Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Bourvil : La tactique du gendarme
par Nell74 Aujourd'hui à 3:04

» Comment soigner et augmenter son métabolisme – Respiration mitochondriale
par Nell74 Aujourd'hui à 2:50

» Presentation de Gaffal
par Gaffal Dim 17 Juin 2018 - 20:14

» Alzheimer et exercice physique
par Proserpine Jeu 14 Juin 2018 - 8:35

» Présentation Mamoun69
par Mamoun69 Mar 12 Juin 2018 - 14:51

» le gingembre à planter
par Mirzoune Ven 8 Juin 2018 - 11:49

» curcuma et gingembre
par Chantal Ven 8 Juin 2018 - 10:39

» Bon anniversaire Chantal
par Mirzoune Jeu 7 Juin 2018 - 19:04

» Pousses de curcuma
par Chantal Jeu 7 Juin 2018 - 17:50

» immunothérapie et cancer
par Mirzoune Mer 6 Juin 2018 - 14:23

» Vitamine K2 et Respiration Cellulaire
par Gaffal Mar 5 Juin 2018 - 23:04

» Neuroplasticité du cerveau et neurogenèse
par Mirzoune Dim 3 Juin 2018 - 17:53

» Du vert pour protéger le foie
par Mirzoune Dim 3 Juin 2018 - 16:01

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Sam 2 Juin 2018 - 11:28

» Ginseng Panax - type Radix notoginseng
par Mirzoune Sam 2 Juin 2018 - 8:53

» La puissance du mental sur la maladie
par Flo Mar 29 Mai 2018 - 19:46

» Vidéo sur le jeûne prolongé. Incidence
par Flo Mar 29 Mai 2018 - 12:28

» Vitamine B complexe
par Mirzoune Mar 29 Mai 2018 - 9:18

» Faire lever une pâte sans gluten: les levures sans gluten
par Luc Lun 28 Mai 2018 - 19:06

» Vitamine D seulement via UVB?
par Luc Lun 28 Mai 2018 - 17:50

» Des places à gagner pour "Manchild on the moon" au Bataclan fin juin
par Mirzoune Sam 26 Mai 2018 - 10:08

» Fluidité et viscosité sanguine en cas de phlébite. Phytothérapie
par Proserpine Mer 23 Mai 2018 - 16:09

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Celine57 Dim 20 Mai 2018 - 15:47

» Bicarbonate contre l'inflammation
par Luc Dim 20 Mai 2018 - 8:15

» Bicarbonate et inflammation - Mise au point
par Luc Sam 19 Mai 2018 - 16:19

» Méditation: une révolution dans le cerveau
par Proserpine Sam 19 Mai 2018 - 8:03

» Jeune thérapeutique SPA sous anti TNF
par Flo Ven 18 Mai 2018 - 22:30

» Spiruline, chorella et problèmes respiratoires
par Matogato Jeu 17 Mai 2018 - 22:10

» Histoires drôles et blagues ...
par Nell74 Jeu 17 Mai 2018 - 3:40

» Régime Thé et perte de poids
par Luc Mar 15 Mai 2018 - 22:07

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Nell74 Mar 15 Mai 2018 - 2:06

» Migraine et Curcuma : traitement miracle ?
par Luc Lun 14 Mai 2018 - 23:09

» quelques nouvelles de Chantal !
par Mirzoune Lun 14 Mai 2018 - 14:24

» Bon anniversaire Céline 57
par Mirzoune Lun 14 Mai 2018 - 14:02

» Le psyllium aide le microbiote
par Nell74 Lun 14 Mai 2018 - 1:04

» Le jeûne comme alternative aux médicaments
par Luc Dim 13 Mai 2018 - 14:26

» Collagène
par Mirzoune Ven 11 Mai 2018 - 9:53

» Nos plats du jour, Mai 2018
par Pierrette Lun 7 Mai 2018 - 8:19

» Battage médiatique sur l'huile de coco
par astree Dim 6 Mai 2018 - 18:47

» Dans quels aliments se trouvent les nutriments utiles ?
par Luc Dim 6 Mai 2018 - 9:27

» Poisson frais et huile composition
par Pierrette Dim 6 Mai 2018 - 8:53

» Stress or not stress ?
par Pierrette Dim 6 Mai 2018 - 8:25

» Lara Fabian
par Luc Ven 4 Mai 2018 - 17:22

» L'acide gamma-linolénique (AGL ou GLA)
par Gaffal Lun 30 Avr 2018 - 23:54

» Bicarbonate de soude
par antony13 Lun 30 Avr 2018 - 22:58

» Nos plats du jour, Avril 2018
par Luc Lun 30 Avr 2018 - 12:40

» Bon anniversaire Rouly
par Luc Dim 29 Avr 2018 - 12:08

» L'astragale de Chine, plante adaptogène
par Luc Dim 29 Avr 2018 - 8:08

» Retour à la santé - Flo
par Flo Sam 28 Avr 2018 - 18:23

» Dioxyde de titane
par Luc Sam 28 Avr 2018 - 13:52

» bonjour a tous - de Noa
par Mirzoune Jeu 26 Avr 2018 - 17:28

» Bon anniversaire Augustine
par Mirzoune Jeu 26 Avr 2018 - 12:24

» présentation marionnette
par Pierrette Mer 25 Avr 2018 - 17:12

» Gluten : mythe ou réalité ? À la recherche des personnes hypersensibles
par Gaffal Mer 25 Avr 2018 - 13:23

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Gaffal Mer 25 Avr 2018 - 11:10

» Associations alimentaires et digestion
par Matogato Lun 23 Avr 2018 - 22:11

» Vitamine K2 et le Paradoxe du Calcium
par Luc Dim 22 Avr 2018 - 22:54

» Présentation Martin Marie Madeleine
par Mirzoune Dim 22 Avr 2018 - 20:29

» Plantes et huiles essentielles interdites dans les élevages ?
par Chantal Dim 22 Avr 2018 - 12:17

» B9 Acide folique et méthylation
par Luc Sam 21 Avr 2018 - 12:37

» L'Ail des ours ou ail sauvage - de multiples bienfaits
par Luc Mar 17 Avr 2018 - 16:52

» Falafels de pois chiche aux graines de tournesol et feuilles vertes
par Mirzoune Mar 17 Avr 2018 - 11:13

» Le calendula - souci des jardins - soins de la peau mais pas que...
par Pierrette Lun 16 Avr 2018 - 17:10

» Pesto à l'Ail des ours
par Pierrette Lun 16 Avr 2018 - 10:04

» Liste des composants toxiques des produits ménagers
par Mirzoune Dim 15 Avr 2018 - 10:43

» Substances toxiques dans les cosmétiques: la liste
par Mirzoune Dim 15 Avr 2018 - 10:41

» La galerie de belles images
par Pierrette Dim 15 Avr 2018 - 9:56

» Récupération après antibiotiques
par Luc Sam 14 Avr 2018 - 10:57

» Synergies d'HE pour asthme
par Mirzoune Sam 14 Avr 2018 - 9:26

» Recettes déodorants "maison" efficaces, sans aluminium ni paraben
par Pierrette Mer 11 Avr 2018 - 8:02

» Index glycémique des laits végétaux
par Mirzoune Lun 9 Avr 2018 - 18:21

» La Terre de Diatomée - insecticide naturel, non toxique et sans accoutumance
par Mirzoune Lun 9 Avr 2018 - 17:48

» Disjonction acromio-claviculaire
par yoz Lun 9 Avr 2018 - 13:11

» Présentation de Hermann
par Hermann Dim 8 Avr 2018 - 17:20

» acides gras trans et enzymes
par Luc Dim 8 Avr 2018 - 15:47

» Myalgie & enzyme métabolisant le pyruvate
par Luc Sam 7 Avr 2018 - 11:15

» Mélange HE anti-mycose avec jojoba
par Luc Jeu 5 Avr 2018 - 17:09

» La Sauge officinale - bienfaits et utilisation
par Pierrette Mer 4 Avr 2018 - 16:04

» Méthodes pour s'endormir en moins d'une minute
par Mirzoune Mer 4 Avr 2018 - 14:49

» Terrain et médecine chinoise
par Mirzoune Mer 4 Avr 2018 - 14:41

» Bien respirer pour rejoindre les bras de Morphée
par Luc Mer 4 Avr 2018 - 10:43

» Présentation de Jean
par Proserpine Mer 4 Avr 2018 - 9:23

» "Genre pizza" improvisée avec un reste de pain
par Celine57 Mar 3 Avr 2018 - 21:02

» Nouveau: le Jean's connecté de Samsung analyse votre alimentation
par Luc Mar 3 Avr 2018 - 15:35

» Bon anniversaire Ciboulette
par Flo Mar 3 Avr 2018 - 15:02

» L'hibiscus, riche en anthocyanes: comment l'utiliser?
par Luc Mar 3 Avr 2018 - 12:28

» Le sélénium protège contre la toxicité du mercure dans les poissons
par Luc Mar 3 Avr 2018 - 11:44

» EFT - Procédure d'urgence - "Tout ça tout ça"
par Pierrette Mar 3 Avr 2018 - 8:47

» Graines germées et pousses
par Pierrette Dim 1 Avr 2018 - 9:50

» Nos plats du jour, Mars 2018
par Luc Dim 1 Avr 2018 - 8:20

» Bon anniversaire Aimee
par Mirzoune Sam 31 Mar 2018 - 16:48

» Vivez bien dans votre siècle
par Celine57 Jeu 29 Mar 2018 - 13:20

» Présentation de Louann78
par louann78 Jeu 29 Mar 2018 - 11:01

» Choisir un avocat
par Mirzoune Mer 28 Mar 2018 - 16:23

» Prévenir et Retarder la Dégénérescence du Cerveau
par Mirzoune Mer 28 Mar 2018 - 12:07

» Nettoyant multi-usages: le percarbonate de soude
par Mirzoune Mar 27 Mar 2018 - 12:16

» Présentation Becam64
par Mirzoune Lun 26 Mar 2018 - 15:46

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Luc Lun 26 Mar 2018 - 1:07

» Heure d'été: On avance ou on recule ?
par Mirzoune Dim 25 Mar 2018 - 20:07


L'autophagie et le pouvoir d'auto-guérison du corps

Aller en bas

L'autophagie et le pouvoir d'auto-guérison du corps

Message  Luc le Sam 9 Sep 2017 - 8:33

Autophagie : activez le pouvoir de guérison de votre corps !

SCE Juin 2017

Le biologiste Yoshinori Ohsumi a reçu le Prix Nobel de médecine 2016 pour ses travaux sur l’autophagie.

            Quand tout va bien, votre corps fait le ménage lui-même, se débarrasse des cellules abîmées et répare celles qui peuvent encore servir. C’est ce qu’on appelle l’autophagie. Sauf que ce processus peut s’enrayer et favoriser le développement de nombreuses maladies. Le naturopathe Didier Le Bail explique comment stimuler l’autophagie.

Didier Le Bail est naturopathe (FLMNE), journaliste santé et auteur de plusieurs ouvrages, dont un de référence sur la vitamine D. Son prochain livre, dont la sortie est prévue pour l’automne, sera consacré à la « complémenthérapie » ou l’art de se soigner par les compléments alimentaires selon les données de la science.
Son site : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pouvez-vous nous expliquer simplement ce qu’est l’autophagie ?

Le mot autophagie a fait irruption dans l’actualité le 3 octobre 2016, à l’occasion de l’annonce du prix Nobel de Médecine. À la surprise quasi générale, ce prix a été décerné au biologiste japonais Yoshinori Ohsumi pour ses travaux de pionnier sur l’autopha­gie, un processus cellulaire fondamental qui permet d’éliminer et de recycler des composants intracellu­laires, mais aussi de piéger et détruire des micro-or­ganismes invasifs tels que virus et bactéries.

L’autophagie renvoie à l’unité fonctionnelle de l’organisme, à savoir la cellule. Il est donc question ici de biologie cellulaire. Pas très engageant, à première vue, car on quitte ce qui nous est familier, soit un monde à taille humaine borné par les limites de nos sens, pour un monde étrange, « in­humain », le monde de l’infiniment petit, auquel les scientifiques accèdent grâce à leurs microscopes. Je vais essayer d’expliquer tout ça simplement.

Imaginez un instant que la cellule soit une cité grouillante où l’on pro­duit quantité de déchets dont il faut bien se débarrasser. La solution : fabriquer des sortes de sacs-pou­belles appelés « autophagosomes » dans lesquels on entasse les com­posants intracellulaires âgés, al­térés, oxydés (protéines, lipides, organites, ADN…), de même que les microbes à éliminer. Dans un second temps, on transporte ces sacs-poubelles jusqu’à des déchet­teries appelées « lysosomes » (vésicules situées à l’intérieur de la cellule). Au terme du processus, les produits de dégradation sont soit éliminés, soit réutilisés comme éléments nutritifs destinés à être employés pour la synthèse de nouveaux composants ou la production d’énergie.

Santé Corps Esprit : Quelle est la relation entre l’autophagie et les maladies ?

DLB : C’est tout simple : en cas de mauvais fonctionnement de ce système, il y a notamment risque d’accumulation de mutations gé­nétiques (cancers), de dépôts pro­téiques (Alzheimer), de protéines mal repliées (Parkinson), ou encore risque de retard dans l’élimina­tion de divers microbes (maladies infectieuses).

SCE : Lorsque le processus au­tophagique est défectueux, cela peut donc favoriser le dévelop­pement des cancers, des ma­ladies neurodégénératives ou des infections microbiennes ?

DLB : Exactement. Pour prendre l’exemple de la maladie d’Alzhei­mer, une déficience de l’autopha­gie s’observe dès le stade initial de cette maladie à travers l’accumu­lation de la protéine bêta-amyloïde dans les neurones. Cette protéine n’est pas nuisible en elle-même, mais elle le devient à partir du mo­ment où son élimination ne peut plus être assurée correctement. Les fameuses plaques séniles résultent de l’agrégation de cette protéine en dehors des neurones.

SCE : Et pour le cancer ?

DLB : Le cancer a été la première maladie reliée à des anomalies de l’autophagie. L’un des gènes-clés de l’autophagie, à savoir Bécline-1, est un gène suppresseur de tumeur. Des scientifiques du Centre de re­cherche sur l’autophagie de Dallas (États-Unis) ont récemment mis en évidence une corrélation très forte entre la forme la plus agres­sive de cancer du sein et le gène Bécline-1. En cas d’activité réduite de ce gène, le risque de développer cette forme agressive de cancer du sein est multiplié par 35 !

SCE : L’autophagie nous dé­fend-elle aussi contre les microbes ?

DLB : Effectivement. L’autophagie est l’un des plus anciens mécanismes de défense contre les agents patho­gènes intracellulaires. Les virus, pour parler d’eux, sont très intelli­gents et très adaptables. Ils ont su au fil du temps des stra­tégies leur permettant de contrecar­rer l’autophagie. L’un des maîtres en la matière est sans conteste le virus de l’immunodéficience humaine ou VIH, responsable du syndrome d’im­munodéficience acquise, plus connu sous le nom de SIDA.

L’autophagie peut s’opposer au VIH à différentes étapes de son cycle de réplication. Elle s’attaque ainsi à Tat, une protéine virale dont le rôle est crucial au cours de l’étape dite de « transcription ». Cette protéine est essentielle au virus pour pouvoir se reproduire en grande quantité. Voilà pourquoi différentes stratégies thérapeutiques anti-Tat ont été dé­veloppées. Mais, à ce jour, aucune d’entre elles n’a donné de résultats réellement probants.

SCE : Ne serait-il pas alors in­téressant, dans ce cas comme dans d’autres, de stimuler l’autophagie ?

DLB : Les chercheurs explorent déjà cette voie, mais leur approche, comme toujours, est essentiellement centrée sur la maladie et non sur la prévention primaire. Ils privilégient donc la solution pharmacologique. Il se trouve que beaucoup de mo­lécules déjà commercialisées ont pour « effet secondaire » d’activer l’autophagie directement ou indirec­tement via la voie mTOR.

SCE : C’est quoi, mTOR ?

DLB : mTOR (de l’anglais mam­malian Target Of Rapamycin, en français cible de la rapamycine chez les mammifères) est le prin­cipal régulateur de l’autophagie dans notre organisme ! L’influence de ce complexe protéique s’exerce selon qu’il est activé ou désactivé. L’activation de mTOR a pour effet d’inhiber l’autophagie, alors que sa désactivation a l’effet inverse. On a découvert qu’un certain nombre de molécules – comme la rapamy­cine, un immunosuppresseur, ou la metformine, un antidiabétique – étaient ainsi capables de stimuler l’autophagie en désactivant mTOR.

La plupart de ces médicaments ont cependant un gros inconvénient, celui de générer beaucoup d’effets indésirables, parfois graves.

SCE : Mais n’est-il pas possible de stimuler l’autophagie sans nécessairement recourir aux médicaments ?

DLB : La réponse est oui ! Pour reprendre l’exemple du VIH, les recherches montrent que la vita­mine D est capable d’inhiber la réplication du VIH dans les macro­phages en stimulant l’autophagie. La vitamine D favorise aussi l’ex­pression du gène Bécline-1 qui, comme je l’ai dit précédemment, est à la fois un gène majeur de l’au­tophagie et un gène suppresseur de tumeur. Problème : notre mode de vie moderne nous éloigne du soleil. D’où ce déficit en vitamine D qui affecte l’immense majorité de la po­pulation. Voilà une première indica­tion intéressante. Mais on peut aller plus loin et, sur la base des études actuellement à disposition, définir les lignes directrices d’un style de vie favorable à l’autophagie. C’est ce que je me suis proposé de faire depuis quelques mois, et il en res­sort que l’ on a tout intérêt à manger frugal et coloré, à pratiquer le jeûne intermittent, à rehausser son niveau d’activité physique et à s’exposer davantage au soleil (lire ci-dessous, l'encadré).

Ne fuyez surtout pas le soleil ! (encadré)

La vitamine D, puissant induc­teur de l’autophagie, est apportée à plus de 90 % par l’exposition aux rayons UVB. Pour engranger un maximum de vitamine D, il faut faire en sorte de s’exposer au soleil le plus régulièrement possible entre avril et septembre inclus, aux heures les plus chaudes de la journée (soit entre 11h et 16h, heure légale d’été) pendant 10 à 15 min. sans pro­tection solaire.

La règle de base à retenir en ma­tière d’exposition solaire : « un peu, souvent, sans tomber dans le rouge », le « rouge » en ques­tion correspondant à l’apparition d’une rougeur cutanée. Une fois que la peau a bronzé, il devient possible de doubler le temps d’exposition, mais attention : le bronzage n’empêche pas les coups de soleil, il ne fait que les retarder ! (Fin de l’encadré).

SCE : Des compléments alimen­taires ciblés peuvent-ils aider ?

DLB : La complémentation ne doit en aucun cas être considérée comme une solution de facilité pour pallier les insuffisances de votre régime alimentaire et, plus largement, de votre mode de vie. Pour autant, son utilité ne saurait être remise en cause dans certaines situations. Par exemple, si votre attirance pour le sucre reste forte, prenez du Gymnema sylvestris, dont le nom indien signifie « des­tructeur du sucré » ! Si vous ne consommez pas régulièrement des produits tels que fruits, thé vert, vin rouge, curcuma, soja et huile d’olive extra-vierge, prenez un complexe de polyphénols à base d’extraits végétaux. Si vous ne consommez pas régulièrement des poissons gras, prenez des oméga-3 EPA/DHA. Enfin, si vous n’aimez pas vous exposer au soleil, prenez impérativement de la vitamine D3.

SCE : L’activité physique : un puissant stimulateur

DLB : L’activité physique stimule l’autophagie, en particulier dans les muscles, le foie, les cellules bêta du pancréas – qui sont chargées de produire l’insuline – et le tissu adipeux. Privilégiez les exercices physiques d’endurance : marche ra­pide, marche nordique, randonnée, course à pied, vélo, natation… Une plus forte stimulation de l’autopha­gie est obtenue quand les exercices d’endurance sont accomplis l’esto­mac vide. Le moment le plus pro­pice pour se livrer à ce type d’ac­tivité physique est sans conteste le matin à jeun.

Quelle alimentation peut favoriser l’autophagie ?

D’abord, ce qui contribue à inhi­ber l’autophagie : le fait de man­ger trop copieux, trop carné, trop sucré, mais aussi le fait de conti­nuer à boire du lait de vache à l’âge adulte. Ensuite, ce qui contribue à stimuler l’autopha­gie : la réduction calorique au quotidien (alimentation frugale) et le repos digestif (jeûne inter­mittent), mais aussi une consom­mation suffisante de polyphénols (en particulier curcumine, res­vératrol et EGCG), d’oméga-3 EPA/DHA et de vitamine D.

Pour dire les choses autrement, privilégiez une alimentation de qualité biologique à index gly­cémique modéré et accordez une place de choix aux fruits, légumes et aromates, de même qu’au cur­cuma et aux boissons santé (thé vert, vin rouge – avec modération, pour ce dernier !). En revanche, limitez la consommation de pro­duits carnés – à l’exception no­table des poissons gras – et faites l’impasse sur le lait de vache.

Pour ce qui est de la règle de frugalité, elle consiste simple­ment à cesser de manger juste avant d’être rassasié. L’exemple même de cette règle est le hara hachi bu des habitants de l’archipel d’Okinawa (Japon), mondialement connus pour leur longévité exceptionnelle. L’ex­pression hara hachi bu signifie littéralement « estomac plein aux huit dixièmes ». À rappro­cher de ce dicton japonais qui dit que « huit parties d’un esto­mac nourrissent l’individu, et les deux autres parties nourrissent le médecin » !

Enfin, le jeûne intermittent consiste à répéter régulièrement des séances de jeûne court, d’une durée minimale de 16 heures. Cela peut se faire de façon spon­tanée, au gré de son ressenti, ou de façon plus méthodique. Le jeûne le plus court – et donc le plus facile à mettre en œuvre ! – est le jeûne 16/8, qui consiste à s’abstenir de s’alimenter pen­dant 16h, par exemple entre 20h et 12h le lendemain.

Aux moins enthousiastes d’entre vous à l’idée de pratiquer le jeûne intermittent, je dirais que le sa­cro-saint rythme des trois repas par jour n’est qu’une habitude culturelle relativement récente. Quand on prend un peu de recul, on réalise que notre trajectoire de chasseur-cueilleur n’a été re­mise en cause que dans les der­niers 0,5 % de notre évolution. D’un point de vue génétique, nous demeurons adaptés à un mode de vie de chasseur-cueil­leur, c’est-à-dire un mode de vie fondé sur l’alternance de périodes de relative abondance et de di­sette. Il n’est donc pas « contre nature » de jeûner par intermit­tence, et cela fait même du bien à l’organisme assez rapidement, comme en témoigne l’améliora­tion des valeurs physiologiques (cholestérol total, triglycérides, insulinémie à jeun, marqueurs de l’inflammation).

A suivre: Acupuncture, autophagie et maladies neurodégénératives (encadré)

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Acuponcture, autophagie et maladies neurodégénératives

Message  Luc le Sam 9 Sep 2017 - 8:36

Acupuncture, autophagie et maladies neurodégénératives (encadré)

Très récemment, deux études ont abouti à des résultats proprement renversants. Elles ont été réali­sées sur des rongeurs ayant dé­veloppé une maladie d’Alzheimer ou une maladie de Parkinson. La stimulation de certains points d’acupuncture a permis… de stimuler l’autophagie ! Et cela a suffi pour améliorer sensiblement l’état des rongeurs.

Ainsi, chez des rats Alzheimer traités par électro-acupuncture durant quelques semaines, on a noté une plus grande activité de Bécline-1, gène majeur associé à l’autophagie, une meilleure éli­mination des protéines toxiques, ainsi qu’une amélioration des capacités d’apprentissage et de mémorisation. Ces effets bé­néfiques se sont révélés bien moindres dans l’autre groupe de rats Alzheimer recevant un mé­dicament inhibiteur de l’auto­phagie en sus du traitement par électro-acupuncture.

Par ailleurs, chez des souris Par­kinson soumises à des séances d’acupuncture pendant douze jours, on a observé une amélio­ration de leurs troubles moteurs. Parallèlement, l’expression de l’alpha-synucléine, la protéine toxique à l’œuvre dans la ma­ladie de Parkinson, a diminué de plus de 50 %. Afin que leurs résultats ne prêtent pas à discus­sion, les chercheurs avaient pris soin de diviser les souris en deux groupes : dans l’un, l’aiguille était insérée sur un point tradi­tionnellement utilisé pour traiter les problèmes moteurs, et dans l’autre, sur un point « fantôme ». Inutile de vous préciser qu’au­cun résultat n’a été obtenu dans le groupe « point fantôme ».

Précédemment, d’autres cher­cheurs avaient traité des souris Parkinson avec de la rapamy­cine, un médicament capable de stimuler l’autophagie en agissant sur la voie mTOR. Là aussi, des résultats probants avaient été ob­tenus (amélioration des troubles moteurs, meilleure protection des neurones dopaminergiques, meil­leure élimination de l’alpha-synu­cléine). L’ennui, c’est que la ra­pamycine est responsable d’un tel cortège d’effets indésirables que son utilisation se révèle éminem­ment délicate. D’où le grand inté­rêt de l’acupuncture, qui exonère du risque d’effets secondaires.

Pour info, ce sont les points GV20 et BL23 qui ont été stimu­lés chez les rats Alzheimer, tandis que le point utilisé chez les souris Parkinson était GB34. Fin de l’encadré.

Fin de l'article issu de Santé Corps Esprit. Juin 2017

A suivre: Autophagie, apoptose et vitamine D3

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Action anti-cancer de la vitamine D

Message  Luc le Sam 9 Sep 2017 - 12:15

Autophagie, apoptose et vitamine D3

Bien que la vitamine D soit classiquement associée à la régulation du calcium et au transport du phosphate dans le métabolisme osseux, plusieurs études ont démontré une large gamme de fonctions pour cette vitamine qui agit comme une hormone pléiotrope (qui a plusieurs effets à différents endroits).

La plupart des actions biologiques de la vitamine D sont médiées par le récepteur de la vitamine D, (une protéine qui possède un récepteur se liant à la vitamine D), et la synthèse et le catabolisme de cette hormone sont régulés par les enzymes CYP27B1 et CYP24A1. (1)

L’action anti-cancer de la vitamine D. By John Cannell, MD. 2012. (2)

Dr. John Cannell est le fondateur du “Vitamin D Council » (3)

Si les constatations du Dr Lappe sont vérifiées, et le temps seul et plus d'études le diront, il est important de se rendre compte que des milliers d'études scientifiques basiques et animales ont démontré que la vitamine D avait des effets anticancéreux. Selon le Dr Chiang, les effets anti-cancer de la vitamine D impliquent les six mécanismes suivants:

1. Via quatre mécanismes distincts, la vitamine D empêche la prolifération cellulaire. Les cancers prolifèrent en augmentant le nombre de cellules via la croissance cellulaire et la division cellulaire.

2. La vitamine D favorise l'apoptose ou la mort cellulaire programmée, qui est un processus régulé, qui apporte un avantage fondamental à notre organisme. Les cellules endommagées et anciennes doivent mourir et être remplacées par de nouvelles cellules. L'activation des voies apoptotiques est un mécanisme clé par lequel la chimiothérapie aide à éliminer les cellules tumorales.

3. La vitamine D aide à prévenir l'angiogenèse ou la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. L'angiogenèse pathologique peut durer des années, et il est « nécessaire » que les tumeurs et leurs métastases augmentent au-delà d’une taille microscopique (pour devenir envahissante, ndlr).

4. La vitamine D favorise la différenciation cellulaire, ou la spécialisation cellulaire. Les cancers non différenciés ont tendance à être les plus mortels.

NDLR : Le degré de différenciation d'un cancer est une caractéristique histologique, c'est à dire faite lors de l'observation au microscope des cellules cancéreuses. Schématiquement, on peut dire que plus un cancer est différencié, plus il se rapproche des cellules normales et moins il est agressif. A contrario, moins ce cancer est différencié (ou plus il est indifférencié) et plus il risque d'être agressif.

5. La vitamine D empêche l'inflammation, et l'inflammation [continue] conduit souvent à des changements cancéreux dans les tissus.

6. Les études sur le profil génétique des gènes ont démontré que la vitamine D augmente l'expression des gènes de réparation de l'ADN, ce qui suggère une implication dans les voies de réparation de l'ADN.

Pour autant que nous le sachions, ces effets anticancéreux de la vitamine D sont dose-dépendants (les effets dépendent de la dose), jusqu'à un certain niveau. Autrement exprimé, plus vos niveaux de vitamine D sont inférieurs au niveau idéal, moins les mécanismes anticancéreux sont actifs. Cependant, personne ne sait quels sont les niveaux optimaux (avec certitude, ndlr): càd les niveaux sanguins de vitamine D qui sont les plus efficaces pour réduire le risque de cancer. Alors que nous attendons de savoir quels sont les niveaux idéaux, il semble sage de maintenir les niveaux naturels de vitamine D: càd des niveaux rencontrés chez les personnes vivant dans les régions équatoriales qui portent peu de vêtements. De tels niveaux sont d'environ 50 ng / ml, et il faut environ 5 000 UI / jour pour atteindre ce niveau chez la plupart des gens.

Références :

1. Protective actions of vitamin D in cancer development 2012. N. Lopes et al.
2. Vitamin D and calcium supplementation reduces cancer risk 2007. JM Lappe et al.
3. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
4. Vitamin D as a promising anticancer agent. 2011. Chandra Kanti Chakraborti
5. Vitamin D and Cancer: A review of molecular mechanisms  2015.  James C. Fleet

*) Liens intéressants

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Stimuler l’autophagie par le sport / l’exercice.
L’importance de la biogénèse des mitochondries
Le jeûne intermittent – un autre moyen de stimuler l’autophagie

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les cellules malades sont capables d’utiliser le suicide pour nous sauver. C’est la survie de ces cellules endommagées qui entraîne la pathologie.
L’autophagie permet de détruire les protéines et les mitochondries endommagées, ce qui est fondamental dans la suppression tumorale ou la protection des neurones.
Seulement voilà, comme mentionné plus haut dans plusieurs pathologies le processus est bloqué …

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Une analyse de plusieurs études sur la vitamine D et le cancer du sein (2) montre que les femmes ayant des taux sériques de vitamine D élevés (38 ng/mL) avaient un risque réduit de 58% de cancer du sein par rapport à celles ayant de faibles taux (15 ng/mL).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
The Pleiotropic Effect of Vitamin D
In addition to the maintenance of calcium and phosphorus balance, vitamin D regulates the function of the kidneys, heart, and immune system. Moreover, its anti-inflammatory, antiapoptotic, and antifibrotic roles have gained considerable attention. Vitamin D is also important for the maintenance of homeostasis by regulation of hormone secretion, cell proliferation, and differentiation. This paper will review these pleiotropic functions of vitamin D.

Vitamin D's role in cell proliferation and differentiation  Pdf **
By Sam Samuel and Michael D Sitrin.  International Life Sciences Institute. 2008
The noncalcemic actions of vitamin D influence normal and pathological cell growth, carcinogenesis, immune function, and cardiovascular physiology. This review examines many of the various mechanisms by which vitamin D alters cellular growth and differentiation and explores cell-specific factors that influence responsiveness to vitamin D.


Dernière édition par Luc le Dim 10 Sep 2017 - 9:47, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Interaction entre les vitamines A D K

Message  Luc le Sam 9 Sep 2017 - 12:28

Mise en garde:
Il y a une interaction entre les vitamines liposolubles A D K.
Ces vitamines agissent comme des hormones qui stimulent (et modèrent dans une certaine mesure - cf. le concept de l'interaction -) et envoient un message.
Si vous prenez un supplément de vitamine D3 supérieur à 400 - 2000 UI, vous avez intérêt à vous renseigner, si vous ne voulez pas que du calcium se dépose là où vous ne le souhaitez pas, càd dans les tissus mous, les artères et les articulations !
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

PS: Et si vous faites l'andouille, vous pourriez favoriser la formation d'une lithiase (pierre au rein), pour peu que le terrain s'y prête ...

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Quelle quantité de vitamine D ?

Message  Luc le Sam 9 Sep 2017 - 14:52

lire aussi:
Vitamine D : comment interpréter son taux sanguin ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Exemple: Vous avez un taux de vitamine D qui se situe entre 20 et 30 ng/mL :
l’Institute of Medicine des USA considère que ce niveau de vitamine D est suffisant, mais pour des sociétés savantes comme l’Endocrine Society, il s'agit toujours d'un déficit en vitamine D.
Pour atteindre 40 ng/mL il faut vous complémenter avec 2.000 UI par jour et pour 50 ng/mL 3.700 UI.
En supposant que vous assimilez bien (....).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autophagie et le pouvoir d'auto-guérison du corps

Message  Flo le Sam 9 Sep 2017 - 21:39

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Les préjugés, les habitudes et l'ignorance concernant l'alimentation, sont si grands, que la diététique a longtemps été "le chaînon manquant de l'esprit humain" Arnold EHRET
Le chainon manquant a été découvert et décrit en 2017 dans l'Eloge du cru de Dominique Guyaux
avatar
Flo
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1227
Date d'inscription : 20/10/2015
Age : 51
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Vitamine D3: + n'est pas mieux si ...

Message  Luc le Sam 9 Sep 2017 - 22:40

Tableau pour viser un apport optimisé de D3 dans le sérum
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Source: adapté de "GrassrootsHealth"


Dernière édition par Luc le Dim 10 Sep 2017 - 18:16, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autophagie et le pouvoir d'auto-guérison du corps

Message  Mirzoune le Dim 10 Sep 2017 - 11:15

Vachement bien, ce tableau!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien. Apparition récente d'une névralgie du trijumeau (conflit vasculonerveux). En attente d'une opération par gamma-knife.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3467
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autophagie et le pouvoir d'auto-guérison du corps

Message  yoz le Lun 11 Sep 2017 - 13:31

Merci Luc, très intéressant l'article sur l'autophagie, et le tableau sur la vitamine D aussi, bien pratique

D'ailleurs, concernant la vitamine D, j'ai une petite question.

Sur ma dernière analyse, j'étais à 143 nmol/L (57 ng/ml), donc en fin d'été durant lequel j'ai beaucoup pris le soleil.

Là avec le retour du mauvais temps pale , je vise le maintient de ce taux (on va dire 60 ng/ml), donc je recommence à prendre du ZymaD en visant 3.000 UI (10 gouttes), et je prends aussi de la vitamine K 2 fois par semaine (super K complex : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ).

Entre2O m'a conseillé le complexe D3K2 de chez Dr Jacobs : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

J'ai du mal à savoir si mes apports seront optimisés...

Bonne journée Smile

Yoz

yoz
Accro
Accro

Messages : 225
Date d'inscription : 30/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Combien de vitamine K ?

Message  Luc le Lun 11 Sep 2017 - 16:22

yoz a écrit:1. concernant la vitamine D,
Sur ma dernière analyse, j'étais à 143 nmol/L (57 ng/ml), donc en fin d'été durant lequel j'ai beaucoup pris le soleil.
2. je vise le maintient de ce taux (on va dire 60 ng/ml), donc je recommence à prendre du ZymaD en visant 3.000 UI (10 gouttes),
3. et je prends aussi de la vitamine K 2 fois par semaine (super K complex de Life Extension)
4. Entre2O m'a conseillé le complexe D3K2 de chez Dr Jacobs :
=> 800 UI de D3 + 19 µg de vitamine K2  par goutte.
5. J'ai du mal à savoir si mes apports seront optimisés...
1. C'est très bien pour la vitamine D, entre 50 et 60 ng/ml.
NB: Pour le lecteur lambda: Si vous plafonnez à 50 ng, ne cherchez pas à pousser, n'importe comment (...).
2. OK, c'est ce que je ferais aussi, mais tu as une réserve sanguine pour tenir ce palier 2 à 3 mois, en prenant 1.000 UI. jusque fin novembre.
Je prendrais 2.000 UI à la mi-novembre jusque mi-février (3 mois). Puis 4.000 UI ensuite jusque mai, inclus.
En juin juillet et août, pas besoin de prendre un supplément les jours où tu t'exposes entre 11 H et 15H (taille de l'ombre plus petite que toi).
3. Avec Super k2 complex, je ne prendrais qu'une seule gélule par semaine si tu es sous 2000 UI.
1 gélule 2X/ semaine  si 4 ou 5.000 UI de vit D (demi-vie de la K2 type Mk7 de 72 H).
Ce produit est vraiment bien / bcp chargé dans tous les sous-types de vitamines K. Pas un problème mais on laisse le temps au métabolisme d'évacuer les excès...
4. ce produit devrait convenir pour Mr et Mme tout le monde. Pas le temps de discuter en cabinet. Problème d'approvisionnement, surtout. 
C'est correct mais il n'y a que le K2 Mk7. Il n'y a pas de la K2 Mk4. Le corps va devoir convertir ...
Si je n'ai rien d'autre sous la main, ça passera, en dépannage. Pas optimal.
je regarde si je n'ai pas un produit mieux dosé. Car "Super k2 complex" de Life Extension est inutilement fort dosé en K1 (K1 = coagulation).
Je reviens.
Edit: Il n'y a pas de produit optimal, avec tout en un. Je fais selon mon ressenti.
Voir sur ce lien comment procéder.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
5. relis et on verra comment optimiser ensuite.

En théorie, on essaiera de tendre vers ...
Combien de vitamine K ?
Le docteur Kate Rhéaume-Bleue, B.Sc., N.D., dans son livre « Vitamin K2 and the calcium paradox » précise :
K1= 45 mcg.
Suffisant pour améliorer le niveau de la calcification artérielle et la mortalité cardiaque. Cela dépend de l’interaction entre les vitamines A D K.

K2 type MK4: 45 mg (45.000 mcg). Niveau recommandé pour décarboxyler l’ostéocalcine.

K2 type MK7: 240 mcg pour les diabétiques et les obèses. Niveau recommandé dans la prévention de l’athérosclérose, ostéoporose, diabète, obésité, etc.

Issu de ce lien « Dosage optimum »:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5219
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'autophagie et le pouvoir d'auto-guérison du corps

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum