’on est traité avec de l’insuline ou un autre médicament, évidemment il sera préférable de voir son médecin d’abord.
D’un autre côté, il faut comprendre que l’on parle seulement d’alimentation. On exagère parfois un peu, les gens dans les périodes de famine n’avaient pas tous un médecin et un nutritionniste à côté d’eux pour leur expliquer comment passer au travers.
A.C. : Vous êtes la preuve vivante qu’il est possible de guérir du diabète. Comment la science explique-t-elle que perdre du poids suffise à en sortir ?
N.M. : Taylor a formulé l’hypothèse que la réduction brutale de l’apport calorique causée par la réduction de la taille de l’estomac après les chirurgies bariatriques forçait l’organisme à brûler rapidement la graisse contenue dans les organes internes. Une fois que le pancréas et le foie ont perdu leur graisse, les cellules peuvent retrouver leurs fonctions normales, ce qui fait que la sensibilité à l’insuline revient à des niveaux considérés comme normaux et que la production d’insuline par les cellules bêta du pancréas s’améliore significativement.
Il a publié une étude où l’on mesurait la graisse dans le pancréas des personnes obèses avant et après une opération bariatrique. Avant l’opération, les diabétiques avaient 15 % de graisse en plus que les non-diabétiques. Après l’opération, en quelques jours, la graisse dans le pancréas des patients diabétiques s’abaissait au même niveau que les autres, alors qu’on ne constatait au¬cune perte de graisse pancréatique chez les non-diabétiques.
C’est la preuve que les diabétiques ont tendance à accumuler de la graisse dans le pancréas, et c’est cela qui empêche cet organe de remplir ses fonctions correctement.
Pour une raison qui n’est pas claire, car il n’y a encore aucune étude là-dessus, pour que la graisse dans les organes internes soit brûlée efficacement et que les cellules du pancréas reprennent des forces, il faut passer par un régime à très faible teneur en calories. Le principe, c’est de perdre beaucoup de poids et si possible rapidement. Il n’y a pas de norme pour savoir combien de kilos il faut perdre, ça dépend de chacun, il faut maigrir jusqu’au moment où la glycémie se stabilise.
A.C. : Une fois les kilos envolés, il faut aussi ne pas les reprendre. Comment y parvenez-vous ?
N.M. : En effet, le plus important et le plus difficile, c’est de ne pas reprendre de poids. En fait, sans le savoir et sans avoir rien planifié, j’ai procédé de la bonne façon. Je ne me suis pas embarqué directement dans les phases de régime sévère. D’abord, durant la première année qui a suivi le diagnostic, j’ai appris à manger correctement et je me suis mis au sport.
Le sport est aussi un facteur à ne pas négliger. Ce n’est pas cela qui permet de perdre du poids, mais ça améliore considérablement l’absorption de l’insuline, les cellules la captent mieux. Ce n’est pas suffisant de faire de la marche, il faut que les muscles travaillent, que ce soit avec la musculation, la course, le vélo, etc.
Donc, durant la première année, j’ai perdu 15 kg et j’ai maintenu cette perte de poids. Ensuite, entre chaque période de régime draconien, j’ai fait de même. Cela m’a pris du temps pour trouver la façon de ne pas reprendre du poids. Quand on maigrit beau¬coup, on ne peut pas manger comme avant, tout simplement parce que l’on consomme moins d’énergie, le métabolisme de base est moins élevé.
Je ne prétends pas que ce soit facile, mais c’est faisable. Mon conseil, c’est de commencer par apprendre à manger sainement et à être heureux avec cette manière de s’alimenter. Un régime à 700 calories ne vous apprend rien du tout sur une bonne alimentation. Quelqu’un qui ne sait pas manger et qui se met au régime seulement durant deux mois ne saura pas ce qu’il faut faire pour maintenir le poids perdu. Il est indispensable d’apprendre d’abord à avoir une nouvelle relation à la nourriture. Je reconnais avoir une certaine obsession à vouloir maintenir mon poids, car je sais en tant qu’ancien diabétique que mon pancréas est fragile. Si je reprenais du poids, il est probable que je développerais de nouveau la maladie.
J’ai peur de cette maladie et je refuse d’en subir les conséquences désastreuses : perdre la vue, être amputé, avoir des problèmes de reins, etc. Chacun doit trouver sa motivation et prendre le temps d’apprendre à manger.
Propos recueillis par Annie Casamayou, Naturopathe.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 9657
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 66
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Guérir le diabète 2 Empty Re: Guérir le diabète 2

Message  Luc le Lun 25 Nov 2019 - 8:25

Commentaire:
Il y a plusieurs témoignages qui vont dans ce sens.
Pour récupérer un fonctionnement normal de la glycémie (insensibilité à l'insuline), il faut désengorger le foie et le pancréas. Ces deux organes sont enveloppés d'une couche de graisse.
On peut procéder comme Normand Mousseau mais ce n'est pas indispensable. Je ne procéderais pas ainsi, de manière "aveugle". Pas tenable sur le long terme. Vous vivez sur vos réserves.
Le principe est le suivant:
Le principal des calories proviendra du stock de graisses emmagasinées.
On apporte un minimum de glucides (500 Kcal) et de protéines (300 K/cal). Il n'est pas nécessaire de rester en cétose. Il faut juste trouver le bon modus, en lipolyse. On brûle donc principalement les graisses stockées, mais pas que. Cela évite les retours de manivelle (famine). Si vous venez à manquer d'un macronutriment ou d'un micronutriment indispensable, le cerveau va se mettre en mode protection et ralentira le métabolisme. Un plateau s'ensuivra (stagnation). Et c'est là que souvent vous allez faire l'andouille. (...). Ou bien vous ferez une pause, avec un effet yoyo partiel, pour recharger et regagner du tonus. Cela ne se passe pas nécessairement ainsi (baisse de tonus); cela dépend du stock des micronutriments.
On résume:
Ok sur le principe, pas sur la manière (sur les "détails")
On fait un suivi pour les micronutriments.
Evidemment on ne compare pas ce qui n'est pas comparable: le régime cétogène et un régime hypocalorique équilibré. Au minimum, on crée un déficit de 20 %, au niveau des calories.

Base minimale *1, en résumé:
- 500 K/cal de glucides (125 gr de glucides).
- 300 K/cal. de protéines (75 gr de protéine) (75 - 90 gr)
- le solde en lipides.
Avec un déficit minimal de 20 %, par rapport à votre métabolisme + activités.
*1 IL y a des études qui établissent l'apport minimal combiné de macronutriments afin de ne pas entrer en mode famine.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 9657
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 66
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum