Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Des fibres pour optimiser l'immunité
par Luc Aujourd'hui à 9:05

» Histoires drôles & Funny clips
par Luc Aujourd'hui à 7:46

» Arthrite et douleurs articulaires:crème maison au piment de Cayenne
par Luc Aujourd'hui à 7:40

» Oméga-3: l'ennemi du sommeil réparateur
par Hérode Hier à 19:28

» Les animaux malades de leurs croquettes
par Proserpine Ven 19 Juil 2019 - 9:02

» c' est quoi le BARF
par Hérode Jeu 18 Juil 2019 - 15:37

» me voilà - Hérode
par Hérode Jeu 18 Juil 2019 - 9:51

» Comprendre l'inflammation et l'impact sur les maladies auto-immunes
par Luc Mer 17 Juil 2019 - 14:52

» Bon anniversaire lmichelle
par lmichelle Dim 14 Juil 2019 - 23:22

» magique ...
par Luc Sam 13 Juil 2019 - 23:13

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Sam 13 Juil 2019 - 15:13

» Un grand moment de tendresse...
par Hérode Jeu 11 Juil 2019 - 15:20

» Impact du microbiome
par Luc Dim 7 Juil 2019 - 11:33

» Joyeux anniversaire Chriscool
par Proserpine Dim 7 Juil 2019 - 10:30

» Syndrome scombroïde : intoxication à l'histamine
par Luc Ven 5 Juil 2019 - 12:54

» encore le latin
par Proserpine Mar 2 Juil 2019 - 18:46

» Bonjour, de Maranta
par Mirzoune Mar 2 Juil 2019 - 17:43

» Histoire drôle en images 5 - Funny clip
par Hérode Mar 2 Juil 2019 - 0:21

» Arthrose-Articulations douloureuses? Pensez au MSM
par harmonydg Dim 30 Juin 2019 - 22:52

» Blog nutrition du Dr Antonello D’ORO
par Mirzoune Dim 30 Juin 2019 - 12:40

» Chaque jour que je passe sur ce forum...
par Mirzoune Lun 24 Juin 2019 - 18:00

» Les fromages et laitages. Intolérances
par Flo Lun 24 Juin 2019 - 17:25

» Protéger le foie
par Luc Ven 21 Juin 2019 - 22:13

» adieu Tamtam (=Hérode )
par Hérode Ven 21 Juin 2019 - 11:58

» Nouveau cadeau de la vie
par Proserpine Jeu 20 Juin 2019 - 15:51

» Plein le dos des lombalgies ?
par Luc Jeu 20 Juin 2019 - 10:52

» Noix et huile de noix. Cuisson
par maranta Mer 19 Juin 2019 - 17:19

» Les besoins réels en AG polyinsaturés surestimés ?
par Luc Mer 19 Juin 2019 - 15:38

» Vitamine E: Besoins réels
par Gaffal Ven 14 Juin 2019 - 10:44

» Antibiotiques et candida
par Chantal Mar 11 Juin 2019 - 14:07

» Promo Myprotein 06.19
par Nell74 Mar 11 Juin 2019 - 4:33

» Carnaval et danse du Pénis
par Nell74 Mar 11 Juin 2019 - 4:20

» The Longevity Solution
par Luc Sam 8 Juin 2019 - 8:59

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Gaffal Ven 7 Juin 2019 - 23:39

» Butter is back !
par Proserpine Lun 3 Juin 2019 - 11:06

» Bon anniversaire Chantal
par Hérode Lun 27 Mai 2019 - 11:41

» Bon anniversaire Patiloup
par Luc Lun 27 Mai 2019 - 9:38

» Bonne fête à toutes les mamans
par Hérode Dim 26 Mai 2019 - 17:45

» Geo Sciences en parle
par Luc Mer 22 Mai 2019 - 18:03

» Moins d'infections respiratoires et digestives
par Proserpine Lun 20 Mai 2019 - 17:33

» Vitamine C thermosensible mais pas à la vapeur
par Luc Dim 19 Mai 2019 - 12:10

» Supplémentation en calcium inutile en prévention de l'ostéoporose
par Luc Dim 19 Mai 2019 - 11:33

» Bon anniversaire Céline 57
par Celine57 Ven 17 Mai 2019 - 21:29

» Le CBD thérapeutique
par Luc Jeu 16 Mai 2019 - 11:58

» Histoire drôle en images 4 - Funny clip
par Luc Mar 14 Mai 2019 - 7:55

» Éviter l'Apocalypse - Bernard STIEGLER
par Chantal Ven 10 Mai 2019 - 12:16

» Fat for fuel – Dr. Joseph Mercola
par Luc Ven 10 Mai 2019 - 10:13

» Echange Partage
par Gaffal Ven 10 Mai 2019 - 7:33

» malware ?virus ? cheval de Troie ?
par Proserpine Mer 8 Mai 2019 - 18:48

» SEP et actions pour freiner la pathologie
par Luc Sam 4 Mai 2019 - 19:20

» Les meilleurs conseils pour désintoxiquer votre corps
par Gaffal Jeu 2 Mai 2019 - 19:30

» chansonniers
par Hérode Jeu 2 Mai 2019 - 17:40

» Thé vert et prévention AVC et Alzheimer
par Luc Mer 1 Mai 2019 - 9:25

» l'ozonothérapie comme traitement alternatif
par Luc Mar 30 Avr 2019 - 10:42

» PUB et clip promo délirants ou cocasses
par Luc Mar 30 Avr 2019 - 9:34

» Bon anniversaire Rouly
par Proserpine Lun 29 Avr 2019 - 8:37

» Un médecin qui travaille sur le causes des maladies chroniques
par Gaffal Sam 27 Avr 2019 - 10:30

» Posologie Psyllium
par yoz Ven 26 Avr 2019 - 9:39

» Comment optimiser l'assimilation du fer
par Proserpine Jeu 25 Avr 2019 - 16:49

» Protéines végétales dans les microgreens & les feuilles
par Luc Jeu 25 Avr 2019 - 13:36

» Les microgreens - Aliments qui vous boostent
par Luc Dim 21 Avr 2019 - 10:42

» Bon anniversaire Augustine
par Augustine Dim 21 Avr 2019 - 8:47

» Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler
par yoz Jeu 18 Avr 2019 - 14:46

» danse avec les Belugas
par Nell74 Jeu 18 Avr 2019 - 3:59

» Tournesol et riz germés.
par Mirzoune Mar 16 Avr 2019 - 10:00

» Soyez en colère! Coup de gueule du Dr. Jack Wolfson, cardiologue
par Nell74 Sam 6 Avr 2019 - 13:23

» Danse sur glace
par Nell74 Ven 5 Avr 2019 - 13:01

» Joyeux anniversaire ma frangine!
par Hérode Jeu 4 Avr 2019 - 22:59

» l'aigle passe à l'attaque
par Flo Jeu 4 Avr 2019 - 20:29

» Comment naissent les sirènes
par Nell74 Jeu 4 Avr 2019 - 19:21

» SII et anxiété
par Luc Mar 2 Avr 2019 - 15:41

» Les 7 principes du stress. Discute
par Luc Mar 2 Avr 2019 - 14:34

» Bon anniversaire Aimee
par Mirzoune Dim 31 Mar 2019 - 19:15

» À méditer...
par Mirzoune Dim 31 Mar 2019 - 10:09

» Histoire drôle en images 3 - Funny clip
par Luc Dim 31 Mar 2019 - 9:07

» Rappel : changement d'heure
par Nell74 Dim 31 Mar 2019 - 1:22

» Métagénome
par Proserpine Mer 27 Mar 2019 - 8:55

» spectacle grandiose;
par Mirzoune Lun 25 Mar 2019 - 17:58

» 5 animaux hypnotisés par une petite fille
par Hérode Dim 24 Mar 2019 - 19:28

» Bon anniversaire Philipou
par Mirzoune Dim 24 Mar 2019 - 10:22

» Un peu de poésie ?
par Proserpine Sam 23 Mar 2019 - 20:36

» Notre équipe
par germaine Ven 22 Mar 2019 - 18:12

» Présentation de Pierrette
par Luc Ven 22 Mar 2019 - 17:34

» Germaine nouvelle inscrite
par germaine Ven 22 Mar 2019 - 17:30

» Griffonia et L-5-HTP
par Luc Jeu 21 Mar 2019 - 17:57

» Bon anniversaire Mamoun69
par Mirzoune Mer 20 Mar 2019 - 19:21

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Mar 19 Mar 2019 - 11:26

» Les antibiotiques, la fin du miracle ?
par Luc Dim 17 Mar 2019 - 9:03

» La routine énergétique de Donna Eden
par Proserpine Mer 13 Mar 2019 - 8:33

» Le véganisme est une imposture
par Proserpine Mar 12 Mar 2019 - 8:10

» Code de la route & Priorité
par Proserpine Dim 10 Mar 2019 - 20:28

» Caféine, ami ou ennemi ?
par Luc Mar 5 Mar 2019 - 22:42

» Bon anniversaire Joséphine
par Mirzoune Mar 5 Mar 2019 - 13:37

» Bon anniversaire Nathalie
par Mirzoune Sam 2 Mar 2019 - 20:00

» Video Xy "Got talent"
par Luc Sam 2 Mar 2019 - 11:37

» Comédies musicales
par Luc Sam 2 Mar 2019 - 11:22

» Pain cake citron et cranberries pour le petit déj
par Luc Ven 1 Mar 2019 - 12:23

» Joyeux anniversaire, Mirzoune,
par Mirzoune Mar 26 Fév 2019 - 11:44

» Manger des fraises pour varier le microbiote
par Luc Lun 25 Fév 2019 - 12:28


Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 9:11

Extraits du chapitre 18
Aujourd’hui, les gens meurent davantage de problèmes liés à la malbouffe et l’obésité que d’une épidémie ou d’infections comme au temps du Moyen-Âge.
En ces temps d’expansion et de prospérité, les organismes sont privés de challenge. Et si l’espèce se multiplie, aux dépens de la qualité, l’espérance et la qualité de vie diminuent. Cela prend plusieurs générations pour qu’une espèce (animale, végétale ou humaine) perde les gains acquis lors des périodes de stress (adaptation stimulée).  
Si vous mettez en place un protocole combinant stress physique et nutritionnel, cela épuisera vos ressources (énergie) et cela activera les gènes qui favorisent la longévité.

La malbouffe déguisée et le facteur âge
La nourriture est un « tueur par essence », à la fois nourricière et mortel, et sert en tant que convoyeur pour deux éléments: les nutriments et l’énergie. C'est l'équilibre entre les nutriments et l'énergie qui détermine le caractère d'un aliment. Bien que les aliments riches en nutriments soient essentiels, les aliments riches en énergie sont potentiellement nuisibles. Aussi sévère que cela puisse paraître, cela est vrai pour tous les types d’aliments dans toutes les catégories, y compris la santé et la nutrition sportive. Mais ce n'est pas tout; il y a une autre variable: l'âge.

La vulnérabilité aux aliments augmente avec l’âge et l’apport alimentaire doit être ajusté en conséquence. Le problème principal concerne la croissance, c'est-à-dire les aliments qui favorisent l'extension des cellules et des tissus, y compris ceux qui stockent les graisses. Lorsque vous prenez de l’âge, vous devez faire attention aux aliments qui favorisent / stimulent la croissance. La plupart des produits alimentaires d’aujourd’hui, sinon la plupart, sont fabriqués à partir de substances stimulant l’insuline qui favorisent naturellement la croissance, notamment le sucre raffiné et l’amidon dévitalisé ou une combinaison de sucre, d’amidon et de graisse. En conséquence, nous sommes maintenant la société la plus obèse de l’histoire humaine. Notre corps n’a pas évolué pour l’ingestion d’une telle nourriture, mais la grande majorité de notre population ne semble pas se préoccuper [ou avoir conscience] de cela.

Vous ne pouvez peut-être pas comprendre à quel point certains de nos produits alimentaires occasionnels sont dangereux. La liste va des articles courants tels que les bonbons, les biscuits chocolatés et les glaces aux articles moins junkies tels que les céréales, les chips et le popcorn, et cette liste se prolonge avec des produits dits sains tels que les granola (produits à base de céréales et fruits secs), les en-cas diététiques, les barres nutritionnelles et les shakes protéinés. C'est de ce dernier groupe dont vous devriez vous méfier le plus.

La malbouffe déguisée
Vous pouvez en trouver beaucoup dans les rayons santé du supermarché de votre quartier. Pourquoi ces articles sont-ils plus dangereux que la malbouffe ordinaire? Parce que leurs étiquettes vous induisent en erreur en vous faisant croire qu’elles sont bonnes pour la santé et donc acceptables pour une consommation étendue. La malbouffe déguisée est une affaire de plusieurs milliards de dollars. C’est une industrie qui fabrique des produits de santé sophistiqués avec pratiquement les mêmes ingrédients bon marché que ceux que contiennent les articles indésirables, afin de générer un profit maximal à un coût minimal.

Ces produits ne servent que de faux besoins créés par ceux-là mêmes qui les fabriquent. Une tromperie d'une telle ampleur est un processus calculé [et organisé] se déroulant en trois étapes. Premièrement, l’industrie crée de faux besoins; ensuite, les produits répondant à ces besoins sont développés; et finalement le consommateur, qui est devenu accro à ces besoins, achète ces produits. Il est temps de remettre les pendules à l'heure.

Faux besoins et produits inutiles
Commençons par la nécessité / le désir de résultats rapides. Fait N°1: Il n'est pas nécessaire de lancer un processus biologique plus rapidement que prévu par la nature, y compris le gain musculaire et la perte de poids. Fait N°2: Les régimes amaigrissants et les pilules qui aident à la perte de poids présentent un risque grave pour la santé, en particulier pour les personnes souffrant de problèmes de santé et les personnes âgées. Fait N°3: les fabricants de produits de nutrition sportive et de produits diététiques continuent de tromper le consommateur avec des «résultats rapides garantis», quelles qu'en soient les conséquences.

Vérifiez, par exemple, la devise de l’industrie en matière de perte de poids. Bien que la science indique que la perte de poids ne peut se produire que dans des conditions de déficit énergétique, ce qui nécessite un régime rigoureux, de l'exercice et du temps, les industriels proposent des raccourcis avec de nombreux produits «anti-graisse», notamment des pilules amaigrissantes et des coupe-faim achetés par le consommateur désespéré, prêt à oublier les effets secondaires. Cette manipulation est orchestrée par des entreprises pleinement conscientes des conséquences.

L’obsession de maigrir peut aboutir à une autodestruction totale. Beaucoup de personnes à la diète, désireuses de brûler des calories supplémentaires pour perdre du poids, continuent de pousser leur système jusqu'à ce qu'il se bloque. De plus, elles ont tendance à remplacer les vrais aliments par des poudres manufacturées et des suppléments chimiques, ce qui, en plus de provoquer une toxicité, les laisse déficients sur le plan nutritionnel et mentalement oppressés. Des millions de femmes et d'hommes dans le monde dépendent désormais de routines qui les soumettent à un stress chronique et au risque de dommages qui en découlent.

En ce qui concerne la perte de poids, n’essayez pas de compenser les mauvaises habitudes alimentaires par des exercices intensifs / excessifs et des pilules amaigrissantes; ça ne marche jamais. Tôt ou tard, vous finirez par payer les conséquences: prendre un surplus de poids que ce que vous aviez initialement perdu. Lorsque vous envisagez des produits qui promettent un gain musculaire rapide, rappelez-vous que les produits qui favorisent la croissance sont comme des engrais destinés aux humains, vous permettant de croitre davantage et de vivre moins [longtemps]. En règle générale, plus vous vieillissez, plus vous devez être frugal, avec votre régime alimentaire et votre mode de vie. La seule chose que vous ne pouvez pas vous permettre plus tard dans la vie est de commettre les mêmes erreurs que vous avez commises plus tôt dans la vie.

Êtes-vous en train de courir après votre mort ?
Des millions de personnes dans le monde parcourent de longues distances; certains pour brûler des calories et d'autres pour rester en forme, mais les deux groupes semblent négliger le risque encouru. Ceux qui dépendent de la routine «courir pour brûler» se retrouvent souvent avec des effets secondaires associés à des défenses immunitaires en berne (système immunitaire déprimé) et à une capacité réduite à résister au stress. Ils ne sont pas les seuls à subir les conséquences d'une telle routine; Il en va de même pour les coureurs compétitifs. En fait, selon une étude récente, les coureurs de marathon, qui sont généralement considérés comme des athlètes en super forme, meurent au même rythme que les personnes sédentaires. (1)
1. Thys M. H. Eijsvogels, Silvana Molossi et al. “Exercise at the Extremes”, Journal of the American College of cardiology. 67:3 (2016) DOI: 10.1016/j.jacc.2015.11.034

Cela signifie que certaines des personnes les plus aptes parmi nous finissent par mourir au même rythme que les personnes les moins aptes. Comment est-ce possible? La réponse est à nouveau dans le code du stress. Les athlètes d’endurance ont tendance à franchir le seuil hormétique du stress acceptable. Les engagements dans des épreuves d'endurance extrêmes telles que marathons, triathlons, ski de fond et cyclisme sur longue distance augmentent le risque de lésions cardiovasculaires et de mortalité globale. Il a été rapporté que l'ampleur des dommages cardiovasculaires est liée à la durée et à l'intensité de l'exercice en aérobie, probablement en raison de l'impact cumulatif du stress mécanique sur le cœur. N'oubliez pas: au-delà d'un certain niveau, chaque facteur de stress devient nuisible. Les athlètes d'endurance qui franchissent ce seuil réduisent les avantages en termes de longévité qui auraient autrement été conférés par un entraînement plus court.

 L’hormèse est en effet un phénomène délicat. Vous pouvez soit profiter du stress, soit en subir les dommages. N'oubliez pas que pour être hormétique, le stress doit être intermittent et ne peut être chronique (principe de stress N°6). Une fois prolongés au-delà d'un certain seuil de tolérance, tous les types d'entraînement augmentent les risques de dommages dus au stress chronique. Ce qui vous interroge sur la viabilité des approches de conditionnement en endurance visant à pousser les athlètes à leurs limites. Quel est l'intérêt d'avoir des programmes d'entraînement qui produisent des super-athlètes s'ils finissent par endommager leur système cardiovasculaire et raccourcir leurs vies?
Cette question n'est pas que théorique.

La relation inverse entre l’exercice extrême en aérobie et la longévité
Selon un rapport, le risque de fibrillation auriculaire est plus élevé chez les athlètes que dans la population générale. (2) Une vaste étude suédoise a révélé une incidence plus élevée de fibrillation auriculaire chez les participants terminant des courses de ski de fond et ceux présentant des temps de finition plus courts. La relation entre l'activité physique et la santé cardiovasculaire semble être en forme de U. Une quantité optimale d'exercice réduit le risque pour la santé par rapport à une activité physique excessive qui augmente ce risque (3). Apparemment, les personnes qui courent plus vite qu’un mile en 8 minutes (1.6 Km), plus de 2,5 heures par semaine, ce qui correspond à peu près au niveau d'un coureur compétitif, ces personnes sont destinées à réduire leur espérance de vie au même niveau que les sédentaires.

Cela signifie-t-il que les sports d'endurance intenses et de compétition font en sorte que les gens ont tendance à vivre moins [longtemps]? Pas nécessairement. Par exemple, il a été démontré que des volumes modérés d’entraînement intense en aérobie, avec des intervalles de sprint, étaient bénéfiques pour la santé cardiovasculaire. Des routines intelligentes peuvent aider à améliorer la sensibilité à l'insuline et à réduire la mortalité globale. Pour être bénéfique, tous les types d’entrainement doivent être conformes au code du stress.

En fin de compte, il s’agit de susciter / d’induire l’hormèse et d’éviter le stress chronique. Les coureurs doivent s’accorder suffisamment de temps pour récupérer entre les épreuves / étapes de course. Ils doivent donner à leur corps la possibilité de s’adapter et de s’améliorer en fonction de la distance et de la durée de leur exercice. Des séries d'exercices d'endurance intermittents correctement conçus, associés à un régime alimentaire viable, peuvent aider à améliorer la santé biologique (biological fitness) et à réduire le risque de mortalité plutôt que l'inverse.
2. Jawdat Abdulla and Jens Rokkedal Nielsen. « Is the Risk of Atrial Fibrillation Higher in Athletes than in the General Population? A systemic Review and Meta-Analysis”. In Europace 11:9. 2009
3. Paul. D. Thompson. “Physical Fitness, Physical Activity, Exercise Training and Atrial Fibrillation: First the Good News, then the Bad.” 2015 in Journal of the American College of cardiology 66:9, 997-99
doi:10.1016/j.jacc.2015.07.003


Le concept hormétique du vieillissement et de la mort
Le concept hormétique du vieillissement et de la mort repose sur l’argument selon lequel, bien que la mort soit inévitable, la mort liée à l’âge ne l’est pas et nous n’avons donc pas à mourir de causes liées à l’âge. Les érudits qui croient en ce concept insistent sur le fait que les théories conventionnelles sur le vieillissement ont un grave défaut dans leur manière de conceptualiser la survie.

Les théories conventionnelles supposent que les organismes fonctionnent comme des machines et, tout comme les machines, ils dépendent des ressources en combustible pour leur survie. Et par conséquent, moins de ressources sont associées à un risque réduit de survie. La réalité, cependant, prouve le contraire. Dans les systèmes biologiques, moins de ressources (comme un apport calorique réduit) sont associées à une meilleure capacité de survie et inversement: des ressources excessives (telles qu'un apport calorique excessif) sont associées à une capacité de survie réduite et à une durée de vie raccourcie. Clairement, les organismes ne fonctionnent pas comme des machines.

Tous les êtres vivants sont programmés pour s'améliorer lorsqu'ils sont mis au défi par des conditions de faible disponibilité en carburant (ressources); c'est une règle de la nature et cela prouve que toutes les théories conventionnelles sont fausses. Mais voici l'ironie: les théories conventionnelles sur le vieillissement, qui présentent des défauts, encouragent la consommation de carburant diététique, souvent à un excès qui entraîne une accélération du vieillissement et de la mort, et prouvent paradoxalement que ces théories erronées sont correctes. Ce qui vous amène à vous demander si nos concepts de vie déterminent comment nous vieillissons et mourrons.

Maintenant, imaginez ce que cela signifie. Si vous croyez que c’est OK d’être «normal» et de vieillir comme tout le monde, vous finirez par vivre, vieillir et mourir comme tout le monde. Si, toutefois, vous vivez selon le concept que la mort par vieillissement est évitable, la nature vous laissera peut-être vivre assez longtemps pour mourir, comme les jeunes, d'une cause non liée à l'âge, vous épargnant ainsi les maladies liées à la vieillesse et la mort. Tout ce que vous avez à faire est de lui laisser une chance. C'est le déni du vieillissement qui vous permettra de vivre plus longtemps, et le courage d'être différent vous accordera ce privilège.

Vous pouvez voir où cela nous amène. Il s’agit de la liberté de choisir et de contrôler votre destin plutôt que de succomber à un destin qui a été choisi par d’autres.
Fin de la 1ère partie


Dernière édition par Luc le Mer 17 Avr 2019 - 15:29, édité 1 fois

Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Les bonnes combinaisons alimentaires

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:06

Les combinaisons alimentaires : Bonnes et mauvaises combinaisons

On sait maintenant que les concepts conventionnels de nutrition humaine ne parviennent pas à préserver la santé humaine et à garantir la longévité. Les vieux concepts deviennent obsolètes. Les termes « bon » et « mauvais » doivent être réévalués et il n'y a qu'un seul critère sur base duquel une telle évaluation peut être faite: la survie. C'est la survie qui fait la différence entre le bien et le mal et définit tout ce que nous faisons, utilisons ou consommons, ce qui s'applique évidemment à notre nourriture.

Un bon aliment améliore la résistance au stress et à la survie, et un mauvais aliment fait le contraire. Il en va de même pour les combinaisons d'aliments. C'est aussi simple que ça. Les trois principaux facteurs qui déterminent la manière dont les aliments affectent la résistance au stress et à la survie sont son impact sur l'insuline, le rapport nutriments / énergie et son mode de fabrication (how it is processed). Parmi les autres facteurs importants, citons la teneur en nutriments SAF par rapport à la présence d'ingrédients indésirables tels que les nutriments synthétiques, les additifs artificiels, les pesticides et les OGM.

La bonne catégorie d’aliments contient des produits présentant les qualités suivantes:
 soutien à l'insuline
 à faible index glycémique
 peu transformé
 contient des nutriments SAF (Stress Activated Food = aliments entrainant une réponse au stress) (càd qui imitent les effets du jeûne et de l'exercice sur le corps)
 non-OGM
 sans nutriments synthétiques, additifs artificiels et pesticides
NDLR : Les aliments renfermant des SAF sont riches en antioxydants et en nutriments anti-inflammatoires. Ils ont des effets similaires à ceux du jeûne (ils ciblent les mêmes gènes). Ces aliments sont rapidement assimilés par l’organisme et ne pèsent pas sur le système enzymatique, et donc ils ne gênent pas la digestion.

Bonnes combinaisons d'aliments
Les bonnes combinaisons d'aliments soutiennent un fonctionnement optimal de l'insuline et la résistance au stress. Notez que les protéines et les légumes sont les «combineurs ultimes» qui se mélangent à tous les groupes d'aliments. Les bonnes combinaisons d'aliments comprennent:
 protéines et sucre ou amidon
 protéines et lipides
 protéines et alcool
 légumes et sucre ou amidon
 légumes et gras
 légumes et alcool

Mauvaises combinaisons d'aliments
De mauvaises combinaisons d'aliments altèrent l'insuline et inhibent la résistance au stress. Ces combinaisons comprennent:
graisse et sucre ou amidon
 amidon et sucre (excès de glucides, enzymes différentes, ndlr)
 alcool et sucre ou amidon
On simplifie, nldr : On évite d’occasionner un pic de glycémie ; on peut combiner les protéines et les légumes avec n’importe quelle catégorie d’aliment (selon l'auteur). On modère / évite l’association entre les graisses et les glucides, sauf si à la marge.
Catégories d’aliments
Les légumes comprennent tous les légumes-feuilles, tomates, carottes, céleri, oignons, ail, crucifères, choux, betteraves, concombres, citrouilles (potiron) et courges. Les protéines comprennent les aliments riches en protéines tels que les œufs, les produits laitiers, les produits de la mer (poisson et fruits de mer) et les légumineuses. Les lipides comprennent les noix, les graines (oléagineux), les avocats, les arachides, le cacao, les produits laitiers entiers et les beurres et huiles dérivés. Les sucres comprennent les fruits, le miel, la mélasse, le sirop d'érable et le sirop de riz. Les amidons comprennent les céréales entières, les pommes de terre, les ignames et les farines dérivées. L'alcool fait référence à la liqueur distillée, à la bière, au vin et aux cidres avec alcool.

Certains aliments, tels que les produits laitiers entiers et les cacahuètes, peuvent être traités comme des protéines et des matières grasses. Les haricots et les lentilles, en revanche, peuvent être traités comme des protéines et des légumes. Toutefois, en raison de leur teneur élevée en fibres, leur consommation devrait être limitée à une quantité tolérable par repas, variable selon les individus. Notez également que la consommation de sucre doit être minimisée même si elle est correctement associée à des légumes ou des protéines.

Rappelez-vous: une bonne combinaison d’aliments vous permet de manger à votre guise, alors que de mauvaises combinaisons d’aliments (et du sucre ajouté) vous obligent à limiter votre apport en calories ou à en subir les conséquences. La satiété est un autre facteur important. Les aliments gras tels que les noix et les graines favorisent une satiété plus durable que les aliments riches en glucides tels que les céréales et les pommes de terre. Une rotation du type de carburant certains jours peut aider à augmenter l’adaptation métabolique aux deux, tout en donnant accès à une plus grande variété de nutriments vitaux provenant de sources solubles / assimilables via les graisses et l’eau.
Fin de la 2ème partie


Dernière édition par Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:38, édité 2 fois

Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:16

Certains aliments peuvent être classés dans 2 catégories (ou plus) en fonction de leur composition.
Certaines légumineuses par exemple, qui sont riches en protéines et glucides ou acides gras.
L'auteur a ainsi choisi de placer l'avocat dans les lipides. On comprend aisément pourquoi (très riche en AG monoinsaturés) mais ça reste intrinsèquement un fruit, issu de l'avocatier.
On peut donc classer un aliment en fonction de sa "famille généalogique" ou de sa composition (macronutriments). Et dans les glucides on a fait deux groupes: l'amidon et les autres sucres (glucose et fructose). Là, c'est une question de chimie (sucres composés de plusieurs molécules ou non car ils sont censés être assimilés différemment; voie enzymatique).


Dernière édition par Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:40, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty L'aspirine et la curcumine suppriment-elle la libido?

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:26

Les mimétiques CR suppriment-ils la libido? (CR = Calorie Restriction)

Vocabulaire : Les mimétiques CR sont les molécules qui induisent les mêmes effets qu’une restriction calorique (jeûne).

L’effet suppresseur des inhibiteurs de la voie mTOR, tels que la berbérine, sur la libido a suscité certaines inquiétudes. Les nutriments qui imitent la restriction calorique réduisent-ils la libido? La réponse n’est pas simple, car la nature atténue souvent une fonction uniquement en vue de la renforcer ultérieurement, comme c’est le cas pour les mimétiques CR. Comme la restriction calorique et l'exercice, les mimétiques CR sont des facteurs d'appauvrissement en énergie qui atténuent la libido au départ, mais la renforcent ensuite. Notez que ce processus particulier produit un avantage évident en termes d'évolution.

Pensez à la restriction calorique comme si c’était une famine, ce qui est le pire moment pour la reproduction et mettre bas (accouchement). Ainsi, alors que la nature retarde la reproduction pendant la famine, elle compense ceux qui parviennent à résister à la famine avec une résistance accrue à la maladie et au vieillissement. Pendant la famine, lorsque la famine devient une menace majeure pour la survie, les ressources énergétiques sont déplacées de la reproduction vers la survie, où le bonus supplémentaire prend la forme d'un mécanisme activé qui retarde le vieillissement.

C'est ce qui se passe dans votre corps sous l'influence de nutriments qui imitent la restriction calorique. Une fois que votre corps reçoit le signal de déficit énergétique dû aux nutriments imitant une restriction calorique, il agit pour compenser par l'activation de voies qui augmentent la capacité de survie. Encore une fois, tout commence avec l'inhibition initiale de la reproduction, mais aboutit à l'activation de mécanismes qui stimulent la libido et retardent le vieillissement. Le signal de rareté affecte la puissance sexuelle de manière opposée à celle que l’on pense habituellement.

Ce processus a sa propre dynamique. Dans des conditions de restriction alimentaire, la nature atténue la libido pour la stimuler plus tard, lorsque la nourriture est disponible. C’est ainsi que les espèces ont évolué pour se reproduire et se multiplier au cours des cycles de famine et de d’abondance: alors que la famine induit une inhibition temporaire de la pulsion sexuelle, les conditions d’abondance annulent cette inhibition et rétablissent la puissance avec un esprit revanchard (càd avec un surcroit de puissance et de qualité. C’est un effet de compensation, ndlr.). Les humains ont évolué pour prospérer dans des cycles de famine et d’abondance et sont donc programmés pour bénéficier des protocoles qui imitent ces cycles. Le jeûne intermittent et les agents mimétiques CR placent votre corps dans cette situation où les cycles de mini-famine-fête alternent sur une base journalière.
Fin de cette partie.
PS (NDLR): Le titre accrocheur "L'aspirine et la curcumine suppriment-elle la libido?" renvoient vers un effet induit par la restriction calorique et les molécules qui miment les effets du jeûne (CR).
S'il n'y a pas de pause importante (dans la prise de ces molécules), en cas d'inflammation (rhumatisme articulaire), un impact est vraisemblable / probable sur la sécrétion hormonale (testostérone).


Dernière édition par Luc le Mer 17 Avr 2019 - 11:36, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Qualités optimales du lait & allaitement

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:27

Les préparations pour nourrissons favorisent-elles une susceptibilité à l'obésité et au diabète plus tard dans la vie?
Le lait maternel est l’aliment hormétique par excellence de la nature. Conçu pour la résilience et la survie, ce fluide multifonctionnel dynamique contient des éléments nutritifs et des facteurs bioactifs, tels que des composants immunitaires et des composés hormonaux, nécessaires à la durabilité et au développement des enfants de mammifères, y compris les bébés humains.

Au cours des dernières décennies, la composition du lait humain a suscité un intérêt scientifique croissant. Les données sur le lait maternel sont importantes non seulement pour comprendre ses rôles dans la santé du nourrisson, mais également pour la conception de préparations pouvant remplacer le lait maternel dans les cas où le lait de la mère n’est pas disponible.

Le besoin de formules saines pouvant imiter le lait maternel
De nos jours, dans de nombreux cas, les bébés ne peuvent pas être nourris avec le lait de leur propre mère. La raison en est liée à de nombreux facteurs, notamment le régime alimentaire de la mère, les problèmes médicaux et la consommation de drogues ou d’alcool. Le plus problématique est le lait des mères diabétiques présentant des taux élevés de glucose et d'insuline (appelé lait diabétique) et un lait riche en hormones inflammatoires dues au tabagisme maternel ou à la toxicomanie. Les deux types de lait ont été associés à un risque accru d'obésité et d'intolérance au glucose chez les enfants allaités (4).

La période d'allaitement est un autre facteur. Il a été avancé que les avantages de l’allaitement au sein pourraient être annulés s’il se prolonge au-delà d’une période d’un an. L'American Academy of Pediatrics recommande l'allaitement exclusif pendant six mois à un an pour conserver « tous les avantages de l'allaitement ». Compte tenu des problèmes et des limitations qui en découlent, il existe un besoin évident de formules pouvant servir d'alternatives saines au lait humain, mais voici le problème.

Les préparations pour nourrissons actuelles imitent la composition du lait humain
Pratiquement toutes ces formulations ne contiennent pas les véritables éléments nutritifs et les propriétés qui rendent le lait maternel essentiel pour les nourrissons. Apparemment, l'industrie profite de l'ignorance générale de la science derrière la nutrition infantile, et personne ne semble s'en soucier. Cela peut sembler insensé, mais les préparations pour nourrissons d’aujourd’hui sont moins aptes à nourrir les nourrissons que les préparations pour chaton typiques présentées dans les animaleries. Oui, c’est la réalité qui se cache derrière les préparations pour nourrissons aujourd’hui. Si le principal problème réside dans le choix des ingrédients, le pire est l’ajout de sucre.

Le fait que la teneur en glucose des préparations pour nourrissons actuelles soit aussi élevée que celle du lait pour diabétique signifie que les préparations pour nourrissons actuelles peuvent programmer les nourrissons pour des troubles liés au syndrome métabolique plus tard dans la vie (5). Le seul ingrédient dans les formules qui est sensé est le lactose, mais même cet ingrédient [favorable] est submergé / contrecarré par la présence de sucre ajouté.

Voilà donc un produit qui aurait dû posséder les propriétés hormétiques du lait humain sain, maintenant réduit à une collection aléatoire d'ingrédients et d'additifs associés / imbibés de sucre. Est-ce même légal? Malheureusement oui, toutes ces formules sont réglementaires. La FDA autorise l'ajout de sucre et impose l'ajout de nutriments synthétiques. Les nutriments chimiques sont en effet requis. Pour mieux comprendre à quel point ces formules ne possèdent pas les qualités nécessaires pour nourrir les nourrissons, nous devons examiner de plus près les qualités inhérentes au lait maternel.

Les qualités du lait humain
On sait maintenant que le lait maternel n’est pas «simplement nutritif», mais plutôt médicinal. Le lait maternel contient des composants exclusifs aux propriétés curatives qui jouent un rôle essentiel dans la santé du nourrisson. Ainsi, pour être viable, une formule qui remplace le lait maternel doit comprendre des composants similaires et des qualités respectives. Voyons cela.

Les composants bioactifs dans le lait maternel humain incluent les facteurs de croissance, les fractions immunitaires, les bactéries amicales et les oligosaccharides prébiotiques, qui jouent tous un rôle central dans la survie et le développement du nourrisson. Les facteurs de croissance, par exemple, sont responsables de l’intégrité et de la guérison de la muqueuse intestinale ainsi que du développement du cerveau et de la prévention des dommages neuronaux. Les glycoprotéines de soutien immunitaire (telles que la lactoferrine et les immunoglobulines), qui confèrent une protection contre les agents pathogènes et un bon développement du système immunitaire, sont d’autres acteurs clés
.

Il existe ensuite des oligosaccharides du lait maternel (HMO) qui constituent un volume remarquable, similaire à celui de la teneur en protéines. Les HMO modulent la composition des bactéries du lait et de la flore intestinale, tout en jouant le rôle de récepteurs leurres bloquant l’attachement des agents pathogènes; Cependant, il est intéressant de noter qu’ils ne semblent pas causer d’incompatibilité avec le lait d’autres espèces. Voici la partie intéressante.

Presque toutes les composantes clés du lait humain sont présentes dans le lait d’autres espèces
Certains de ces composants ont été proposés comme nouveaux agents médicinaux pour la prévention ou le traitement de maladies. Ceux-ci incluent la lactoferrine, les immunoglobulines, l'albumine sérique, les lactokines et les HMO. En fait, il a été démontré que la lactoferrine bovine et l’albumine sérique réduisaient le risque d'infection chez l'homme, et que des propriétés anti-hypertensives étaient attribuées aux lactokines bovines. Ce que cela nous dit, c’est que le lait d’autres espèces peut servir de vecteur fonctionnel des mêmes composants vitaux que ceux présents dans le lait maternel humain.

Cependant, nous devons encore en savoir davantage sur les macronutriments contenus dans le lait maternel. Si le lait maternel était théoriquement disponible en tant que produit commercial dans le rayon des aliments pour bébés, comment serait-il étiqueté exactement?

La composition en macronutriments du lait humain
La composition moyenne du lait mature est estimée, par décilitre, à environ 1 gramme de protéines, 3,5 grammes de matières grasses et 7,5 grammes de lactose. Les estimations d'énergie par décilitre vont de 65 à 70 kilocalories et sont généralement corrélées à la teneur en graisse. Le lait prématuré et le colostrum ont tendance à contenir plus de protéines et de matières grasses, tandis que ceux issus de mères produisant des quantités supérieures à la normale ont tendance à contenir moins de protéines et de matières grasses, mais plus de lactose. (6) Cela semble également être le cas d'autres espèces. Les vaches nourries à l'herbe soumises à des restrictions nutritionnelles, par exemple, produisent moins de lait que les vaches nourries au grain, mais avec des taux de protéines immunitaires et de lipides bénéfiques nettement plus élevés.

Examinons de plus près la composition de chaque groupe de macronutriments. Les protéines du lait maternel sont divisées en lactosérum et en caséine, le lactosérum étant le principal vecteur des fractions immunitaires. La lactoferrine, les immunoglobulines, l'albumine sérique et les précurseurs du glutathion sont tous des produits du lactosérum.

La teneur en matières grasses du lait maternel est constituée d'acides gras saturés et insaturés. Cependant, son profil en acides gras essentiels dépend du régime alimentaire de la mère. Le régime alimentaire du monde occidental, par exemple, est riche en acides gras oméga-6 et faible en oméga-3 DHA (acide docosahexanoïque), et provoque donc une carence dans le lait. L'acide linoléique conjugué (CLA) est un autre lipide important présent dans le lait maternel. On le retrouve également dans le lait des animaux nourris à l'herbe. On lui attribue des propriétés de protection cardiovasculaire et anti-obésité. (7)

En ce qui concerne la teneur en glucides, le sucre principal dans le lait maternel est le lactose, un disaccharide à faible indice glycémique ayant un impact minimal sur l'insuline; et bien que les niveaux de glucose soient négligeables, les seuls autres glucides significatifs dans le lait sont les HMO, qui ne sont pas utilisés pour la production d’énergie, mais jouent un rôle vital dans la constitution d’une population saine de bactéries issues du lait.

Par conséquent, pour imiter efficacement le lait maternel, une formule doit avoir les bons ingrédients avec un bon équilibre. Étant donné que l’ingrédient lacté est l’élément essentiel de la formule et que, pour obtenir les meilleures qualités hormétiques, il doit provenir d’une source appropriée, capable d’imiter le lait maternel sain.

Le lait issu de pâturage
Les preuves accumulées indiquent que les animaux broutant sur l'herbe sont en meilleure santé que les animaux des parcs d'engraissement; et il en va de même pour le lait de ces animaux. Le lait nourri à l'herbe contient des taux de protéines de soutien immunitaire considérablement plus élevés, ainsi que de plus fortes concentrations d'acides gras oméga-3 et d'ALC. Il est également exempt d'antibiotiques et d'hormones présents dans le lait des animaux nourris aux grains de céréales. Il y a ensuite la composition lipidique du lait nourri à l'herbe, apparemment supérieure à celle du lait conventionnel, qui présente un meilleur équilibre en acides gras au profit de graisses bénéfiques telles que les acides gras à chaîne moyenne et à chaîne courte (similaires à celles trouvées dans l’huile de coco), les acides gras mono-insaturés (les mêmes que dans l’huile d’olive) et les acides gras oméga-3 essentiels, pratiquement inexistants dans le lait conventionnel. (Cool
8. S. Couvreur et al. “The linear relationship between the proportion of fresh grass in the cow diet, milk fatty acid composition and butter properties”. 2006. Journal of Dairy Science 89:6, 1956-69.  
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Vous pouvez voir pourquoi le lait maternel est la meilleure option. Étant un produit issu d'animaux naturellement résistants à la « pénurie alimentaire », le lait nourri à l'herbe est intrinsèquement hormétique et mieux bâti pour imiter la composition d'un lait humain sain, comparé au lait d'animaux nourris aux grains de céréales. De plus, le lait issu du bétail nourri à l'herbe est de loin mieux adapté biologiquement que le soja – un  ingrédient commun des préparations pour nourrissons qui a été associé à des perturbations hormonales et à des troubles métaboliques chez les nourrissons et les adultes. (9)
9. J. D. Hydovitz. 1960. “Occurrence of Goiter in an Infant on Soy Diet”. In New England Journal of Medicine.
G. Petrovitch et al. 1996. “Association of Midlife Consumption of Tofu with Late-Life Cognitive Impairment and Dementia”. In the Honolulu-Asia Aging Study
.

Cela dit, les propriétés du lait issu de bétail nourri à l'herbe peuvent être totalement annulées par la présence de sucre [ajouté]. Une fois mélangé avec du sucre ajouté, le lait de ferme perd sa valeur. Notez à nouveau que le lait humain ne contient pas de glucose, fructose, maltose ni dextrose; il ne contient pratiquement pas de sucre sauf le lactose. Seul le lactose, biologiquement essentiel à la croissance du nourrisson et au développement du cerveau, peut être ajouté en tant qu'ingrédient fonctionnel. Nous pouvons maintenant tirer quelques conclusions:
Les préparations pour nourrissons doivent être préparées avec du lait et du lactosérum issu du bétail nourri à l'herbe.
Les préparations pour nourrissons ne doivent pas inclure de sucre ajouté ni de soja.
Les préparations pour nourrissons devraient inclure du lactose.



Des formules qui imitent le lait humain
La bonne nouvelle est que tout cela peut être réalisé aujourd'hui. Nous n’avons pas besoin d’attendre les technologies futures pour obtenir des résultats viables. Le lait et le lactosérum du bétail nourri à l'herbe sont maintenant disponibles dans une qualité non dénaturée via des méthodes de traitement à basse température et de pasteurisation éclair, qui se sont révélées efficaces pour éliminer les agents pathogènes tout en préservant les composants immunitaires fragiles et les nutriments généralement détruits dans le lait conventionnel. (10) Aux États-Unis, un nombre croissant de petites exploitations familiales se consacrent à la production de lait issu 100% de bétail élevé en pâturage, à partir de vaches ne recevant que de l'herbe, du foin et de l'ensilage de plantes toute l'année.

La littérature existante soutient en effet l'idée que les composés immunitaires, les lipides et les oligosaccharides du lait d'autres espèces peuvent être utilisés en tant que composants bio-fonctionnels dans les préparations pour nourrissons et que les niveaux de ces composants dans les générations futures de préparations pour nourrissons représenteront peut-être un nouveau critère d'évaluation de la qualité. Cependant, deux problèmes majeurs doivent encore être résolus: les allergies au lait et la digestibilité. Il est temps de mettre les choses au clair également.
10. K. Hayfron et al. “Effect of Flash-Heat Treatment on antimicrobial activity of Breastmilk”.2011 In Breastfeeding Medicine.


La réalité derrière l'allergie au lait et la digestibilité
On sait maintenant que la prévalence des allergies au lait mal diagnostiquées est dix fois supérieure aux incidences cliniquement prouvées. Cela signifie qu'une grande partie de notre population est aujourd'hui mal diagnostiquée pour l'allergie au lait et évite donc inutilement les produits laitiers, uniquement pour faire face à des conséquences nutritionnelles telles que la carence en calcium, par exemple. Mais comment les gens devraient-ils prévenir ou traiter les allergies au lait si elles se produisent?

Une observation importante est que l’allaitement au sein pendant les premiers mois de la vie est la meilleure stratégie préventive contre les allergies, avec l’utilisation de préparations spéciales pour les bébés qui ne peuvent pas être allaités. L'utilisation de composés immuno-modulateurs naturellement présents dans le lait de vache ainsi que des probiotiques (Bifidobacterium et Lactobacillus acidophilus) est en train de devenir une approche viable offrant des perspectives considérables pour la prévention primaire des allergies et de l'intolérance au lactose. En ce qui concerne le traitement des allergies au lait, nous devons à nouveau recourir au code du stress.

De plus en plus de preuves indiquent qu'une exposition contrôlée à un allergène, tel que la protéine de lait, par exemple, est efficace pour induire une tolérance sur des modèles animaux (principe de stress 3). Un rapport récent a montré qu'une augmentation progressive de la dose orale quotidienne de protéines issues du lait, étalée sur une période de plusieurs mois, améliorait la tolérance au lait de vache chez les enfants en croissance. (11)
11. P. Meglio et al. “A Protocol for Oral Desensibilization in Children with IgE-Mediated Cow’s Milk Allergy”. In Allergy 59:9, 2004. DOI:10.1111/j.1398-9995.2004.00542.x

Pourtant, pour diverses raisons qui n’ont rien à voir avec la biologie, il a été largement admis que la substitution des protéines du lait par des protéines de soja ou hydrolysées offre une protection contre l’allergie au lait, en particulier pour les nourrissons à risque. Voici les faits.

Le soja et les protéines hydrolysées peuvent causer plus de tort que d'avantages
Une analyse d’études comparant les préparations à base de soja et de lait de vache a mis en évidence une augmentation significative des allergies infantiles avec incidence cumulée de l’eczéma chez les nourrissons nourris avec une préparation au soja (12). Il convient de noter que l’utilisation de protéines hydrolysées est également problématique. Selon une étude, aucune différence n’a été constatée dans l’incidence des allergies au lait infantile entre les préparations hydrolysées et les préparations au lait de vache. (13)

Et il y a plus: apparemment, il y a aussi le risque du MSG. Le glutamate de monosodium (MSG), également connu pour ses effets neurotoxiques et obésogènes, est un sous-produit de l’hydrolysation de protéines. Il n’existe pas encore de données suffisantes sur l’impact à long terme du MSG sur la santé avec l’usage de protéines hydrolysées. Cela soulève une grave préoccupation: quelle est l'ampleur du risque? Nous ne le savons pas encore, mais jusque-là, il est logique de limiter l’utilisation des protéines hydrolysées à des cas particuliers. Peut-être que ces protéines devraient être traitées / considérées comme les antibiotiques. Les deux servent à des fins médicales et devraient être appliqués tels quels – donnés avec précaution uniquement lorsque cela est nécessaire à ceux qui en ont besoin, mais jamais à des personnes en bonne santé. Les protéines hydrolysées ne doivent pas être ajoutées aux formules génériques. Les nourrissons en bonne santé ne devraient pas être nourris avec des produits trop transformés ni associés à des effets secondaires indésirables.

Il y a un autre problème: la digestibilité. On a fait valoir que le lait de vache contient trop de protéines et de minéraux, ce qui peut mettre à rude épreuve le système immature du nourrisson, encore plus à cause du fait que ceux-ci sont plus difficiles à absorber que les éléments nutritifs équivalents dans le lait maternel. Et comme nous savons maintenant que les protéines hydrolysées et le soja ne sont pas des substituts viables aux protéines du lait de vache, la solution pourrait être sous une autre composante: le lactosérum issu du bétail nourri à l’herbe.

Le lactosérum issu du bétail nourri à l'herbe a des propriétés exclusives qui peuvent grandement améliorer les préparations pour nourrissons. Une combinaison appropriée de lactosérum et de lait peut donner un produit final supérieur avec une meilleure composition et une digestibilité plus rapide que le lait seul. La protéine de lactosérum est l'une des protéines les plus rapides à digérer dans la nature, avec un taux d'absorption supérieur à celui de la protéine de soja. Notez également que le lactosérum issu du bétail nourri à l’herbe est disponible dans des versions à faible teneur en minéraux qui sont hautement compatibles avec le lait maternel humain; et rappelez-vous que le lactosérum est le principal vecteur des composants immunitaires nécessaires à la protection des nouveau-nés, dont les systèmes immunitaires sont encore sous-développés. Dans l’ensemble, une combinaison intelligente de lait de vache et de lactosérum issu du bétail nourri à l’herbe peut donner une formule fonctionnelle aux qualités digestives aussi proches que possible de celles du lait maternel.
12. D. A. Osborn and J. Sinn. “Soy formula for prevention of allergy and food intolerance in infants”. Cochrane Database Systemic Review 3. 2004. CD003741
13. D. A. Osborn and J. Sinn. “"Formulas Containing Hydrolyzed Protein for Prevention of Allergies and Food Intolerance in Infants". Cochrane Database Systemic Review 4. 2003, CD0003644.


En résumé
Pour imiter les qualités et les fonctions d'un lait maternel sain, les préparations pour nourrissons devraient être préparées principalement à partir de lait issu du bétail  nourri à l'herbe et de lactosérum enrichi de lactose et ne contenant pas de sucre ajouté. Les autres ingrédients possibles sont le CLA, les acides gras à chaîne moyenne et les triglycérides à chaîne moyenne (MCT), qui peuvent chacun ajouter des qualités spécifiques au produit
.

Note finale
Il existe une corrélation directe entre la nutrition du nourrisson et la santé des adultes. De plus en plus de preuves indiquent que les six premiers mois de la vie sont la période la plus critique du développement du nourrisson, et la façon dont les nourrissons sont nourris au cours de cette période peut avoir une incidence sur leur évolution physique et mentale plus tard dans la vie
. Nous ne pouvons plus ignorer l’importance de la nutrition infantile – c’est là où commence la vie et où elle peut littéralement se terminer. Une mauvaise alimentation du nourrisson augmente la susceptibilité aux troubles du syndrome métabolique et aux maladies associées, et a été lié à une prévalence accrue de troubles du comportement et de dysfonctionnements mentaux.

L'incapacité de fournir une nutrition adéquate tôt dans la vie est cruelle non seulement pour la progéniture mais aussi pour l'ensemble de la population et de l'espèce. La nature a donné ce droit à chaque nouveau-né pour une raison, et nous devons protéger ce droit si nous souhaitons favoriser les générations futures d’êtres humains en bonne santé sur cette planète.

Fin du chapitre 18.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Jeu 18 Avr 2019 - 9:17

Chapitre 19
À faire et à ne pas faire (synthèse)
• Conservez un régime alimentaire frugal, riche en nutriments qui induisent un effet hormétique. NDLR: L'hormèse est un processus d'adaptation au stress. Nous en tirons un bénéfice au niveau du métabolisme (amélioration de la résilience, de la qualité de vie et de la longévité).
• Évitez les produits contenant du sucre ajouté, de l'amidon raffiné, des édulcorants artificiels, des additifs chimiques, des nutriments synthétiques, du sucre-alcool (polyols) et les OGM.
N’ingérez pas de la viande et du lait provenant du bétail élevé dans des fermes industrielles (élevage intensif).  
• Gardez un protocole quotidien de jeûne intermittent et faites de l’exercice physique.
NDLR : Par exemple le régime 16.8 (entre 12H et 16 H de jeûne hydrique) ou le régime 5.2 si vous devez passer par une période d’adaptation à cause d’un problème de glycémie (avec un suivi médical, pour ne pas faire n’importe quoi !).
Optimisez la durée de votre jeûne et de vos exercices pour éviter le stress chronique.
• Adoptez un animal et plantez un arbre.
• Luttez pour les droits de l'homme, et n’oubliez pas aussi les droits des animaux.
• Soutenez les fermes familiales qui « osent » élever des animaux en liberté, avec une politique anti-mortalité (a no-kill policy).
NDLR : Ce ne sont pas des fermes d’élevage mais des refuges pour animaux +/ en liberté.
Soutenez la préservation des semences anciennes et de la faune.
• Encouragez les autres à suivre le code du stress.


Fin du compte-rendu de ce livre
Si vous voulez commenter ou poser une question sur un des aspects du livre ou proche de celui-ci, c'est sur ce lien:
Discussion et commentaires sur ce lien.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Luc le Jeu 18 Avr 2019 - 12:19, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Jeu 18 Avr 2019 - 11:29

Liens si téléchargement souhaité, pour lire à votre meilleure convenance, via wetranfer.com. Disponible 1 semaine. Ne tenez pas compte du commentaire (original et traduction) sur le site wetransfer car j'ai annulé et séparé les deux propositions.

Livre. The 7 Principles of Stress. Ori Hofmekler. (500 Ko)
Idées clés, par chapitre, en français
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Livre pdf Ori Hofmekle. Chap 1-19.rar (1.5 Mo)
Compressé, texte original en anglais, avec surlignage des passages importants. 71 pages
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Luc le Jeu 18 Avr 2019 - 23:49, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7478
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  yoz le Jeu 18 Avr 2019 - 14:46

Merci Luc Smile

J'ai assemblé les pages en français dans un PDF unique avec page de garde illustrée et sommaire.

J'imprime tout ca en recto/verso (et en format livret 2 pages par feuille), ca rentre sur 20 pages....., ca économisera du papier Smile

Et j'attaque la lecture au calme.

Merci pour ton temps passé à synthétiser et traduire... Je viens de relire celui de Kat DEERING, je recoupe les infos communes, cohérentes et pertinentes.

Bonne journée sunny 

Yoz Basketball
yoz
yoz
Accro
Accro

Messages : 324
Date d'inscription : 30/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler - Page 2 Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum