Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Le corps subtil
par Luc Aujourd'hui à 17:11

» Nouveau cadeau de la vie
par Mirzoune Aujourd'hui à 14:21

» idées pour faire des jus
par Luc Aujourd'hui à 12:59

» Histroire drôle en images - Funny clip
par Luc Aujourd'hui à 10:02

» Microbiote et pathologies auto-immunes
par Luc Hier à 21:48

» Découvrez la qualité de l’eau du robinet de votre commune
par Proserpine Mar 16 Oct 2018 - 12:16

» Propolis verte et cancer
par Mirzoune Mar 16 Oct 2018 - 9:20

» FUT2 sécrétor ou non sécretor ?
par Parsifal Lun 15 Oct 2018 - 14:26

» Cancer : un traitement simple et non toxique. Extraits
par Luc Lun 15 Oct 2018 - 9:02

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Nell74 Dim 14 Oct 2018 - 13:35

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Sam 13 Oct 2018 - 11:05

» Comment optimiser l'assimilation du fer
par Parsifal Sam 13 Oct 2018 - 10:23

» The Plant Paradox - Dr Gundry
par Parsifal Sam 13 Oct 2018 - 10:17

» Le CBD - Cannabidiol
par Mirzoune Sam 13 Oct 2018 - 9:41

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:52

» Médecine individualisée, épigénétique et nutrigénomique
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:31

» Comment j'alcalinise mon corps
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:19

» Où trouver du calcium ailleurs que dans les laits animaux?
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:14

» La lumière LED fatigue et altère la macula
par Luc Ven 12 Oct 2018 - 14:56

» Briquettes moelleuses au curcuma SGSC
par Luc Mar 9 Oct 2018 - 11:48

» Bon anniversaire Mezame
par Mezame Dim 7 Oct 2018 - 21:04

» Pasteur/Koch
par Proserpine Dim 7 Oct 2018 - 15:39

» Bon anniversaire Matogato
par Mirzoune Sam 6 Oct 2018 - 10:08

» Bon anniversaire johnny-bak
par Mirzoune Jeu 4 Oct 2018 - 19:46

» Les facteurs déclenchants supposés de la fibromyalgie
par sumerien Jeu 4 Oct 2018 - 19:19

» Les oméga-6 oxydés sont coupables – Pas le cholestérol LDL !
par Luc Mer 3 Oct 2018 - 10:34

» Magnésium et taurine pour le cerveau
par Flo Mar 2 Oct 2018 - 11:12

» Présentation de Parsifal
par Mirzoune Mar 2 Oct 2018 - 8:28

» Battage médiatique sur l'huile de coco
par Luc Mar 2 Oct 2018 - 8:19

» ALA: acide alpha-lipoïque et chélation
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:46

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:43

» L'aspirine est pro-métabolique et anti-cancer
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:12

» Renverser l’autisme
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:21

» Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:20

» Kitava (Nouvelle Guinée), l’île où l’acné n’existe pas
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:18

» Bon anniversaire jpwax
par Mirzoune Lun 1 Oct 2018 - 11:43

» Comprendre l’homéopathie
par Proserpine Dim 30 Sep 2018 - 20:03

» De l’huile d’olive à la place des antiacides
par Proserpine Dim 30 Sep 2018 - 15:02

» Le jeûne thérapeutique et ses effets combinés à la chimiothérapie
par Luc Ven 28 Sep 2018 - 10:30

» Bon anniversaire Galaanes
par Mirzoune Ven 28 Sep 2018 - 9:28

» Comment guérir votre métabolisme. Livre
par Luc Ven 28 Sep 2018 - 8:02

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Gaffal Jeu 27 Sep 2018 - 22:45

» Pain SG au thon et au cerfeuil
par Luc Mer 26 Sep 2018 - 7:57

» Bon anniversaire Angely
par Mirzoune Mar 25 Sep 2018 - 12:16

» Bon anniversaire Florence
par Nell74 Lun 24 Sep 2018 - 17:47

» Métaux Lourds : Pollution invisible
par Luc Lun 24 Sep 2018 - 11:19

» Shiitake: Le champignon « coup de fouet »
par Luc Dim 23 Sep 2018 - 15:25

» Bon anniversaire Cateli
par Mirzoune Dim 23 Sep 2018 - 8:57

» Bon anniversaire Bredan
par Mirzoune Dim 23 Sep 2018 - 8:55

» Danse du fou à pattes bleues
par Proserpine Dim 23 Sep 2018 - 8:09

» Histoires drôles et blagues ...
par Mirzoune Jeu 20 Sep 2018 - 9:25

» Cake SG teff sarrasin aux petits raisins
par Luc Mer 19 Sep 2018 - 14:36

» Présentation - Virginie94
par Mirzoune Lun 17 Sep 2018 - 13:21

» Les animaux malades de leurs croquettes
par Proserpine Sam 15 Sep 2018 - 21:36

» Bouillon de poule: Un incontournable!
par Proserpine Sam 15 Sep 2018 - 17:57

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Luc Sam 15 Sep 2018 - 17:57

» Huile de poisson et effet sur la thyroïde
par Luc Ven 14 Sep 2018 - 18:05

» rentrée cheznous en Béarn (64)
par Proserpine Ven 14 Sep 2018 - 17:43

» me voilà - Hérode
par Hérode Ven 14 Sep 2018 - 16:31

» Métabolisme du fer
par Luc Ven 14 Sep 2018 - 10:17

» Mort cérébrale et don d'organes
par Proserpine Mer 12 Sep 2018 - 19:09

» Présentation Sumerien
par Luc Mar 11 Sep 2018 - 20:42

» cake potiron ou courge
par Luc Lun 10 Sep 2018 - 16:10

» Le sel oui ! Mais lequel ?
par Luc Lun 10 Sep 2018 - 14:25

» Bon anniversaire Noa
par Mirzoune Dim 9 Sep 2018 - 10:43

» Eau ou café pour s'hydratater ?
par Luc Jeu 6 Sep 2018 - 10:38

» Cancer & Huiles Essentielles – Soins de support
par Mirzoune Jeu 6 Sep 2018 - 9:53

» Régime anti-Alzheimer
par Luc Mar 4 Sep 2018 - 11:30

» Smoothie Vert Tangerine et banane
par Luc Lun 3 Sep 2018 - 10:54

» Substances naturelles anti-douleur. Tableau
par Luc Dim 2 Sep 2018 - 15:09

» Cake à la banane
par Luc Sam 1 Sep 2018 - 17:23

» Vitamine C
par Flo Jeu 30 Aoû 2018 - 11:45

» Une nouvelle étude démontre l’inefficacité des oméga-3
par Luc Mar 28 Aoû 2018 - 16:39

» Présentation Alexenforme: La santé optimale, à la recherche du chemin
par Luc Lun 27 Aoû 2018 - 17:38

» Huile de coco : un « pur poison » explique une professeure de Harvard
par Luc Lun 27 Aoû 2018 - 10:08

» Taux de Prolamines dans les céréales et pseudo céréales
par Gaffal Dim 26 Aoû 2018 - 18:05

» Vidéo étonnante, marrante ou ...
par Gaffal Sam 25 Aoû 2018 - 22:07

» Présentation - Panchito
par Mirzoune Jeu 23 Aoû 2018 - 9:37

» Présentation d'un retraité heureux - angely17
par joséphine Mer 22 Aoû 2018 - 11:52

» Fécondation in vitro, Thyroïde et avoine
par sossophiphie Lun 20 Aoû 2018 - 23:54

» Ashwagandha et votre cerveau
par Luc Lun 20 Aoû 2018 - 13:23

» Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
par Mirzoune Lun 20 Aoû 2018 - 11:51

» Par quoi remplacer - et bonnes adresses accessoirement
par Proserpine Lun 20 Aoû 2018 - 9:57

» Petit dej de Luc
par Luc Dim 19 Aoû 2018 - 8:01

» Petits pains coco & teff
par Proserpine Sam 18 Aoû 2018 - 10:18

» Comment la curcumine agit contre le cancer
par Luc Ven 17 Aoû 2018 - 10:16

» Carbs vs Fats & Mitochondria
par alexenforme Jeu 16 Aoû 2018 - 10:34

» Blagues et histroires drôles
par Luc Mer 15 Aoû 2018 - 16:10

» bonjour à tous. Philipou
par Mirzoune Mer 15 Aoû 2018 - 15:15

» Bicarbonate contre l'inflammation
par Luc Dim 12 Aoû 2018 - 12:26

» Que regardez-vous sur ARTE?
par Proserpine Dim 12 Aoû 2018 - 9:50

» Où achetez-vous vos compléments alimentaires ?
par nittygritty Sam 11 Aoû 2018 - 13:24

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Mirzoune Ven 10 Aoû 2018 - 19:30

» Comment soigner et augmenter son métabolisme – Respiration mitochondriale
par Luc Mer 8 Aoû 2018 - 11:38

» Dioxyde de titane
par Hérode Mar 7 Aoû 2018 - 22:56

» Bonjour à tous - de la part de Lilo
par Hérode Mar 7 Aoû 2018 - 10:23

» Balade en Brenne
par Mezame Dim 5 Aoû 2018 - 22:15

» Équilibre électrolytique et fonction surrénalienne
par Luc Jeu 2 Aoû 2018 - 10:20

» j'me presente je m'appelle henry...j'aimerais bien réussir ma vie...
par Luc Mar 31 Juil 2018 - 9:36


Arthrose, alimentation et microbiote

Aller en bas

Arthrose, alimentation et microbiote

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 9:40

Douleurs articulaires : Explorez la piste intestinale
Source : Dr. Antonello d’Oro – SCE mars 2018
Idées clés
• La médecine conventionnelle est impuissante contre l’arthrose et se content de « soigner » les symptômes en prescrivant des antidouleurs et des anti-inflammatoires.
• En phytothérapie, la chondroïtine ou la glucosamine sont souvent prescrits mais ils sont d’une efficacité discutable et variable d’une personne à l’autre.
• La recherche médicale a mis en évidence que l’obésité ou l’insulino-résistance ont une influence sur le développement de l’arthrose et même sur l’intensité des douleurs. Le terrain est donc un élément important dans ce processus.
La recherche a aussi clairement montré une relation entre l’état de notre microbiote et les atteintes articulaires. Le microbiote jouerait ainsi le rôle du chaînon manquant entre les maladies métaboliques, l’inflammation et l’arthrose.
• La source des maladies commencent donc souvent avec un déséquilibre du microbiote. Dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde une restriction de la biodiversité du microbiote et une réduction des bactéries amies connues pour leurs propriétés immuno-régulatrices ont été observées.
• En effet, la recherche montre de plus en plus de relations entre les rhumatismes inflammatoires, une dysbiose intestinale et l’augmentation de la perméabilité intestinale (leaky gut).
• Une alimentation peu variée, riche en céréales et pseudo-céréales, pauvre en fruits et légumes, insuffisante en graisses appropriées, peut accentuer les phénomènes de fermentation, dans un 1er temps, et de perméabilité intestinale, ensuite.
• Zonuline : La zonuline est une protéine produite au niveau de la muqueuse intestinale. Elle contrôle l’ouverture des jonctions serrées et donc directement la perméabilité intestinale.
• En réponse à certains stimuli, comme les bactéries intestinales ou des déclencheurs issus de l’alimentation (par exemple le gluten), de la zonuline est libérée dans la lumière intestinale et se lie aux récepteurs situés sur la surface apicale des cellules épithéliales, activant des voies de signalisation qui provoquent le démontage de la jonction serrée. Ce mécanisme peut être analysé comme un système de défense de notre organisme car l’ouverture des jonctions serrées permet la sécrétion d'eau dans la lumière, chassant les micro-organismes pour empêcher leur colonisation. Un bien pour un mal si ça se reproduit trop souvent car cela entrainera une modification du microbiote, puis un changement épithélial, puis une inflammation de la muqueuse, ce qui pourrait conduire à une inflammation chronique et des désordres auto-immuns chez certains personnes prédisposées génétiquement, à la fois au niveau local (IBS ou maladie cœliaque) et à distance (diabète de type I, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques).
La dysbiose représente un déséquilibre de nos bactéries intestinales au détriment de nos bonnes bactéries, empêchant les actions positives de ces dernières sur la protection de la barrière intestinale et la santé de notre système immunitaire.
Il est important de traiter l’individu d’une façon globale : il s’agit bien entendu de traiter la dysbiose et le leaky gut avec certains compléments alimentaires et plantes mais également de modifier si nécessaire l’alimentation et la gestion du stress de la personne. Voici les étapes principales d’une prise en charge holistique.
1/ Opter pour une alimentation anti-inflammatoire
2/ Assainir son microbiote en traitant sa dysbiose
3/ Guérir sa muqueuse intestinale en traitant son leaky gut.
• Informez-vous sur l’alimentation qui soulage et les nutriments / suppléments qui assistent.
Article sur le post suivant ...


_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthrose, alimentation et microbiote

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 9:41

Douleurs articulaires : explorez la piste intestinale

Source : Dr. Antonello d’Oro – SCE mars 2018

Ce n’est pas faute d’avoir essayé… mais la médecine conventionnelle est encore totalement impuissante face à l’arthrose. Les toutes dernières recherches scientifiques laissent entrevoir une piste prometteuse : le microbiote pourrait se révéler être la clé manquante pour retrouver des articulations en pleine santé.
Par le Dr Antonello D’Oro, Médecin spécialiste en rhumatologie, formé en médecine nutritionnelle et fonctionnelle. Il exerce cette spécialité depuis 15 ans à Genève. Le Dr d’Oro tient également un blog d’information sur la nutrition depuis de nombreuses années ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les douleurs articulaires représentent une plainte fréquente lors d’une consultation médicale. Dès 45 ans, environ 30 % des gens déclarent souffrir de douleurs articulaires épisodiques ou fréquentes. Le terme de douleurs articulaires englobe souvent différentes causes qu’il est nécessaire de connaître si l’on veut traiter la racine du problème.
Le plus souvent, la médecine occidentale se contente de traiter les symptômes en prescrivant des antidouleurs et des anti-inflammatoires. Il existe pourtant des alternatives thérapeutiques naturelles qui s’adressent aux causes profondes de ces douleurs articulaires. Pour cela il faut surtout s’intéresser à l’intestin et à son microbiote.
En effet, ces dernières années la recherche médicale et scientifique a clairement montré une relation entre l’état de notre microbiote et les atteintes articulaires. C’est pourquoi s’occuper de la santé de son intestin est probablement la première étape indispensable pour s’occuper de ses articulations.1

Quels types de douleurs articulaires ?
Les douleurs articulaires peuvent être classées dans différentes catégories telles que les douleurs d’origine arthrosique, celles liées à un rhumatisme inflammatoire, les douleurs articulaires d’origine infectieuse (par exemple maladie de Lyme, parvovirus etc.) ou post infectieuse (arthrites réactionnelles.) ainsi que les douleurs d’origine microcristalline (goutte, chondrocalcinose).
Pour ne pas complexifier le sujet, nous allons ici principalement parler des douleurs d’arthrose et de celles liées aux rhumatismes inflammatoires qui représentent la grande majorité des douleurs articulaires.

L’arthrose
Il s’agit des douleurs articulaires les plus fréquentes. L’arthrose est considérée comme la conséquence d’une usure du cartilage liée au vieillissement et également à une prédisposition génétique mais dont le processus peut être accéléré suite à des séquelles d’accident ainsi que suite à des contraintes répétitives dans le cadre d’activités professionnelles ou sportives.
La prise en charge classique de l’arthrose comprend la prescription d’antidouleurs, ainsi que de  substances dites chondro-protectrices (chondroïtine, glucosamine, collagène etc.). Toutefois la prescription de nombreux antidouleurs n’est pas anodine pour la santé avec des risques notables à long terme
. Ainsi les anti-inflammatoires au long cours (par exemple diclofenac, ibuprofène, aspirine etc.) sont connus pour favoriser des maladies cardiovasculaires, des saignements digestifs ainsi que des atteintes rénales ou hépatiques.
Les médicaments phares de l’arthrose sont les chondro-protecteurs tels que la chondroïtine ou la glucosamine qui sont toutefois d’une efficacité discutable et variable d’une personne à l’autre. Il y a quelques années, de nouvelles approches plus technologiques sont apparues comprenant l’injection dans les articulations de cellules souches ou de plasma riche en plaquettes (PRP) provenant de votre sang. Le but de ces traitements étant de stimuler la réparation du cartilage abîmé. Quand ça marche, cette technique peut réellement aider les gens à avoir moins de douleurs.
Toutefois, dans toutes ces approches conventionnelles on ne s’adresse jamais aux causes profondes qui ont entraîné l’atteinte des articulations. Pourtant notre terrain joue un rôle déterminant dans le développement de l’arthrose. La recherche médicale a montré que des maladies métaboliques telles que le diabète, l’obésité ou l’insulino-résistance ont une influence sur le développement de l’arthrose et même sur l’intensité des douleurs. 2
Mais récemment un troisième facteur déterminant a été mis en évidence : le microbiote. Il jouerait ainsi le rôle du chaînon manquant entre les maladies métaboliques, l’inflammation et l’arthrose.3

Les arthrites inflammatoires : PR, SPA, …
Cette catégorie de douleurs articulaires comprend le plus souvent des maladies auto-immunes dont les plus fréquentes sont la polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite ankylosante. La polyarthrite rhumatoïde touche environ 0,5 % de la population, ce qui affecte tout de même presque 300 000 personnes en France.
L’approche actuelle de ces maladies consiste à traiter les douleurs et l’inflammation ainsi que réduire l’activité excessive du système immunitaire. Par exemple, dans la polyarthrite rhumatoïde, on prescrit des corticoïdes (prednisone) associés à des traitements de fond dont le plus connu est le méthotrexate. Les corticoïdes sont souvent utilisés sur une période courte ou à faible dose en raison de leurs nombreux effets secondaires (ostéoporose, sarcopénie, HTA, fragilité de la peau, prise de poids etc.). Le méthotrexate, qui est l’immunosuppresseur le plus prescrit comme traitement de fond, est relativement bien toléré mais il a toutefois différents effets secondaires (nausées, vomissements, gingivite, diarrhée, fatigue etc.).
À l'inverse, nous le verrons plus loin, la médecine fonctionnelle et nutritionnelle va s’intéresser principalement aux causes premières qui ont permis l’éclosion de ces maladies et le microbiote est souvent l’endroit où elles commencent. En effet, la recherche actuelle a montré dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde des perturbations du microbiote intestinal, en particulier une restriction de la biodiversité microbienne et une réduction des bactéries amies connues pour leurs propriétés immuno-régulatrices 5-6. Le microbiote buccal est également suspecté, en raison de la fréquence de périodontite marquée chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, ou encore de la présence d’ADN de Porphyromonas gingivalis dans le liquide synovial de certains d’entre eux. Ainsi, corriger ces anomalies pourrait améliorer et réguler l’immunité des patients d’une façon naturelle sans agresser leur organisme 7. Dans la spondylarthrite rhumatoïde, les études montrent des constats similaires quant à l’implication du microbiote 8-9.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Inflammation articulaire et blocage des cytokines

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 10:11

Encart : Une nouvelle génération de traitements
Depuis une quinzaine d’années est apparue une nouvelle génération de traitements appelés « biologiques ». Il s’agit de médicaments visant à bloquer certains messagers-clé de l’inflammation comme le TNF alpha ou l’interleukine 1, 6 ou 17, etc. Les plus connus et les plus utilisés sont les anticorps anti-TNF alpha (l’Enbrel, l’Humira ou le Simponi.) qui, en réduisant notre immunité, sont accompagnés d’un risque d’infections quelquefois graves. Les études montrent que ces traitements permettent de réduire les symptômes et de prévenir la détérioration articulaire dans environ 50 % des cas. Même lorsque ces médicaments entraînent une rémission clinique de la maladie, il persiste une inflammation à bas bruit dans les articulations qui peut déboucher sur une récidive dès l’arrêt de ces traitements. Dans le meilleur cas la maladie est « sous contrôle » mais elle persiste.
Fin de l’encart.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Facteurs aggravants dans l'arthrose

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 10:18

Et si ça venait de l’intestin ?

On peut actuellement suspecter que la source principale de la plupart des inflammations articulaires provient de l’intestin. En effet, la recherche montre de plus en plus de relations entre les rhumatismes inflammatoires, une dysbiose intestinale et l’augmentation de la perméabilité intestinale (leaky gut).
Dans l’arthrose, l’intestin est également impliqué mais des perturbations de terrain comme l’inflammation de bas grade ou le stress oxydatif jouent également un rôle déterminant dans l’évolution des troubles dégénératifs.

Relation entre les douleurs articulaires et la muqueuse intestinale
La barrière intestinale est composée d’une couche de cellules épithéliales sécrétant des composés antimicrobiens et d’une couche de mucus offrant une interface protectrice contre les bactéries de l’intestin. Les cellules intestinales sont attachées les unes contre les autres par un système de jonctions serrées empêchant que des intrus puissent se faufiler à l’intérieur de notre organisme.

Si ces jonctions serrées sont abîmées, alors l’intestin devient perméable, ce qui permet à des fragments bactériens, des toxines ou des composés alimentaires de pénétrer notre organisme et d’activer notre système immunitaire.


Ces réactions entre antigènes et notre immunité vont favoriser l’apparition d’une inflammation de bas grade dans l’ensemble de notre corps. De nombreuses études ont montré une relation avec ce mécanisme d’inflammation et diverses maladies comme les allergies, le diabète, les maladies cardiovasculaires, l’obésité, les troubles cognitifs. Ce même processus est responsable de la plupart de nos douleurs articulaires.

Ainsi, dans la polyarthrite rhumatoïde ou dans la spondylarthrite ankylosante, plusieurs études récentes ont montré une augmentation de la perméabilité intestinale qui était due à une altération des jonctions serrées ainsi qu’à une augmentation d’une protéine appelée zonuline, permettant le passage d’antigènes (bactéries, aliments, toxines) dans le corps provoquant des réactions immunitaires 4,10. Autant les bactéries intestinales qui pénètrent notre muqueuse intestinale que le gluten peuvent stimuler le largage de zonuline et ainsi augmenter la perméabilité intestinale !

Il existe divers autres facteurs qui abîment la paroi de notre intestin et favorisent ainsi un leaky gut. Une des causes les plus fréquentes provient de notre alimentation occidentale. Cela comprend les excès de sel et de sucre, l’adjonction d’émulsifiants et de surfactants dans les produits transformés. Il faut également tenir compte de l’excès de graisses saturées, ainsi que l’excès de fructose industriel, etc.

Mais la cause majeure entraînant l’inflammation de l’intestin et la perte de la fonction barrière de notre intestin provient probablement du déséquilibre de nos bactéries intestinales. C’est pourquoi la dysbiose est probablement un élément clé dans toutes ces douleurs articulaires.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Inhibiteurs d'enzymes amylase / trypsine

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 10:21

Encart : Gluten : l'étau se resserre
Les réactions au gluten sont sévères lors de la maladie cœliaque mais sont également présentes chez les personnes ne souffrant pas de cette maladie. 11
D’autre part, des études récentes ont montré, dans les céréales à gluten, de fortes concentrations d’inhibiteurs d’amylase / trypsine (ATI) qui activent exagérément notre système immunitaire, provoquant une inflammation de l’intestin.12 Les ATI sont des protéines qui protègent les plantes contre les parasites qui squattent le blé.
Fin de l’encart.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les prolamines stimulent la zonuline et accentuent la perméabilité intestinale

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 10:29

Commentaires (NDLR)
NDLR1 : Ce point est capital. Même chez les personnes bien-portantes (sans allergie perceptible, ou sans pathologie), le système immunitaire réagit. Le gluten – toutes les formes de gluten, pas seulement le gluten du blé, toutes les prolamines des pseudo-céréales aussi, mais souvent en moindre quantité – ces prolamines entraînent une réaction de l’organisme (zonuline).  Ce qu’on appelle communément « gluten » est une famille de protéines.  En fait des prolamines. Ce sont des protéines de stockage présentes dans les graines de céréales et qui possèdent une teneur élevée en proline et en glutamine. La quantité de prolamines est nettement  moindre dans les pseudo-céréales, mais pas absente, comme déjà précisé.

90 % des personnes ne se rendent pas compte que le système immunitaire réagit car nous avons un système de réparation programmé qui entre en jeu. Le corps se répare quand nous dormons, tant que nous ne dépassons pas un certain stade, sinon cet excès de perméabilité pourrait alors faire boule-de-neige…

Lire à ce sujet : le blé a un impact sur l’immunité innée (en anglais) (pas maintenant sauf si vous n’êtes pas encore convaincu).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  

NDLR2 : La zonuline est une protéine inflammatoire qui a été découverte par Alessio Fasano en 2000. La zonuline provoque une ouverture des jonctions serrées, entre les cellules de la paroi intestinale, ce qui entraîne une perméabilité anormale et le passage de protéines insuffisamment digérées dans le sang, capables de déclencher des réactions immunitaires.
Cette perméabilité anormale (également appelée « leaky gut ») permet le passage d’endotoxines très inflammatoires, qui proviennent soit de bactéries de l’intestin, soit de bactéries présentes dans les aliments.
La gliadine, une des protéines du gluten, augmente donc la sécrétion de zonuline.

Infos supplémentaire sur la zonuline:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (Posté par un certain Nestor345 Rolling Eyes )

NDLR3 : Il n’y a pas que le gluten. Il y a aussi les lectines dans les graines. Les lectines végétales constituent un système de défense pour les plantes contre les prédateurs. Un peu ça passera souvent ; un peu trop et l’animal sera « malade ». Avertissement. Les lectines des plantes sont donc des protéines toxiques. Les lectines sont des protéines qui se lient aux hydrates de carbone et se fixent aux sucres essentiels dans le corps humain. Ce sont des glycoprotéines tout comme leurs homologues protecteurs. Les sucres essentiels recouvrent généralement les surfaces des cellules et les aident à communiquer. Les lectines se lient aux sucres essentiels et perturbent la communication cellulaire. Quand elles le font, elles peuvent provoquer une agglutination - c'est-à-dire que le sang peut s'agglutiner / coaguler. On pense que les lectines végétales existent en tant que mécanismes de défense. Beaucoup ont des effets létaux sur divers insectes et provoquent des dérangements d'estomac chez les animaux qui s’en nourrissent comme source principale – et chez les humains.

Supplément intéressant : Quand nous ingérons un supplément de glucosamine (N-acétyl-glucosamine, NAG), l'agglutine de germe de blé (AGB), au lieu de se lier à nos tissus, se lie à la chitine micronisée du supplément, nous épargnant ainsi de l'impact des lectines (AGB).

Les lectines végétales se trouvent principalement dans:
Les légumineuses (toutes les fèves y compris les Kidney, les pois chiches, le soja et les arachides)
Les céréales et les graines (blé, quinoa, riz, sarrasin, avoine, seigle, orge, millet et maïs)
Les solanacées (pommes de terre, aubergine, tomate, poivron)

Une lectine bien connue, la phytohémagglutinine (PHA), se trouve dans les fèves et autres légumineuses de la famille des haricots (haricots noirs, haricots pinto, etc.). PHA se lie à de nombreux sucres essentiels; il agglutine ensuite les globules blancs, réagit avec les mastocytes (cellules du système immunitaire) provoquant une libération excessive d'histamine, se lie aux récepteurs de l'insuline des cellules graisseuses mimant l'insuline et est hautement toxique. Lorsqu'elle est consommée en quantités significatives, la PHA provoque des troubles gastro-intestinaux identiques à une intoxication alimentaire.

NB : La bonne nouvelle, c’est que lorsque vous faites tremper les graines et les « beans », puis que vous les cuisez (ou si vous les faites germer), presque toutes les lectines seront neutralisées. Mais pas dans toutes les fèves (soja).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Des bactéries qui migrent dans les articulations ?

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 10:54

Des bactéries intestinales dans vos articulations
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Dans notre intestin, nous hébergeons environ 100 000 milliards de bactéries regroupées dans environ 1500 espèces différentes, toutefois seule une centaine de ces espèces représente 99 % de la population. Depuis quelques années nous pouvons identifier ces espèces grâce au séquençage de l’ADN de notre microbiote, ce qui nous a permis de commencer à comprendre les relations entre certains équilibres bactériens et notre santé ainsi que le risque de développer certaines maladies.

La première constatation, retrouvée dans de nombreuses études, est qu’une grande diversité bactérienne semble correspondre à une alimentation saine et une meilleure santé. De plus, certaines espèces telles que les lactobacilles ou les bifidobactéries ont des effets régulateurs favorables pour notre santé. Par exemple l’ADN de ces bactéries amies peut avoir un effet direct sur les cellules immunitaires protectrices appelées T régulateurs et ainsi réduire les réponses inflammatoires. De plus, les bifidobactéries produisent, par fermentation des fibres alimentaires, des acides gras à chaînes courtes dont le plus étudié est le butyrate. Une bonne concentration de ces acides gras à chaines courtes dans notre intestin permet d’inhiber des bactéries pathogènes comme les salmonelles et de créer un bon environnement pour la croissance des bactéries amies et la santé de notre système immunitaire. Le butyrate et le propionate jouent également un rôle sur la régulation de la perméabilité intestinale et aident à réparer les jonctions serrées abîmées. Les bactéries amies ont d’autres fonctions favorables telles que produire des substances antimicrobiennes contre les pathogènes et stimuler les cellules épithéliales de l’intestin afin d’augmenter la production d’IgA.

Maintenant que nous comprenons l’importance d’avoir une bonne barrière intestinale et un bon écosystème intestinal, nous allons comprendre comment la dysbiose est responsable de l’apparition des douleurs articulaires. La dysbiose représente un déséquilibre de nos bactéries intestinales au détriment de nos bonnes bactéries, empêchant les actions positives de ces dernières sur la protection de la barrière intestinale et la santé de notre système immunitaire. La présence d’une dysbiose indique également que des germes opportunistes (bactéries pathogènes, levures, parasites) ont pu se développer en excès. Ce déséquilibre peut amener à une inflammation de l’ensemble de notre corps, incluant les articulations.

La recherche confirme le rôle de la dysbiose dans le développement des arthrites13. Ainsi a-t-on retrouvé la présence de fragments bactériens d’origine intestinale dans le liquide synovial des articulations examinées chez des patients souffrant de PR (Proteus mirabilis, Prevotella copri etc.). Ces composés bactériens ont la capacité d’initier un processus autoimmun favorisant l’éclosion de la maladie ainsi que d’entraîner stress oxydatif et inflammation, causant douleurs, gonflement et détérioration des cartilages articulaires 15-16.

D’autre part, il existe aussi une association entre le déséquilibre du microbiote buccal et la polyarthrite rhumatoïde, principalement chez les personnes présentant une parodontose. En effet, une bactérie appelée Porphyromonas gingivalis, fréquemment retrouvée dans les PR, produit des enzymes capables d’altérer certains tissus de notre organisme et de favoriser la maladie auto-immune 17-18. La polyarthrite rhumatoïde représente donc un état d’inflammation chronique pouvant être provoqué ou aggravé par la présence d’une dysbiose autant au niveau intestinal que buccal.

Devant la présence d’études de plus en plus nombreuses montrant cette connexion intestin-arthrite, de nombreux chercheurs suggèrent comme nouvelle approche thérapeutique de moduler le microbiote par la prescription de probiotiques, prébiotiques ou de transplantations fécales 19, ainsi qu’une prise en charge du microbiote oral en cas d’une maladie parodontale ou lors d’inflammation des gencives
.

Des études récentes commencent également à mettre en évidence un lien entre le microbiote et l’arthrose. On sait depuis un certain nombre d’an¬nées que l’arthrose est plus souvent associée à des maladies métaboliques comme l’obésité ou le diabète. Ces perturbations métaboliques liées à un excès de sucre (glycation) et de graisse abdominale (inflammation) pouvaient expliquer l’accélération de processus dégénératifs articulaires. Toutefois ces maladies métaboliques sont elles-mêmes étroitement liées à des altérations du microbiote qui semblent jouer un rôle primordial. Des scientifiques canadiens ont ainsi étudié sur des rats le rôle du microbiote intestinal comme initiateur ou accélérateur de l’arthrose. Les rats qui étaient nourris par une diète riche en graisses et en sucres devenaient rapidement obèses, ils développaient une dysbiose intestinale et parallèlement leur score d’arthrose devenait plus élevé. Une autre étude a montré chez les rats obèses la présence dans le sang de bactéries intestinales (LPS) indiquant la présence d’une hyperperméabilité de l’intestin 3. La dysbiose et le leaky gut étaient corrélés avec la progression de troubles arthrosiques.

Il devient donc de plus en plus évident que le traitement de la dysbiose et du leaky gut serait une étape nécessaire de la prise en charge des douleurs articulaires, même sans symptômes digestifs.

Autre fait intéressant, le traitement standard de l’arthrose reste la chondroïtine sulfate (Chondrosulf), toutefois ce traitement reste peu efficace.

Des études récentes ont montré que son efficacité dépend en grande partie de l’état de notre flore intestinale
. Ainsi une étude a montré qu’une présence abondante d’Akkermansia muciniphila (un probiotique important pour protéger la muqueuse) rendait efficace ce traitement alors que l’absence de cette bactérie était accompagnée par une progression de l’arthrose20.



_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Soigner le microbiote afin de soulager les intestins

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:01

Guérir son intestin pour guérir ses articulations
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
De longue date, nutritionnistes et naturopathes se sont occupés de la santé de l’intestin, reconnu comme carrefour essentiel de la santé. Il est réjouissant de constater que dans les douleurs articulaires, l’état de notre microbiote commence à être étudiée et validé par la littérature médicale et la science. La médecine a toutefois de la peine à concevoir des approches holistiques non agressives, les études actuellement se concentrent sur des prescriptions de pro ou prébiotiques21, ou plus récemment sur l’intérêt des transplantations fécales. En médecine nutritionnelle ou en naturopathie, il est important de traiter l’individu d’une façon globale, il s’agit bien entendu de traiter la dysbiose et le leaky gut avec certains compléments alimentaires et plantes mais également de modifier si nécessaire l’alimentation et la gestion du stress de la personne. Voici les étapes principales d’une prise en charge holistique.
1/ Opter pour une alimentation anti-inflammatoire
2/ Assainir son microbiote en traitant sa dysbiose
3/ Guérir sa muqueuse intestinale en traitant son leaky gut


Une alimentation anti-inflammatoire
L’inflammation est une des causes principales des maladies chroniques comprenant les douleurs articulaires. Dès lors, réduire l’inflammation par une modification de notre alimentation est le but principal
. En effet, la nourriture a le pouvoir de déclencher en nous des états inflammatoires à travers des nutriments comme le sucre ou les graisses animales, surtout lorsque nous manquons de graisses oméga-3 et d’antioxydants.
Le but d’une alimentation santé est de manger des aliments qui réduisent notre inflammation et qui soutiennent la santé de notre intestin. Il existe de nombreuses diètes santé (diète méditerranéenne, végétarienne, paléolithique, sans gluten, pauvre en glucides, acido-basique, etc.).
Le dénominateur commun de la plupart de ces diètes est la consommation d’aliments non transformés, de légumes et de fruits, de bonnes graisses ainsi que des céréales complètes et des légumineuses. Il faut parallèlement limiter la junk food, les graisses toxiques (Trans), le sucre, la viande rouge en excès et les farines raffinées. Dans une publication récente évaluant plusieurs études d’intervention, la diète méditerranéenne avait permis la réduction de l’inflammation et des douleurs chez des personnes souffrant de polyarthrite 22.
Dans l’arthrose, l’alimentation est également importante principalement parce qu’elle peut réduire l’état inflammatoire. On sait que les personnes en surcharge de poids et/ou en insulino-résistance sont plus aptes à développer de l’arthrose.
Une publication récente a constaté sur une large population d’arthrosiques (4358 participants) que les personnes qui avaient une alimentation de type inflammatoire avaient plus d’arthrose au niveau radiologique23. Cela a été également démontré sur des souris chez lesquelles une alimentation hypercalorique favorisait des troubles métaboliques s’accompagnant d’une dégradation accélérée du cartilage24. De plus, une étude de l’Université du Michigan a évalué deux groupes de personnes souffrant d’arthrose sur une période de six semaines. Le premier groupe a continué à manger une alimentation habituelle riche en produits animaux et farines raffinées, le deuxième groupe a consommé une alimentation végétale comprenant à volonté des légumes, des fruits, des céréales complètes, des légumineuses et un peu d’oléagineux. À la fin des six semaines, ceux qui avaient mangé une diète végétale avaient beaucoup moins de douleurs articulaires 25.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Nettoyer ses intestins de la pullulation bactérienne

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:04

Encart: Ces plantes qui nettoient votre intestin
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Antimicrobienne, l’artémisia (artémise) agit sur les bactéries, les levures et les parasites.

C’est un peu la métaphore du jardinier qui doit enlever la mauvaise herbe avant de planter ses nouvelles graines. La plupart des protocoles antimicrobiens, que ce soit par des plantes ou des antibiotiques (Xifaxan), proviennent des prises en charges du SIBO qui est une pullulation bactérienne de l’intestin grêle.

Le SIBO reste toutefois souvent associé à une dysbiose et la prise en charge par des plantes permet un assainissement global de ces deux problèmes. D’autant plus que diverses plantes antimicrobiennes ont un spectre d’action autant sur les mauvaises bactéries que sur les levures ainsi que sur les parasites. Les plantes les plus utilisées comprennent l’HE d’origan ou de thym, les extraits de berberine contenant un puissant extrait antimicrobien, les extraits d’ail (allicin), l’artemisia, extrait de pépin de pamplemousse, black walnut, etc. L’avantage des plantes est leur efficacité, leur coût relativement faible et leur action multiple. Certaines personnes peuvent ressentir des effets secondaires et il peut être important pour elles de débuter avec de faibles doses et d’augmenter très progressivement. De plus, diverses plantes sont métabolisées par le foie et il faut se renseigner sur d’éventuelles interactions avec des médicaments que vous prenez, et réduire les doses si vous souffrez de problèmes hépatiques. Dans la partie pratique, certains protocoles seront proposés.
Fin de l’encart

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Pas de probiotiques en attaque si dysbiose

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:07

Assainir son microbiote en traitant la dysbiose
La façon la plus efficace et naturelle pour traiter une dysbiose est, dans un premier temps, de nettoyer les bactéries pathogènes ou les levures (candida par exemple) avant de réensemencer le microbiote avec des probiotiques et des changements alimentaires (prébiotiques, aliments lactofermentés).

On répète: On assainit d'abord le microbiote, puis on ensemence. On n'ajoute pas une couche de bonnes bactéries quand ça pullule déjà!
Si vous n'êtes pas convaincu, allez lire le Dr Bruno Donatini...

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Quels probiotiques pour un leaky gut?

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:12

Les bactéries amies
Les probiotiques sont des souches commercialisées de bactéries amies dont les effets positifs sur la santé sont documentés dans de nombreuses études. Les probiotiques sont connus pour leur capacité à traiter les dysbioses ainsi qu’à protéger les jonctions serrées et par conséquent à traiter le leaky gut. Par exemple le Bifidobacterium infantis augmente les taux d’occludine, une protéine qui répare les atteintes des jonctions serrées26, alors que le Lactobacillus plantarum stimule la formation des jonctions serrées27. D’autres lactobacilles ont des effets protecteurs sur la barrière intestinale incluant les lactobacilles salivarius, rhamnosus ou casei. En général, les probiotiques protègent indirectement la barrière intestinale en empêchant l’adhésion des mauvaises bactéries qui sécrètent des enzymes s’attaquant aux jonctions serrées.28
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lactobacilles protecteurs de la barrière intestinale

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Suppléments utiles pour restaurer l'étanchéité intestinale

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:13

Guérir sa muqueuse intestinale en traitant son leaky gut
Le leaky gut ou hyper perméabilité intestinale est dû, comme nous l’avons vu ci-dessus, à une atteinte de la muqueuse intestinale dont les origines sont multiples. Cette hyper perméabilité permet le passage d’aliments partiellement digérés, de bactéries ou d’autres pathogènes favorisant inflammation et réactions immunitaires. Les conséquences pour la santé sont nombreuses (allergies alimentaires, problèmes cutanés, troubles digestifs, fatigue etc.) et concernant les douleurs articulaires, cela peut favoriser les rhumatismes inflammatoires (polyarthrite rhumatoïde, arthrite psoriasique, syndrome de Sjogren, etc.) ainsi que les douleurs chroniques telles que l’arthrose ou la fibromyalgie. Le traitement de la dysbiose reste la première stratégie pour aider à guérir la muqueuse intestinale. La prescription de probiotiques, en aidant à restaurer la bonne flore, aide également pour traiter autant la dysbiose que le leaky gut. Il existe toutefois des nutriments spécifiques pour réparer la muqueuse que nous allons voir ci-dessous.

La glutamine  
La glutamine est un acide aminé abondant dans notre corps qui reste le composé phare pour réduire la perméabilité intestinale. La glutamine est concentrée dans le muscle et utilisée par toutes les cellules qui doivent se diviser rapidement, partculièrement les cellules épithéliales de notre intestin, mais également les cellules immunitaires. De nombreuses études ont confirmé la capacité de la glutamine pour réduire l’hyperperméabilité intestinale, particulièrement en augmentant une protéine qui régule et répare les jonctions serrées29. Des chercheurs ont même montré chez des rats souffrant de leaky gut une nette réduction des niveaux inflammatoires (NFKB, TNF-alpha) après administration de glutamine. En termes de dosage, les études varient de 3 à 20 g par jour ; ces doses sont souvent bien tolérées, sans effets secondaires.

Encart : Restaurez votre barrière intestinale en 3 semaines
Lors d’arthrites inflammatoires, il existe pratiquement toujours un leaky gut.
Cela signifie qu’il y a vraisemblablement des intolérances alimentaires, car des fragments alimentaires ont pu passer à travers une barrière intestinale poreuse et déclencher une réponse immunitaire qui se manifeste par un état inflammatoire. En fait, plus l’intestin est perméable et plus il existe d’intolérances alimentaires.

Dès lors, il peut être nécessaire au début d’exclure pendant quelques semaines certains aliments connus pour leur antigénicité, le temps que la barrière intestinale soit réparée. Les tests sanguins à la recherche d’intolérances ne sont pas toujours fiables, raison pour laquelle il est proposé de faire une diète d’élimination quelques semaines (trois à quatre semaines). Les aliments les plus incriminés sont en général le gluten, les produits laitiers, le soja, le maïs et les cacahuètes. Parallèlement, il faut bannir les sucres, les farines raffinées et les mauvaises huiles (fritures, trans etc.) et opter pour une alimentation saine riche en légumes colorés et en fruits riches en polyphénols et en fibres. Une publication médicale a confirmé l’intérêt d’une diète d’exclusion dans la polyarthrite rhumatoïde 28.
Fin de l’encart.

Zinc, resvératrol, curcumine… les autres composés utiles
Nous avons déjà vu l’intérêt des probiotiques dans la prise en charge du leaky gut. Le zinc semble également avoir un effet protecteur sur les cellules épithéliales de l’intestin et la prise de zinc a montré une capacité à réduire les lésions de la muqueuse intestinale. Dans des études animales le resvératrol a montré une capacité à renforcer les jonctions serrées et réduire la perméabilité intestinale. La curcumine, qui est un composant du curcuma, est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes, ce qui la rend particulièrement intéressante dans la prise en charge des arthralgies. De plus, on a récemment mis aussi en évidence une capacité à renforcer la barrière intestinale et à augmenter l’activité des bonnes bactéries30 D’autres substances telles que le butyrate, la quercétine ou la berbérine ont montré une capacité à renforcer la barrière intestinale, probablement par des mécanismes multiples.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Alimentation optimale pour soulager l'inflammation

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:53

L’alimentation qui soulage
En cas d’arthrites inflammatoires (ex : polyarthrite rhumatoïde)
Commencez par une diète d’élimination pendant environ trois semaines à un mois en excluant le gluten, les produits laitiers, le soja, le maïs, les œufs ainsi que les solanacées (tomates, patates, poivre et aubergines). Éliminez parallèlement les sucres et les farines raffinées. Lorsque les symptômes se sont améliorés, réintroduisez progressivement chaque aliment tous les deux à trois jours en notant les effets sur la réapparition des symptômes. Les aliments qui réveillent vos symptômes doivent être exclus pour l’instant. L’exclusion du gluten est conseillée au long cours dans toutes les maladies auto-immunes.

Lors de douleurs articulaires
Éliminez ou réduisez :
- Sucres raffinés, fructose industriel (high corn sirup), farines raffinées.
- Les huiles hydrogénées, TRANS, huiles riches en oméga-6 (tournesol, soja, maïs…)
- Les viandes industrielles (non bio) contenant pesticides et résidus antibiotiques.
- Les aliments transformés industriellement (tout ce qu’on ne trouve pas à l’état brut, contenant divers ingrédients rajoutés tels que sel, colorants, conservateurs).


Consommez en priorité :
- des légumes pleins de couleurs et des fruits (apport en polyphénols et fibres) chaque jour ;
- des bonnes graisses antiinflammatoires telles que des poissons des mers froides, avocat, huile d’olive bio, oléagineux et graines (lin, chia, courge, chanvre etc.) ;
- mangez modérément des viandes bio, idéalement d’animaux élevés en pâturage ;
- des céréales sans gluten non transformées (quinoa, riz sauvage, millet, Sarrasin) ;
- des produits tirés de la noix de coco (huile, lait, yaourt etc.). L’huile de coco est riche en acide laurique et caprylique aux propriétés antibactériennes et antifongiques
.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Nutriments utiles en cas d'arthrose

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 11:57

Le pouvoir des compléments
Les compléments de base dans les arthralgies
- Huile de poisson oméga-3 : environ 3 g d’EPA et DHA par jour
- Curcumine 500 mg 2 à 3 fois par jour
- Vitamine D 2000 UI par jour
- Complexe antioxydant
(exemple Oxidyn de chez Bionutrics)
- En cas d’arthrose : rajoutez 10 g de collagène de type 2 non dénaturé pour nourrir le cartilage

Réparer la muqueuse intestinale
- L-Glutamine* en poudre (ex. Glutagenics) : dosage au début, les 2 premiers mois on peut prendre 2 fois 3 g par jour (10 min avant les repas) puis 3 g par jour pendant 3 à 6 mois.
(Notez que la vitamine D, le zinc, la curcumine peuvent aider à réparer la muqueuse mais sont déjà inclus dans les suppléments de base. Le resvératrol est en option, intéressant pour la muqueuse de l’intestin et comme antioxydant).

* Pas de glutamine en cas de suspicion de candida albicans sinon vous allez nourrir la bestiole. Attendez ...

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Plantes et huiles essentielles anti-microbiennes

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 12:03

Une petite cure d’herbes antimicrobiennes

Traiter une dysbiose ou un SIBO avec des herbes antimicrobiennes est important car les mauvaises bactéries et les levures (candida) présentes dans l’intestin sont à l’origine de l’inflammation des articulations. Les cures antimicrobiennes peuvent durer entre un et deux mois au maximum.

Les plantes les plus utilisées comprennent certaines huiles essentielles (origan, cannelle, thym, clou de girofle etc.), la berbérine, l’artémisia, les extraits d’ail (allicin), etc. Le plus simple est d’utiliser des produits combinant ces plantes.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Le clou de girofle sera particulièrement utile pour éliminer, dans une première phase, la pullulation bactérienne.

NDLR : Attention, ces 4 HE sont classées dans la grosse artillerie (origan, cannelle, thym, clou de girofle) (désencrassage assuré. Il vaudrait mieux s’informer sur un protocole progressif, ndlr, sur 8 à 12 semaines).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Épine-vinette (Berberis vulgaris)

De nombreuses personnes éprouvent la nécessité de refaire des cures ponctuelles une à deux fois par an. Gardez en tête que lorsque vous tuez des mauvaises bactéries ou des levures (candidose), ces germes, en mourant, peuvent libérer des toxines susceptibles de provoquer pendant quelques jours mal de tête, fatigue, aggravation de troubles digestifs. Il est conseillé de réduire les doses de moitié ou même faire une pause d’un à deux jours avant de recommencer.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthrose, alimentation et microbiote

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 12:08

Les probiotiques
Les probiotiques peuvent être pris en même temps que les herbes antimicrobiennes, dès lors il est préférable de les prendre au coucher, plusieurs heures après les plantes antimicrobiennes. L’autre possibilité est de débuter les probiotiques après le traitement antimicrobien. Les dosages doivent être au minimum de 25 à 50 milliards de bactéries par jour.

Les souches étudiées dans l’arthrite pour leur effet anti-inflammatoire sont principalement les Lactobacillus casei31, acidophilus, rhamnosus, reuteri ou salivarius32. D’autre part les Bifidobacterium infantis, bifidum et le Lactobacillus plantarum ont montré leur capacité à protéger les jonctions serrées et aident à guérir le leaky gut. Il est dès lors conseillé de prendre des probiotiques aux multiples souches intégrant le plus possible celles décrites ci-dessus.

Voici quelques exemples :
*Ther-Biotic de Klaire Labs
*Les Probiotics de la marque Garden of Life dont certains ont été formulés par le Dr Perlmutter sont composés de multiples souches (15 à 30 souches différentes de lactobacilles et bifidobactéries) qui incluent les souches décrites ci-dessus.
Dr Antonello D’oro

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthrose, alimentation et microbiote

Message  Luc le Sam 10 Mar 2018 - 12:10

Références de l'article
1. Steves CJ « The Microbiome and Musculoskeletal Conditions of Aging: A Review of Evidence for Impact and Potential Therapeutics. » J Bone Miner Res. 2016 Feb ;31(2) :261-9. J Bone Miner Res. 2016
2. Courties A « Metabolic syndrome-associated osteoarthritis » Curr Opin Rheumatol. 2017 Mar ;29(2) :214-222 . Ces maladies ont comme point commun une inflammation de bas grade avec un stress oxydatif agressant nos cartilages.
3. Collins KH « Relationship between inflammation, the gut microbiota, and metabolic osteoarthritis development: studies in a rat model» Osteoarthritis Cartilage. 2015 Nov;23(11):1989-98 -4
4. Huang Z « Does lipopolysaccharide-mediated inflammation have a role in OA » Nat Rev Rheumatol. 2016 Feb;12(2):123-9.
5. Van de Wiele T « How the microbiota shapes rheumatic diseases » Nat Rev Rheumatol 2016 Jul ;12(7) :398-411
Nat Rev Rheumatol.
=> This involvement affects pro-inflammatory and anti-inflammatory processes not only at the epithelial level, but also at remote sites such as the joints.
6. Kang « Alered gut microbiota in RA: implications for treatment» Z Rheumatol 2017 Jun;76(5):451-457
Zeitschrift für Rheumatologie
=> A growing body of evidence has shed light on the association of dysbiosis of gut microbiota with Rheumatoid arthritis (RA). Certain gut microbial strains have been shown to inhibit or attenuate immune responses in RA experimental models, suggesting that specific species among intestinal commensal bacteria may play either a pathogenic or a protective role in the development of RA.
7. Van der Meulen TA « The microbiome-systematic disease connection » Oral Dis. 2016 Nov ;22( 8 ) :719-734
8. Yang L « A possible role of intestinal microbiota in the pathogenesis of ankylosing spondylitis » Int J Mol Sci. 2016 Dec 17 ;17(12)
9. Kabeerdoss J « Gut inflammation and microbiome in spondylarthritis» Rheumatol Int 2016 Apr;36(4):457-68
10. Nagpal R «Bacterial Translocation from the Gut to the Distant Organs: An Overview » Ann Nutr Metab 2017;71 1:11-1
11. Lerner «Adverse effects of gluten ingestion and advantages of glutenwithdrawal in nonceliac autoimmune disease » Nutr Rev 2017 Dec 1 ;75(12) :1046-1058
12. Zevallos VF «Nutritional Wheat Amylase-Trypsin Inhibitors Promote Intestinal Inflammation via Activation of Myeloid Cells » Gastroen¬terology 2017 Apr ;152(5) :1100-1113
=> See comment on this link: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
This study compared the effects of amylase trypsin inhibitors (ATI) from 38 different foods that were either gluten-containing or gluten free, including both unprocessed foods (wheat, barley, rye, rice, lentils, amaranth, soy, etc.) and processed items (like pizza, bread, biscuits, and pasta). The researchers extracted the ATIs from each food, determined their biological activity in both mouse and human cell lines, and then studied what happened when those ATIs were fed to mice eating gluten-free diets, mice eating ATI-free diets, or mice with induced colitis.
Their finding:  The findings? For starters, gluten-containing grains had ATI levels that were as much as 100-fold higher than gluten-free foods!
On top of confirming that modern wheat is unusually high in ATIs, this study showed that consumption of those ATIs induced intestinal immune cell infiltration and activation, as well as the release of inflammatory mediators (this mostly took place in the colon, followed by the ileum, followed by the duodenum). Basically, ATIs from gluten-containing grains (most importantly, at levels found in a normal gluten-containing diet!) were able to resist intestinal proteases and heat and trigger low-level intestinal inflammation.
13. Horta-Baas G « Intestinal Dysbiosis and Rheumatoid Arthritis: A Link between Gut Microbiota and the Pathogenesis of Rheumatoid Arthritis » J Immunol Res. 2017 :4835189 -14
14. Rogier R « Alteration of the intestinal microbiome characterizes preclinical inflammatory arthritis in mice and its modulation attenuates established arthritis » 2017 Nov 15 ;7(1) :15613 .
15. Maeda Y « Role of gut microbiota in reumatoid arthritis » J Clin Med 2017 jun 9 ;6(6) -16
16. Larsen JM « The immune response to Prevotella bacteria in chronic inflammatory disease » Immunology 2017 Aug ;151(4) :363-374 .
17. Sato K « Aggravation of collagen-induced arthritis by orally administered Porphyromonas gingivalis through modulation of the gut micro¬biota and gut immune system » Sci Rep 2017 Jul 31 ;7(1) :6955 -18
18. Cheng Z « Periodontal disease and periondotal bacteria as trigger for rheumatoid arthritis » Best Pract Res Clin Rheumatol 2017 Feb ;31(1) :19-30 .
19. Wang P « Probiotic bacteria : a viable adjuvant therapy for relieving symptoms of reumatoid arthritis » Inflammopharmacology 2016 Oct ;24(5) :189-196  
20. Wang Q « Akkermansia muciniphila May Determine Chondroitin Sulfate Ameliorating or Aggravating Osteoarthritis. » Front Microbiol. 2017 Oct 9 ;8 :195520
21. Vitetta L « The gastrointestinal microbiome and musculoskeletal diseases: a beneficial role for probiotics and prebiotics. » Pathogens 2013 Nov
14 ;2(4) : 606-26
22. Forsyth C «The effects of the Mediterranean diet on rheumatoid arthritis prevention and treatment: a systematic review of human prospective stu¬dies » Rheumatol Int 2017 Déc 18
23. Veronese N « The relationship between the dietary inflammatory index and prevalence of radiographic symptomatic osteoarthritis: data from the Osteoarthritis Initiative. » Eur J nutr. 2017 Dec 5
24. Kozjin AE « Variable cartilage degradation in mice with diet-induced metabolic dysfonction : food for thought » Osteoarthritis Cartilage 2018 Jan ;26(1) :95-107
25. Clinton CM «Whole-foods, plant-based diet alleviates the symtoms of osteoarthritis » Arthritis 2015 :708152
26. Guo S « Secretions of bifidobacterium infantis and lactobacillus acidophilus protect intestinal epithelial barrier function » J Pediatr gastroenterol Nutr. 2017 Mar ;64(3) :404-12
27. Mujagic Z « The effects of Lactobacillus plantarum on small intestinal barrier function and mucosal gene transcription : a randomized double-blind placebo controlled trial » Sci Rep 2017 Jan3 ;7 :40128
28. Makela R « Dietary therapy in patients with inflammatory arthritis» Altern Ther Health Med. 2017 Jan;23(1):34-39
29. Achamrah N «Glutamine and regulation of intestinal permeability : from bench to bedside »Curr Opin Clin Nutr Metab Care 2017 Jan ;20(1) :86-91
30. Wang J « Curcumin improves intestinal barrier function: modulation of intracellular signaling, and organization of tight junctions » Am J Physiol Cell Physiol 2017 Apr 1 ;312(4) .
31. So « Lactobacillus casei enhances type II collagen/glucosamine-mediated suppression of inflammatory responses in experimental osteoarthritis » Life Sci 2011 Feb 14 ;88 :358-66
32. Liu X « Lactobacillus salivarius Isolated from Patients with Rheumatoid Arthritis Suppresses Collagen-Induced Arthritis and Increases Treg Fre¬quency in Mice » J Interferon Cytokine Res. 2016 Dec;36(12):706-712

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5878
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthrose, alimentation et microbiote

Message  Celine57 le Dim 11 Mar 2018 - 10:04

study

_________________
Tout ce à quoi je résiste, persiste.
 C. G. Jung
avatar
Celine57
Accro
Accro

Messages : 354
Date d'inscription : 04/01/2018
Age : 69
Localisation : Alpes de Haute Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthrose, alimentation et microbiote

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum