Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Omega-3 : Comment choisir ?
par loulou77 Hier à 23:36

» Présentation loulou77
par loulou77 Hier à 23:15

» Juillet 2020, Concorde la fin d'un mythe
par darky35 Hier à 13:39

» Courir à 80 ans
par Chantal Hier à 11:35

» Presentation oliv_d
par Luc Mer 25 Nov 2020 - 22:52

» Présentation - Claire - Sibo
par Anthodu89 Mer 25 Nov 2020 - 15:13

» Infos santé. Divers SCE
par Luc Lun 23 Nov 2020 - 11:49

» Histoire drôle en image & Funny clip 10
par Luc Dim 22 Nov 2020 - 10:15

» Le Coronavirus pourrait conduire à un âge d’or.
par Luc Dim 22 Nov 2020 - 9:45

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Sam 21 Nov 2020 - 8:33

» Comment optimiser l'assimilation du fer
par darky35 Ven 20 Nov 2020 - 11:44

» ASTHME et bronchite
par Luc Ven 20 Nov 2020 - 10:36

» présentation de fisque
par Proserpine Ven 20 Nov 2020 - 9:55

» créer un gif
par Luc Mar 17 Nov 2020 - 19:10

» Coronavirus - actualités
par Luc Mar 17 Nov 2020 - 8:42

» darky35-Journal de suivi sibo hydrogène/méthane
par darky35 Lun 16 Nov 2020 - 12:31

» De l'importance de la respiration
par Proserpine Dim 15 Nov 2020 - 12:12

» Laissez-moi sortir
par Proserpine Dim 15 Nov 2020 - 9:52

» Bon anniversaire Lulu
par Proserpine Mer 11 Nov 2020 - 10:09

» Tactique Coronavirus
par Luc Dim 8 Nov 2020 - 23:35

» Un très bon anniversaire Luc
par Nell74 Dim 8 Nov 2020 - 18:17

» Bon anniversaire Pierrette
par Mirzoune Ven 6 Nov 2020 - 10:52

» Vitamione C flush
par darky35 Lun 2 Nov 2020 - 9:20

» Adjuvants beurk
par darky35 Ven 30 Oct 2020 - 12:35

» Biofilm Advanced phase 2
par darky35 Mer 28 Oct 2020 - 12:13

» Curcumine et lithiase
par Luc Mar 27 Oct 2020 - 12:22

» Je détoxique mon foie
par darky35 Ven 23 Oct 2020 - 19:34

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par darky35 Ven 23 Oct 2020 - 0:20

» Présentation - Elsa
par Proserpine Mer 21 Oct 2020 - 10:24

» Eczéma atopique et HE
par Luc Dim 18 Oct 2020 - 10:21

» Frais PayPal si inactif
par darky35 Sam 17 Oct 2020 - 13:26

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Matogato Ven 16 Oct 2020 - 21:06

» Bon anniversaire Matogato
par Matogato Jeu 15 Oct 2020 - 10:28

» Aluminium dans les vaccins : la vérité scientifique dévoilée !
par Luc Mer 14 Oct 2020 - 11:53

» Reins: Nettoyer votre filtre rénal avant qu’il s’encrasse
par Luc Mar 13 Oct 2020 - 10:53

» Nouveau cadeau de la vie
par Flo Mar 13 Oct 2020 - 9:43

» Pq je prescris des antibios en cas de Fibro, SFC, PR, Crohn ...
par Luc Lun 12 Oct 2020 - 10:59

» présentation SIHO
par Proserpine Jeu 8 Oct 2020 - 16:11

» Cholestérol et Graisses Saturées – Les mythes et les faits
par Flo Lun 5 Oct 2020 - 21:10

» Bon anniversaire Johnny/Bak
par Proserpine Dim 4 Oct 2020 - 11:03

» Bon anniversaire Richarddupuy
par Mezame Ven 2 Oct 2020 - 20:14

» Bon anniversaire jpwax
par Mezame Ven 2 Oct 2020 - 20:11

» Joyeux anniv Mezame
par Mezame Ven 2 Oct 2020 - 19:32

» Un colon irritable et de la constipation en recherche de solutions
par darky35 Mer 30 Sep 2020 - 10:48

» Banque d'avatars
par Luc Mer 30 Sep 2020 - 10:25

» Choline quelle forme ?
par Luc Lun 28 Sep 2020 - 11:43

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Mar 22 Sep 2020 - 10:25

» âme de détective ?
par Luc Dim 20 Sep 2020 - 11:51

» Bon anniversaire Herode
par darky35 Mer 16 Sep 2020 - 10:25

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Ven 11 Sep 2020 - 11:40

» Protéger et stimuler la mémoire
par Luc Ven 11 Sep 2020 - 9:33

» Bon anniversaire Florence
par Luc Jeu 10 Sep 2020 - 11:42

» sibo-c nouvelles therapies
par Proserpine Jeu 10 Sep 2020 - 10:22

» faire sa propre preparation
par CapitaineCleo Jeu 10 Sep 2020 - 1:13

» Acouphènes: Arrêter ces bruits qui rendent fou!
par darky35 Dim 6 Sep 2020 - 11:41

» Bonjour je me présente, Elya
par SIBO_Sly Jeu 3 Sep 2020 - 11:05

» Transition vers moins de féculents
par Luc Jeu 3 Sep 2020 - 8:48

» L'argile qui guérit - Raymond Dextreit
par Luc Mar 1 Sep 2020 - 21:54

» Sujet fourre-tout pour les vadrouilleurs et les noctambules
par Nell74 Lun 31 Aoû 2020 - 15:50

» Neurostimulation non invasive du nerf vague
par Ln Ven 28 Aoû 2020 - 16:07

» Bon anniversaire Anthodu89
par Luc Ven 28 Aoû 2020 - 12:56

» HE niaouli ou tea tree pour la radiothérapie
par Luc Lun 24 Aoû 2020 - 12:23

» Petit déjeuner de Patiloup
par Luc Mar 18 Aoû 2020 - 20:51

» Astuces pour des jambes légères
par darky35 Sam 15 Aoû 2020 - 12:21

» Présentation Zoldik
par Anthodu89 Jeu 13 Aoû 2020 - 14:43

» Presentation TINTIN35
par darky35 Mar 11 Aoû 2020 - 16:55

» Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel
par darky35 Mer 5 Aoû 2020 - 14:36

» Histoire drôle en image & Funny clip 9
par Luc Mar 4 Aoû 2020 - 10:21

» Foie et déchets cristalloïdes
par Luc Dim 2 Aoû 2020 - 20:44

» Agents naturels pour lutter contre le biofilm bactérien
par darky35 Dim 26 Juil 2020 - 11:12

» Détox et organisme sous-vital
par Luc Dim 26 Juil 2020 - 9:19

» Vitamine A sous-estimée?
par darky35 Mer 22 Juil 2020 - 10:57

» Potassium et gestion de la glycémie
par Luc Lun 20 Juil 2020 - 12:12

» Pain mix céréales aux éclats de cacao brut
par Luc Dim 19 Juil 2020 - 11:11

» Affiner les Apports journaliers recommandés
par Luc Sam 18 Juil 2020 - 9:53

» Soigner la borréliose
par Luc Ven 17 Juil 2020 - 9:21

» Bon anniversaire lmichelle
par Luc Mar 14 Juil 2020 - 9:46

» Fairvital de mauvaise foi
par darky35 Mer 8 Juil 2020 - 10:17

» Joyeux anniversaire Chriscool
par Proserpine Mar 7 Juil 2020 - 9:55

» Hopovac Présentation
par Hopovac Dim 5 Juil 2020 - 15:33

» Yoga & douleurs dorsales
par Luc Sam 4 Juil 2020 - 9:41

» Presentation Tachilamo
par darky35 Jeu 2 Juil 2020 - 10:06

» Dioxyde de titane & Excipients ds Vitamines B
par darky35 Mar 30 Juin 2020 - 9:41

» Notre équipe
par Mpj48 Mer 24 Juin 2020 - 17:30

» Présentation Alzian
par Alzian Lun 22 Juin 2020 - 20:32

» Cleo SIBOMAN
par Luc Dim 21 Juin 2020 - 14:33

» images png
par darky35 Dim 14 Juin 2020 - 11:33

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 14:56

» Mona lisa en speed Photoshop
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 14:11

» Faire son beurre clarifié (ghee)
par Luc Sam 13 Juin 2020 - 13:27

» Présentation Pascale
par Proserpine Ven 12 Juin 2020 - 8:48

» Quand les symptômes s'aggravent: Désencrassage, effet rebond, crise de guérison?
par Luc Mer 10 Juin 2020 - 9:59

» Présentation
par Luc Mer 10 Juin 2020 - 8:19

» Bonne fête à toutes les mamans
par Proserpine Dim 7 Juin 2020 - 11:04

» Présentation Sylvain - SIBO et Hashimoto
par SIBO_Sly Ven 5 Juin 2020 - 20:14

» FUT2 sécrétor ou non sécretor ?
par darky35 Lun 1 Juin 2020 - 13:15

» Bon anniversaire Chantal
par Chantal Mar 26 Mai 2020 - 10:30

» Les Associations alimentaires
par darky35 Sam 23 Mai 2020 - 14:25

» Booster le processus de remyelinisation naturelle
par darky35 Mer 20 Mai 2020 - 10:00


Infos santé. Divers SCE

Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Infos santé. Divers SCE

Message  Luc le Dim 4 Oct 2020 - 18:29

Infos diverses tirées du magazine Santé Corps Esprit auquel je suis abonné
SCE 10/2020
Nourrissez votre diabète de bonnes bactéries
Le diabète de type 2 est l’une des plus grandes maladies non résolues de notre siècle ! En 2015, il touchait près de 9 % de la population mondiale. Bien que l’alimentation soit à la base de cette pathologie de civilisation, le déséquilibre du microbiote a récemment été reconnu comme facteur prédisposant au diabète et à l’obésité.
Une étude (1) menée par un comité scientifique de Hongrie et publiée en juillet 2020 explique ainsi l’intérêt des probiotiques pour les patients atteints du diabète de type 2.
Les résultats ont montré que les souches L. gasseri, L. plan­tarum et L. casei permettaient une diminution de la glycémie et de la résistance à l’insuline, mais aussi une amélioration du cholestérol et des triglycé­rides. Par ailleurs, la CRP (un marqueur de l’inflammation) a considérablement chuté.
Les patients diabétiques étant à haut risque cardiovasculaire, c’est là tout le potentiel des probiotiques ! Ces petites bac­téries pourraient donc consti­tuer un traitement adjuvant efficace au diabète de type 2.
 
1) « Probiotics have beneficial metabolic effects in patients with type 2 diabetes mellitus: a meta-analysis of randomized clinical trials ». Tícia Kocsis, Bálint Molnár, Dávid Németh, Péter Hegyi, Zsolt Szakács, Alexandra Bálint, András Garami, Alexandra Soós, Katalin Márta & Margit Solymár. Published 16 July 2020
 
                                                                       X
L’ail ne repousse pas que les vampires !
L’hypertension artérielle et l’élévation du cholestérol sont les deux facteurs de risques majeurs de développement des maladies cardio­vasculaires. Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, entre 37 et 48 millions d’adultes qui souffrent d’hyperten­sion et d’hypercholestérolémie ne surveillent pas leur maladie.
Une étude (2) menée par l’Isfahan University of Medical Sciences rapporte que l’association de l’ail cru et du jus de citron aurait la capacité d’abaisser le cholestérol sanguin et la tension artérielle.
Ce remède naturel serait donc une alternative aux statines, sans les effets indésirables tels que douleurs musculaires, problèmes de foie, etc. En outre, des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie ont même conclu qu’un composé de l’ail appelé la S-allylcystéine inhibait la synthèse du cholestérol. Contrairement aux statines, l’ail cru et le jus de citron peuvent être consommés sans danger en cas de diabète, de pathologie du foie, d’antécédent d’AVC, de même que par les femmes enceintes et allaitantes.
2) Randomized Clinical Trial ». Negar Aslani, Mohammad Hasan Entezari, Gholamreza Askari, Zahra Maghsoudi and Mohammad Reza Maracy. 2016 Jul 29.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
                                                                       x
 
Pour vivre longtemps, un bon plateau de fruits de mer
L’augmentation du risque de mortalité, toutes causes confondues, a été mise en relation avec une carence en un oligo-élément spécifique : le sélénium. Cet antioxydant joue un rôle primordial notamment dans la sécrétion des hormones thyroïdiennes, la régulation du métabo­lisme, la synthèse d’ADN, etc.
Une étude (3) publiée en 2018 dans le Journal of Nutrition, Health & Aging explique la corrélation entre un taux élevé de sélénium et l’augmentation de la longévité. En effet, le sélénium diminue le taux de marqueurs inflammatoires, ce qui est très important puisque c’est justement l’inflammation chronique qui est à la source des maladies menaçantes. Par ailleurs, la carence en sélénium augmente le risque de contracter un cancer, une maladie cardiaque, ou encore de développer de l’arthrose ou une dépression.
La dose quotidienne recommandée est de 55 mcg pour les adultes. Heureusement, vos apports seront satisfaits si vous consommez assez de viande biologique, de noix, d’œufs et de fruits de mer. On retrouve également du sélénium dans les végétaux (notamment dans les choux, les champignons ainsi que l’ail), toutefois de façon moindre.  
3. « Selenium Concentrations and Mortality Among Community-Dwelling Older Adults: Results from ilSIRENTE Study ». Silvia Giovannini, G. Onder, F. Lattanzio, S. Bustacchini, G. di Stefano, R. Moresi, A. Russo, R. Bernabei & F. Landi. The journal of nutrition, health & aging volume 22, pages 608–612 (2018)

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  darky35 le Lun 5 Oct 2020 - 9:47

Très intéressant, le problème est de faire évoluer les mentalités, car une majorité de patients, dont ma mère diabétique, foie gras, insuffisance rénale et hypertension, (etc), ne sont pas prêts à franchir le pas car trop habitués à être pris en charge chimiquement par leur MT. "On a plus mal donc tout va bien". Il faudrait que notre medecine évolue et reconnaisse officiellement une prise en charge par le biais de ces nouvelles medecines.

La vitamine D est aussi importante pour protéger des effets de la glycémie élévée
Life extension a écrit:traduction
Plus intéressant encore, le diabète est significativement plus répandu chez les personnes ayant de faibles taux sériques de vitamine D. 3
Dans un récent essai contrôlé randomisé en double aveugle publié en 2009, une centaine de volontaires de sexe masculin de plus de 34 ans ont reçu soit 120000 UI de vitamine D3, soit un placebo tous les quatorze jours pendant six semaines pour étudier l'impact de la supplémentation en vitamine D. La fonction métabolique a ensuite été évaluée par une variété de mesures et de tests. Soixante et onze participants à l'essai ont terminé l'étude.

Les résultats ont indiqué que la supplémentation avec l'équivalent d'environ 8 500 UI de vitamine D3 par jour augmentait significativement les taux sériques de 25-hydroxy vitamine D et améliorait la sensibilité à l'insuline (p = 0,038; selon l'analyse du protocole). Aucun changement significatif de la sécrétion d'insuline ou des taux de lipides n'a été observé. 4
Une augmentation de l'élimination de la glycémie par les tissus cibles, y compris les muscles squelettiques et le foie, peut aider à expliquer les résultats de cet essai en double aveugle contrôlé par placebo. À l'avenir, des études plus larges et plus longues devront être menées pour voir si les résultats obtenus dans cette étude clinique sont cohérents.
Ne pas oublier que qui dit supplémentation en vitamine D dit équilibre (ratio) entre la D, la A (retinol) et la K2 --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Des tests sanguins  pour dépister une hémoglobine élevée persistante comprennent l' A1c, la glycémie à jeun et le test de tolérance au glucose.
Life extension a écrit:traduction
Traiter - ou, mieux encore, prévenir - les niveaux élevés d'insuline à jeun est vital.
Malheureusement, la plupart des traitements médicaux s'attaquent aux différents symptômes et effets de l'hyperinsulinémie, et non au problème fondamental lui-même.
Par exemple, les médecins recommandent généralement des médicaments antihypertenseurs pour abaisser la tension artérielle et des statines pour améliorer le cholestérol. Ces médicaments traitent à traiter les symptômes, mais ils ne traitent pas les niveaux élevés d'insuline à jeun qui ont étudié les problèmes sous-jacents en premier lieu.
Une meilleure approche serait de corriger la résistance à l' insuline pour maintenir l' insuline à jeun dans la plage normale . Ce n'est qu'alors qu'une personne peut prévenir ou corriger les effets nocifs de l'excès d'insuline.
Heureusement, il existe une enzyme présente dans chaque cellule du corps, appelée protéine kinase activée par l'AMP (AMPK) , qui peut aider à ramener les niveaux d'insuline à la normale.
Lorsqu'il est activé, l'AMPK améliore le métabolisme, augmente la sensibilité des cellules à l'insuline et contrecarre de nombreux effets néfastes discutés ci-dessus, y compris le prix de poids et de nombreuses maladies liées à l'âge. 8,29,30
L'activation de l'AMPK à plusieurs effets spécifiques sur le métabolisme, notamment: 8

  • Amélioration du transport du glucose dans les cellules,
  • Amélioration du fonctionnement des mitochondries, les générateurs d'énergie de la cellule,
  • Meilleure répartition des graisses,
  • Réduction du stress oxydatif,
  • Inflammation réduite, et
  • Activation des sirtuines , protéines qui régulent la santé cellulaire et sont associées à une prolongation de la durée de vie dans de nombreux modèles.

Le résultat final de ces effets? Réduction de la résistance à l'insuline et des niveaux inférieurs d'insuline à jeun.
L'objectif est de trouver des moyens pour «amplifier» l'activité d'AMPK. Les quatre expériences connues de le faire sont exercées, les changements alimentaires, les médicaments et les suppléments naturels.

Activer l'AMPK avec l'exercice et le régime


Nous savons tous que faire de l' exercice physique présente régulièrement de nombreux avantages pour la santé, comme brûler des calories et tonifier les muscles.
Mais un avantage est souvent négligé: exercice stimule directement les cellules pour augmenter l' activité AMPK . 31,32 C'est pourquoi l'exercice est associé à une perte de poids et à des avantages métaboliques au-delà de ce que l'on peut expliquer simplement par le nombre de calories brûlées.
L'inverse est également vrai. Un mode de vie sédentaire entraîne une activité AMPK plus faible , 8 et est bien reconnu comme un facteur de risque d'obésité, de diabète de type II et de syndrome métabolique.
Le régime alimentaire occidental  moderne est également en partie responsable de nombreuses maladies métaboliques dont souffrent les gens, y compris l ' hyperinsulinémie . Les régimes riches en calories, en glucides et en graisses exercent une pression sur le système et forcent les niveaux d'insuline à augmenter, entraînant une résistance à l'insuline et des niveaux élevés d'insuline à jeun.
Manger des aliments plus sains et moins de calories totales peut contribuer à améliorer le métabolisme et à stimuler l'activité AMPK. En fait, la restriction calorique, soit par la réduction totale du nombre de calories consommées, soit par le jeûne intermittent, s'est avérée dans des études de recherche comme un activateur de l'AMPK. 31,33
Pour la plupart des gens, cependant, il est difficile d'apporter des changements spectaculaires et cohérents à l'alimentation et à l'exercice. Il existe d'autres options qui peuvent également être de puissants activateurs AMPK.
En termes clairs : la sédentarité favorise le diabète, donc pratiquer une activité physique au quotidien, sport, travail permet d'activer des mécanismes importants afin de lutter contre l'hyperinsulémie et tous les effets liés à l'âge. "Une voiture qui sert s'use moins qu'une qui reste au garage".

Guide des vitamines.org a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les besoins quotidiens (AJR, apports journaliers recommandés) en sélénium sont d’environ 20 à 200 micro-grammes selon les individus (en fonction de l’âge et de l’activité).
AgeAJR en Sélénium / besoin par jour
Nourrissons (de la naissance à 1an)10 à 15 micro-grammes
Enfants (1 à 3 ans)20 à 30 micro-grammes
Adolescents55 micro-grammes
Femmes55 micro-grammes
Hommes70 micro-grammes
Sportifs100 à 200 micro-grammes
Attention au noix du bresil, le taux de sélénium n'est pas fiable et peut passer de 5% aux 100g à 10000%. Dans mon cas je privilégie une supplémentation en sélénométhionine (sans levures ni fermentations), à 2x100mcg répartis aux principaux repas.

_________________
|Gersed|Histam&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable
Irrécupérable

Messages : 1149
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 54
Localisation : Jamais loin d'un chiotte

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty obésité hormonale, diabète et foie engorgé

Message  Luc le Lun 5 Oct 2020 - 10:07

oui, bien vu. 
La vitamine D est "bouffée" chez les personnes en situation inflammatoire car cette "vitamine hormonale" agit aussi au niveau de l'immunité.
Si le foie est engorgé, le diabète sera mal géré. Le foie et le pancréas des personnes diabétiques sont dysfonctionnels (surcharge). Voir le schéma ci-dessous
Lien utile pour chouchouter le foie:
Soigner votre foie – La santé vue de l’intérieur
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source:  Jason Fung
On peut aussi choisir l'option du régime 16.8 si la glycémie ne pose pas encore un problème, puis envisager un "reset immunitaire" avec un jeûne thérapeutique. 
Robb Wolf a dit:
Il apparaît qu’il y a des études significatives indiquant une baisse dramatique de l’inflammation, des améliorations au niveau de la sensibilité à l’insuline, et presque un “reset” total de la fonction immune après plusieurs jeunes de 3 – 5 jours

Lien utile (jeûne)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
PS: On ne jeûne pas sans assistance s'il y a un problème de glycémie. On fait gaffe aussi si le fonctionnement des reins est erratique.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Du thé pour votre cerveau: blanc ou vert?

Message  Luc le Mar 6 Oct 2020 - 23:17

Du thé pour votre cerveau
Deuxième boisson la plus consommée au monde après l’eau, le Camelia sinensis est une plante d’origine chinoise – et non indienne.
Par Philippe Sionneau, pour SCE 10/2020

Philippe Sionneau a étudié la médecine chinoise à la Hubei University of Chinese Medicine, à Wu Han. Cet expert en médecine chinoise a déjà publié plus de 25 ouvrages sur le sujet et enseigne cette médecine millénaire à travers le monde.


Dans la vision de la médecine chinoise, les aliments ou les plantes médicinales ne sont pas étudiés selon leurs compo­sants chimiques ou leur composition nutritionnelle. Elle examine les aliments et les effets de leurs propriétés (nature, saveurs, tropismes) sur l’organisme. La nature de l’aliment représente l’effet thermique généré dans l’organisme après assimilation  de l’aliment.

Nature chaude ou nature froide ?
Il s’agit de la sensation de chaleur ou de fraîcheur ressentie pendant ou après sa digestion, indépendam­ment de la température à laquelle il est consommé. Ainsi, si vous mor­dez dans un piment (même s’il sort du réfrigérateur) ou si vous buvez un verre d’alcool (même avec des glaçons), vous sentirez la chaleur envahir votre corps et vous monter à la tête. Pas étonnant non plus que le thé à la menthe, qui apporte une sen­sation de fraîcheur alors même qu’il est bu chaud, soit une boisson très consommée dans les pays chauds.

5 saveurs agissent sur vos organes
Les cinq principales saveurs sont l’acide, l’amer, le doux, le piquant et le salé. Chacune de ces saveurs possède un impact particulier sur l’organisme, au même titre que la nature des aliments. Selon la théorie des cinq mouvements, chaque saveur correspond à un organe dans lequel elle agit plus spécifiquement. Ainsi l’acide est associé au foie, l’amer est associé au coeur, le doux est associé à la rate, le piquant est associé au pou­mon et le salé est associé aux reins.
Chaque saveur possède une action spécifique dans l’organisme et engendre des effets métaboliques précis. Bien qu’ils ne soient pas pris en compte par notre science moderne, ces effets sont bien réels et permettent d’expliquer les pro­priétés médicinales de la plupart des aliments.
Tout le monde a entendu parler des canaux d’acupuncture car c’est dans ce réseau que circule l’énergie. Ils mettent en relation la moindre des petites parcelles du corps avec le reste de l’organisme, connectant entre elles les structures internes et externes, les éléments du haut avec ceux du bas, etc. C’est ce qui fait que l’organisme est une globalité.
En matière de diététique, c’est grâce à ces canaux que l’énergie produite à partir des aliments est distribuée dans tout le corps. Un aliment peut donc avoir une action plus spécifique sur un organe ou un tissu particulier de l’organisme. Si un aliment agit particulièrement sur la toux ou les problèmes respiratoires, on dit alors qu’il se rend dans le canal du pou­mon. Si un aliment améliore la vue, sens associé au foie, on dit qu’il se rend dans le canal du foie. Ainsi le « canal destinataire » d’un aliment est son tropisme majeur, c’est‑à‑dire la cible principale de son impact dans le corps.  
La règle des trois pour se soigner
L’action combinée de la nature, de la saveur et du canal destinataire per­met de cibler un problème de santé particulier. Ainsi par exemple la banane, de nature froide et de saveur douce, se dirige vers le canal du gros intestin. De par sa nature froide, elle peut ainsi aider à traiter la consti­pation de type chaleur, avec selles sèches. Grâce à sa saveur douce, elle tonifie le gros intestin et permet de traiter la constipation de type vide d’énergie, avec insuffisance du péristaltisme intestinal.


Le thé, aliment santé de la Chine
L’usage médicinal du thé ne date pas d’hier. En effet, la plus ancienne matière médicale chinoise, le Shen Nong Ben Cao Jing (1er siècle ap. J.-C. – Dynastie des Han) dit à son sujet : « Avec une saveur amère, le thé aide l’esprit, combat la fatigue, stimule le corps, réduit le poids, sti­mule la vision ». Voici ses caractéris­tiques selon la diététique chinoise :
Saveurs et nature : amer, doux, frais ;
Canaux destinataires : coeur, foie, estomac, vessie, gros intestin ;
Utilisations traditionnelles : sou­vent en infusion. Pour la santé, il faut consommer de 5 à 10 g par jour (sous forme d’infusion).

Des bénéfices santé des yeux à l’intestin
1. Sortez la tête du brouillard : il est ainsi recommandé en cas de céphalée, yeux rouges et douloureux, vision trouble à cause d’un vent ou de la chaleur, comme par exemple dans le rhume des foins. De même si hypersomnie et confusion mentale.
2. Faire tomber la fièvre : il étanche la soif et calme l’agitation dans le cadre d’une maladie fébrile où la fièvre lèse les liquides physiolo­giques et provoque de l’agitation mentale.
3. Meilleure digestion à la clé : le thé permet aussi de mieux digérer les aliments et lutter contre l’indi­gestion. Il est donc très utile en cas de nausée, perte d’appétit, éructation fétide, distension et douleurs épi­gastriques et abdominales en raison d’une stagnation des aliments (sur­tout à cause des graisses animales et des huiles végétales).
4. Évite la gueule de bois : pris en bonne quantité avant et après un excès d’alcool, il en réduit les effets néfastes comme les sensations de tête lourde, céphalée, nausée…
5. Parfait pour uriner : il est tout indiqué en cas de dysurie, oligu­rie, urodynie, urines foncées et peu abondantes, mais aussi de cystites par humidité et chaleur sur la vessie.
6. Un stop-diarrhée redoutable : le thé est aussi fort utile en cas de diarrhée avec selles malodorantes par humidité chaleur. Pour avoir une action efficace, il faut boire une infusion très concentrée, très amère : 10 g de feuilles de thé mises à bouillir dans 200 ml d’eau, à feu doux pour obtenir un thé très fort. À boire en 3 à 4 fois sur la journée. De même, boire 2 à 5 ml 3 à 4 fois par jour d’un thé très fort (faire bouillir à feu doux les feuilles de thé pendant 3 minutes et laisser infuser 10 minutes) peut aider à guérir des entérites aiguës ou chroniques.
7. Il fluidifie les glaires : moins connu, le thé combat aussi la toux avec mucosités abondantes. Il a un effet fluidifiant et favorise l’expectoration.
8. Ses feuilles anti-zona : en applica­tion externe, il peut aider à apaiser la sensation de douleur et de brûlure du zona. Pour cela, moudre des feuilles de thé et dissoudre la poudre obte­nue dans un thé très fort. Appliquer extérieurement sur le zona 2 à 3 fois par jour.
À noter enfin que le thé rendrait les yeux plus clairs et brillants…

La science valide ses bienfaits
Voici la composition moyenne pour 100 g de thé vert séché : vitamine C : 300 mg, vitamine E : 100 mg, vita­mine B : 11 mg, bêtacarotène (pro­vitamine A) : 15 mg, polyphénols (antioxydants) : 35 %, chlorophylle : 1 %, caféine : 3 %.
Les thés noirs, semi-fermentés ou fumés ont, eux, une teneur en vita­mines et polyphénols beaucoup plus faible que celle des thés verts ou les thés blancs qui ont subi peu de trans­formation. Concernant la vitamine C qui est fragile à la chaleur, nous pouvons même considérer sa teneur quasiment nulle dans les thés noirs.

Quatre fois plus d’antioxydants que dans la vitamine C
De nombreuses recherches récentes un peu partout dans le monde occi­dental montrent clairement les fan­tastiques bénéfices du thé sur la santé. En effet, les feuilles de thé contiennent des quantités impor­tantes de certaines substances antioxydantes (les polyphénols, les flavonoïdes) qui ont une action majeure contre les radicaux libres et qui protègent nos cellules des agressions quotidiennes. Cette haute teneur en antioxydants est compa­rable et dépasse même les légumes et les fruits riches en polyphénols. La revue scientifique Free Radical Research (États-Unis) a publié dans son volume 30, en février 1999, une étude qui compare l’effet antioxy­dant de certaines substances. Il en découle les conclusions suivantes : 2 tasses de thé = 7 verres de jus d’orange = 20 verres de jus de pomme = 6 pommes = 3,5 verres de jus de cassis.
Une autre étude faite par la Boston Tufts University a mesuré l’effet antioxydant du thé en le comparant à 22 autres légumes comprenant par exemple le brocoli, le maïs, l’oi­gnon, l’ail et les carottes. Le thé est arrivé en tête de ces 22 légumes. Cette recherche a également souligné que le thé a une capacité supérieure pour absorber les radicaux libres : 85 % de ses antioxydants sont libé­rés dans les 3 à 5 premières minutes d’infusion. Après une simple tasse de thé, l’organisme bénéficie donc d’une forte activité antioxydante dans les deux ou trois heures qui suivent. Ce pouvoir antioxydant du thé est quatre fois plus puissant que la vitamine C. Un de ses consti­tuants, le Gallate Epigallocatechol-3 (EGCG) est, quant à lui, 200 fois supérieur aux vertus antioxydantes de la vitamine E !
1. L’aliment anticancer et AVC
Les radicaux libres sont des subs­tances qui lèsent nos cellules. Or les scientifiques sont de plus en plus d’accord sur le fait que ces lésions seraient à l’origine de certains can­cers, des maladies cardiovasculaires et des accidents vasculaires céré­braux. Cela expliquerait les très nom­breuses observations et recherches réalisées depuis trente ans dans le monde qui confirment les vertus thérapeutiques du thé. Nous pouvons désormais affirmer avec certitude que la consommation régulière de thé diminue le risque de :
- Cancers : C’est particulièrement vrai pour ceux qui sont induits par le tabac (poumon, pancréas, bouche, oesophage, larynx, rein, vessie) et par le mode alimentaire erroné du monde occidental (côlon, rectum, prostate, sein, ovaire, endomètre).
- Accidents vasculaires céré­braux : Le thé a une action antithrombotique.
- Maladies cardiovasculaires, en prévenant les infarctus et les throm­boses. Le thé stimule légèrement le coeur, assouplit les parois des vais­seaux sanguins, aide à éviter l’arté­riosclérose, empêche la formation de caillots.

Le thé blanc, le protecteur le plus puissant
Tous les thés semblent avoir ces mul­tiples vertus, notamment concernant le cancer et les maladies cardiaques. Cependant c’est le thé vert qui était réputé comme le plus puissant, mais une série de recherches récentes montre que le thé blanc est encore plus puissant que le thé vert pour la prévention du cancer. Tous les thés viennent de la même espèce : Camellia sinensis. C’est unique­ment l’environnement, le terrain, l’altitude, l’époque de la récolte et le mode de transformation qui modi­fient l’apparence et la qualité du thé. Les chercheurs pensent que c’est le mode de préparation du thé blanc qui pourrait expliquer la différence d’efficacité.
En effet, celui-ci subit peu de mani­pulations et de transformations après la cueillette pour pouvoir garder au maximum son arôme et ses qualités. Cela fait écho à une autre étude qui a démontré que les thés verts non fermentés, non fumés, non pres­sés, semblaient meilleurs pour la santé. En effet, ces préparations tra­ditionnelles détruisent une partie des polyphénols. Ceci n’explique probablement pas tout. En résumé, il faudra retenir que les thés peu transformés sont meilleurs que ceux qui le sont plus fortement (fermentés, semi-fermentés, fumés, comprimés, etc.) et que le thé blanc est supérieur au thé vert, qui est lui-même supé­rieur au thé noir.

Insomniaque ? Pas de thé !
Les précautions de la consomma­tion du thé sont très anciennes et présentes dans divers textes anciens de la médecine chinoise, comme par exemple le Shou Yang Cong Shu (Traité ancien des méthodes de santé chinoises) qui nous dit : « Une longue pratique de boire du thé de façon incorrecte réduit les graisses du corps, cause le froid vide du foyer central. Boire du thé lors de colères est particulièrement inadéquat et entraîne de l’insomnie. »
Et le Sun Zhen Ren Wei Shen Ge Zhu Shi, d’ajouter : « Bien que le thé ait l’effet de clarifier le coeur et stimuler la vision, il a de nombreux inconvénients. Il ne doit pas être bu excessivement dans n’importe quelle saison de l’année, surtout dans le cas où la personne souffrirait d’insomnie ou celle qui est maigre et faible. »
La teneur en caféine peut bien évi­demment varier selon le type de thé. Cependant, on considère qu’il contient 3 % de caféine, soit deux à trois fois moins que le café. Une consommation modérée de café­ine de 400 à 450 mg par jour (soit 10-12 tasses de thé) ne semble pas provoquer de troubles chez la plupart des individus. Malgré cela, certaines personnes sont très sensibles à cette substance. Une petite tasse de thé l’après-midi peut leur provoquer une nuit blanche.
Pour éviter ou réduire cette sensi­bilité, il est possible de décaféiner soi-même sa boisson. Il suffit de jeter la première eau d’infusion après deux minutes (trois si les feuilles sont entières). Vous pouvez alors faire infuser à nouveau votre thé avec une nouvelle eau frémissante et boire comme à l’accoutumée.
Il sera également contre-indiqué en cas de :
- Grossesse et allaitement,
- Insomnie,
- Constipation,
- Mictions fréquentes et abon­dantes, nycturies induites par un vide du yang de la rate et des reins. La nature rafraîchissante du thé et son action diurétique doit nous pousser à la modération, d’autant plus que la personne est frileuse, les membres froids ou le nez froid, le tout accom­pagné de fatigabilité.
Le thé est incompatible avec plusieurs substances médicinales chinoises telles que le fameux ginseng. Il neu­tralise ses effets tonifiants, ce qui ridiculise la commercialisation mer­cantile du thé au ginseng. Les autres incompatibilités sont : Radix cle­matidis chinensis (Wei Ling Xian), Rhizoma smilacis glabrae (Tu Fu Ling), Fructus quisqualis indicae (Shi Jun Zi), Sclerotium poriae cocos (Fu Ling).

Anémié ? Pas de thé !
Le thé s’oppose à l’assimilation du fer. Il est donc contre-indiqué en cas d’anémie ferriprive. Pour cette raison il est déconseillé de boire du thé aux repas. Celui-ci sera pris en dehors des phases digestives.*
* NDLR : Les polyphénols du thé et du café ne chélatent que le fer non héminique, càd le fer issu des plantes ; pas si le fer est issu de la viande (fer héminique).
Le thé peut également aggraver un ulcère gastrique ou duodénal s’il est pris à jeun sur un ventre vide. De manière générale, en cas d’ulcère, évitez le thé.
Le thé semble enfin s’opposer à cer­taines substances médicamenteuses et à l’assimilation de certaines pro­téines. Pour cela également, mieux vaut ne pas boire de thé à table ou au même moment qu’une prise de médicament.
Des effets indésirables sont relevés comme des palpitations cardiaques, des céphalées, des acouphènes ou encore une vision trouble.
Pour en savoir plus : Ces aliments qui nous soignent, Philippe Sionneau. Guy Trédaniel Editeur.
Philippe Sionneau

Commentaire : Nous obtenons déjà des bénéfices au niveau du cerveau lorsque nous buvons 1 à 2 tasses de thé vert par semaine.
Un thé blanc se prépare avec une eau non chlorée chauffée à +/ 70 ° C, infusé 2’30’’.
Notez que si vous voulez boire un thé avec moins d’amertume, jetez la première infusion ; cela permettra d'évacuer l'amertume.
Le thé blanc n’est pas bon marché. Réservé aux amateurs. Perso, c’est le thé vert, bu nature, infusé 2’30’’. Par exemple, le thé vert Sencha, Destination (pas trop d’amertume, assez doux).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Ginkgo biloba pour soulager les acouphènes et optimiser la micro-circulation

Message  Luc le Ven 9 Oct 2020 - 22:42

Ginkgo biloba anti-acouphène
Protégez votre cerveau avec ces plantes
Source : SCE 09/2020
Extrait
Un autre excellent moyen de faire le plein d’antioxydants est de prendre du ginkgo biloba. C’est LA plante des acouphènes. En plus d’être un puissant antioxydant cérébral, elle favorise la microcirculation et a une action anti-inflammatoire au niveau cérébral. Il est essentiel d’améliorer la microcirculation cérébrale pour que l’oreille soit correctement nourrie, mais aussi nettoyée de tous les toxiques et toxines qui peuvent l’abîmer. Sans une bonne circulation, l’oreille ne peut fonctionner correctement et sera plus fragile.
Certaines études confirment l’efficacité du ginkgo biloba pour soulager les acouphènes (13). Une étude récente (14) a même montré que le ginkgo biloba était aussi efficace que le médicament habituellement prescrit pour les acouphènes, la pentoxifylline, mais sans les effets secondaires. Je conseille donc à Alexandre de prendre un extrait standardisé de ginkgo biloba, à raison de 120 mg 2 fois par jour.
Le ginkgo biloba est contre-indiqué en cas de prise d’anticoagulants ou de troubles de la coagulation sanguine. Il doit être arrêté 2 semaines au moins avant toute intervention chirurgicale.
Pour compléter l’action du ginkgo biloba, j’associe deux macérâts de bourgeons, particulièrement efficaces pour les acouphènes. Je choisis le sorbier (Sorbus domestica) pour son action sur le système lymphatique. En améliorant la circulation lymphatique, il stimulera l’élimination des déchets qui pourraient endommager ou nuire au bon fonctionnement de l’oreille. Il facilite également la circulation du liquide cérébral et améliore les congestions céphaliques et les bourdonnements d’oreilles. La myrtille (Vaccinium myrtillus) est remarquable pour améliorer la microcirculation au niveau de l’oreille interne. Alexandre devra prendre ces deux macérâts en dehors des repas, à raison de 15 gouttes 3 fois par jour.
Florence Muller, naturopathe.

Florence Muller propose également de faire un bilan et de veiller aux points suivants: 
- Comblez vos carences et faites le plein d’antioxydants (Mg Zn Vit B et C, OPC, ALA, NAC, oméga‑3 avec EPA-DHA).
NB : Veillez à un apport de B12 sous forme co-enzymée (méthyle cobalamine).
- Technique de relaxation pour lever les blocages physiques, psycho‑émotionnels et énergétiques (15) (tension et équilibre via des séances d’ostéopathe et / ou d’acupuncture).
- Soignez le son par le son : l’écoute de musiques et de sons filtrés permet, en supprimant certaines fréquences, de mettre l’oreille progressivement au repos (méthode Joudry ou la méthode Hiperion).

Sources et références
13. Tziridis K, Korn S, Ahlf S, Schulze H. « Protective effects of Ginkgo biloba extract EGb 761 against noise trauma-induced hearing loss and tinnitus development ». Neural Plast. 2014;2014:427298
14. Klára Procházková, Ivan Šejna, Jan Skutil & Aleš, « Ginkgo biloba extract EGb 761® versus pentoxifylline in chronic tinnitus: a randomized, double-blind clinical trial » Hahn International Journal of Clinical Pharmacy volume 40, Pages 1335–1341(2018)
15. Dr Rilana FF Cima, Iris H Maes, Manuela A Joore, Dyon JWM Scheyen, Amr El Refaie, David M Baguley, Lucien JC Anteunis, Gerard JP van Breukelen, Johan
WS Vlaeyen, « Specialised treatment based on cognitive behaviour therapy versus usual care for tinnitus: a randomised controlled trial » The Lancet DOI: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
16. Liu F., Han X., Li Y., Yu S. « Acupuncture in the Treatment of Tinnitus: a Systematic Review and Meta-Analysis ». Eur Arch Otorhinolaryngol. 2016 Feb;273(2):285-94. doi : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Epub 2014 Oct 25
17. Baigi A, Oden A, Almlid-Larsen V, Barrenäs ML, Holgers KM. « Tinnitus in the general population with a focus on noise and stress: a public health study ». Ear Hear. 2011 Nov-Dec;32(6):787-9. doi: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
18. « International Journal of Research In Medical and Health Sciences » (vol.4 (2), 2014) Les effets de la méthode Tomatis sur le Tinnitus (acouphènes), en partenariat avec le Tinnitus Center de l’Hôpital européen de Rome

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Antibios contre fibro & SFC, PR, Crohn, etc.

Message  Luc le Dim 11 Oct 2020 - 9:05

Les antibiotiques aident à contrôler et sont plus sûrs contre la fibro, le SFC, la PR, Crohn, SEP ou l’asthme en vue d’éviter les effets immunosuppresseurs dus à la prednisone ou le méthotrexate, ou autres équivalents censés camer le jeu !

Pourquoi je prescris des antibiotiques aux patients atteints du syndrome de fatigue chronique, de la fibromyalgie, de la sensibilité chimique multiple et d'autres maladies auto-immunes.
Source : ProHealth.com • November 20, 2002 – Par le Dr Gabe Mirkin M.D.
Why I Prescribe Antibiotics to Patients 


Traduction en cours. Un avant-goût:

L'argument selon lequel l'administration d'antibiotiques rend les bactéries résistantes à cet antibiotique est raisonnable, mais il n'a pas sa place pour décourager les personnes atteintes de ces maladies de les prendre. Premièrement, ces personnes souffrent de maladies graves qui causent des dommages permanents à la vie et entrainent la mort. Deuxièmement, les traitements disponibles sont toxiques, raccourcissent la durée de vie, provoquent le cancer et doivent être suivis de fréquents tests sanguins. En revanche, je prescris des dérivés de tétracycline et d'érythromycine. Ceux-ci sont extrêmement sûrs et ne nécessitent pas de tests sanguins fréquents.

Suite sur ce lien car ça mérite un sujet séparé, pour les questions éventuelles: 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Stop au dioxyde de titane

Message  Luc le Mer 14 Oct 2020 - 22:49

Stop au dioxyde de titane
Le Parlement européen veut éliminer le dioxyde de titane (E171)
Source : Magazine Test-Achats Santé 09/10/2020
Avec une nouvelle résolution, le Parlement européen s'oppose à la proposition de la Commission européenne de changer les caractéristiques du E171, un colorant fait de nanoparticules. Le Parlement demande à la Commission d'interdire complètement cet additif controversé. Nous soutenons depuis longtemps que le dioxyde de titane (E171), le dioxyde de silicium (E551) et l'argent (E174) n'ont pas leur place dans les aliments.
(…)
La France a été le premier État membre de l'Union européenne à prendre des mesures : elle a appliqué le principe de précaution et n'autorise plus l'E171 dans les aliments depuis janvier 2020. Nous soutenons le décret français et considérons la nouvelle résolution du Parlement européen comme un pas en avant.
Selon la législation européenne, un additif alimentaire ne peut être autorisé que si son utilisation est sûre, justifiée sur le plan technologique et si elle n’induit pas en erreur, mais au contraire, procure des avantages.
Or, d’importantes incertitudes scientifiques subsistent quant aux effets sur la santé et à la toxicité potentielle de l’additif E171, couramment utilisé. L'EFSA a également confirmé dans un rapport de juillet 2019 qu'il existe de nombreuses incertitudes quant à la sécurité de cet additif.
Pour une législation plus stricte
Outre ces interdictions, de manière plus générale, une définition claire des nanomatériaux est nécessaire au niveau européen et ce, pour tous les secteurs où ils sont utilisés.
Par ailleurs, la mention [nano] devrait obligatoirement apparaître sur l’emballage de tous les produits qui contiennent des nanoparticules et toute infraction à ces règles d’étiquetage devrait être sanctionnée.
Ensuite, les fabricants de produits contenant des nanoparticules devraient être tenus de démontrer la sécurité de leurs produits pour pouvoir les porter sur le marché. En effet, des analyses plus poussées des risques de ces substances sont absolument nécessaires vu que les effets de ces nanoparticules sur la santé ne sont pas encore connus.
Enfin, la réglementation européenne des substances chimiques (REACH) doit être adaptée, car celle-ci ne répond plus aux besoins spécifiques actuels de la nanotechnologie.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty articulations & HE

Message  Luc le Mar 20 Oct 2020 - 12:07

Vos articulations prédisent‑elles la météo ? 
Voici une vraie solution contre l’arthrose
Alexandra Ochando, pour SCE 04/2020
Les 2 synergies contre les douleurs chroniques et aiguës
Si ces trois huiles essentielles prises séparément peuvent vous dépanner dans l’urgence d’une crise de douleur aiguë, il n’en reste pas moins que les huiles essen­tielles donnent en général le meil­leur d’elles-mêmes quand on les associe. Voici donc deux synergies d’huiles essentielles pour appli­cation locale, à faire préparer par votre pharmacien.

Formule 1 :
Douleurs chroniques, pour 1 flacon teinté de 50 ml avec compte-gouttes :
- 1 ml d’HE de gaulthérie procumbens (Gaultheria procumbens L.),
- 1,5 ml d’HE d’eucalyptus ci­tronné (Eucalypstus citriodra),
- 1 ml d’HE de lavande aspic (Lavandula spica ou latifolia),
- 0,5 ml d’HE de sarriette des montagnes (Satureja montana L.) ,
- 1 ml d’HE de laurier noble (Laurus nobilis L.),
- 20 ml d’HV de calophylle,
- 25 ml d’HV de noyaux d’abri­cot (ou EL de Millepertuis – voir « remarques » et « précautions »).
Comment l’utiliser : 30 gouttes 2 fois par jour, à répartir en massant sur les zones articulaires doulou­reuses.
Remarques : l’huile essentielle de sarriette des montagnes contient un principe actif de type monoterpène aromatique appelé para-cymène particulièrement antalgique par voie percutanée (mais aussi der­mocaustique, donc à ne jamais appliquer pure) (13-14). L’huile essen­tielle de laurier noble est antalgique et indiquée en cas de rhumatisme, et particulièrement dans l’arthrose.
L’huile végétale de calophylle ap­porte non seulement de la fluidité à la préparation (pour une meil­leure pénétration de la synergie), mais elle a aussi des propriétés an­ti-inflammatoires particulièrement appréciées au niveau de la sphère ostéo-articulaire.
L’huile végétale de noyaux d’abri­cot pourra être remplacée par de l’extrait lipidique de millepertuis (Hypericum perforatum) pour ses effets légèrement antalgiques et donc pour potentialiser l’effet de cette formule.
Attention cependant, l’extrait d’arnica est photo-sensibilisant ; à n’appliquer que sur des zones qui ne seront pas exposées au so­leil (évitez les mains et les genoux pendant l’été !).

Formule 2 :
Douleurs aiguës,  pour 1 flacon de 30 ml : 
- 2,5 ml d’HE de gaulthérie procu­mbens (Gaultheria procumbens L.),
- 2,5 ml d’HE d’eucalyptus à fleurs multiples à cryotone (Eucalyptus polybractea R.T.Baker cryptonifera),
- 1 ml d’HE de sarriette des mon­tagnes (Satureja montana L.),
- 2 ml d’HE d’hélicryse ita­lienne (Helichrysum italicum var. italicum),
- 10 ml d’HV de calophylle,
- 12 ml d’HV de noyaux d’abri­cot (ou EL de Millepertuis – voir « Remarques » et « précautions »).
Comment l’utiliser : lors des poussées douloureuses aiguës, stoppez l’utilisation de la première préparation et remplacez-la par cette deuxième formule. Appliquez 2 à 4 fois par jour, en fonction de l’importance des douleurs, pendant 3 à 5 jours.
Vous pouvez répéter ce cycle.
Formule alternative en cas d’al­lergies aux salicylés, de traitement par AVK (et de pandémie de Covid-19) :
- 0,5 ml d’HE de sarriette des montagnes (Satureja montana L.),
- 1 ml d’HE de laurier noble (Laurus nobilis L.),
- 1,5 ml d’HE de lavande aspic (Lavandula spica ou latifolia),
- 1 ml d’HE de katafray (Cedre­lopsis grevei),
- 20 ml d’HV de calophylle,
- 25 ml d’HV de noyaux d’abricot (ou EL de millepertuis).
Encadré :
Précautions générales d’emploi : testez les huiles essentielles ou les préparations 24 heures avant de les utiliser, dans le pli du coude ; à plus forte raison si vous présentez un terrain allergique. D’une manière générale, n’utilisez pas les huiles essentielles pures sur la peau sauf indications contraires. Quand vous utilisez des huiles essentielles pour des problèmes récurrents, pensez à mettre en place des fenêtres thérapeutiques. Faites des pauses dans votre application, au minimum de la façon suivante : 20 jours d’application puis 10 jours de pause.
Remarques : le terme de « produit naturel » ne doit pas faire oublier que les huiles essentielles ne sont pas dé­pourvues d’effets secondaires et que leurs mésusages peuvent avoir des conséquences parfois graves. Les huiles essentielles sont des produits chimiquement complexes et très concentrés en principe actif. De fait, elles requièrent des compétences et un niveau de qualité et de contrôle sérieux.
Contre-indications : exposition au soleil, traitements AVK, traitement anticoagulant classique pour une utilisation au long court. Allergies aux salicylés.
Fin de l’encadré.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Médecine naturelle: HE contre le Covid-19

Message  Luc le Mar 20 Oct 2020 - 12:09

Les médecines naturelles contre le Covid-19
Dernières nouvelles de la recherche par Didier Le Bail. SCE 04/2020
*) Huiles essentielles vs Covid‑19 : efficacité validée !
Les scientifiques confirment de l’intérêt des huiles essen­tielles riches en 1,8 cinéole : laurier noble, eucalyptus glo­buleux, romarin à cinéole, ravintsara, saro, niaouli… qui sont contre-indiquées aux asthmatiques. Une étude prépubliée le 30 mars révèle en effet la capacité du 1,8 cinéole à cibler et neutraliser la principale protéinase du Covid-19 (1). Cette protéinase est une enzyme jouant un rôle crucial lors de la fabrication de multiples protéines néces­saires à la reproduction du virus.
Des tests cliniques sont actuellement réalisés en milieu hospitalier afin d’évaluer l’intérêt thérapeutique d’un protocole basé sur l’utilisation de trois huiles essentielles : laurier noble, eucalyptus globuleux et lentisque pistachier. Ces tests sont chapeautés par Pierre Franchomme, aroma­tologue et pharmacologue de renommée internationale.
1. Sharma AD – Preprints 2020, 2020030455
Suite sur le post suivant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Protéines de choc thermique en prévention du covid-19

Message  Luc le Mar 20 Oct 2020 - 12:11

*) Protéines de choc thermique en prévention du corona virus
Corona-prévention : quels compléments pour vos cellules ?
Les protéines de choc thermique (ou HSP) sont produites par les cellules en réponse à un stress, qu’il soit de nature thermique (rayons UV, radiothérapie, fièvre), chimique (substances toxiques telles que métaux lourds) ou biologique (pathogènes, notamment virus). Des études réalisées in vitro et sur modèle animal ont montré la capacité de la protéine HSP70 à bloquer la réplication du virus de la grippe en piégeant dans le noyau cellulaire les protéines virales (2). Des ingrédients tels que la quercétine, la curcumine et l’EGCG du thé vert aident à stimuler la formation des HSPs. Toutefois, les plus puissants inducteurs de HSPs se trouvent dans certains cactus – dont le figuier de Barbarie -et certaines algues rouges.
Il existe un complément alimentaire développé à partir d’un extrait d’une figue de Barbarie: Préservation (Laboratoire Teixinfine). Référencé dans le Vidal depuis 2012, ce produit disponible en pharmacie ou sur le site du laboratoire, a pour principale propriété d’accélérer le processus naturel d’induction des HSPs. Sous forme de comprimés, il permet un doublement du taux d’HSPs dans l’or­ganisme en moins de 10 minutes ! Il est adapté en cas d’anesthésie, chirurgie, radiothérapie, plongée, altitude, effort physique intense, décalage horaire, peeling, laser, etc.
Posologie : en phase d’attaque, 1 à 2 comprimés par jour en fonction du poids corporel.
Rien ne préjuge des éventuels effets bénéfiques de Préservation contre le Covid-19, mais il s’agit à tout le moins d’un produit que l’on peut raisonnablement qualifier de prometteur. Aucun effet secondaire associé à sa prise n’a jamais été rapporté. À toutes fins utiles, nous n’avons aucun lien d’intérêt avec le laboratoire Teixinfine.
Pour être complet sur cette question du stress cellulaire, le zinc et le sélénium sont deux autres ingrédients impliqués dans la réponse des HSPs.
Référence:
2. Li G et al., « Heat shock protein 70 inhibits the activity of influenza A virus ribonucleoprotein and blocks the replication of virus in vitro and in vivo », PLoS One, 2011 Feb ; Hirayama E et al., « Heat shock protein 70 is related to thermal inhibition of nuclear export of the influenza virus ribonucleoprotein complex », J Virol, 2004 Feb.

Suite sur le post suivant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Mélatonine et covid-19

Message  Luc le Mar 20 Oct 2020 - 12:13

*) Hormone du sommeil et Covid-19 : y a-t-il un lien ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Extrait:
Connue en tant qu'hormone du sommeil, la méla­tonine soutient l’immunité, régule les processus inflammatoires et possède de puissantes proprié­tés antioxydantes. Autant d’atouts qui peuvent la rendre très utile lors d’infections virales entraînant des réactions inflammatoires excessives et un stress oxydatif important. Une situation que l’on retrouve justement dans tous les cas sérieux de Covid-19. 

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Heure d'hiver

Message  Luc le Mer 21 Oct 2020 - 8:34

La Belgique et la France repassent à l'heure d'hiver ce week-end: pour la dernière fois?
=> En octobre, on retarde l’horloge d’une heure (à 3H du mat, dans la nuit de samedi à dimanche, le dernier WE du mois).
En avril, on avance l’horloge.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'est une directive de 2001 qui règle le passage de l'heure d'été à l'heure d'hiver et inversement. Tous les États européens changent d'heure le dernier week-end de mars et le dernier week-end d'octobre. Mais la (ré)introduction de l'heure d'été remonte en fait aux années '70. Elle obéissait alors à un objectif d'économiser l'énergie, bien que l'efficacité de cette mesure soit contestée.
Après avoir mené une consultation publique, la Commission européenne avait recommandé en septembre 2018 d'abolir le changement d'heure saisonnier dès 2019. Tant les États membres que le Parlement avaient toutefois jugé ce délai trop court, reportant la fin du changement d'heure dans l'Union européenne à 2021. La mesure laisse à chaque pays le choix de rester à l'heure d'hiver ou à l'heure d'été.
Une enquête d'opinion commandée l'an dernier par la chancellerie du Premier Ministre (Belgique) a montré que la majorité de la population belge (83%) est favorable à l'arrêt du changement d'heure saisonnier. Au sujet du régime horaire que la Belgique devrait adopter de manière permanente, 50% des répondants ont marqué leur préférence pour l'heure d'hiver tandis que 45% se sont exprimés en faveur de l'heure d'été.
Source : RTBF

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Proserpine le Mer 21 Oct 2020 - 10:29

Hélas, en France, c'est environ 60% de la population qui est favorable à l'heure d'été !!!
Pour ma part, j'espère qu'on restera à l'heure d'hiver... Actuellement, il fait jour vers 8 h et les jours vont encore raccourcir...

_________________
Il ne faut pas demander que les événements soient comme tu le veux, 
mais il faut les vouloir comme ils arrivent .

Épictète


Ne jamais renoncer
Proserpine
Proserpine
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1561
Date d'inscription : 19/12/2015
Age : 65
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Luc le Mer 21 Oct 2020 - 17:53

Proserpine a écrit:Pour ma part, j'espère qu'on restera à l'heure d'hiver... Actuellement, il fait jour vers 8 h et les jours vont encore raccourcir...
C'est vrai que c'est mieux pour profiter de la luminosité.
Mais il faut presque attendre 11H pour mettre le nez dehors, dans le jardin, en automne ...

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Vit D et microbiome

Message  Luc le Mer 21 Oct 2020 - 17:54

Vit D et microbiome
SCE 04/2020
Du soleil dans votre ventre pour faire pousser les flores
Nous avons tous besoin de soleil et notre microbiote n’échappe pas à la règle ! On note actuellement un nombre croissant de travaux sur la vitamine D. Cette vitamine que notre corps tire essentiel­lement du soleil est indispen­sable à notre métabolisme et exerce de nombreuses actions protectrices, notamment sur le système cardiovasculaire. En étudiant ses liens avec le microbiote intestinal, on constate une relation entre les taux de vitamine D dans le sang et la présence de bonnes bactéries à l’état basal.
Une étude (1) de l’université de Boston a précisé ce lien dans une démarche expérimentale auprès de vingt patients en carence de vitamine D. Ils ont reçu des doses croissantes de vitamines D3 (600, 4 000 ou 10 000 UI/jour) par voie orale. Des échantillons de selles ont été collectés avant l’expé­rience puis au bout de huit semaines, afin d’identifier les changements sur la diversité bactérienne intestinale : on a constaté effectivement une augmentation des bactéries bénéfiques, comme l’Akker­mansia, et une diminution de plusieurs bactéries patho­gènes. Cette étude montre que la vitamine D agit donc de manière positive sur les défenses du microbiote, ce qui donne bon espoir pour le traitement des maladies intestinales inflammatoires chroniques comme la mala­die de Crohn.
Référence:
1. N.Charoenngam, « Anticancer » Res 2020 doi.org/10.21873/anticanres.13984
Commentaire: C’est à nouveau une preuve que la vitamine D intervient au niveau de la défense du système immunitaire.
Rappel : La vitamine D est aussi utilisée / usée en cas d’inflammation*. Donc, il faut ajuster l’apport. Mais en cas de covid-19, je limiterais l’apport à 2.000 UI.
*  La vitamine D a des propriétés anti-inflammatoires et immuno-modulatoires. Un faible taux de vitamine D est souvent associé à des pathologies respiratoires (asthme et allergies).  
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Stress oxydatif et cerveau

Message  Luc le Mer 21 Oct 2020 - 17:57

Déclin cognitif : le coupable enfin épinglé !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Afin de lutter contre le déclin cognitif, les chercheurs (2) ont mesuré le lien entre les taux sanguins de plusieurs marqueurs de stress oxydatif (les caroténoïdes et tocophérols lipophiles) chez des personnes pré­sentant un déficit cognitif léger. Il a été observé que ces marqueurs sont fortement corrélés avec la capacité d’exercice physique mais surtout avec la fonction cognitive.
Ainsi ce résultat supporte l’hypothèse d’un rôle néfaste du stress oxydatif sur le cerveau. Rappelons que le stress oxydatif est un déséquilibre entre la production de radicaux libres et les défenses de l’organisme. Ces radicaux libres sont à l’origine du processus naturel d’oxydation des cellules et leur présence est tout à fait normale ; ils deviennent seulement pathologiques (et un stress pour les cellules) lorsqu’ils sont en excès. Et le meilleur moyen de lutter contre cela est de veiller au bon apport d’antioxydants.
Les caroténoïdes sont de puissants antioxydants et le plus dominant chez l’homme est la lutéine. Elle est très présente plus particulière­ment dans le jaune d’œuf et les légumes jaunes et se retrouve chez l’homme en grande quantité dans le cerveau. Cela corrobore son étroite association avec les facultés cognitives.

Référence :
 2. Gerger P, Nutrients, 2019 ; [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



NDLR1 : La vitamine K2 a aussi un effet positif sur l’inflammation induite par LPS (IL-6 et degré de MDA) (MDA = Malondialdehyde, peroxydation lipidique).
NDLR2 : Un apport de bêta-carotènes seulement via l’alimentation (5-10 mcg). Je prends 1 mg (1000 mcg) de vit K2 type MK4 par jour, avec un repas où il y a des lipides en suffisance.  
NDLR3 : 2 tasses de thé vert par semaine apportera aussi une protection neuronale efficace, comme déjà vu précédemment:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Gaffal le Mer 21 Oct 2020 - 20:06

Soleil -> D3 -> meilleur microbiote
Belle trouvaille , à valider avec un echantillon plus grand...
Gaffal
Gaffal
Accro
Accro

Messages : 205
Date d'inscription : 21/04/2018
Localisation : lot

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Sun exposure and microbiome

Message  Luc le Mer 21 Oct 2020 - 22:35

Gaffal a écrit:Soleil -> D3 -> meilleur microbiote
Belle trouvaille , à valider avec un echantillon plus grand...
Sun exposure and microbiome
- Skin Exposure to Narrow Band Ultraviolet (UVB) Light Modulates the Human Intestinal Microbiome
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Else S. Bosman et al. 24 October 2019
The serum 25(OH)D concentrations showed a correlation with the relative abundance of the Lachnospiraceae, specifically members of the Lachnopsira and Fusicatenibacter genera.
- Skin exposure to sunlight: a factor modulating the human gut microbiome composition
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 27 Apr 2020
Discussion: Recently, Bosman et al. presented evidence that skin exposure to narrowband UVB light modulated the gut microbiome of a specific human cohort. This cohort presented an increase of biodiversity, Firmicutes and Proteobacteria, and a decrease of Bacteroidetes. Based on these findings, we revisited our data on a hunter-gatherer gut microbiome (Yanomami) and identified similarities in the gut microbiome of these two cohorts. Both presented a high abundance of Proteobacteria, which had been observed as a unique feature in the Yanomami gut microbiome, and based on Bosman et al study, could be associated with their natural sunlight exposure.
Conclusion: In this commentary, we would like to point out that the human lifestyle concerning sunlight exposure should be considered as one force modulating the gut microbiome, highlighting, as proposed by Bosman et al, a novel skin-gut axis which is associated with health and disease.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  darky35 le Jeu 22 Oct 2020 - 9:23

NDLR1 : La vitamine K2 a aussi un effet positif sur l’inflammation induite par LPS (IL-6 et degré de MDA)
Il me semble avoir lu quelque-part (dans les posts relatifs au COVID), que le le calcium était le catalyseur de la "tempête cytokinique", ce qui tendait à prouver que la bonne fixation du calcium à l'aide des vitamines D, A et K2 pourrait diminuer son intensité (théorie perso).
Pourtant la piste de l'orage inflammatoire lors du COVID semble controversée maintenant d'après certains articles  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
|Gersed|Histam&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable
Irrécupérable

Messages : 1149
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 54
Localisation : Jamais loin d'un chiotte

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Luc le Jeu 22 Oct 2020 - 9:51

Le calcium est utilisé comme transmetteur / conducteur; ce n'est pas le moteur de la réaction. C'est aussi le calcium qui est utilisé en cas de contraction musculaire. Le Ca chasse le magnésium, ce qui déséquilibre l'homéostasie (chimique et électrique) (...).
Mais si les artères sont en meilleur état, il y aura moins d'inflammation et donc un effet d'épargne sur certains éléments utiles ailleurs (vit D et vit C, notamment).
Si le Ca va où il doit aller et ne se dépose pas pas dans les tissus mous et les articulations, grâce à un apport équilibré (850 mg de Ca est optimal, pour la plupart des gens, pour ne pas exciter PTH); je disais grâce à l'équilibre acido-basique, grâce à l'interaction entre les vitamines liposolubles (...), ce Ca ne sera pas un vecteur de l'excitation. 
En ce qui concerne l'orage cytokinique, c'est variable. Tout le monde ne réagit pas avec la même intensité.
Explication possible liée à la reconnaissance du non-soi ou ... Ou bien le système déconne et est affolé. Là, on n'a pas assez de recul. On suppose que ...

Une bonne mémoire immunitaire



Certaines personnes qui n’ont jamais été exposées au SARS-CoV-2 présentent des lymphocytes T, des globules blancs qui sont responsables de l’immunité cellulaire, qui peuvent freiner l’épidémie. “Nous avons prouvé que, chez certaines personnes, la mémoire des lymphocytes T préexistante contre les rhumes communs permet de reconnaître le SARS-CoV-2, jusqu'aux structures moléculaires exactes”, note Daniela Weiskopf.
Cette théorie de l’immunité croisée a déjà été étudiée précédemment et des chercheurs allemands ont montré que les cellules immunitaires, développées après un simple rhume, s'activent au contact du coronavirus. Cette réponse immunitaire serait durable, en comparaison avec les anticorps qui sont développés par l’organisme après une première infection à la Covid-19 et qui ne semblent pas durer dans le temps.
Source: https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/33464-Les-rhumes-entraine-systeme-immunitaire-reconnaitre-Covid-19

Info utile sur la vitamine K, en lien avec la coagulation, chez certains patients déficients
Vit K and virus covid19
Reduced Vitamin K Status as A Potentially Modifiable Prognostic Risk Factor in COVID-19
Coronavirus 2019 (COVID-19) is caused by the severe acute respiratory syndrome coronavirus-2. The majority of patients have at most mild symptoms, however, a significant proportion develops respiratory failure. COVID-19 may also progress beyond the lungs. Coagulopathy and thromboembolism are prevalent in severe COVID-19 and relate to decreased survival. Coagulation is an intricate balance between clot promoting and dissolving processes in which vitamin K plays a well-known role. We hypothesized that vitamin K status is reduced in patients with severe COVID-19.

Commentaire:
C’est surtout en prévention qu’il faudrait agir pour la vitamine K2. Attention, la vit K2 de type MK7 non encapsulée a une durée de vie très limitée (3 mois – oxydation).
La K1 est ici utile pour améliorer la "fluidité" sanguine. Un léger apport de vitamine E et d’oméga-3 sera également bénéfique …  Les oméga-3 via l'alimentation équilibrée (et pas via l'huile de colza ou autre !!! C'est une aberration! Car trop d'oméga-6 (...), même si le rapport oméga 6 et 3 est bon, soit 2/1). 
=> Les légumes à feuilles vertes fourniront un apport adéquat de vitamine K1.
Il y aura une légère transformation possible de k1 en k2, mais c'est aléatoire et nettement insuffisant.
Rappel schématisé:
K1 = coagulation (fluidité sanguine).
K2 = protection des artères et du squelette osseux.

PS: je surveillerais aussi le niveau de potassium. Une étude chinoise a révélé que l'hypokaliémie est présente chez presque tous les patients Covid-19. 
Presque tous les patients Covid-19 présentaient une hypokaliémie et que la supplémentation en ions potassium était l'un des nombreux facteurs qui ont aidé à leur rétablissement
(…)
Il a été constaté que lorsque le coronavirus SARS-CoV-2 attaque les cellules humaines via les récepteurs ACE2 (enzyme de conversion de l'angiotensine-2), il attaque également le système rénine-angiotensine (RAS), provoquant de faibles niveaux d'électrolyte, les ions potassium en particulier.
L'étude portant sur 175 patients en collaboration avec l'hôpital de Wenzhou a révélé que presque tous les patients présentaient une hypokaliémie et pour ceux qui souffraient déjà d'hypokaliémie, la situation s'était même considérablement aggravée à mesure que la maladie progressait.

Cependant, l'étude a révélé que les patients réagissaient bien aux suppléments d'ions potassium et avaient de meilleures chances de guérison.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
NB: Cette étude n'a pas encore été "évaluée" par les pairs. 
PS: je veille à avoir +/ entre 400 et 450 mg de Mg. Et entre 4000 à 4500 mg de K.
je prends une gélule de citrate de potassium 900 mg (325 mg de K élément), nutrixeal.com, avec mon café à la collation de 11H.
Une gélule de nem au petit déj (500 mg de citrate de Ca, soit de la coquille d'oeuf + d'autres oligo-éléments, apporte 175 mg de Ca élément).
Composition de membrane de coquille d'oeuf  « NEM »
Collagène type I
Chondroïtine
Glucosamine
Acide hyaluronique

PS: Si j'ai 80 % des oligo-éléments, c'est bon. Je ne vise pas la perfection. Je regarde alors l'équilibre entre les minéraux basiques (Fe, Na, K, Ca, Mg) et minéraux acidifiants (P, S, Cl). J'inscris mes menus dans un logiciel de nutrition (cronometer.com).  Infos santé. Divers SCE 4179239413

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Aérobic et cerveau

Message  Luc le Jeu 5 Nov 2020 - 11:02

Aérobic
L’aérobic : un sport intelligent… pour votre cerveau
Source : SCE 11/2020
Il n’est jamais trop tard pour enfiler un jogging et transpi­rer un peu !
Selon une étude (1) publiée dans le journal de l’American Academy of Neurology en mai 2020, le sport améliorerait les fonctions cognitives et la mémoire en seulement six mois… et peu importe l’âge !
L’aérobic stimule la circula­tion sanguine, entre autres au niveau cérébral, et particuliè­rement dans les zones respon­sables des tâches exécutives. Il est donc avant tout béné­fique aux personnes à risque d’Alzheimer ou de démence.
Après six mois d’exercice, les fonctions cérébrales des par­ticipants, telles que l’exécu­tion de différentes fonctions et l’autocorrection, se sont améliorées de 5,7 %. Leur fluidité verbale a également augmenté de 2,4 %. Marc J. Poulin, professeur à l’Univer­sité de Calgary, affirme : « Ce changement dans la fluidité verbale est identique à ce que vous vous attendriez à trouver chez une personne ayant cinq ans de moins. »
En résumé, le sport est bon pour la forme physique et mentale ! Il suffirait de 20 minutes d’ac­tivité par jour pour atteindre les résultats escomptés.
Référence :
1. « Aerobic exercise improves cognition and cerebrovascular regulation in older adults ». Veronica Guadagni, Lauren L. Drogos, Amanda V. Tyndall, Margie H. Davenport, Todd J. Anderson, Gail A. Eskes, R. Stewart Longman, Michael D. Hill, David B. Hogan, Marc J. Poulin. Neurology, 2020

Commentaire :
20’ d’activité physique suffisent et il ne s’agit pas vraiment de sport au sens traditionnel. Dans aérobic, on retrouve le préfixe « aéro », qui signifie  « air », qui apporte donc de l’oxygène aux cellules. Les exercices d'aérobie sont importants pour une multitude de raisons, dont le contrôle de la glycémie, le risque réduit de la pression artérielle et une meilleure gestion des endorphines (hormones du bien-être).  
Et vous pouvez augmenter le niveau d’oxygénation des tissus sans qu’il soit nécessaire de courir pour autant. On s’adapte en fonction du contexte et – surtout – on se ménage des plages de récupération. Nous y allons par palier !

Liens intéressants :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Avec des contraintes : 
- équilibre complètement inexistant
- donc, obligé d'être assis ou de se tenir
- force fluctuante et faible
- coordination très faible
- les genoux douloureux, les talons qui lâchent …
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Exemples d’exercices fractionnés + témoignage en cas de spondylarthrite ankylosante, énergivore.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Luc le Mar 10 Nov 2020 - 11:08

Info utile
Les poules vont / sont confinées aussi (grippe aviaire) en Belgique; bientôt aux Pays-Bas et France, depuis ce weekend 09/11/20.
C'est fini les œufs bio (N° 0) et élevage en liberté (N° 1). Après épuisement du stock; ce sera du code 2 (élevage intérieur).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
FR pour la France, NL pour les Pays-Bas, BE pour la Belgique.
0FR ou 1FR devraient apparaître 2FR.

Grippe aviaire
La grippe aviaire est de retour. Le virus est apparu cet été en Russie et au Kazakhstan. Et elle est désormais à nos portes. Plusieurs cas ont été identifiés aux Pays-Bas il y a quelques jours. Plus de 200.000 poules ont dû être abattues. Des cas aussi en Grande Bretagne ou encore en Allemagne, où des oiseaux sauvages sont contaminés.
Source : RTBF 09/11/20
L'AFSCA -l'agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire- demande donc aux éleveurs professionnels de confiner leurs poules, pour éviter les contaminations.
Les éleveurs obligés d'enfermer leurs poules
Des poules confinées dans leur poulailler. Michel Paque, de la ferme de l'arbre à Lantin (périphérie de Liège), a dû se plier à la règle. Un crève-cœur pour cet éleveur bio. D'habitude, ses poules vivent en plein air: "C'est un peu triste de voir des poules qui sont habituées au plein air renfermées dans une étable, même si l'étable est confortable. Ici, on a la chance d'être cultivateurs de légumes, on a des déchets de légumes tous les jours, on essaye de pallier un peu le manque de végétal, mais malgré tout, elles n'ont pas la sortie quotidienne".
L'Allemagne, les Pays-Bas, pays voisins, sont touchés. Mais pas de quoi alarmer cet éleveur: "C'est un élevage très extensif, à petite production, des poules en plein air bio. Il n'y a pas trop d'élevages aux alentours. En Wallonie, la concentration d'élevages au kilomètre carré est assez faible par rapport à la Flandre, et surtout par rapport à la Hollande. Je pense qu'il y a moins de risques ici".
Une mesure applicable plusieurs mois
La mesure devrait rester d'application pendant plusieurs mois. Seuls les éleveurs professionnels sont obligés d'enfermer leurs poules. Mais l'AFSCA recommande aux particuliers de faire de même.
A noter que ces mesures sont prises pour protéger les bêtes. La consommation des œufs reste sans danger.

Info utile si vous cherchez un peu de lecture:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  darky35 le Mar 10 Nov 2020 - 12:31

Merci pour cette info Wink
La grippe aviaire n'est dangereuse et mortelle "que de 40 à 60% des cas" (c'e'st une grippe carabinée) et ne se transmet qu'au contact des animaux contaminés : les piafs et autres volatiles à plumes, le cochon et le chat.
La contamination d'homme à homme n'existe pas encore (surveillance constante des autorités depuis 2016), mais elle peut survenir à la longue et notamment lors d'un croisement accidentel avec la grippe saisonnière. C'est un peu la roulette Russe mais avec plus de chambres dans le barillet...

Allez j'ose Rolling Eyes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
|Gersed|Histam&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable
Irrécupérable

Messages : 1149
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 54
Localisation : Jamais loin d'un chiotte

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Luc le Mar 10 Nov 2020 - 12:53

Oui, les cas de contamination inter-espèces sont rares mais possibles via une recombinaison du virus, lorsqu'il y a confinement prolongé ou modification du comportement (trop d'ocytocine?)
Projection à moyen terme. Pas de souci actuellement ...
C'était juste pour informer qu'il ne faut pas laisser trainer le chat s'il veut dormir dans le poulailler  Wink
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Alerte des cardiologues sur le stress

Message  Luc le Lun 16 Nov 2020 - 14:17

Alerte des cardiologues : Prenezvous cette menace au sérieux ?
Cardiologue, le Dr Mathieu Bernard reçoit quotidiennement des patients dont le stress a endommagé leur coeur. A tout âge, cette menace invisible fait des ravages. Sauf qu’au lieu de prescrire à tour de bras des médicaments aux effets secondaires délétères, le Dr Bernard a choisi d’autres méthodes – hypnose, froid, respiration – peu connues de ses confrères, mais qui font pourtant leurs preuves…
Source : SCE 11/2020
Méprisé car subjectif et dif­ficilement quantifiable, le stress est l’un des facteurs de risque cardiovasculaire les plus ravageurs. Pourtant, ce n’est pas tant le stress que la réponse du corps au stress qui est délétère. Hérité de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs dont la vie était entrecoupée de courtes périodes de stress intense, à chasser le mammouth en risquant leur vie, et de grandes périodes de calme pro­fond, les temps modernes ont rendu obsolète ce mécanisme de protection.
NDLR : On peut zapper les explications ci-dessous sur l’origine du stress et l’équilibre à trouver, jusque « Préservez votre coeur », bien que ce soit intéressant à lire.  
Méprisé car subjectif et dif­ficilement quantifiable, le stress est l’un des facteurs de risque cardiovasculaire les plus ravageurs. Pourtant, ce n’est pas tant le stress que la réponse du corps au stress qui est délétère. Hérité de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs dont la vie était entrecoupée de courtes périodes de stress intense, à chasser le mammouth en risquant leur vie, et de grandes périodes de calme pro­fond, les temps modernes ont rendu obsolète ce mécanisme de protection.
Stress : droit au coeur ! Le stress est une agression dirigée contre nous, qu’elle soit physique (une fracture, ou même une inter­vention chirurgicale) ou psychique, induite par nous-même ou par un événement extérieur. Cette agression vient rompre l’équilibre corporel, l’homéostasie, et le corps tente alors de rétablir cette harmonie par tous les moyens mis à disposition. Comme pour la douleur, nous sommes inégaux face au stress ; le seuil de tolérance varie d’une personne à l’autre. Il existe aussi un stress positif dont les effets peuvent rendre accro, mais répété ou prolongé il peut deve­nir néfaste, surtout pour le coeur.
Tout débute dans le centre de contrôle hébergé dans notre boîte crânienne, notre cerveau. Certaines structures comme l’hippocampe impliqué dans la mémorisation, les amygdales céré­belleuses dans la peur, l’hypothalamus (sorte de processeur du cerveau) s’activent. Interconnectés, ils déclenchent une cascade hormonale sitôt l’alerte déclenchée.
L’adrénaline : pas si sympathique
Le corps s’adapte ainsi au stress pour retrouver l’équilibre. Le premier mécanisme d’adaptation passe par notre système nerveux autonome. Inconscient, c’est lui qui gère l’en­semble de notre physiologie cor­porelle. Ce système est lui-même divisé en deux systèmes parallèles et complémentaires : le système (ortho) sympathique et le parasympathique. Dans des conditions normales, ces deux systèmes sont en perpétuel équilibre. Le parasympathique, dont l’ambassadeur est le fameux nerf vague ou X (pour la 10e paire crâ­nienne) est « le système du zen ». Ce nerf naît directement du cerveau et non pas de la moelle épinière, comme l’immense majorité de nos nerfs. Il est relié à l’ensemble de nos organes, des poumons jusqu’aux intestins en passant par le coeur. Il baisse la fréquence cardiaque et la pression artérielle et stimule la digestion.
A contrario, l’orthosympathique est le système sollicité en cas de dan­ger. Il accélère le coeur, augmente la pression artérielle, redistribue le sang vers les muscles, rétrécit notre champ visuel et stoppe la diges­tion. Il prépare notre organisme au combat ou à la fuite via la sécrétion d’un neurotransmetteur bien connu, l’adrénaline. Cette adrénaline est larguée dans la circulation sanguine à partir des ganglions nerveux sym­pathiques situés de part et d’autre de la colonne vertébrale, ainsi qu’à partir des glandes surrénales, leur partie centrale pour être précis. Cette réaction active un maximum de res­sources pour faire face à l’agression. C’est grâce à l’adrénaline que nous sommes capables parfois de véri­tables exploits comme ce cas d’une mère qui a soulevé une voiture de plus d’une tonne sous laquelle son enfant était coincé.
Déclenché face à un événement immédiat, ce mécanisme adréner­gique est extrêmement rapide voire quasi instantané. L’équilibre de l’en­semble de notre système nerveux autonome est alors rompu au profit du sympathique. Quand, a contra­rio, la rupture se fait au profit du parasympathique, apparaît alors le fameux malaise vagal, qui peut s’ex­primer dans les cas extrêmes par une perte de connaissance, impression­nante pour l’entourage comme pour la victime, mais toujours bénigne.
Encart : Les médias : des usines à stress (et à infarctus) ?
Nous vivons dans du coton, sans en avoir conscience, aveuglés par nos biais cognitifs : c’est le para­doxe de Tocqueville. Tocqueville nous apprend que plus les inéga­lités diminuent, plus celles qui persistent deviennent intolérables à nos yeux. Aussi nous avons l’im­pression de vivre dans un monde de plus en plus violent, fausse­ment accentué par les médias qui jouent sur nos biais cognitifs, comme celui de disponibilité (qui consiste à utiliser les informations immédiatement disponibles en évitant d’en chercher d’autres qui viendraient notamment contredire les premières) et par les partis populistes qui surfent sur cette vague.
Mais plutôt que de se contenter d’exemples chargés émotionnel­lement, la lecture attentive des chiffres montre en réalité que la violence diminue.
Par conséquent, les épisodes de stress auxquels nous sommes exposés sont de faible intensi­té, mais répétés quotidiennement (notifications, mails, téléphone, échéances, objectifs inatteignables…). Cette exposition perma­nente à un stress de faible intensité est préjudiciable : elle nous expose à la deuxième voie de réponse au stress et nous fait perdre l’élastici­té de notre capacité d’adaptation.
Autre fait intéressant, l’impact d’un choc émotionnel est supé­rieur à celui d’un stress physique. Et ce stress émotionnel a la faculté de pouvoir être auto-généré par notre esprit, à cause de nos tour­ments, amplifiant ainsi les risques pour la santé cardiovasculaire.
(Fin de l’encart)
Puis c’est la chute des dominos…
Bien que nécessaire, cette poussée d’adrénaline peut s’avérer dom­mageable et toxique pour le coeur. En effet, elle favorise la survenue d’arythmie cardiaque (extrasystoles, tachycardie) naissant au niveau des ventricules et potentiellement létale. L’adrénaline favorise aussi ce que l’on appelle l’ischémie, c’est‑à‑dire l’inadéquation entre les apports et les besoins en oxygène, provoquant ainsi une souffrance du muscle cardiaque.
C’est ce que provoque aussi l’in­farctus, l’artère étant complètement bouchée, le sang et donc l’oxygène n’alimentent plus le muscle en aval du bouchon. L’ischémie favorise aussi directement les arythmies ventriculaires. Enfin, lorsqu’elle est libérée dans le sang en trop grande quantité, l’épinéphrine, l’autre petit nom de l’adrénaline, a une toxicité directe sur le coeur, déclenchant un ersatz d’infarctus dont heureusement la majorité des patients récupère une fois la tempête terminée.
Ce n’est pas tout. Le second méca­nisme de réponse au stress déclenché par notre corps est médié par l’axe corticotrope et a des conséquences encore plus délétères. Tout part encore une fois du cerveau : l’hy­pothalamus envoie ses ordres, cette fois-ci vers la partie périphérique des glandes surrénales, véritables réservoirs à hormones du stress. Vous comprenez mieux l’expres­sion « vider ses surrénales ». Les hormones glucocorticoïdes (cortisol, cortisone) sont alors relarguées dans les vaisseaux sanguins. À travers l’activation de l’axe corticotrope, le stress impacte ainsi les autres facteurs de risque cardiovasculaire, voilà pourquoi j’en fais le roi des influenceurs.
Le stress favorise la survenue de diabète, majore la pression artérielle, augmente le poids et le taux de cho­lestérol… Pour peu que vous soyez fumeur, la cigarette vous bercera dans l’illusion que sa consomma­tion apaisera ce stress, alors que c’est le manque de cigarette qui génère un surcroît de stress. Faire fumer pour la première fois un non-fumeur stressé ne le calmera pas. Ces facteurs de risque sont lourds de conséquences sur le coeur, induisant la plupart des maladies cardiaques, arythmie, ischémie, insuffisance cardiaque, épaississement patholo­gique du muscle cardiaque. Outre les conséquences cardiaques dévasta­trices des corticoïdes, ces hormones altèrent les défenses immunitaires, retardent la cicatrisation, redistri­buent la répartition des graisses et fragilisent notre capital osseux.
                                                                 X
Préservez votre coeur ! Mes solutions antistress
Voyons dès à présent comment nous pouvons nous prémunir du stress. Je privilégie des méthodes non médica­menteuses, naturelles et testées par mes soins. Elles sont à appliquer dès lors que vous sentez poindre en vous les manifestations du stress (anxiété, nœud dans la gorge, boule au ventre, sueurs froides, accéléra­tion du rythme cardiaque, poussée tensionnelle, etc.). Elles impliquent de faire son autoanalyse et d’iden­tifier comment notre stress exprime sa présence.
1. Les quatre règles de base au quotidien
La première règle est de prendre du temps pour vous. Et cela, quotidien­nement, pour pouvoir appliquer les quatre méthodes de mieux-être au quotidien que je vais vous présenter.
- Prenez du recul : savoir se poser, ou « se pauser » pour mieux s’éle­ver, prendre du recul, simplement changer de point de vue par rapport à la situation anxiogène. Apprenez des Stoïciens qu’il est inutile de s’inquiéter d’une chose sur laquelle nous n’avons aucune prise. Vous avez peur en avion ? À moins d’être le pilote qui est finalement le seul à avoir une influence sur l’aéroplane, il est totalement inutile de stresser.
- Faites la paix avec Morphée : un sommeil apaisé et réparateur est essentiel et la qualité de votre sommeil dépend de la qualité de vie. Le syndrome des apnées du sommeil, véritable stress physique pour l’organisme, nous le confirme. Le sommeil impacte grandement la qualité de vie, fatigue, dépression, somnolence diurne, baisse de libido, troubles de mémoire et de concentra­tion, irritabilité font partie des signes devant faire suspecter un syndrome des apnées du sommeil dont le trai­tement adapté fait disparaître ces symptômes.
- Pratiquez une activité phy­sique : c’est un excellent moyen de décharger son stress. Il s’agit là encore de trouver du temps pour soi afin de pouvoir la pratiquer. Le but étant de repousser chaque fois un peu ses limites de façon à décharger ses glandes surrénales, sécréter de l’adrénaline pour restaurer l’élasti­cité du système de réponse au stress. Après avoir abordé quelques règles d’hygiène de vie, voyons main­tenant les méthodes que je vous recommande.
Mais par-dessus tout :
- Fuyez les médias ! Évitez au maximum les médias et les réseaux sociaux. Les médias ne rapportent que les nouvelles catastrophiques car nous avons une attirance morbide pour les tragédies. Ils façonnent com­plètement notre monde, lui donnant une vision noire et anxiogène mais surtout totalement erronée. L’unique sujet traité pendant le confinement causé par le SARS-Cov-19 était le SARS-Cov-19. Aucune actuali­té culturelle, politique, étrangère, aucune information autre que la Covid 19. Sans compter que nous ne savions rien de ce virus et que chaque jour, avec la pratique et l’expérience, apportait son lot de connaissances. Une seule anticipation, la crise socioéconomique qui s’annonçait. Cette période extrêmement anxio­gène a été propice au développe­ment du stress. Les réseaux sociaux stressent aussi par la sur-stimulation qu’ils nous imposent. Il faut avoir un profil pour exister, pour ne rien rater, c’est une course infinie et vide de sens. Imposez‑vous de les consulter une fois par jour à un horaire fixe et pour une durée limitée. Et bannis­sez tout écran quel qu’il soit après 21 heures.
Image : Attention au stress des médias qui s'insinue partout dans notre quotidien.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
2. Harmonisez votre coeur avec la cohérence cardiaque

Pour comprendre cette technique, il faut revenir à la base du fonctionne­ment de notre corps. Un champ magnétique cardiaque chaotique Pour fonctionner, nous utilisons en partie de l’électricité qui génère des champs magnétiques. Le champ magnétique produit par le coeur est très puissant. Il est sous la dépen­dance de la fréquence cardiaque. Au repos, cette fréquence cardiaque est, à quelques millisecondes près, réglée comme un métronome. Mais la fré­quence cardiaque n’est en réalité pas fixe, elle varie en permanence sans que nous en ayons conscience. Le coeur est sous le contrôle du système nerveux autonome et est ainsi sans cesse stimulé par le sympathique (accélérateur) et le parasympathique (freinateur). J’appuie sur l’accéléra­teur, je freine, j’accélère, je ralentis. Cette variation permanente prépare le coeur à réagir instantanément en cas de problème. Ce changement de rythme dépend aussi de la respiration. Lorsque l’on inspire, on augmente le retour du sang vers le coeur, ce qui conduit à une accélération pour s’adapter à l’afflux de sang, l’expira­tion fait l’inverse. Ces variations sont chaotiques. La cohérence cardiaque vise à rétablir l’harmonie et apaiser favorablement l’organisme. Mais puisque les rythmes biologiques sont influencés par la nature et par notre système nerveux autonome, donc par l’inconscient, comment pou­vons-nous atteindre consciemment cet état de cohérence cardiaque ?
Respirez ! Eh bien, en utilisant l’unique para­mètre qui soit à la fois sous la dépen­dance de notre système nerveux autonome et de notre système ner­veux volontaire : la respiration. Si, quand vous dormez, vous ne pensez pas à respirer, une fois réveillé, vous êtes en mesure de bloquer votre respiration ou d’accélérer volontai­rement son rythme.
La première étape pour atteindre cette harmonie est de respirer à un certain rythme, il vous faut inspirer sur 5 à 6 secondes et expirer sur une durée identique. Le plus simple est de caler sa respiration sur un métro­nome dédié. La seconde étape fon­damentale est d’avoir au moment où l’on pratique des pensées positives. Vous pouvez respirer correctement mais vous n’atteindrez jamais le but fixé sans pensées positives, croyez en mon expérience. En combinant ces deux étapes, le délai entre deux battements cardiaques s’harmonise. Ce changement influence le rythme de notre cerveau qui vient à se syn­chroniser, à s’apaiser.
Afin de progresser, il faut vous assu­rer lors de votre pratique que vous atteignez bien cet état de cohérence cardiaque. Un outil de bio-feedback est alors indispensable. Un capteur de pouls spécifique ou le capteur photo et le flash de votre tablette ou smartphone couplés à une applica­tion dédiée vous permettent quasi­ment en temps réel de savoir si vous pratiquez correctement ou non. Ainsi vous observerez après l’application d’une formule mathématique, « la transformée de Fourier », à savoir  cette courbe de variation de la fré­quence cardiaque qui passe de la plus totale anarchie à une belle sinusoïde.
Ce retour d’informations vous apprend à vous adapter toujours plus, à vous focaliser sur l’instant, à vous auto- corriger. Il me paraît fondamental d’investir dans ce matériel, ou de consulter un professionnel en dis­posant. En effet, chacun est capable de coupler sa respiration à un métro­nome, vous en trouverez une palan­quée sur une célèbre plateforme de partage de vidéo. Pour autant, vous n’atteignez pas forcément cet état de cohérence cardiaque.
Exemple de guide, ndlr : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les bénéfices : muscler son « système du zen »
Quels bénéfices nous apporte la cohérence cardiaque ? Tout d’abord elle vient muscler le système parasympathique, le système du zen, elle abaisse ainsi la fréquence car­diaque et la pression artérielle. Elle a démontré son efficacité en diminuant les risques d’infarctus du myocarde (artère du coeur bouchée qui, si elle n’est pas rouverte à temps, entraîne la mort du muscle cardiaque irrigué en aval du bouchon).
Pour ses bienfaits cardiaques, cette pratique est utilisée en post-infarctus et en post-opératoire de chirurgie cardiaque. Elle est pratiquée de manière courante en psychiatrie dans le traitement des syndromes dépressifs et dans le traitement des douleurs chroniques comme la fibromyalgie notamment. Elle inhibe la production de cortisol et par un effet de vases communicants augmente la production de DHEA, l’hormone de Jouvence. Cette action entraîne également une baisse de la pression artérielle, une amélioration de l’efficacité des défenses immu­nitaires. Elle vient contrer les effets délétères des hormones corticoïdes sécrétées par le stress sur le corps. Et enfin, comme le ressentent tous ses pratiquants, elle apaise.
Bien que la cohérence cardiaque soit un réel atout pour la santé du coeur, elle souffre à mon sens de deux problèmes : l’investissement tem­porel et l’investissement pécuniaire. Pécuniaire car le matériel nécessaire à la bonne pratique (capteur, appli­cation) n’est pas gratuit, et temporel car les études ayant validé la cohé­rence cardiaque recommandent trois sessions de cinq minutes par jour : une au réveil, une vers midi et une en fin d’après-midi. L’efficacité sur la baisse du cortisol est de six à sept heures, et le taux de cortisol baisse naturellement le soir afin de préparer le corps au sommeil, il est donc inutile de pratiquer le soir et bien difficile à concilier avec la vie professionnelle. Lors de ces sessions de cinq minutes, vous devez être dans votre bulle, hors de question d’être dérangé par un appel, une notifica­tion, un collègue ; ces cinq minutes doivent vous être uniquement consa­crées. C’est à ce prix que vous pour­rez tirer un énorme bénéfice de votre pratique de cohérence cardiaque. Et là aussi, c’est comme le sport, seules la régularité et l’assiduité paieront.
Image : Le biofeedback permet d’aligner rythme cardiaque et respiration, diminuant ainsi l’impact du stress. (=> Patient allongé sur un lit et dont le cerveau est couplé à des électrodes et un monitoring).
3. N’oubliez pas votre cerveau
Nous sommes notre propre ennemi, parasités que nous sommes au quo­tidien par des dizaines de milliers de pensées. L’immense majorité de ces pensées est identique à celles de la veille et l’immense majorité de ces pensées sont négatives. Elles parti­cipent à générer notre stress. Ce der­nier est donc auto-entretenu. Voici quelques méthodes pour apaiser les pensées et ainsi protéger votre coeur.
La méditation pleine conscience
Jon Kabat-Zinn, médecin améri­cain, a élaboré la méditation pleine conscience à partir des méditations des moines bouddhistes en l’expurgeant de toute connotation religieuse. Cette méditation pleine conscience propose de calmer les pensées en se focalisant sur l’instant présent sur une sensation interne (battements cardiaques, respiration…) ou externe (musique propice, bruit blanc…) et de laisser passer les pensées, sans s’y arrêter, sans jugement, simplement contempler. Les sensations comme les pensées passent et évoluent pour leur propre compte.
Cette façon de procéder est aussi utilisée en hypnose par le fondateur de la technique NERTI (nettoyage émotionnel rapide des traumatismes inconscients), Luc Geiger, dans le traitement des phobies par exemple. La méditation a le vent en poupe en ce moment.
Certaines études ont prouvé son efficacité dans la diminution de la sécrétion de cortisol au profit de la DHEA (comme dans la cohérence cardiaque). Elle augmente aussi l’ac­tivité de la télomérase, cette enzyme qui répare l’extrémité de nos chro­mosomes et qui concourt à nous garder jeune plus longtemps. Elle augmente la concentration de notre antidépresseur naturel : la séroto­nine. Elle a prouvé son efficacité sur la peur, l’anxiété, les ruminations de pensées, le contrôle des émo­tions. Elle décuple l’estime de soi, la capacité de concentration ; chez les soignants elle majore leur empathie.
L’imagerie cérébrale met en évi­dence un remodelage du cerveau après pratique de la méditation, prou­vant davantage encore l’étonnante plasticité cérébrale. Je retrouve pour ma part cette concentration, cette focalisation sur l’instant sur mon tapis de yoga. La pratique des asanas occupe pleinement mon esprit sans qu’aucune pensée parasite ne vienne le distraire de la posture.
L’hypnose : quand l’imagination prend le pouvoir
Je vous donne ici une vision de l’hypnose qui n’engage que moi. L’hypnose est un état naturel que cha­cun d’entre nous expérimente quoti­diennement. Elle permet entre autres de communiquer avec la face cachée de l’iceberg, notre inconscient. Notre conscience est un cavalier juché sur un étalon sauvage. Si l’étalon s’emballe et choisit un autre che­min, le cavalier avec ses 70 kg aura tout le mal du monde à le raison­ner. L’étalon étant bien évidemment notre inconscient. Ainsi le dialogue entre conscient et inconscient est la première étape, fondamentale, pour permettre la réconciliation entre les deux, afin de faire en sorte que le cavalier et son cheval cheminent dans la même direction. Naturellement, les enfants sont vingt fois par jour en état d’hypnose et les adultes deux, trois minutes toutes les 90 minutes, un moyen efficace d’évi­ter la surchauffe à notre cerveau. C’est ce moment où vous parlez à quelqu’un et vous éprouvez ce sen­timent qu’il ne vous écoute pas, les yeux perdus dans le vague. Quand vous êtes au volant de votre voiture sur un trajet habituel, il vous arrive certainement de ne plus savoir ce qui s’est passé entre le départ et l’arrivée. Avez-vous marqué le stop ? N’êtes-vous pas passé au rouge ? Votre conscient était alors occupé à penser aux vacances, aux impôts, bref il était ailleurs et vous êtes passé en pilote automatique, laissant l’inconscient à la manœuvre. Lorsque vous êtes absorbé par un film, que vous rigoliez ou versiez quelques larmes, quand vous le vivez de l’intérieur, il s’agit d’une transe hypnotique.
Cette transe peut être légère ou profonde, elle peut être spontanée comme dans les exemples précédents ou induite par un thérapeute. Et enfin elle peut être positive ou négative. Un stress aigu peut induire une transe négative, typiquement un accident de la circulation, une arrivée aux urgences ou l’annonce d’un diagnos­tic grave. Dans cet état, vous perdez toute analyse critique et prenez tout ce que l’on vous dit pour argent comptant. Un médecin non formé à la communication thérapeutique pourra alors être délétère. En dehors de ces situations traumatisantes, vous gar­dez un contrôle total sur votre faculté à rentrer ou non en état d’hypnose. Inutile de défier un hypnothérapeute, si vous ne voulez pas rentrer en état d’hypnose vous n’y rentrerez pas, à moins d’utiliser quelques techniques sioux d’hypnotiseur de spectacle, vraiment déconseillées en hypnose thérapeutique.
Ayez confiance !
En effet, le succès d’une psycho­thérapie, et ce quelle que soit la technique utilisée (hypnose, psy­chanalyse, TCC, psychothérapie énergétique, etc.), dépend à 60 % de la relation thérapeutique instau­rée par le thérapeute. Pour que cela fonctionne, vous devez donc avoir confiance en lui. Bien que parta­geant quelques techniques, l’hypnothérapie et l’hypnose de spectacle diffèrent sur un point. En spectacle, le changement doit être immédiat, impressionnant et visible ; en thé­rapie, lorsque je reçois des patients, je me fiche que vous alliez bien sur le moment. Ce à quoi j’aspire, c’est que vous vous sentiez de mieux en mieux au fil des heures, des jours et des semaines qui suivent. En théra­pie, vous avez donc un contrôle total de la situation, et si vous êtes en état d’hypnose et qu’une alarme incendie se déclenche, vous ne restez pas blo­qué en état d’hypnose, vous sortez de cet état et de la pièce. L’inconscient n’a qu’un seul et unique but, nous protéger. Aussi, nous sommes tous dotés d’un observateur caché qui déclenche une alerte si les sugges­tions du thérapeute vont à l’encontre de nos croyances ou de nos valeurs. Ces suggestions seront donc refusées par notre inconscient. L’inconscient est toujours animé d’une intention positive, mais à trop vouloir bien faire, il lui arrive de commettre des erreurs. Soit le mécanisme de pro­tection instauré par ses soins est devenu obsolète, soit il est inadap­té dès le départ, occasionnant des manifestations psychosomatiques. Manifestations que nous tâchons de corriger en thérapie.
Wim Hof : sa méthode réchauffe le coeur ! (Encart)
Pour ceux qui aiment le challenge et sortir de leur zone de confort, je vous recommande la méthode Wim Hof. Il a plus d’une vingtaine de records du monde à son actif. Il est devenu le sujet d’études de douze laboratoires dans le monde tant sa méthode fascine. Elle est basée sur trois piliers : la médita­tion, la respiration et l’exposition au froid.
Les exercices respiratoires se pratiquent en position couchée, hors de l’eau. Ils consistent en une hyperventilation sur trente cycles de façon à augmenter le taux d’oxygène dans le sang et à élimi­ner le plus de dioxyde de carbone possible. Ensuite vous restez en apnée, le plus longtemps possible. L’hyperventilation permet de rester plusieurs minutes en apnée. En effet, ce n’est pas la chute d’oxy­gène dans le sang mais l’augmenta­tion du gaz carbonique qui pousse la reprise respiratoire. Pendant cette phase d’apnée, vous devez être à l’écoute de votre corps et cal­mer votre esprit de façon à repous­ser le moment où vous reprendrez votre respiration sans céder à la panique : mouvements du dia­phragme, déglutition, comme les victimes de noyade. Peu à peu, vous apprenez à calmer votre men­tal. Ensuite vous passez au shoot, en reprenant une grande inspiration et en bloquant encore une ving­taine de secondes, les poumons pleins d’oxygène. L’organisme va se jeter sur ce nouvel apport. Cet afflux d’oxygène a des effets antibiotiques, anti-inflammatoires, réparateurs, cicatrisants. Avec cette méthode, vous stressez votre orga­nisme, vous déchargez vos surré­nales et vous maîtrisez chaque jour un peu plus votre stress.
Quant à l’exposition au froid, elle entraîne un stress physique et psy­chique. Le plus simple est, comme moi, de prendre une douche froide quotidienne. Mais vous pouvez aussi goûter l’expérience d’une immersion dans un bain de glace. La douche froide entretient la réactivité des veines, en alternant vasoconstriction et vasodilatation (peu présente en cas d’hyperten­sion artérielle). Lors des premières expositions au froid, vous aurez tendance à vous mettre en apnée. Or le secret ici est dans la respi­ration. Une respiration calme et ample active le système parasym­pathique qui vient calmer l’orga­nisme. Le cerveau va alors accepter le froid et s’adapter plutôt que de lutter. L’adaptation est telle qu’on ne sent plus le froid sur la peau.
Face au froid, vous ne pouvez pas tricher. Vous êtes face à vous-même. Aucune pensée parasite ne vient vous perturber. Tout votre être tend vers un objectif : l’adaptation de l’organisme. Il faut dompter le stress lié à l’appréhension du froid. Quand vous vous immergez dans l’eau froide, jusqu’à ce que vous ayez de l’eau jusqu’au cou, votre cerveau vous crie de sortir, que l’eau est froide. Une fois que vous êtes dans l’eau jusqu’au cou, votre cerveau se met en mode adapta­tion. C’est ce stress préalable qu’il faut alors apprivoiser. La méthode Wim Hof restaure l’élasticité de notre système de réponse au stress en nous exposant au quotidien à de réels stress qui déchargent nos surrénales.
La méthode Wim Hof améliore aussi l’immunité, elle produit un effet anti-inflammatoire. Pour l’anecdote, j’ai réussi grâce à elle à empêcher le développement de poussées inflammatoires extrê­mement douloureuses. Ainsi je la recommande fortement dans les maladies inflammatoires chro­niques. Nous n’en sommes qu’au début des découvertes concernant cette méthode. Cependant, les témoignages impressionnants de pratiquants affluent, levant peu à peu le voile sur cette méthode.
(Fin de l’encart)
Parlez à votre pression artérielle
Pour Erickson, le psychiatre amé­ricain qui a donné ses lettres de noblesse à l’hypnose thérapeutique moderne, l’inconscient est tout ce qui n’est pas conscient. Notre pression artérielle, notre fréquence cardiaque, notre système digestif, immunitaire, sont sous la dépendance de notre sys­tème nerveux autonome, lequel n’at­teint pas notre seuil de conscience. L’hypnose est d’une grande aide sur les problèmes psychosoma­tiques mais aussi sur les allergies, les maladies auto-immunes et bien évidemment les conséquences du stress. Quand je travaille en hypnose, j’interroge l’inconscient et je cherche à initier une réelle collaboration entre le patient et son inconscient. Il arrive que le problème se résolve en quelques minutes, en demandant simplement à ce dernier s’il peut supprimer la gêne, et parfois il répond par l’affirmative sans rien demander en échange. Le plus souvent le patient a de son côté une chose à faire en contrepartie. L’hypnose me fascine encore aujourd’hui.
Elle présente de nombreux avantages :
D’une part, elle permet au sujet de réellement dialoguer avec son inconscient, mais aussi avec un organe, ou bien des cellules.
L’hypnose profonde permet la résolution de problèmes qui n’ont parfois même pas été abordés pen­dant l’anamnèse, c’est une sorte de « reset » comme lorsqu’un ordinateur bugge.
L’hypnose profonde entraîne une amnésie de la séance et ce afin que le conscient qui aime tout com­prendre, tout analyser, tout expli­quer, ne vienne saboter le travail de l’inconscient. Une fois la séance effectuée, on pose le couvercle sur la casserole et on laisse mijoter.
L’hypnose permet surtout de régler les manifestations du stress, mais aussi les causes du stress. Avec l’aide de l’inconscient, nous remon­tons aux sources de l’événement qu’il identifie comme responsable du stress. Nous travaillons ainsi sur cet événement afin de supprimer son impact et faire cesser le stress.
Une seule séance suffit fréquemment à régler le problème. Pour avoir été profondément impacté par l’hyp­nose, je recommande à chacun une séance pour se réconcilier avec son inconscient, découvrir qui l’on est vraiment et mieux le devenir. Et pour ceux qui s’interrogeraient encore sur leur capacité à rentrer en hypnose, si vous avez un tant soit peu d’imagi­nation, vous réussirez.
Convaincus ? À vous de jouer !
Délaissé, le stress est pourtant lourd de conséquences sur notre orga­nisme. Roi des facteurs de risque cardiovasculaire par l’influence négative qu’il exerce sur ses cama­rades, il est fondamental de l’iden­tifier et de s’en occuper. Le stress est un fléau que je vous invite à anéantir afin de limiter au maximum les dégâts qu’il peut vous faire subir. Aux médications dites iatrogènes, il existe des alternatives naturelles.
Ces techniques, je les ai moi-même éprouvées et je peux vous affirmer qu’elles sont efficaces. Hygiène de vie, cohérence cardiaque, médita­tion et ses dérivés, hypnose incluant l’autohypnose, à vous de jouer ! Choisissez celle qui vous convient le mieux, tout en gardant à l’esprit de prendre du temps pour vous.

Dr Mathieu Bernard

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Resvératrol et ostéoporose

Message  Luc le Lun 23 Nov 2020 - 9:46

Raisin et fruits rouges au secours de vos os
Source : SCE 11/2002
Avec l’âge, vous avez peur de chuter et vous blesser ? C’est normal, plus nous vieillissons, plus les conséquences d’une petite chute peuvent être importantes et le rétablissement long et compliqué. Avec l’âge, nos os, en effet, sont plus fragiles et nous sommes plus sujets aux fractures ou aux pathologies chroniques douloureuses comme l’ostéoporose ou l’arthrose.
Les œstrogènes ont la capacité de régénérer les os, mais à l’arrivée de la ménopause, les femmes en produisent de moins en moins. Pour contrer les effets du temps, une étude3 publiée en juin 2020 met en évidence les bénéfices du resvératrol, un antioxydant contenu dans le raisin et les baies rouges. Ce polyphénol fait partie des phytoestrogènes, c’est‑à‑dire qu’il possède une structure similaire à celle des œstrogènes, pouvant ainsi se lier à leurs récepteurs et exercer un effet similaire. Une dose de 75 mg de resvératrol deux fois par jour permet d’augmenter la densité osseuse, notamment dans la moelle épinière et le fémur, et de réduire les marqueurs de résorption. Une analyse complémentaire révèle que l’effet protecteur du resvératrol est encore plus flagrant associé à une supplémentation en calcium et vitamine D. Principalement en raison de son effet estrogen-like, le resvératrol s’avère donc être un excellent prophylactique dans le cadre de l’ostéoporose.
Référence :
« Regular Supplementation With Resveratrol Improves Bone Mineral Density in Postmenopausal Women: A Randomized ». Placebo-Controlled Trial. Rachel HX Wong, Jay Jay Thaung Zaw, Cory J Xian and Peter RC Howe. 21 June 2020

PS: Observez la dose: 2 x 75 mg de resvératrol par jour. 
Or, ce type de molécule est souvent conditionnée en 500 mg. En cure seulement, à ce dosage.
Influence sur le microbiome et sur la voie de détox cyp450

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Bioélectronigramme et santé

Message  Luc le Lun 23 Nov 2020 - 10:19

Terrain atomique : voici comment la NASA décèle les maladies !
Vous avez probablement déjà entendu parler de terrain immunitaire, de terrain génétique ou de terrain allergique, mais jamais encore de terrain « atomique ». Cette notion repose sur la bioélectronique de Vincent (BEV), laquelle s’intéresse au niveau le plus petit qui soit de la matière vivante. Une approche scientifique révolutionnaire, utilisée par la Nasa.
Source : SCE 11/2002
Didier Le Bail est naturopathe, journaliste santé et auteur de plusieurs ouvrages, dont un de référence sur la vitamine D. Son site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Dans cet article, vous allez constater, non sans un cer­tain effroi, que notre mode de vie est à l’origine d’une dégra­dation de notre terrain atomique ayant pour effet d’augmenter notre vulnérabilité face aux virus. Une bien mauvaise nouvelle à l’ère du SARS-CoV-2… Il existe heureu­sement un ensemble de mesures à même de « corriger » progressive­ment un terrain atomique dégradé. J’entends déjà ironiser certains lec­teurs et lectrices : « Encore un qui cherche à tirer la couverture à lui en réécrivant l’histoire ! » Pourtant, je vous assure que j’étais convaincu de longue date de l’imminence d’une méchante pandémie virale.
Un, parce qu’il s’était déjà écoulé beaucoup de temps depuis la der­nière vraie pandémie, à savoir celle causée par le virus de la grippe de Hong-Kong en 1968 (près d’un mil­lion de morts dans le monde, dont 31 000 en France) ; deux, parce que je connaissais déjà les désagréables vérités révélées par la BEV, une méthode à laquelle j’ai été initié au milieu des années 2000 grâce au Dr Jean-Pierre Willem. Et l’une de ces désagréables vérités est que notre capacité de résistance aux infections virales s’érode de plus en plus. Hélas, c’est loin d’être la seule : la dégrada­tion de notre terrain atomique nous rend aussi davantage susceptibles de développer des cancers et bien d’autres maladies modernes.
Mais n’allons pas trop vite en besogne, revenons d’abord à cette notion intrigante de terrain que les naturopathes chérissent tant.

Le terrain, la qualité de votre milieu intérieur
Laissez-moi d’abord vous conter une petite histoire…
Dans un monastère, un ancien prieur, véritable saint, ne parvient pas à cacher sa tristesse.
- « Pourquoi êtes-vous triste, mon père ? », lui demande un jeune moine.
- « Parce que je commence à douter de l’intelligence de mes frères concernant les grandes réalités de Dieu. C’est la troisième fois que je leur montre un morceau de lin sur lequel j’ai dessiné un petit point rouge, en leur demandant de me dire ce qu’ils voient. Ils m’ont tous répondu : « un petit point rouge », mais jamais : « un morceau de lin ».
Le point rouge représente l’agent pathogène – un virus par exemple – et le morceau de lin, le milieu intérieur – le « terrain », si vous préférez –, lequel, suivant son état, va offrir des conditions favorables ou défavorables au développement de l’agent pathogène. La médecine conventionnelle ignore superbement la notion de terrain, se focalisant sys­tématiquement sur le « point rouge ».
Le terrain n’est pas chose facile à définir mais c’est pourtant ce qu’a brillamment fait, à mon sens, le phar­macologue et aromatologue Pierre Franchomme. Selon lui, « le terrain représente la qualité du milieu inté­rieur, fonction d’une part de l’inné, d’autre part de l’acquis, résultant du mode de vie, des contraintes et des pressions de l’environnement ainsi que des événements pathologiques et traumatiques qui l’ont marqué ».
Du côté des naturopathes, on consi­dère que terrain et milieu aqueux sont indissociables. Pour ces généralistes de la médecine naturelle, le terrain est constitué par les liquides organiques dans lesquels les cellules baignent, autrement dit les liquides se trouvant autour des cellules (sérum extra­cellulaire, lymphe et sang) et ceux se situant à l’intérieur des cellules (sérum intracellulaire).

Protons et électrons dans le viseur de la BEV
La bioélectronique rejoint cette approche en se concentrant elle aussi sur le milieu aqueux dans lequel elle fait la chasse aux protons et aux électrons (niveau atomique). Techniquement parlant, le procédé repose sur l’analyse de trois para­mètres liés aux caractéristiques électromagnétiques de l’eau : le pH (facteur magnétique), le rH2 (fac­teur électrique) et la conductivité ou résistivité (facteur diélectrique).
C’est un ingénieur spécialisé en hydrologie qui a mis au point la BEV dès la fin des années 1940. Son nom : Louis-Claude Vincent (19061988). Comme il ne faisait pas partie du sérail, le milieu médical ne lui réserva pas un accueil enthousiaste. De surcroît, il eut l’impudence de s’attaquer au dogme pasteurien, au point d’intituler l’une de ses confé­rences : « De l’imposture pasteu­rienne des vaccins... aux thromboses, cancers et toutes dégénérescences modernes » ! D’où un développe­ment confidentiel de sa méthode jusqu’à ce que la NASA décide de l’adopter1
1. La NASA a breveté un appareil directement inspiré de la BEV : Fullerton A. et Friedman H.L. : brevet U.S.A. N°3.151.052 du 29.09.1964 . L’heure de gloire de la BEV avait enfin sonné !
Figure : L’analyse des liquides organiques aboutit à un de ces 4 terrains bioélectroniques.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
NB : Ce n’est pas la figure issue de l’article.

Analyse du terrain : quatre directions possibles
La BEV s’intéresse au niveau le plus élémentaire de la matière vivante : le niveau atomique. Court rappel pour celles et ceux qui ne sont pas fami­liers du monde de l’infiniment petit : un atome est un minuscule morceau de matière, une sorte de brique élé­mentaire formée d’un noyau consti­tué de protons et de neutrons autour duquel gravitent des électrons.
Une molécule, quant à elle, est un assemblage de deux ou plusieurs atomes. Exemple avec la plus célèbre de toutes les molécules, à savoir l’eau, constituée de deux atomes d’hydrogène associés à un atome d’oxygène.
En pratique, comment se passe la chasse aux protons et aux électrons à la mode bioélectronique ? Tout commence par le prélèvement d’un échantillon de liquides organiques (sang, salive, urine) qui sont ensuite analysés à l’aide d’un appareil spé­cial : le bioélectronimètre.
Le résultat des analyses est présenté sous la forme d’un graphique appe­lé bioélectronigramme, divisé en quatre quadrants reflétant les quatre tendances du terrain.
Dans la terminologie de la bioélec­tronique, le terrain peut dévier dans quatre directions. Soit il est :
- Acide et réducteur, c’est‑à‑dire riche en protons et en électrons ;
- Acide et oxydé, c’est‑à‑dire riche en protons et pauvre en électrons ;
- Alcalin et oxydé, c’est‑à‑dire pauvre en protons et en électrons ;
- Alcalin et réducteur, c’est‑à‑dire pauvre en protons mais riche en électrons.
1. La NASA a breveté un appareil directement inspiré de la BEV : Fullerton A. et Friedman H.L. : brevet U.S.A. N°3.151.052 du 29.09.1964

Zone alcalo-oxydée : attention danger Les innombrables mesures accom­plies depuis des décennies ont mis en lumière que les conditions de vie moderne altèrent durablement l’équilibre du milieu intérieur des individus, orientant les paramètres bioélectroniques vers la zone alcalo-oxydée (terrain pauvre en protons et en électrons). Avec quelles consé­quences sur la santé ?
Comme toutes les maladies se carac­térisent par des coordonnées bioélectroniques assez constantes, cela permet de les situer de manière stable sur le bioélectronigramme. C’est ainsi qu’on a pu déterminer qu’un terrain déviant dangereusement vers la zone alcalo-oxydée, autrement dit vers la zone des « forces de dégra­dation », favorise l’apparition et/ou l’aggravation de problèmes de santé très répandus au sein de nos sociétés (liste non exhaustive) :
- Maladies de dégénérescence (cancers, leucémies, scléroses...),
- Thromboses (à l’origine d’in­farctus du myocarde ou d’accidents vasculaires cérébraux),
- Allergies, Arthritisme,
- Dystonie neurovégétative (spasmophilie),
- Constipation chronique, Obésité,
- … mais aussi infections d’origine virale !

Terrain alcalin = sang alcalin (mais urine acide) (encadré)
Notez bien qu’il n’y a aucune contradiction entre l’approche « bioélectronique » et l’approche « acido-basique » qui privilé­gie une alimentation alcaline. En bioélectronique, on parle de terrain « alcalin » quand le sang devient plus alcalin pour compen­ser l’acidité trop importante des tissus. À un sang de plus en plus alcalin correspond une urine de plus en plus acide.
Si l’on se fie à la seule mesure du pH urinaire, on affirmera – à juste titre – que le terrain est acidifié. (Fin de l’encadré).

Nos solutions pour gagner en protons et électrons
Comment s’éloigner de la zone des forces de dégradation et se rappro­cher de celle des forces de régé­nération (terrain riche en protons et en électrons) ? En suivant du mieux possible la série de conseils donnés ci-après. Beaucoup d’entre eux n’ont rien de révolutionnaire ; il n’en demeure pas moins qu’ils amélioreront progressivement l’état de votre terrain atomique et, ce fai­sant, vous assureront sans doute une longévité accrue en meilleure santé. J’aborderai d’abord ce qui est en rapport avec le mode de vie avant de m’attarder sur l’alimentation.

Adopter un mode de vie « restaurateur »
1. Profitez des bienfaits de l’io­nisation négative en milieu natu­rel (forêts de conifères, cascades, embruns marins, orages…). Faites l’acquisition ou offrez-vous des séances de bol d’air Jacquier.
2. Dans la mesure du possible, choi­sissez un lieu de vie proche de la nature ou, pour le moins, accordez-vous des périodes de « mise au vert ». N’hésitez pas à marcher pieds nus sur l’herbe mouillée pendant quelques minutes le matin et/ou le soir afin de libérer l’électricité positive accumu­lée au quotidien. À défaut, pratiquez des bains de pieds suivis d’onctions aromatiques.
3. Faites éventuellement procéder à une analyse géobiologique de votre lieu d’habitation, surtout si vous avez constaté une détérioration de votre état de santé depuis que vous avez emménagé à cet endroit.
4. Évitez les atmosphères enfu­mées et préservez-vous le plus possible des sources de pollution électrique et électromagnétique. Cela implique notamment de :
- Limiter l’usage du portable autant que faire se peut ;
- Privilégier les technologies filaires au « sans fil », même si cela devient de plus en plus difficile à mesure que les années passent ;
- Éloigner les appareils élec­triques situés trop près du lit – et surtout pas de smartphone sous l’oreiller !
- Éviter le port de vêtements tribo-électriques ou en tissus synthétiques.
5. Faites preuve d’une grande prudence vis-à-vis des vaccina­tions. Outre les liquides organiques d’origine humaine, la BEV peut aussi analyser d’autres substances, y compris les vaccins. Résultat : la plupart des vaccins sont alcalins et oxydés !

Au menu : une alimentation hypotoxique et plus végétale
1. D’abord, honneur à l’eau, pre­mier élément constitutif de notre organisme. Dans la mesure du pos­sible, limitez-vous à ne consommer que des eaux de source faiblement minéralisées (résidu sec inférieur à 120 mg par litre). Des marques recommandées : Mont Roucous, Montcalm, Rosée de la Reine. Délaissez l’eau du robinet, chlo­rée et chargée en résidus toxiques (nitrates, pesticides, hormones, médicaments…) : elle ne remplit définitivement pas les critères de qualité exigés par la bioélectronique.
D’autres boissons conseillées : jus de légumes, jus d’herbes, infusions, thé blanc, thé vert, kombucha (boisson issue de la fermentation d’un champignon dans du thé vert), vin rouge (avec modération et impérativement bio).
2. Le régime alimentaire bioélec­tronique a de grands airs de ressem­blance avec le régime méditerranéen traditionnel de type crétois. Il s’agit d’un régime bio, hypotoxique, vitali­sant, plutôt frugal, à large dominante végétale, où l’on accorde la part belle au cru si la constitution et/ou la sai­son le permettent. Dans ce régime, une place prépondérante est accordée aux végétaux vivants : légumes crus et lacto-fermentés, graines germées, herbes aromatiques, algues, fruits frais et séchés, fruits oléagineux. On y privilégie les huiles végétales vierges obtenues par première pres­sion à froid.
3. Il va sans dire qu’il n’y a pas de place, dans ce régime, pour tous les aliments transformés, dénatu­rés, chimiqués, irradiés, dont nous inonde l’industrie alimentaire. On y promeut le « fait-maison » à par­tir d’aliments à l’état brut et non de produits déjà transformés. La cuisson des aliments est modérée, lente (cuisson à la vapeur douce ou à l’étouffée). On évite le plus pos­sible les fritures et la cuisson à la cocotte-minute ou au micro-ondes. Enfin, on s’en tient à une consom­mation modérée de fromages et de viandes et on restreint au maximum celle de produits riches en sucre.
4. Mangez dans une atmosphère calme, prenez le temps de bien mas­tiquer les aliments, de bien savourer ce que vous mangez. Mangez selon votre vraie faim et autorisez-vous un repos digestif de temps en temps, au gré de votre ressenti.
5. Profitez de l’arrivée du printemps et de l’automne pour dépurer et revitaliser votre organisme (plantes drainantes, charbon végétal activé, sève de bouleau, enzymes fermen­tées, chlorophylle magnésienne, mono-diète, jeûne intermittent…).
La plupart d’entre vous ignoraient certainement l’existence de la bioélectronique de Vincent avant de lire cet article. Rien que de très normal dans la mesure où la BEV a connu un développement relativement confi­dentiel, même après l’inespéré coup de pouce de la NASA. Il faut dire que la méthode est assez contraignante. Elle implique d’abord de procéder à un triple prélèvement (sang, urine, salive). Ensuite, le sang prélevé doit être analysé sur place sans délai pour ne pas fausser les résultats. Enfin, il faut dénicher un thérapeute capable d’interpréter les résultats des examens.
En France, deux associations se sont donné pour mission de perpétuer l’oeuvre de Louis-Claude Vincent, mais l’avenir de la BEV apparaît plus qu’incertain quand on sait qu’elle ne figure plus sur les listes officielles européennes des analyses de biologie humaine. C’est bien dommage car la BEV est un outil merveilleux pour pratiquer la médecine de terrain.
Didier Le Bail

Pour aller plus loin
Site officiel de la Bioélectronique de Vincent : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
Site du Groupement de bioélectronique rénovée : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Commentaire NDLR : La vie est un perpétuel balancier. Nous voyageons d’une zone à l’autre (zones 1 à 4 sur le biogramme). Comprenez qu’il ne faut pas rester trop longtemps dans une zone, car en pratique, rester dans la zone optimale ne sera pas évident à réaliser.


Dernière édition par Luc le Lun 23 Nov 2020 - 16:47, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty biolélectronique de LC Vincent

Message  Luc le Lun 23 Nov 2020 - 11:49

Lien intéressant en rapport avec la biolélectronique de Vincent
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Article d’Entre2O
« Le microbe n'est rien, le milieu est tout »

On peut aujourd'hui considérer comme normales les valeurs comprises dans les limites ci-dessous:
Sang:
7,3   <  pH   < 7,45
22    <  rH2   <  25
175  <    r    < 210
Salive:
6,5  <   pH   < 6,85
22   <   rH2   < 25,5
180  <    r  < 220
Urine:
5,8  <   pH  < 6,8
21,5 <   rH2  < 24
29  <   r  < 70

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Infos santé. Divers SCE Empty Re: Infos santé. Divers SCE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum