Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Achat de vitamine C et caractéristiques
par Luc Aujourd'hui à 13:45

» Où achetez-vous vos compléments alimentaires ?
par Luc Aujourd'hui à 11:37

» Histoire drôle en image & Funny clip 10
par Luc Hier à 21:47

» Analyse thyroïde
par Matogato Hier à 20:48

» Thyroïdite d’Hashimoto, un fléau mondial
par darky35 Hier à 9:53

» Spiruline, chorella et problèmes respiratoires
par Luc Mar 12 Oct 2021 - 8:49

» L'argile qui guérit - Raymond Dextreit
par Luc Lun 11 Oct 2021 - 21:13

» Bon anniversaire Matogato
par Matogato Jeu 7 Oct 2021 - 9:40

» Spaghettis de courgette crue, tomate fraîche basilic, ail, huile d'olive.
par Flo Mer 6 Oct 2021 - 15:11

» coronavirus et vaccination
par Flo Mer 6 Oct 2021 - 12:11

» Laissez-moi sortir
par Flo Mar 5 Oct 2021 - 20:10

» Comment lutter contre la psychose collective
par Flo Mar 5 Oct 2021 - 12:28

» Joyeux anniv Mezame
par Mezame Dim 3 Oct 2021 - 22:27

» Alternative santé News
par darky35 Dim 3 Oct 2021 - 16:08

» Coronavirus - actualités
par darky35 Ven 1 Oct 2021 - 0:46

» Fascias Libérés, Santé retrouvée.
par Flo Lun 27 Sep 2021 - 15:55

» La respiration
par Luc Lun 27 Sep 2021 - 11:00

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par darky35 Ven 24 Sep 2021 - 13:27

» Arthrose: Mécanismes d'apparition-Alternatives aux anti-inflammatoires
par Luc Mer 22 Sep 2021 - 11:58

» Infos santé. Divers SCE 2
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 20:59

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par darky35 Dim 19 Sep 2021 - 11:57

» Intolérance: Le syndrome d’activation mastocytaire
par darky35 Dim 19 Sep 2021 - 11:34

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 10:26

» Tactique Coronavirus
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 10:21

» Bon anniversaire Herode
par Proserpine Jeu 16 Sep 2021 - 10:36

» Bon anniversaire Florence
par Nell74 Ven 10 Sep 2021 - 14:46

» Bon anniversaire Anthodu89
par Anthodu89 Jeu 9 Sep 2021 - 9:41

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Luc Dim 5 Sep 2021 - 18:00

» Prostate: Traitement naturel de l'hyperplasie bénigne
par Luc Sam 4 Sep 2021 - 10:54

» Omega-3 : Comment choisir ?
par Luc Sam 4 Sep 2021 - 9:26

» Dossier arthrose et compléments
par Luc Dim 29 Aoû 2021 - 19:33

» Avis sur chrondo , gluco et msm
par Luc Dim 29 Aoû 2021 - 18:57

» Impact de la vit D sur les cellules Treg
par Luc Mar 24 Aoû 2021 - 11:12

» La Vitamine D module la réponse du système RAAS.
par Luc Lun 23 Aoû 2021 - 12:15

» Vitamines B Complexes & Dioxyde de titane ...
par Luc Mer 18 Aoû 2021 - 22:10

» Thé vert et prévention AVC et Alzheimer
par Luc Mar 17 Aoû 2021 - 22:16

» Vous voyez flou, des taches apparaissent: DMLA ...
par Luc Sam 14 Aoû 2021 - 11:05

» darky35-Journal de suivi sibo hydrogène/méthane
par Luc Jeu 12 Aoû 2021 - 7:48

» Bicarbonate et inflammation - Mise au point
par Luc Lun 9 Aoû 2021 - 12:31

» Découverte du mécanisme causant le syndrome du côlon irritable
par darky35 Ven 6 Aoû 2021 - 14:15

» Crampes & ions mal équilibrés
par Luc Mer 4 Aoû 2021 - 10:58

» Quel airco choisir?
par Luc Lun 2 Aoû 2021 - 10:11

» Divers 1 - Santé et écologie
par Luc Dim 1 Aoû 2021 - 7:53

» Infos santé. Divers SCE 1
par Luc Sam 31 Juil 2021 - 9:00

» Divers 1: Économie & politique.
par Luc Sam 31 Juil 2021 - 8:19

» Vitamines de grossesse pas indispensables
par Luc Mer 28 Juil 2021 - 10:01

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Nell74 Jeu 22 Juil 2021 - 17:00

» Bon anniversaire lmichelle
par Luc Mer 14 Juil 2021 - 11:11

» Comprendre les fascias
par Luc Ven 9 Juil 2021 - 9:47

» La minute du rire 1
par Luc Ven 25 Juin 2021 - 18:45

» Cancer : avec le sport, combattez plus fort !
par Luc Jeu 24 Juin 2021 - 9:55

» Promo Bulkpowder
par Luc Lun 21 Juin 2021 - 16:49

» Dialogue intestins/cerveau
par Luc Mer 16 Juin 2021 - 9:16

» Anti calcaire & Salle de bain propre ?
par Luc Sam 5 Juin 2021 - 7:41

» Bon anniversaire Chantal
par Chantal Dim 30 Mai 2021 - 8:19

» Cancer (myélome)
par darky35 Ven 28 Mai 2021 - 11:55

» Coco boisson
par Luc Lun 24 Mai 2021 - 9:26

» compléments protéinés en poudre
par darky35 Ven 21 Mai 2021 - 0:04

» Retour d'expérience commande douane
par Luc Sam 15 Mai 2021 - 8:25

» Bon anniversaire Céline 57
par Luc Ven 14 Mai 2021 - 13:21

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Jeu 13 Mai 2021 - 17:35

» Calmer le psoriasis de l'intérieur par le dr raphaël Perez
par Anthodu89 Mar 11 Mai 2021 - 9:49

» Bon anniversaire breizh29
par Proserpine Sam 8 Mai 2021 - 11:19

» Bonsoir à tous - letruc
par Anthodu89 Ven 7 Mai 2021 - 8:12

» HE et lombalgie
par Luc Lun 3 Mai 2021 - 9:46

» Détox ML: Quels suppléments?
par Luc Dim 2 Mai 2021 - 10:05

» Vaccins & hydroxyde d'aluminium
par Luc Sam 1 Mai 2021 - 11:05

» Bon anniversaire Patiloup
par patiloup Ven 30 Avr 2021 - 16:39

» Quels Probiotiques pour les Allergies, les Colites et Autres Pathologies
par Luc Mar 20 Avr 2021 - 7:50

» Divers inclassables
par Proserpine Sam 10 Avr 2021 - 14:50

» chien fan de Météo
par Luc Lun 5 Avr 2021 - 15:37

» Voie de détoxification & CYP450
par Luc Lun 5 Avr 2021 - 10:44

» Allergies et Huiles essentielles
par Luc Dim 4 Avr 2021 - 13:08

» 50% des gens souffrent d'inflammation des gencives
par Luc Mar 30 Mar 2021 - 9:04

» Changement d'heure
par Luc Dim 28 Mar 2021 - 11:16

» Hospitalisation et HE – Prévention contre les Germes
par Luc Dim 28 Mar 2021 - 10:06

» Les AG saturés – À contre-courant
par Luc Sam 27 Mar 2021 - 11:23

» Hypo-thyroïdie malgré des analyses normales
par Luc Ven 26 Mar 2021 - 10:14

» 10 excellentes raisons d’utiliser les huiles essentielles « antibiotiques ».
par Luc Mar 9 Mar 2021 - 10:22

» Nigelle & miel combinés - Bénéfices santé
par Luc Ven 5 Mar 2021 - 17:12

» Notre équipe
par Luc Jeu 4 Mar 2021 - 19:52

» Joyeux anniversaire, Mirzoune,
par Anthodu89 Mar 23 Fév 2021 - 10:02

» Blagues et histoires drôles. Halte aux inquisiteurs 1 !
par Luc Dim 21 Fév 2021 - 11:39

» Qu’est-ce qui rend la taurine si importante ?
par Luc Mar 16 Fév 2021 - 12:37

» Quelle eau minérale choisir ?
par Luc Ven 12 Fév 2021 - 12:57

» Bonjour à tous, de lyn fm
par Proserpine Jeu 11 Fév 2021 - 15:06

» Présentation frim1
par darky35 Mar 9 Fév 2021 - 10:39

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Lun 8 Fév 2021 - 9:40

» Maladie de Dupuytren
par Luc Lun 8 Fév 2021 - 9:28

» Bon anniversaire Laure
par Proserpine Sam 30 Jan 2021 - 10:06

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Luc Ven 29 Jan 2021 - 19:33

» Bon anniversaire Proserpine
par Proserpine Mar 26 Jan 2021 - 17:44

» Joyeux anniversaire Keditchi
par Luc Mar 19 Jan 2021 - 10:40

» Vit K Mk4 Vs Mk7 update 02 2020
par Luc Mar 12 Jan 2021 - 11:05

» La sérotonine comme booster ou downer?
par darky35 Lun 11 Jan 2021 - 10:54

» XTRA-PC redonne une jeunesse à votre PC en un instant
par darky35 Sam 9 Jan 2021 - 15:39

» Bon anniversaire MichelDoc
par darky35 Jeu 7 Jan 2021 - 11:58

» Avant d'aller dormir...
par Proserpine Lun 4 Jan 2021 - 15:15

» Joyeuses fêtes à tous
par Hérode Sam 2 Jan 2021 - 10:18

Le Deal du moment : -20%
-20% sur le Sweat à capuche Nike pour Femme ...
Voir le deal
47.97 €

Alternative santé News

4 participants

Aller en bas

Alternative santé News Empty Alternative santé News

Message  darky35 Sam 6 Fév 2021 - 12:54

Je suis abonné à cette revue et beaucoup de ses articles me correspondent, même si je m'aperçois que n'importe quel intervenant dans le monde ne détient pas toute la vérité, mais seulement une parcelle, ce qui fait que les sujets abordés peuvent sembler parfois incomplets ou ne traiter qu'une partie du problème, ce qui semble courant avec les pathologies multi-factorielles.

Je vais présenter dans ce sujet des articles, interview, infos, news, etc... concernant notamment le COVID, mais pas que... Les N° ne seront pas forcément présentés dans l'ordre, vu qu'il y en a une chiée et que mon abonnement a pris le train en marche et aussi... vu que l'actualité est ciblée microbiote, immunité et COVID depuis un certain temps...

Les présentations d'articles seront plus ou moins brèves, souvent un simple encart car je ne peux me permettre de passer des journées à faire des manips de copier-coller, mettre en forme, etc... A vous de décider de lire ou pas et d'approfondir la question, comme vous le feriez avec l'édito d'un journal.

///Février 2021 : N° 87

COVID 19
Quelques questions en suspens autour du vaccin Covid. Volet 1 : précipitation 
rédigé le 26 janvier 2021 à 10h21
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Efficacité, effets indésirables, balance bénéfices-risques… D’après les laboratoires fabricants et les gouvernements, tous les feux étaient au vert dès décembre pour lancer les campagnes de vaccination avec application massive au printemps. À l’heure où plus de 45 % de nos concitoyens déclarent ne pas avoir l’intention de se faire vacciner, le débat fait rage entre « pro » et « anti » vaccin Covid. Dans les médias, deux camps s’affrontent et laissent bien peu de place au doute, au questionnement ou à la nuance. Entre ces deux minorités bruyantes se trouvent la majorité des Français, silencieux et sidérés par une telle masse d'informations contradictoires et polarisées. Ce troisième camp est composé de Français qui refusent de courir des risques inutiles et ne se satisfont ni de discours d’autorité ni de racket émotionnel. Dans cet état d’esprit, nous vous proposons une série d’articles afin de vous permettre de vous forger votre propre opinion.

Quelques questions en suspens autour du vaccin Covid. Volet 2 : consentement
rédigé le 01 février 2021 à 17h07
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Après une mise en place [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de campagnes de vaccination anti-Covid dans la plupart des pays du monde, se pose la question du consentement des citoyens à y participer. Des personnes âgées et vulnérables jusqu’au grand public, pressé de retrouver une vie quotidienne normale, tout est-il vraiment mis en œuvre pour permettre un consentement pleinement « libre » et « éclairé » comme annoncé ?

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Gluconate de cuivre et COVID

Message  darky35 Sam 6 Fév 2021 - 13:36

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Avec le zinc et la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], le cuivre pourrait bien s’ajouter à l’armada préventive et curative contre le SARS-Cov-2. C’est ce que suggère le pré-print d’une étude française, mise en ligne le 13 décembre dernier sur biorxiv.org. Menée au CHU de Saint-Étienne sous l’égide du Dr Paul Verhoeven en collaboration avec l'Université Jean Monnet, l'étude a consisté à suivre l'évolution in vitro de cellules traitées ou non par le gluconate de cuivre avant d'être infectées par le virus SARS-Cov-2.
Les cellules traitées ont été placées pendant 18 heures dans une solution de gluconate de cuivre, puis infectées, et maintenues encore 48 heures dans la solution. Elles ont été ensuite observées au microscope et leur nombre a été comparé à celui des cellules non traitées avant d'être infectées. Résultat : les cellules traitées étaient plus de 70 % moins nombreuses à être infectées que les cellules non traitées.
Articles connexes :

  • [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Glutamine, vitamine D, zinc,
    La médecine nutritionnelle à prendre au sérieux d’urgence
    Les chercheurs de l’Université de médecine de Zhejiang, qui ont géré le Covid-19 de manière multidisciplinaire et individualisée, estiment que le statut nutritionnel de chaque patient infecté devrait être évalué avant même l’administration des traitements.

  • [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Jean-Pierre Giess    rédigé le 22 octobre 2020 à 16h19
     Article paru dans le journal nº 84
    La propolis contrarie la pénétration du virus
    L’épidémie au Sars-Cov-2 repose notamment sur l’aptitude du virus à pénétrer à l’intérieur des cellules hôtes, mécanisme qui implique trois acteurs majeurs : le récepteur cellulaire qu’est l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), la protéase transmembranaire à sérine 2 (TMPRSS2) qui facilite l’intrusion dans la cellule, et la kinase PAK1, une autre enzyme, suractivée par l’infection et qui précipiterait l’inflammation des bronches, la fibrose et l’immunosuppression, caractéristiques des cas aggravés de Covid-19. Voici maintenant la bonne nouvelle : les actifs de la propolis (dont l’ester phénéthylique de l'acide caféique, le kaempférol, la quercétine…) ont montré in vitro et in vivo une activité inhibitrice sur ces trois acteurs (ACE2, TMPRSS2 et PAK1), ce qui laisse espérer une réduction sensible du potentiel infectieux du virus.
    Etc...

  • [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Une équipe chinoise s’est intéressée aux 12 541 substances recensées dans la base de données des principes actifs des plantes de la médecine traditionnelle chinoise (TCMSP).
    Elle a testé pour chaque substance son affinité avec le récepteur ACE2 à l’angiotensine, et avec une protéine spécifique du Sars-CoV2, capable de se fixer sur ce récepteur. Ce dernier est une sorte le talon d’Achille qui permet ainsi l’entrée du virus dans l’organisme.
    L’équipe n’a pas mené ses expériences « in vitro », mais « in silico », c’est-à-dire qu’elle a procédé par modélisation numérique 3D et calcul informatique. Il s’agissait de déterminer l’énergie de liaison nécessaire aux interactions entre les principes actifs des plantes et le récepteur ou la protéine virale (plus cette énergie est faible, plus le principe actif a des chances d’agir !). Ce sont d’ailleurs des études similaires qui avaient permis d’identifier des substances pharmacologiques potentielles telles que le remdesevir, le lopinavir ou encore la chloroquine.

    Dans cette étude, les chercheurs ont révélé l’intérêt potentiel de la lutéoline, de la quercétine (déjà objet d'études cliniques sur le Covid-19) et de l’isorhamnétine.
    etc...

  • [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Julie Lioré    rédigé le 19 janvier 2021 à 12h18

    La vitamine C, candidate thérapeutique pour prévenir et traiter les infections respiratoires, dont la Covid-19.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Une nouvelle revue de la littérature sur le sujet pointe l’intérêt des effets antioxydants, anti-inflammatoires et immuno-modulateurs de la vitamine C (ou acide ascorbique) comme candidate thérapeutique pour prévenir et traiter en appoint les infections respiratoires, dont la Covid-19. Très tôt, des spécialistes en médecine orthomoléculaire ont suggéré qu'une telle approche pourrait s'avérer pertinente, et différentes études cliniques sont en cours, mais les autorités sanitaires européennes n'ont jamais vraiment exploré cette voie, à l'instar d'autres traitements précoces prometteurs. Cette récente publication rappelle que la vitamine C, administrée par voie orale (jusqu'à 8 g) ou en intraveineuse en contexte hospitalier, mérite d’être considérée lorsqu’il s’agit de réduire la charge virale et l’inflammation. Son profil d’innocuité est favorable et son coût modique. De plus, le taux de vitamine C est généralement diminué par la maladie et le stress engendré. À quand des recherches de plus grande ampleur soutenues par la puissance publique ? Quoi qu'il en soit, prendre quotidiennement jusqu’à 2 g de vitamine C pour prévenir les infections respiratoires reste, en saison froide, approprié.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], 2020
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], Décembre 2020
    Achat : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Dernière édition par darky35 le Dim 7 Fév 2021 - 9:00, édité 6 fois

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty la-cigarette-electronique-fait-flamber-les-intestins

Message  darky35 Sam 6 Fév 2021 - 15:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
De l’analyse des résultats de 64 publications (55 études d’observations et 9 essais cliniques randomisés), il ressort que lorsque la cigarette électronique est prescrite par le corps médical, le taux d’arrêt du tabagisme augmente, mais que lorsque ce même dispositif est acheté comme n’importe quel autre produit de grande consommation, une telle association n’existe pas, même chez les fumeurs les plus motivés. Par ailleurs, l’utilisation régulière de ce type de cigarette aboutit à la constitution d’une hyperperméabilité intestinale – mieux connue sous la dénomination d’intestin poreux –, en lien étroit avec l’inflammation chronique de la muqueuse qui en résulte. Ainsi, une grande variété de micro-organismes et de molécules étrangères à l’organisme peut se répandre dans tout le corps via la circulation sanguine et générer une aussi grande variété de pathologies, telles la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la démence, certains cancers, une atteinte inflammatoire des articulations, athérosclérose, la fibrose du foie, le diabète
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Articles connexes :

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Luc Sam 6 Fév 2021 - 15:19

Mise en relief:
Nous savons que le virus ne tient pas longtemps sur des poignées de porte en cuivre (virucide). On utilise d'ailleurs le Cu dans les ampoules granions cuivre - or -argent (pour zigouiller tout sur son passage), y compris la flore intestinale. Il faudra donc recharger ensuite. 
Le Cu est ici utile, à mon avis, dans le combat antioxydant contre les virus mais via le système enzymatique SOD (superoxyde dismutase): L'enzyme à Cu-Zn.
Attention de bien proportionner le Zn et le Cu (10 à15/1). En outre on absorbera mieux 15 mg que 30 mg (saturation des transporteurs). En cas de problèmes intestinaux, on peut monter jusque 30 gr de Zn par prise (car une partie sera perdue). Il vaut mieux une forme combinée pour faciliter l'absorption. Le bisglycinate de zinc a fait ses preuves mais il existe d'autres possibilités.   
J'ai en stock du bisglycinate de Zn et de Cu (2 produits séparés, de nutrixeal.com). Le Cu est en Caps à scinder en 2. Se scinde facilement.  J'en prends selon mes menus (...). 
PS: C'est une étude in vitro (éprouvette). Il faut confirmer par une étude in vivo (cobaye).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Hypothyroïdie/thyroïdite et iodure de potassium...

Message  darky35 Dim 7 Fév 2021 - 0:19

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Hypothyroïdie

Paul Dupont     rédigé le 20 janvier 2021 à 15h20
Article paru dans le journal nº 87
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
On m'a diagnostiqué une hypothyroïdie. Pourriez-vous me conseiller sur un traitement autre que le Levothyrox pour soulager mes problèmes de frilosité et de palpitations ?

Avant d’envisager un traitement substitutif pour une hypothyroïdie, il faut vérifier que celle-ci n’ait pas une cause que l’on puisse traiter. En premier lieu, il faut éliminer une carence en iode. Pour cela, il suffit de faire une cure d’iode (Œmine Iode à la dose de 2 gélules par jour) qui couvre les besoins quotidiens. Si au bout de deux mois, la TSH se normalise, c’est qu’il s’agissait d’une hypothyroïdie par carence en iode. On peut parallèlement en suivre l’évolution en faisant des dosages de l’iode urinaire qui confirmera ou infirmera cela. Parmi les causes d’hypothyroïdie, il y a ensuite la thyroïdite : il s’agit d’une inflammation de la glande souvent en réaction à une intoxication par l’iodure de potassium contenu dans le sel iodé ou dans certains compléments alimentaires. Cette forme d’iode qui n’est pas naturelle se fixe sur la thyroglobuline et bloque le fonctionnement de la glande par des anticorps. Il s’agit d’une maladie auto-immune secondaire. Celle-ci peut être améliorée par un apport de zinc et une plante de Securidaca que l’on peut prendre sous la forme HATM à la dose de 50 gouttes trois fois par jour. Si l’hypothyroïdie persiste, il n’y a pas d’autres solutions que de faire un traitement substitutif. Il y a plusieurs marques d’hormones substitutives. Par exemple, la L thyroxine Henning qui a ma préférence.

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement

  • Le produit que je prenais jusqu'à présent : très économique = 2 gouttes/jour (150 mcg) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Les besoins en iode [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Oemine iode algues en gélules [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Oemine iode algue en poudre (économique) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Oemine iode algue en poudre Amazon avec Prime (économie des frais d'envois + livraison garantie lundi 8/02 + remise 5 euros = 4.99 euros, qui dit mieux ?) Alternative santé News 3390219231  Inconvénient : le goût [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • L'iode dans l'alimentation [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Acheter/explications chez ce fournisseur de l'utilité de la "sécuridada HATM" dans le contexte thyroïdien [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

NB : il est évident que pour notamment ce genre de problème il faut se faire suivre par un praticien de santé compétent avant tout. La prise de compléments alimentaires n'est pas anodine et peut déboucher sur des problèmes de santé en cas de manque de connaissance sur le sujet...

@ Luc Toi qui t'y connait en thyroïde, t'en penses quoi de cette histoire de thyroïdite/iodure de potassium ? N'hésites pas à répondre en éditant ce post, si tu trouves ça plus pratique Wink

Liens connexes :


Dernière édition par darky35 le Dim 7 Fév 2021 - 9:21, édité 4 fois

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Les écorces d'arbres : une nouvelle piste pour le traitement des infections bactériennes résistantes ?

Message  darky35 Dim 7 Fév 2021 - 8:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Clara Delpas  rédigé le 02 février 2021 à 10h05

Les écorces d'arbre, nouvelle frontière dans la lutte contre l'antibiorésistance ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les bactéries (et certains champignons) sont de plus en plus rebelles aux antibiotiques. Leurs mécanismes de résistance sont d’une part la sélection naturelle des bactéries les plus capables de se défendre, et d’autre part, la capacité à former des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en adhérant aux surfaces pour produire une matrice qui va protéger le reste de la colonie.
Lorsque cela survient sur une prothèse de hanche, par exemple, il n’est souvent pas d’autres solutions que de la remplacer. Car, à la manière de l’écorce qui se forme autour d’un arbre pour le protéger, le biofilm empêche les antibiotiques d’agir…


À la recherche de substances capables d’enrayer ce processus, le laboratoire[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (BIOS) et[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (ICMR) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne ont eu l’idée d’étudier différentes écorces d’arbres caractéristiques du Nord-Est de la France. Pour chacun, l’écorce était réduite en poudre, puis testée sur une dizaine de micro-organismes différents. Sur les dix arbres étudiés, trois ont attiré leur attention : le chêne pédonculé (Quercus robur), l’aulne glutineux (Alnus glutinosa) et le merisier (Prunus avium) … Parmi eux, le merisier s’est avéré le plus efficace, son écorce étant à la fois capable de détruire 9 des 10 microorganismes testés (dont Enterococcus, Listeria et Staphylococcus aureus) mais aussi d’empêcher, et même de prévenir, l’apparition de biofilm.
La recherche moléculaire leur a ensuite permis d’identifier dans l’écorce la dihydrowogonine, un flavonoïde que l’on trouve dans les merises... ainsi que dans leur version domestique, les cerises !
Référence

« Infections bactériennes incurables : un nouvel espoir venu des arbres ? » [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (janvier 2021)
Voir aussi notre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] paru dans le n°47 (mai 2017) d’Alternative Santé

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Luc Dim 7 Fév 2021 - 8:55

darky35 a écrit:@ Luc Toi qui t'y connait en thyroïde, t'en penses quoi de cette histoire de thyroïdite/iodure de potassium ? N'hésites pas à répondre en éditant ce post, si tu trouves ça plus pratique Wink
Je tombe des nues.
Je prends de l'iodure de potassium liquide de Biotics research (75 mcg par goutte).
Je viens de faire une recherche semi-approfondie (pdt 1 heure) et je ne changerais pas ma posologie, progressive (150 - 300 - 450 mcg par période de 10 jours), en vue d'augmenter le métabolisme de la thyroïde. Safe jusque 1 mg. 
Note que j'avais déjà fait une recherche approfondie au préalable, en anglais (Potassium iodide => KI), avec, en outre, un retour des "patients".  
On recharge en sélénium auparavant, par sécurité (100 à 200 mcg Se).
Si j'analyse ce qui est dit lors de la mise en garde:

une intoxication par l’iodure de potassium contenu dans le sel iodé ou dans certains compléments alimentaires. 
=> Cela suppose soit que
1. la forme KI n'est pas appropriée;
2. Le dosage n'est pas bon (excessif).
Mon analyse:
Rien ne vient étayer que l'iodure de potassium liquide n'est pas une forme appropriée, si ...
Une intox alimentaire est possible avec les algues (excès d'iode notoire).
J'en conclus, jusqu'à plus ample informé, que c'est une mise en garde contre l'iode ajouté dans les aliments, et notoirement la stabilité du sel de table iodé (pratique courante). 
Le contexte n'est pas suffisamment clair lors de la "mise en garde". Pas de source citée, pas d'explication approfondie.
Je fais confiance à mon ressenti (OK). Je garde toutefois l'info dans un coin du cerveau (=> Non négligé).
Edit: Il faut faire la distinction entre un excès et un dosage approprié; avec l'assimilation correcte ou non, en présence d'une pathologie ou non, organique ou non. 
Recherche avec:
inorganic potassium iodide and thyrotoxicosis
NB: Quand on parle de solution Lugol, il faut savoir que c'est un dosage très élevé. 32 x plus (pour une goutte de Lugol) que l'apport recommandé qui est de 250 mcg.

Iodine (inorganic) in the form of potassium iodide administered as Lugol solution (1 drop contains 8 mg of iodine) or saturated solution of potassium iodide (SSKI) (1 drop contains 50 mg of iodine). 

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Vaccin ou pas, micronutrition et microbiote seront décisifs

Message  darky35 Sam 13 Fév 2021 - 9:01

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] rédigé le 12 janvier 2021 à 18h04   Article paru dans le journal nº 86
Extraits :

Face à la menace du Covid comme de la grippe, que vous fassiez le choix du vaccin ou que vous comptiez sur votre seule immunité naturelle, vous ne pourrez faire l’impasse sur la question nutritionnelle. La crise du Covid aura eu le mérite de révéler le statut micronutritionnel fort médiocre de la population générale. Nous disposons pourtant de connaissances à profusion sur les liens entre micronutrition et immunité, avec un niveau élevé de preuves.

Efficacité et sécurité vaccinale : l’environnement nutritionnel en question

La vaccination vise la production d’anticorps par les lymphocytes, des cellules œuvrant pour l’immunité adaptative et qui produisent des anticorps spécifiques à chaque ennemi. En permettant une réponse plus ciblée, cette voie évite de mobiliser toute l’armée à chaque intrusion et donc d’épuiser l’organisme. Un lymphocyte bien nourri produit beaucoup d’anticorps et fait son travail efficacement. Alors que s’il est dénutri, il va rapidement péricliter. Plus ces anticorps sont nombreux et de qualité, plus la vaccination sera efficace. La longévité des lymphocytes est directement liée au statut nutritionnel.(1) Par ailleurs, un mauvais fonctionnement des lymphocytes constitue un risque d’auto-immunité, phénomène souvent rencontré dans les accidents vaccinaux.
Que ce soit suite à un vaccin ou lors de la rencontre naturelle avec un microbe, nous réagissons tous d’une manière différente. Il est nécessaire de comprendre pourquoi. Les trois déterminants majeurs sont le polymorphisme génétique (variations dans l’expression des gènes qui vont rendre les protéines plus ou moins fonctionnelles), le microbiote intestinal et le statut micronutritionnel. Et ces deux derniers ont une influence non négligeable sur le premier. Nous devons avoir une réponse immunitaire suffisante et adaptée, c’est-à-dire avec un maximum d’efficacité, le moins d’effets collatéraux possibles et qui sache s’arrêter à temps. Pour le Pr Vincent Castronovo, « si l’on s’occupait davantage du système immunitaire, il y aurait moins d’accidents vaccinaux et probablement aussi moins de vaccins. » Selon lui, avant tout acte vaccinal, les médecins devraient préparer le patient à ce que la réponse immunitaire soit la plus juste possible.

Mais la vaccination ne doit pas occulter l’immunité naturelle, c’est-à-dire les capacités intrinsèques de l’organisme à se défendre. C’est ce que nous rappelle cette publication dans le Journal of Clinical Immunology and Immunotherapy, qui estime contraire à l’éthique de laisser la population exposée sans protection immunitaire pendant la période nécessaire à la mise au point d’un véritable vaccin (plusieurs années), alors qu’un soutien micronutritionnel adapté permettrait de développer un immunité collective.(2) Ce qui peut choquer, c’est qu’à l'exception sans doute des médecins du réseau international FLCCC (qui proposent notamment dans leurs protocoles prophylactiques ou ambulataire précoces vitamine D, C, Zinc, quercétine, ivermectine et mélatonine) (3) aucun expert ou presque n’a appelé, entre les deux vagues, à profiter de l’accalmie pour dresser en urgence un état des lieux de l’immunité de la population et le cas échéant, à lancer une campagne de supplémentation. Ceci est un symptome, parmi d'autres, du stupéfiant déni des traitements précoces,  en France comme dans d'autres pays développés, qu'a analysé en détail le sociologue Laurent Muchielli (4).

Vitamine D, zinc et oméga-3 font la différence

Les principaux micronutriments influenceurs de la vaccination sont le zinc et la vitamine D, mais il faudrait aussi vérifier le statut d’autres micronutriments qui interviennent comme cofacteurs de nombreuses réactions enzymatiques de l’immunité, ou bien qui agissent sur le comportement des mitochondries ou la transcription de certains gènes lors d’un évènement immunitaire. C’est le cas par exemple des vitamine A et B12, du magnésium et du cuivre.
Ces micronutriments interviennent à chacun des trois niveaux sur lesquels repose notre système immunitaire : les barrières (muqueuses), l’immunité innée et l’immunité adaptative.

  • Au niveau des barrières, le zinc participe au renouvellement des entérocytes (cellules de l'intestin), la vitamine D à la production des peptides antimicrobiens.
  • Au niveau de l’immunité non spécifique, la vitamine D encadre la production d’interleukines pro-inflammatoires et l’activité des macrophages, les antioxydants la production de radicaux libres, les oméga-3 l’intensité de la réponse inflammatoire.
  • Au niveau de l’immunité adaptative, le zinc est nécessaire à l’amplification clonale (réplication des lymphocytes) et la vitamine D à la production des cellules T-Reg, casques bleus de l’immunité.

(...)

Mais la vitamine D soulève aussi des polémiques. Si la sévérité du Covid semble proportionnelle à la carence en vitamine D, pour le Jean-Michel Wendling, la non prise en compte de cette information pourrait remettre en question la plupart des études randomisées sur les traitements du Covid. ( 8 )

(...)

Conclusion

Face à la question des vaccins, non seulement il serait bien que la décision de chacun soit éclairée, mais quel que soit ce choix, l’état du terrain biologique reste déterminant et en prendre soin n’apparaît plus comme une option. En l’état actuel des connaissances, nous devrions, avant toute vaccination, prendre du zinc et de la vitamine D, ainsi que des probiotiques suffisamment dosés en bifidobactéries et lactobacilles.
Enfin, n’oublions pas que l’immunité est étroitement liée à notre état psychoaffectif. L’intestin est physiologiquement une "poubelle à émotions" et les molécules du stress impactent directement l’activité des cellules immunitaires. Il est probable que la communication anxiogène autour du Covid contribue à diminuer ou à perturber nos capacités de défense. La première chose à faire actuellement est peut-être de sortir de la peur et de retrouver notre sens critique.
On peut ne pas être d'accord avec la teneur en substance de l'article en question sur l'efficacité de tel ou tel micronutriment, mais il n'en reste pas moins que la flambée de morts et de séquelles pulmonaires et autres sont de la responsabilité de nos décideurs, qui ont fait le choix soit :

  • De se faire conseiller par des abrutis qui n'y connaissent rien en santé publique
  • Ou de privilégier les gros électeurs, ceux qui ont financé la campagne et qui apparemment, ont leur mot à dire sur la politique de santé en vue de bénéfices astronomiques dans les années à venir... --> propos tenus par la responsable du FMI :
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Vacciner en masse la population mondiale contre le Covid-19 permettrait de doper la croissance de 9.000 milliards de dollars d'ici 2025, a calculé le Fonds monétaire international (FMI).
    La question est : comment partager la grosse galette et non pas comment soigner la population = décidément, nous n'avons pas les mêmes valeurs...


De part le monde entier, les pays qui le composent sont assujettis à big pharma = ce sont eux qui commandent et nos politiciens sont au mieux des hommes de paille, au pire... des corrompus (truands). La campagne de qui vous savez a été financée à 50% par les lobbies pharmaceutiques --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Je précise que je ne fais pas de politique, néanmoins je ne sais pas ce qu'il y a de pire :

  • Des politiciens incompétents (ou trop compétents...) qui favorisent le capitalisme et la privatisation et qui, visiblement ne travaillent pas pour et par le peuple, mais pour des intérêts financiers représentés par des sociétés ayant le budget de petits états ?
  • Ou des politiciens corrompus qui ne sont que des marionnettes entre les mains de ceux qui les ont mis au pouvoir ?

Rassurez-vous, dans le cas présent il n'y a pas de choix à faire puisque le forfait est "tout en un" = tout est compris.
"L'addition siou plaît !"


Dernière édition par darky35 le Sam 13 Fév 2021 - 22:41, édité 3 fois

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Luc Sam 13 Fév 2021 - 11:43

Merci pour ce partage  Very Happy
Mise évidence:

Les déficits en micronutrition devraient être pris en compte dans les études pour évaluer l'ampleur de la tempête cytokinique et l'efficacité de la prévention sur les risques de contamination. 
Lire aussi, du même auteur, sur le post "Tactique Coronavirus": 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
COVID-19 : la micronutrition, grande oubliée du débat
Dimitri Jacques. avril 2020.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Vitamine D à l'étude

Message  darky35 Sam 6 Mar 2021 - 11:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Alors que la pandémie continue de sévir, 73 experts francophones et 6 sociétés savantes françaises (notamment la société française de pédiatrie et la société française de gériatrie et gérontologie) appellent à prescrire une supplémentation en vitamine D aux personnes âgées et aux personnes à risque en France. Réunis autour du Pr Annweiler, chef du service de gériatrie au CHU d’Angers et du Pr Jean-Claude Souberbielle du service d’explorations fonctionnelles à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris, les experts recommandent « de promouvoir à grande échelle la supplémentation pour faire en sorte que le moins de personnes possible ne présentent de carence ; et en cas d’infection avérée par le Sars-CoV-2, d’obtenir le plus rapidement possible un statut satisfaisant en vitamine D en recourant à une supplémentation à forte dose, et ce dès le diagnostic de la Covid-19 posé ».


Cette proposition intervient alors qu’un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. En effet, comme le rappellent les chercheurs « la vitamine D est capable d’activer ou de réprimer plusieurs dizaines de gènes, et peut ainsi théoriquement prévenir et/ou améliorer les formes graves de Covid-19 ». Cependant, le gouvernement est-il prêt à emboîter le pas de ses voisins norvégiens, espagnols ou même anglais ? La labellisation « priorité de recherche nationale » de l’étude CovidT-trial, laisse espérer que oui. Également mené par le Pr Annweiler, cet essai clinique randomisé a pour but de tester l'efficacité de la vitamine D à très forte dose sur les patients atteints du Covid. Elle est administrée dès le diagnostic, chez les personnes âgées qui ont contracté l'infection. Dix hôpitaux participent à l'essai qui inclut 260 patients. Les résultats sont attendus pour la fin janvier 2021.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:CoViTrial, promu par le CHU Angers, est un essai multicentrique randomisé comparant l'effet d'une forte dose versus une dose standard de vitamine D chez des patients âgés ayant une infection Covid-19 et présentant un risque d'aggravation.
La prise de vitamine D est censée aider TOUT le monde, les trentenaires comme les "anciens"... à partir du moment ou une quantité non négligeable de la population est carencée. A ce titre on se serait attendu à une étude portant sur des populations plus ou moins jeunes plutôt  qu'uniquement sur les séniors. On va devoir attendre la saint glinglin pour enfin apporter les preuves qui manquent tant à notre authorité de santé qui, comme beaucoup de dirigeants, semble ignorer cet état de carence et les répercussions sur la santé publique... Ah beh oui c'est vrai, la priorité c'est de vacciner d'abord...

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty EGCG en prévention

Message  Luc Lun 15 Mar 2021 - 7:20

Du thé vert pour prévenir l’infarctus… et Alzheimer
Le thé vert contient un composant capable de pré­venir les risques cardiaques liés à l’athérosclérose (rétrécissement des artères). Il agit en brisant et en dissolvant les plaques de protéines présentes dans les vaisseaux sanguins. Ce composé appelé gallate d’épigallocatéchine (EGCG), présent dans le thé vert, se lie aux protéines apolipoprotéines A-1, qui forment des dépôts amyloïdes dans les vaisseaux. Ces dépôts sont également connus pour jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer. En modifiant la structure moléculaire des fibres en des molécules plus petites et solubles, cette liaison réduit le risque pour les vaisseaux. Selon David Middleton, professeur de chimie à l’université Lancaster (Royaume-Uni), « Nous savons depuis un certain temps que l’EGCG peut modifier la structure des plaques amyloïdes associées à la maladie d’Alzhei­mer. Nos résultats (1) montrent que ce composé peut également être efficace contre le type de plaques qui sont responsables des risques d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral ».
1. David A. Middleton et al., « Epigallocatechin-3-gallate remodels apolipoprotein A-I amyloid fibrils into soluble oligomers in the presence of heparin », Journal of Biological Chemistry, 2018.
Commentaire NDLR: 1 à 2 tasses de thé vert par semaine apportent déjà des bénéfices pour le cerveau.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Stress oxydant

Message  Luc Lun 15 Mar 2021 - 7:29

Du chocolat noir, des baies et des noix  contre le stress oxydant
Vitamines C ou D, fer, magnésium ont la cote. Moins connu et pourtant indispensable, le zinc fait de plus en plus parler de lui : il est légion lorsqu’il s’agit d’aider notre corps à combattre le stress oxydatif responsable du vieillissement. Et, bonne nouvelle : des chercheurs viennent de découvrir (2) comment en maximiser l’effet anti-âge.
Combiner le zinc à une source d’hydroquinone permettrait de magnifier les effets de ce composé et de diminuer le taux d’espèces réactives d’oxy­gène qui, lorsqu’elles se trouvent en trop grande quantité, sont impliquées dans les réactions d’in­flammation, dans certains cancers, dans la maladie d’Alzheimer ou la démence. Et là, vous vous dites : « Encore un complément de plus à acheter pour rester en forme… ».
Détrompez-vous, on trouve cet élément dans de nombreux aliments courants comme la poudre de cacao, le chocolat noir, certaines baies et noix et même… dans le vin ! Ainsi, grâce à l’équipe de chercheurs de l’Université d’Erlanger-Nurnberg, on peut prendre l’apéritif tout en contrant les effets du temps, quelle chance !
2. M.B. Ward et al., “Superoxide dismutase activity enabled by a redox-active ligand rather than metal”, Nature Chemistry, octobre 2018, doi: 10.1038/s41557-018-0137-1

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  darky35 Lun 15 Mar 2021 - 10:08

Luc a écrit:Du thé vert pour prévenir l’infarctus… et Alzheimer
Le thé vert contient un composant capable de pré­venir les risques cardiaques liés à l’athérosclérose (rétrécissement des artères). Il agit en brisant et en dissolvant les plaques de protéines présentes dans les vaisseaux sanguins. Ce composé appelé gallate d’épigallocatéchine (EGCG), présent dans le thé vert, se lie aux protéines apolipoprotéines A-1, qui forment des dépôts amyloïdes dans les vaisseaux. Ces dépôts sont également connus pour jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer. En modifiant la structure moléculaire des fibres en des molécules plus petites et solubles, cette liaison réduit le risque pour les vaisseaux.
(...)
Commentaire NDLR: 1 à 2 tasses de thé vert par semaine apportent déjà des bénéfices pour le cerveau.
Pour ceux qui s'interdisent pour raison x ou y la théine et caféine, il existe des compléments adaptés : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Décoder les phases du sommeil

Message  Luc Mar 23 Mar 2021 - 8:24

Le sommeil : ce carburant sousestimé révèle votre personnalité (4 étapes pour le retrouver)
Il est temps de vous coucher. Mais la simple idée de passer des heures à chercher le sommeil vous angoisse. Comme environ un tiers de la population, vous souffrez de troubles du sommeil. Or dormir est indispensable à notre survie. Il est aussi le catalyseur de notre personnalité et de nos névroses… Voici quelques explications et solutions naturelles pour retrouver enfin les bras de Morphée.
Par Michel Frey, Docteur en médecine ; il est spécialiste des questions de vieillissement et de fertilité. Durant ses années de pratique au service des armées, il a étudié l’impact négatif du stress sur l’organisme et a développé un protocole adapté pour y répondre. Michel Frey est également diplômé de médecine traditionnelle chinoise et auteur de nombreux ouvrages de référence dans ce domaine.
Source: SCE mars 2019

Nous pouvons définir le som­meil comme une interruption de la conscience sur une période donnée (de huit heures en­viron). Sur une vie cela représente plusieurs décennies passées allongé, les yeux fermés, coupé de l’environ­nement. Mais à bien y regarder, le sommeil est loin d’être un exercice purement inactif ; il suffit d’obser­ver une personne endormie pour se rendre compte qu’il se passe beau­coup de choses durant cette période.
D’abord les fonctions essentielles à notre survie comme l’activité cardiaque, respiratoire ou encore l’irrigation cé­rébrale se poursuivent. Nos muscles conservent leur activité fonctionnelle et évitent ainsi la « tétanisation ». Nos yeux, également, ont une activité durant notre sommeil et bougent par moments !
La langue française est riche en expressions qui mentionnent les bienfaits du sommeil telles que : dor­mir à poings fermés, dormir comme un loir, dormir du sommeil du juste, dormir comme un bienheureux… Si ces nombreuses expressions confir­ment l’importance du sommeil, il existe pour la plupart d’entre nous une sorte de culpabilité à accepter le sommeil. Quelle pourrait en être la raison ? C’est que, pour certains, le temps de sommeil ne serait qu’une perte de temps.

Peut-on vivre sans dormir ?
Pourrait-on imaginer une vie sans sommeil ? La réponse est négative : le sommeil est indispensable à notre survie. Un jeune homme de 27 ans (suivi par l’équipe lyonnaise du Pr Jouvet) était atteint d’une maladie extrêmement rare, l’empêchant de dormir. N’ayant pas réussi à dormir pendant quatre mois, il en est décédé. Le record actuel de privation de sommeil est attribué aujourd’hui à un Britannique, Tony Wright qui est resté éveillé 266 heures, soit plus de 11 jours consécutifs sans dormir.
Lorsqu’il est question de sommeil, tout le monde est logé à la même en-seigne : il faut dormir pour se régé­nérer. Le sommeil est indispensable au développement physique, phy­siologique et psychologique. Il est absolument nécessaire à notre survie et notre vigilance.
Priver quelqu’un de sommeil, c’est le pousser à augmenter ses dépenses énergétiques, l’affaiblir physique­ment et psychologiquement. Irrita­bilité, hypothermie, troubles de la perception, baisse de la vigilance et même délire… sont autant de désa­gréments causés par le manque de sommeil. N’oubliez pas que 20 % des accidents de la route dans les pays  industrialisés sont attribuables à des endormissements au volant.

Les 4 stades du sommeil (encadré)
Il existe plusieurs stades de sommeil qui ont tous une fonc­tion spécifique indispensable, permettant au corps et au cer­veau de récupérer de la journée précédente.
Stade 1 : le sommeil lent
C’est le moment de l’endormisse­ment : la respiration devient plus lente, les muscles se relâchent et la conscience diminue. Durant ce stade de demi-sommeil, les mus­cles peuvent montrer de petites contractions avec parfois l’im­pression de tomber dans le vide.
Stade 2 : le sommeil lent léger
Toujours dans la phase de l’endor­missement, une perte de vigilance s’installe. Le sommeil lent léger, comme son nom l’indique, n’est pas très profond et il représente en principe 50 % du temps de sommeil total. Il est encore facile de nous réveiller à ce moment, un bruit ou une lumière suffisent et nous avons le souvenir d’avoir dormi. Durant cette phase, les activités oculaires et musculaires se réduisent.
Stade 3 : le sommeil lent profond
Dans cette phase le dormeur est isolé du monde extérieur et son activité cérébrale est réduite au minimum. Il est alors difficile de le réveiller. C’est le moment du cycle où l’on récupère le plus de la fatigue physique accumulée car tout l’organisme est au repos et se régénère. Le cerveau émet des ondes lentes et amples. Ce stade représente environ 20 à 25 % du temps de sommeil total et inter­vient avec la phase la plus longue en début de période de sommeil.
Stade 4 : le sommeil paradoxal (REM) ou Rapid Eye Movements
Cette phase est appelée « para­doxale » car le dormeur présente simultanément des signes de som­meil très profond et des signes d’éveil. L’activité cérébrale est alors riche en activité neurolo­gique et nos yeux présentent des mouvements rapides incessants alors que nos muscles sont comme paralysés. C’est la phase durant laquelle nous faisons les rêves les plus longs et les plus élaborés. Cette phase représente de 20 à 25 % du temps de sommeil total avec une plus grande amplitude horaire en fin de nuit. C’est la raison pour laquelle nous nous souvenons le plus de nos rêves en fin de nuit. (Fin de l’encadré).
Le sommeil : un concept encore bien mystérieux
Bien que le sommeil fasse partie intégrante de notre vie, ses fonc­tions restent paradoxalement mal connues. Il est difficile de décrire les troubles du sommeil avec objec­tivité tant les variations individuelles sont nombreuses et les apprécia­tions subjectives. Les connaissances médicales et les méthodes d’explora­tion pour comprendre les différents dysfonctionnements manquent fortement.
La chronobiologie est l’étude des mécanismes du sommeil. Elle per­met d’en évaluer les rythmes et les conséquences des perturbations pour découvrir des solutions thérapeu­tiques. Comprendre notre horloge biologique est donc essentiel pour notre bien-être car notre organisme est soumis à un rythme biologique très précis, calé sur un cycle de 24 heures et ce rythme régule la plupart de nos fonctions biologiques, métaboliques et comportementales. Sa dérégulation entraîne des troubles du sommeil et d’importantes perturbations physio­logiques.
On connaît quelques règles générales du sommeil :
1.    Notre sommeil n’est pas continu. Il est constitué de plusieurs cycles successifs, en moyenne 4 à 6 par nuit.
2.   Un cycle de sommeil dure environ 90 minutes.
3. Il est composé de plusieurs types de sommeil répartis entre : Sommeil lent,
-     Sommeil lent léger,
-     Sommeil lent profond,
-     Sommeil paradoxal.
4. La durée des périodes de sommeil n’est pas la même durant les cycles :
-     En début de nuit, nous profitons du sommeil léger nous permettant la relaxation ;
-     Puis intervient le sommeil pro­fond, en général entre 2 h et 4 h du matin ;
-     Enfin, la troisième partie de la nuit jusqu’au réveil est plus riche en sommeil léger et en sommeil paradoxal.

Quelles ondes émettez‑vous quand vous dormez ?
Cinq classifications d’ondes céré­brales sont établies pour le sommeil. Elles vont du sommeil léger au som­meil profond ou au paradoxal, puis à la phase du réveil. Et sont classifiées en ondes alpha, bêta, delta, thêta et enfin gamma.
1.       Dans un premier temps, lors de la phase d’endormissement, on observe un ralentissement des ondes alpha de 8 à 13 Hz ; à ce stade la percep­tion sensorielle est encore active et un moindre bruit ou une moindre lumière peut mettre en éveil. Cette phase correspond à l’approche du rêve (appelé état « hypnagogique ») et c’est bien souvent à cette phase que nous ressentons des sensations de « chute » ou des spasmes mus­culaires, probablement liés aux difficultés à lâcher prise. À ce stade nos cinq sens sont toujours en éveil et nous sommes parfaitement capables de rapidement nous réveiller. Cette période s’apparente à un moment de relaxation (ou d’une petite sieste).
2.      Puis ces ondes alpha laissent progressivement place aux ondes bêta de fréquence de 12 à 33 Hz, en général au bout de 20 minutes ; c’est probablement la raison pour laquelle la période de la sieste ne devrait pas dépasser cette durée au risque de passer en phase suivante, plus proche du sommeil plus profond, et qui peut occasionner un sentiment de « mal-être » au réveil. L’onde bêta se manifeste par une oscillation plus rapide et correspond au sommeil lent léger qui peut avoir une durée égale à 50 % du temps de sommeil global.
3.      Les ondes delta sont les ondes les plus lentes et se situent entre 0,1 et 4 Hz ; en deçà, on parle de mort cérébrale. C’est le sommeil profond. Les mouvements oculaires sont alors rapides et les chamans disent que c’est à ce moment du sommeil que l’esprit quitte le corps pour retrouver les esprits. C’est aussi à ce moment précis qu’ont lieu les divisions cel­lulaires et la production d’hormone de croissance chez les enfants, d’où l’importance de respecter cette phase du sommeil chez les tout-petits.
4.      Les ondes thêta sont de fré­quence légèrement plus élevée, entre 4 et 8 Hz. Elles sont utilisées en hyp­nose car elles permettent le passage du conscient à l’inconscient. Cette phase du sommeil est en relation avec la créativité, l’imaginaire et la spiritualité. Selon la médecine chinoise, les enfants (de 0 à 7 ans pour les filles et de 0 à 8 ans pour les garçons) fonctionnent surtout en basses fréquences delta et thêta afin de potentialiser au maximum leurs apprentissages de la vie.
5.                  Les ondes gamma se situent en fréquence entre 35 et 100 Hz. Elles correspondent à la période de mé­morisation de l’information. Cette période du sommeil permet l’appren­tissage de l’information (langues étrangères, informations de tous ordres…). Il serait judicieux de se servir de cet instant pour « bran­cher » une oreillette d’apprentissage, cette séquence nous conduisant à la mémorisation.
Votre nuit de A à Z
Sur ces modulations rythmiques de variations d’ondes cérébrales, rete­nons que le sommeil est séquencé de la manière suivante :
Première phase sous l’égide des ondes alpha où l’activité cérébrale ralentit peu à peu, c’est une forme de somnolence d’une durée de 5 à 15 mn environ. Puis vient la deuxième phase sous le contrôle des ondes bêta, cor­respondant au sommeil confirmé : au bout d’une vingtaine de minutes… on dort. La troisième phase sous les ondes delta : les ondes deviennent de plus en plus lentes pour aboutir au sommeil lent et profond au bout d’une petite heure. Survient alors, après 1 heure ½ environ, le sommeil dit paradoxal avec les mouvements oculaires rapides. C’est la troisième phase et quatrième phase du sommeil gouvernées par les ondes thêta pen­dant lesquelles nous mémorisons, et les ondes gamma pendant les­quelles nous rêvons et où l’activité cérébrale est intense. Cette séquence est relativement brève et dure en­viron une vingtaine de minutes. C’est une période d’exploration des rêves avec une possible traduction psychanalytique ou chamanique ! Voilà donc comment s’articulent ces ondes qui gèrent notre sommeil.
Image : Cycles du sommeil.
Ces ondes cérébrales vous font passer du sommeil léger au sommeil profond
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Le sommeil : canaliseur de vos angoisses ?
Le sommeil est un véritable protec­teur de notre santé. Il a été prouvé que l’assemblage judicieux des ondes du sommeil protège notre système immunitaire. Le sommeil est indis­pensable pour préserver notre qualité de vie. De récentes études mettent en avant que les télomères (ces petits capuchons qui couvrent les brins d’ADN) peuvent augmenter en taille pour améliorer non pas la durée de vie, mais la qualité de vie.
Mais au-delà de son rôle essentiel pour préserver notre santé phy­sique, le sommeil est également un protecteur de notre santé mentale. Nous reconstruisons en effet notre pensée pendant la nuit grâce à la perception de notre conscient et notre inconscient.
Les troubles du sommeil et les insomnies sont particulièrement fré­quents chez les personnes névrosées, phobiques ou angoissées. Est-ce le manque de sommeil qui conduit à ces pathologies ou l’inverse ? Difficile à identifier. Chez les patients souffrant de troubles bipolaires (alternance de phases dépressives et de phases hyperactives), il apparaît que le som­meil est considérablement allongé en phase dépressive tandis qu’il est dramatiquement raccourci pendant la phase euphorique.
Analyser le sommeil paradoxal chez un patient à tendance dépressive permet d’anticiper sur les risques de survenue des phases dépressives. Il est possible d’observer alors un rac­courcissement notable du temps du sommeil paradoxal ainsi qu’une di­minution des mouvements oculaires.

Pourquoi rêvonsnous ?
Qu’il soit de bonne ou mauvaise qua­lité, le sommeil est toujours parcouru d’un phénomène étrange : le rêve.
Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les rêves ont fait l’objet de nom­breuses interprétations plus ou moins bien fondées. Les rêves ont ainsi été l’objet de mythes, de légendes ou d’interprétations chamaniques, mais dès le XIXe siècle les grands courants de la psychanalyse les ont étudiés à des fins d’interprétations thérapeutiques.
1.    Dans l’Antiquité, les activités oniriques étaient l’expression des messages des dieux, leur décodage était l’affaire de mages ou devins.
2.   Avec Freud et Jung, l’interpré­tation des rêves s’analyse à travers le labyrinthe de notre inconscient. Ainsi Freud, célèbre médecin psychiatre, voyait en effet les rêves comme une fenêtre sur l’inconscient ; ses travaux sont représentés en grande partie dans l’interprétation des rêves, un ouvrage publié en 1899. Selon Freud, les rêves révèlent les désirs et les sentiments refoulés depuis l’enfance, voire permettent un exutoire aux pul­sions inassouvies et aux frustrations.
3.   En médecine chinoise, le rêve est sous la gouverne de l’énergie du foie (véhiculé par son méridien : seul trajet de nature Yin à parcourir le système limbique). L’énergie du foie, rappelons-le, est en rapport avec les sentiments de frustration et de co­lère ; elle est en rapport avec la vue. Le rêve est alors considéré comme le regard intérieur, notre commu­nication avec notre inconscient. Sa fonction serait ainsi de mettre à jour la conscience refoulée. Et cela est d’autant plus intéressant que l’éner­gie du foie se manifeste entre 2 h et 4 h du matin, lors de la séquence du sommeil paradoxal (la phase de rêve) et sous la libération du neurotrans­metteur de l’acétylcholine.
4.   Aujourd’hui les psychologues voient le rêve comme l’expression de la personne qui dialogue avec elle-même. Cet échange onirique permettrait de mettre au jour des événements occultés de la journée ou refoulés. Les rêves permettraient d’identifier les conflits affectifs ou professionnels de la journée pré­cédente et serviraient de support analytique.
5.    Les neurobiologistes, quant à eux, pensent que le rêve contribue à la maturation du système nerveux central pour pallier le manque de stimulation extérieure alors en état de veille. D’autres chercheurs en neurobiologie pensent que le rêve, tout comme la méditation, aurait une incidence sur l’épigénétique et en particulier sur les mutations du génome.
Mais actuellement, ce dont nous sommes certains c’est que la fonction onirique est très importante chez le nourrisson, occupant la moitié du temps de son sommeil, alors qu’il ne représente plus que 15 % chez la personne âgée.

Il parlait, dans son sommeil, une langue inconnue ! (encadré)
Nous ignorons encore à ce jour l’importance du système limbique et la mémorisation au niveau du centre de la cellule. J’ai reçu un jour un patient, n’ayant aucune connaissance linguistique autre que le français, qui décidait de me consulter sur l’insistance de son épouse car il parlait dans son sommeil en utilisant une langue totalement étrangère à la sienne. Il s’est avéré après l’étude et l’en­registrement, que cette expression verbale de pleine nuit correspon­dait bien à un dialecte d’une langue étrangère totalement inconnue du patient, du moins de son conscient.
Une explication probablement due à une mémorisation extrêmement ancienne et « réveillée » par l’ac­cès aux rêves. (Fin de l’encadré).

La position idéale pour le sommeil existe-t-elle ?
La position anatomique de notre corps pour se présenter au sommeil est très importante.
Y-a-t-il de bonnes ou de mauvaises positions pour nous préparer au sommeil ?
Pour les nourrissons, et cela fait dé­sormais l’unanimité, il est conseillé de les positionner sur et à plat dos.
Il est étonnant de voir ces bébés bras et jambes écartés comme s’ils devaient prendre toute l’énergie du monde.
Cette position en médecine chinoise se traduit par une ouverture totale du Yang (énergie céleste).
En règle générale, les positions changent durant la nuit et probable­ment en fonction des manifestations des rêves.
Plusieurs études en ce sens ont été menées pour savoir si la position dans le lit a un lien avec le caractère et les résultats ne sont pas toujours très intuitifs. Si nous devions ana­lyser la posture du sommeil, voici quelques explications.

Comment interpréter vos rêves ? (encadré)
Un exercice à la portée de tous consiste à « reconstruire » le rêve dès le réveil. En y prêtant atten­tion, nous devrions être en mesure de rattacher l’histoire du rêve sur des éléments clés ; un peu comme si nous pouvions remonter le fil d’Ariane pour y retrouver le « noeud » du blocage. Ce nœud peut être très récent, un conflit de la veille, ou encore beaucoup plus ancien, un problème non identifié.
Sur cette approche du rêve, l’ap­proche psychanalytique peut apporter des éléments de réponse. Hérité des travaux de Freud, cet exercice démontre que les rêves constituent une version « sans filtre » de l’image que nous nous faisons de la réalité. Quant à leur signification, elle dépend tellement de l’individu qu’il est impossible de généraliser le sens de la représentation onirique. (Fin de l’encadré).

Dis-moi comment tu dors et je te dirai qui tu es
Différentes positions sont souvent retrouvées spontanément comme la position ventrale, évoquant une attitude de protection face à la peur ou l’inquiétude, la position dorsale représentant la totale confiance au monde extérieur et enfin la posi­tion « foetale », la plus fréquente, signifiant plutôt la recherche du lit maternel ainsi que le besoin de vous ressourcer et de vous rassurer. La position en « foetus » latéral peut aussi signifier une forme de repli à la vie avec une sorte de timidité ou d’introversion.
La position appelée « la bûche » dans laquelle les jambes et les bras sont droits et alignés au reste du corps, révèlerait une forte sociabilité, une aisance à communiquer et à partager ses sentiments. Certains dorment en « suppliant », les bras en prière. Cette posture évoque la réserve, l’humilité et la dévotion. Enfin, il reste à décrire les « parachutistes » qui dorment sur le ventre, les bras sous l’oreiller. En apparence volontaires et intrépides, ceux-là seraient en réalité nerveux et susceptibles mais avec recherche de domination.
Il nous reste à comprendre les per­sonnes qui ne peuvent s’endormir qu’accompagnées de boules Quies ou avec un masque oculaire : ceux-là présentent un vrai désir de se « cou­per » du monde extérieur. À l’inverse, certaines personnes, probablement pour un fond de claustrophobie, ne supportent pas d’être en « coupure » avec la réalité.

1/3 de la population souffre de troubles du sommeil !
Statistiquement, au moins un tiers de la population souffre de troubles du sommeil. Mais comment sa­vons-nous si nous dormons assez ?
Image : un couple dort.
Nous devrions dormir 1/3 de nos journées allant de 7 h par jour pour l’été à 9 h pour l’hiver.
Si nous voulons donner une échelle du temps de sommeil légitime, il faut considérer les saisons en regard du temps de l’ensoleillement. Selon les régions en Europe, entre hiver et été, nous avons une variabilité qui va d’un minimum d’ensoleillement de 8 heures au solstice de décembre pour 16 heures au solstice d’été en moyenne.
Ce défaut de temps d’ensoleille­ment doit donc être compensé par un espace plus long de sommeil dit réparateur.
En règle générale, le temps de som­meil doit être du tiers de la journée, soit 8 heures. Mais compte tenu de cette variabilité de la lumière solaire, il est conseillé de dormir un mini­mum de 9 heures en hiver, 7 heures en été et 8 heures en intersaison.
Les dernières études scientifiques confirment que l’ensoleillement ré­active la dopamine et la sérotonine, deux hormones responsables de la qualité de notre humeur par leur fonction de neurotransmetteurs. Le sommeil reste en effet un moment privilégié du temps de notre restruc­turation énergétique.
Pour la médecine chinoise, tout notre potentiel énergétique ne peut se régénérer que par la séquence dite nycthémérale, qui est le cycle biologique influencé par l’intensité de la lumière naturelle et de la pro­duction de la mélatonine pour gérer les rythmes éveil-sommeil chez les humains et les animaux.

8 conseils pour favoriser le sommeil (encadré)
Pour donner quelques exemples de préparation au sommeil, il est nécessaire de :
1.    Privilégier le calme auditif,
2.   Adopter une température de 20° maximum (il vaut mieux se couvrir que se découvrir),
3.   Prendre un repas très léger le soir et ne pas se coucher juste après (l’activité biliaire est à son comble),
4.   Éviter les écrans de télévision, vidéo ou ordinateur,
5.    Privilégier quelques minutes de méditation pour retrouver ses rythmes profonds en activant les ondes Alpha (ralentissement du rythme cardiaque) ;
6.   Boire une petite tisane com­posée de valériane, passiflore, aubépine ;
7.    Un plus est de faire un petit câlin amoureux pour retrouver un sentiment d’harmonie et de partage ;
8.   Mais surtout éviter autant que possible les drogues chimiques (de type Benzodiazépines) qui, certes, sont efficaces mais restent des « cache-misère » et, surtout, ont potentiellement une incidence néfaste sur les problèmes cognitifs à long terme. (Fin de l’encadré).

De quel type d’insomnie souffrez-vous ?
Selon la médecine chinoise, il faut distinguer trois types d’insomnies :
·           L’insomnie de l’endormisse­ment, phase du relâchement avant l’accès au sommeil lent puis para­doxal. Ce trouble est essentiellement lié à l’anxiété et la peur du « lâcher prise » ; ce trouble est fréquent chez les personnes ayant des difficultés dans leur quotidien ne sachant pas comment libérer leurs tensions.
·           L’insomnie du milieu de nuit, fréquemment entre 2 h et 4 h du matin ; cela correspond à la rupture de la période du sommeil paradoxal. En médecine chinoise, cet horaire correspond à l’activité énergétique du Foie très en rapport avec l’émo­tionnel et/ou l’alimentation, surtout en relation avec une consommation excessive d’alcool.
·           L’insomnie terminale se mani­festant avant 5 h du matin et difficulté au ré-endormissement. L’énergie res­ponsable de cette altération du sommeil est l’énergie du Poumon ; et bien qu’il n’y ait aucun rapport avec une pathologie de cet organe, il faut savoir que le Qi du Poumon est en rapport avec la crainte du len­demain, l’anticipation de l’activité à venir. Nous retrouverons fréquem­ment chez ces patients une attitude excessive de l’appréhension des événements. L’acupuncture est une indication majeure dans ces types d’insomnie.
Il est donc important de comprendre que la qualité du sommeil est au moins aussi importante que sa durée. Dormir dans de bonnes conditions est primordial car, contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, notre organisme est toujours actif durant les différentes phases du sommeil.

4 solutions naturelles pour mieux dormir (encadré)
Les traitements de la médecine conventionnelle reposent essen­tiellement sur la prescription de benzodiazépines.
Ces molécules ont une action certes efficace grâce à leur action sédative et anxiolytique mais présenteraient des effets secondaires. D’autres molécules ont une durée d’action plus courte qui permet de ne pas être en difficulté d’éveil le matin. La mélatonine est indiquée dans les dérèglements du rythme du som­meil. Mais toutes ces molécules ont malheureusement une inci­dence sur les neurones en altérant la conductibilité des neuromédia­teurs sur le long terme.
Les médecines dites alternatives proposent des solutions plus adap­tées et moins agressives :
1.         L’homéopathie, probablement une des meilleures thérapeutiques de fond, propose plusieurs solu­tions pour différents cas de figure :
-          Quand l’esprit rumine exces­sivement pour des problèmes d’événements trop stimulants, prenez Coffea Costa en 5 CH à raison de 3 granules le soir avant de vous coucher.
-          Lorsqu’il y a trop de réflexion avant l’endormissement, prendre l’Opium 5 CH à raison de 3 gra­nules juste avant de se mettre au lit.
-          Si l’endormissement se fait bien mais que des cauchemars récurrents vous réveillent, pre­nez l’Hyociamus Niger en 5 CH pris en 3 granules avant l’endormissement.
-          Pour le cas de surmenage intel­lectuel et surcharge de travail, il sera conseillé Phosphoricum aci­dum toujours en 5 CH, 3 granules avant l’endormissement.
2.        La phytothérapie, ou médecine par les plantes, propose égale­ment un panel généreux d’herbes ou de racines indiquées pour ces troubles :
-          La reine du sommeil est la valériane.
Le rhizome (tige souterraine) et les racines de cette plante, séchés et réduits en poudre sont utilisés en tisane ou en extrait liquide. Ils sont tout indiqués pour combattre la nervosité, particulièrement pour les difficultés de l’endormissement.
-          La passiflore est également très puissante.
-          On utilise les feuilles séchées de cette plante sous forme de poudre en tisane, ou d’extrait fluide, pour ses vertus sédatives dans les troubles de la qualité du sommeil.
-          Notons également l’aubépine en infusion qui offre l’avantage d’une action sur les états de stress récurrent entraînant une légère hypertension.
-          Enfin la mélisse, plante connue depuis la Grèce antique, permet par ses composants d’aldéhydes terpéniques une action calmante et sédative ainsi qu’hypotensive.
-          Elle peut se prendre en gélule de 300 mg à raison de 3 gélules par jour pour préparer à la bonne approche du sommeil.
Il est également possible de l’utiliser en huile essentielle en l’appliquant sur le front le soir au coucher à raison de 1 goutte sur la glabelle (entre les deux sourcils).
3.        L’acupuncture est l’utilisa­tion des petites aiguilles pour ré-harmoniser l’énergie perturbée par les difficultés du quotidien et s’avère très efficace dans la lutte contre les troubles du sommeil. Pourtant il n’existe pas de recette spécifique en acupuncture pour traiter les pathologies du sommeil, l’acuponcteur adapte son traite­ment en fonction de la personne. L’observation de la palpation du pouls radial afin de s’assurer de la qualité et l’équilibre de l’énergie (Qi), l’étude et l’anamnèse de l’his­torique du patient pour comprendre la perturbation énergétique et enfin le regard porté sur la langue afin de déceler des anomalies métabo­liques responsables de la perte de la qualité du sommeil.
4.        Notons également les techniques de méditation et de relaxation quelque temps avant le coucher pour permettre un relâchement des tensions du corps et un apaisement du cerveau.
(Fin de l’encadré).
Dr Michel Frey

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Les Fascias pour les Nuls

Message  Luc Lun 29 Mar 2021 - 11:47

Les Fascias pour les Nuls – En bref
- Les organes baignent dans un tissu fibreux et spongieux, fait essentiellement de fibroblastes, soit des fibres de collagène essentiellement. Voir [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] en lien sur ce post, dans un second temps. IL représente environ 20% de la masse corporelle.
- Ce n’est pas l’épine dorsale ni le squelette osseux qui tient l’ensemble debout mais le fascia qui forme la matrice corporelle.
- Le fascia bouge, respire et s’étire régulièrement. Un fascia comprimé par l’inaction (position assise ou couchée) n’est plus dynamique et s’ankylose donc. Encrassage en vue. Il faut évacuer les tensions (exercice physique) et l’alimenter (nutriments apportés par l’eau).
- L’acide hyaluronique rend plus facile la mobilité du réseau, un réseau qui forme une sorte d’éponge. L’acide hyaluronique pénètre avec l’eau, améliorant ainsi la capacité des tissus à retenir l’eau. Le massage, s'il est fait assez profondément, aidera pas mal.
- Avec un exercice régulier, les fibroblastes augmentent leur capacité à produire du collagène frais.
- Il est recommandé d’alterner les exercices de tension (endurance et force) et de se ménager des plages de récupération de 2 à 3 jours. On s’adapte !
- Si vous travaillez assis, vous vous levez toutes les 20 ou 30’ et vous vous étirez 20 à 30’’. Faut faire circuler les fluides et évacuer les tensions. Sur mon PC, j’ai un logiciel qui occulte partiellement l’écran pdt 20’’, toutes les 20 minutes. Reste plus qu'à combiner  Rolling Eyes  
PS : J’ai l’intention de ressortir la corde à sauter, au lieu de me contenter du jumping Jack (saut avec écartement des bras et jambes). Faudra se montrer patient Wink
Lien utile :
Ce que Vous Devez Savoir sur les Fascias
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Allergies: foie fatigué et émonctoires saturés

Message  Luc Lun 5 Avr 2021 - 10:38

Et si l’allergie venait du foie fatigué, 
des émonctoires surchargés ?
Allergies : et si elles venaient de votre foie ? (4 étapes pour les éliminer pour de bon)
Si les allergologues prônent le trio antihistaminiques, corticoïdes et désensibilisation, la vraie solution pourrait être du côté de notre foie. Fatigué de nettoyer l’organisme intoxiqué, il aurait décidé de s’armer pour chasser violemment ceux qu’il considère comme les intrus. Dans cette approche, l’allergène ne serait donc pas l’élément toxique mais le simple déclencheur d’une réaction intense du corps qui cherche à rejeter les toxines qui l’encombrent
Par le Dr Jean-Jacques Dewitte, Médecin homéopathe, acupuncteur, phytothérapeute et aromathérapeute, le Dr Dewitte a pratiqué ces disciplines pendant 30 ans avant de se consacrer à la transmission d’un savoir fondé sur une compréhension globale de l’individu impliquant son être profond et son corps lors de toute maladie.
Source : SCE avril 2019

De plus en plus fréquente, l’allergie, classée au sixième rang des maladies les plus courantes dans le monde, est un réel fléau. En France, 10 à 20 % de la population souffrent de rhinite allergique et 2,5 millions de per­sonnes sont asthmatiques. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) estime qu’une personne sur deux sera allergique en 2050.
Bien que théorique, la croissance anormalement élevée de cette ma­ladie doit nous faire réfléchir à sa véritable raison d’être, laquelle ne peut se résumer aux seuls facteurs extérieurs déclenchants (pollen, poussière ou arachides…).
Un rejet du corps vers l’extérieur
L’allergie est une réaction du sys­tème immunitaire qui atteint plu­sieurs systèmes de l’organisme : le système respiratoire (rhinites, tra­chéites, laryngites, asthme…), ocu­laire (conjonctivite allergique…), cutané (urticaire.) et digestif (côlon irritable…).
Si les symptômes de l’allergie sont multiples, ils se caractérisent tou­jours par un rejet vers l’extérieur avec des manifestations telles que toux, éternuements, mucosités, vomissements, diarrhée, œdème, rougeurs, éruptions. Par l’allergie, le corps cherche en réalité à exté­rioriser quelque chose qui vient de l’intérieur. Et cet élément intérieur, comme nous allons le voir, n’est que l’excès de toxines et de toxiques accumulés dans l’organisme.
Pour simplifier et de façon très glo­bale, on pourrait classer les allergies en trois types :
                        Les allergies des muqueuses. Les muqueuses sont nos peaux inté­rieures comme celles de la bouche, des intestins, des voies respiratoires ; les allergies touchent les muqueuses respiratoires, oculaires et digestives.
                        Les allergies cutanées. Ce sont surtout les allergies de contact : dermatites allergiques, atopiques, urticaire, eczéma de contact, œdème de Quincke, érythèmes toxémiques, bien que de nombreux cas d’al­lergies cutanées soient d’origine alimentaire.
                        Les allergies alimentaires : d’expression digestive mais aussi cutanée et muqueuse. En France, on estime que 3 à 10 % de la population souffrent d’allergies alimentaires, un chiffre en constante augmentation.
Bien que l’allergie touche préféren­tiellement la peau et les muqueuses, cette classification n’est qu’artifi­cielle puisque bien souvent les types précédemment décrits sont présents. Par exemple, l’œdème de Quincke, qui est une manifestation suraiguë d’une allergie souvent alimentaire, se traduit par un gonflement de la peau et des muqueuses de la tête et du cou. Il peut être fatal à cause de l’étouffement qu’il provoque au niveau des muqueuses respiratoires. Une allergie peut également provo­quer un choc dit anaphylactique, potentiellement mortel, avec perte de connaissance et arrêt cardiaque, et doit pour cette même raison être prise au sérieux.
                        Cependant, hormis ces situations malgré tout exceptionnelles, l’aller­gie est bénigne dans la majorité des cas. En revanche, elle est source de désagréments importants et parfois même extrêmement invalidants. Des symptômes comme le nez bouché ou au contraire des écoulements importants, des éternuements ou des éruptions prurigineuses (grattage), de la dyspnée (difficulté à respirer, asthme) ou des douleurs abdominales peuvent, parfois, rendre la vie im­possible. D’autant plus que peuvent encore s’y associer des symptômes généraux tels que les céphalées, la fatigue et même l’épuisement.
À bout, votre immunité crie : « c’est assez ! »
Le point commun à toutes les aller­gies est la réaction immunitaire et inflammatoire intense, plus ou moins forte au départ, suite à l’introduc­tion d’une substance étrangère (une protéine particulière) telle qu’un aliment, un médicament, un cosmé­tique, un produit chimique… Cette réaction inflammatoire peut deve­nir chronique, récidiver ou parfois disparaître.
Image : Intrus dans la circulation sanguine.
Les allergies : une simple réaction du système immunitaire contre un corps étranger considéré comme nocif.
Cette réaction inflammatoire et im­munitaire se manifeste selon deux modalités : l’œdème (gonflement comme l’urticaire) ou le spasme (resserrement comme l’asthme ou la colite). Elle se produit toujours vers l’extérieur de l’organisme, donc en surface, surface représentée par la peau et les muqueuses, seuls tissus en rapport direct avec l’extérieur.
Les antihistaminiques : une fausse bonne idée
Si l’intensité de cette inflammation est principalement due à l’hista­mine, cette substance sécrétée par l’organisme n’est pourtant pas sans utilité pour l’organisme. Cette subs­tance, sécrétée lorsque l’organisme se trouve en contact avec l’allergène, commence la réaction immunitaire et l’amplifie rapidement jusqu’à créer une inflammation (œdème, gonflement) sous la peau et dans les muqueuses. On comprend ainsi d’où vient l’idée de bloquer son action avec les traitements antihistaminiques.
Ces médicaments se fixent sur les mêmes récepteurs que l’histamine et entravent, de ce fait, son activité. Ils limitent ainsi fortement la réaction inflammatoire et donc la réaction allergique. Or, en plus d’être ineffi­cace pour traiter l’asthme et d’être incapable d’empêcher l’apparition d’un choc anaphylactique, bloquer l’activité de l’histamine au long cours, c’est oublier son rôle pri­mordial de médiateur du système immunitaire et de neurotransmetteur du système nerveux.
Le Dr Félix Ravikovich, dans L’asthme et les allergies : le com­plot du siècle, écrit : L’histamine a une portée colossale. En effet, elle régule (…) diverses activités du cerveau telles que l’état de veille, le métabolisme d’énergie cervical (l’activité reflexe de la moelle épi­nière), l’activité locomotrice, les fonctions neuroendocrines, les fonc­tions autonomes et vestibulaires, les comportements alimentaires, dip­siques (comportement lié à la soif) et sexuels et l’analgésie (douleur)… Bloquer son activité au moyen de médicaments comme les antihista­miniques ou les anti-acides si prisés (qui ne sont ni plus ni moins que des antihistamines visant les troubles gastro-intestinaux), nous pertur­bons fatalement toutes les fonctions précitées. »
Ce médecin explique qu’il existe au niveau des cellules plusieurs types de récepteurs à l’histamine. Les récep­teurs sont comme des serrures sur les cellules. Or certains de ces récepteurs à l’histamine sont activateurs de la réaction allergique (nommés récep­teurs H1) alors que d’autres sont inhibiteurs (récepteurs H2 et H3). L’histamine peut donc aussi bien stimuler que bloquer les serrures en fonction du récepteur qu’elle active. À l’état normal, la réaction initiale déclenchée par l’histamine est rapidement régulée par l’équi­libre de ces récepteurs, tous présents sur le pourtour des cellules. Chez la personne allergique, les récepteurs inhibiteurs (H2 et H3), bien que présents, sont inefficaces et laissent de ce fait les récepteurs H1 actifs, ce qui pérennise et emballe cette même réaction inflammatoire.
Il existe pourtant des moyens naturels pour relancer l’activité na­turelle de ces récepteurs inhibiteurs (H2 et H3), notamment en consom­mant des oméga-3. Un tel traitement est donc fortement indiqué dans toute allergie !

Hypersensibilité : ce palier juste avant l’allergie  (encart).
Il faut savoir que la médecine classique distingue l’allergie des réactions inflammatoires classiques, dues à une hypersen­sibilité, comme, par exemple, l’hypersensibilité alimentaire.
L’hypersensibilité n’est pas considérée comme une allergie puisqu’on ne retrouve pas d’aug­mentation des IgE spécifiques aux allergènes dans les prises de sang, ni de sécrétion importante d’his­tamine, ni de positivité aux tests cutanés. La différence avec une allergie plus classique tient au fait que les facteurs de défense impli­qués ne sont pas les mêmes. Alors qu’il s’agit d’immunoglobuline E dans le cas de l’allergie, ce seront par exemple des immunoglobu­lines G, un autre type d’anticorps, lors d’une hypersensibilité d’ori­gine alimentaire !
Pour la médecine naturelle, en revanche, la différence n’est que minime car le mécanisme de fond est identique. Qu’il s’agisse d’une allergie ou d’une hypersensibilité, le premier n’est qu’un état plus avancé du second !
Les allergies elles-mêmes pro­cèdent par palier lors de leur évolution : il n’est pas rare que des allergies profondes comme des colites ou de l’asthme s’amé­liorent en faisant place à une allergie cutanée. Elles signent alors souvent une amélioration de la pathologie ou, devrions-nous plutôt dire, une détoxification plus efficace de l’organisme.
Et l’inverse est aussi vrai, une allergie plus profonde comme un asthme (qui est une allergie des voies respiratoires) peut se développer suite à un traitement puissant à base de cortisone ayant par exemple fait disparaître un eczéma. D’où la prudence quand on vous conseille de supprimer des problèmes cutanés avec des traitements puissants tels que la cortisone.
Car c’est ainsi que de nombreuses hypersensibilités pathologiques et d’allergies peuvent apparaître, même longtemps après, à la suite d’un traitement à base de corti­sone ou de tout autre traitement suppressif. (Fin de l’encart).
Le trio infernal des allergologues
Une crise d’allergie est souvent im­pressionnante et inquiète le malade qui en est atteint. Étant donné le nombre croissant de ces cas, une spécialité a vu le jour : l’allergologie.
Son rôle consiste à détecter l’agent responsable, l’allergène, à l’éliminer et à traiter le malade par désensi­bilisation. Ce traitement peut être long, sur plusieurs années, et né­cessite de n’avoir une allergie qu’à un nombre limité d’allergènes. De plus la réaction allergique doit être franche lors des bilans faits sur le malade sous peine d’un résultat mi­tigé. Par contre, le traitement d’une crise est des plus simples puisqu’il utilise presque systématiquement des médicaments antihistaminiques et des corticoïdes. Les antihista­miniques sont également utilisés lors des traitements dits de fond (allergie chronique) et sont alors associés, quand cela est possible, à la désensibilisation.
Il faut bien comprendre que ces trois traitements sont uniquement symptomatiques. Ils ont pour but de supprimer l’allergie et non de réguler le malade ou de le rééqui­librer. C’est la peur de la gravité des crises, tout à fait justifiée dans certains cas, qui fait utiliser les cor­ticoïdes dont on connaît bien les effets secondaires néfastes à moyen et long terme. Quant aux antihis­taminiques, c’est l’inconfort des symptômes qui les fait utiliser. Tout aussi dangereux que les corticoïdes, ceux-ci possèdent l’inconvénient majeur d’endormir le malade et de le soustraire à sa vigilance. Rappelons que le rôle de l’histamine est de nous faire réagir pour nous défendre. Bloquer l’histamine empêche donc ces réactions indispensables à notre éveil physique mais également psychique. En bloquant la réaction allergique, l’antihistaminique bloque malheureusement aussi toutes les ré­actions métaboliques qui ont besoin d’histamine pour se propager (sys­tème nerveux, immunité, digestion.).
Enfin, on utilise aussi les bronchodi­latateurs pour l’asthme (ils dilatent les bronches, permettant de mieux respirer) et l’adrénaline injectable lors des chocs anaphylactiques, po­tentiellement mortels.
Quand votre foie devient moins tolérant
Venons-en maintenant à la rai­son proprement dite de l’allergie. L’allergie est une réaction violente de rejet vers l’extérieur suite à l’in­troduction dans l’organisme d’une substance mal venue. Est allergique celui qui réagit de façon brutale et violente. Par cette réaction, il rejette de son corps, de manière efficace et intensive, une ou des substances qu’il ne tolère pas ! Un aliment, une substance, un cosmétique sont ac­ceptés par la majorité des gens, sauf par celui qui y est allergique. Ainsi faut-il, en premier lieu, considérer que les gens deviennent allergiques parce qu’ils deviennent de moins en moins tolérants vis-à-vis du monde extérieur.
Tout ce processus subtil de rejet est un acte de digestion qui aurait dû être pris en charge par le système immu­nitaire dont le rôle est d’intégrer cette information au niveau de la cellule, donc au niveau de notre intimité la plus profonde. Chez la personne al­lergique, cette information n’est pas intégrée parce qu’elle est d’emblée jugée intolérable !
En médecine chinoise, c’est la fonc­tion du poumon (organe qui gère bien sûr les voies respiratoires mais aussi toutes les muqueuses telles que celles de l’intestin, de même que la peau) qui gère la barrière défensive vis-à-vis de l’extérieur. Cependant c’est au foie que revient la gestion de ces entrées, son rôle étant de rejeter ce qui n’est pas en affinité avec l’organisme, et d’intégrer ce qui l’est. Le foie est le général des armées, il détoxifie et pourvoit à l’équilibre de toutes les transforma­tions intérieures. Chez l’allergique, l’organe poumon n’est pas efficace et le foie n’est pas en équilibre. Il est trop réactif. Il existe un rejet actif et une détermination « volontaire » et intense à éliminer un élément étranger non retenu vers l’extérieur par le poumon, un peu comme si cet élément étranger, donc cette infor­mation, était une menace importante pour l’organisme ! Un foie actif, fonctionnant normalement, ne rejette pas mais détoxifie.
Forcez-vous votre corps à aimer un intrus ?  (Encart)
Le traitement de désensibilisation a été pris d’assaut par les allergo­logues dans la mesure où enlever la sensibilité à un allergène est considéré par eux comme un trai­tement de terrain agissant sur le fond du problème. Or cela est inexact et c’est même tout l’in­verse puisque désensibiliser, c’est obliger l’organisme, contre sa vo­lonté, à ne pas se défendre et à ne plus réagir. C’est un peu comme si l’on hypnotisait l’organisme ou comme si on le programmait à ne plus réagir face à un intrus !
Il s’agit donc bel et bien d’un trai­tement symptomatique agissant non plus sur la maladie mais sur le malade ! La désensibilisation ne traite donc pas le malade aller­gique en le rééquilibrant, comme il serait logique de le faire lorsque l’on veut soigner avec les méde­cines naturelles, mais l’oblige à ne plus réagir à la substance en question et à faire comme si cette substance n’avait plus aucune incidence sur sa vie. Or si ce ma­lade réagit promptement lors d’un tel contact, c’est qu’il existe une raison profonde et ne plus le faire réagir ne soigne pas pour autant cette raison ! (Fin de l’encart)
1. Des substances chimiques trop transformées
L’homme a « inventé » maintes subs­tances et produits éloignés de la nature échappant complètement aux capacités physiologiques naturelles de notre organisme. Un médicament, un cosmétique, un aliment artificiel (ex : une tomate transgénique), un conservateur ou colorant chimique, certaines subs­tances créées par un mode de culture étranger à la vie (comme les pesti­cides, engrais synthétiques), ou par un mode de transformation de type chimique ou industriel, ont pour conséquence de modifier considé­rablement une substance naturelle jusqu’à ce qu’elle ne soit plus tolé­rable pour l’organisme humain.
La substance est tellement modifiée qu’elle ne peut plus le nourrir, le ré­générer, l’aider à se transformer dans les bonnes vibrations. Elle devra être absolument éliminée sous peine de dégâts potentiels irréversibles. Comme nous l’avons vu, ce travail n’est possible qu’avec des organes en équilibre de fonctionnement. Chez l’allergique, le déséquilibre agit en faveur d’un foie hyper-réactif. Le foie réagit mal à la substance. On pourrait dire qu’il ne tolère pas l’intrus et le rejette de façon bru­tale, sans chercher à le comprendre ni à l’intégrer dans son mode de fonctionnement.
La question de la tolérance devient alors une question de survie et impose à l’individu de s’en écar­ter définitivement avant que cette substance ne devienne extrêmement toxique et délétère pour son orga­nisme. Le caractère d’allergie ou d’hypersensibilité spécifique pour un individu donné doit rendre enclin ce même individu à être encore plus vigilant vis-à-vis de cette substance en particulier ; il devra alors faire des recherches plus poussées avec un médecin allergologue.
2. Une intoxication profonde de notre organisme
Nos modes de vie actuels m’amènent à évoquer un autre élément tout aussi crucial, celui de l’intoxication des êtres humains. Notez bien tout de suite que l’allergène n’est pas le toxique. L’allergène déclenche une réaction violente d’élimination des toxiques.
Au départ, grâce à l’activité naturelle et nettoyante du foie, des reins, des poumons et des intestins, le corps élimine naturellement ces toxiques par certains symptômes comme diar­rhée, transpiration, urines, selles, exhalation. Lorsque ces émonctoires (vessie, peau, poumon, intestins) ne sont plus suffisants, l’organisme concentre ses déchets et enclenche le feu, une inflammation, qui per­mettra de brûler ces déchets pour ensuite les éliminer vers l’extérieur. On peut dire que l’allergie permet de détoxifier l’organisme de manière intensive et ainsi le remettre à neuf en peu de temps.
Ainsi, et cela est fondamental à saisir, ce n’est que lorsque l’organisme est fortement intoxiqué et encombré que la réaction allergique est excessive. Plus l’individu sera intoxiqué et plus il fera une réaction allergique intense, moins il sera intoxiqué et plus la réaction sera légère, voire insignifiante !
Et finalement, ce n’est que lorsque l’intoxication n’est plus suffisam­ment prise en charge par le foie que celle-ci pénétrera plus en profondeur à l’intérieur même des cellules et qu’elle provoquera des dégâts plus profonds, plus sérieux et parfois irré­versibles avec le temps. Nous sortons alors du cadre des allergies et entrons dans celui des maladies dégénéra­tives, des maladies auto-immunes et des maladies cancéreuses.
Ainsi comme l’allergie n’agit que dans le secteur extracellulaire, elle n’engage normalement pas le pro­nostic vital, sauf dans les cas rares où les mécanismes de rejet sont si bru­taux et intenses qu’ils dépassent les capacités naturelles de l’organisme. Malheureusement, ces réactions de­viennent de plus en plus fréquentes du fait même de l’hygiène de vie moderne toujours plus décalée, de l’intoxication aux métaux lourds, des vaccinations intensives… mais aussi des comportements et des at­titudes névrotiques entraînant une grande hypersensibilité au monde environnant, déviant ainsi le bon fonctionnement des organes phy­siques du corps.
3. Un environnement trop aseptisé
On a depuis longtemps remarqué que l’immunité se forgeait dans la confrontation avec l’environne­ment extérieur et les autres. Nous construisons notre identité en nous frottant au monde, mais si nous nous isolons de l’extérieur en aseptisant nos contacts, tant sur le plan phy­sique (ex : stérilisation à outrance, javellisation intensive…) que sur le plan psychologique (ex : méfiance et suspicion vis-à-vis des autres), il devient alors plus compliqué de se connaître soi-même et donc de se forger une identité solide.
Un environnement trop propre, des traitements anti-infectieux, antither­miques ou anti-inflammatoires trop puissants et trop efficaces, des vac­cinations à outrance, augmentent les possibilités de développer une allergie.
Cela a été démontré et est particuliè­rement vrai chez les enfants, pour qui un contact dès le plus jeune âge avec des animaux ou d’autres enfants, à la crèche par exemple, diminue fortement le risque allergique. Il aug­mente certes le risque d’infections, ce qui est logique puisque l’enfant fait des ratés en apprenant à se dé­fendre, mais celles-ci demeurent en majorité bénignes et sans gravité !
Image : Foie, avec la légende suivante :
L’allergie détoxifie l’organisme quand l’activité nettoyante du foie est saturée.
4. La perte de nos capacités de défense (dès la naissance et l’allaitement)
Un autre élément à prendre en compte est que nous ne savons plus nous défendre correctement. Cela commence dès la naissance avec l’allaitement qui est fortement dé­laissé. Le lait maternel est le seul lait adapté au nourrisson. Les protéines du lait maternel ne sont pas étran­gères pour le système immunitaire du nouveau-né et il contient toutes les substances exactement nécessaires à sa construction et à sa défense (ex : l’enrichissement spécifique de sa flore intestinale). De son côté, le système de défense fait intervenir plusieurs acteurs : le foie et le rein, le pancréas et le pou­mon. Surmenés par nos conditions et modes de vie, par les intoxications multiples auxquelles ils sont conti­nuellement confrontés, ces organes finissent par faiblir et ne plus jouer leur rôle. L’ensemble se déséquilibre et crée les conditions de la maladie.
Chez l’allergique, ce surmenage n’épuise pas tout de suite l’orga­nisme mais au contraire le surexcite. L’ensemble est conditionné par une surexcitation prépondérante de tous les systèmes. Le système hormo­nal (comprenant les surrénales et la thyroïde en particulier), le foie avec le système digestif mais également le système immunitaire seront dans un premier temps hyperstimulés, puis dans un second temps, épui­sés et vidés. L’emballement, ainsi constaté lors d’une allergie, n’est donc qu’une conséquence directe de l’état d’intoxication chronique de l’organisme qui, activant le foie de façon anormale, ne fait que l’af­faiblir de plus en plus. Comprenez par là qu’un organe travaillant de façon excessive n’est pas un signe de bonne santé mais uniquement le signe d’une compensation imparfaite d’un état de déséquilibre préexistant ! Il existe dans l’organisme un équilibre intérieur qui implique que tout excès n’est que la consé­quence d’un déséquilibre profond qu’il faut repérer et traiter. Par exemple, le chardon marie ou le desmodium sont des remèdes impor­tants d’allergie, de par leur activité régulatrice de l’activité du foie !
Ainsi faudra-t-il souvent, voire toujours, traiter et réguler à la fois les organes poumons, reins, foie et pancréas, la thyroïde et la surrénale pour venir à bout d’une allergie, la priorité étant à la détoxification et au foie.
5. Le rôle de nos émotions qui restent bloquées
Il faut d’abord comprendre qu’une émotion non ou mal gérée devient toxique. L’allergique est souvent frustré et ne veut pas le reconnaître. Il est en colère et le nie. Il exprime violemment sa souffrance (le foie est relié à la colère) sans jamais la prendre en charge : ce qu’il ne peut faire puisqu’il ne la reconnaît pas. Cependant, grâce à son allergie, il peut enfin se rendre compte, dans sa chair et dans son sang, qu’il est intoxiqué. Ainsi l’on peut consi­dérer l’allergie comme une aide à une prise de conscience. Tout cela est bien sûr vécu de manière in­consciente. En effet l’allergique n’a pas du tout conscience qu’il vit dans l’intolérance.
L’émotion est une réaction face à une situation. On la vit et on ne la pense pas. Chaque émotion est normale­ment temporaire. On devrait passer d’une émotion à l’autre comme les enfants car c’est la persistance d’une émotion, sa durée anormale qui pose problème. En cristallisant une émo­tion, nous nous intoxiquons car nous devenons alors cette émotion !
À vrai dire, ce ne sont pas nos émo­tions qu’il faut soigner car elles ne sont là que pour nous montrer ce que nous ressentons. Ce qui importe, c’est la raison d’être de ces émotions, c’est comprendre son émotion pour qu’elle ne persiste pas ! Comment pouvez-vous éprouver de la joie si vous vivez constamment dans la colère, la peur ou la tristesse ? Garder la colère, la tristesse nous rend colérique ou triste à demeure.
Cette émotion devient un élément toxique et se révèle à nouveau lors de chaque crise. L’allergène n’est qu’un facteur extérieur qui réveille l’émotion. L’allergène et le trauma­tisme initial sont simplement sur le même niveau vibratoire. Ce n’est pas la colère ou le chagrin qu’il faut éliminer mais ce qui en est la cause, comme par exemple une séparation, la cause d’un traumatisme, d’une blessure
En finir avec les allergies : mes 4 étapes vers la libération
Quatre axes de traitement seront nécessaires pour venir à bout d’une allergie.
Qu’est-ce que je rejette réellement ?  (Encart)
L’allergique rejette ce qu’il ne supporte pas ou ne tolère pas. Le rejet n’est pas vis-à-vis de soi mais vis-à-vis de l’autre. Il n’at­teint pas, de ce fait, nos propres cellules mais leur environnement, c’est‑à‑dire surtout la lymphe et les tissus extracellulaires.
Mais si l’on veut comprendre et avoir une chance de soigner l’allergie en profondeur, il faut comprendre que l’allergique re­jette ce qu’il ne tolère pas en lui tout en prenant le prétexte de l’autre ! Or il doit reconnaître cela en lui afin de s’en séparer, de s’en nettoyer (ce qu’il fait lors des crises) à la suite d’une prise de conscience ! Le vrai problème est que, souvent, il ne veut pas reconnaître qui il est, ni les vraies valeurs qu’il possède en lui mais préfère rester dans le déni de ses défauts et erreurs, s’irritant contre tout ce qui lui rappelle ses insuffisances.
Les maladies auto-immunes et les allergies sont toutes deux liées à un rejet. Dans la maladie auto-immune, l’erreur est com­battue constamment parce que reconnue et ressentie comme une faute. Dans l’allergie, elle n’est pas reconnue et s’accumule donc passivement en soi jusqu’à ce qu’elle soit momentanément re­connue, lors d’un contact fortuit avec un allergène, et mette en éveil le système de défense, le faisant réagir intensément.
Plus la prise de conscience est grande plus elle déclenchera une crise d’élimination efficace et salvatrice, qui affectera tout l’organisme qui cessera ainsi de s’intoxiquer. Le changement s’opérant, l’allergie ne réappa­raîtra plus. Dans le cas contraire, l’intoxication reprendra son cours jusqu’à une nouvelle crise. Entre deux, hormis les IgE éle­vées, aucun signe d’inflammation ne sera détecté dans la mesure où il n’existe aucune prise de conscience et donc aucune tenta­tive de détoxification de la part de l’organisme. (Fin de l’encart).
1. Traitez et apaisez les symptômes de la crise
Si ces traitements sont très utiles pour stopper la crise, ils peuvent aussi être continués en traitement de fond par cures.
·      Magnésium/Lithothamne : une cure de magnésium à forte dose est indispensable. Il calme notamment le terrain spasmophile.
·      Œufs de caille : 5 œufs de caille à consommer chaque matin ou œuf de caille La Royale : 2 gélules matin et soir durant 1 semaine, puis 2 gélules le soir en dehors des repas.
·      Macérât La Royale (bourgeons) :
- En cas d’allergie cutanée : Gémo All (cassis + romarin + genévrier) et Gémo Peau (orme + noyer et cèdre).
- En cas d’allergie digestive ou ali­mentaire : Gémo All et Gémo digest (aulne + figuier + noyer).
- En cas d’allergie respiratoire : ajouter aux précédents le Macérât Viorne qui calme l’excès thyroïdien, les allergies respiratoires ainsi que l’eczéma atopique.
Posologie pour tous les macérât :
- En crise : 5 gouttes 6 fois par jour de chacun des remèdes.
- En chronique : 15 gouttes par jour de chaque jour pris séparément.
·      Quercitine (équivalent à un antihistaminique) : Ex : Superquercitine 500 supersmart : 1 comprimé 2 fois par jour si crise, puis 1 com­primé par jour en dehors des crises.
Commentaire NDLR : Oui, la quercétine est efficace mais c’est en cure d’un mois, avec une pause de 8 jours. Reprise éventuelle une fois. Pourquoi? Car la quercétine est un polyphénol (impact sur la voie de détox CYP450).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
·      Huile de Nigelle (cumin noir) (oméga-6, oméga 3 et thymoquinone) La Royale : 2 gélules 3 fois par jour pendant les crises, puis 2 à 3 gélules par jour en dehors des repas. Plutôt active dans l’asthme et allergies respiratoires.
·      Homéopathie : extrêmement ef­ficace mais trop complexe pour être abordée dans ce dossier. Elle garde son intérêt surtout pour un traite­ment de fond. Consultez un véritable homéopathe, spécialiste de cette discipline, si vous voulez avoir des résultats tangibles.
2. Détoxifiez votre organisme en profondeur
C’est le point de départ indispensable à tout traitement, à faire régulière­ment. On nettoie ainsi l’organisme de tous les déchets à l’origine de l’allergie. Si l’alimentation joue un rôle important, on utilisera aussi des remèdes détoxifiants à visée dépura­tive (qui nettoient le sang), drainant la lymphe.
On associe des plantes drainantes pour les émonctoires et des plantes actives sur le foie, le pancréas, les reins et le poumon
Exemple de prescription :
·      Mélange : patience/salsepareille/ cassis/plantain/guimauve : le matin une décoction de 1 c. à soupe pour ¼ litre d’eau.
·      Mélange : pensée sauvage/ fumeterre/romarin/thym/chardon-Marie : le soir (idem en infusion).
3. Traitez votre terrain et votre foie
Nous l’avons vu, le foie est au centre de l’allergie. Il faudra donc le traiter en priorité mais il ne faudra pas oublier de traiter le terrain en soignant le pancréas, la lymphe et l’immunité ainsi que de rechercher une insuffi­sance de l’organe énergétique du rein qui sous-tend la plupart des patho­logies chroniques ou récidivantes. Le vide énergétique du rein et des surrénales est responsable de nombreuses allergies répétitives, chroniques, mais également de l’asthme. Ce vide doit particuliè­rement être suspecté dans les cas suivants :
-                   Des infections ou inflammations, même banales, à répétition, de faible intensité… des allergies souvent fa­miliales ou chroniques, apparaissant dès la fin de l’hiver, ou fortement récidivantes.
-                   Lumbago, lombalgies, douleurs des reins, des genoux. Rhumatismes, arthrose, douleurs articulaires…
-                   Maigreur, fatigue chronique sans raison, surmenage, burnout, fibromyalgie, libido en berne…
-                   Hypertension artérielle chronique (HTA) ;
-                   Insomnie, dépression de fond surtout hivernale, réveils nocturnes fréquents ;
-                   Peur, angoisses, anxiété. Parfois la peur est sous-jacente et cachée…
-                   Maladies neurologiques…
Exemple de posologie :
-                   Reins et surrénales : réglisse + astragale + rhodiola + cassis + ortie (au long cours par cures). Ajoutez du Ginseng en cas d’asthénie intense. Attention, la réglisse est contre-indiquée en cas de HTA.
-                   Foie, poumon et lymphe/ pancréas : plantain + chardon‑Marie + fumeterre + pensée sauvage + véronique. Ajoutez des cures de desmodium en cas d’intoxication par des médicaments ou des transa­minases élevées.
-                   On pourra y associer : HE Rosmarinus off ABV HE Ledum groenlandica + HE Origanum ma­jorana + HE Perila frutescens + Artemisia dracunculus + Picea ma­riana + Tanacetum annuum : 1 à 3 gouttes du mélange 3 fois par jour, par cures.
-                   Régulez votre thyroïde et le ter­rain spasmophilique : agripaume, fenugrec, ail, estragon, valériane, lithothamne, pollen de fleurs…
-                   Rajoutez : vitamine D qui régu­le l’immunité, surtout s’il y a de l’asthme, et du sélénium et du zinc pour rééquilibrer l’immunité. Ainsi que des oméga-3 qui activent les récepteurs H2 et H3 et sont antiinflammatoires. On utilisera des oméga-3 à chaînes courtes comme les ALA : huile de lin ou de noix et des oméga-3 à chaînes longues provenant des algues ou poissons.
4. Agissez sur votre digestion et vos émotions
Prenez des fleurs de Bach selon leur correspondance. Elles ne soignent pas les allergies mais traitent le ter­rain sur lequel elles apparaissent ! Des remèdes comme Beech (critique facile), Willow (rancœurs, victime), Holly (colère, haine, jalousie), Impatiens (impatience), Vervein (en­thousiasme excessif), Vine (autorité malfaisante), mais aussi Gentian (doute, découragement), Gorse (désespoir, renoncement), Larch (manque de confiance en soi), Elm et Oak (surmenage, excès).sont des remèdes fréquents à utiliser lors des allergies.
Traitez votre perméabilité intesti­nale : elle est le terrain de toutes les inflammations et des troubles d’in­tolérance alimentaires et psychiques. Pour cela utiliser de la réglisse, du curcuma et de la L-glutamine. Associez des pré- et/ou probiotiques, surtout au début du traitement, et la consommation de végétaux, d’ali­ments fermentés, graines germées. Exemple : Royal nerflor (La Royale) : 1 à 2 gélules par jour en dehors des repas. Un produit très complet agis­sant sur la perméabilité intestinale est Perma Royal (La Royale) : ½ sachet par jour, puis 1 fois par jour durant au moins 2 à 3 mois.
Sans oublier d’adopter une ali­mentation type Okinawa/crétoise/ méditerranéenne : écartez tout pro­duit industriel et augmentez votre consommation de légumes et de fruits de saison et locaux. Évitez les cuissons à haute température et le grill (utilisez plutôt le Wok ou le cuit-vapeur…).
Effectuer un travail personnel sur soi est à ne surtout pas négliger…
Dr Jean-Jacques Dewitte
La Royale : 00 352 55 96 44 N° vert : 00 800 29 06 82 76 Site : la-royale.com
Supersmart 00 352 264 955 57 N° vert : 0 820 200 800 Site : supersmart.com

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Probiotique contre la candidose

Message  Luc Ven 16 Avr 2021 - 16:54

Des levures contre des champignons !
Source : SCE 04/2021
Les infections chroniques dues au cham­pignon microscopique Candida albicans sont un problème majeur, notamment pour les personnes hospitalisées (il s’agit d’une maladie nosocomiale) ou immunodépri­mées, mais pas seulement, car il pourrait concerner un Français sur deux ! Or les antifongiques généralement recommandés ne sont pas exempts d’effets secondaires quand l’organisme ne développe pas une résistance à leur égard.
Des chercheurs (1) se sont intéressés aux effets antifongiques de certaines levures probiotiques, notamment la Saccharomyces cerevisiae var. boulardii, déjà commercia­lisée. Le résultat est porteur d’espoir : ces levures forment une barrière naturelle contre le pathogène, s’y accrochent et en neutralisent la virulence. De plus, en sécré­tant des acides gras à chaîne courte, elles parviennent même à bloquer l’adhérence de ces Candida dans l’organisme. Une stratégie très encourageante.
1. « Application of Probiotic Yeasts on Candida Species Associated Infection. », Lohith Kunyeit,1, 2, 3 Anu-Appaiah K A, 1, 2 and Reeta P. Rao 3. J Fungi (Basel). 2020 Dec ; 6(4) : 189. Published Online 2020 Sep 25. doi: 10.3390/jof6040189
Commentaire NDLR: OK si le terrain a été assaini et qu’on veuille ensuite occuper le terrain.
 
*) Ménopause et Microbiome déséquilibré
Mesdames, une baisse de moral ? Mangez des fibres (mieux que le chocolat)
Source : SCE 04/2021
Dépression, vague à l’âme, tristesse… Le chocolat est certes connu pour son réconfort instantané sur le moral, pourtant, c’est vers les fibres qu’il serait préférable de se tourner pour des effets protecteurs sur le long terme. Ceci est d’autant plus vrai chez les femmes préménopausées dont le risque de dépres­sion s’avère deux fois plus élevé. Une récente étude1 coréenne a ainsi étudié les habitudes alimentaires de plus de 5 000 femmes préménopausées et a montré que plus la consommation de fibres était élevée, plus les risques de dépression étaient faibles.
La diminution d’œstrogènes affecte en effet l’équi­libre du microbiote intestinal, engendrant aussi une augmentation de la prévalence de la dépression chez la femme proche de la ménopause. Cette étude vient donc confirmer, une nouvelle fois, la pertinence de l’axe intestin-cerveau. Tout changement dans la composition du microbiote peut ainsi affecter l’état émotionnel et, plus généralement, la santé de notre cerveau. La diversité des bactéries et enzymes de notre microbiote intestinal est aussi primordiale. Fruits, légumes, légumineuses, grains non transfor­més, à vous de varier les plaisirs !
1. Kim, Yunsun MD et al., « Inverse association between dietary fiber intake and depression in premenopausal women. », Menopause : December 21, 2020 -Volume Publish Ahead of Print -Issue -doi: 10.1097/GME.0000000000001711

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Glutamine et Microbiote

Message  Luc Dim 25 Avr 2021 - 10:30

Cet acide aminé est le Gore‑Tex de votre intestin (il l’étanchéifie)
Source : SCE 07/2020
La glutamine est l’acide aminé le plus présent dans notre organisme. On la trouve essentiellement dans la viande, les produits laitiers et les légumes secs. Un récent article publié (1) dans le célèbre International Journal of molecular Sciences a recen­sé l’ensemble des études sur les effets de la glutamine pour notre microbiote intestinal.
Utile à notre système diges­tif et immunitaire ainsi que pour la croissance de nos cel­lules, la glutamine joue un rôle majeur pour l’intégrité de la barrière intestinale et nous protège de nombreuses pathologies métaboliques et cardiovasculaires en empê­chant notamment le passage des bactéries pathogènes.
La glutamine est également essentielle pour préserver nos muscles dans les situations de stress. Car dans ces situations, le système immunitaire est fortement activé et nécessite l’apport massif de glutamine pour la production des immu­noglobulines A et A+ pour empêcher la fonte musculaire. C’est également l’un des acides aminés les plus béné­fiques pour l’organisme ainsi qu’un puissant antioxydant qui modifie favorablement l’équilibre des familles bacté­riennes dans l’intestin et lutte contre la constipation. Enfin, une supplémentation de gluta­mine agirait positivement sur le surpoids et l’inflammation.
1. Perna S. et al. « The Role of Glutamine in the Complex Interaction between Gut Microbiota and Health: A Narrative Review » Int J Mol Sci, 2019 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]   
Abstract
The scientific literature has demonstrated that glutamine is one of the main beneficial amino acids. It plays an important role in gut microbiota and immunity. This paper provides a critical overview of experimental studies (in vitro, in vivo, and clinical) investigating the efficacy of glutamine and its effect on gut microbiota. As a result of this review, we have summarized that glutamine could affect gut microbiota via different mechanisms including the reduction in the ratio of Firmicutes to Bacteroidetes, with the activation of NF-κB and PI3K-Akt pathways, reducing the intestinal colonization (Eimeria lesions) and bacterial overgrowth or bacterial translocation, increasing the production of secretory immunoglobulin A (SIgA) and immunoglobulin A+ (IgA+) cells in the intestinal lumen, and decreasing asparagine levels. The potential applications of glutamine on gut microbiota include, but are not limited to, the management of obesity, bacterial translocation and community, cytokines profiles, and the management of side effects during post-chemotherapy and constipation periods. Further studies and reviews are needed regarding the effects of glutamine supplementation on other conditions in humans. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Additional sources
*) Oral supplementation with L-glutamine alters gut microbiota of obese and overweight adults: A pilot study
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
After 14 d of supplementation, adults in the GLN group exhibited statistically significant differences in the [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] and [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] phyla compared with those in the witness group. The ratio of Firmicutes to Bacteroidetes decreased significantly after GLN supplementation.
The effects of oral supplementation with GLN on gut microbiota are similar to those seen in weight loss.
Edit: Attention: Pas de supplémentation avec de la glutamine si candidose (substrat).
*) Metabolism of Amino Acids and interaction with intestinal microbiota
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]Dietary Amino Acids and the GutMicrobiomeImmune Axis: Physiological Metabolism and Therapeutic Prospects” Ning Ma, Xi Ma. 12/2018. Comprehensive Reviews in Food Science and Food Safety.
Both essential and nonessential AAs are utilized by the intestinal microbiota. In the process of further metabolism, transformation, or fermentation, metabolites such ammonia, NO, hydrogen sulfide (H2S), SCFA and phenolic and indolic compounds are produced in the entire length of the intestine.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

@Darky
Voir le paragraphe de la dernière source, intitulé:
The Absorption and Metabolism of AAs in the Intestine
=> 
It has been reported that alanine (Ala), leucine (Leu), isoleucine (Ile), valine (Val), and histidine (His) preferentially serve as hydrogen donors in metabolic reactions, whereas glycine (Gly), proline (Pro), ornithine (Orn), arginine (Arg), and Trp tend to act as hydrogen receptors (Rist et al., [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]).


Dernière édition par Luc le Lun 26 Avr 2021 - 18:46, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  darky35 Dim 25 Avr 2021 - 13:58

Tu en déduis quoi ? Par ce qu'en ces termes ça ne me parle pas, je n'ai d'ailleurs apparemment quasiment pas de production de gaz (actuellement sous traitement HE), avec 40g de BCAA et 45g de glutamine sur 4 jours mais... il s'avère aussi que j'ai une méthodologie particulière qui consiste à me purger après un temps d'assimilation : Laxaproc + liquide + TCM de 16h30 actuellement à 21h00.
Le We je ne prends que 5g de BCAA le matin, avec une boisson glutaminée avec TCM, etc...

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Impact du propionate et butyrate sur les colonocytes

Message  Luc Dim 25 Avr 2021 - 15:12

Darky a écrit:Tu en déduis quoi ? 
L’info est utile de manière générale. J'ai pensé que ç'était susceptible de t'intéresser (coaching en cas de déséquilibre du microbiote, avec sources nécessaires pour démontrer l'impact de de l'orientation de l'alimentation: Peu de viande ou peu de fibres). 

1. Le type d’aliments, et la catégorie à laquelle appartiennent les acides aminés (AA) dominants, ont un impact sur l’équilibre du microbiome. Trop de bactéries firmicutes versus bacteroidetes posent problème.
2. Au niveau des gaz, on peut orienter avec du collagène (glycine) qui vont capter l’hydrogène en excès. C'est comme ça que je l'interprète. 
Maintenant, savoir s’il y a un excès d’hydrogène ou de soufre est une autre info utile mais difficile à exploiter.
3. Cet article établit bien l’impact du métabolisme des AA au niveau du métabolisme, lorsqu’il y a transformation / assimilation et / ou fermentation. Des métabolites sont produits / induits (acides phénoliques et indoles d’une part, et des acides gras courtes chaînes (SCFA), comme le butyrate).
4. Quant à exploiter cette info, il faudrait croiser l’info avec les bactéries qui influencent favorablement les bacteroidetes, et comment nous pouvons tirer profit du butyrate pour les colonocytes (cellules épithéliales du côlon). Dans le dernier cas, je crois qu’il faut juste s’assurer qu’il y a une production adéquate de butyrate et qu’elle peut être exploitée si le milieu est sain, sans chercher à prendre un supplément de butyrate (ou alors on évitera les excès). Déduction empirique (lecture). ça reste à préciser pourquoi. Je crois me souvenir qu'un des SCFA a un impact sur la stimulation d'un médiateur qui amplifie une action au niveau des entérocytes. C'est confus dans ma mémoire.  

Propionate et butyrate comme substrat
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
=> Impact sur l’intégrité du mucus et la tolérance immunitaire.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  darky35 Dim 25 Avr 2021 - 20:06

Le type d’aliments, et la catégorie à laquelle appartiennent les acides aminés (AA) dominants, ont un impact sur l’équilibre du microbiome. Trop de bactéries firmicutes versus bacteroidetes posent problème.
2. Au niveau des gaz, on peut orienter avec du collagène (glycine) qui vont capter l’hydrogène en excès. C'est comme ça que je l'interprète.
Logiquement... oui, mais il me semble que les acides aminés "libres" sont métabolisés en amont... dans le grêle (activité enzymatique), surtout les peptides (mais même les fermentés classiques tels les BCAA). Leur temps d'assimilation en boisson est entre 30 et 45 minutes (sauf erreur de ma part), donc si ta théorie "donneur/récepteur" d'H2 est juste, elle ne pourra avoir un impact qu'en cas de sibo (production d'H2 dans le grêle), mais étant moi-même un grand consommateur de glycine depuis quelques temps déjà, je n'ai pas noté de grosses différences avec ou sans glycine concernant la production de gaz. Il doit probablement y avoir d'autres éléments qui m'échappent et notamment (par supposition), une production de gaz en aval de la zone d'absorption des acides aminés libres, ce qui les rend caduque dans ce cas. Je pense que le système digestif en partie haute est très performant et aussi intelligent et qu'il est capable de capter d'entrée (discerner) chaque élément métabolisable rapidement et d'agir en conséquence (tri sélectif).
Si la (les) zones de stase sont en revanche plus hautes (ressenti/test respiratoire au glucose positif au H2), il peut être intéressant de tester la glycine afin d'avoir un retour de confirmation.
A moins que le collagène issu de la cuisson soit métabolisé plus bas (ce que j'ignore).
Merci en tout cas pour toutes ces infos pertinentes qui me poussent à réfléchir et me remettre en question, tout en complémentant mes connaissances... bon exercice Wink

PS : évidemment si les acides aminés sont issus de la viande par exemple, il est probable qu'une partie de cette nourriture (macro-molécules), finisse par être dégradée dans le colon, mais le problème est toujours d'y faire descendre la glycine...

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Jambes Légères & Médecine Chinoise

Message  Luc Mer 28 Avr 2021 - 18:05

Jambes légères & Médecine Chinoise
Osez le pari « jambes légères » avec la médecine chinoise
Synonyme de santé et jeunesse, les jambes sont pour beaucoup un vrai complexe. Mauvaise circulation, jambes lourdes, fourmillements, varices… ces maux concernent près de 25 % de la population. Et si l’encombrement de vos vaisseaux était surtout le fait d’une mauvaise circulation des énergies ? Retrouvez la fluidité de vos membres inférieurs avec ces remèdes tout droit venus de l’empire du Milieu.
Par Thomas Richard, Thérapeute et conférencier.
Thomas Richard est un des principaux experts de la médecine chinoise en Espagne où il exerce depuis quinze ans. Il est spécialiste en pharmacopée chinoise, acupuncture, massage tuina et qi gong notamment.
Source : SCE 50 – 08/2020

L’incidence d’une mauvaise circulation sanguine dans les membres inférieurs augmente avec l’âge, de sorte que dès l’âge de 50 ans, la moitié de la population en souffre. Ce problème est souvent sous-estimé par le patient lui-même car il ne représente généralement pas un problème de santé considéré comme grave.
Pourtant cette pathologie vascu­laire peut considérablement réduire la qualité de vie des personnes qui en souffrent. Elle est en réalité une question de santé majeure. Avant d’aborder les différents remèdes, re­venons aux fondamentaux.

Quand vos veines n’arrivent plus à remonter le sang
Le système vasculaire est constitué d’un réseau de vaisseaux sanguins irriguant l’ensemble du corps. La cir­culation du sang dans ces vaisseaux est dite bidirectionnelle : le sang part du coeur vers toutes les structures du corps et puis il remonte au coeur. C’est souvent cette deuxième phase qui pose problème.
-     Les artères transportent le sang riche en oxygène de votre coeur vers vos tissus et organes.
-     Les veines transportent le sang et les déchets de retour vers le coeur.
-     Les capillaires sont des vaisseaux sanguins de calibre réduit qui relient les petites artères aux petites veines. Les parois des capillaires sont très minces et permettent l’échange de substances entre les tissus et le sang.
Dans ce vaste réseau, une mauvaise circulation est l’incapacité des veines à effectuer le bon retour du sang au coeur. Ce manque de circulation provoque leur accumulation dans les jambes, conduisant à différents symptômes et problèmes. On ap­pelle ce phénomène l’insuffisance veineuse, problème qui peut pour beaucoup devenir chronique s’il n’est pas traité à temps.
Dans des conditions normales, les valvules veineuses (particulièrement celles des jambes), permettent au sang de progresser vers la partie supérieure en retenant consécutive­ment le flux sanguin qui se dirige vers le thorax pour y être nouvelle­ment oxygéné. Dans l’insuffisance veineuse chronique, les parois des veines s’affaiblissent et les valvules sont progressivement endommagées. Le sang peine alors à remonter et s’accumule dans les jambes.

Au secours, j’ai des varices !
Voyons en détail les premiers symp­tômes (qui sont aussi des signes indicatifs d’insuffisance veineuse) :
-     Douleurs, picotements, fourmil­lements, lourdeur et fatigue dans les jambes.
-     Gonflement de la partie basse des jambes et des chevilles, surtout après de longues périodes en station assise ou debout.
-     Crampes nocturnes ou ce qu’on appelle le syndrome des jambes sans repos.
-     Sensation de chaleur, rougeur, sécheresse, démangeaison cuta­née constante des jambes qui peut être due à l’excès de sang retenu localement.
-     Araignées vasculaires et varices superficielles.
-     Varices ou veines variqueuses.
-     Troubles cutanés causés par une mauvaise circulation comme la dermatite, l’eczéma, une hyperpig­mentation locale.
                        En cas d’aggravation du problème on peut voir apparaître des oedèmes plus importants au niveau des che­villes, une inflammation des varices ou des veines (phlébite) ou même des saignements.
                        Les ulcères représentent le stade le plus avancé de la maladie.

Et vous, quel est votre risque veineux ? (encadré)
-        Les facteurs prédisposant à l’insuffisance veineuse sont les suivants :
-        L’âge, avec le temps la com­pétence des valvules veineuses se dégrade ;
-        Les antécédents familiaux d´insuffisance veineuse ;
-        Les femmes souffrent plus d’insuffisance veineuse pour des raisons hormonales liées aux ni­veaux altérés de progestérone ;
-        Un antécédent de thrombose veineuse profonde dans les jambes ;
-        L’obésité et l’augmentation du poids corporel ;
-        La grossesse ;
-        La ménopause ;
-        Mener une vie sédentaire, de longs séjours debout ou assis no­tamment au travail ;
-        Les personnes de grande taille peuvent souffrir plus tôt d’insuf­fisance veineuse ;
-        Des habitudes toxiques (fumer, une consommation excessive d’alcool, etc.) ;
-        La constipation chronique ;
-        Certains médicaments (notam­ment les contraceptifs oraux).
Fin de l’encadré.

Stress, chaleur et humidité : ils sont sous‑estimés
Pour la médecine chinoise, les causes de mauvaise circulation sont diverses :
                        Le surmenage (trop d’heures de travail, peu de repos, manque de récupération, stress), l’excès d’exercice physique et une activité sexuelle excessive peuvent affaiblir l’énergétique de la rate et des reins. Cela altère ainsi le métabolisme, le transport et la transformation des liquides et favorise l’accumulation d’humidité dans le corps.
                        L’exposition à l’humidité, seule ou combinée à d’autres agents pa­thogènes externes tels que le froid ou la chaleur, peut déclencher ou aggraver la mauvaise circulation. Les zones géographiques, les climats ou les saisons, vivre ou travailler dans un endroit humide constitue une ex­position anormale à l’humidité. Et cette humidité est métabolisée dans l’organisme par la rate. Organe clé dont le mauvais fonctionnement im­plique souvent une mauvaise circula­tion. La mauvaise circulation est ainsi souvent aggravée dans les climats ou les saisons plus humides mais aussi en été où les muscles ont tendance à se ramollir du fait de la chaleur.
                        Une alimentation irrégulière, trop abondante, trop grasse, insuffisante, trop froide (excès de cru et de fruits), trop chaude (alcool) et trop épicée, affecte le bon fonctionnement di­gestif. L’humidité et les mucosités s’accumulent, affectant à terme les fonctions de la rate et de l’estomac. Le système perd de sa force vitale et cela altère sa capacité de rapa­trier le sang vers le coeur. Voilà un mécanisme entraînant une mauvaise circulation.
                        La colère, la frustration, le ressen­timent, le stress, un choc émotionnel surchargent le foie et peuvent bloquer tout le système. Un foie surchargé va affecter le travail de la rate. Et si la peur est associée aux reins, la préoccupation, quant à elle, est asso­ciée à la rate et peut, lorsqu’elle est prolongée, fragiliser la circulation dans l’organisme.

La rate, le maillon faible
Pour les médecins chinois, la circulation sanguine implique prin­cipalement trois organes : le foie, le coeur et la rate. La tradition médi­cale orientale décrit la circulation sanguine comme un système dans lequel « le coeur propulse le sang, le foie réserve le sang et la rate produit le sang ».
Le rôle du coeur est ainsi proche de la vision occidentale. En revanche les actions du foie et de la rate ont une signification tout autre pour les médecins de l’empire du Milieu.
Chargé de gérer les mouvements énergétiques dans le corps, le foie fluidifie la circulation aussi bien sur le plan physique que psychologique. Quand il ne fonctionne pas correcte­ment, il peut provoquer des tensions digestives, des contractures, de la nervosité ou de l’irritabilité. Le foie est sensible aux changements, aux intersaisons mais aussi aux émotions qui l’obligent à coordonner l’adapta­tion de l’organisme. Une surcharge du foie peut ainsi provoquer ou aggraver les problèmes circulatoires.
La rate est chargée principale­ment de la digestion et de la gestion des aliments et des liquides dans l’organisme, c’est le centre du mo­teur. Elle produit l’énergie et le sang, et contrôle les quatre extrémités. Sa faiblesse se manifeste par de la fatigue, des digestions difficiles, des gonflements, de la préoccupation.
La rate est en charge de la bonne santé des muscles, leur contraction et relaxation au niveau des jambes poussent le sang dans les veines vers le haut en direction du coeur. Si ses fonctions sont affaiblies, l’organisme aura plus facilement tendance à ac­cumuler des liquides pathologiques qu’on appelle humidité ou mucosi­tés, à former des œdèmes et à retenir des liquides dans le bas du corps.
N’oublions pas de mentionner fina­lement la fonction des reins dans la gestion et l’élimination des liquides. Souvent, quand il y a un oedème ou de la rétention d’eau dans les jambes, il faut aussi vérifier l’état énergé­tique des reins en médecine chinoise.
Ils seront d’ailleurs une voie d’éli­mination des liquides accumulés par diurèse.

Quel est votre syndrome ? Les cinq grands déséquilibres (encadré)
Lors d’une consultation de mé­decine chinoise, une évaluation énergétique très détaillée permet de connaître précisément le cadre clinique pour ensuite aborder le traitement spécifique à chaque cas. On retient habituellement cinq grands types de déséquilibres en cas de mauvaise circulation :
- Manque d’énergie de la rate et humidité : on peut observer alors une accumulation de liquides dans les jambes, un œdème, de la diarrhée, de la fatigue, une neu­rasthénie, un œdème du visage, une lourdeur corporelle, une préoccu­pation, des mains et pieds froids, une crainte de l’humidité, des selles molles. La langue est gonflée, pâle avec un recouvrement fin et hu­mide, le pouls est glissant, faible.
- Manque d’énergie et de Yang de la rate et humidité : accumu­lation de liquides dans les jambes, œdème, diarrhée, fatigue, œdème du visage, lourdeur corporelle gé­nérale, préoccupation, extrémités froides, crainte du froid et de l´hu­midité, selles molles. La langue est gonflée, pâle avec un recouvrement humide, le pouls est glissant, faible.
- Manque de Yang de la rate et des reins avec œdème : im­portante accumulation de liquides dans les jambes, oedème, douleur et faiblesse dans la partie basse du dos et des genoux, diarrhée mati­nale, fatigue, froid corporel géné­ral, crainte du froid, selles molles, urines très fréquentes ou inconti­nence. La langue est gonflée, pâle et violacée avec un recouvrement humide, le pouls est profond, faible.
- Excès d’humidité pathogène (avec parfois froid ou chaleur ajou­tés) : congestion de liquides dans les jambes, lourdeur marquée des extrémités, rejet de l’exposition à l’humidité, digestions lourdes, douleurs articulaires, rhumatismes, fatigue générale. La langue est gonflée, humide, soit rouge en cas de chaleur, soit pâle en cas de froid ajouté, le pouls est fort et glissant.
- Surpression du foie : cette situation s’accompagne d’une congestion de liquides dans les jambes, de douleur et distension, d’une irritabilité marquée, de ner­vosité, une distension abdominale et sous les côtes, des réveils nocturnes, des crampes, une instabilité émo­tionnelle, une dépression mentale. La langue est gonflée surtout sur les bords et le pouls est très tendu.
Une fois le déséquilibre énergétique identifié, votre acupuncteur et expert en médecine chinoise choisira une stratégie personnalisée pour redres­ser la situation au fil des semaines. En général, on peut observer une amélioration dès les premières ses­sions et un mieux très significatif en trois ou quatre sessions (soit un mois de traitement environ).
Fin de l’encadré.
Quatre stratégies pour dynamiser votre circulation !
Pour traiter une mauvaise circulation, des jambes fatiguées et lourdes, des œdèmes, la médecine chinoise met en œuvre les quatre outils principaux. Ils aident tous à dynamiser ces pro­cessus très efficacement, résolvant remarquablement les symptômes les plus gênants et améliorant la qualité de vie.
1. L’acupuncture active fortement la circulation sanguine et énergétique. Elle mobilise les fluides accumulés dans le corps, favorisant leur diffu­sion et leur élimination par l’urine ; elle améliore aussi considérable­ment le flux sanguin périphérique.
L’acupuncture régule le flux sanguin et énergétique dans tout le corps au travers du réseau énergétique (méri­diens) qui est stimulé par les aiguilles d’acupuncture à des endroits précis du corps. De récentes études scien­tifiques ont montré la capacité de certains points d’acupuncture – par­ticulièrement du point 36 du canal de l’estomac (zu san li 足三里) situé sur la face externe de la jambe, un peu en dessous du genou – à induire une élévation significative du flux sanguin périphérique, notamment au niveau des extrémités inférieures.
2. De nombreuses plantes chinoises et formules magistrales de la phytothérapie chinoise traditionnelle peuvent être prescrites pour améliorer la circulation sanguine selon le cas de chaque personne.
La racine d’astragale (huang qi) est un puissant tonique comparable au ginseng qui a une action spéci­fique sur les liquides accumulés et contribue à mieux les projeter vers le haut du corps, son action permet aussi de renforcer le tonus des parois veineuses.
Les graines du ginkgo biloba (bai guo) aident à améliorer la cir­culation sanguine. Les flavonoïdes du ginkgo améliorent la microcir­culation capillaire et renforcent les parois des vaisseaux sanguins.
La racine de sauge rouge (Radix salvia miltiorrhiza, dan shen) est une substance bien connue pour son action sur la microcirculation sanguine et circulation coronarienne. Elle est très intéressante pour dy­namiser la circulation du sang en général.
La poudre des 5 ling (wu ling san) est une formule magistrale tradition­nelle de la pharmacopée chinoise. C’est un concentré de substances diurétiques, notamment des champi­gnons du type poria qui augmentent la miction et permettent l’élimination des liquides accumulés.
La poudre de ginseng, Poriae et Atractylodis (shen ling bai zhu san) a une action proche et partage une partie de la même composi­tion, mais elle a par ailleurs une action tonifiante plus forte sur le système digestif, donc le métabo­lisme des liquides, grâce notamment à la présence du ginseng dans sa composition.
● Localement on peut aussi appli­quer en massant l’huile essentielle de patchouli (huo xiang) ou l’huile de safran sauvage (hong hua you) pour un soulagement rapide des symptômes les plus gênants, toutes deux issues de la grande tradition de la pharmacopée chinoise.
3. Le massage tuina, suivant les principes de l’acupuncture et les canaux énergétiques qu’elle em­prunte, est une forme de massage stimulant et digitopression propre à la médecine chinoise qui aide à mobiliser les fluides et le sang dans tout le corps et notamment dans les jambes, favorisant leur drainage et élimination.
4. En diététique énergétique chinoise, les aliments sont considérés comme de véritables médicaments. Il est important d’établir un plan diététique particulier en fonction de l’état énergétique de chacun, en dé­finissant précisément quels aliments favorisent une meilleure gestion des liquides et une meilleure circulation. Les aliments suivants, par exemple, renforcent le système métabolique central et sont utiles pour améliorer la circulation sanguine :
● Céréales : millet, maïs, riz.
● Fruits : cerises, châtaignes.
● Légumes : carottes, céleri, pois, radis, concombre, citrouille, chou, cresson.
● Protéines : viande de boeuf, anguille, hareng.
● Autres : miel ou mélasse, réglisse.
Les traitements de médecine chinoise sont conçus pour traiter de façon per­sonnalisée aussi bien les symptômes que le déséquilibre à la racine de la mauvaise circulation. Aucun remède ne saurait s’appliquer uniformément à toutes les patientes et tous les pa­tients, alors n’hésitez surtout pas à consulter un professionnel.

Bonus : 10 astuces « jambes légères » (encadré)
Le traitement en médecine chinoise ainsi que ces recommandations vont contribuer à une améliora­tion des symptômes :
- Surélevez vos jambes pour dormir (dormez les jambes lé­gèrement levées, en mettant un coussin sous vos pieds ou une cale sous les pieds de votre lit).
- Faites du sport régulièrement.
- Marchez au minimum 30 mi­nutes par jour.
- Prenez des douches alternant le chaud et le froid (terminez toujours par de l’eau froide).
- Massez avec un gant de crin sec chaque jour pour activer la circulation locale, et offrez-vous aussi un vrai bon massage des jambes périodiquement.
- Évitez les vêtements trop serrés.
- Évitez de rester assis ou debout pendant de longues heures, activez-vous régulière­ment, changez de position. Vous devez vous lever, vous asseoir, vous étirer et mobiliser vos jambes régulièrement.
- Si vous êtes en surpoids, la perte de poids vous permettra d´améliorer les symptômes.
- Évitez l’alcool et le tabac.
- Évitez certains aliments, notamment les aliments frits et gras, les laitages surtout de vache (particulièrement le lait), aliments crus (salade, fruits en excès), gluten en excès, sucre.

Thomas Richard

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty La L-lysine : complément alimentaire prometteur contre le coronavirus ?

Message  darky35 Sam 8 Mai 2021 - 9:19

sabrina Debusquat a écrit:rédigé le 14 avril 2021 à 12h52
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
En 2016, une première étude in vitro avait démontré que la lysine inhibe avec succès la réplication du MERS-CoV (Coronavirus du Syndrome Respiratoire du Moyen-Orient), un précurseur du Covid-19[1]. Forte de ces connaissances, la société Bio-Virus Research Inc., basée à Reno dans le Nevada aux États-Unis, aurait récemment testé la lysine « avec succès » sur quarante sujets (dont quelques Américains et trente médecins et infirmières volontaires d’une clinique de République dominicaine) âgés de 16 à 77 ans lors d’une étude observationnelle, c’est-à-dire qui ne compare pas un groupe avec et un groupe sans lysine.
Cette petite entreprise de biotechnologie, surtout connue pour avoir développé un vaccin contre l’herpès, a publié un résumé des résultats préliminaires obtenus avec une dose moyenne de 2 000 mg par jour [2] : huit patients sur dix atteints d’une forme aiguë du Covid auraient connu une réduction de 70 % de leurs symptômes, et ce dès les 48 premières heures. L’un des effets les plus remarquables étant le temps très court d’élimination de la fièvre (24 heures chez la majorité des patients), « probablement en raison de l'extinction de la tempête de cytokine ».

Copier un acide aminé dont dépendent les virus pour les affamer

S’il ne souscrit pas aux standards internationaux de publication, cet essai a le mérite de mettre en lumière un potentiel traitement prometteur du SARS-CoV-2. Mais alors comment la simple prise orale d’un acide aminé pourrait-elle agir sur un virus aussi virulent ? Eh bien, pour se répliquer, certains virus dépendent d’un autre acide aminé, la L-arginine, dont la structure chimique est similaire à celle de la L-lysine. En complémentant le corps en L-lysine, le virus confond les deux acides, incorpore par erreur la L-lysine et meurt car il n’a plus suffisamment de L-arginine pour se reproduire.
La L-lysine se trouve en majorité dans les produits protéinés forts : viande, poisson, oeufs et donc... à priori, une nourriture comprenant suffisamment de protéines et digérée convenablement devrait en théorie, apporter suffisamment de L-lysine pour lutter efficacement contre la sévérité de chaque contamination... indépendamment de la souche (variant).
On peut raisonnablement considérer qu'1g/kg de protéine pure de masse corporelle ou équivalent de 4x en protéine cuite devrait être suffisants à la fois pour subvenir aux besoins du corps en lysine (A.A essentiel) et promouvoir ces fameux 2000mg nécessaires pour lutter contre la réplication du virus. Par exemple, une personne de 70kg devra ingérer 70g de protéine pure ou au moins 280g de viande ou autre protéine dite forte/jour.
Dès lors, l'infection devrait être plus préhensible par le système immunitaire et être plus facilement jugulée si tant est que l'organisme dispose des bons outils (micronutriments).

Liens utiles :

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Luc Sam 8 Mai 2021 - 10:09

darky35 a écrit:
Cette petite entreprise de biotechnologie, surtout connue pour avoir développé un vaccin contre l’herpès, a publié un résumé des résultats préliminaires obtenus avec une dose moyenne de 2 000 mg par jour 
Copier un acide aminé dont dépendent les virus pour les affamer
(...)
le virus confond les deux acides, incorpore par erreur la L-lysine et meurt car il n’a plus suffisamment de L-arginine pour se reproduire. (...)
La L-lysine se trouve en majorité dans les produits protéinés forts : viande, poisson, oeufs et donc... à priori, une nourriture comprenant suffisamment de protéines et digérée convenablement devrait en théorie, apporter suffisamment de L-lysine pour lutter efficacement contre la sévérité de chaque contamination... 
Intéressant, cette étude.
OK pour le processus (confusion par similitude de forme).
Mais si on apporte l'ensemble de la gamme des acides aminés (via la viande, ou un complément protéiné), il n'est pas certain que le virus sera leurré. Possible mais à confirmer.
NB: La lysine est l'acide aminé limitant des céréales. 
On trouve pas mal d'arginine dans la viande rouge. 
Mais pas sûr que ça fonctionne ainsi, avec un apport combiné, si pas de déficience créée. Ou alors le virus est vraiment con (possible), en plus d'être maladroit (réplication altérée).


Dernière édition par Luc le Sam 8 Mai 2021 - 10:49, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Testostérone et diabète type II

Message  Luc Sam 8 Mai 2021 - 10:11

*) Testostérone et diabète type II
L’hormone mâle : cause et solution du diabète de type 2 ?
Les chercheurs ont découvert il y a quelques années que la testostérone permet à l’orga­nisme de réguler les taux de glucose sanguin. Un déficit de cette hormone augmente ainsi le risque de diabète de type 2, ce qu’on observe particulière­ment chez les hommes plus âgés ou en surpoids.
Les chercheurs (1) se sont demandé si un traitement à la testostérone pourrait empêcher la progression de diabète ou inverser un diabète de type 2 précoce. Pour cela, ils ont suivi près de 20 000 hommes : 5 % ont reçu un placebo, les autres, un traitement à base de testostérone pendant deux ans. Le traitement a montré des effets positifs significatifs sur leur diabète.
Si les bienfaits sur le long terme doivent encore être confirmés, cette nouvelle voie préventive et thérapeutique, combinée à un programme d’hygiène de vie, pourrait faire des miracles sur cette pathologie métabo­lique qui se développe dans le monde entier. Rappelons que cette maladie chronique et silencieuse peut entraîner de graves complications. En France, on estime que de 20 à 30 % des adultes diabétiques ne sont pas diagnostiqués.
Source : SCE mai 2021
1. Prof Gary Wittert, MD, « Testosterone treatment to prevent or revert type 2 diabetes in men enrolled in a lifestyle programme (T4DM): a randomised, double-blind, placebo-controlled, 2-year, phase 3b trial. », The Lancet, January, 2021 DOI:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Multivitamines risqué ?

Message  Luc Sam 8 Mai 2021 - 10:12

*) Multivitamines risqué ?
Cure multivitamines : risquée, vraiment ?
Vitamine C, D ou zinc : dans le monde, 1 senior sur 4 au moins serait carencé d’un de ces nutriments pourtant essentiels. Or, on sait qu’ils jouent un rôle déterminant dans le maintien d’un système immunitaire efficace et participent à réduire les niveaux d’inflammation dans l’organisme. Pour prouver l’intérêt des complexes multivita­mines parfois décriés (à tort), des chercheurs (2) américains ont séparé un groupe d’adultes en deux : les premiers ont reçu une supplémenta­tion en multivitamines (A, B6, B12, C, D E, folates, fer, cuivre, zinc et sélénium) pendant 12 semaines, les autres, des placebos.
Les résultats sont sans appel : les premiers ont vu leur taux de vita­mine C augmenter de 126 % et le taux de zinc, de 43 %. Des données particulièrement intéressantes puisqu’elles ont été associées à une baisse significative des maladies déclarées dans le premier groupe, dans la durée (3 fois moins longue) et leur gravité (ratio de 3 à 6), par rapport aux personnes sous placebo.
Toutefois, l’étude précise que le choix d’un multivitamines de haute qualité reste indispensable pour constater de tels effets, sans édulco­rant, ni additif. Un geste de prévention sans risque auquel chacun de nous devrait penser. En cas de doute, parlez-en avec votre médecin.
Source : SCE mai 2021
2. « The Effect of a Multivitamin and Mineral Supplement on Immune Function in Healthy Older Adults: A Double-Blind, Randomized, Controlled Trial. », [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]   

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Retarder Parkinson

Message  Luc Sam 8 Mai 2021 - 10:12

*) Retarder Parkinson
Retardez Parkinson en mangeant… méditerranéen !
Gagner dix-sept ans avant l’apparition de Parkinson pour les femmes et huit années pour les hommes, cela paraît trop beau pour être vrai… Et pourtant ! Des chercheurs canadiens (3) viennent de confirmer la corrélation : manger méditerranéen ou adopter le régime MIND (qui combine un régime méditerranéen avec un régime DASH, en suppri­mant les produits transformés et l’excès de sel) aide à prévenir les maladies neurodégénératives comme Parkinson.
Une demi-surprise puisque de nombreuses études avaient déjà mis en lumière le rôle protecteur de ces régimes sur Alzheimer et la démence. Caractérisés par un apport élevé en fruits, légumes, grains entiers et « bonnes graisses », ces régimes pourraient toutefois avoir un impact différent selon le sexe, le MIND étant plus favorable à la santé cognitive des femmes.
Quoi qu’il en soit, bien nourrir son intestin pour bien nourrir son cerveau reste un des meilleurs axes de prévention de ces maladies neurodégénératives.
Source : SCE mai 2021
3. « MIND and Mediterranean Diets Associated with Later Onset of Parkinson’s Disease. », Movement Disorders 06 January 2021 DOI: 10.1002/mds.28464 

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty lectures SCE

Message  Luc Sam 8 Mai 2021 - 10:14

*) Lectures proposées par SCE. Mai 2021
1. Prévenir des maladies neurodégénératives grâce aux huiles essentielles
Rémy Le Jeune Éditions Quintessence, octobre 2020. 316 pages – 25 €
En s’appuyant sur des études scientifiques, l’auteur aborde l’origine des principales maladies neurodégénératives (Alzheimer, Parkinson ou sclérose en plaques) dont l’exposition à certains polluants environ­nementaux ou le lien avec certaines affec­tions gastro-intestinales. Les huiles essen­tielles sont présentées comme une solution pour contrecarrer les causes de ces mala­dies souvent peu connues du grand public. Grâce à des tableaux de synthèse, des formules d’aromathérapie et un répertoire de 60 huiles essentielles, vous serez à même d’approfondir vos connaissances pour prati­quer de manière rigoureuse l’aromathérapie et vous attaquer aux causes de ces maladies.
Commentaire NDLR : Le compte-rendu prend un méchant raccourci. Certaines HE permettront de rééquilibrer le microbiote, en plus de calmer l’inflammation de bas grade. On pourra aussi stimuler certaines voies hormonales (…)

2. Quand le ventre se prend (pour) la tête
Christian Boniteau Naturalia publications, décembre 2020. 184 pages – 25 €
« Chacun de nous détient les clés de sa vitalité » : voici le message de Christian Boniteau. Dans ce livre, il nous explique comment notre cerveau, nos attitudes mentales et nos comportements sont diri­gés par notre microbiote intestinal et nos hormones. En comprenant le fonctionne­ment de notre organisme, il est possible de mettre en place des solutions adaptées pour une meilleure santé globale. L’im­portance du rôle de nos intestins nous démontre que l’aliment n’est que peu de chose comparée au comportement alimen­taire. En appliquant des principes de natu­ropathie simples, l’auteur nous prouve que notre santé nous appartient.
 
3. Yoga et ayurvéda : le grand livre
Ricarda Langevin et Nathalie Ferron Éditions Leduc, mars 2021. 272 pages – 18 €
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Yoga et ayurvéda sont intimement liés et permettent de prendre soin autant du corps physique que de l’esprit. Au fil des pages, vous découvrirez l’anatomie et le fonc­tionnement de l’organisme selon les prin­cipes de l’ayurvéda. Les pratiques de yoga sont adaptées à chaque constitution, tenant compte des forces et faiblesses de chacun. Essayez-vous aux routines quotidiennes et saisonnières pour en finir enfin avec le stress ! Grâce à des conseils simples en alimentation ayurvédique. Vous appren­drez comment et quand faire une détox en fonction de votre Dosha. Un guide complet pour vous accompagner dans une démarche de santé saine et naturelle.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Serment d'hypocrite ouvrez les yeux !

Message  darky35 Sam 15 Mai 2021 - 9:57

Par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  rédigé le 24 mars 2021 à 14h32. Un article pas récent mais toujours d'actualité....

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Vous pensiez que c’en était fini du temps où les industriels influençaient généralistes et spécialistes à grand renfort de colloques, repas d’affaires et « réunions d’information » ? Depuis les scandales des statines ou du Mediator, vous imaginiez que des garde-fous avaient été mis en place pour éviter que les firmes pharmaceutiques aient une influence sur les médicaments que nous prescrivent nos médecins ?

C’est malheureusement le tableau inverse que nous brosse une compilation d’études parue il y a quelques temps dans la revue Annals of Internal Medicine grâce au financement de l’Institut national américain du cancer. Sur les trente-six études analysées, trente constatent que, consciemment ou inconsciemment, lorsqu’un médecin reçoit de l’argent d’un laboratoire, il agit plutôt en faveur de ce dernier ; comme le montrait également cette [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] fin 2020.

Médecine générale, cancérologie, immunologie : tous les domaines sont touchés

Prestations de conseil ou invitations à déjeuner entraînent les médecins concernés à prescrire des médicaments non seulement moins efficaces mais aussi plus chers et, cerise sur le gâteau, aux effets indésirables plus sévères. Cancérologie, immunologie, traitement de la douleur… Cette tendance est retrouvée quel que soit le domaine d’activité, comme ce fut le cas récemment aux États-Unis avec la crise des opioïdes qui a mené à des centaines de milliers de décès par overdoses liés aux pratiques poussives du laboratoire Purdue Pharma auprès d’un vaste réseau de médecins.

Les médecins Français mauvais élèves du conflit d'intérêts

Dix ans après le scandale du Mediator, la revue indépendante Prescrire déplore que « beaucoup de professionnels [français] semblent ne pas se sentir concernés par les dispositions sur la transparence et la gestion des conflits d’intérêts, n’ont pas changé leurs pratiques et acceptent, voire revendiquent, des liens d’intérêts » Partageant cet « amer constat », l’association Formindep (qui œuvre pour une formation médicale indépendante) demande qu’il soit désormais interdit en France de recevoir des paiements de la part des firmes du médicament et des produits de santé.
Va-t-il désormais falloir interroger son médecin sur ses liens avec les industriels avant de se laisser prescrire un traitement afin d’être sûr d’être conseillé de manière indépendante ? La question peut se poser.

En attendant, si vous vouhaitez vous informer sur les liens d'intérêts de votre médecin avec l'industrie, vous pouvez rechercher son nom dans la base de donnée [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dans laquelle doivent figurer tous les repas et autres frais touchés par les médecins français en lien avec les entreprises de ce secteur.
Je viens de vérifier une de mes gastro-entérologue + médecin traitant, ils palpent des avantages tels que repas (souvent 60 euros, voire jusqu'à certains avantages de type transport 1000 euros et + (voyage) en passant par des liens avec un tas de labos connus, la plupart étant des labos de médicaments et quelques autres des labos de compléments alimentaires. Ca peut représenter des sommes de plusieurs milliers d'euros/an pour des pointures en médecine. Euh moi j'appelle ça un pot de vin orienté conflit d'intérêts sur fond d'éthique professionnelle contraire au serment d'Hippocrate.
Test avec le Pr Raoult = aucune entrée correspondant à Raoult didier Alternative santé News 4179239413

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  darky35 Ven 28 Mai 2021 - 12:31

Par jean pierre Giess --> articles du même auteur [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Après plusieurs publications polémiques sur le sujet, la possibilité d’une intégration virale de fragments du coronavirus dans notre ADN semble désormais acceptée par une part de la communauté scientifique, à la suite d'une recherche publiée récemment dans le réputé journal PNAS.


L’intégration virale est un processus qui n’a rien de nouveau. On sait aujourd’hui que de nombreuses insertions de matériel génétique viral dans l’ADN d’espèces hôtes ‒ dont l’espèce humaine ‒ se sont produites depuis l’origine de la vie , et que celles-ci ont été, au moins partiellement, transmises par voie héréditaire. D’après les dernières données, près de 8 % du génome humain dériverait ainsi de virus, en particulier de rétrovirus.

L’intégration virale du coronavirus, une incertitude enfin levée ?

Pour en revenir au coronavirus, le postulat dominant jusqu’ici voulait que l’intégration de parties de son ARN dans l’ADN de son hôte ne s’applique pas au SARS-CoV-2. Mais voilà que fin 2020, une étude du célèbre MIT (Massachusetts Institute of Technology) infirmait cette hypothèse, suggérant que des fragments de matériel génétique du coronavirus peuvent s’intégrer dans l’ADN humain et persister dans l’organisme longtemps après l’infection, sans pour autant que ledit organisme puisse être considéré comme contaminant.
Dès sa prépublication, cette étude a provoqué une levée de boucliers pour deux raisons. D’une part elle a été accusée d’alimenter la fronde anti-vaccinale, et de pouvoir nourrir l’argument selon lequel l’ARN messager des vaccins...

Liens utiles :

  • [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Réponses du Dr VÉLOT aux questions les plus courantes relatives à la note d’expertise et la vidéo sur les vaccins anti-Covid

    Dans un article de l’Express intitulé « Vaccins modifiant notre génome : itinéraire d’une fake news », les deux auteurs laissent sous-entendre que selon vous, l’ARN des vaccins de Pfizer BioNtech ou Moderna pourrait s’insérer dans notre génome et nous transformer en OGM. Confirmez-vous cela ͍ »

    Je n’ai jamais dit que l’ARN pouvait s’intégrer dans l’ADN et donc dans nos chromosomes : je dis même clairement que ce n’est pas possible, tant dans ma note d’expertise que dans la vidéo. Quant au lien avec les OGM, c’est également une totale déformation de mes propos. Ma note d’expertise s’intitule « Note d’expertise grand public sur les vaccins ayant recours aux technologies OGM », ce qui n’a évidemment rien à voir avec le fait de nous transformer en OGM.Les vaccins génétiques à ARN (Pfizer-BioNtech et Moderna) ou à ADN (AstraZeneca, Sputnik V, ou Johnson & Johnson) sont effectivement des vaccins s’appuyant sur les biotechnologies (ou technologies OGM). Dans le premier cas, l’ARN vaccinal correspondant à la partie du matériel génétique de Sars-Cov2 codant la protéine de surface Spike, est un ARN de synthèse modifié pour augmenter sa stabilité, optimiser sa traduction en protéine Spike dans les cellules humaines, et optimiser l’immunogénicité de cette protéine. Dans le second cas (ADN), le vecteur utilisé pour délivrer le matériel génétique vaccinal dans les cellules de la personne à vacciner est un virus (adénovirus) génétiquement modifié dans lequel on a éliminé une partie de son propre matériel génétique responsable de sa virulence, laquelle a été remplacée par une copie ADN de l’ARN de Sars-Cov2 codant la protéine Spike. Et c’est bien pour cela que la directive européenne 2001/18 qui légifère les OGM a été modifiée en août dernier par le règlement européen 2020/1043 dont les articles 2 et 3 permettent à tout essai clinique de médicaments contenant des OGM ou consistant en de tels organismes et destinés à traiter ou à prévenir la Covid-19 d’échapper aux évaluations préalables sur la santé et l’environnement prévues pour les OGM.Les deux “journalistes” en question, qui n’ont même pas pris la peine de me contacter, sont au journalisme ce que Gérard Depardieu est à la diététique. En revanche, ce sont de toute évidence des experts en « fake-news »


_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Sel et potassium

Message  darky35 Dim 30 Mai 2021 - 10:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
Michel Dogna   rédigé le 15 avril 2014 à 17h14  

La preuve "sans équivoque" d'un lien entre le sel et l'hypertension a été officiellement apportée dans les années 70, date à laquelle un chercheur américain est parvenu, en effet, à provoquer de l'hypertension chez des rats en leur faisant manger l'équivalent humain de 500 g de sodium par jour !!! Voilà comment un détraqué de laboratoire a réussi à tourner la tête de l'ensemble du corps médical au sein duquel pas un médecin, pas un ponte n'a relevé la stupidité d'une telle étude. Depuis, des millions d'hypertendus ont gâché tous leurs repas pendant des années croyant que c'était indispensable à leur salut. Tâchons de rétablir la vérité sur le sel.


1 - C'est vrai le sel raffiné est tout simplement toxique

Il faut savoir que le sel raffiné blanc couramment vendu dans le commerce est toxique pour l'organisme, comme tous les produits chimiquement purs. Les produits purs n'existent pas dans la nature, et ce sont les micro-éléments qui annulent l'agressivité de la molécule de base. De plus, le sel est systématiquement ionisé, c'est-à-dire passé à la radioactivité gamma.
Du coup il est mort et n'a plus aucune valeur thérapeutique. Tous les alchimistes savent cela. Pour votre santé, vous devez acheter uniquement du sel de mer intégral bio qui contient la totalité des micros éléments de l'eau de mer, le nec étant la fleur de sel qui a été véhiculée et amassée par le vent.

2 - Mais c'est l'équilibre sodium/potassium le vrai problème

Il existe une pompe sodium-potassium au niveau des membranes cellulaires qui joue un rôle déterminant dans le maintien du potentiel de repos des cellules nerveuses, musculaires et cardiaques. Cette pompe permet d'échanger les ions sodium (Na+) issus du milieu intracellulaire avec les ions potassium K+ issus du milieu extracellulaire dans un rapport précis de 3 Na+ pour 2 K+.
Cette pompe est donc responsable du maintien du volume des cellules, celui-ci dépendant de leur hydratation. Les détails de ce mécanisme est un casse-tête de scientifiques que nous n'aborderons pas. Selon un article publié en 1985 dans la revue scientifique The New England Journal of Medicine, et intitulé "Paleolithic Nutrition", nos ancêtres chasseurs-cueilleurs consommaient 11 g de potassium par jour et 0,7 g de sodium. Cette proportion s'est aujourd'hui inversée, le régime moderne actuel apportant plutôt 2,5 g de potassium par jour et 4 g de sodium.
Si nous examinons le cas extraordinaire des Indiens Yanomami de l'Amérique du Sud, l'on constate que ces gens fascinants ne consomment pratiquement aucun sodium (sel de table), mais que chaque adulte absorbe environ 8,5g de potassium chaque jour. Ils sont incroyablement en forme et n'ont pas d'antécédents d'arthrite, d'ostéoporose, d'hypertension, ou de douleurs cardiaques.
Il faut garder en tête que chez les Indiens Yanomami, la pression sanguine moyenne est de 95/60 et n'augmente pas avec l'âge. Essayez de comparer avec la pression "normale" de l'AMA occidentale de 120/80 qui augmente ensuite rapidement alors que vous ingérez plus de sodium et perdez plus de potassium en vieillissant.
La seule différence significative entre les Yanomami et les américains ou les australiens est que les Yanomami sont bourrés de potassium santé, pendant que nous sommes bourrés de sodium toxique car raffiné. Les chercheurs ont aussi noté qu'un autre bénéfice pour les Yanomami était l'absence d'obésité, alors que  les adultes des populations industrialisées ont presque systématiquement un gain de poids avec l'âge.
Ces observations sont confirmées par le principe de l'équilibre Yin/Yang (qui a 5000 ans d'âge) Rappelons-nous : tout ce qui est YIN est mou, hydraté, sucré, doux, vaporeux, dilaté, antidote de la chaleur. Tout ce qui est YANG est dur, sec, salé, amer, compact, antidote du froid. Ainsi, par exemple, il est ainsi facile de comprendre que c'est une ineptie de se charger en sucreries en hiver si l'on ne veut pas se fragiliser aux maladies.
Dans le principe Yin-Yang de la macrobiotique, il est établi que le rapport harmonieux sodium/potassium est de 1 volume de sodium pour 5 volumes de potassium. C'est ce  rapport que l'on retrouve dans le riz (complet), qui est la référence absolue de l'équilibre alimentaire.

Qu'est-ce que l'hypokalmiémie ?




Ce sont les problèmes dus au manque de potassium, qui est essentiel dans de multiples régulations :

  • Fonctions cardiovasculaires et nerveuses,
  • contrôle des surrénales,
  • transfert des nutriments dans les cellules,
  • libération de l'énergie musculaire,
  • l'équilibre en eau,
  • récupération d'énergie,
  • soulagement des rhumatismes en forçant les acides à quitter les articulations,
  • élimination des déchets,
  • désensibilisation naturelle à la douleur,
  • contrôle des convulsions,
  • soulagement des migraines,
  • activation de guérison des contusions et blessures,
  • contrôle de la masse osseuse,
  • contractions musculaires (y compris le c?ur),
  • métabolisme des glucides,
  • nombreuses réactions enzymatiques,
  • synthèse des protéines.

Une complémentation en chlorure de potassium est donc indiquée dans les possibles problèmes suivants :

  • acidose de sang,
  • angine de poitrine,
  • arthrite rhumatoïde,
  • arthrite,
  • arythmie cardiaque,
  • calculs rénaux,
  • cataracte,
  • constipation,
  • crampes,
  • douleurs cardiaques,
  • faiblesse musculaire,
  • hypertension artérielle,
  • impuissance sexuelle,
  • infarctus et AVC,
  • ostéoporose,
  • problèmes de mémoire,
  • rétention d'eau,
  • soif continuelle,
  • ulcères et cancer de l'estomac.


Mais les lobbies pharmaceutiques n'aiment pas les gens en bonne santé



À cause des pressions soutenues des lobbies des multinationales pharmaceutiques, et en dépit de l'accès total et sans restriction à de réelles données scientifiques procurant de solides preuves de la carence étendue en potassium, la FDA a délibérément ignoré de spécifier l'ADR (l'apport Diététique Recommandé) en passant une loi restreignant le contenu en potassium de tous les médicaments alternatifs à la dose quotidienne ridicule de 100mg. (Ils ont fait la même chose avec la vitamine C).
Afin de garder les médecins sous le coude, la FDA ainsi que la AMA ont fait circuler de nombreuses histoires terrifiantes au sujet du potassium, dont la rumeur effrayante que "trop" de potassium va vous tuer en arrêtant votre coeur de battre, comme dans les cas d'exécution par injection mortelle (à part que l'on injecte carrément 50 ml de chlorure de potassium concentré dans les veines du condamné).
La voie d'entrée normale du potassium dans le corps est par la bouche, soit sous forme de nourriture, ou quelquefois sous forme de solution faite de chlorure de potassium hydrosoluble à 100% dissout dans du jus de fruit. Quand le potassium passe par le transit digestif, les cellules extraient ce dont elles ont besoin et l'excédent est ensuite rejeté hors du corps, partiellement comme déchet solide, mais surtout par les reins sous forme d'urine.
Les scientifiques dignes de ce nom conviennent que les besoins quotidiens en potassium pour un adulte se situent entre 3,2 et 4,7 g, mais l'apport moyen par la chaîne alimentaire est maintenant de seulement 1,5 à 2 grammes par jour, représentant globalement un manque journalier de 1,7 g, ceci en raison des engrais chimiques qui carencent les récoltes.
Le rapport pondéral potassium / chlorure étant de 1,6, cela nous donne un apport nécessaire en chlorure de potassium allant de 5 à 7,5 g par jour. Des études ont été faites en double aveugle au long court avec des vétérans militaires qui ont été partagés en 2 groupes : le premier a été nourri avec du sel enrichi en potassium et l'autre avec du sel ordinaire. Dans le premier groupe, le niveau de potassium sanguin a augmenté de 76% ; dans le  2ème groupe, il a diminué de 17%.
De plus, ils ont constaté que dans le 1er  groupe, la mortalité par maladie cardio-vasculaire avait diminuée de 40% par rapport au 2ème  groupe témoin.

Des bons pourvoyeurs de potassium



Comment vous assurer d'avoir ces deux nutriments dans une meilleure proportion ?
Abandonnez les plats préparés et la nourriture transformée industriellement, au profit d'aliments frais, entiers, et si possible cultivés biologiquement pour assurer une bonne densité en minéraux. Ce type de régime vous apporte naturellement de plus fortes doses de potassium que de sodium. Hélas, environ 80 % des apports de sel (sodium) de la population française viennent aujourd'hui de la nourriture industrielle : pain, lasagnes, pizzas surgelées, plats préparés, conserves mais aussi biscuits et céréales du petit-déjeuner.
Et cela vaut aussi pour la restauration rapide (snacks, sandwicheries, pizzerias, kebabs, fast-foods américains...) Tous les fruits et légumes sont de bonnes sources de potassium, mais certains sont  évidemment meilleurs que les autres :

  • Haricots blancs cuits : 1189mg pour une tasse de 250 ml.
  • Haricots de soja, cuits : 970mg  toujours pour une tasse
  • Pommes de terre avec la peau :1081mg pour environ 175 g
  • Pommes de terre épluchées : 610mg pour environ 175 g
  • Lentilles et pois cassés : Autour de 700mg pour une tasse.
  • Tomates en purée : 580mg pour une 1/2 tasse..
  • Courges : 900mgr pour une 1 tasse
  • Epinards : 886mg pour une 1 tasse
  • Artichaut : 425mg pour un artichaut moyen (pauvre)
  • Banane : 422 mg pour une banane (pauvre)

Mais il y a aussi en outsiders : les fruits secs comme les figues, papaye, brocolis, choux de Bruxelles, patates douces, avocats, asperges, potiron.

Que faire dans l'urgence de pathologies sévères dues à la carence en potassium ?



Se procurer en pharmacie ou sur Internet du Chlorure de potassium pur en poudre.
Peser avec une balance ménagère électronique de précision 3 g de chlorure de potassium à dissoudre dans de l'eau (c'est salé et un peu amer) ou dans un jus de fruit… recommencer toutes les 8 h, ce qui donne 3 fois par 24 h. Les soulagements doivent apparaitre au moment où vos carences en potassium sont normalisées.
Ensuite passez en mode d'entretien. Parallèlement, il vous faudra saler le moins possible en sel ordinaire. Attention, si vous êtes insuffisant rénal, réduire prudemment les doses afin qu'il ne se produise pas de phénomène d'accumulation pouvant nuire au coeur.

Puis en mode d'entretien



- Solution "complément alimentaire" : passer les 3 g de chlorure de potassium à 1 seule fois par jour
- Solution naturelle : Revenir à une alimentation raisonnée, basée sur des produits identifiables, frais, et si possible bio, est le moyen le plus efficace de retrouver la santé, pour consommer moins de sodium, et plus de potassium.
Heureusement qu'il y a aujourd'hui un fort courant d'agriculteurs Biologiques pour redonner aux fruits et légumes les vitamines et les minéraux qu'ils devraient toujours avoir.

Deux dernières choses



1 - Penser que si vous êtes sous diurétiques, laxatifs permanents, sous certains médicaments, ou bien soit anorexique ou boulimiques, vous êtes automatiquement en carence potassium. 2 - Savoir que plus on sale les aliments (sel de cuisine), plus il faut compenser en sel de potassium pour respecter la proportion 5 pour 1.
Michel Dogna

Un témoignage étonnant : angine de poitrine et manque de potassium



Je vous livre, en complément de l'article ci-dessus, cet étonnant témoignage d'un Australien. "Depuis plus de 25 ans je souffre "d'hypertension essentielle", en d'autres mots une pression sanguine élevée que la fraternité médicale ne peut expliquer.
Durant cette période environ 8 médecins différents m'ont donné une variété impressionnante de "médicaments brevetés", aucun ne produisant une réduction stable de la pression sanguine, même si en deux occasions notables les médicaments causèrent de "mauvaises réactions" qui diminuèrent ma pression sanguine si basse et si soudainement, que ma femme pouvait à peine la prendre.
Jamais durant cette période de 25 ans un médecin n'a suggéré qu'il pourrait être une bonne idée de mesurer mon niveau d'électrolytes séreux, afin de détecter une carence en potassium. Comme vous pouvez l'imaginer, toute cette période m'a grandement désillusionné de la profession médicale.
Vers la fin de 2003 j'ai commencé à ressentir les symptômes classiques de l'angine de poitrine, ce qui, les six semaines suivantes, progressa rapidement en "angine instable", une condition documentée qui implique un modèle de douleur à la poitrine et au dos accéléré ou "crescendo" qui dure plus longtemps que l'angine de poitrine  ordinaire.
Elle était accompagnée d'un manque de souffle aigu, surtout après un effort même modéré ou un petit repas d'hydrates de carbone. Le fait que la profession médicale ignorait la cause de l'"angine de poitrine" me rendait furieux, parce que tout sur cette planète est causé par autre chose. Mes connaissances de base de la chimie m'indiquaient que je pouvais souffrir d'une surdose de sodium, alors bien qu'en extrême douleur et quelquefois à peine conscient, j'ai réussi à me brancher à Internet et à faire quelques recherches dans Google.
Les seules surdoses de sodium que je pus trouver étaient celles causées par différents médicaments synthétiques, alors j'ai inversé mon modèle de recherche et essayé "manque de potassium" à la place. C'est à ce moment que j'ai découvert que mes symptômes médicaux d'"angine de poitrine" concordaient précisément avec ceux présentés par une personne souffrant d'une carence en potassium aigue. Cette information vint sans grande surprise.
En plus, j'avais découvert les causes fondamentales de l'angine médicale, cette dernière responsable de la vente de plus d'un milliard en chiffre d'affaire de "médicaments brevetés" synthétiques chaque année. Le problème était de savoir quoi faire par la suite. En Australie j'étais limité à des comprimés de potassium de 100 mg chez le marchand d'aliments naturels, ou à un produit appelé "Slow K" disponible dans certaines pharmacies.
En fait Slow K est un amas de chlorure de potassium à libération lente, qui permet à une dose de potassium soi disant "non mortelle" d'être administrée sous le contrôle direct du comprimé, plutôt que sous le contrôle du destinataire. Le problème ici est que tous les morceaux de sel sont biochimiquement "chauds", ceci signifiant que quand l'enrobage de sucre disparaît de la surface du comprimé, le morceau de sel non dissout est exposé, et peut ensuite venir en contact direct avec les délicats tissus internes.
À mon avis, ceci pourrait facilement causer certains types de perforations ou un ulcère. Clairement ce dont j'avais besoin était une quantité industrielle de potassium pour circulation libre en forme 100% hydrosoluble, ce qui devait me permettre de dissoudre d'abord le potassium dans de l'eau et du jus de fruits.
Je me suis finalement décidé pour un kilogramme de sel de chlorure de potassium de grade AR (Analytical Reagent) provenant d'un entrepôt de produits chimiques, heureusement pas encore sous le contrôle direct de la FDA américaine, ou l'AMA australienne.
Ceci était également un bon choix économique puisque le kilogramme entier ne m'a coûté qu'un petit 30$ US incluant les taxes, ce qui est peu coûteux quand vous réalisez que mon achat de chlorure de potassium contenait approximativement 620 grammes du même potassium que celui que la FDA avait restreint à 100 mg par dose dans les magasins d'aliments naturels.
À ce moment j'avais tellement de douleur et tellement souvent que je pris une décision personnelle d'accumuler lentement un minimum de 50 grammes de potassium, ce qui représente environ un cinquième des 250 grammes qu'un homme adulte devrait contenir au total dans son corps. Bien franchement, j'étais prêt à tout pour arrêter la douleur envahissante avant qu'elle n'ait une chance de se précipiter en attaque cardiaque fatale.
Avec ceci en tête, j'ai dissous 4 grammes de chlorure de potassium dans de l'eau et du jus de fruits, lentement avalé le tout, et ensuite je me suis mis à répéter ce processus toutes les 8 heures. Après environ 5 jours, la plus grande partie de la douleur avait disparu, mais j'étais encore incapable de pensées vraiment cohérentes.
Ce n'est pas avant d'avoir atteint la recharge de 110g que mes facultés revinrent véritablement. Exprimé dans les mêmes termes que ceux utilisés par la FDA, en 10 jours j'ai lentement ingéré 68 grammes de potassium dissous, soit 78 fois la quantité maximum permise par la législation américaine.
À la fin de la période de 10 jours, toutes mes douleurs « d'angine instable » et mon manque de souffle s'étaient complètement évaporés, et en même temps la plupart de «  l'hypertension essentielle » qui me tourmentait depuis plus de 25 ans.
Aujourd'hui je prends une dose de maintenance quotidienne de 2 g de potassium par jour (3,2 g de chlorure de potassium de grade AR), plus 200 mg d'orotate de magnésium pour minimiser les pertes. J'espère que ce partage d'expérience pourra aider voir sauver de nombreuses personnes."
Privilégier plutôt une forme de potassium moins problématique que le chlorure : nous avons suffisamment de chlorures dans l'alimentation par le biais des aliments acidifiants et le chlore est un halogène pouvant prendre la place de l'iode dans la thyroïde et donc entraver la production d'hormones thyroïdiennes --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Gaffal Mar 1 Juin 2021 - 16:51

+1 pour le citrate de potassium
       sauf un detail ,  il à tendance à cristalliser en masse
Gaffal
Gaffal
Accro
Accro

Messages : 248
Date d'inscription : 21/04/2018
Localisation : lot

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Luc Mar 1 Juin 2021 - 17:51

Gaffal a écrit:+1 pour le citrate de potassium
       sauf un detail ,  il à tendance à cristalliser en masse
Merci pour le tuyau (oxydation).
=> Privilégiez pour l'usage annuel 750 gr, si on ajoute 2 gr par jour pour atteindre 4500 mg (AJR).
Davantage si régime protéiné.
Edit: +/ 33 % de potassium élément. => Si 2 gr / jr pris => 2 kg / an nécessaire.


Dernière édition par Luc le Mer 2 Juin 2021 - 8:54, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  darky35 Mer 2 Juin 2021 - 0:45

Je ne note aucune oxydation de mon citrate pour le moment, ni de changement de couleur, d'odeur.
Mais je remarque que pas mal de produits en cristaux tels la glycine ont tendance à s'agglomérer et le seul avec lequel ça semble poser un problème qualitatif (et encore...) est la choline bitartrate (changement de couleur = orange). Astuce : je prélève une petite quantité (fonction de mon usage dans les jours qui viennent) dans le pot originel que je place ensuite au frais (mais pas au frigo) et si possible dans un endroit sombre (placard), je dispose ensuite la quantité prélevée dans un autre pot.
Il faut partir du principe que les produits sont souvent sensibles à la lumière (notamment l'acide L-ascorbique) et les expositions répétées nuisent potentiellement à la qualité, donc ouvrir le pot 3x/jour comme je le fais nécessite de tricher un peu pour la conservation.

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Gaffal Mer 2 Juin 2021 - 7:32

Non pas d' oxydation
mais plutot affinité pour l' humidité , comme beaucoup de sels...
  donc rien de bien grave
malgrés que je n' ouvre que rarement le pot principal
même methode que toi , Darky.

Comme pour tout potassium , j' ai aussi verifié sa radioactivité  ( isotope 40 )
ok produit de qualité , elle est à peine 10% superieure à l' air ambiant ...
Gaffal
Gaffal
Accro
Accro

Messages : 248
Date d'inscription : 21/04/2018
Localisation : lot

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty La censure est une pathologie évoluant à bas bruit...

Message  darky35 Dim 12 Sep 2021 - 15:41

Abonné à Alternative santé, une revue qui tourne autour de la médecine holistique, j'ai reçu ce matin par email : Je reporte ici l'intégralité du texte dès fois que...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
12 septembre 2021
Humeur : en colère
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Chers lecteurs, 
Nous souhaitions vous informer de quelques difficultés que nous rencontrons depuis près d’un an. Depuis le début de la pandémie, les géants d’internet exercent au nom de la lutte contre la « désinformation » une censure croissante sur les contenus informationnels considérés comme déviant de l’orthodoxie médicale (médecines douces, remèdes naturels, etc.) ou exprimant des points de vue critiques sur les mesures sanitaires. 

Mais il semblerait que cette politique de lutte ait quelques failles et produise des dégâts collatéraux : en tout cas, elle nous touche de plein fouet. 

Nous pensons qu’il est devenu vital de vous informer des difficultés que nous rencontrons dans l’exercice quotidien de notre métier. Une fois n’est pas coutume, nous allons vous dévoiler l’envers du décor.

En décembre dernier, le principal moteur de recherche d’internet a modifié son algorithme sur les questions de santé. Résultat immédiat : alors qu’il était stable et même en forte hausse durant les mois précédents, le nombre de visiteurs sur notre site internet a chuté de 60 % en trois jours

De plus de la moitié. En trois jours.  
Notre trafic n’est, depuis, jamais remonté.


Pourquoi ? Impossible de la savoir, car ce moteur de recherche qui a le quasi-monopole de la recherche sur internet (+ de 90 % des recherches en France), divulgue au compte-goutte les « secrets de fabrication » qui nourrissent son intelligence artificielle. Et bien sûr, aucun recours n’est possible face aux décisions de cette entreprise privée. 

Faites le même test que nous avons fait hier : tapez dans votre barre de recherche « alternative santé » et le nom du virus qui paralyse le monde depuis deux ans. Vous constaterez que, à part la mention de notre rubrique dédiée au thème, aucun des plus de 80 articles que nous avons consacrés à cette question ne se trouvent dans les huit premières pages de recherche

Aucun.
Pourquoi ? On ne sait pas. 

Notre ligne éditoriale n’a pourtant jamais changé, nous continuons à analyser les évènements et recherches scientifiques en nous appuyant sur des sources fiables que nous ne manquons pas de citer. Nous essayons de nous poser les bonnes questions, sans filtres, mais toujours de manière collégiale au sein de la rédaction. Nous pesons nos mots. 

Sur les réseaux sociaux, on constate la même chose. Nos posts n’ont heureusement jamais été supprimés d’office (sauf une fois, pour un article sur l’importance de la vitamine D en ce moment, s’appuyant également sur de nombreuses références scientifiques…), mais semblent beaucoup moins relayés. Alors que le nombre de nos « fans » ne cesse d’augmenter sur lesdits réseaux sociaux, celui du nombre de personnes qui voient passer nos articles dans leur fils d’actualité ne cesse, lui, de diminuer… Pourquoi ? on ne sait pas. S’agit-il de shadow banning, cette pratique qui consiste à limiter l’audience d’une personne par la magie des algorithmes tout en maintenant l’apparence du pluralisme ? Peut-être, impossible d'en avoir le cœur net.

Même notre newsletter hebdomadaire est impactée par le « climat actuel ». Nous constatons régulièrement que lorsque nos lettres d’information contiennent des mots perçus comme « à risque », elles n’arrivent tout simplement pas à leurs destinataires ; c’est-à-dire à vous, nos abonnés, qui ont fait le choix de nous lire ! C’est ainsi que deux grands opérateurs mails ont récemment décidé, d’autorité, que vous ne deviez pas lire une de nos lettres concernant les [insérer un mot qui rime avec tocsins]. Si exactement la même lettre vous avait été envoyée par un grand quotidien national, l’auriez-vous reçu ? Très probablement. Les opérateurs, qui décident pour vous de ce que vous pouvez lire ou non, appellent ça pudiquement la « délivrabilité ». 

Sommes-nous donc dorénavant interdits d’utiliser certains mots, au risque que vous ne receviez tout simplement pas nos emails ? Va-t-il bientôt falloir communiquer avec vous en morse pour que les informations importantes qu’on souhaite vous transmettre ne soient pas « bloquées pour votre bien » ?

Que ce soit sur les moteurs de recherches, les réseaux sociaux ou les newsletters, il semblerait que certains médias soient plus légitimés que d’autres. Les médecines naturelles n’ont certes jamais été mises à l’honneur, encore moins dans cette période, mais de là à être mis à l’index et sanctionnés aussi durement, nous ne nous y attendions pas. Face à ce qui ressemble furieusement à une mise en quarantaine forcée, nous sommes déterminés, mais disons-le franchement un peu épuisés et surtout très inquiets… 

Sommes-nous en train de payer chèrement notre indépendance et notre liberté de ton ? Une chose est certaine : depuis la naissance d’Alternative Santé il y a une trentaine d’années, en tout cas jamais la pression à « rentrer dans le rang » n’a été si forte.  

Nous voulons tenir envers et contre tout, mais nous ne pouvons pas le faire sans vous. 

Comment nous aider concrètement ? 

D’abord : montrez votre soutien en vous abonnant à notre journal ! 

Nous fonctionnons comme vous le savez sans publicité, et ne pouvons continuer à vous informer que grâce à vos abonnements.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
OU
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Si nos articles vous intéressent et si vous êtes attaché à une presse pluraliste qui présente d’autres points de vue et défend une autre vision de la santé, franchissez le pas et abonnez-vous aujourd’hui pour avoir accès à tous les articles des numéros à venir.  

Pour ceux qui ne souhaitent pas s’abonner ou ne peuvent pas s'abonner, mais qui veulent continuer d’être informés par le biais de nos articles gratuits, quelques gestes de votre part pourraient nous être d’une grande aide :

  • Transférez ce message ainsi que nos newsletters à vos contacts soucieux de leur santé et de leur liberté d’information.
  • Allez régulièrement sur notre site internet 
  • Cherchez directement les articles qui vous intéressent sur notre site internet plutôt que d’utiliser les moteurs de recherche. 
  • Mettez notre adresse email d’envoi de newsletter (contact@newsletter.alternativesante.fr) dans votre carnet d’adresses. 
  • Ouvrez le plus possible nos newsletters quand vous les recevez pour réaffirmer à nos chers algorithmes que, si si, vous voulez continuer à nous lire. 
  • Partagez nos articles sur les réseaux sociaux.


D’avance merci pour votre soutien à Alternative Santé et, plus largement, pour le pluralisme de la presse et la diversité des points de vue !

La rédaction d'Alternative santé
Quand ? Quand le gouvernement arrêtera t'il de nous prendre pour des cons ?

Réponse : quand nous arrêterons d'être des imbéciles, probablement... Rolling Eyes 
Tant que ça marche et qu'une majorité de la population se comporte en béni oui oui...

_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Proserpine Lun 13 Sep 2021 - 11:46

darky35 a écrit: Quand le gouvernement arrêtera t'il de nous prendre pour des cons ?

Réponse : quand nous arrêterons d'être des imbéciles, probablement... Rolling Eyes 
Tant que ça marche et qu'une majorité de la population se comporte en béni oui oui...

Rêvons un peu... Si les gens apprenaient à dire "non", à boycotter....

_________________
Il ne faut pas demander que les événements soient comme tu le veux, 
mais il faut les vouloir comme ils arrivent .

Épictète


Ne jamais renoncer
Proserpine
Proserpine
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1633
Date d'inscription : 19/12/2015
Age : 66
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Youtube censure

Message  darky35 Dim 3 Oct 2021 - 16:08

Un peu dans le même ordre d'idée que mon précédent post : on peut s'interroger de savoir s'il est normal que la censure protège certains intérêts notamment à l'insu des lecteurs et si les "patrons de presse" et autres "dirigeants numériques" n'agissent pas par copinage avec les enjeux politico-économiques...

Comme disait sagement feu mon grand père "c'est bonnet blanc et blanc bonnet, la politique c'est un panier de crabes"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] > YouTube supprime les vidéos remettant en question l’efficacité ou la sécurité des vaccins approuvés par les autorités.


rédigé le 30 septembre 2021 à 15h59
Article 100% numérique  
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L’entreprise YouTube a annoncé ce mercredi 29 septembre qu’elle supprimera désormais de sa plateforme toutes les vidéos de « désinformation médicale » traitant des « vaccins approuvés et considérés comme sûrs » par les autorités médicales locales et l’OMS, et pas uniquement celles concernant les vaccins contre le Covid-19.

"Les contenus qui prétendent faussement que les vaccins approuvés sont dangereux et provoquent des effets chroniques sur la santé, qui affirment que les vaccins ne réduisent pas la transmission des maladies ou le fait de contracter des maladies ou qui contiennent des informations erronées sur les substances contenues dans les vaccins seront supprimés" , a expliqué l’entreprise dans son [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Et de préciser à titre d’exemple : "cela inclut les contenus qui affirment à tort que les vaccins approuvés provoquent l’autisme, le cancer ou l’infertilité, ou que les substances contenues dans les vaccins peuvent tracer les personnes qui les reçoivent ."
En revanche, YouTube annonce que ne seront pas supprimés "les contenus sur les politiques de vaccination, les nouveaux essais vaccinaux et les succès ou les échecs historiques des vaccins" , tout comme les témoignages personnels sur la vaccination tant que ceux-ci respectent le règlement de la plateforme.

Le site appartenant à Google affirme avoir effacé depuis un an plus de 130 000 vidéos qui promouvaient des informations non validées par les autorités sanitaires au sujet des vaccins contre le Covid-19, mais souhaite désormais étendre sa politique à tous les vaccins commercialisés actuellement.
Le journal américain [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]relate qu’ont d’ores et déjà été supprimées de la plateforme les chaines YouTube de nombreuses personnalités connues pour leurs critiques virulentes des vaccins ou des politiques vaccinales tels que l'avocat américain Robert Francis Kennedy Jr ou son association Children's Health Defense.
Le réseau social Twitter, appartenant également à Google, semble bien décidé à lui emboiter le pas. En effet, le journal Le Parisien [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]que "plusieurs comptes Twitter anti-vaccins très suivis ont été suspendus par le réseau social ces derniers jours et ils ne pourront plus colporter leurs messages parfois complotistes ou factuellement erronés à leurs dizaines de milliers d’abonnés. On peut citer, notamment @le_general_off (plus de 60 000 « followers ») et @L_infirmier_ (près de 55 000)"
En juillet dernier, le président américain Joe Biden avait déclaré que les réseaux sociaux étaient en partie responsables de la désinformation concernant les vaccins et les appellait à en faire plus sur le sujet. Il semble avoir été entendu !


  • A quand nous pondre une loi "spéciale COVID" qui autorise des mesures draconiennes (de sanction notamment), contre le (s) auteurs de propos jugés inexacts sur la toile ?
  • Certains comptes de réseaux sociaux de personnes publiques ont étés manipulés en background sournoisement (trafficotages des algorithmes de recensement entre autres...), en vue de baisser les chiffres de visites, donc la cote de popularité. Et maintenant on les suspend carrément...
  • En mauve dans l'encadré ci-dessus --> à qui ça profite ?


_________________
|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1500
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 55
Localisation : Au crottarium ou au crottodrome ça dépend...

Revenir en haut Aller en bas

Alternative santé News Empty Re: Alternative santé News

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum