Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Achat de vitamine C et caractéristiques
par Luc Aujourd'hui à 13:45

» Où achetez-vous vos compléments alimentaires ?
par Luc Aujourd'hui à 11:37

» Histoire drôle en image & Funny clip 10
par Luc Hier à 21:47

» Analyse thyroïde
par Matogato Hier à 20:48

» Thyroïdite d’Hashimoto, un fléau mondial
par darky35 Hier à 9:53

» Spiruline, chorella et problèmes respiratoires
par Luc Mar 12 Oct 2021 - 8:49

» L'argile qui guérit - Raymond Dextreit
par Luc Lun 11 Oct 2021 - 21:13

» Bon anniversaire Matogato
par Matogato Jeu 7 Oct 2021 - 9:40

» Spaghettis de courgette crue, tomate fraîche basilic, ail, huile d'olive.
par Flo Mer 6 Oct 2021 - 15:11

» coronavirus et vaccination
par Flo Mer 6 Oct 2021 - 12:11

» Laissez-moi sortir
par Flo Mar 5 Oct 2021 - 20:10

» Comment lutter contre la psychose collective
par Flo Mar 5 Oct 2021 - 12:28

» Joyeux anniv Mezame
par Mezame Dim 3 Oct 2021 - 22:27

» Alternative santé News
par darky35 Dim 3 Oct 2021 - 16:08

» Coronavirus - actualités
par darky35 Ven 1 Oct 2021 - 0:46

» Fascias Libérés, Santé retrouvée.
par Flo Lun 27 Sep 2021 - 15:55

» La respiration
par Luc Lun 27 Sep 2021 - 11:00

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par darky35 Ven 24 Sep 2021 - 13:27

» Arthrose: Mécanismes d'apparition-Alternatives aux anti-inflammatoires
par Luc Mer 22 Sep 2021 - 11:58

» Infos santé. Divers SCE 2
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 20:59

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par darky35 Dim 19 Sep 2021 - 11:57

» Intolérance: Le syndrome d’activation mastocytaire
par darky35 Dim 19 Sep 2021 - 11:34

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 10:26

» Tactique Coronavirus
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 10:21

» Bon anniversaire Herode
par Proserpine Jeu 16 Sep 2021 - 10:36

» Bon anniversaire Florence
par Nell74 Ven 10 Sep 2021 - 14:46

» Bon anniversaire Anthodu89
par Anthodu89 Jeu 9 Sep 2021 - 9:41

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Luc Dim 5 Sep 2021 - 18:00

» Prostate: Traitement naturel de l'hyperplasie bénigne
par Luc Sam 4 Sep 2021 - 10:54

» Omega-3 : Comment choisir ?
par Luc Sam 4 Sep 2021 - 9:26

» Dossier arthrose et compléments
par Luc Dim 29 Aoû 2021 - 19:33

» Avis sur chrondo , gluco et msm
par Luc Dim 29 Aoû 2021 - 18:57

» Impact de la vit D sur les cellules Treg
par Luc Mar 24 Aoû 2021 - 11:12

» La Vitamine D module la réponse du système RAAS.
par Luc Lun 23 Aoû 2021 - 12:15

» Vitamines B Complexes & Dioxyde de titane ...
par Luc Mer 18 Aoû 2021 - 22:10

» Thé vert et prévention AVC et Alzheimer
par Luc Mar 17 Aoû 2021 - 22:16

» Vous voyez flou, des taches apparaissent: DMLA ...
par Luc Sam 14 Aoû 2021 - 11:05

» darky35-Journal de suivi sibo hydrogène/méthane
par Luc Jeu 12 Aoû 2021 - 7:48

» Bicarbonate et inflammation - Mise au point
par Luc Lun 9 Aoû 2021 - 12:31

» Découverte du mécanisme causant le syndrome du côlon irritable
par darky35 Ven 6 Aoû 2021 - 14:15

» Crampes & ions mal équilibrés
par Luc Mer 4 Aoû 2021 - 10:58

» Quel airco choisir?
par Luc Lun 2 Aoû 2021 - 10:11

» Divers 1 - Santé et écologie
par Luc Dim 1 Aoû 2021 - 7:53

» Infos santé. Divers SCE 1
par Luc Sam 31 Juil 2021 - 9:00

» Divers 1: Économie & politique.
par Luc Sam 31 Juil 2021 - 8:19

» Vitamines de grossesse pas indispensables
par Luc Mer 28 Juil 2021 - 10:01

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Nell74 Jeu 22 Juil 2021 - 17:00

» Bon anniversaire lmichelle
par Luc Mer 14 Juil 2021 - 11:11

» Comprendre les fascias
par Luc Ven 9 Juil 2021 - 9:47

» La minute du rire 1
par Luc Ven 25 Juin 2021 - 18:45

» Cancer : avec le sport, combattez plus fort !
par Luc Jeu 24 Juin 2021 - 9:55

» Promo Bulkpowder
par Luc Lun 21 Juin 2021 - 16:49

» Dialogue intestins/cerveau
par Luc Mer 16 Juin 2021 - 9:16

» Anti calcaire & Salle de bain propre ?
par Luc Sam 5 Juin 2021 - 7:41

» Bon anniversaire Chantal
par Chantal Dim 30 Mai 2021 - 8:19

» Cancer (myélome)
par darky35 Ven 28 Mai 2021 - 11:55

» Coco boisson
par Luc Lun 24 Mai 2021 - 9:26

» compléments protéinés en poudre
par darky35 Ven 21 Mai 2021 - 0:04

» Retour d'expérience commande douane
par Luc Sam 15 Mai 2021 - 8:25

» Bon anniversaire Céline 57
par Luc Ven 14 Mai 2021 - 13:21

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Jeu 13 Mai 2021 - 17:35

» Calmer le psoriasis de l'intérieur par le dr raphaël Perez
par Anthodu89 Mar 11 Mai 2021 - 9:49

» Bon anniversaire breizh29
par Proserpine Sam 8 Mai 2021 - 11:19

» Bonsoir à tous - letruc
par Anthodu89 Ven 7 Mai 2021 - 8:12

» HE et lombalgie
par Luc Lun 3 Mai 2021 - 9:46

» Détox ML: Quels suppléments?
par Luc Dim 2 Mai 2021 - 10:05

» Vaccins & hydroxyde d'aluminium
par Luc Sam 1 Mai 2021 - 11:05

» Bon anniversaire Patiloup
par patiloup Ven 30 Avr 2021 - 16:39

» Quels Probiotiques pour les Allergies, les Colites et Autres Pathologies
par Luc Mar 20 Avr 2021 - 7:50

» Divers inclassables
par Proserpine Sam 10 Avr 2021 - 14:50

» chien fan de Météo
par Luc Lun 5 Avr 2021 - 15:37

» Voie de détoxification & CYP450
par Luc Lun 5 Avr 2021 - 10:44

» Allergies et Huiles essentielles
par Luc Dim 4 Avr 2021 - 13:08

» 50% des gens souffrent d'inflammation des gencives
par Luc Mar 30 Mar 2021 - 9:04

» Changement d'heure
par Luc Dim 28 Mar 2021 - 11:16

» Hospitalisation et HE – Prévention contre les Germes
par Luc Dim 28 Mar 2021 - 10:06

» Les AG saturés – À contre-courant
par Luc Sam 27 Mar 2021 - 11:23

» Hypo-thyroïdie malgré des analyses normales
par Luc Ven 26 Mar 2021 - 10:14

» 10 excellentes raisons d’utiliser les huiles essentielles « antibiotiques ».
par Luc Mar 9 Mar 2021 - 10:22

» Nigelle & miel combinés - Bénéfices santé
par Luc Ven 5 Mar 2021 - 17:12

» Notre équipe
par Luc Jeu 4 Mar 2021 - 19:52

» Joyeux anniversaire, Mirzoune,
par Anthodu89 Mar 23 Fév 2021 - 10:02

» Blagues et histoires drôles. Halte aux inquisiteurs 1 !
par Luc Dim 21 Fév 2021 - 11:39

» Qu’est-ce qui rend la taurine si importante ?
par Luc Mar 16 Fév 2021 - 12:37

» Quelle eau minérale choisir ?
par Luc Ven 12 Fév 2021 - 12:57

» Bonjour à tous, de lyn fm
par Proserpine Jeu 11 Fév 2021 - 15:06

» Présentation frim1
par darky35 Mar 9 Fév 2021 - 10:39

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Lun 8 Fév 2021 - 9:40

» Maladie de Dupuytren
par Luc Lun 8 Fév 2021 - 9:28

» Bon anniversaire Laure
par Proserpine Sam 30 Jan 2021 - 10:06

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Luc Ven 29 Jan 2021 - 19:33

» Bon anniversaire Proserpine
par Proserpine Mar 26 Jan 2021 - 17:44

» Joyeux anniversaire Keditchi
par Luc Mar 19 Jan 2021 - 10:40

» Vit K Mk4 Vs Mk7 update 02 2020
par Luc Mar 12 Jan 2021 - 11:05

» La sérotonine comme booster ou downer?
par darky35 Lun 11 Jan 2021 - 10:54

» XTRA-PC redonne une jeunesse à votre PC en un instant
par darky35 Sam 9 Jan 2021 - 15:39

» Bon anniversaire MichelDoc
par darky35 Jeu 7 Jan 2021 - 11:58

» Avant d'aller dormir...
par Proserpine Lun 4 Jan 2021 - 15:15

» Joyeuses fêtes à tous
par Hérode Sam 2 Jan 2021 - 10:18

Le deal à ne pas rater :
Nintendo Switch OLED + Joy-Con à 319€ + 50€ sur le compte ...
319 €
Voir le deal

Cancer : avec le sport, combattez plus fort !

Aller en bas

Cancer : avec le sport, combattez plus fort ! Empty Cancer : avec le sport, combattez plus fort !

Message  Luc Jeu 24 Juin 2021 - 9:55

Cancer : avec le sport, combattez plus fort !
SCE 06/2021 – Dr Fabrice KUHN

Le sport diminue les risques de comorbidité en présence d’un cancer et améliore le risque de récidive (intertitre ajouté).


Vivre avec un cancer n’est pas une chose facile. Il altère notre santé, tout autant que les traitements qui causent souvent une perte de masse musculaire (sarcopénie), des troubles métaboliques ou des dépressions, sans parler de leurs effets indésirables. Comment le sport peut-il aider dans une telle période à améliorer sa survie, réduire la récidive et apporter un peu de mieux-être ?
Dr Fabrice Kuhn est médecin généraliste, diplômé en biologie et en médecine du sport. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la nutrition et l’activité physique.

L’annonce d’un cancer est un tournant. Une partie du travail est, bien sûr, dans les mains de la médecine. Le patient a, lui aussi, un rôle actif à jouer, car il peut agir pour sa santé. Évidemment, il peut arrêter de fumer, s’il fumait, ou améliorer son alimentation. Mais le sport a aussi un rôle majeur.
Pourtant, la plupart des patients en cours de traitement anticancé­reux n’ont ni l’envie ni l’énergie de s’adonner à une activité physique. Cela leur semblerait même contre­productif. D’ailleurs, jusqu’à 93 % des patients ne feraient pas assez de sport. Il y en a même beaucoup qui réduisent leur activité physique après l’annonce du diagnostic. C’est dommage, car faire du sport durant le traitement présente de nombreux avantages. Le sport a un rôle à jouer avant et après le diagnostic du cancer, avant et après la mise en route du trai­tement ou des thérapies anticancé­reuses. L’exercice physique influe sur la survie, sur le risque de métas­tases, sur la tolérance et l’efficacité du traitement. S’exercer, c’est aussi améliorer son bien-être durant cette phase difficile.

Du sport pour résister
Pour en profiter, mieux vaut commen­cer le plus tôt possible… et même avant le diagnostic ! Nous savons que pratiquer régulièrement prévient certains cancers (cancers du sein, de l’endomètre, du côlon, de la prostate, de la vessie, de l’estomac et de l’œsophage), mais surtout cela améliore la survie face à un cancer, rend plus résistant. À l’annonce d’un cancer du sein, les chances de survie sont 18 % plus élevées si la patiente est sportive. Pour le cancer colorectal, c’est 23 % de mortalité en moins que les sportifs peuvent espérer. Ici, nous parlions de mortalité spécifique­ment due au cancer, mais le risque de mortalité toutes causes confon­dues baisse encore plus significati­vement pour les sportifs.
Une fois le diagnostic fait, difficile de revenir en arrière ! Cela vaut-il encore le coup de s’y mettre ? Oui ! Car c’est alors espérer réduire de 26 à 69 % le risque de mortalité. Plus on est sportif, plus l’effet est bénéfique. Cela concerne principale­ment les cancers du sein, de la pros­tate ou du côlon. Ce sont, d’ailleurs, les cancers que l’activité physique prévient le plus. Et ce n’est pas un hasard. La mortalité toutes causes confondues est elle aussi réduite chez les sportifs. Si elle diminue plus que la mortalité par cancer, c’est que le cancer fragilise face réduit. Enfin, le risque de récidive est minoré par l’entraînement régulier (- 24 % pour le cancer du sein). Et c’est encore plus vrai quand l’entraînement est intense.

Comment le sport combat le cancer : cinq explications
Comme souvent, l’explication derrière ces chiffres n’est pas simple. On devrait même parler de multiples explications qui s’entremêlent.
1. L’atout antifonte musculaire
La masse musculaire est statistique­ment corrélée à la survie. La force musculaire, le volume musculaire et le métabolisme musculaire sont corrélés à la mortalité, au risque de complications et de décès lors d’une chirurgie pour un cancer.
Malheureusement, de nombreux patients atteints d’un cancer voient leur masse musculaire fondre. On parle de sarcopénie (« sarco » signi­fiant muscle). Cette fonte muscu­laire s’explique de plusieurs façons. Certaines tumeurs sécrètent des molécules qui favorisent directement la fonte musculaire. Toutefois c’est parfois le traitement qui favorise la sarcopénie, soit par effets directs des drogues de chimiothérapie, soit par anorexie et vomissements incoercibles. Enfin, parfois, c’est le manque d’activité physique qui favorise la perte musculaire. En fait, c’est souvent un mélange de tout cela. La bonne nouvelle est que cela est contrôlable (tout au moins en partie) grâce à l’effort physique. Bien entendu, tout le monde ne répond pas de la même façon à l’effort muscu­laire. Construire du muscle grâce à l’effort permet de freiner la sarcopé­nie et ses effets néfastes.
2. Il évite la prise de poids (et de gras)
Si certains perdent du poids et surtout du muscle au cours des traitements anticancéreux, d’autres prennent du poids et surtout du gras, or l’obé­sité majore le risque de cancer. Sans oublier que l’obésité majore aussi le risque d’autres pathologies. Si l’obésité et le surpoids ont de tels effets néfastes, c’est en raison de perturbations métaboliques (hyperinsulinémie), d’un état inflamma­toire permanent et de modifications hormonales. C’est là que le sport est bénéfique, il permet de limiter l’obésité et ses conséquences susci­tées, il permet aussi d’intervenir directement sur les conséquences du surpoids. L’exercice limite l’hy­perinsulinémie en améliorant la sensibilité à l’insuline. Faire de l’exercice physique exerce un effet anti-inflammatoire et limite l’inflam­mation chronique. Mais pour que ces effets du sport soient remarquables, il faut s’investir plusieurs mois dans la pratique sportive, que chaque effort soit suffisamment intense et prolongé et que de temps en temps on sorte de sa zone de confort. Le sport est aussi un moyen de contrôler les sécrétions hormonales (hormones sexuelles) qui sont perturbées par l’obésité. Or elles exercent un rôle dans l’évolu­tion des cancers.
3. Il ralentit l’apparition de métastases
Les métastases sont responsables de 90 % de la mortalité par cancer. L’exercice physique régulier aide à lutter contre. À chaque effort, une multitude de phénomènes se mettent en route :
-        Le flux sanguin s’accélère,
-        La température s’élève,
-        Le système sympathique s’active,
-        Les catécholamines sont sécrétées,
-        Les muscles sécrètent des myokines,
-        La perfusion sanguine tumorale se majore,
-        Le stress métabolique intra-tumo­ral s’intensifie,
-        La production des ERO (espèces radicalaires de l’oxygène ou radi­caux libres) est accrue,
-        Plus de cellules immunitaires circulent,
-        Un stress métabolique se crée (baisse de la disponibilité en glucose).
Tous ces phénomènes aident à lutter contre les métastases. Bien entendu, une seule séance ne suffit pas. Il faut répéter les entraînements pour repro­duire régulièrement tous ces béné­fices. C’est à ce prix que le sport peut aider à prévenir les métastases.
4. C’est bon pour le moral
La dépression profite souvent du cancer pour faire son lit : la maladie et son traitement la favorisent gran­dement. Or l’exercice physique est un excellent moyen de lutter contre la dépression. Il semble même exis­ter un lien moléculaire entre muscle, cerveau et dépression (la kynurénine que nous avons déjà évoquée). Mis à part cela, le sport aide à gagner en estime de soi et en confiance. Enfin, exercez-vous le plus souvent possible à l’extérieur, car la lumi­nosité et la verdure sont vos amies antimorosité.
5. Il rend les traitements plus efficaces
Les traitements anticancéreux sont particulièrement agressifs. De nombreux effets indésirables sont à déplorer et le sport peut permettre d’améliorer la tolérance des traite­ments. Nous avons déjà parlé de la sarcopénie, du surpoids et de l’obé­sité qui ont un impact sur la survie, ou encore de la dépression, mais il en existe d’autres. Les traitements peuvent favoriser des pathologies cardiaques. Amélio­rer son système cardiovasculaire grâce à la pratique sportive pourrait ainsi limiter les effets indésirables. Contre le lymphœdème consécu­tif au curage ganglionnaire en cas de chirurgie d’un cancer du sein, l’exercice physique montre encore une fois son efficacité. Dans ce cas, c’est la musculation qui est particu­lièrement efficace.
Le sport est aussi un moyen d’amé­liorer l’efficacité du traitement anti­cancéreux en devenant alors un adjuvant du traitement. C’est un biais très efficace pour le patient de participer à sa guérison.
Le sport pratiqué avant une inter­vention chirurgicale pourrait en effet en améliorer la tolérance, de même qu’en complément des chimiothé­rapies et des immunothérapies. Il active la circulation sanguine et améliore la vascularisation : cela apporterait plus de molécules actives (chimiothérapie ou immunothérapie) au coeur de la tumeur.
Même si ces voies sont encore en cours d’exploration, elles témoignent toutefois de l’intérêt croissant porté au sport comme adjuvant thérapeu­tique du cancer.
S’exercer quand on est fatigué : bonne idée ? (encart)
La fatigue est fréquente au cours des cancers. Elle est consécutive à la maladie elle-même et aux traitements. D’ailleurs, il n’est pas rare qu’elle persiste de longs mois. Pourquoi dans ces condi­tions faire du sport ? La pratique d’une activité physique est un des meilleurs moyens de lutter contre la fatigue en cas de cancer. Une partie de l’explication vient de la voie de la kynurénine, un métabo­lite clé précurseur du tryptophane. Pour faire simple, la kynurénine est suspectée être majorée dans certains cancers et, surtout, elle serait à l’origine de fatigue et de dépression. L’activité musculaire en modifie la forme, l’empêchant de franchir la barrière encépha­lique et ainsi d’exercer ses effets dépresseurs et fatigants.
Fin de l’encart.

En pratique ? Suivez mes treize conseils
·                    Avant tout, parlez-en avec votre thérapeute et définissez ensemble la meilleure stratégie d’organisation.
·                    Le sport peut être prescrit sur ordonnance. Profitez-en pour vous faire guider et accompagner. C’est un vrai bénéfice de se faire aider.
·                    Choisissez vos activités en fonc­tion de vos goûts. Le sport doit rester un plaisir.
·                    Exercez-vous à votre niveau actuel, même s’il est réduit par rapport à votre niveau d’avant la maladie. Adaptez-vous et sachez vous écouter. C’est ce qui permet de trouver le bon dosage.
·                    Respectez le principe de progres­sivité : progressivité dans la séance, dans l’enchaînement des séances, dans le nombre de séances. N’oubliez pas que l’effort peut paraître difficile au début, mais qu’il doit être fait et que sa tolérance va être améliorée à chaque séance. N’ayez pas peur de la fatigue. Le sport défatigue !
·                    Exercez-vous dans le but de progresser. Surveillez vos progrès. Comptabilisez‑les pour renforcer la motivation.
·                    Exercez-vous régulièrement. C’est à cette condition que les effets bénéfiques apparaissent.
·                    Idéalement, ce seront cinq séances de trente minutes chaque semaine, réparties en trois séances d’endu­rance (si possible une à haute inten­sité avec des efforts à en perdre haleine) et deux séances de muscula­tion. Si vous ne pouvez pas atteindre cette fréquence et ce volume d’entraî­nement, ne désespérez pas. Chaque effort que vous ferez sera déjà béné­fique. Trois séances hebdomadaires le seront déjà (deux en endurance et une en musculation).
·                    Les efforts doivent être d’intensité modérée, mais parfois intense. Vous devez transpirer à chaque séance. La petite promenade est bien moins efficace, mais elle a d’autres vertus.
·                    Les exercices à haute intensité sont plus efficaces et dénués de risque majeur. Ils sont aussi un moyen de gagner du temps : moins de temps d’entraînement, plus d’efficacité.
·                    Adaptez vos activités sportives en fonction de vos besoins. Pour conser­ver du muscle, faites de la muscula­tion ou même de l’endurance. Pour préserver la qualité de vos os, pensez à la musculation ou aux sports à impacts (course à pied, sauts…). Pour préserver votre santé cardiovascu­laire et respiratoire, faites surtout de l’endurance, et pourquoi pas, un peu de musculation couplée à des séances à haute intensité. Contre les troubles du sommeil, privilégiez l’endurance, plutôt le matin. Contre la fatigue, tous les sports seront efficaces si le prin­cipe de progressivité est respecté. Pour les troubles psychologiques (dépression ou anxiété), l’endurance est reine, mais les autres sports sont eux aussi profitables.
·                    Et bien sûr, évitez la sédentarité.
·                    Profitez des gestes courants pour vous activer. On parle de HIIPA (High Intensity Incidental Physi­cal Activity). Plutôt que de prendre l’ascenseur, prenez l’escalier, mais plutôt que de grimper l’escalier tran­quillement, faites-le aussi vite que possible. Vous aurez rompu la séden­tarité et bien plus encore, car c’est une sorte d’entraînement à haute intensité encore plus profitable pour votre VO2max.
Dr Fabrice Kuhn

Sources et Références
- Avancini A, Pala V, Trestini I, Tregnago D, Mariani L, Sieri S, Krogh V, Boresta M, Milella M, Pilotto S, Lanza M, « Exercise Levels and Preferences in Cancer Patients: A Cross-Sectional Study. », Int J Environ Res Public Health. 2020 Jul 24;17(15):5351. doi: 10.3390/ijerph17155351. PMID: 32722265; PMCID: PMC7432474
- Fassier P, Zelek L, Partula V, Srour B, Bachmann P, Touillaud M, Druesne-Pecollo N, Galan P, Cohen P, Hoarau H, Latino-Martel P, Menai M, Oppert JM, Hercberg S, Deschasaux M, Touvier M, « Variations of physical activity and sedentary behavior between before and after cancer diagnosis: Results from the prospective population-based NutriNet-Santé cohort. », Medicine (Baltimore). 2016 Oct;95(40):e4629. doi: 10.1097/MD.0000000000004629. PMID: 27749527; PMCID: PMC5059029
- Patel AV, Friedenreich CM, Moore SC, Hayes SC, Silver JK, Campbell KL, Winters-Stone K, Gerber LH, George SM, Fulton JE, Denlinger C, Morris GS, Hue T, Schmitz KH, Matthews CE, « American College of Sports Medicine Roundtable Report on Physical Activity, Sedentary Behavior, and Cancer Prevention and Control. », Med Sci Sports Exerc. 2019 Nov;51(11):2391-2402. doi: 10.1249/MSS.0000000000002117. PMID: 31626056; PMCID: PMC6814265 Physical activity (PA) but also reduced sedentary behavior may be associated with better prognosis and lower risk of recurrence in cancer patients. Our aim was to quantify the variations in PA and time spent sedentary between before and after diagnosis, relying on prospective data in French adults. We also investigated sociodemographic and lifestyle factors associated with these variations.
- Toohey K, Pumpa K, McKune A, Cooke J, Semple S, « High-intensity exercise interventions in cancer survivors: a systematic review exploring the impact on health outcomes. », J Cancer Res Clin Oncol. 2018 Jan;144(1):1-12. doi: 10.1007/s00432-017-2552-x. Epub 2017 Dec 5. PMID: 29210001
- Subjects (n = 942) were incident cancer cases diagnosed in the NutriNet-Santé cohort between 2009 and 2015. PA and sedentary behavior were prospectively collected with the 7-day short version of the IPAQ questionnaire every year since subjects’ inclusion (i.e., an average of 2 year before diagnosis). All PA and sitting time points before and after diagnosis was compared by mixed model. Factors associated with decrease in PA and increase in sitting time were investigated using logistic regressions.
- Overall and vigorous PA decreased after diagnosis (P = 0.006, −32.8 ± 36.8 MET-hour/week on average, in those who decreased their overall PA and P = 0.005, −21.1 ± 36.8 MET-hour/week for vigorous PA, respectively), especially in prostate (−39.5 ± 36.3 MET-hour/week) and skin (−35.9 ± 38 MET-hour/week) cancers, in men (−40.8 ± 46.3MET-hour/week), and in those professionally inactive (−34.2 ± 37.1 MET-hour/week) (all P < 0.0001).
- This large prospective study suggests that cancer diagnosis is a key period for change in PA and sedentary behavior. It provides insights to target the subgroups of patients who are at higher risk of decreasing PA and increasing sedentary behavior after cancer diagnosis.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum