Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Histoire drôle en images 4 - Funny clip
par Luc Aujourd'hui à 18:57

» Un médecin qui travaille sur le causes des maladies chroniques
par Flo Hier à 21:13

» me voilà - Hérode
par Hérode Hier à 15:19

» adieu Tamtam (=Hérode )
par Hérode Lun 22 Avr 2019 - 9:29

» Les microgreens - Aliments qui vous boostent
par Luc Dim 21 Avr 2019 - 10:42

» Bon anniversaire Augustine
par Augustine Dim 21 Avr 2019 - 8:47

» Posologie Psyllium
par Luc Ven 19 Avr 2019 - 11:29

» Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler
par yoz Jeu 18 Avr 2019 - 14:46

» danse avec les Belugas
par Nell74 Jeu 18 Avr 2019 - 3:59

» Tournesol et riz germés.
par Mirzoune Mar 16 Avr 2019 - 10:00

» Nouveau cadeau de la vie
par Mirzoune Mar 9 Avr 2019 - 19:24

» Soyez en colère! Coup de gueule du Dr. Jack Wolfson, cardiologue
par Nell74 Sam 6 Avr 2019 - 13:23

» Danse sur glace
par Nell74 Ven 5 Avr 2019 - 13:01

» Joyeux anniversaire ma frangine!
par Hérode Jeu 4 Avr 2019 - 22:59

» l'aigle passe à l'attaque
par Flo Jeu 4 Avr 2019 - 20:29

» Comment naissent les sirènes
par Nell74 Jeu 4 Avr 2019 - 19:21

» SII et anxiété
par Luc Mar 2 Avr 2019 - 15:41

» Les 7 principes du stress. Discute
par Luc Mar 2 Avr 2019 - 14:34

» Un grand moment de tendresse...
par Hérode Lun 1 Avr 2019 - 15:05

» Bon anniversaire Aimee
par Mirzoune Dim 31 Mar 2019 - 19:15

» À méditer...
par Mirzoune Dim 31 Mar 2019 - 10:09

» Histoire drôle en images 3 - Funny clip
par Luc Dim 31 Mar 2019 - 9:07

» Rappel : changement d'heure
par Nell74 Dim 31 Mar 2019 - 1:22

» Métagénome
par Proserpine Mer 27 Mar 2019 - 8:55

» spectacle grandiose;
par Mirzoune Lun 25 Mar 2019 - 17:58

» Éviter l'Apocalypse - Bernard STIEGLER
par Flo Dim 24 Mar 2019 - 20:59

» 5 animaux hypnotisés par une petite fille
par Hérode Dim 24 Mar 2019 - 19:28

» Bon anniversaire Philipou
par Mirzoune Dim 24 Mar 2019 - 10:22

» Un peu de poésie ?
par Proserpine Sam 23 Mar 2019 - 20:36

» Notre équipe
par germaine Ven 22 Mar 2019 - 18:12

» Présentation de Pierrette
par Luc Ven 22 Mar 2019 - 17:34

» Germaine nouvelle inscrite
par germaine Ven 22 Mar 2019 - 17:30

» Griffonia et L-5-HTP
par Luc Jeu 21 Mar 2019 - 17:57

» Bon anniversaire Mamoun69
par Mirzoune Mer 20 Mar 2019 - 19:21

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Mar 19 Mar 2019 - 11:26

» Les antibiotiques, la fin du miracle ?
par Luc Dim 17 Mar 2019 - 9:03

» La routine énergétique de Donna Eden
par Proserpine Mer 13 Mar 2019 - 8:33

» Le véganisme est une imposture
par Proserpine Mar 12 Mar 2019 - 8:10

» Code de la route & Priorité
par Proserpine Dim 10 Mar 2019 - 20:28

» Caféine, ami ou ennemi ?
par Luc Mar 5 Mar 2019 - 22:42

» Bon anniversaire Joséphine
par Mirzoune Mar 5 Mar 2019 - 13:37

» Arthrose-Articulations douloureuses? Pensez au MSM
par harmonydg Dim 3 Mar 2019 - 1:10

» Bon anniversaire Nathalie
par Mirzoune Sam 2 Mar 2019 - 20:00

» Video Xy "Got talent"
par Luc Sam 2 Mar 2019 - 11:37

» Comédies musicales
par Luc Sam 2 Mar 2019 - 11:22

» Pain cake citron et cranberries pour le petit déj
par Luc Ven 1 Mar 2019 - 12:23

» Joyeux anniversaire, Mirzoune,
par Mirzoune Mar 26 Fév 2019 - 11:44

» Manger des fraises pour varier le microbiote
par Luc Lun 25 Fév 2019 - 12:28

» Boostez votre terrain immunitaire
par Proserpine Lun 25 Fév 2019 - 11:15

» Diabète et régime carné
par Luc Sam 23 Fév 2019 - 10:53

» plaquettes
par Hérode Jeu 21 Fév 2019 - 11:09

» Elixir floral Rescue Remedy
par Luc Mer 20 Fév 2019 - 11:03

» Causes de l'insomnie
par Luc Lun 18 Fév 2019 - 12:18

» Histoire drôle en images 2 - Funny clip
par Hérode Ven 15 Fév 2019 - 18:28

» Présentation Monik
par Flo Ven 15 Fév 2019 - 11:01

» Déficit en zinc si vous ne mangez pas de viande
par Luc Ven 15 Fév 2019 - 9:04

» Thé vert et prévention AVC et Alzheimer
par Luc Ven 15 Fév 2019 - 8:37

» riz et arsenic
par Gaffal Jeu 14 Fév 2019 - 19:11

» Le sucre: Un tueur silencieux ?
par Luc Lun 11 Fév 2019 - 12:18

» les bienfaits du chocolat noir sur la santé cognitive, endocrinienne et cardiovasculaire.
par Hérode Dim 10 Fév 2019 - 18:10

» Crêpes de la Chandeleur sans gluten
par Luc Ven 8 Fév 2019 - 18:30

» Dégénérescence maculaire DMLA
par Luc Jeu 7 Fév 2019 - 14:47

» Où achetez-vous vos compléments alimentaires ?
par Mirzoune Jeu 7 Fév 2019 - 13:57

» Harmonydg présentation
par harmonydg Mar 5 Fév 2019 - 1:55

» extrait de pépins de pamplemousse
par Hérode Sam 2 Fév 2019 - 19:51

» Témoignage de rémission de cancer avec chimio + régime cétogène + travail sur soi
par Flo Jeu 31 Jan 2019 - 20:23

» Présentation Cathia
par Proserpine Jeu 31 Jan 2019 - 15:30

» Témoignages de rémission de cancer du sein avec chimio + jeûne
par Mirzoune Jeu 31 Jan 2019 - 11:20

» Antioxydants et cancer. Attention!
par Luc Mer 30 Jan 2019 - 16:18

» Témoignage de rémission d'un cancer de la vessie par le jeûne uniquement
par Flo Mar 29 Jan 2019 - 19:39

» AMPK comme senseur de la croissance cellulaire
par Luc Lun 28 Jan 2019 - 11:43

» Bon anniversaire Proserpine
par Proserpine Dim 27 Jan 2019 - 20:09

» Propriétés santé du curcuma
par Luc Dim 27 Jan 2019 - 12:33

» Maladie de Lyme et infections froides
par Flo Mer 23 Jan 2019 - 12:42

» Moteur de recherche autre que Google
par Hérode Mar 22 Jan 2019 - 18:43

» Effets protecteurs du cholesterol sur les endotoxines
par Luc Lun 21 Jan 2019 - 11:13

» Vitamine D et Grippe
par Luc Dim 20 Jan 2019 - 17:32

» Joyeux anniversaire Keditchi
par Mirzoune Sam 19 Jan 2019 - 16:43

» Régime avec peu ou pas de produits animaux
par Luc Ven 18 Jan 2019 - 21:19

» Nouveaux produits « top qualité » sur UNAE
par Mirzoune Mer 16 Jan 2019 - 19:09

» Maca racine
par Luc Mar 15 Jan 2019 - 10:53

» Présentation ghislaine
par Mirzoune Lun 14 Jan 2019 - 14:45

» Une pomme par jour éloigne le médecin
par Luc Dim 13 Jan 2019 - 10:51

» Inflammation du mésentère
par Mirzoune Ven 11 Jan 2019 - 19:43

» Huile de coco. Article SCE
par Luc Ven 11 Jan 2019 - 10:59

» Le cancer est-il un dysfonctionnement métabolique de la mitochondrie?
par Gaffal Mer 9 Jan 2019 - 18:32

» Laurent Gerra & Lucchini
par Luc Sam 5 Jan 2019 - 10:10

» Le Yoga fait baisser la pression artérielle
par Luc Ven 4 Jan 2019 - 9:54

» Joyeuses fêtes à tous
par Mirzoune Mer 2 Jan 2019 - 16:50

» Nettoyage des reins et détox
par Luc Mer 2 Jan 2019 - 10:24

» Bon anniversaire Momo
par Mirzoune Mar 1 Jan 2019 - 13:28

» The salt Fix
par Luc Sam 29 Déc 2018 - 22:00

» Bon anniversaire Chaminette
par Luc Jeu 27 Déc 2018 - 9:08

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Nell74 Sam 22 Déc 2018 - 3:11

» Bon anniversaire Puppy
par Mirzoune Mer 19 Déc 2018 - 19:19

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Luc Mer 19 Déc 2018 - 17:34

» Bon anniversaire Rogerw
par Mirzoune Mer 19 Déc 2018 - 14:28

» Thérapie Gerson
par Luc Jeu 13 Déc 2018 - 20:02

» Quand les symptômes s'aggravent: Désencrassage, effet rebond, crise de guérison?
par Luc Lun 10 Déc 2018 - 14:44


Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Lun 18 Mar 2019 - 11:16

Voici un compte-rendu de ma dernière lecture Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler 3390219231  Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler 3390219231
The 7 Principles of Stress – Extend life, Stay fit and Ward off fat.
Ori HOFMEKLER.
Discussion et commentaires sur ce lien.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Ori Hofmekler is the author of “The Warrior Diet”. He is a nutritional and fitness expert, founder of Defense Nutrition®️ (food products, vitamins and herbal formulas & fitness training programs).

Dr. Matt Kaeberlein a écrit:"Ori Hofmekler is a visionary who is, in many ways, ahead of his time. He brings his own unique vision for how to achieve optimal health and longevity through understanding the principles of biological stress. Based on a mix of hard data and intuition gained from years of studying nutrition, he extends current scientific research in insightful and unexpected directions."
"It’s time to revise the definition of nutrition" - Ori Hofmekler

Contents
1. WHAT IS STRESS?
How the Biology of Stress Affects Our Lives
2. THE CODE OF STRESS
How Nature Conditions Your Body to Resist Stress and Live Longer
3. YOUR CELLULAR STRESS RESPONSE KEEPS YOU YOUNG AND HEALTHY
How Your Repair and Rejuvenation Program Works
4. THE ENERGY TRIGGER
How Energy Extends and Shortens Your Life
5. STRESS AND FEEDING
How Stress Affects Your Feeding Behavior
6. STRESS AND SEX
How Stress Affects Your Virility
7. STRESS AND REWARD
How the Stress-Reward System Dictates Your Behavior
8. STRESS AND AGING
How Aging Can Be More Stress-Related than Age-Related
9. FOOD, HAPPINESS, AND LONGEVITY
How Food and the Pursuit of Happiness Affect Longevity
10. 10 FOOD AND FITNESS
How Sports Nutrition Regimens Are Making Us Biologically Unfit.
11. THE DESIRE FOR STRESS
How It Affects Our Behavior
12. THE INSTINCT TO ADOPT ANIMALS AND GROW PLANTS
How We Embrace Nature’s Rule of Cross-Dependency
13. PLANT SUPERIORITY
How Wild Plants Give Nutritional Superiority
14. THE DIETARY TRIGGERS OF HORMESIS
How Dietary Triggers of Hormesis Extend Life
15. ANTIHORMETIC FOOD INGREDIENTS
How Dietary Inhibitors of Hormesis Shorten Life
16. ANTIHORMETIC CHEMICALS
How Synthetic Supplements, Fertilizers, and Pesticides are Destroying our Health
17. HORMESIS IN PRACTICE
How to Beat Weaknesses and Remove Obstacles to Wellness
18. DISCUSSION
Facts, Fallacies, and Ideas That No One Dares to Discuss
19. RECOMMENDED DOS AND DON'TS


Dernière édition par Luc le Mar 2 Avr 2019 - 15:32, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Comment la biologie du stress affecte notre existence

Message  Luc le Lun 18 Mar 2019 - 11:24

The 7 Principles of Stress – Extend life, Stay fit and Ward off fat.
Ori HOFMEKLER.
Chapter one: WHAT IS STRESS?How the Biology of Stress Affects our Lives.
La plupart des gens connaissent les effets pervers du stress mais comprendre comment le stress peut agir en votre faveur est la clé pour vivre longtemps en bonne santé, vivre une vie satisfaisante.
“Understanding how stress can work for you is the key to longevity and a healthier, fuller life.”
Mais tout d’abord nous devons corriger la désinformation qui gravite autour du terme stress et regarder ce que la science en dit.
C’est Paracelse qui a parlé en 1er de l’hormèse. L'hormèse est un processus d'adaptation: le stress agit à votre service plutôt que contre vous.
Tous les êtres vivants de cette planète ont évolué avec un système conçu pour tirer profit du stress. Appelé « le système de réponse adaptative au stress », il joue un rôle vital dans le maintien en vie et le développement des organismes soumis au stress.

Le système de réponse adaptative au stress
Chaque fois que vous sentez que votre cœur pompe face au danger ou que vous avez l'envie de vous enfuir, d’agresser quelqu'un ou de chercher de la nourriture, prenez conscience que toutes ces réactions sont déclenchées par votre système de réponse au stress. Une fois activé, ce système aide les organismes à résister ou à échapper aux facteurs de stress, tels que le manque de nourriture, le danger, les sollicitations physiques (physical hardship), les toxines et la privation. Les réponses courantes incluent la recherche de nourriture, le combat ou la fuite, la désintoxication et un comportement de recherche du plaisir (addiction).
Cependant, compte tenu de l'évolution de notre monde, notre système de réaction au stress doit faire face à de multiples facteurs de stress quotidiens, alors qu'il ne peut tolérer le stress que dans une certaine mesure. Une fois que les facteurs de stress s’accumulent au-delà du seuil de tolérance, leur impact combiné rend le système de réponse dysfonctionnel. C'est là que la réaction de combat ou de fuite se transforme en panique, que le comportement de recherche de nourriture se transforme en frénésie alimentaire et que le comportement de recherche de plaisir se transforme en dépendance. L’exposition au stress ne peut nous être utile qu’à un certain niveau. Il est donc impératif de ne jamais dépasser ce seuil.
Chaque stress, cependant, a une plage, avant que vous ne n’approchiez une surcharge, qui vous permet de vous adapter et de vous améliorer, et c’est ce qui se passe dans cette plage qui est au centre de ce livre. Notez que l'adaptation au stress n'est pas liée au stress seul; elle peut être induite par des molécules alimentaires imitant le stress.


Molécules alimentaires imitant le stress
Il a été démontré que certaines molécules présentes dans certaines espèces de plantes stressées, telles que les plantes sauvages et les animaux nourris en pâturage, imitent le stress et déclenchent des réactions bénéfiques chez l’homme, dont certaines sont similaires à celles associées au régime alimentaire (jeûne) et à l’exercice. Ces nutriments uniques ne sont pas nécessairement des vitamines ou des anti-oxydants, ils ne sont pas non plus considérés comme essentiels. Pourtant, une fois consommés par les animaux ou les humains, ils induisent des effets inégalés qui protègent le stress et prolongent la vie.
La nature vous offre la possibilité de tirer parti de molécules qui imitent le stress, telles que les phénols et les alcaloïdes de plantes, ainsi que les immuno-globulines du lait, comme la lactoferrine et l'albumine sérique. De plus, vous bénéficiez des molécules de réponse au stress de votre corps, notamment des protéines de choc thermique, de la vitamine D, des facteurs de transcription et des enzymes antioxydantes.
Notez cependant que pour chaque molécule protectrice du stress, il existe un facteur inhibiteur. De nombreuses substances alimentaires inhibent la réponse au stress et augmentent la vulnérabilité aux maladies et au vieillissement. Parmi ceux-ci, notons le sucre, les additifs chimiques, les OGM et les antioxydants synthétiques. Éviter les substances anti-hormétiques et garder le système de réponse au stress intact est essentiel pour la survie. Sans le système de réponse au stress, il n'y aurait pas de vie sur la planète.
* Voir plus de détails sur ce lien (tout est dans la mesure et la nature des AO).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

Le système de réponse au stress est le système biologique le plus ancien et le plus conservé. Partager des molécules imitant le stress qui provoquent une réponse au stress était une nécessité de survie. Le règne végétal est le fournisseur le plus important de ces molécules, suivi du lait maternel des mammifères et des « microbes du stress » tels que les probiotiques sauvages et les bactéries du sol. La nature a délibérément créé des molécules imitant le stress et présentant une grande homologie, suffisamment proches pour être partagées par toutes les espèces. Parmi les molécules induisant le stress-réponse, les plus significatives pour nous sont celles qui induisent un changement métabolique de carburation des hydrates de carbone (carbs = glucides) vers les graisses. Ceci est une partie importante du processus hormétique.

Le passage des glucides (carbs) aux carburants gras
Le passage des carbs aux carburants gras est essentiel à la survie en situation de stress. Ce changement de combustible favorise la vie durant les périodes de stress intense. Il se produit en réponse à un déficit énergétique tel que la famine, où il fournit un substrat énergétique autre que le glucose, appelé corps cétoniques. Les corps cétoniques sont le carburant de survie préféré de votre corps et jouent un rôle majeur dans la survie dans des conditions de privation de nourriture et de famine.
En tant que produit anti-stress, le carburant à base de cétones présente de nombreux avantages qui vont au-delà du simple ravitaillement. Les corps cétoniques soutiennent les fonctions cognitives et épargnent les protéines musculaires de la dégradation tout en réduisant le stress oxydatif. Ils ont également démontré leur capacité à protéger les cellules du cerveau contre les dommages causés par les toxines et à prévenir les crises d’épilepsie. Globalement, le passage à l’alimentation en carburant des glucides aux cétones offre des avantages exceptionnels.
Dans un état cétogène, le corps devient résistant au diabète, à l'obésité, aux maladies du cerveau et au vieillissement. Pourtant, cette opportunité métabolique est extrêmement fragile
.
Un seul en-cas à lui seul peut le saboter. La nourriture est un facteur important, tout comme le choix du moment des repas. Ce qui soulève la question: comment pouvons-nous garder notre corps dans un tel mode de résistance au stress? La réponse se trouve dans un code spécifique qui dicte comment se déroule le processus de l'hormèse. Ce code constitue sept principes sur lesquels la nature étend la capacité de survie et la durée de vie. Quel est le principe de ce code et comment se manifeste-t-il dans la vie? C’est l’objet du chapitre suivant.


Dernière édition par Luc le Lun 18 Mar 2019 - 19:23, édité 4 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty La résilience au stress nécessite un stress nutritionnel et physique combiné et adapté

Message  Luc le Lun 18 Mar 2019 - 11:25

Chapter 2.  THE CODE OF STRESS
How Nature Conditions Your Body to Resist Stress and Live Longer
Comment la nature conditionne votre corps à résister au stress et à vivre plus longtemps
Les pages à venir montreront comment ces sept principes se manifestent dans la vie et comment les utiliser correctement peut contribuer à renforcer la résistance à la faim, aux difficultés, à la toxicité et même aux dépendances. Vous apprendrez comment le code peut vous aider à rester biologiquement en forme, mince et jeune.

Préconditionnement à l’Hormèse
Le terme préconditionnement hormétique décrit un ordre d'adaptation dans lequel l'exposition à un stress modéré offre une protection future contre un stress plus intense. L'entraînement militaire, l'apprentissage des habiletés et les traitements de vaccination sont tous des modèles de préconditionnement hormétique; tous sont basés sur le même principe.

Principe de stress 1: Une exposition à un stress faible engendre une résilience au stress intense.

Vocabulaire : Résilience : capacité à résister et s’adapter à un stress et à en tirer un bénéfice.

Et pas l'inverse. Une exposition soudaine à un niveau de stress élevé peut être fatale. Sans conditionnement adéquat, les animaux et les êtres humains sont susceptibles d'être endommagés par des facteurs de stress de haut niveau tels que la chaleur, le froid, l'hypoxie ou les difficultés. La raison est dans la direction du processus hormétique lui-même. Dans le processus d'hormèse, le stress ne peut aller que de bas vers le haut, mais ne peut pas commencer haut et rester élevé.

Au niveau cellulaire, l'exposition à un stress faible active des voies qui permettent de résister à un niveau de stress plus élevé, et cette résilience est ensuite transmise à l'ensemble du corps. Maintenant, pour obtenir les meilleurs résultats, vous devez maximiser cet impact, et il n'y a qu'une seule façon de le faire.

Principe de stress 2: La résilience maximale au stress nécessite un stress nutritionnel et physique combiné
Vous devez mettre votre corps au défi à la fois sur le plan nutritionnel et physique. La combinaison du stress nutritionnel et physique procure deux avantages majeurs: le premier est le passage du carburant glucide à un carburant appelé cétone, qui booste la l’endurance mentale et physique et améliore la composition corporelle en faveur d'une diminution de la masse grasse corporelle et d'une meilleure qualité de fibres musculaires. Deuxièmement, il y a l'avantage du déficit énergétique, qui renforce la résilience suprême au stress, même en présence d'inhibiteurs de réponse au stress.
C’est un impact profond. Une fois mis au défi à la fois nutritionnellement et physiquement, par exemple via le jeûne et l'exercice, votre corps réagit en libérant de puissants composés protecteurs du stress, notamment un co-activateur de transcription cellulaire appelé PGC-1-alpha. Cette molécule de réponse au stress a un impact unique sur la composition des tissus adipeux, musculaire et cérébral.
PGC-1-alpha est un excitateur de graisse tenace. Il agit avec les gènes PPAR-alpha pour convertir les adipocytes gros stockeurs de graisse en petites cellules prêtes à brûler, tout en augmentant le nombre d'organelles de la mitochondrie (cellules consommant de l'énergie) dans les cellules musculaires et cérébrales. PGC-1-alpha transforme les cellules adipeuses en un mode prêt à brûler plutôt que prêt à être stocké, et rend les cellules musculaires et cérébrales résistantes à la fatigue. Mais comment déclenchez-vous ce processus en pratique?

Le protocole
Si vous êtes nouveau dans le jeûne, il est généralement recommandé de manger un repas principal par jour. Cependant, il doit être ajusté pour répondre aux besoins individuels, par exemple en cas d’entrainement physique, tout en restant en cétose (…)
Un autre exemple est celui des personnes ayant des routines impliquant un stress cognitif ou créatif prolongé, qui peuvent avoir besoin de petites pauses avec des collations quotidiennes légères telles que des fruits, des légumes ou des soupes, évitant ainsi que leur stress ne devienne trop stressant et nocif. Les cinq signes de surmenage sont les suivants:
 fatigue persistante
 envies chroniques
 fluctuation de poids
 anxiété
 dépression
Évidemment, combiner stress physique et nutritionnel n’est pas un protocole ordinaire. C'est extrêmement exigeant. Vous devrez peut-être vous donner suffisamment de temps pour vous adapter et vous améliorer. Lorsque vous constatez des progrès, essayez d’améliorer progressivement le niveau de votre défi en augmentant l’intensité de votre exercice ou la durée de votre jeûne jusqu’à atteindre un seuil où vous ne pourrez plus vous améliorer. En règle générale, les entraînements doivent être courts et intenses, ne dépassant pas trente minutes par jour. Pour plus de détails et les plans de repas, consultez mes sites Web: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  ou [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Encore une fois, le principe de stress N° 2 s'applique à tout type de formation ou d'apprentissage. Que le résultat final soit la résilience au stress physique ou mental, le processus de conditionnement reste le même. Si vous refusez ce principe, vous ne pourrez jamais atteindre un potentiel maximum d’adaptation et d’amélioration. Il en va de même pour ce qui suit la phase hormésique. (The same holds true for post-exposure conditioning hormesis).

Hormèse après conditionnement (Post-Exposure Conditioning Hormesis)
La phase qui suit l’apprentissage / le conditionnement à l’hormèse est essentielle à la récupération. Sans cela, la guérison ne peut être complète. Considérez cette phase comme un préconditionnement inversé: un type de stratégie qui peut être utile pour traiter les affections post-traumatiques causées par des blessures physiques ou mentales. La psychologie analytique de Sigmund Freud est un bon exemple de cette stratégie.
Freud utilisait la post-exposition hormétique pour résoudre les troubles psychotiques causés par des événements traumatiques. Sa méthode consiste à réintroduire la cause du traumatisme chez des patients souffrant de troubles mentaux via l'hypnose et des techniques d'analyse du rêve. Incroyablement, la même stratégie peut être utile dans les cas de toxicomanie. La post-exposition hormétique peut aider à soulager les symptômes de l'intoxication alcoolique. Les symptômes de la gueule de bois dus à une consommation excessive d'alcool peuvent être atténués par la consommation d'une faible dose d'alcool le lendemain matin, phénomène codé selon le principe suivant.

Principe de stress 3: Une faible dose d'une toxine peut aider à soulager ou à prévenir la toxicité respective
Le principe de stress N° 3 explique pourquoi une faible consommation d'alcool, de nicotine, de caféine et de MSG est plus bénéfique que la non-consommation et, de même, pourquoi l'exposition à de faibles concentrations de métaux lourds est plus bénéfique que la non-exposition. Ce phénomène est également évident dans la courbe biphasique des toxines de Paracelse, selon laquelle une faible dose d’une substance par ailleurs nocive peut être bénéfique pour le corps jusqu’à atteindre un seuil au-delà duquel elle devient toxique. En d'autres termes: toute toxine donnée a un seuil spécifique de bénéfice / de préjudice.
De là, les niveaux tolérables bas par rapport au niveau toxique élevé. Bien que ce ne soit pas exactement la même chose, le principe de l'homéopathie est similaire. La différence est dans la théorie. Selon l'homéopathie, les toxines doivent être diluées en dessous du niveau d'existence physique pour obtenir un effet curatif. Cependant, pour éviter toute confusion, rappelez-vous qu’en fin de compte, l’exposition à un niveau de tolérances faible et tolérable est plus bénéfique que la non-exposition. Même en cas de stress accablant, une exposition à de faibles niveaux de stress, qu’ils soient chimiques, physiques ou habituels, est susceptible de donner une réponse adaptative souhaitable en faveur du rétablissement. C’est le principe de l’hormèse. (That’s the premise of post-conditioning hormesis).

En conclusion, en matière de rétablissement (guérison), l’engagement / la sollicitation prime sur l’évitement. En cas de blessure physique ou mentale, il est préférable d’exercer une psychothérapie et un conditionnement psychologique plutôt que de les ignorer et de les éviter. Non traités, les traumatismes peuvent conduire à des troubles du syndrome post-traumatique, à une anxiété chronique, à la dépendance, à la dépression et au suicide. De même, les blessures physiques peuvent provoquer des dommages irréversibles aux tissus et aux organes. Votre corps et votre esprit ont évolué pour guérir de cette façon, et pas seulement au niveau systémique.

Les cellules ont un protocole de guérison distinct. Elles sont programmées pour s'adapter ou se suicider (apoptose). C’est en effet un principe naturel – fonctionner ou mourir –, où le but ultime est de s’améliorer plutôt que de se détériorer. Et notez que la mort cellulaire n’est pas forcément une mauvaise chose. Les cellules sont programmées pour mourir plutôt que pour vieillir ou devenir cancéreuses. Chaque cellule est destinée à agir pour le bien de l'équipe et à se sacrifier au profit de l'ensemble du système. Le suicide cellulaire a un objectif biologique clair: offrir une meilleure capacité de survie.

Pourtant, ce processus ne peut avoir lieu que sous certaines conditions. Comment votre réponse au stress cellulaire est-elle mise en place pour vous garder jeune et en bonne santé? C’est l’objet du prochain chapitre.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Antioxydants contre le vieillissement ?

Message  Luc le Mar 19 Mar 2019 - 11:54

Chapter 3. YOUR CELLULAR STRESS RESPONSE KEEPS YOU YOUNG AND HEALTHY – How Your Repair and Rejuvenation Program Works.
Votre Réponse au Stress Cellulaire vous Garde Jeune et en Bonne Santé - Comment fonctionne votre programme de réparation et de rajeunissement.


 La réponse au stress cellulaire est comme une machine de guerre. Elle est programmée pour évaluer et éliminer la cause des dommages avant qu'ils ne surviennent. Et si des dommages existent déjà, elle agira de manière à minimiser les dommages impliqués. C’est ainsi que votre protocole de réponse au stress cellulaire est configuré pour fonctionner. Une fois activé / libéré, il digère et recycle tous les composants faibles de votre corps.

Premièrement, il tue les cellules endommagées en phase terminale via l’apoptose, un programme de suicide cellulaire qui empêche les cellules de vieillir ou de devenir cancéreuses. Ensuite, il initie l'auto-phagocytose - un processus de rénovation cellulaire où les protéines cassées et les débris endommagés sont marqués et détruits pour permettre aux cellules de rester jeunes et viables. Et notez que tout cela est exécuté par des protéines de choc thermique qui non seulement renforcent ce processus, mais servent également à protéger les protéines cellulaires et l’ADN des dommages. C’est ainsi que la réponse au stress cellulaire est configurée pour garder votre corps en pleine forme.

La triste nouvelle est que, en général, les gens ne donnent pas cette chance à leur corps. De mauvaises habitudes alimentaires inhibent la réponse au stress et rendent le corps enclin au vieillissement et aux cancers. Et ce qui aggrave encore la situation, c’est l’ignorance totale du concept de stress. La connaissance est essentielle à la survie. Vous ne pouvez pas vous permettre de nier / ignorer le système qui vous maintient en vie. Mais voici la partie délicate: le système de réponse au stress est activé par la chose même qu’il vise à détruire.

Considérez la réaction au stress comme un combattant qui a besoin d'un adversaire pour rester dans le match. En réalité, cet adversaire est le radical oxygène. Il met littéralement vos cellules au défi de résister au stress. Le radical oxygène est le facteur qui signale à votre muscle de s’adapter et de s’améliorer pendant l’exercice. C’est le principe du stress appliqué lors du conditionnement physique.
Ironiquement, les suppléments d'antioxydants (les soi-disant bons gars) occasionnent le contraire. La vérité semble loin de ce qu'on nous dit.

Les suppléments d'antioxydants inhibent la production de vos propres antioxydants en signalant à vos cellules de cesser leur production d'enzymes antioxydantes. Les défenses cellulaires reposent sur la production d’enzymes antioxydantes, notamment le superoxyde dismutase (SOD), la catalase et la glutathion peroxydase (GPx), toutes produites en réponse au stress oxydatif et jouent donc un rôle vital dans l’élimination des radicaux oxydants qui ont été occasionnés.

C’est ainsi que vos cellules ont évolué pour protéger leurs propres protéines, lipides et ADN des dommages. Et c’est exactement ce que l’industrie des suppléments ne veut pas que vous sachiez. Les concentrations accablantes de suppléments d'antioxydants brisent votre programme de défense cellulaire. Les «super antioxydants» sont les pires. Les cellules ne sont pas programmées pour les anti-oxydants à volume élevé. Nos corps n’ont pas évolué pour [traiter] ces forces non naturelles. La réalité contredit les théories classiques du vieillissement qui partent du principe que les antioxydants sont les bons [gars] et que les espèces réactives de l'oxygène (ROS) sont les méchants.

La théorie des radicaux libres du vieillissement
La théorie du vieillissement fondée sur les radicaux libres est très trompeuse. Plutôt que de retarder le vieillissement, il conduit les gens à vieillir prématurément. Selon cette théorie, les ROS, également appelées espèces réactives de l'oxygène ou radicaux libres, sont les principales causes du vieillissement, tout comme le taux métabolique élevé des organismes. Ce concept, qui reste populaire parmi les autorités médicales, soutient que l’utilisation de suppléments antioxydants peut réduire les dommages causés par les radicaux oxydants et ainsi contribuer à retarder le vieillissement.

Pourtant, en réalité, les choses fonctionnent très différemment. Les mitochondries d’espèces à métabolisme élevé telles que les oiseaux et les primates, par exemple, ont évolué pour produire moins de ROS en tant que moyen d’adaptation pour une meilleure survie. Par conséquent, les espèces qui devraient subir des dommages oxydatifs massifs en raison de leur taux métabolique élevé ont évolué avec des mécanismes adaptatifs qui interdisent ces dommages. Apparemment, le stress oxydatif n’est pas un paradigme du vieillissement, pas plus que le taux métabolique de l’organisme.

La théorie du vieillissement basée sur les radicaux libres a mal interprété le véritable rôle du stress oxydatif dans la progression du vieillissement. Et, bien que cette théorie ne puisse être complètement écartée, il est toujours faux de guider les gens à utiliser des routines et des produits qui les rendent de plus en plus vulnérables au vieillissement et aux maladies connexes. Notre société a échoué à voir la vérité. La cause du vieillissement n’est pas le stress oxydatif, mais plutôt l’absence de réaction. Et ce qui aggrave encore la situation, c’est l’utilisation de suppléments d’antioxydants qui rendent les cellules sans défense. Cela dit, vous devez savoir que le processus qui protège les cellules contre les dommages oxydatifs a aussi ses limites.

Les épisodes de stress qui augmentent les niveaux de radicaux libres intracellulaires ne sont pas sans risque. Bien qu’ils augmentent la résistance au stress en déclenchant des voies de signalisation spécifiques qui réduisent la production de radicaux libres, ils laissent néanmoins certains dommages collatéraux qui peuvent, avec le temps, conduire à la progression du vieillissement. Ce qui vous fait réfléchir: jusqu'où pouvons-nous éliminer les dommages causés par des causes oxydatives, chimiques et environnementales? Considérez ceci: s'il était possible d'éliminer tous les types de dommages, nous ne vieillirions jamais; mais en réalité, nous vieillissons. Encore une fois, considérez l’autre côté de cela. Le corps humain a évolué pour revenir « avec vengeance », même en cas de dommages graves. Donnez-lui une chance et il détruira les cellules endommagées, ou bien générera des cellules souches pour produire de nouvelles cellules et de nouveaux tissus.

Notre programme inné pour rester jeune
Notre corps a des mécanismes qui luttent contre le vieillissement et nous maintiennent biologiquement jeunes. Et bien que nous ne réussissions pas souvent à en tirer parti à cause de la pure ignorance du concept de stress, notre conception intrinsèque reste la même. Nous avons les moyens d'éviter une grande partie des dommages collatéraux considérés actuellement comme inévitables. Ceci est incroyable. La science ne sait pas jusqu'où on peut retarder le vieillissement et prolonger la vie. Chacun de nous a la capacité d'étendre sa longévité bien au-delà des frontières de la pensée conventionnelle. Par conséquent, vous devriez toujours vous rappeler que c’est la capacité de détruire, de recycler et de rénover qui est déterminante que votre corps reste jeune.

Ce n’est pas la capacité de croissance, mais plutôt inhiber la croissance et cataboliser qui prolonge la vie. Le catabolisme a un but; cela conduit à la réparation et au rajeunissement. Encore une fois, c’est le contraire de ce qui nous a été dit. C’est cette capacité qui nous permet de bloquer le vieillissement et de résister au cancer. C’est le secret de la nature. Mais de quelle proportion / quantité de cette capacité avons-nous besoin? Et pourquoi sommes-nous toujours sous le feu du vieillissement? Ces questions ont à voir avec un autre aspect critique de la réponse au stress – l'énergie.
Comme vous êtes sur le point de le constater, l’énergie joue un rôle majeur dans la gestion du stress et de la survie. Mais quel type d'énergie et comment induit-elle exactement son impact?

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mer 20 Mar 2019 - 8:54

Idées clés du chapitre 4
Comment l'énergie prolonge et raccourcit votre vie
• En cas de stress les ressources sont déplacées vers le mode économique, pour préserver la survie au détriment de la croissance. La voie anabolique consomme énormément d’énergie.
• Une résilience au stress intervient le mieux  en cas de déficit énergétique (mode lipolyse).
• C’est alors que les protéines de choc thermique sont libérées. Elles améliorent la survie et la longévité.
• Le déficit énergétique est le facteur clé de l'hormèse. L’hormèse, c’est la capacité à résister et s’adapter en cas de stress (= résilience). Un stress adapté aux capacités de l’individu. Un stress provoqué par le déficit énergétique et par un stimulus physique (exercice).
• Le déficit énergétique est le déclencheur le plus puissant pour entrer en mode hormétique. Ce déclencheur est si puissant qu'il annule les effets inhibiteurs de la réponse au stress.
Vous obtenez les mêmes bénéfices avec un régime 16.8 que d’un jeûne hydrique.
• Pour en tirer le meilleur parti, vous devez savoir à quel moment un déficit énergétique offre une résistance maximale au stress : Une résilience maximale au stress survient lorsque les réserves de glycogène sont épuisées.
• Il faut donc alterner le mode lipolyse et le mode glycolyse, sinon vous allez surcharger l’organisme (pic d’insuline et obésité croissante).
• Nos gènes sont encodés pour fonctionner de cette manière : alternance entre abondance et disette.
• Un stress persistant et une libération excessive de cortisol diminuent la capacité à initier une réponse adaptée (déséquilibre hormonal) : Plutôt que d’offrir une résistance au stress, les hormones dysfonctionnelles provoquent une intolérance au stress et gênent la capacité du corps à se nourrir, à dormir et à performer… Burnout en vue.
• Pour passer en mode hormèse, le stress doit être intermittent et ne peut être chronique.
• Une réaction de combat ou de fuite, activée chroniquement par le stress, détériore les fonctions neuronales et hormonales avec des symptômes tels que fatigue surrénalienne, troubles de la glycémie, diminution du taux d'hormones sexuelles et diminution de la libido, comme chez les personnes surentraînées et surmenées. Un apport énergétique excessif ou continu inhibe l'hormèse et accélère le vieillissement. Les athlètes (compète) ne font pas exception. La charge énergétique est un problème majeur pour les sportifs de compétition.

Détails ci-dessous.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Conséquences d'une charge énergétique continue

Message  Luc le Mer 20 Mar 2019 - 9:33

Chapitre 4. THE ENERGY TRIGGER – How Energy Extends and Shortens Your Life
LE DÉCLENCHEUR D'ÉNERGIE - Comment l'énergie prolonge et raccourcit votre vie

Le stress épuise l'énergie et modifie la façon dont votre corps établit ses priorités. Lorsque les économies d'énergie deviennent une nécessité absolue, votre corps initie un important commutateur métabolique. Sous l'effet du stress, les ressources énergétiques sont déplacées vers la survie et non vers la croissance. C'est le cas lors de la famine et des efforts continus (hardship), où le métabolisme énergétique est reprogrammé en faveur du catabolisme. La raison est à nouveau économique. Les voies anaboliques sont les plus gros consommateurs d’énergie, car elles sont le moteur de la croissance. L'abandon de la croissance économise suffisamment de ressources pour la survie. Cela garantit que les enzymes antioxydantes clés sont facilement disponibles pour prévenir les dommages oxydatifs tout en faisant face aux menaces potentielles - physiques, microbiennes ou chimiques. Notez que la dynamique ici est très spécifique. Ce n’est pas l’énergie qui déclenche ce processus, mais plutôt son absence.

Le déficit énergétique déclenche des mécanismes qui augmentent la survie et la longévité
Bien que l’on pense généralement que plus d’énergie est mieux que moins, la réalité prouve le contraire. Dans les systèmes biologiques, «plus» d'énergie peut finir par devenir un excès et, bien sûr, trop d’énergie raccourcit la durée de vie. C'est le manque / l’épuisement de l'énergie qui incite les organismes à s'adapter et à s'améliorer. C’est différent des machines qui s’arrêtent lorsque le carburant est épuisé.

Voici comment ce processus se passe. En réponse au déficit énergétique, il se produit une réduction importante des processus de croissance, ainsi que la libération de protéines de choc thermique qui améliorent la survie et la longévité. Globalement, cet interrupteur radical protège contre les dommages oxydatifs et maintient les organismes résistants au vieillissement, le tout en raison d'un déficit énergétique. Le déficit énergétique est le déclencheur le plus puissant de l'hormèse. Ce déclencheur est si puissant qu'il annule les effets des inhibiteurs de la réponse au stress. C'est l'élément clé du code de stress.

Stress Principe 4 : Le déficit énergétique est le facteur clé de l'hormèse
Une application correcte de ce principe peut aider à combattre les faiblesses, à éliminer les obstacles au bien-être et à prolonger la vie. Mais pour en tirer le meilleur parti, vous devez savoir à quel moment un déficit énergétique offre une résistance maximale au stress.

Épuisement du glycogène pour une résilience maximale
Une résilience maximale au stress survient lorsque les réserves de glycogène sont épuisées. Qu'est-ce que cela veut dire exactement? Des études récentes de The University of Southern California ont montré que l'épuisement du glycogène dû au jeûne prolongé déclenche la régénération des cellules souches hématopoïétiques, ainsi que des cellules de niche qui favorisent une résistance maximale au stress et favorisent l'auto-renouvèlement (1).  En outre, il a été prouvé que ce processus atténuait la suppression / le déficit immunitaire et la mortalité dus à la chimiothérapie et renversait la chimiotoxicité chez les patients à jeun.

1. C. W. Cheng et al. Prolonged fasting reduces IGF-1/PKA to promote hematopoietic-stem-based regeneration and reverse immunosuppression. Cell Stem Cell 14. 2014

Ces découvertes ont non seulement révélé un lien entre un épuisement extrême de l’énergie et l’induction de la protection des cellules souches, mais ont également corroboré des découvertes antérieures établissant un lien entre l’appauvrissement en glycogène, une résilience cellulaire accrue et le stress.
Mais notez encore qu'il s'agit d'un événement fragile. Une fois que l'énergie est rechargée en excès, l'hormesis s'arrête, de même que votre chance de résister au stress. Il est difficile d’en accepter la réalité à une époque où la consommation d’énergie excédentaire est considérée comme normale et où il n’y a presque jamais d’épuisement du glycogène. Néanmoins, ce sont les faits. Notre population est habituée à manger plus et à vivre moins longtemps. Tout est encodé dans notre biologie.

Principe de stress 5: Une consommation excessive d'énergie inhibe l'hormèse et raccourcit la durée de vie
Parce que l’énergie est essentielle à la vie, votre corps a évolué avec la capacité de ressentir son déficit ou son excès et de réagir en conséquence. Alors que le déficit énergétique déclenche une réaction de survie, l'excès d'énergie l'inhibe. Mais il y a un autre facteur: le taux de libération d'énergie. (…) Plus la libération est rapide, plus vous devriez faire attention. (…)

Les substances à libération rapide d'énergie contribuent énormément à l'obésité, au diabète et au vieillissement. Cependant, l’énergie n’est pas le seul facteur en jeu; en dehors de cela, de nombreux éléments doivent être pris en compte, et c'est là que le système neuro-endocrinien entre en jeu. Cela génère un éventail de réponses, notamment la faim, l'agression et la peur, que nous ressentons tous lorsque nous affrontons des facteurs de stress qui menacent notre existence.

Le système qui alimente votre faim, votre colère et votre peur
Les deux réponses neuroendocriniennes les plus courantes sont la recherche de nourriture, associée à la faim, et la lutte ou la fuite, associée à la colère et à la peur. Les deux réponses sont contrôlées par des régions cérébrales spécifiques, au centre desquelles se trouve l'axe hypothalamus-hypophyse-surrénal (HPA). C’est l’axe HPA qui transmet les signaux de réponse aux organes. Les muscles, le cœur et le tube digestif sont particulièrement sensibles à ces signaux, ce qui a des répercussions sur notre appétit, notre rythme cardiaque et notre force physique.

Notez cependant que ce système ne peut pas gérer un stress prolongé. Dans des conditions de stress prolongé, les réponses endocriniennes sont sujettes à de graves perturbations, en particulier celles impliquant des réactions de combat ou de fuite. La réaction de combat ou de fuite est intrinsèquement conçue pour être du court terme. Dans des conditions normales, l'axe HPA libère des hormones de stress pour stimuler la production de la principale hormone de stress, le cortisol. Cependant, si pour une raison quelconque, la libération de cortisol est trop étendue dans le temps, la réponse de lutte ou de fuite deviendra dysfonctionnelle.

Une fois que le stress persiste au-delà d'un certain seuil, les choses peuvent très mal tourner
Un stress persistant et une libération excessive de cortisol altèrent les hormones de stress et diminuent leur capacité à initier et à maintenir une réponse adéquate. Plutôt que d’offrir une résistance au stress, les hormones dysfonctionnelles provoquent une intolérance au stress et gênent la capacité du corps à se nourrir, à dormir et à performer. La libération persistante d'hormones de stress et les réactions prolongées de combat ou de fuite dévastent le système tout entier mentalement et physiquement. Ainsi, le stress persistant devrait être évité par tous les moyens. Ce qui nous ramène au code.

Principe de stress 6: Pour passer en mode hormèse, le stress doit être intermittent et ne peut être chronique
Nos corps ne sont pas préparés à tout ce qui est persistant ou chronique. La réaction de combat ou de fuite est une tâche énorme qui nécessite une énergie considérable et une coordination étroite des circuits neuronaux, ce qui explique pourquoi elle est conçue de manière inhérente pour le court terme.

Une réaction de combat ou de fuite activée chroniquement détériore les fonctions neuronales et hormonales avec des symptômes tels que fatigue surrénalienne, troubles de la glycémie, diminution du taux d'hormones sexuelles et diminution de la libido, comme chez les personnes surentraînées et surmenées.

Répétons-le : deux choses mettent votre corps sous un tel risque:
- un excès d'énergie,
- un stress chronique.

Chacun de ces éléments inhibe le processus de réponse au stress. Il s’agit d’un processus de rétroaction, dans lequel un apport excessif d’énergie entraîne un stress chronique, et le stress chronique entraîne une consommation d’énergie élevée. Combinez les deux et vous obtiendrez un échec total pour résister au stress, aux maladies et au vieillissement.

Être suralimenté et sur-stressé: le cercle vicieux
C’est le problème que rencontrent beaucoup de gens aujourd’hui: ils sont suralimentés et surmenés de façon chronique et, à mesure qu’ils continuent à trop manger, ils deviennent encore plus surmenés, et vice-versa. Tel est ce cercle vicieux. Notez cependant que le stress est relatif. Le stress qui profite à une personne peut en détruire une autre. Les mêmes difficultés qui semblent aiguës et tolérables pour un individu pourraient se révéler chroniques et dissuasives pour un autre. Ce qui profite à une personne peut causer la perte d’une autre. Alors, comment faire pour rester du côté positif? Comment obtenir la meilleure adaptabilité? La réponse remonte au principe de stress N° 2: le stress nutritionnel et physique combiné garantit la meilleure adaptabilité au stress. Et notez que le conditionnement nutritionnel est aussi critique que le conditionnement physique  (conditionnement = apprentissage).

La capacité de résister aux facteurs de stress nutritionnels et physiques combinés a permis aux espèces de survivre dans des conditions importantes de famine et de difficultés, alors que celles qui n’ont pas réussi à s’adapter ont cessé d’exister. Votre corps est toujours programmé pour prospérer de cette façon. L'exercice seul ne peut pas accorder une telle résilience. L'absence de stress nutritionnel vous préparera à l'échec, même si votre programme d'exercice est viable.

Les principales autorités légales de l’éducation physique et de la nutrition sportive ne reconnaissent pas cela. Ils encouragent généralement la consommation importante d’énergie comme moyen de gagner du muscle et d’optimiser les performances. Et, bien qu'un apport calorique excessif augmente la force, cela ne fonctionne qu'à court terme. À long terme, une consommation excessive de calories finit par être contre-productif. Les données scientifiques ne laissent aucun doute: un apport énergétique excessif inhibe l'hormèse et accélère le vieillissement. D'où le principe de stress 5. Les athlètes ne font pas exception. La charge énergétique est un problème majeur pour les sportifs de compétition.

Les conséquences de la charge énergétique
Les athlètes de compétition s'épuisent métaboliquement relativement tôt. De nos jours, un athlète professionnel typique prend sa retraite avant d’avoir quarante ans. (…)
Un journée type, du petit-déjeuner au dîner, apporte continuellement de l'énergie tout au long de la journée, ce qui inhibe les principales voies de réaction au stress et empêche le corps de faire une pause. Une consommation excessive et fréquente de calories réduit les chances de garder le corps résistant à la maladie et au vieillissement. L’évitement / l’absence du déficit énergétique est une violation flagrante de l'hormèse. Des repas fréquents prolongent la libération d'hormones de stress et rendent le corps susceptible aux dommages causés par le stress chronique. Comme indiqué, chaque fois que le stress dépasse un seuil de tolérance, il provoque des dommages. Permettez-moi d’essayer d’illustrer ici l’ampleur de ces dommages.

Dommages causés par le stress chronique
(…)
Nous pouvons facilement constater les conséquences douloureuses du stress physique, mais souvent nous ne comprenons pas à quel point le stress mental est préjudiciable et douloureux. L'anxiété chronique détruit tout le système métabolique, entraînant dépression, dysfonctionnement et suicide. Apparemment, la réponse endocrinienne a un défaut / une faiblesse notable. Le système n’est pas programmé pour le stress persistant, ni pour les réponses prolongées, qui occasionnent toutes deux des pathologies. Encore une fois, tout dépend du facteur énergétique. C'est l'absorption excessive d'énergie qui rend la réponse endocrinienne imparfaite.

Le déficit énergétique amène le contraire, ce qui n’est pas surprenant. En tant que principal facteur dominant de l'hormèse, le déficit énergétique permet au système endocrinien de résister au stress, malgré les obstacles qui tendent à le perturber (principe de stress N°4).

Inverser le stress chronique
Comme dans le [cas d’un trouble dû au] décalage horaire et des troubles associés.

En conclusion, le déficit énergétique et le stress intermittent sont les principaux déclencheurs de l'hormèse, tandis que l'excès d'énergie et le stress chronique sont les principaux inhibiteurs. Lorsque le stress interagit avec l'énergie pour influer sur les fonctions hormonale et endocrinienne, il module une autre fonction essentielle de la vie: se nourrir (feeding).

Le stress affecte ce que vous mangez, combien vous mangez et à quelle fréquence. Il modifie également votre appétit et vos envies. L'envie de chercher de la nourriture est régie par des hormones qui jouent un rôle important dans votre métabolisme, votre équilibre énergétique et votre survie globale. Comment le stress affecte-t-il votre comportement alimentaire et votre santé? C’est l’objet du chapitre suivant
.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mer 20 Mar 2019 - 12:13

Idées clés du chapitre 5
Stress et alimentation – Comment le stress affecte notre comportement face à la nourriture.
• L’inhibition de la faim permet une meilleure capacité de survie en situation de stress.
• La relation entre stress, alimentation et survie est complexe. L’équilibre dans les hormones du stress change en fonction du type de stress impliqué (alimentaire, thermique et physique).
• Un type de stress prolongé renforce notre attirance pour certains aliments :
- exercice physique : protéines.
- chaleur : sodium
- glycémie et détresse émotionnelle: glucides.
• Nous avons évolué avec des envies pour les aliments riches et éliciteurs / protecteurs contre le stress : sel et vinaigre, les épices (comme le curcuma, l'origan, le thym et le romarin) et les produits populaires tels que le cacao, le café et le thé.
• Nous avons l'instinct de rechercher des aliments riches en nutriments qui renforcent notre résilience au stress.
• Notre système métabolique, initialement programmé pour résister au stress et soutenir la survie, n'est plus fonctionnel. Il est dépassé. Le stress chronique nous fait trop manger, alors que le stress aigu fait le contraire.
• Le stress intermittent favorise l'hormèse et améliore le contrôle de l'alimentation.
• Il vaut mieux minimiser l'alimentation sous stress et la reprendre au repos.
• Étant donné que le coût énergétique de la lutte contre le stress est élevé, des hormones telles que les hormones de croissance, les hormones thyroïdiennes, les glucocorticoïdes et les glandes surrénales sont mal approvisionnées, si le stress perdure au-delà d’un certain seuil de tolérance.
• La faim ne peut vous être bénéfique que dans des conditions de jeûne intermittent.
• Le stress nutritionnel semble avoir des effets contradictoires sur les fonctions du système immunitaire. Il faut moduler cela (…).
• L'avantage le plus notable dans le mécanisme de la suppression immunitaire réside dans le soulagement des réactions inflammatoires.
• Nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer la dualité de cette question. Nous devons vérifier comment une suppression immunitaire affecte une condition donnée, cas par cas.

Plus d'infos à venir, ci-dessous

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Effet contradictoire du stress nutritionnel

Message  Luc le Mer 20 Mar 2019 - 17:23

Chapitre 5.  STRESS AND FEEDING – How Stress Affects Your Feeding Behavior
Stress et alimentation – Comment le stress affecte notre comportement face à la nourriture
.
À une époque où le stress est blâmé pour les dérives entrainées (frénésie alimentaire et obésité), il peut sembler étrange de suggérer que le stress peut en réalité occasionner le contraire. Voici quelques faits incontestables: l'hormone libérant de la corticotropine (CRH), initiatrice de réaction au stress, est un suppresseur d'appétit majeur, de même que la mélanocortine, une autre hormone du stress. Leur effet a été conservé au cours de l'évolution chez toutes les espèces.

Selon Mère-Nature vous n’êtes pas supposé manger en période de stress
Les données d'études chez l'animal confirment le rôle anorexique de la CRH et de la mélanocortine dans l'inhibition de l'alimentation. (…) Apparemment, l'inhibition de la faim permet une meilleure capacité de survie en situation de stress. Pourtant, en réalité, la relation entre stress, alimentation et survie est un peu plus complexe. Cela dépend apparemment de l'équilibre entre les hormones du stress, et cet équilibre semble changer en fonction du type de stress impliqué. Le manque de nourriture, par exemple, induit un équilibre hormonal différent de celui du choc thermique ou de l'exercice physique. Cela vous amène à vous demander s'il y a une raison à cette diversité. La réponse a encore à voir avec la survie. Les chercheurs pensent que le contrôle de l’alimentation devait répondre à des besoins de survie en constante évolution et qu’une réponse hormonale variée en fournissait le moyen de pression.

Il existe cependant un facteur supplémentaire dans ce domaine: les envies irrépressibles (cravings). Les fringales pour un aliment en particulier semblent être spécifiques à un agent stressant. Par exemple, le stress physique engendre des envies de protéines plus fortes que le stress mental; le stress dû à la chaleur engendre des envies de sel plus fortes que le stress dû au froid; et le stress émotionnel crée des envies de sucre plus fortes que le stress induit par la toxicité. Il est important de noter que ces envies sont contrôlées par les hormones corticostéroïdes qui, en plus de réguler l'alimentation, jouent un rôle dans la réponse au stress. Il n’est donc pas surprenant que la même chose soit vraie pour les envies irrépressibles. Nous avons évolué avec des envies pour les aliments riches et éliciteurs / protecteurs contre le stress.
Vocabulaire : éliciteur. Qui stimule une réaction de protection / défense.  Un éliciteur (du latin elicere, « attirer, susciter ») est une molécule produite par une plante ou une personne en vue de se protéger car elle déclenche les mécanismes de défense.

Parallèlement à nos envies primordiales d’aliments hypercaloriques, qui ont joué un rôle central dans l’évolution de la reproduction et la continuation de l’espèce humaine il y a des millénaires, nous avons également évolué vers des envies d’éléments de réponse au stress tels que le sel et le vinaigre, des épices, comme le curcuma, l'origan, le thym et le romarin, et des produits populaires tels que le cacao, le café et le thé, qui contribuent tous à augmenter la réactivité au stress. Les envies pour ces objets semblent être instinctives. Il y a une raison de croire que, à l'instar des autres espèces, nous avons l'instinct de rechercher des aliments riches en nutriments qui renforcent notre résilience au stress.

Malheureusement, beaucoup de ces fringales sont maintenant écrasées et adultérées par des inhibiteurs de réponse au stress tels que le sucre raffiné, la farine blanche, les graisses transformées, les arômes artificiels et les additifs chimiques. Nous n'avons plus le palais qui a gardé nos ancêtres en vie et prospère à travers les âges. Plutôt que de consommer des nutriments qui prolongent la vie, nous recherchons des produits qui accélèrent le vieillissement et la mort.

Notre société ne peut pas profiter des avantages de l'évolution. Aujourd'hui, la plupart des gens n'ont aucune idée de ce qu'est l'hormèse, sans parler des éliciteurs du stress. Notre système métabolique, initialement programmé pour résister au stress et soutenir la survie, n'est plus fonctionnel. Il est impératif que nous comprenions mieux la dynamique entre stress et alimentation. Nous devons savoir comment fonctionne le système qui contrôle notre alimentation.

Le système qui contrôle notre alimentation
Le système de corticostéroïdes est apparu il y a plus d'un demi-milliard d'années avec l'arrivée du premier vertébré, mais il n'a fallu qu'un siècle de technologie de la malbouffe et du raffinage des aliments pour perturber ce système et nuire à notre capacité de réguler l'alimentation. Notre système d'alimentation a été maintenu tout au long de l'évolution par sélection naturelle en raison de son rôle essentiel dans l'induction de la réponse au stress adaptatif et la régulation de l'alimentation. Pourtant, ce système a un double effet sur l'appétit et l'alimentation. La raison est liée au type de stress auquel nous sommes soumis. Le stress chronique nous fait trop manger, alors que le stress aigu fait le contraire.

Lorsque le stress persiste de façon chronique, les corticostéroïdes perdent leur capacité à inhiber l'alimentation. Ainsi, le stress chronique favorise les envies incontrôlées et les crises de boulimie. Et notez que le contraire est le cas avec le stress intermittent. D'où le stress Principe 6: le stress intermittent favorise l'hormèse et améliore le contrôle de l'alimentation.

La vie est pleine de contradictions, où de nombreux facteurs de stress et actions protectrices finissent souvent par se heurter. Comment pouvons-nous réussir à traverser cela? Comment garder un comportement alimentaire approprié? Il y a une réponse à cela: minimiser l'alimentation sous stress et la reprendre au repos. Là encore, les facteurs prépondérants sont le déficit énergétique et la survie. Étant donné que le coût énergétique de la lutte contre le stress est élevé, des hormones telles que les hormones de croissance, les hormones thyroïdiennes, les glucocorticoïdes et les glandes surrénales se consacrent à interagir et à canaliser l'énergie vers la réparation et la survie.

La diversité des équilibres entre ces hormones a permis à nos ancêtres de maintenir un comportement alimentaire approprié dans des conditions chaotiques et en constante évolution. Incroyablement, cet équilibre hormonal a le même impact sur nous aujourd'hui. Cela dicte même notre façon de penser et de nous comporter. C'est quelque chose que beaucoup de gens ne comprennent pas. Notre système métabolique est toujours programmé pour un monde primordial.

Aussi absurde que cela puisse paraître, nous avons évolué dans un monde stressé qui n'existe plus, et pourtant tout notre système métabolique est toujours programmé pour cela. Le code de stress qui maintenait nos ancêtres en vie sur cette planète n’a pas changé depuis les temps primitifs. La survie vient toujours en premier. Cela dit, la relation primordiale entre l'alimentation et la survie n'existe plus. De nos jours, bien que l’alimentation est toujours une nécessité pour survivre, ce n'est plus souvent le cas. Les gens ont tendance à trop manger en cas de stress, ignorant que suralimenter en stress peut mettre en péril leur survie.

S’alimenter sous le stress
En combattant ou en fuyant, par exemple, votre hormone de réponse au stress, CRH, est libérée pour inhiber la faim pour la simple raison que les conditions de combat ou de fuite sont les pires moments pour se nourrir. Avoir l'estomac plein réduit la vigilance et retarde le temps de réaction. Manger sous stress vous ralentit et menace votre survie. Cela vous fatigue et diminue votre capacité à résister au stress tout en induisant un état de léthargie / stagnation et vous éloigne de la conscience de soi (compliance). Les chefs militaires Alexandre le Grand et Jules César en étaient conscients, car ils lançaient délibérément des attaques sournoises contre leurs ennemis pendant les repas.

Jeûner sous stress
C’est le cas contraire avec le jeûne. Lorsque votre corps entre dans un état de jeûne, la faim vous envahit et vous place dans un mode de combat ou de fuite, prêt à chercher de la nourriture, à affronter les éléments et à être en mode contrôle (càd hyper-vigilent, ndlr). La faim n’est pas seulement un déclencheur biologique; c’est aussi un facteur de motivation. Cela vous pousse à prendre les choses en main pour vaincre et réaliser qque chose. Et il y a plus que ça. Les peptides de la faim vous place en position optimale si vous devez combattre ou fuir.

Les peptides de la faim sont interconnectés avec des circuits de récompense pour donner une sensation de bien-être. Le «niveau de faim élevé» a évolué, dans un processus de compensation (pour la douleur de la faim) depuis les temps anciens. Une de ces hormones est la ghréline. Ce puissant peptide de la faim stimule l’appétit en période de déficit énergétique; et, comme il stimule les endorphines, il se lie aux récepteurs GHS pour libérer l'hormone de croissance. La ghréline agit avec l’insuline comme un facteur de croissance pour améliorer la capacité de survie en période de privation de nourriture. Il vous permet d'effectuer plusieurs tâches: rassembler, chasser, combattre ou fuir, tout ce dont vous avez besoin pour survivre. Mais vous ne devriez jamais oublier les limites impliquées. La faim ne peut vous être bénéfique que dans des conditions de jeûne intermittent. Avoir régulièrement trop ou pas assez de nourriture annule les avantages de la faim.

Et il y a un autre problème: le système immunitaire. Bien que le stress et la faim semblent bénéficier à la survie, leur impact sur le système immunitaire n'est pas clair.

Le stress et le système immunitaire
Certains rapports indiquent que le stress nutritionnel conduit à un déclin immunitaire et à la vulnérabilité à la maladie, tandis que d'autres signalent le contraire. Le stress nutritionnel semble avoir des effets contradictoires sur les fonctions immunitaires. Pourtant, cette question doit être abordée sous un angle différent. Ce qui semble créer de la confusion est le facteur énergétique. En tant que facteur clé de l'hormèse, le stress énergétique a un effet distinct sur la fonction immunitaire, qui est plutôt prévisible. Le stress chronique dû à une surcharge énergétique persistante ou à un déficit énergétique persistant supprime les fonctions immunitaires.

Une fois que l'un ou l'autre état persiste de manière chronique, qu'il s'agisse d'un apport alimentaire excessif ou d'un évitement extrême de la nourriture, le système immunitaire se ferme / baisse (to shut down). Cela explique pourquoi la suralimentation, le jeûne trop prolongé et le surentraînement entraînent des symptômes de déclin immunitaire. Il y a une autre implication à ces dynamiques. On sait maintenant que la suppression immunitaire n’est pas toujours mauvaise. La suppression immunitaire induite par le stress peut aider à soulager ou à prévenir l'inflammation.

Ce phénomène naturel a vraiment du sens. Certains mécanismes d'immunosuppression apportent une compensation à l'organisme par une efficacité accrue des cellules immunitaires, mais l'avantage le plus notable de la suppression immunitaire réside dans le soulagement des réactions inflammatoires. Étant donné que les réactions inflammatoires sont souvent associées à une réponse immunitaire globale, la suppression de ce processus peut aider à prévenir l'inflammation.

La suppression immunitaire est-elle donc quelque chose que nous devons adopter? Peut-être devons-nous accepter l’immunodépression comme un effet secondaire de la réponse au stress, car elle est évidemment liée au terrain (territory). Pourtant, nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer la dualité de cette question. Nous devons vérifier comment une suppression immunitaire affecte une condition donnée, cas par cas.

Le stress a apparemment un effet sur tous les secteurs de notre vie. Bien qu’il module les fonctions d’alimentation et d’immunité de certaines façons, il a un impact distinct sur un autre type de fonction: le sexe. Quel est l'effet du stress sur le sexe? Qui gagne et qui perd? C’est ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Interaction entre hormones du stress et sexuelles

Message  Luc le Jeu 21 Mar 2019 - 11:18

Chapitre 6 – idées clés  
Stress et Sexe. Comment le stress affecte votre virilité.

En général, le stress excessif réduit ou annihile les performances sexuelles. C’est dû à l’effet inhibiteur des hormones du stress sur les hormones sexuelles.
Notre libido et la virilité sont interconnectées : Il existe une interconnexion entre l’axe qui contrôle le stress (HPA) et le centre de contrôle des hormones sexuelles (l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique).
Il est clair qu’il existe une partie commune dans l’axe de régulation qui libère les hormones sexuelles et de stress. Cependant, l’hormèse fait en sorte que la sexualité soit stimulée et optimisée. Phénomène de protection de l’espèce en cas de disette. (C’est un état transitoire, ndlr). Ceci a été observé chez des populations animales soumises à un stress. Alors que la nature supprime les performances sexuelles du membre bêta sous contrainte, elle garde l’alpha apte et dominant, viril et prêt à se reproduire.

On peut donc affirmer que la résilience au stress augmente la virilité. L'évolution a favorisé la résilience sexuelle sélective au stress pour une raison. Cela permettait à la nature de se débarrasser des faibles et de garder les forts.
La régulation des hormones sexuelles est un processus multi-organique, dans lequel les stéroïdes sexuels peuvent être synthétisés localement dans les tissus cibles. Mais l'ampleur de ce processus dépend du niveau d'adaptation au stress. Mais dans quelle mesure? Dans quelle mesure l’hormèse favoriserait-elle les membres alpha par rapport aux autres membres d'un groupe?
Apparemment, la compétitivité n'est pas un facteur sexuel, elle n'est pas exclusive aux alphas. Les individus bêta peuvent aussi être compétitifs, mais souvent dans le but de compenser leur vraie nature. Contrairement au règne animal, où le chef du groupe doit être biologiquement apte à conserver son statut dominant, les membres de l'espèce humaine réussissent souvent à grimper socialement et à devenir des leaders malgré leur inaptitude biologique. Encore une fois, rien de tout cela ne peut changer le fonctionnement de la sélection naturelle. Cela peut paraître politiquement incorrect mais ce sont les faits. Alpha signifie par nature biologiquement supérieur, plus apte à conserver les caractéristiques dominantes et intéressantes de l’espèce.
Les membres bêta des espèces sont plus susceptibles de devenir plus gros et plus malades et de vieillir plus rapidement que les membres alpha. Des études sur les singes et les autres primates révèlent que les membres bêta sont susceptibles de présenter des symptômes chroniques liés au stress, tels que l'obésité abdominale, l'hypertension et les maladies associées. Les biologistes pensent que ces symptômes sont dus à un sentiment d'impuissance et à un manque d'estime de soi. Il a été suggéré que la même chose est vraie pour les humains.

L'aptitude biologique semble être le critère principal sur lequel la nature choisit entre le viril et le fragile. L'évolution semble avoir favorisé ceux qui contrôlent leur vie par rapport à ceux qui ont abandonné ce contrôle.

Mais qu'en est-il du statut social? N’est-ce pas aussi un critère de sélection naturelle? Apparemment, pas quand il s'agit des sociétés humaines modernes. Laissez-moi mettre les choses au clair. Le statut social n'est pas un critère de sélection naturelle, ni inhérent à l'alpha ou au bêta. La nature ne se soucie pas du statut social ou des comptes bancaires. On peut être un homme ou une femme alpha, sans être un membre de la classe sociale dirigeante et pourtant être sélectionné par la nature nanti d’une virilité plus durable. Inversement, on peut avoir un statut social élevé tout en étant bâti pour le déclin sexuel et le vieillissement précoce, exactement comme une version bêta. En période difficile, rappelez-vous toujours de ce qui suit: pour être sexuellement apte, vous devez être biologiquement apte.
C'est la réalité nue. Lorsque la sélection naturelle prend son dû (when natural selection takes its toll), la politique est sans importance. Ce que vous voyez est ce que vous obtenez. La différence entre les aptes et les inaptes est assez notable. Nous voyons souvent la vérité, mais refusons de l'admettre. Dans notre société, beaucoup de personnes apparemment socialement favorisées se retrouvent prématurément impuissantes, vieillies et malades. Comme indiqué, une seule chose compte: l’aptitude biologique, ce qui signifie résilience au stress. Ce critère même détermine votre apparence et votre performance, et il influence certainement votre façon de vieillir.

Nous aborderons ensuite un autre système qui, tout en interagissant avec le stress, module les motivations, les obsessions et les dépendances. Cette entité peut rendre votre vie joyeuse ou misérable car elle vous donne la volonté de vivre et une raison pour mourir: le système de récompense.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  sumerien le Ven 22 Mar 2019 - 8:13

Merci Luc, il y a des conseils pratiques à la fin du bouquin ?
sumerien
sumerien
Accro
Accro

Messages : 230
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Ven 22 Mar 2019 - 8:51

sumerien a écrit:Merci Luc, il y a des conseils pratiques à la fin du bouquin ?
oui et non.
Oui, car il met en évidence ce qui convient bien pour faciliter l'hormèse, quand elle peut prendre place ou s'arrête. Il mets aussi en évidence la berberine (glycémie), la curcumine et les catéchines du thé vert, la salicine, le romarin, etc.
Avec un bémol quand même (commentaire perso). Ce sont des alcaloïdes. Donc en cure, et avec des pauses !!! Là, il faut comprendre le principe homéopatique (frère jumeau de l'hormèse). On stimule mais pas de manière continue.
Il définit bien que la gestion du stress est personnelle et explique bien en contexte.

Ce n'est donc pas nouveau mais c'est bien structuré. C'est aussi fiable, bien que l'auteur ne soit pas diplômé d'une univ. (Bac en sciences). Retour des experts favorables. Expérience du terrain.
ça renforce ce que je croyais savoir mais il met le doigt sur une contradiction / une impasse (temporaire):
Faire un régime (16.8 ou autre) quand l'organisme est sous-vital, n'est pas indiqué. Ce n'est pas exprimé ainsi. Il faut patienter et d'abord régler l'équilibre hormonal. Entretemps, on favorise les fruits et légumes, on s'aère, on sollicite l'organisme (la fonction crée l'organe) mais pas trop sinon, c'est contreproductif.
Je me suis fait une grille avec des activités à privilégier (activités physique et de relaxation) (…)

PS: Oui et Non. Non, car il n'y a pas de liste avec ce qu'il faut faire et ne pas faire. Mais on peut faire cette liste (après chaque chapitre) et l'adapter. Il y a bien des conseils positifs et des mises en garde, des aliments déconseillés. Mais on n'avait pas besoin du livre pour ça.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  sumerien le Ven 22 Mar 2019 - 9:18

Ca rejoint alors la FMD (800kcal) de Longo : un cycle de 5 jours de FMD tous les mois si pathologie et un cycle tous les 6 mois si bonne santé.
sumerien
sumerien
Accro
Accro

Messages : 230
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Ven 22 Mar 2019 - 9:31

sumerien a écrit:Ca rejoint alors la FMD (800kcal) de Longo : un cycle de 5 jours de FMD tous les mois si pathologie et un cycle tous les 6 mois si bonne santé.

oui, c'est une option aussi. On peut faire ça 1 ou 2 jours par semaine.
Le principe étant de ne pas rester tout le temps en mode glycolyse mais d'alterner avec la lipolyse.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Comprendre et maitriser les obsessions et addictions

Message  Luc le Ven 22 Mar 2019 - 14:00

Chapter 7. STRESS AND REWARD – How the Stress-Reward System Dictates Your Behavior
Stress et Récompense – Comment le système de récompense dicte / influence votre conduite
.
Nous nous attendons à ce qu’une récompense suive, après un stress. Une pénurie de certains aliments améliore le goût de ces aliments. La chaleur fait apprécier la fraîcheur en été; et l'exercice apporte la relaxation. Biologiquement, nous sommes programmés pour une compensation après le stress, et si nous n’obtenons pas cela, nous le chercherons. Les personnes souffrant de stress chronique, par exemple, recherchent [souvent] une récompense, de manière chronique. C'est ce genre de comportement qui engendre des obsessions et des addictions.

Le système de récompense est situé dans les régions du cerveau responsables de l'excitation, de la recherche du plaisir, de la motivation et de la dépendance. Le stress et la récompense étant intrinsèquement liés, il en va de même de leur infrastructure neuronale. Les neurones de récompense sont interconnectés avec ceux de la réponse au stress, les neurones dopaminergiques et noradrénergiques, respectivement.

Cependant, comme dans le cas du stress et du sexe, la dynamique du stress est sujette à des contradictions. Certains rapports indiquent que le stress entraîne une addiction et des troubles du comportement, tandis que d'autres indiquent le contraire. Ainsi, pour le moment, nous devons nous appuyer sur les données existantes, en commençant par l'observation suivante: la récompense est inhérente au stress, mais pas l'inverse. Le stress et la récompense ne sont pas liés de manière symétrique. Alors que le stress favorise la recherche d’une récompense, les facteurs qui stimulent la récompense inhibent la réactivité au stress. (On devrait plutôt parler d’’adaptabilité amoindrie, ndlr). Ceux-ci incluent le sucre, par exemple. Et bien que certaines substances stimulant la récompense, telles que l'alcool et le MSG, déclenchent une réaction au stress, elles ne le font que lorsqu'elles sont appliquées en petites quantités. Une fois consommés en grande quantité, ils inhibent également la réactivité au stress.

Compte tenu de la confusion entourant stress et récompense, cette relation a besoin de plus de clarté. L’alimentation est l’un des aspects les plus mal compris de l’appareil stress-récompense. Bien que nous ayons déjà abordé ce sujet, il y a d'autres problèmes à résoudre dans ce domaine qui doivent être élucidés.

Le stress et la récompense via la nourriture
De nos jours, il est courant d'associer le stress à une alimentation non contrôlée, à l'obésité et aux troubles obsessionnels. Il est généralement admis que le stress dépend de mécanismes qui favorisent l’alimentation hédonique mais il est de plus en plus évident que le stress peut en réalité provoquer le contraire, comme le montrent les rôles de suppression de l'appétit des peptides de stress CRH et des mélanocortines. Alors où est la vérité?

Les théories courantes sur les effets du stress sur l'alimentation sont fondamentalement erronées en raison d'une mauvaise interprétation des données. Les données scientifiques ne font pas la distinction entre les individus tolérants à la faim et ceux qui ne le sont pas (càd les individus ayant une bonne gestion de la glycémie et capables de passer en mode lipolyse, sans ressentir le stress de la faim, ndlr). En fait, la plupart des études ont été réalisées sur des sujets souffrant d'intolérance à la faim et les chercheurs ne l’admettent pas. Apparemment, la tolérance à la faim est si rare de nos jours que même la science a tendance à l'ignorer. Néanmoins, les faits demeurent.

La personne moyenne qui jeûne par intermittence réagit différemment au stress nutritionnel que la personne moyenne qui consomme trois à six repas par jour. Les personnes entraînées pour supporter la faim réussissent évidemment mieux que celles qui n’en ont pas, ce qui crée une grande confusion et de nombreuses incohérences dans les recherches actuelles. En fait, un nombre croissant de rapports contestent maintenant l’idée que les hormones de la faim stimulent une consommation alimentaire excessive.

On sait maintenant que les hormones orexigènes jouent un rôle biologique autre que celui de favoriser la faim. Ceux-ci incluent la réparation, l'utilisation d'énergie et l'homéostasie. Certains peptides de la faim participent à la régulation de la sécrétion d'hormone de croissance, tandis que d'autres participent au métabolisme du glucose et des lipides, qui sont tous essentiels aux activités de survie. La notion selon laquelle les peptides de la faim sont principalement obésogènes n’a aucun sens. Si les peptides de la faim étaient obésogènes, notre espèce n'aurait pas survécu.

Alors que les humains étaient obligés d’endurer régulièrement la pénurie alimentaire et la faim, ils ont réussi à prospérer sous la dominance des hormones orexigènes. C’est ainsi que nous avons évolué avec succès à travers les âges jusqu’à présent. Ironiquement, de nos jours, lorsque les êtres humains sont «libérés» de la faim, nous sommes confrontés à des épidémies d’obésité et de maladies connexes qui ne cessent de croître.

Comme indiqué précédemment, la persistance de la faim est essentielle à la forme physique, alors que son absence entraîne l'obésité. L’incapacité à supporter la faim est associée à une intolérance au stress et donc à un épuisement métabolique, à un dysfonctionnement sexuel et à des troubles mentaux. Cela nous amène à d’autres facteurs du module stress-récompense.

Les addictions, obsessions et autres désordres comportementaux
Les obsessions, les fixations, les dépendances et les troubles de l'alimentation infectent maintenant la grande majorité de notre population. (…)

 Pour l’instant, le système de compensation au stress semble être plus incohérent que prévu. Une récente étude scientifique réalisée à l’Université de Stanford a révélé l’imprévisibilité des taux de l’hypocrétine, un peptide de la faim, dans diverses zones du cerveau soumises à un stress. (1) Cette hormone est connue pour son rôle fondamental dans l’éveil et l’excitation. Les chercheurs ont conclu que ces incohérences pouvaient être liées à des aspects hormétiques, tels que des expériences antérieures avec le stress ou en cas d’assuétude / dépendance.

Exprimé différemment : Le jeûne peut être considéré comme un stress, un stress positif si vous ne dépassez pas vos capacités d’endurance. Il y a donc un ou des biez dans ce type d’étude. Les individus pris en compte dans l’échantillonnage sont-ils déjà familiarisés avec le jeûne – sous-entendu sont-ils capables de fonctionner en mode lipolyse – ou au contraire, ces individus sont-ils déjà sous assuétude (aliments pris comme une compensation / une récompense).

De même, une autre revue a abordé les limites des données existantes sur le peptide de la faim, la ghréline. Dans cette étude, les auteurs ont admis que les diverses fonctionnalités du système n'étaient pas encore complètement élucidées et impliquaient probablement une interconnexion avec d’autres hormones. (1) On a notamment reproché à la ghréline de stimuler la faim et donc causer un gain de graisse. Mais en en réalité la ghréline est aussi un brûleur de graisse primaire.

La ghréline est un activateur direct de l'hormone de croissance, reconnue pour ses effets sur la réduction de la quantité de graisse accumulée comme énergie. Ce peptide de la faim reste un paradoxe. Son impact dépasse encore le cadre des théories conventionnelles, ce qui nous incite à nous demander à nouveau: y a-t-il un ordre dans cette folie / absurdité? Si l'on recoupe les énormes données sur le stress et les récompenses, il y a une raison de croire qu'il existe bel et bien un ordre dans le système stress-récompense, et que cela concerne le stress lié au code hormétique. Que ce soit un comportement obsessionnel, une dépendance à la drogue ou un trouble de l'alimentation, ils ont tous une chose en commun.

Réponse dysfonctionnelle au stress
Ci-dessous, vous verrez comment chaque cas de trouble du comportement est causé par un dysfonctionnement du système de réponse au stress. Plus spécifiquement, l’échec de multiples fonctions psychologiques est dû à une élévation chronique des hormones de stress. L'élévation chronique des hormones de stress est la principale cause des troubles du comportement. Des études ont montré qu'une altération de la réponse au stress due à une sécrétion excessive de cortisol avait des effets néfastes sur le bien-être mental.

C'est un cercle vicieux, où la cause et les conséquences se nourrissent au bord de l'effondrement mental et émotionnel. Les hormones de stress élevées provoquent une anxiété chronique, ce qui prolonge davantage la libération des hormones de stress, et ainsi de suite. Il a été démontré que les personnes qui réagissent au stress avec un taux élevé de cortisol se caractérisent [souvent] par une faible estime de soi et une image de soi négative. Des profils de personnalité similaires étaient également associés à des tendances à l'automutilation et au suicide.
Pourtant, incroyablement, les chercheurs ne sont pas totalement convaincus que le facteur de la personnalité est le facteur déterminant. (…)

 Il est de la plus haute importance de constater que [l’amplitude de] la réponse au stress elle-même est plus étroitement associée à l’anticipation au stress qu'aux événements eux-mêmes.
 
Nous avons évolué pour réagir plus fortement à ce qui va arriver que ce qui est arrivé. L'anticipation d'une menace est le principal stimulant. C'est la peur du stress qui pousse l'axe HPA à initier une réponse au stress. Et si cette peur persiste, cela conduira à une élévation chronique des hormones de stress et à une réponse inadaptée. « Nous ne devons rien tant craindre que notre réaction ».

  Cependant, dans des conditions normales, l’anticipation au stress est influencée par un contrôle étroit de la rétroaction, de même que l’ampleur de la réaction. Le problème se pose lorsque le contrôle de la rétroaction est perturbé par une élévation chronique des hormones de stress, comme dans le cas des obsessions, des dépendances et des troubles de l'alimentation. Les hormones de stress chroniquement élevées dictent un type de comportement inconscient de ce qui se passe dans la vie réelle. Et à mesure que les hormones de stress dysfonctionnelles prennent le contrôle de la personnalité de la victime, elles forcent littéralement cette personne à se comporter d'une manière qu'elle aurait autrement trouvée inacceptable.

C'est le cas des épisodes d'hyperphagie boulimique, par exemple, où des personnes mangent constamment contre leur volonté en raison d'un signal de retour dysfonctionnel. De même, les personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs ne peuvent pas s’empêcher de répéter les mêmes actions, souvent jusqu’à épuisement. Ce n'est rien de moins qu'un cauchemar vivant, et ce qui rend cette situation encore pire, c'est le facteur de déni. Ceux qui souffrent de comportements mal adaptés ont tendance à le nier.

Maintenant, posez-vous la question suivante: si, en théorie, le contrôle des hormones du stress est restauré, le système de récompense se réinitialisera-t-il également? Les troubles du comportement vont-ils cesser? On le penserait bien. Il est logique que, dans des circonstances normales, il n’existe aucune raison pour que des troubles du comportement perdurent. Cependant, la vie n’est pas aussi simple. Les réactions mal-adaptatives au stress ont lieu indépendamment, de même que les obsessions et les dépendances. Le risque de ne pas avoir une réponse mal-adaptative au stress est similaire à celui de ne pas avoir de faute de frappe. Nous ne pouvons pas l’éviter; cela fait partie de l’être humain. Des exemples d’addiction suivent : Churchill, Freud et Einstein. Chacun d'eux avait sa propre obsession ou ses propres dépendances, qu'il s'agisse d'alcool, de sexe ou de tabagisme, tout en restant immortels dans leur héritage. De toute évidence, c’est notre nature obsessionnelle qui crée une dépendance qui nous pousse à atteindre et à exceller, et nous devons certainement comprendre les deux aspects.

Les obsessions et les addictions sont inhérentes à notre volonté d'exceller
Ainsi, la question n'est pas de savoir comment nous en débarrasser, mais plutôt comment les faire fonctionner à notre service. Étant donné que les comportements sont des manifestations d'instincts, considérez ceci: les troubles du comportement sont des manifestations erronées des bons instincts. (Il faut donc s’en accommoder et les adapter / les moduler pour en garder le contrôle, ndlr). (…)

Un grand paragraphe suit sur l’anorexie et la mauvaise interprétation / le décodage altéré d’un message. Est-ce que d'autres troubles, obsessions et dépendances partagent les mêmes schémas d'interprétation erronée? Que peut-ton faire pour fixer ce désordre / ces addictions ?

Des nutriments mimiquant le stress à notre secours
Une observation intéressante est que certains nutriments tels que la curcumine (le pigment jaune contenu dans le curcuma issu d’une épice) peuvent aider à améliorer les conditions des troubles de l'alimentation, notamment l'anorexie et la boulimie. La curcumine est un éliciteur de réponse au stress et faisant partie d’un groupe de nutriments imitant le stress, appelés « stress-activated food » (SAF) (aliments activés par le stress) ; ce nutriment déclenche des facteurs neurotropes cérébraux qui protègent les neurones et restaurent les fonctions cérébrales. Cela soulève la possibilité que le principe de stress N°2 soit très utile: l'activation de la réponse au stress par le biais du stress et de nutriments imitant le stress peut également être bénéfique pour les autres troubles obsessionnels.

Des études chez l'animal ont révélé que l'activation de la réponse au stress via l'ingestion de nutriments imitant le stress aide à synchroniser l'activité cérébrale et à augmenter la résistance aux dommages causés par les toxines et la détérioration liée à l'âge. La berbérine, un nutriment imitant le stress, par exemple, a un bilan impressionnant pour atténuer les symptômes de la dépression et réduire la vulnérabilité au vieillissement du cerveau. Ainsi, il est fort probable qu'un régime hormétique approprié d'agents stressants nutritionnels et physiques puisse aider à restaurer la fonction hormonale et à soulager les troubles associés.
Dans cet esprit, pour mettre les choses en perspective en ce qui concerne le comportement face au stress et aux récompenses, la dernière approche concerne la réalité virtuelle
.

La réalité virtuelle
(…) La plupart des gens passent des heures tous les jours devant une télévision ou un jeu vidéo, et sont excités par le déclenchement de la réaction au stress pdt leur activité de loisir. (…)Encore une fois, nous devons voir les choses pour ce qu'elles sont. Tous ces comportements addictifs de recherche de récompense sont inhérents à notre volonté d’excellence.

Toute tentative visant à éliminer un comportement instinctif de recherche de récompense n’est pas naturelle. Un tel acte pourrait rendre les gens mentalement opprimés. Etant donné qu’il est impossible d’effacer quelque chose qui est programmé instinctivement sans faire face à des conséquences, nous devons trouver un moyen de vivre avec cela et de garder le contrôle. Comprendre cela est impératif. Reconnaître la nature de nos désirs initiaux est la première étape pour savoir qui nous sommes vraiment. C'est seulement à ce moment-là que nous, en tant qu'individus, pouvons prendre le contrôle de nos actions et profiter de nos vies.

Pour terminer, permettez-moi de dire que rien ici ne vise à diagnostiquer ou à traiter des troubles, mais plutôt à offrir une nouvelle perspective sur la complexité associée au stress et à la récompense et à la manière dont elle affecte nos vies. Je crois fermement que la poursuite des recherches dans ce domaine peut aider à élucider l'impact du stress sur le comportement humain et peut offrir des solutions qui dépassent actuellement le cadre de la pensée conventionnelle.
Maintenant que nous avons examiné la façon dont l’hormèse s’associe à la vie, nous devons examiner de plus près la façon dont elle se dissocie de la vie. Qu'est-ce qui nous fait réellement perdre la bataille / perdre les pédales et qu’est-ce qui nous cause tort, avec le temps? Comment se déroule le processus qui nous fait vieillir? Nous allons parler du stress et du vieillissement dans le chapitre suivant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  sumerien le Sam 23 Mar 2019 - 10:00

J'ai lu dans le guide complet de Jason fung qu'un excès de protéines peuvent stimuler la production d'insuline. Mais par quelle voie ? Et à partir de combien de g/poids corporel ?
Je pensais que c'était que les glucides ?
sumerien
sumerien
Accro
Accro

Messages : 230
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Sam 23 Mar 2019 - 11:33

Je confirme que la viande entraîne / stimule la sécrétion d’insuline.
Certains types de viande plus que d’autres. Certains acides aminés sont glucoformateurs, et donc susceptibles d'être convertis en glucose par la néoglucogenèse. L’arginine et la carnitine améliore ainsi la sensibilité à l’insuline.
Pour ce qui est du détail "Insulinogène", je ne sais pas comment  clown
Il ne faut jamais manger des protéines seules, sans un léger apport de glucides, sinon ce sera un stress garanti (cortisol). Il n’en faut pas bcp. Un fruit rouge en entrée est suffisant.
Le poisson et le bœuf déclenchent une sécrétion insulinique plus élevée. 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L’index insulinique des aliments :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
NB: Il faut un accès abonné pour lire la liste ci-dessus. C'est cadeau (reformaté)  farao

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Dim 24 Mar 2019 - 10:59

Chapitre 8 
Stress and Aging – How Aging Can Be More Stress-Related than Age-Related
Stress et vieillissement – Comment le vieillissement peut être lié davantage au stress qu'à l'âge.


*) Idées clés
• Vous devez entretenir la stimulation pour vous maintenir en bon état physique et mental.
• Votre système de réponse au stress prévient non seulement les dommages causés par le stress, il agit également comme un bouclier contre le processus qui vous fait vieillir.
Votre chance de rester jeune et valide dépend de votre capacité à résister au stress.
Un apport excessif d'énergie inhibe la réponse au stress et accélère le vieillissement.
• Ce qui ne peut pas être réparé doit être détruit. Encore faut-il permettre au système de contrôle et de réparation d’entrer en fonction.
• Exprimé différemment, pour éviter de fonctionner tout le temps en mode croissance (via la voie mTor), il faut manger moins, jeûner davantage et assurer un apport suffisant en nutriments mimiquant le stress. Il faut rester actif, peu importe le niveau réel – c’est relatif.
• En tout temps, évitez de stimuler  la glycémie de manière excessive et les produits manufacturés anti-hormétiques.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Vieillir, c'est oublier de pousser sur la touche pause

Message  Luc le Dim 24 Mar 2019 - 11:06

*) Extrait du chapitre 8
Les rapports d’études sur des organismes soumis à un stress indiquent que le vieillissement n’est pas nécessairement lié à l’âge mais plutôt au stress. Bien que la mort soit inévitable, nous ne devons pas forcément mourir de causes liées à l’âge.
Qu’est-ce que le processus connu sous le nom de vieillissement?

Vieillissement: un processus où l’hormèse ne peut se dérouler
Votre corps est constamment attaqué par des facteurs de stress quotidiens, tels que les polluants environnementaux, la pollinisation, les piqûres de moustiques, les allergènes alimentaires, les virus et les bactéries, mais vous réussissez à survivre chaque jour. C’est dû à l’hormèse. Votre système de réponse au stress prévient non seulement les dommages causés par le stress, il agit également comme un bouclier contre le processus qui vous fait vieillir. Mais, comme indiqué, ce système ne peut vous garder en bonne santé et jeune que tant qu'il est activé.

Une fois que votre système de réponse au stress est arrêté, il laisse votre corps vulnérable à la dégradation et rien, à ce stade, n'empêchera le processus de vieillissement de faire des ravages dans votre corps. Clairement, une fois que l'hormèse est tenue en échec, le vieillissement prend le relais. C’est vrai quel que soit votre âge.

La nature ne choisit pas le moment de vieillir en fonction de l’âge seulement. Le vieillissement du pancréas, par exemple, peut avoir lieu tôt dans la vie, comme chez les enfants diabétiques, de même que le processus de vieillissement des reins, du foie et du tube digestif, en raison de l'inhibition de la réponse au stress.

Votre chance de rester jeune dépend de votre capacité à résister au stress
Selon les données de recherche, le vieillissement affecte le corps comme une maladie, sauf qu'il se glisse sous le radar tout en détériorant de façon persistante les cellules et les tissus. Et parce que ce n'est pas quelque chose qui peut être diagnostiqué à un examen médical annuel, il reste non traité alors même qu’il saisit toutes les opportunités pour faire des ravages sur le corps.

Le processus de vieillissement est assez prévisible. Le vieillissement est conduit par un mécanisme de croissance appelé mTOR, qui est stimulé par l'énergie alimentaire. Une fois excessivement stimulé, il provoque une croissance des cellules et des tissus et les oblige par conséquent à vieillir. Ce que nous appelons le vieillissement est en réalité un ensemble de troubles métaboliques regroupés sous un même toit - une manifestation de la croissance excessive d'un corps, dont la croissance est terminée, provoquée par un apport excessif d'énergie. Ceci est codé dans le principe de stress N°5: un apport excessif d'énergie inhibe la réponse au stress et accélère le vieillissement, tout en augmentant la vulnérabilité à la prise de poids, qui est un autre facteur du vieillissement. La prise de poids excessive accélère la dégradation liée à l'âge.

Mais notez que vieillir n’est pas tout négatif. Cela sert aussi à quelque chose. Le processus qui fait vieillir vos cellules vous protège contre quelque chose de pire: la croissance excessive de cellules. Le vieillissement est le dernier recours de votre corps contre le cancer.

Le vieillissement cellulaire prévient les tumeurs malignes causées par un excès d’énergie et une [voie] mTOR suractivée. Et plus encore: en matière de survie, la première priorité de votre corps est de protéger vos informations génétiques. Ces informations sont stockées dans votre ADN, qui code l’empreinte génétique (the blueprint) de votre être. Ainsi, pour éviter une défaillance fatale de votre ADN, votre système de réponse au stress maintient un contrôle de qualité strict, vérifie et répare en permanence ces facteurs d'encodage. Si votre ADN est irrécupérable, des protéines spéciales sont libérées pour marquer et détruire ces éléments endommagés.

Vous ne pouvez pas laisser l’ADN endommagé se mêler à vos cellules et vos organes. Ce qui ne peut pas être réparé doit être détruit. C’est ainsi que votre système de réponse au stress contrôle le stress externe, bloque le vieillissement et prévient le cancer. Incroyablement, ce système offre également à vos cellules la possibilité de ne jamais vieillir. Cela ne signifie pas que vous ayez la possibilité de rester éternellement jeune, mais aussi fou que cela puisse paraître, la possibilité que cela se produise n’est pas loin de là. Vous pouvez vivre assez longtemps et mourir jeune, si vous donnez à la nature une raison de vous garder dans cet état. En théorie, vous pouvez vivre au-delà de votre espérance de vie (to live beyond your fourth score and ten) et décéder de causes non liées au vieillissement, comme une blessure ou une infection, par exemple. Le fait est que, dans un monde idéal, il n’est pas nécessaire de mourir vieux.

Mais le monde réel qui nous entoure est loin d’être idéal. Votre programme inné de maintenance est capable de déjouer les lois classiques de l'entropie, bien qu’il soit constamment agressé par de multiples facteurs anti-hormétiques qui ont des conséquences néfastes au fil du temps. Les produits chimiques, les additifs et les produits alimentaires (dietary substances) responsables du vieillissement irréversible des cellules et des tissus sont les pires parmi ceux-ci. Vous devez absolument les éviter, car une fois que votre corps perd la capacité de rester jeune, au lieu de détruire les cellules endommagées, il les vieillit de manière irréversible. Appelé géroconversion, ce processus a un prix désastreux. Bien que la géroconversion produise de vieilles cellules sénescentes qui ne deviennent pas cancéreuses (parce qu'elles ne peuvent pas se diviser), ces cellules sont néanmoins pro-inflammatoires et nocives, car elles ont tendance à détériorer les cellules et les tissus qui les entourent. La géroconversion peut survenir à tout âge et une seule chose peut l'arrêter: les cellules doivent être détruites avant de devenir vieilles.

[La destruction des cellules inopérantes], c’est la seule façon de rester biologiquement jeune. Votre corps a les moyens de le faire. Il a la capacité de détruire les cellules dysfonctionnelles avant de les rendre sénescentes. Mais cette option ne peut fonctionner que sous deux conditions. Premièrement, mTOR doit être inhibé et, deuxièmement, votre réponse au stress doit être activée. En d'autres termes: vous devez inhiber [la voie] mTOR et éviter tout excès de stimulation [de la croissance]. Techniquement, un régime intelligent de jeûne intermittent peut mettre votre corps dans un tel état, mais en réalité, c’est tout le style de vie qui compte.

Mode de vie et vieillissement
Nous savons que les organismes atteignent un plateau à un certain âge, car ils sont très protégés et trop bien nourris. Les espèces sédentaires « bien nourries » n’ont pas besoin d’évoluer (they aren’t worthy). Les humains ne font pas exception. Nous sommes « conditionnés » pour un vieillissement précoce, car nous ne sommes plus confrontés à la faim et aux difficultés. La nature n'a aucune raison de considérer notre population digne d'être améliorée.
Par conséquent, les gens ont tendance à se stabiliser à un âge relativement jeune. Plutôt que d’inhiber mTOR, ils le stimulent de façon chronique par le biais de plusieurs repas et d’un apport excessif de calories. Notre société n'a aucune idée de sa vulnérabilité face au vieillissement et à la mort. La sagesse conventionnelle exclut la possibilité que le vieillissement ne soit pas lié à l'âge et, sans surprise, l'opinion commune le pense aussi.

Pourtant, la nature ne se soucie pas de tout ça. Les personnes sont sélectionnées pour vieillir, indépendamment de leur opinion ou de leur âge. Comme pour l'obésité et le diabète, le vieillissement prend son dû ; il en va de même avec le système de réponse au stress qui est inhibé par une mauvaise alimentation et un mode de vie inadéquat.

Certains chercheurs soutiennent cependant que ce n’est pas le vieillissement mais l’anti-vieillissement qui nous est inhérent, et nous avons plutôt évolué pour résister à la dégradation liée à l’âge que pour en devenir la proie. Donc, avec toute la confusion autour des différentes théories sur le vieillissement, où se trouve la vérité? Souvent, les solutions au bien-être humain arrivent des années avant que la science ne le démontre. Parfois, il n’y a pas d’autre choix que de prendre les choses en main. Ce qui nous ramène à l'inhibition de mTOR.

Nous savons que le jeûne et les nutriments qui imitent le jeûne, inhibent mTOR, et nous savons qu'avec l'exercice, ils peuvent aider à retarder le vieillissement et garder le corps biologiquement jeune. Cependant, lorsqu'il s'agit de pratiquer, nous devons trouver les détails et intégrer toutes ces composantes dans une stratégie viable. Voici trois paramètres pour rester biologiquement jeune:

1. Manger moins, jeûner davantage et assurer un apport suffisant en nutriments mimiquant le stress
Un tel régime peut aider à inhiber mTOR et à garder votre réponse au stress intacte. Sélectionnez soigneusement votre nourriture. Choisissez des produits de type sauvage à faible charge glycémique dans la chaîne alimentaire inférieure. C’est là que les nutriments SAF sont généralement présents. Le recyclage des nutriments SAF issus des déchets est [également] une excellente option.
Remarque: SAF Nutrients = Nutriments alimentaires activés par le stress. Ces nutriments imitent les effets anti-obésité, anti-diabétique et anti-vieillissement de l'exercice et du jeûne sur le corps.

2. En tout temps, essayez d'éviter les ingrédients glycémiques et les produits chimiques anti-hormétiques
N'achetez pas de produits contenant du sucre ajouté, y compris ceux étiquetés «biologiques». Ne laissez pas les articles-fantaisies tels que l'agave, le sirop de riz ou le sirop d'érable vous leurrer / tromper. Tous les produits sucrés sur-stimulent mTOR lorsqu'ils sont consommés en excès.
Vous devez également éviter les substances anti-hormétiques telles que les additifs chimiques, les édulcorants artificiels, les sucres artificiels, le sucre-alcool (polyols), la glycérine, la maltodextrine et les OGM, souvent présents dans les aliments transformés, les barres de nutrition sportive, les poudres de protéines et les produits diététiques.

3. Restez physiquement actif: faire de l'exercice pendant le jeûne produit le meilleur impact
Faire de l’exercice pendant que vous jeûnez place votre corps dans un état de déficit énergétique plus rapidement que le jeûne ou l'exercice seul. Il garantit un impact maximal en un minimum de temps, ainsi qu'une résistance maximale au stress et au vieillissement.
Note finale
Ce n’est pas une solution miracle; la nature n’apporte pas une telle chose. Considérez votre vie comme une lutte permanente contre les forces universelles de l'entropie. Vous devez garder cela à l’esprit et ne doutez jamais de votre capacité / votre pouvoir à battre les statistiques (to beat the odds).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Poursuite erronée du bonheur via la compensation

Message  Luc le Lun 25 Mar 2019 - 11:48

Chapitre 9. Idées clés
Food, Happiness and Longevity – How food and the pursuit of happiness affect longevity.
Nourriture, bonheur et longévité – Comment la nourriture et la recherche du bonheur affectent la longévité.

La croissance a deux aspects. La croissance joue un rôle essentiel lorsque nous sommes jeunes, lors de notre développement, tandis que plus tard la stimulation de la croissance peut accélérer le vieillissement et le cancer.

L’auteur aborde ensuite le rôle de mTOR.
Mtor est une protéine Kinase, une enzyme qui joue notamment un rôle central comme senseur / régulateur de l’environnement au niveau de l’énergie et de la croissance cellulaire, avec un rétro-feedback au niveau immunitaire. mTOR agit comme un commutateur principal entre la synthèse des protéines (anabolisme), d'une part, et l'autophagie, ce qui est révélateur d'un état catabolique d'autre part.

Les perturbations de la voie de signalisation mTOR sont à l'origine de plusieurs maladies, en particulier différents types de cancer ou le diabète de type 2.

Un excès de nourriture et particulièrement la viande rouge stimule la voie mTOR. Suite sur le lien donné ci-dessous.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Trop stimulé, mTOR provoque une perte de contrôle de la croissance, et c’est ce qui donne au cancer l’occasion de frapper. Étant le principal activateur de mTOR, l’alimentation a le même impact. C'est pourquoi les aliments stimulant mTOR, tels que le sucre, ont été associés au vieillissement et au cancer.

De toute évidence, le stress est un autre facteur déterminant
. Et bien que nous ayons précédemment couvert la dynamique entre stress, nourriture et mTOR, il reste encore beaucoup à apprendre. Le stress et la nourriture sont comme les vieux couples étranges qui sont dépareillés. Comprendre cette relation est essentiel. Cela détermine non seulement ce que vous devez manger et combien, mais également comment adapter votre alimentation à votre âge. Vous devez vous rappeler ceci: plus vous vieillissez, plus vous devriez faire attention aux aliments stimulant mTOR.

La liste typique des courses alimentaires comprend aujourd'hui les principaux stimulateurs mTOR. Parmi ceux-ci, notons le sucre, les amidons raffinés et la viande (imbibée d'hormones anaboliques), tous des éléments qui inhibent les voies métaboliques qui protègent contre l'obésité, le diabète, l'hypertension et le vieillissement. Les substances stimulant mTOR inhibent les gènes qui prolongent la vie. Pourtant, le problème ne se résume pas à cela.

La nourriture seule ne peut expliquer l'énorme mortalité dans notre population. Pourquoi, en dépit de notre avancée technologique et de la recherche de pointe, notre santé continue-t-elle à se détériorer ?

Poursuite erronée du bonheur
L'ignorance complète du stress (sheer ignorance) a conduit l'humanité à une fausse quête du bonheur, qui se manifeste par le désir d'abondance de nourriture et l'absence de difficultés. Nous appelons cela « la délivrance des besoins (“freedom from want”) : ne rien désirer, n’avoir besoin de rien ou ne dépendre de personne. L’industrie alimentaire nous fournit des aliments réconfortants, des bonbons et des collations conçus pour nous donner des moments de bonheur, quelques minutes par prise, souvent plusieurs fois par jour. Ce sont des aliments de confort, apportant une certaine jouissance. Plus ces éléments sont intégrés dans le système / le métabolisme, plus nos taux de mortalité seront élevés. Nous devenons une société de dépendants de la malbouffe, émotionnellement et physiquement. Et la plupart d'entre nous n'ont toujours aucune idée de ce que cela signifie. Nous ne percevons pas bien non plus ce qui est en jeu. (Ces aliments sont en outre conçus pour saturés nos récepteurs et entretenir les envies – centre de récompense, nldr).
 
Société d’addicts à la junkfood
Nous sommes attirés par ce qui est gras et salé, et nous payons les conséquences pour ces choses qui nous rendent malades. Et tout cela est dû à une peur profondément ancrée du stress. La grande majorité d’entre nous a peur du malaise (discomfort) et de la faim. Nous nous comportons comme du bétail. La phobie du stress nous interdit de vivre librement. Et ce qui aggrave encore la situation, c’est la conviction commune que notre espérance de vie est plus longue que jamais et que, par conséquent, nous agissons bien. C’est en fait l’un des principaux arguments en faveur du progrès technologique et de la médecine moderne, alors permettez-moi de résumer: notre durée de vie maximale est plus courte que jamais. Notre espérance de vie apparemment plus longue est une illusion.

Parce que les médicaments prolongent la vie et que la mortalité par infection ou lors des naissances est moindre, il est faux de croire que les gens vivent plus longtemps que jamais. La vérité est loin de cela. Notre espérance de vie maximale ces jours-ci ne représente qu'une marge de son potentiel. (…)

Revoyons les faits. La capacité de résister à la faim et aux épreuves est un facteur déterminant de la capacité de survie de notre espèce. C’est ce type de résilience qui retarde le vieillissement biologique et assure la longévité. C'est ce qui a rendu nos ancêtres immunisés contre les agents de stress susceptibles de nous tuer aujourd'hui. Nous ne pouvons pas nier les faits. Au fond de nous, nous sommes des paléolithiques, toujours programmés pour la faim et les épreuves. Bien que j'aie déjà couvert ce sujet, permettez-moi de développer.

La faim et l’endurance (hardship)
La faim et les difficultés ne sont pas seulement cruciales pour notre survie, elles sont essentielles pour notre être spirituel et notre longévité. On sait maintenant que les neuropeptides liés à la faim sont des facteurs déterminants de comment la restriction énergétique peut être favorable à la longévité. La faim elle-même a été associée à la résistance à la maladie et à la suppression de la croissance tumorale. Un nombre croissant de chercheurs reconnaissent maintenant le lien inhérent entre la faim, la santé, et la prolongation de la vie. Et cela dépasse la simple biologie. (…)
En des temps comme aujourd'hui, lorsque la recherche chronique de nourriture et lorsque l’indulgence / la facilité est considérée comme normale, nous devrions nous sentir concernés / nous préoccuper du prix que nous payerons pour ne pas avoir à subir la faim et les difficultés. Notre société fait face à sa pire espérance de vie à cause de cette absence. Avant l'âge de 30 ans, de nombreux jeunes adultes manifestent déjà des signes de vieillissement, la plupart des personnes âgées de plus de 50 ans ont des problèmes de surpoids et souffrent du syndrome métabolique, et pratiquement toutes les personnes âgées souffrent ou souffriront de maladies dégénératives et / ou mortelles qui ne sont pas nécessairement liées à l'âge. C'est ce qui se produit lorsqu'une fausse quête de bonheur, motivée par la peur de la faim et des difficultés, transforme les gens en sujets dépendants de la nourriture avec un désir morbide. C'est ce qui se passe lorsqu'une quête d'indulgence / de facilités persistantes s’installe et devient routinière.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Mode d’alimentation anabolique

Message  Luc le Mer 27 Mar 2019 - 8:50

Chapter 10. Food and Fitness –How Sports Nutrition Regimens Are Making Us Biologically Unfit

Alimentation et Fitness – Comment Les régimes nutritionnels sportifs nous rendent biologiquement inadaptés
.

 Les régimes de prise de masse musculaire nous rendent-ils biologiquement inaptes? Je sais que poser ce genre de question pourrait être considéré comme un crime dans la sphère du bodybuilding, mais je pense qu’il est essentiel d’examiner si les muscles surdimensionnés et l’alimentation anabolique pourraient constituer un boulet / un passif biologique. Je crois que les deux sont mauvais, de même que tout ce qui est associé à un surdimensionnement du corps. Voici les faits.

 Le surdimensionnement est un processus par lequel un organisme ou un organe se développe au-delà de sa taille normale. Le muscle, comme les autres tissus, a une plage de croissance optimale qui a évolué pour favoriser la survie de l'espèce. Tout gain qui dépasse cette fourchette est un excès de croissance. Et voici le problème: la nature ne favorise pas la croissance excessive, pas plus que l'évolution. Une croissance excessive est associée à une capacité de survie réduite, tout comme l'élargissement des cellules et des organes, qui est une indication clinique de la maladie et du vieillissement. Ce sont des faits indiscutables. Le surdimensionnement favorise la malignité et l’entropie. Le corps humain ne pourrait pas survivre à la sélection naturelle s'il était trop gros.

  Qu’est-ce que c’est exactement un muscle surdimensionné ? (…) Le muscle humain est programmé pour s'adapter et s'améliorer de manière distincte face au stress. Le développement musculaire nécessite l'activation de gènes qui améliorent la qualité des fibres musculaires, ainsi que la densité mitochondriale et l'efficacité d'utilisation du carburant. C'est ainsi que ce processus a évolué pour se dérouler de manière naturelle. Mais ces jours-ci, les choses se passent souvent différemment.

Les facteurs de stress primaires qui ont induit des améliorations de la composition musculaire et qui ont profité à la survie humaine dans le passé sont maintenant remplacés par des machines d’entrainement sportif et des modes d'alimentation qui n'ont rien à voir avec l'amélioration ou la survie. Le résultat final de ces pratiques est un organe surdéveloppé et dysfonctionnel : des muscles surdimensionnés. La suralimentation et les mauvaises pratiques / routines d’exercice inhibent les gènes qui améliorent la composition des fibres musculaires. Le processus qui améliore la qualité de la fibre musculaire par les gènes de la chaîne lourde de la myosine est aboli par les mauvais exercices et une mauvaise alimentation. Il en va de même pour le processus qui augmente la densité mitochondriale.

Le muscle surdimensionné comprend des fibres inférieures à faible teneur en mitochondries, qui reçoivent un apport en carburant limité et ont une durabilité limitée. Un tel muscle est fatal à la survie. Mais la communauté des bodybuilders refuse de le reconnaître. (…) Il y a peu ou pas de conscience des risques liés aux routines d'alimentation anaboliques.
NB : Les fibres de ces muscles ont une faible teneur en myoglobine, avec relativement peu de mitochondries.

Mode d’alimentation anabolique
Le principe de l'alimentation anabolique est de stimuler une croissance maximale. Pour mettre le corps en mode de croissance maximale, il a été recommandé de consommer deux grammes de protéines par kilo de poids maigre, ainsi qu'un excès de calories, principalement sous forme de glucides, lors de six repas par jour. Pour un homme moyen, cela signifie une consommation de plus de trois cents grammes de protéines par jour, ce qui équivaut à quelques kilos de viande ou à soixante œufs et à des milliers de calories. (…)

En biologie, plus gros ne signifie pas meilleur
La nature ne permet pas d'obtenir quelque chose sans utilité: pour une espèce donnée, gagner en taille équivaut souvent à une perte de longévité. Cela dit, le gain musculaire en soi n’est pas une mauvaise chose. L'élargissement des fibres musculaires fait partie de notre réponse adaptative au stress physique. Sans cette capacité, nous ne pourrions pas survivre. Encore une fois, le vrai problème concerne l'alimentation anabolique et la surcharge persistante de calories. Le flux continu de calories dans les cellules interrompt la biogenèse mitochondriale, perturbe le métabolisme énergétique et inhibe les gènes codant pour la longévité. La surcharge calorique chronique transforme les espèces en candidats pour une disparition / élimination précoce.

Pourtant, tous ces faits sont ignorés par le monde du fitness. La surcharge calorique fait partie intégrante de la nutrition sportive de nos jours. Peut-être vous aussi avez-vous surchargé l’organisme de calories en glucides en vue d’améliorer vos performances physiques, sans prendre conscience des conséquences. Lorsqu'elle est effectuée régulièrement, la surcharge calorique compromet votre chance de rester biologiquement apte / fit. Vous devez comprendre ce que cela signifie.

Biologiquement apte signifie conditionné pour survivre. Malheureusement, faute de conscience de la survie, les membres de la communauté du fitness considèrent généralement que la taille des muscles est une priorité absolue. La même chose vaut pour la force musculaire. Les athlètes sont particulièrement catégoriques à ce sujet. Ils échangent la longévité contre la chance de scorer: une performance maximale en échange d'une durée de vie minimale. Les athlètes n'arrivent pas à comprendre qu'une fois que la longévité est cédée, il n'y a pas de retour en arrière possible. La sélection naturelle ne fait pas de distinction entre eux et le reste de la population. En dépit de performances physiques impressionnantes, les célébrités sportives ne vivent pas plus longtemps que la moyenne et, comme la plupart des gens, elles ont tendance à se retrouver en surpoids et prématurément âgées.

Peu importe que vous soyez un athlète champion ou une personne moyenne, la sélection naturelle vous traitera de la même manière. Donnez-lui une raison et elle vous sélectionnera pour la longévité; sinon, vous serez sélectionné pour vieillir prématurément. Pensez au nombre de personnes qui ont réussi à se faire une carrière, à faire fortune, mais qui n'arrivent pas à se maintenir biologiquement en forme. Combien de personnes «qui ont réussi» connaissez-vous qui se sont transformées en candidats à l'élimination / grabataires? En effet, la sélection naturelle s’impose indépendamment de la richesse ou de la taille musculaire d’un individu.

Vous pouvez voir où cela mène. Sauf si vous avez trouvé le moyen d'optimiser la taille et la force des muscles sans suralimentation ni médicaments anabolisants, vous devez faire face à la réalité. Les athlètes bâtisseurs de muscles typiques d’aujourd’hui n’auraient pas pu survivre à la sélection naturelle. Étant donné que la nature fait le lien entre la longévité et la croissance, cela ne vous laisse pas beaucoup d'options. Vous pouvez choisir l’un ou l’autre, mais vous ne pouvez pas avoir les deux.

Cependant, la forme physique et la musculation ne sont qu'une partie du problème. Nous devons encore aborder un autre type de condition physique.

L’aptitude sexuelle (sexual fitness)
Il existe une relation délicate entre régime alimentaire et aptitude sexuelle. Nous avons déjà appris que la puissance sexuelle dépend de la façon dont nous nous nourrissons et nous savons que la virilité peut être échangée / perdue à cause de l’alimentation. Mais qu'est-ce que cela signifie en réalité? La puissance sexuelle pourrait-elle devenir une victime d’excès alimentaires? La prise de poids excessive pourrait-elle supprimer la libido? Cela peut sembler politiquement incorrect, mais c’est exactement ce que la littérature en biologie indique. La nature utilise la virilité pour la croissance, et plus encore lorsque la croissance implique un gain de graisse excessif. Que votre objectif soit de prendre du poids ou de perdre du poids, vous devez connaître les faits.

Virilité versus prise de poids
Les données de recherche révèlent que l'obésité est associée aux troubles de la reproduction et au vieillissement sexuel, ce qui est tout à fait logique. Le gain de graisse est un processus inflammatoire qui pousse mTOR à surcompenser via l’insuline et [en fin de course] à la rendre dysfonctionnelle. C'est cette dysfonction qui freine l’activité sexuelle. Sans insuline fonctionnelle, la testostérone est diminuée, de même que le désir sexuel. Et l'insuline est essentielle à la virilité. Plus on est gros et lourd, plus la sensibilité à la résistance à l'insuline est élevée et plus la virilité est réduite. Tout commence avec le régime alimentaire.

La puissance sexuelle peut être oblitérée par les aliments qui stimulent en excès l'insuline, en particulier le sucre. Plus la consommation est importante, plus les choses empirent. Notre population suralimentée et en surpoids en est la preuve.

Les taux de résistance à l'insuline et de dysfonctionnements sexuels chez les deux sexes atteignent des sommets sans précédent, tout comme les taux de consommation de sucre en augmentation constante. De nos jours, la femme moyenne souffre de troubles de l’appareil reproducteur et de symptômes de la ménopause précoce, alors qu’il a été rapporté que le mâle d’âge moyen perd progressivement un nombre normal de spermatozoïdes et la capacité de reproduction. L’espèce humaine s’est rendue sexuellement inapte (sexually unfit), peut-être bientôt en danger d’extinction.

Cependant, il n’est pas nécessaire que cela se passe ainsi. Vous n'avez pas besoin de faire partie des statistiques et vous ne devriez jamais échanger votre virilité contre de la nourriture. Rappelez-vous le principe de stress 7: L’hormèse étend / améliore la virilité. Les organismes, des bactéries aux humains, deviennent particulièrement résistants au « vieillissement des organes de reproduction » lorsqu'ils sont conditionnés (1) pour supporter le stress, et le stress nutritionnel en particulier. C'est un fait. La résistance au stress nutritionnel prolonge la vie et bloque le vieillissement sexuel. Mais vous devez savoir quoi faire.

En règle générale, vous devez assainir votre régime et bien contrôler votre apport énergétique. Évitez les aliments qui inhibent l’hormèse et essayez d’optimiser l’écart entre vos repas. Optimiser l'écart entre les repas permet d'obtenir un jeûne intermittent efficace. Ce régime conditionne votre corps à supporter le stress nutritionnel en imposant chaque jour des intervalles de déficit énergétique, ce qui augmentera ensuite la résilience à l'obésité, au diabète et au vieillissement sexuel. Au niveau cellulaire, le déficit énergétique dû au saut de repas signale à l'AMPK de modifier le métabolisme en lui permettant de brûler de la graisse et non de la stocker. Plus vous augmentez l’écart entre vos repas toutes les vingt-quatre heures, plus cet impact sera intense.

Pourtant, le stress nutritionnel lié au saut de repas n'est pas le seul facteur. Comme indiqué, les nutriments imitant le stress induisent les mêmes effets. Les agents mimétiques de restriction calorique tels que la berbérine, le resvératrol et la curcumine maintiendraient les organismes biologiquement virils à des âges typiquement associés au déclin sexuel.

Ici encore, suivre un protocole de base de jeûne intermittent et de consommation d’aliments riches en nutriments induisant les effets du jeûne pourrait être votre meilleur choix pour rester biologiquement jeune et viril – exactement le même protocole que celui proposé précédemment pour bloquer le vieillissement.

Nous savons maintenant que, tout comme l’hormèse nous est inhérent, il en va de même pour le désir / l’attirance vers le stress. Mais quel est le rôle de ce désir et comment affecte-t-il notre comportement?

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Comportement lié au stress

Message  Luc le Sam 30 Mar 2019 - 11:19

Chapitre 11. LE DÉSIR DE STRESS - Comment cela affecte notre comportement

La vie est modulée par le désir, et notablement via la nourriture et le sexe. Mais qu’en est-il pour le désir / l’attirance du stress ? Quel rôle le stress joue-t-il dans notre vie et comment cela affecte-t-il notre comportement ?

Bien qu’en général nous semblions préférer un mode de vie sans stress, ou du moins nous pensons ainsi, nous avons au fond de nous un besoin de stress. Même les personnes paresseuses, les malades et les sédentaires recherchent le stress, par exemple en regardant des événements sportifs ou des films d'action ou en jouant à des jeux vidéo. Apparemment, notre désir de stress est si profond qu’il détermine notre comportement, que nous en soyons conscients ou non.

NDLR : Le stress est un stimulus qui dépend du niveau de perception de l’individu. C’est une réaction physiologique du corps qui cherche à s’adapter à un contexte.

Comportement lié au stress
Le désir de stress joue un rôle central dans l'acquisition de l'hormèse. Il incite les animaux et les humains à s’adapter et à s’améliorer. Pourtant, le stress peut se retourner contre vous, de même que l'envie, la recherche. Les deux peuvent créer une dépendance. Laissez-moi expliquer cela. Nous avons évolué dans un monde où la nature nous offre une compensation après le stress. Une sécrétion élevée d’endorphine a lieu après l’exercice, par exemple. Cela nous fait nous sentir bien, mais cela nous pousse [parfois] également à rechercher un exercice encore plus intense. Et voici le problème: l'impact narcotique des endorphines est aussi addictif que celui des médicaments. Pourtant, contrairement à la dépendance aux drogues, ce qui nous rend dépendant du stress est profondément enraciné dans notre biologie.

Stress Addictif
L'élévation des endorphines en réponse au stress est une caractéristique évolutive importante. Cela a aidé les premiers humains à tolérer la privation de la faim et des épreuves qui étaient monnaie courante dans la vie il y a des millénaires. Parallèlement aux niveaux élevés de dopamine, une hormone de bien-être, le boost que l'endorphine apporte a permis à nos ancêtres de survivre pendant des périodes de famine et de difficultés physiques qui les auraient autrement détruits. Notez à nouveau que les endorphines se lient intensément aux mêmes récepteurs que ceux des stupéfiants.

Pour les toxicomanes, l'exercice, le jeu, la nourriture et le sexe sont comme des drogues. Ils ne peuvent pas résister à l’envie de s’adonner à une quantité excessive d’exercices, de se livrer à des sports dangereux, de se gaver d’énormes quantités de nourriture, de jouer leur dernier centime ou de rechercher de manière obsessionnelle une excitation sexuelle. Tout cela peut aboutir à une grande dévastation et à une grande mortalité. La dépendance au stress peut entraîner de graves symptômes de sevrage similaires à ceux observés lors du sevrage alcoolique, ce qui n'est apparemment pas une coïncidence. L'alcool est un éliciteur de réponse au stress.

Inconnu pour beaucoup, l’alcool suscite une réaction au stress similaire à celle de l’exercice, sauf qu’il agit par un mécanisme différent. L'alcool augmente la fluidisation des membranes cellulaires dans le cerveau, ce qui les rend plus réactives au stress et procure un grand sentiment de bien-être. Cependant, l'augmentation de la fluidisation de la membrane cellulaire ne peut fonctionner que jusqu'à un certain point, par exemple un verre de vin ou un verre de liqueur. Le dépassement de ce seuil provoque une sur-fluidisation des membranes cellulaires, ce qui les rend totalement dysfonctionnelles.

Globalement, la fluidisation des membranes des cellules cérébrales est une arme à double tranchant. Ce qui commence par un sentiment de bien-être peut entraîner une perte de fonction cognitive: l'ivresse. Ainsi, en règle générale: le stress a un seuil de dépendance qui ne doit pas être dépassé. Cela fait partie du code du stress. Vous pouvez augmenter progressivement le niveau de votre défi, mais vous ne devez jamais dépasser le seuil où la réaction au stress entrainera elle-même une dépendance chronique. Là encore, pour garantir la résilience au stress, l'exposition au stress doit être intermittente (principe de stress N° 6). Comprendre ce principe est critique. Le même stress qui vous profite par intermittence peut causer des dépendances s’il est appliqué de manière chronique. Souvent, il n’y a qu’une mince ligne qui sépare l’hormèse et la dépendance. Une ligne similaire existe entre le jeûne intermittent et l'anorexie. Je crois que la comparaison suivante peut aider à élucider ce problème.

Jeûne intermittent versus Anorexie
Pour être clair, le jeûne intermittent signifie un évitement aigu de la nourriture, alors que l'anorexie signifie un évitement chronique ou une restriction extrême de la nourriture. Une différence essentielle entre ces deux approches réside dans la récompense. L'évitement intermittent de la nourriture s'accompagne d'une récompense alimentaire, mais l'évitement chronique de la nourriture ne l’apporte pas. C'est le manque de récompense qui mène aux obsessions et aux addictions. Sans récompense, le désir de stress se perpétue en une dépendance à part entière.

Puisque l'esprit humain est programmé pour une compensation après le stress, son absence déclenche un comportement de recherche de récompenses pouvant aboutir à une dépendance, que ce soit vis-à-vis de la nourriture, de l'alcool ou de la drogue. Et, comme indiqué, le comportement de recherche de récompense rend les personnes dépendantes d'agents stressants censés rapporter des récompenses, telles que l'exercice, la douleur auto-infligée et le jeûne. Dans le cas de l'anorexie, une fois que le désir de stress nutritionnel (tel que d'éviter de manger des aliments) devient addictif et chronique, il peut entraîner la famine et la mort.

Commentaire NDLR : Une fois le processus installé, dans le cas de l’anorexie, la maladie ne s’expliquerait pas par la peur de grossir, mais par le plaisir de maigrir. Ensuite, il y a des cofacteurs qui font qu’il est difficile de sortir de ce cercle vicieux.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
 
Ces deux façons d’éviter les aliments mettent donc votre corps dans une situation de stress nutritionnel, mais l’un prolonge la vie, tandis que l’autre la raccourcit. Tout cela en raison de la ligne de démarcation entre stress intermittent et stress chronique, entre avoir et ne pas avoir de récompense. Encore une fois, cette ligne mince peut faire la différence entre la vie et la mort, et elle s’applique à toutes sortes de facteurs de stress – activité physique, alcool, chaleur, froid, etc.

Rappelez-vous ceci: le besoin de stress est réel. La vie ne peut pas continuer sans elle, et les animaux le savent. Les animaux ne sont pas seulement attirés par le stress; Les animaux végétariens et carnivores ont l'instinct de rechercher des éléments nutritifs qui imitent le stress (stress-mimicking nutrients).

Le désir pour des aliments / nutriments mimiquant le stress
L’évolution semble avoir favorisé la sensibilité des animaux à des nutriments imitant le stress. (…) Les chiens et les chats, par exemple, aiment mâcher de l'herbe ou des « mauvaises herbes » poussant dans les cours arrière ou sur les routes où ces nutriments sont naturellement présents. Les chiens en particulier aiment creuser dans la terre à la recherche d'écorce, de racines et de noyaux.

Nous aussi, nous avons cet instinct, mais comme d’autres caractéristiques primales, elles sont toutes évanouies. Pourtant, cet instinct a joué un rôle vital dans la survie de notre espèce. Les premiers humains vivaient d'herbes, d'herbes médicinales, de noyaux, de pelures, d'écorces et de tout ce qui contenait des nutriments essentiels à la vie. Nous avons évolué avec un goût pour les nutriments imitant le stress.

L’Amer, l’astringent et l’épicé sont généralement associés à la présence de composés protecteurs du stress. Sans ce palais, notre espèce n'aurait peut-être pas survécu à l'évolution. Et ce n’est pas juste nous. Toutes les espèces animales, végétariennes et carnivores, ont besoin et goûtent des nutriments imitant le stress. La dépendance de toutes les espèces vis-à-vis des éléments nutritifs des plantes nous amène au sujet suivant: la dépendance croisée entre les espèces.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  sumerien le Mar 2 Avr 2019 - 11:48

Pas évident de suivre son raisonnement, je note qu'il contre-indique les compléments alimentaires et qu'il préconise de faire du sport à jeun.
sumerien
sumerien
Accro
Accro

Messages : 230
Date d'inscription : 22/11/2016

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mar 2 Avr 2019 - 11:52

sumerien a écrit:Pas évident de suivre son raisonnement, je note qu'il contre-indique les compléments alimentaires et qu'il préconise de faire du sport à jeun.
Il faut N U A N C E R.
Je peux développer si souhaité.
Je mets un lien ici si demandé et on en discute. Hofmekler est bien (à 90 %) mais ce n'est pas la nouvelle bible.
je finis la transcription et la traduction du chapitre 12: La dépendance croisée entre les plantes, les animaux et les humains.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Luc le Mar 2 Avr 2019 - 13:59, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mar 2 Avr 2019 - 19:13

Chapitre 12. L'INSTINCT POUR ADOPTER DES ANIMAUX ET CULTIVER
Comment nous adoptons la règle naturelle de la dépendance croisée

Idées clés
• Notre survie dépend de la dynamique entre les plantes, les animaux et les humains.
• Nous sommes naturellement attachés aux animaux. C’est un instinct biologique.
• Les plantes sont connues depuis longtemps pour leur pouvoir de guérison et la science confirme qu’il en va de même pour les animaux.
• L’empathie et la compassion induisent des effets curatifs via le nerf vague qui relie les organes vitaux tels le cœur, le foie et les reins.
• Pour Ori Hofmekler notre monde devient anti-hormétique et hostile à mesure que l’humanité se détourne des aliments végétariens pour favoriser les aliments carnivores. Nous payons un prix terrible pour cela.
• Le génome de notre espèce est principalement dérivé / orienté par un mode de vie « chasseur-cueilleur » mais les proportions entre produits animaux et végétaux est / était assez variable, selon les endroits et les saisons. Jamais non-stop non plus. Important. Alimentation peu ou pas transformée… . Notre corps est toujours conçu pour ce type de régime, et nous en payons le prix si nous l'ignorons.
• Nous sommes bien omnivores mais pas comme certains veulent le laisser croire, dans une société d’abondance.
• Pour vous garder en en bonne santé et vigoureux, vous devez respecter votre biologie. La nature prolonge la vie quand la vie est en phase avec ses règles.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Dépendance croisée entre plantes, animaux et humains

Message  Luc le Mar 2 Avr 2019 - 19:24

Chapitre 12. L'INSTINCT POUR ADOPTER DES ANIMAUX ET CULTIVER

Comment nous adoptons la règle naturelle de la dépendance croisée


La dépendance croisée est l’une des règles les plus primordiales de la nature. Cela signifie que la survie d'une espèce dépend de la capacité de survie d'autres espèces partageant le même environnement. Cette règle de la nature est inhérente à la planète Terre. Elle est programmée dans chaque organisme, y compris nous. Plus important encore, nous avons évolué avec cet instinct.

Notre instinct de coexister avec les animaux et les plantes
L'humanité a toujours été entourée  /immergée parmi les plantes et les animaux. Nous avons besoin de nous entourer d'arbres et de fleurs et nous profitons du spectacle de la nature sauvage. Encore plus, nous aimons adopter toutes sortes d'animaux et les traiter comme de la famille. Nous parlons aux animaux et ils nous répondent. Incroyablement, les bébés humains communiquent avec les animaux avant même d'apprendre à parler.

Ce n’est pas une coïncidence. On estime que plus de 45% de tous les ménages aux États-Unis ont un chien et plus de 35% ont un chat. Plus de ménages ont un animal considéré comme membre de la famille que ceux qui votent. (…)

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Ce qu’ils indiquent, c’est que nous avons besoin de partager la vie avec les animaux et que ce besoin est programmé en nous dès notre naissance. C'est un trait inhérent, un instinct par définition. Les animaux aussi ont cet instinct. Ils aiment partager la vie avec nous et avec d'autres espèces ; un chien peut adopter un chaton; un chat peut adopter un chiot; et un humain peut partager la vie avec les deux. Peu importe ce qu'on nous dit sur la «nature de la bête», la dépendance croisée signifie le contraire. Il s’agit du lien instinctif et de l’amour qui existent entre différentes espèces d’animaux et entre animaux et humains. Si vous avez déjà eu un animal de compagnie, vous savez ce que cela fait d’être attaché émotionnellement à une âme non humaine.

En fait, l'attachement entre l'homme et l'animal peut être plus fort que celui d'un être humain à l'autre. Mais étant donné que cet attachement est lié à un instinct biologique, quel rôle joue-t-il dans la vie? Et que se passe-t-il lorsque nous perdons cet instinct. (…)

Dépendance croisée
Notre survie dépend des animaux et des plantes, et leur survie dépend de nous. La survie de nos plantes dépend de la pollinisation par des animaux dont la vie dépend des plantes, aussi bien les uns que les autres. Nos vies dépendent des plantes, qui dépendent des animaux, etc. La dynamique semble ici être « donner et prendre » ; nous nous occupons des animaux et des plantes, et en retour, ils s’occupent de nous et réciproquement. En effet, les plantes sont connues depuis longtemps pour leur pouvoir de guérison et la science confirme à présent qu’il en va de même pour les animaux.

Les preuves accumulées indiquent que les chiens employés en thérapie aident les humains à s'améliorer physiquement et émotionnellement. Une étude menée à l'Université du Missouri a montré que le fait de caresser un chien libère des hormones bénéfiques pour la santé et un sentiment de bien-être. Un autre rapport révèle que les enfants qui ont des animaux domestiques - chiens ou chats - développent des niveaux d'empathie, de responsabilité et de QI supérieurs à ceux des enfants sans animaux.

L'empathie est en effet un trait majeur. Les sentiments d'empathie et de compassion apportent de profonds avantages pour la santé. Nous sommes programmés pour l'amour et la création de liens, de même pour les animaux. Les centres du cerveau responsables de l’empathie et de la compassion sont reliés directement par le nerf vague aux organes vitaux tels que le cœur, le foie et les reins, où ils induisent des effets curatifs. Certains rapports révèlent que le fait d'avoir un animal domestique augmente la résistance au stress et abaisse la pression artérielle. Selon une récente étude de l’UCLA, les aînés qui ont un chien ou un chat rendent beaucoup moins visite à leur médecin que ceux qui n’ont pas d’animal de compagnie. Les preuves des avantages croisés entre les humains et les animaux sont en augmentation. Il en va de même pour les hommes et les plantes, les plantes et les animaux.

Cela signifie / implique peut-être beaucoup plus que cela. L’amour de la nature est la volonté de Dieu, de même que l’affection et l’attachement entre les espèces. Notre instinct de protéger et d’adopter des animaux et de faire pousser des plantes en fait partie; tout cela fait partie de l’être humain. Cet instinct est crucial pour notre existence et répond certainement à un besoin écologique.

Quand on perd l'instinct de coexister avec d'autres espèces
Pour comprendre l’ampleur des dégâts causés par la violation de la règle de coexistence avec la nature, nous devons examiner de plus près l’évolution de la coexistence des espèces. La dépendance croisée concerne la dépendance entre les receveurs et les donneurs. Les plantes sont les donneurs ultimes, et nous sommes les destinataires ultimes (càd en fin de chaine). Notre espèce a évolué avec une dépendance vis-à-vis des nutriments issus des plantes sauvages, dont beaucoup ne sont plus disponibles. La disparition d'espèces de plantes sauvages nous a laissé un approvisionnement alimentaire insuffisant. La substance / la matière qui constitue notre régime alimentaire typique aujourd'hui est inférieure [en qualité] et correspond à peine à nos besoins biologiques. Une grande partie de ce que nous mangeons aujourd'hui provient de sources anti-hormétiques, renfermant des pesticides, manufacturées de manière excessive et génétiquement modifiées. Le retrait des plantes sauvages de l'habitat humain a créé un vide qui a laissé notre régime alimentaire biologiquement déficient. Nous en subissons certainement les conséquences, de même que les animaux.

La disparition des graines héritées (transmises entre les générations, ndlr) présente une perte irréversible d'éléments nutritifs qui prolongent notre longévité. En conséquence, les populations animales et humaines perdent maintenant leurs chances d'atteindre une durée de vie maximale. Sans ce soutien nutritionnel, nous sommes susceptibles de faire face au vieillissement et à la mort trop tôt et trop durement. En plus de tout cela, le monde lui-même devient anti-hormétique et hostile à mesure que l’humanité se détourne des aliments végétariens pour favoriser les aliments carnivores. Nous payons un prix terrible pour cela.

Le prix à payer lorsqu’on devient carnivore
Le passage d’une espèce principalement végétarienne et cueilleuse à une espèce à dominante carnivore est en violation flagrante de notre biologie. Ce n'est pas ainsi que nous avons évolué. Nous nous sommes réduits à des récupérateurs (scavengers) survivant à partir d'animaux morts. Et le pire, c’est la façon dont nous nous procurons ces animaux.

L'industrialisation de la boucherie représente une extrême cruauté et la trahison ultime vis-à-vis de la nature. La coexistence n'a pas sa place dans le monde carnivore humain. Lorsque les gens autorisent l'assassinat en masse d'animaux, ils perdent leur instinct d'humanité et deviennent littéralement inconscients de la mort. Il est étonnant de constater que, malgré les multiples leçons sanglantes tirées de l’histoire et des deux guerres mondiales, les gens restent si inconscients face à la mort et la cruauté. L’humain carnivore continue de tuer des animaux et de se détruire sans aucun remords.

Encore plus tragique est le fait que la plupart de ceux qui mangent de la chair animale sont de bonnes personnes qui ont simplement été conditionnées à manger de cette façon depuis leur enfance. Si vous en faites partie, sachez que cette question dépasse de loin la mise à mort d’animaux. En termes simples, il ne s’agit pas [seulement] de tuer; il s’agit du meurtre en masse d’autres espèces et de l’autodestruction de notre propre espèce. Les animaux aussi ont l’instinct de tuer, mais contrairement aux humains, ils ne tuent pas s’ils n’en ont pas besoin et ne commettent certainement pas de meurtres de masse. Nos premiers ancêtres, qui vivaient dans des vastes prairies sauvages, ne vivaient pas non plus de la terre. Cet habitat a dicté une diète essentiellement composée d’herbes, de racines, de fruits, de graines, de noix et, parfois, de gibier sauvage. Les graines et les noix étaient la nourriture de base de nos ancêtres.

Notre corps est toujours conçu pour ce type de régime, et nous en payons le prix si nous l'ignorons. En devenant carnivores, nous nous sommes éloignés de notre programme initial pour finir comme une imitation fade de nous-mêmes (a hollow imitation). L’évolution n’a aucune raison de nous conserver / préserver ainsi.

La nature ne favorise pas la continuité des espèces qui nient leur propre biologie. Le carnivore humain s’est préparé à une vie moindre. Chacun de nous est entouré de personnes destinées à vieillir davantage et à vivre moins. Pourtant, même si la nature choisit le vieillissement et la mort, elle peut faire également le contraire et il y a toujours une chance de changer et de se repentir. La nature prolonge la vie quand la vie est en phase avec ses règles. Tout se résume à la foi. Vous devez croire en votre destin et au but de votre être.

Pour vous garder en en bonne santé et vigoureux, vous devez respecter votre biologie. Vous devez obtenir un apport suffisant d'éléments nutritifs essentiels issus des plantes et éviter de manger de la chair animale. Vous devez conditionner / entrainer votre esprit et votre corps en conséquence. Bien que les fabricants de produits alimentaires ne semblent pas se soucier de l’évolution et de la dépendance réciproque, la nature le fait. La nature a des priorités claires basées sur une hiérarchie distincte où les plantes sont placées en haut de la pyramide. La nature a non seulement fourni aux plantes des propriétés nutritionnelles inégalées, mais elle récompense les espèces qui consomment les nutriments issus des plantes. Nous nous développons avec les nutriments des plantes sauvages et le lait des animaux nourris avec des nutriments des plantes sauvages. La supériorité des plantes: c’est ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Supériorité des plantes

Message  Luc le Mer 3 Avr 2019 - 14:21

Chapitre 13. Supériorité des plantes – Comment les plantes sauvages sont-elles supérieures, nutritionnellement parlant.
Idées clés
• Les baies, les herbes, les racines, les noix et les graines nous fournissent des nutriments qui prolongent la survie.
• Le lait provenant d'animaux nourris en pâturage a des propriétés hormétiques.
• Les gens souffrent d’allergies au lait à cause du mode d’alimentation du bétail non adapté.
L’alimentation à base de grains occasionne l’acidification du corps de l’animal, ce qui entraîne des désordres inflammatoires et de l’infection récurrente.

De plus larges extraits sur le post suivant ...

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Pourquoi souffre-t-on d'allergie au lait?

Message  Luc le Mer 3 Avr 2019 - 14:27

Extrait (chapitre 13)

Selon la Bible, notre rôle est de protéger la nature et le monde animal. Le rendement en nutriments essentiels à la vie des plantes et la dispersion des graines et du pollen par les animaux créent une situation idéale pour les deux règnes. Mais quel est exactement le rôle humain ?

La nature semble avoir favorisé les plantes par rapport aux animaux et aux humains. Cela se manifeste dans la façon dont les plantes ont évolué pour résister au stress. La résilience au stress est l’une des caractéristiques les mieux conservées de l’évolution, et elle semble s’exprimer particulièrement chez les plantes.

 Ironiquement, cela est dû à leurs limites structurelles. Contrairement aux animaux, les plantes ne peuvent s’échapper physiquement, fuir. Pour compenser cela, Mère Nature leur a fourni les plus puissants composés de réponse au stress, qui possèdent des propriétés inégalées de protection du stress et de prolongation de la vie. Les baies, les herbes, les racines, les noix et les graines nous fournissent des nutriments qui prolongent la survie qu'aucun sous-produit animal ne peut produire. C’est donc transmissible dans un sens. Pas dans l’autre.

 Tous les aliments d'origine animale ne sont pas identiques. Le lait, par exemple, a des propriétés de protection contre le stress similaires à celles des plantes, qui dépendent également du type de lait.

Alors que le lait provenant d'animaux nourris de plantes sauvages a des propriétés hormétiques, le lait d'animaux nourris au grain est dépourvu de ces qualités. Comme indiqué précédemment, les espèces mammifères sont capables de partager le lait et de tirer un bénéfice croisé de ses propriétés nutritionnelles. Le lait maternel est de loin l’un des aliments les plus protecteurs de la nature, riche en nutriments stimulant le système immunitaire et métabolique et en bactéries bénéfiques pour l’intestin. Apparemment, le lait n’est pas seulement bon pour les jeunes. Les mammifères adultes peuvent bénéficier du lait maternel une fois qu’ils y ont accès.

Pourquoi, alors, les gens souffrent-ils d'allergies au lait? La réponse réside dans les méthodes d'alimentation utilisées pour élever les animaux qui produisent le lait. Seuls les animaux nourris au pâturage produisent du lait viable. Encore une fois, malgré sa réputation controversée, le lait nous est intrinsèquement bénéfique. Et notez que la tolérance au lactose est un gène humain dominant. La capacité à digérer et à utiliser le lait présentait un avantage évolutif pour toutes les espèces de mammifères. (…)

Lait provenant d'animaux nourris en pâturage
Les animaux élevés en pâturage nourris avec des plantes sauvages sont plus stressés sur le plan nutritionnel que les animaux nourris au grain dans un parc d'engraissement. L’alimentation en pâturage implique des périodes de pénurie nutritionnelle dues aux changements saisonniers de la disponibilité en herbe. Ce type d'alimentation maintient les animaux actifs et stressés, car il déclenche des réponses adaptatives qui améliorent leur résilience au stress et aux maladies. Les animaux stressés sur le plan nutritionnel produisent moins de lait, mais de qualité supérieure. Le lait d’animaux nourri à l'herbe contient des protéines exclusives protectrices du stress, telles que les immunoglobulines, l'albumine sérique, la lactoferrine et les précurseurs du glutathion. Il contient également des molécules et des nucléotides uniques prolongeant la vie, tels que le nicotinamide riboside, un activateur clé des voies de la longévité du corps, traités plus en détail au chapitre 14.

Ce type de lait offre des avantages hormonaux inégalés. Les mêmes composés laitiers qui ont évolué pour protéger les nouveau-nés contre les infections microbiennes ont montré qu’ils renforçaient les défenses immunitaires des adultes et aidaient à bloquer le vieillissement. Ceci est vrai pour tous les mammifères. Le lait issu d’un pâturage est certainement un superaliment qui peut être partagé par différentes espèces. Les humains, les chats et les chiens peuvent être nourris au lait de bovin, de chèvre et de brebis. Le lait de jument, de lama et de chameau peut également être partagé. Notez cependant que pratiquement tous les composés protecteurs sont présents dans le lactosérum du lait, à l'exception de certains composés, tels que l'acide linoléique conjugué (CLA), inhérents à la matière grasse du lait. La matière grasse du lait sert de vecteur de nutriments et de cofacteur hormétique. Ainsi, le lait entier et le lactosérum possèdent des propriétés supérieures au lait écrémé et aux isolats de lactosérum.

Parlons maintenant du statut du lait conventionnel.
Lait provenant d'animaux nourris au grain
Le lait conventionnel provenant de parcs d’engraissement  est radicalement différent de celui des animaux élevés au pâturage. Les animaux en cage, comme les vaches d’élevage intensif, reçoivent principalement du grain, aliment pour lequel ils n’ont pas été conçus, biologiquement parlant. L’alimentation à base de grains occasionne l’acidification du corps de l’animal, ce qui entraîne des désordres inflammatoires et de l’infection récurrente. C'est pourquoi les animaux nourris au grain sont systématiquement traités aux antibiotiques. Leur mauvais état de santé se manifeste dans leur lait, qui contient des produits chimiques antihormétiques, des hormones et des médicaments. Un tel lait est inflammatoire. Il peut provoquer une intolérance ainsi que des allergies et ne doit pas être consommé comme source viable de nourriture.

En conclusion, la nature nous a programmés pour vivre mieux et vivre plus longtemps, mais uniquement en collaboration avec d’autres espèces. Au fond de nous, nous avons l’instinct de partager la vie avec les animaux et de les protéger, même si beaucoup d’entre nous ne le savent pas. La même chose vaut pour les plantes et la faune. Nous avons évolué pour tirer profit de l'empathie et de la compassion que nous ressentons envers les animaux et les plantes, car nous avons l'instinct de protéger la nature. Et nous ne sommes pas les seuls: toutes les espèces animales dépendent des éléments nutritifs des plantes. Une telle dépendance est une composante essentielle de l'hormèse, et nous devons le reconnaître. On peut se passer de viande mais ne peut pas survivre sans plantes.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Flo le Jeu 4 Avr 2019 - 10:36

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler 4179239413 beau boulot Luc,

cette vision recoupe bien tout mon ressenti aux travers de mes expériences alimentaires de ces dernières années, à ceci près que le lait, même de haute qualité, n'est plus adapté pour moi compte tenu de ma dys-immunité.

_________________
Les préjugés, les habitudes et l'ignorance concernant l'alimentation, sont si grands, que la diététique a longtemps été "le chaînon manquant de l'esprit humain" Arnold EHRET
Le chainon manquant a été découvert et décrit en 2017 dans l'Eloge du cru de Dominique Guyaux, c'est l'olfaction qui permet de réaliser les choix alimentaires pour atteindre l'homéostasie.
Flo
Flo
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1365
Date d'inscription : 20/10/2015
Age : 52
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Jeu 4 Avr 2019 - 11:41

Flo a écrit:cette vision recoupe bien tout mon ressenti aux travers de mes expériences alimentaires de ces dernières années, à ceci près que le lait, même de haute qualité, n'est plus adapté pour moi compte tenu de ma dys-immunité.
Eh, oui: une fois marqué par une intolérance, le système immunitaire reste sur la défensive (effet mémoire). Pas toujours irréversible mais souvent, à condition toutefois de modérer très fort les portions et la fréquence. Genre une fois 30 gr de fromage de chèvre par semaine maxi.
Pour revenir au livre, il faut quand même relativiser / nuancer, en supposant un organisme en bonne santé (non encrassé), avec des produits issus d'un élevage en pâturage.
Il y a des périodes sans (hormèse); c'est saisonnier. Pas toujours le même type (fromage, lait, produits fermentés).
On s'adapte selon le ressenti (enzymes effectives ou non).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Flo le Jeu 4 Avr 2019 - 17:58

Luc a écrit:Genre une fois 30 gr de fromage de chèvre par semaine maxi.
Cette fréquence me parait trop élevée par rapport à tout ce que j'ai lu et expérimenté, je dirait 1/3 semaines pour être sûre.

Cependant, je ne raisonne plus de cette manière avec l'alimentation sensorielle, à priori le fromage ne fait plus partie de mon alimentation, cela reste donc très occasionnel.

_________________
Les préjugés, les habitudes et l'ignorance concernant l'alimentation, sont si grands, que la diététique a longtemps été "le chaînon manquant de l'esprit humain" Arnold EHRET
Le chainon manquant a été découvert et décrit en 2017 dans l'Eloge du cru de Dominique Guyaux, c'est l'olfaction qui permet de réaliser les choix alimentaires pour atteindre l'homéostasie.
Flo
Flo
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 1365
Date d'inscription : 20/10/2015
Age : 52
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty synergie entre les vitamines antioxydantes

Message  Luc le Ven 5 Avr 2019 - 11:27

Chapitre 14. Comment certains déclencheurs alimentaires de l’Hormèse prolongent la vie
Idées clés
• Les épices de plantes sans OGM contiennent des éliciteurs hormétiques qui améliorent la résistance aux maladies et au vieillissement.
• Certains nutriments déclenchent la même réponse bénéfique que celle de l’exposition ponctuelle au stress (effet hormétique).
- Berbérine, salicine, curcumine, etc.
- Protéines de choc thermique, Vit D3 et métabolites de la niacine (B3).
• Seule la dose fait le poison : Il faut ajuster. En cure seulement si supplémentation. Maxi 1000 mg de polyphénols, étalé en 2 prises. Une synergie donnera un meilleur résultat. Par exemple resvératrol, quercétine + un 3ème, qui pourrait être du pycnogénol (OPC souvent issu du pin).

Infos et Contrindications aux polyphénols :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]   
Une flore intestinale, en équilibre (avec Bifidobactérium et Lactobacillus acidophilus) aide à combattre les agents pathogènes tout en produisant de profonds effets anti-inflammatoires et anti-obésité.

Infos sur la synergie entre les vitamines antioxydantes
« La vitamine C régénère la vitamine E et la vitamine E protège le β-carotène, aidée en cela par les polyphénols. En cas de supplémentation en β-carotène, la vitamine C régénère la vitamine E et le β-carotène, et le β-carotène semble protéger la vitamine E sans qu’on puisse expliquer réellement ce phénomène »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Plus de détails sur le post suivant

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Nutriments déclencheurs de l'hormèse

Message  Luc le Ven 5 Avr 2019 - 11:36

Chapitre 14
Comment certains déclencheurs alimentaires de l’Hormèse prolongent la vie
L'idée que la vie puisse être prolongée par de petites molécules qui imitent le stress aurait été considérée comme folle il y a des années. Nous savons maintenant que c’est vrai. Certaines molécules dans les aliments déclenchent la même réponse que celle du stress. Celles-ci sont appelées éliciteurs hormétiques. Pourtant, si les données scientifiques permettent de comprendre les facteurs de stress tels que le jeûne, l'exercice, la chaleur et le froid, on en sait moins sur les éliciteurs hormétiques. Les molécules imitant le stress qui se trouvent dans les plantes, les bactéries du sol et le lait issu de bêtes nourries à l'herbe font l'objet d'un intérêt scientifique croissant en raison de leurs propriétés thérapeutiques et anti-vieillissement.

Éliciteurs hormétiques
Comme indiqué, la plus grande variété d'éliciteurs hormétiques se trouve dans les plantes et certaines des molécules les plus puissantes ne peuvent être trouvées que dans les « déchets alimentaires » tels que l'écorce, les racines, les noyaux et les zestes. D'autres composés élicites hormétiques se trouvent dans des sources autres que les plantes, telles que le lait d'animaux nourris à l'herbe et les microbes stressés parmi les bactéries du sol.

Parmi les éliciteurs issus des plantes, on trouve la berbérine, la salicine, l'acide rosmarinique, l'acide cinnamique, l'acide férulique, l'acide caféique, l'apigénine, la curcumine, les catéchines du thé vert et les composés activant la sirtuine (STAC). Les molécules induisant une réponse au stress produites par les animaux, les champignons et les microbes comprennent les protéines de choc thermique, la vitamine D, les métabolites de la vitamine B3 et les enzymes. Les éliciteurs hormétiques ont un impact sélectif sur les humains et les animaux.

N'oubliez pas que les molécules imitant le stress peuvent guérir ou nuire. Une grande variété d'éliciteurs hormétiques sont en fait des toxines végétales qui, tout en servant de pesticides naturels pour protéger les plantes contre l'invasion d'organismes nuisibles, peuvent provoquer des symptômes liés à l'irritation et à la toxicité. Certains éliciteurs hormétiques sont bénéfiques pour certaines espèces mais fatals pour d'autres. Par exemple, les composés issus du café, du cacao et de l'ail cru sont bénéfiques pour l'homme mais sont toxiques pour les chiens et les félins.

Quelle est donc la bonne façon d'éviter les effets secondaires? Appliquez le principe de stress 1: Appliquez / consommez avec précaution de petites quantités de ces nutriments pour permettre à votre corps de développer une tolérance. Parmi les éléments nutritifs parmi les plantes, les éliciteurs les plus abondants sont les phénols, qui, bien que considérés essentiellement comme des antioxydants, ont un rôle qui va bien au-delà. On sait maintenant que les phénols sont les éliciteurs hormétiques les plus abondants dans la nature.

Phénols végétaux: Nutriments Issus des Superaliments
Les plantes diététiques qui sont exceptionnellement riches en nutriments phénoliques sont appelées superaliments. Dans cette catégorie sont les baies sauvages, le cacao, le café et les arachides. La cacahuète est le héros le moins connu des superaliments végétaux. Leur contenu phénolique unique, en particulier celui des pousses de cacahuètes, donne des qualités incomparables (resvératrol, nldr.  Attention, c’est une légumineuse).

Tout dans le système phénolique semble favoriser l'hormèse, même les enzymes qui les produisent. Tous les nutriments phénoliques sont anti-inflammatoires et beaucoup possèdent des propriétés antidiabétiques, anti-obésité et anti-vieillissement. Les phénols sont divisés en deux groupes: flavonoïdes et non flavonoïdes. Les flavonoïdes sont des nutriments tels que la rutine et la quercétine trouvés dans les agrumes, les catéchines dans le thé vert, les polyphénols dans le café et le cacao, les isoflavonoïdes dans les graines de lin et les anthocyanidines dans les pignons. Le groupe non flavonoïde comprend des composés tels que le carvacrol trouvé dans l'origan et le thym, les stilbènes (resvératrol) trouvés dans les baies, l'acide cinnamique et l'acide caféique dans la cannelle, la curcumine dans le curcuma, l'acide rosmarinique dans le romarin et l'acide férulique dans la noix de coco.

L'apport quotidien recommandé en nutriments phénoliques est d'environ un gramme (1 000 mg). Il a été estimé que les effets biologiques des phénols et des polyphénols chez l'homme sont possibles avec un apport journalier d'environ 14 mg par kg de poids. En conséquence, une personne de 155 livres (70 kg) doit consommer un gramme de nutriments phénoliques par jour, ce qui équivaut à environ 3,5 onces de chocolat noir (100 gr) non alcalinisé ou à une livre de myrtilles (453 gr). Les composés phénoliques sont souvent appelés «antinutriments» en raison de leurs effets inhibiteurs sur le métabolisme des protéines - une propriété qui, ironiquement, a été considérée comme anticancéreuse en raison de son impact potentiel sur le blocage de la genèse tumorale.
Suite sur le post suivant

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Ven 5 Avr 2019 - 11:48

Mimétisme induit par la restriction calorique: éléments nutritifs qui imitent le jeûne
Parmi les éliciteurs hormétiques, les mimétiques de restriction calorique (CR) sont peut-être les plus intéressants. Ils activent les mêmes voies que celles activées par la restriction calorique et induisent les mêmes effets. Les mimétiques CR permettent aux humains et aux animaux de profiter des avantages du jeûne même en période de post-alimentation et de repos. Certains mimétiques CR possèdent des pouvoirs exceptionnels. La berbérine, par exemple, s'est avérée induire un puissant impact antidiabétique, plus fort que celui de la metformine. Sont notables parmi les mimétiques CR:
La Berbérine: un alcaloïde végétal, peut-être le plus puissant éliciteur connu aujourd’hui, qui se trouve dans l’écorce et la racine de plantes sauvages comme le liège (Phellodendron amurense), l’épine vinette et l’hydrastis canadensis. Il a été rapporté que la berbérine agit comme un puissant activateur de la voie de la longévité AMPK et est un inhibiteur majeur de la voie de la croissance mTOR, et induit ainsi des effets anti-obésité, antidiabétiques, anti-inflammatoires et anti-vieillissement.
Le resvératrol: phénol végétal très recherché et activateur de la voie de la sirtuine, le resvératrol possède de profondes propriétés anti-âge et inhibitrices des œstrogènes. Les ressources riches en resvératrol comprennent les raisins, les myrtilles, les cacahuètes et la renoncule japonaise.
La Salicine: extraite du saule et précurseur de l'acide salicylique, c'est une hormone puissante de réponse au stress connue pour ses effets antimicrobiens, anti-infectieux et anti-tumoraux. L'acide salicylique est présent dans les goyaves, les amandes, l'ail et les noyaux d'abricot. C'est également le substrat utilisé pour la fabrication de l'aspirine.
La Curcumine: appartient à un groupe de mimétiques CR (curcuminoïdes) présents dans la racine de curcuma. La curcumine et le curcuma dans son ensemble ont induit des effets anti-inflammatoires, antioxydants, neuro-protecteurs et anti-tumoraux.
Les Catéchines du Thé Vert: groupe de polyphénols antioxydants dotés de puissantes propriétés anti-inflammatoires, anti-obésité et antidiabétiques, dont le plus puissant est l'épigallocatéchine gallate (EGCG), également connu pour ses effets neuro-protecteurs et anti-vieillissement. Les catéchines de thé vert ne doivent être consommées qu’en totum (in their whole), sous forme naturelle.
Les mimétiques CR semblent produire un impact plus efficace lorsque nous combinons plusieurs types, ce qui s'applique également à un autre groupe de nutriments appelé STAC (composés activant la sirtuine).
Les Composés Activant la Sirtuine (STAC): molécules de longévité
La plupart des éliciteurs hormétiques étudiés forment un groupe de nutriments appelés composés activant la sirtuine (STAC). Appelés «nutriments de la longévité», ils activent les enzymes NAD désacétylase, qui jouent un rôle central dans l'activation de composés essentiels au maintien de la vie, appelés sirtuines. La voie de la sirtuine, également appelée voie de la longévité, semble favoriser un vieillissement en bonne santé et prévenir les pathologies liées à l'âge. En plus de qualités anti-vieillissement, les STAC possèdent des propriétés antidiabétiques et anti-obésité.

Ce groupe de nutriments a été découvert il y a quelques décennies lorsque des chercheurs ont découvert qu'un certain composé polyphénolique, à savoir le resvératrol, déclenche le gène de longévité SIRT1, qui prolonge la durée de vie des organismes. Les autres phénols identifiés dans ce groupe sont la butéine, le picéatannol, l'isoliquiritigénine, la fisétine et la quercétine, tous présents dans les fruits, les légumineuses, les noyaux, les graines, les racines et l'écorce.

Les aliments contenant du STAC comprennent les myrtilles, le raisin, les arachides et les fèves de cacao pour le resvératrol; les fraises,  les pommes et l’acacia pour la fisétine; les sources à base de plantes comprenant de la butéine sont le toxicodendron vernicifluum; le picéatannol dans la racine de mycorhize et dans l’aiphanes horrida; et l’isoliquiritigénine dans la licorice (réglisse). Notez que pratiquement tous les groupes de plantes contiennent de la quercétine.

Épices, vin et vinaigre: l’arsenal de longue vie de votre cuisine
Bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour découvrir de nouveaux éliciteurs et STACs, votre garde-manger pourrait déjà disposer d’un tel arsenal. L'utilisation d'herbes et d'épices communes peut enrichir votre régime alimentaire en molécules puissantes de guérison et d'anti-vieillissement. Les épices de plantes sans OGM contiennent des éliciteurs hor
métiques qui améliorent la résistance aux maladies et au vieillissement. On note parmi eux:



- cannelle

- piments

- lavande

- moutarde

- origan

- cumin

- thym

- romarin

- sauge

- curcuma
Les épices ont été utilisées traditionnellement pour la cuisine et la guérison, et vous pouvez certainement en profiter. Avoir des épices fraîches comme l'origan, le thym, la sauge et la cannelle à jeun le matin peut aider à stimuler, à désintoxiquer et à nourrir votre système avec ces molécules respectives qui protègent du stress.

Le vin rouge et le vinaigre sont intrinsèquement hormétiques, bien que leurs effets soient différents. Alors que les deux sont des activateurs des voies de longévité, le vin rouge stimule la voie des sirtuines via le resvératrol, tandis que le vinaigre est un activateur de la voie AMPK via l'acide acétique. Les deux sont de puissants mimétiques CR. Certains rapports attribuent au vinaigre des propriétés d'abaissement de la glycémie et de perte de poids. Pourtant, le vinaigre et le vin peuvent devenir contre-efficaces s'ils sont consommés en excès. Cela est dû aux effets acidifiants et alcooliques du vinaigre et du vin, respectivement.

Dans l’ensemble, l’utilisation des épices, du vin et du vinaigre dans la cuisine traditionnelle semble avoir plusieurs objectifs. En plus d’améliorer la palatabilité, ils aident à améliorer la réponse glycémique et à améliorer la valeur nutritionnelle du repas. Mais les herbes, les épices, le vin et le vinaigre ne représentent qu’une partie de ce groupe de nutriments hormétique. La partie la plus importante se produit dans les aliments que nous ne mangeons pas réellement.

NDLR : Le vin n’améliore pas la réponse glycémique (CG) des aliments à court terme. Il vaut mieux attendre d’avoir mangé la moitié du repas avant d’en boire (limité à 1 verre de vin rouge). L’alcool donne un effet accentué sur la glycémie.
suite sur le post suivant

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Ven 5 Avr 2019 - 11:58

Soyez Sale, Restez en Bonne Santé
On sait maintenant que la présence de bactéries dans le sol améliore la capacité de survie des plantes et améliore leur valeur nutritionnelle via l’activation de l’hormèse. On sait également que l’alimentation humaine primitive était basée sur des plantes sauvages, remplies d’éléments nutritifs. Ainsi, le corps humain a évolué pour adopter un régime alimentaire «sale» principalement à base de nutriments issus des plantes et de la terre. Notre corps n'est pas programmé pour un régime «stérile» à base d'éléments manufacturés plein de pesticides, fongicides et irradiés. Le sol est en effet une source exclusive d'espèces de bactéries bénéfiques, notamment le Bifidobactérium.

Bifidobactérium: le sauveteur probiotique (Probiotic Lifeguard)
De loin le déclencheur hormétique le plus efficace parmi le microbiote intestinal, ce probiotique originel se trouve dans le lait maternel de tous les mammifères et protège les nouveau-nés contre les infections et les maladies. Ainsi que le Lactobacillus acidophilus, le Bifidobactérium aide à combattre les agents pathogènes tout en produisant de profonds effets anti-inflammatoires et anti-obésité. Cela aide également à contrecarrer les effets indésirables des souches nocives / invasives. Vous trouverez plus d'informations sur le Bifidobactérium au chapitre 15.

Vitamine D: La vitamine qui offre une réponse au stress
La vitamine D est un autre produit important pour la stimulation hormétique, omniprésent chez les plantes et les animaux. Elle agit comme un produit anti-stress et a un caractère hormonal. Elle est autoproduite par les animaux et les plantes suite à l’exposition [directe] à la lumière UV et est la seule vitamine synthétisée grâce à la lumière du soleil. Les aliments contenant de la vitamine D comprennent le poisson, les œufs, les produits laitiers, les micro-algues et les herbes.
La vitamine D est dérivée du 7-déshydrocholestérol, qui se transforme en cholécalciférol (vitamine D3), qui est ensuite convertie par le foie et les reins en sa forme active, la 1,25-dihydroxyvitamine D3 (calcitriol). La vitamine D calcitriol agit pour permettre l’absorption adéquate des minéraux et permettre les fonctions neuromusculaires. Son rôle le plus important réside toutefois dans la résilience au stress. Le calcitriol renforce la résistance aux agents de stress mortels tels que les radiations et aide à prévenir les tumeurs malignes de la peau. Et comme d'autres éliciteurs hormétiques, il semble aider à lutter contre le vieillissement. Mais notez que le calcitriol nécessite des niveaux suffisants de calcium. Une carence en calcium peut la rendre contre-efficace. La niacine, un autre type de vitamine B3, agit également comme stimulateur hormétique ; c’est encore plus particulièrement le cas pour un métabolite de la niacine, appelé nicotinamide riboside (NR).
NDLR : Préférez la niacinamide, pas la niacine, si elle est supérieure à 15 mg, pour éviter les rougeurs de peau.

Nicotinamide Riboside: Un métabolite favorisant la survie
Le nicotinamide riboside (NR) est un métabolite de la vitamine B3 (niacine) qui joue un rôle essentiel dans la survie en situation de stress. Son impact dépasse de loin celui de la niacine elle-même. NR permet aux organismes de survivre dans des conditions extrêmes de famine et de difficultés qui les auraient autrement tués. Il stimule les concentrations tissulaires de NAD, une molécule nucléotide qui protège contre les dommages causés par le stress et les maladies (pour plus d'informations à ce sujet, voir dans la section suivante).

De plus, le nicotinamide riboside augmente la sensibilité à l'insuline et la biogenèse mitochondriale tout en renforçant les fonctions de la sirtuine. Comme indiqué précédemment, les sirtuines sont des composés qui régulent une variété de fonctions dans les cellules de mammifère qui prolongent potentiellement la vie, y compris l'inactivation de gènes, la protection contre la sénescence et la réplication. Et il y a plus. NR est une molécule fortement anti-obésité. Il déplace le métabolisme énergétique vers la combustion des graisses et l’éloigne du gain de masse grasse. Le nicotinamide riboside diminue les lipides sanguins, diminue la pression artérielle et facilite la dégradation des graisses en énergie.

Notez, cependant, que le NR est presque inexistant dans les aliments, à l'exception de traces dans les germes d'arachides et dans le lait des animaux nourris en pâturage et stressés sur le plan nutritionnel. Cette molécule de survie fait actuellement l’objet d’un grand intérêt scientifique, principalement en raison de ses utilisations potentielles dans les domaines de la santé mitochondriale, de l’anti-vieillissement et de la perte de poids. Et bien que les données scientifiques sur lesquelles repose NR semblent prometteuses, il existe néanmoins une forte probabilité que d'autres métabolites B3, avec une capacité anti-stress, aient un impact similaire sur la santé et la durée de vie des organismes. Comme indiqué plus haut, NR augmente le niveau d'une autre molécule de survie jouant un rôle encore plus central dans l'hormèse: le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD).

NAD : La batterie (life charger)
Le nicotinamide adénine dinucléotide (NAD) est un coenzyme pour les processus qui soutiennent la vie. En tant qu’activateur direct de la voie de la sirtuine, il joue un rôle fondamental dans l’homéostasie des tissus et l’extension de la vie.

NAD contrôle la machinerie qui fait ronronner la vie. Incroyablement, c'est la molécule qui détermine comment la restriction calorique prolonge la vie, car elle participe à la régulation des facteurs de transcription, à la réparation de l'ADN et à la longévité. Globalement, il s’agit d’une des molécules les plus critiques de la vie, et son impact dépend du niveau présent dans les cellules. Par conséquent, les niveaux de NAD doivent être maintenus intacts.

Tandis que des taux élevés de NAD dans les tissus indiquent une santé optimale, des niveaux en baisse sont associés à la maladie et au vieillissement. Et voici un autre fait important: l’efficacité du NAD dépend du niveau de son métabolite réduit, le NADH. Comprenez que le ratio cellulaire de NAD à NADH est un facteur déterminant: un ratio élevé favorise la santé et la résilience, tandis qu'un faible ratio est synonyme de faiblesse et de vulnérabilité.

NAD agit comme un fusible qui allume la machine de survie. Stimulé par NR (nicotinamide riboside), c'est un sous-produit de la dégradation de la niacine, qui survient dans des conditions de stress nutritionnel sévère. Par conséquent, les niveaux de NR et de NAD augmentent en période de pénurie alimentaire et de déficit énergétique. Des études sont nécessaires pour déterminer l'efficacité et la sécurité d'un produit alimentaire conçu pour reconstituer le NAD chez l'homme. Jusque-là, nous devons nous fier au régime alimentaire et à la sélection des aliments.

Nous savons maintenant que des diètes d’épuisement énergétique, tels que la restriction calorique et le jeûne intermittent, peuvent aider à augmenter les niveaux tissulaires des niveaux de NR et de NAD. Ingérer des pousses d'arachides et des produits laitiers provenant d'animaux élevés dans les pâturages, tels que des vaches, des moutons ou des chèvres, peut contribuer à accélérer ce processus.

Les graisses polyinsaturées : Des lipides qui permettent de résister au stress
Parmi la grande diversité d'éliciteurs et d'inhibiteurs de la réponse au stress, les acides gras méritent une attention particulière. Il a été rapporté que les graisses insaturées telles que celles trouvés dans les légumes verts, les noix, les graines et les poissons renforcent la réactivité cellulaire au stress et activent les gènes protecteurs du stress. La particularité des graisses insaturées est leur impact direct sur la réactivité des membranes cellulaires au stress. Les graisses insaturées augmentent la fluidité des membranes cellulaires, à l'instar de l'alcool, et améliorent ainsi la réactivité cellulaire.

Les avantages biologiques des graisses insaturées s'appliquent à toutes les espèces. Les plantes exposées au choc thermique, par exemple, survivent en améliorant la synthèse des acides gras insaturés dans les membranes cellulaires et offrent ainsi une meilleure capacité de survie. Ceci explique encore pourquoi la consommation de plantes stressées issues de la nature est si importante.

De même, la fluidisation des membranes cellulaires des mammifères par des acides gras insaturés agit comme un signal pour initier une réponse au stress et renforcer l'activité des protéines de choc thermique. L'ancienne recommandation d'augmenter l'apport d'aliments riches en huiles insaturées semble avoir un sens après tout. À mesure que la consommation de graisses plus insaturées et moins saturées rend les animaux et les humains plus sensibles au stress, ils deviennent plus résistants aux maladies et au vieillissement.

Alors que les nutriments hormétiques augmentent nos chances de rester en bonne santé et de vivre plus longtemps, tous ces effets peuvent en réalité être annulés par des substances anti-hormétiques, dont beaucoup sont présentes dans notre alimentation et nos produits ménagers. Dans le prochain chapitre, nous allons examiner ces composés. Il existe deux types de substances anti-hormétiques, alimentaires et chimiques. Nous commencerons par les nutriments.
Fin du chapitre 14.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty synergie entre la vitamine E et C et le sélénium

Message  Luc le Ven 5 Avr 2019 - 11:59

Commentaire NDLR : IL est exact que les oméga-3 vont contribuer à améliorer la fluidité des membranes et que cet effet est très positif. Néanmoins, on passe complétement sous silence la grande fragilité de ces membranes ainsi constituées (oxydation). Il faut les protéger avec un mélange de tocophérols et du bêta-carotène, et prévoir un recyclage de ces molécules. Lire à ce sujet l’interaction entre la vitamine E et C et le sélénium.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
En outre, on nous bassine avec l’effet favorable des oméga-3, sans mettre en garde contre la prise d’huile riche en oméga-6. Aucune huile ne convient dans cette optique !!!
Si vous voulez on pourra en discuter sur le lien prévu à cet effet:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Dim 7 Avr 2019 - 12:33

Chap. 14 Comment certains déclencheurs alimentaires de l’Hormèse prolongent la vie
Idées clés
• Les épices de plantes sans OGM contiennent des éliciteurs hormétiques qui améliorent la résistance aux maladies et au vieillissement.
• Certains nutriments déclenchent la même réponse bénéfique que celle de l’exposition ponctuelle au stress (effet hormétique).
- Berbérine, salicine, curcumine, quercétine, resvératrol, etc.
- Protéines de choc thermique, Vit D3 et métabolites de la niacine (B3).
• Seule la dose fait le poison : Il faut ajuster. En cure seulement si supplémentation. Maxi 1000 mg de polyphénols, étalé en 2 prises. Une synergie donnera un meilleur résultat. Par exemple resvératrol, quercétine + un 3ème, qui pourrait être du pycnogénol (OPC souvent issu du pin).
• La plupart des épices issus de plantes sans OGM contiennent des éliciteurs hormétiques qui améliorent la résistance aux maladies et au vieillissement. On note parmi eux: Cannelle, origan, cumin, thym, romarin, sauge, etc.
• Le vin rouge (avec modération) et le vinaigre sont intrinsèquement hormétiques, bien que leurs effets soient différents. Le vin rouge stimule la voie des sirtuines via le resvératrol, tandis que le vinaigre est un activateur de la voie AMPK via l'acide acétique. Les deux sont de puissants mimétiques CR. Mais ils peuvent devenir contre-efficaces s'ils sont consommés en excès (effets alcooliques du vin et acidifiants du vinaigre).
CR = calorie restriction
• Les oméga-3 contribuent à la fluidisation des membranes cellulaires et à la transmission des influx. Avec un bémol cependant : IL faut protéger la fragilité de ces membranes contre la peroxydation lipidique (ROS).

Infos et Contrindications aux polyphénols :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]   
Une flore intestinale, en équilibre (avec Bifidobactérium et Lactobacillus acidophilus) aide à combattre les agents pathogènes tout en produisant de profonds effets anti-inflammatoires et anti-obésité.

Infos sur la synergie entre les vitamines antioxydantes
« La vitamine C régénère la vitamine E et la vitamine E protège le β-carotène, aidée en cela par les polyphénols. En cas de supplémentation en β-carotène, la vitamine C régénère la vitamine E et le β-carotène, et le β-carotène semble protéger la vitamine E sans qu’on puisse expliquer réellement ce phénomène »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


pdf du chapitre 14 (traduction de larges extraits)
Fichiers joints
Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Attachment
The 7 Principles of Stress. chap 14.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(103 Ko) Téléchargé 5 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  yoz le Mar 9 Avr 2019 - 14:37

Merci Luc pour ton travail et ton partage.

As-tu un document PDF qui reprend tous les chapitres ? J'aime bien lire au calme sur du papier....

Bonne journée sunny

Yoz Basketball
yoz
yoz
Accro
Accro

Messages : 310
Date d'inscription : 30/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mar 9 Avr 2019 - 15:47

yoz a écrit:As-tu un document PDF qui reprend tous les chapitres ? J'aime bien lire au calme sur du papier....
Oui, mais il est en anglais, texte original (docX). Quand je serais arrivé à la fin du livre, je ferais une compil des traductions en pdf, et on passera par wetransfer.com
Il faudra me le rappeler en MP. Quand tu verras la mention "Fin du compte-rendu".
PS: Uniquement pour les lecteurs du forum déjà inscrits, au moment où je posterais ce lien.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 10:57

Chapitre 15 – Ingrédients alimentaires anti-hormèse
Comment les inhibiteurs alimentaires de l’hormèse raccourcissent la vie
Idées clés

• Le sucre ajouté, l’alcool, les aliments à base de farine raffinée, d’édulcorants artificiels, de glutamate monosodique (MGS), d’additifs chimiques et / ou d’OGM sont considérés comme anti-hormétiques. C’est de la malbouffe ! Et on est cerné (un peu moins qu’aux USA, quand même).
• La toxicité du sucre peut survenir indépendamment du degré de qualité-santé de votre régime.
Les aliments complets contenant des sucres naturels tels que les fruits, les légumes-racines et les produits laitiers sont sûrs et bénéfiques.
• Le fructose ajouté perturbe le métabolisme du corps et dévaste le foie.
• Les édulcorants artificiels perturbent l’activation des récepteurs à glucose de l’intestin et plus encore le microbiote.
• Le microbiome peut être facilement altéré / modifié par le biais de médicaments et de changements alimentaires.
La technologie OGM perturbe l’activité de nos gènes et modifie l'épigénome. Cela peut entraîner des changements irréversibles dans tous les principaux écosystèmes.

De plus larges extraits sur le post suivant ...


Dernière édition par Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 21:07, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 11:10

Chapitre 15. INGRÉDIENTS ALIMENTAIRES ANTI-HORMÉTIQUES
Comment les inhibiteurs alimentaires de l’hormèse raccourcissent la vie


Les ingrédients anti-hormétiques sont des toxines cachées qui inhibent la réponse au stress et raccourcissent la vie. Cette catégorie comprend des substances telles que le sucre et la farine raffinée, des édulcorants artificiels, de l’alcool, du glutamate monosodique, des additifs chimiques et des organismes génétiquement modifiés. Ces ingrédients existent dans toutes les catégories d'aliments, la malbouffe et les aliments diététiques. Bien qu'ils suscitent de plus en plus d'inquiétudes, la plupart d'entre eux sont toujours considérés comme des produits normaux que les gens ont tendance à négliger.

Mais les substances anti-hormétiques ne sont pas des aliments normaux. Leur impact combiné menace maintenant la survie des espèces sauvages et représente certainement une menace sérieuse pour nous. Les substances inhibant la réponse au stress diminuent notre capacité à résister aux facteurs de stress quotidiens et à maintenir la santé. Le sucre seul a été montré pour causer la progression des maladies de syndrome métabolique avec le vieillissement accéléré et le cancer. Les conséquences associées aux substances anti-hormétiques incluent:
 Intolérance au stress
 Résistance à l'insuline
 Obésité
 Diabète
 Inflammation
 Dépression
 Vieillissement prématuré
 Malignité
 Durée de vie raccourcie
Parmi les nombreuses substances anti-hormétiques, celles qui nous intéressent le plus sont celles que nous utilisons le plus.

Le sucre
Le sucre, également appelé saccharose, est un simple disaccharide composé de glucose et de fructose, disponible sous forme de sucre blanc [raffiné], cassonade, malt, molasse, sirop d'érable, miel et d'une variété de sirops issus de céréales et de racines. En tant que substance qui apporte une énergie rapide, le sucre a un effet inhibiteur instantané sur la réponse au stress. Une fois consommé en excès, il devient littéralement toxique. Selon des rapports récents, la toxicité du sucre est réelle. Il peut conduire au diabète, à l'obésité, à une virilité diminuée, à un vieillissement accéléré et à une espérance de vie raccourcie. Le sucre est à la fois essentiel (quintessential) et euphorisant (narcotic). Nous ne pouvons pas vivre avec [lui seul] et nous ne pouvons pas vivre sans. Pratiquement tous les régimes et maladies modernes sont centrés sur le sucre.

Toxicité du sucre
Des études récentes ont démontré que le sucre était toxique sur le plan clinique, même à des doses généralement considérées comme sans danger. Des scientifiques de l'Université de l'Utah ont rapporté que des souris nourries avec un excédent de sucre équivalent à la consommation humaine de trois sodas, avec un régime conçu pour imiter un régime alimentaire sain, réduisaient la durée de vie des animaux de 50% et réduisaient la reproductivité mâle de 25% – tout cela. En raison de la toxicité liée au sucre. (1) Incroyablement, quelle que soit la santé des souris, les excès de sucre ont provoqué des symptômes liés à la toxicité.
1. James S. Ruff et al. “Human-Relevant Levels of Added Sugar Increase Female Mortality and Lower Male Fitness in Mice”. In Nature Communications 4. 2013. 2245. doi:10.1038/ncomms3245 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
=> 25% des calories dans un mélange de fructose et de glucose, imitant un sirop de maïs à haute teneur en fructose.

Des études antérieures utilisant de fortes doses de sucre imitant la quantité que les gens consomment généralement dans les boissons sucrées, les produits de boulangerie et les bonbons ont montré des effets similaires liés à la toxicité. La conclusion est claire: le sucre est une toxine et doit être traité comme telle. La toxicité du sucre peut survenir indépendamment du degré de qualité-santé de votre régime. Ce qui a été considéré comme une consommation humaine normale de sucre provenant de boissons non alcoolisées seules peut être toxique sur le plan clinique et avoir ainsi des conséquences sur la vie et la virilité.

Ce saccharide à six carbones est mauvais pour votre cœur et nuisible pour votre vie sexuelle. On sait maintenant que le sucre est une substance qui inhibe / abaisse la sexualité, de même que les produits dérivés (à base de). Alors que la consommation de sucre dans le régime alimentaire américain ne cesse d'augmenter, les taux de syndrome métabolique et de troubles liés à la dysfonction sexuelle le sont également. Compte tenu des derniers rapports sur la toxicité du sucre, on peut se demander si la consommation «normale» de sucre est une configuration pour aboutir à un échec sexuel. La personne moyenne aujourd'hui a-t-elle tendance à vieillir sexuellement plus vite et à devenir moins virile sans s'en rendre compte?

Faits établis à propos du sucre
■ Le sucre ajouté est toxique même lorsqu'il est consommé en quantité généralement modérée.
■ Le corps ne peut tolérer le sucre que dans des conditions d'épuisement du glycogène, mais cette fenêtre d'opportunité est perdue une fois les réserves de glycogène reconstituées.

Les aliments complets contenant des sucres naturels tels que les fruits, les légumes-racines et les produits laitiers sont sûrs et viables / profitables.

Fructose
Le fructose est un composant mono-saccharidique du sucre naturellement présent dans les fruits. Sous cette forme, il est accompagné de cofacteurs qui permettent une digestion et une utilisation appropriées. Ce n'est pas le cas du fructose industriel, qui est plus toxique que le sucre lui-même. Lorsqu'il est consommé sous sa forme industrielle, le fructose perturbe le métabolisme du corps, car il contourne la réponse à l'insuline et dévaste des organes insulino-dépendants, tels que le foie.

Le foie, dont le métabolisme du sucre est insulinodépendant, n’est pas programmé pour utiliser le fructose et devient donc extrêmement vulnérable à l’accumulation de fructose. Désireux d'empêcher une telle accumulation et d'accélérer l'élimination du fructose, le foie le convertit en lipides, dont la plupart sont déversés dans la circulation sanguine, le reste restant dans le foie. Les conséquences incluent une augmentation des lipides sanguins, une stéatose hépatique et une progression des troubles associés à une dyslipidémie. La consommation excessive de fructose a été liée au diabète et à l'obésité. Aucun doute: cette substance industrielle apparemment à faible indice glycémique est l’une des substances les plus nauséabondes et grossissantes connues.

Le fructose raffiné est également un contributeur majeur au vieillissement. Très réactif avec les protéines dans un processus connu sous le nom de glycation (réaction de Maillard), le fructose raffiné induit le vieillissement des cellules et des tissus en formant une protéine défectueuse appelée produit final de glycation avancée (AGE). La formation des AGE est irréversible. Comme la consommation de fructose reste constamment élevée, les AGE ont tendance à s'accumuler et à réagir avec les protéines cellulaires et l'ADN pour rendre les tissus et les organes irréversiblement âgés / vieillis.

Le fructose industriel est couramment disponible sous les formes de cristaux de fructose cristallin (sucre fin) et de sirop à haute teneur en fructose (HFS), qui sont tous deux dérivés principalement du maïs. Une autre source est le sirop d'agave, dérivé de la plante d'agave. Tous les produits à base de fructose ont des niveaux de douceur supérieurs ou équivalents à ceux du saccharose (càd qu’il en faut moins pour sucrer, ndlr).

Faits établis à propos du fructose
Le fructose raffiné est mal absorbé par le tractus gastro-intestinal et est donc rejeté presque entièrement dans le foie, ce qui tend à le convertir en graisse et en triglycérides.
■ Un lien direct a été trouvé entre une consommation élevée de fructose, des triacylglycérides (triglycérides)  élevés et le mauvais cholestérol (LDL et VLDL) associé à une augmentation du ratio taille-hanches et à la progression de l'obésité.
■ Un apport élevé en fructose chez les enfants aurait une incidence sur leur risque futur de maladie cardiovasculaire.
■ La charge de fructose par habitant n'a cessé d'augmenter parallèlement à celle de sucre. Des enquêtes continues sur l'apport alimentaire indiquent que la personne moyenne consomme environ 80 grammes de sucre ajouté par jour, dont environ la moitié est du fructose.
Bien que riches en fructose d'origine naturelle, les fruits entiers constituent une part essentielle de l'alimentation humaine et sont donc viables / profitables et tolérables. Cela est dû à la présence de nutriments de soutien à l’insuline ainsi qu’à des éliciteurs de réponse au stress et à des fibres, qui contribuent en outre au métabolisme sain du sucre.

En conclusion, étant plus toxique que le sucre, le fructose industriel devient extrêmement nocif lorsqu'il est ingéré en grande quantité. La consommation de fructose cristallin et de sirop de maïs à haute teneur en fructose a été liée à l'obésité, au diabète, à la dyslipidémie et à la stéatose hépatique. Contrairement au fructose industriel, le fructose naturellement présent dans les fruits entiers et les légumes-racines est sûr et viable / profitable.
 
Édulcorants artificiels
On peut se souvenir des édulcorants artificiels comme de la plus grosse erreur de l'industrie alimentaire. Ces substances anti-hormétiques prétendent être des édulcorants non caloriques non nutritifs et donc bénéfiques pour les personnes à la diète et les diabétiques. La science, cependant, prouve que rien n'est plus éloigné de la vérité. Une étude récente publiée dans la revue Nature révèle que non seulement les édulcorants light n'offrent pas les avantages escomptés du remplacement du sucre, ils favorisent en réalité l'obésité et les troubles liés au diabète de manière plus agressive que le sucre lui-même
2. Jotham Suez et al. Artificial sweeteners induce glucose intolerance by altering the gut microbiota. 2014. In Nature 514:7521. doi:10.1038/nature13793
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
=> Our results link NAS consumption to dysbiosis and metabolic abnormalities (NAS = Non-caloric artificial sweeteners).



Obésité et Effets secondaires diabétiques
Les chercheurs ont administré des doses de saccharine (Sweet’N Low), de sucralose (Splenda) et d’aspartame (Equal) disponibles dans le commerce à l’eau potable des souris. Les résultats ont montré qu'après onze semaines, les groupes nourris avec des édulcorants artificiels développaient une intolérance marquée au glucose, supérieure à celle du groupe nourri au sucre. Selon l’étude, les effets secondaires liés à l’obésité et au diabète étaient dus à l’activation des récepteurs à glucose de l’intestin qui sur-stimulait l’insuline, et plus encore aux effets dus la perturbation du microbiome (bactéries intestinales).

Apparemment, les édulcorants artificiels augmentent la colonisation par des bactéries pathogènes, du genre Clostridium, qui contiennent des espèces liées au syndrome métabolique et aux infections. Il a été rapporté que ces agents pathogènes nocifs augmentaient la manifestation des lipopolysaccharides (LPS), molécules pro-inflammatoires responsables de l'obésité connues pour favoriser la prise de poids excessive et l'intolérance au glucose chez l'homme et d'autres animaux.

Le fait qu’une grande partie de la population, les personnes à la diète et les diabétiques en particulier, consomment quotidiennement des édulcorants artificiels, sans se rendre compte des dommages que ces produits chimiques causent. Les produits connus avec édulcorants artificiels comprennent les boissons diététiques, les barres et chocolats à faible teneur en glucides, les poudres de protéines, les barres nutritionnelles, les gommes à mâcher sans sucre et les crèmes glacées sans sucre ajouté.
Suite sur le post suivant

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Impact des polyols

Message  Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 11:13

Sucres polyols (dérivés de sucres d’alcool)
Le polyol est un ingrédient commun dans les produits à faible teneur en glucides et les produits diététiques ayant la réputation de provoquer des ballonnements et un effet laxatif. Également connu sous le nom de polyol ou de glycérine, il est fabriqué par hydrolyse du sucre. L’usage généralisé de polyols suscite de graves préoccupations. Le polyol industriel est une substance raffinée avec laquelle le corps humain n’a pas évolué. Contrairement aux polyols issus des plantes, qui en produisent naturellement à des concentrations très faibles et tolérables, son équivalent industriel est utilisé à des concentrations trop élevées qui sont non naturelles et toxiques. L'alcool de sucre n'est pas viable / recommandable si consommé de manière importante.

Faits sur le sucre d’alcool (polyols)
■ C’est glycémique et toxique.
■ Malgré son taux d'entrée plus lent dans la circulation sanguine par le tube digestif que par le sucre, il est néanmoins absorbé et converti en sucre et en glycogène - principalement par le foie - et induit ainsi des réactions glycémiques même lorsqu'il est consommé à des quantités normales. Un gain de poids a été observé en cas de consommation excessive.
Comme il est incomplètement digéré, le sucre-alcool typique provoque des effets gonflants et laxatifs, même servi en une seule portion. Les effets secondaires de fermentation dus aux polyols ne sont pas seulement désagréables; ils peuvent entraîner une toxicité métabolique et des troubles déformants de l'intestin. Mais le pire est la question de l'obésité.
Il nourrit les microbes intestinaux responsables de l'obésité. Une étude récente publiée par le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism a révélé que le sucre-alcool nourrit certains microbes intestinaux producteurs de gaz, appelés Archaea méthanogènes, qui sont à l'origine de l'obésité chez des modèles animaux et humains (3). Ces microbes intestinaux produisent du méthane, d’où les effets secondaires (gaz intestinaux). Le méthane contenu dans l'air expiré a été associé à une masse corporelle supérieure (IMC) et à une susceptibilité accrue à la prise de poids. Apparemment, dans le cas de la consommation de sucres-alcool, la mauvaise haleine n’est pas seulement un signe de mauvaise digestion, elle peut aussi être un symptôme de vulnérabilité à l’obésité.
3. R. Mathur et al.2013. “Methane and Hydrogen Positivity on Breath Test Is Associated With Greater Body Mass Index and Body Fat” in JCEM. doi:10.1210/jc.2012-3144
=> Most likely due to colonization with the hydrogen-requiring M smithii, which affects nutrient availability for the host and may contribute to weight gain
.
Suite sur le post suivant

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Monosodium Glutamate neurotoxique et obésogène

Message  Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 11:18

Monosodium Glutamate d’origine industrielle (MSG)
Il existe deux types de MSG: industriel et naturel, ayant apparemment des effets opposés sur le corps. Le MSG industriel est un sel rehaussant la saveur, généralement ajouté à des produits alimentaires tels que des cubes de bouillon, des attendrisseurs pour la viande, des aromatisants avec épices, des conserves, des surgelés, des chips, des sauces, des soupes instantanées et des aliments fast food. De plus en plus de preuves indiquent que le MSG industriel est à la fois neurotoxique et obésogène. Les effets induisant l’obésité du MSG ont été démontrés dans plusieurs études sur des animaux où il a été rapporté que le MSG provoquait une hyper-insulinémie ainsi qu’une résistance à l’insuline et une augmentation de la production de lipides entraînant un gain de poids excessif.

En tant que neurotoxique, le MSG industriel présente un risque grave, même lorsqu'il est consommé dans des portions types appliquées dans des préparations alimentaires. Mais ce qui le rend encore plus dangereux est son impact addictif. Le MSG se lie aux récepteurs opioïdes dans le cerveau, ce qui améliore le goût des aliments et favorise la suralimentation. C'est pourquoi les fabricants de produits alimentaires aiment ajouter du MSG à leurs produits, bien que sous des noms différents. Les consommateurs sont invités à vérifier sur les étiquettes la présence d'ingrédients MSG, souvent répertoriés sous les noms suivants:
levure hydrolysée (dans les arômes et les épices)
hydrolysat de protéines (dans les produits de nutrition sportive et les préparations pour nourrissons)
hydrolysat d'amidon (alcool de sucre dans les produits à faible teneur en glucides)
maltodextrine (dans toutes sortes de produits transformés)
arôme artificiel (dans les produits diététiques, de nutrition sportive et de boulangerie)
caséinate (dans les poudres et les barres de protéines, les produits laitiers, les crèmes glacées et les produits de boulangerie)
hydrolysat de protéines de lactosérum (dans les produits de nutrition sportive)
aspartate (dans les suppléments, les substituts de repas et les barres nutritionnelles)

MSG naturellement présent
Le MSG d'origine naturelle est un produit de la fermentation naturelle qui semble avoir été précoce dans la chaîne alimentaire humaine. Contrairement au MSG industriel, le MSG naturel est produit à de très faibles concentrations et agit dans ce cas comme un agent hormétique. Selon le principe de stress 3, le MSG peut aider à soulager les symptômes de toxicité causés par le MSG industriel. Par conséquent, les MSG d’origine naturelle telle que le kimchi, la choucroute, le yogourt, le kéfir et le cacao renforcent vos défenses et favorisent votre bien-être.

En conclusion: alors que les MSG industriels sont toxiques, obésogènes et anti-hormétiques, les MSG naturels, comme dans les aliments naturellement fermentés, sont détoxifiants, protecteurs du métabolisme et hormétiques.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Microbiote perturbé et obésité

Message  Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 11:24

Probiotiques causant l'obésité
Les probiotiques sont des bactéries vivantes connues pour soutenir la bonne santé de la flore intestinale, protéger contre les agents pathogènes intestinaux, prévenir l’infection par les levures [envahissantes], soulager la constipation et renforcer le système immunitaire du corps. Des rapports récents, cependant, soulèvent de sérieuses préoccupations au sujet de certaines souches probiotiques les plus populaires et de leurs effets sur notre santé et notre forme physique.

Des bons probiotiques qui deviennent nocifs
Selon une étude récente publiée dans Nature, il a été démontré que les bactéries probiotiques du phylum Firmicutes étaient à l'origine de l’obésité chez les animaux lorsque la population de ces Firmicutes augmentait par rapport à d'autres espèces appelées bactéricides (4). Parmi les probiotiques récemment découverts et responsables de l'obésité, on trouve: des souches liées aux espèces de Lactobacillus bulgaricus et L. planetarium, qui sont des ingrédients communs dans de nombreux produits probiotiques. Apparemment, quand ils sont envahissants et que l’équilibre est alors rompu, ces soi-disant bons probiotiques nuisent à la capacité de l’organisme à réguler son poids et à maintenir sa santé. En termes clairs, l’excès de bactéries Firmicutes dans l’intestin est un facteur révélateur de l’obésité et de l’intolérance au glucose.

Les troubles associés à l'obésité et à l'intolérance au glucose ont déjà été associés à des agents pathogènes tels que l'Archaea méthanogène, un agent pathogène produisant du gaz, favorisé par les sucres-alcools (polyols); les lipopolysaccharides (LPS); et plusieurs souches de levures pathogènes telles que Candida albicans, qui touchent une grande partie de la population humaine.
4. Didier Raoult. “Probiotics and Obesity” 2009.  doi:10.1038/nrmicro2209 616
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
4’. Nathalie Delzenne et al. “No causal link between obesity and probiotics”. In Nature Reviews Microbiology. 2009.  doi:10.1038/nrmicro2209 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
=> No human study cited by Raoult showed a statistically significant increase in weight gain for subjects who were given probiotics compared to those who were given a placebo
.

Bifidobactérium et Acidophilus comme agents sauveteurs
Selon les données issues de la recherche, les bons gars dans ce domaine sont les espèces Bifidobactérium et Lactobacillus Acidophilus. Les espèces de Bifidobactérium en particulier ont un bilan impressionnant dans la lutte contre l'obésité et l'intolérance au glucose causées par de mauvais régimes alimentaires ou par la manifestation d'agents pathogènes dans l'intestin chez les animaux et les humains. Une étude récente publiée dans le Journal EPMA a révélé que le traitement à base de Bifidobactérium inversait les troubles liés à l'obésité chez les rongeurs obèses ayant reçu une injection de MSG ayant occasionné de l'obésité.
5. R.V. Bubnov et al. 2015. Dans EPMA Journal. “Probiotics and immunity: provisional role for personalized diets and disease prevention”. doi:10.1186/s13167-015-0036-0

Bifidobactérium est un probiotique conservé au cours de l'évolution. Il est présent dans le lait maternel, où il joue un rôle vital dans la protection du nouveau-né contre les infections pathogènes et dans le développement sain des jeunes enfants. Il joue également un rôle important dans la durabilité d'un physique maigre tout au long de la vie adulte. Bifidobactérium se nourrit d'un certain type de fibres prébiotiques telles que les racines, les légumineuses et les légumes.

Le microbiote
Le corps humain contient un microbiote résident avec un ADN combiné 100 fois plus grand que celui de votre propre génome. Ces micro-organismes résidents modulent vos activités géniques et dictent la direction des fonctions métaboliques vitales, y compris celles qui régulent les fonctions immunitaires, la digestion, la croissance et le poids corporel. Cependant, la population résidante du microbiome peut être facilement manipulée par le biais de médicaments et de changements alimentaires. La perturbation de la flore intestinale au profit de micro-organismes pathogènes nous rend vulnérables aux troubles de la digestion, à la prise de poids, à la résistance à l’insuline, aux infections et au vieillissement [prématuré].

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Les OGM perturbent l'épigénome

Message  Luc le Jeu 11 Avr 2019 - 11:29

Les organismes génétiquement modifiés (OGM)
Les substances artificielles les plus dangereuses sont probablement les organismes génétiquement modifiés (OGM). Un OGM est un organisme tel qu'une plante, un animal ou une bactérie dont le génome est modifié par le biais du génie génétique pour répondre aux intérêts des industriels. Les technologies du génie génétique ont été couramment utilisées dans les domaines agricole, pharmaceutique et nutritionnel pour donner des multiples produits. Il s'agit notamment du maïs résistant aux parasites, du tabac pharmaceutique, des bactéries génétiquement modifiées utilisées dans les biocarburants, des animaux transgéniques destinés à la recherche pharmaceutique et même des animaux d'élevage tels que les porcs, les chèvres, les vaches et les poissons génétiquement modifiés pour obtenir des aliments avec des «propriétés nutritionnelles avancées».

Malgré l'inquiétude croissante du public, les produits OGM continuent à envahir même les magasins d'aliments naturels. Pratiquement tous les produits fabriqués avec ces ingrédients sont rendus génétiquement modifiés. Pourtant, les défenseurs du génie génétique louent les avantages potentiels de cette technologie pour la médecine humaine et le bien-être. Dans quelle mesure la technologie GM est-elle bonne (ou mauvaise)? Où se trouve la vérité?

Guerre contre l’évolution
Bien que la technologie du génie génétique semble contribuer à des innovations pharmaceutiques et agricoles, les conséquences de son utilisation sont loin d'être bénéfiques ou valables. En termes simples, rien n’est moins naturel et inhumain que le génie génétique. La technologie GM perturbe un programme de plusieurs milliards d'années au cours duquel tous les êtres vivants de la planète ont évolué: l'épigénome.

L'épigénome est un programme principal qui traite les informations et régule les fonctions métaboliques essentielles de tous les systèmes biologiques. Cette information est véhiculée par de petites molécules d'ARN appelées microARN (miARN), qui s'apparentent à des micro-puces biologiques. Elles modulent les activités des gènes et l’équilibre entre eux est déterminant. Cet équilibre, appelé profil miARN, dicte quel type d’information épigénétique est transmis. Incroyablement, ces informations peuvent être transférées d'un organisme à un autre. Il est intéressant de noter que le profil miARN dans un aliment code des informations uniques pour chaque aliment. Ceci est une propriété critique. Les informations épigénétiques contenues dans une substance alimentaire affectent la santé et le bien-être de l'animal ou de l'homme qui consomme cette substance. Cela signifie que les informations figurant dans le profil miARN du brocoli, par exemple, induisent des effets spécifiques attribués à cette plante, qu’il s’agisse d’un équilibrage hormonal ou d’une protection contre le cancer du côlon. Mais cela signifie également que tout changement dans ce profil de miARN, par génie génétique, peut supprimer les propriétés et avantages originaux du brocoli. La même chose vaut pour d'autres sources alimentaires.

Les miARN jouent non seulement un rôle clé dans la résistance au stress; ils participent à la régulation du silençage des gènes (capacité de réduire au silence), ce qui est essentiel pour prévenir les erreurs génétiques, le cancer et le vieillissement. Toutes ces fonctions vitales peuvent être interrompues ou supprimées par le génie génétique.

En conclusion: votre corps a évolué pour dépendre des informations épigénétiques issues des sources alimentaires primaires  – les mêmes sources qui constituaient le régime alimentaire de l’homme primitif. L’association entre la santé humaine et l’épigénome alimentaire est inhérente aux profils d’ARNmi qui ont permis à notre espèce de résister aux maladies et au vieillissement, et qui doit rester inchangé. De mauvaises informations épigénétiques peuvent rendre les aliments toxiques et mortels. L’incidence possible de la contamination génétique par les aliments n’est plus une [lointaine] possibilité effrayante. Si la technologie génétique continue de diffuser son impact sur la planète, les plantes sauvages disparaîtront, de même que les animaux dont la vie dépend de ces plantes. Cela peut entraîner des changements irréversibles dans tous les principaux écosystèmes, où la vie telle que nous la connaissons cessera d'exister.

Rappelez-vous une chose: vérifier si votre nourriture est faite avec des ingrédients OGM est aussi critique que de vérifier si votre nourriture est empoisonnée.
Fin du chapitre.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Les engrais font perdre aux plantes leurs propriétés médicinales

Message  Luc le Ven 12 Avr 2019 - 13:11

Chapitre 16 LES PRODUITS CHIMIQUES ANTIHORMÉTIQUES - Comment les suppléments, engrais et pesticides synthétiques détruisent notre santé.
Idées clés
• Les antioxydants en excès inhibent la réponse au stress et perturbent les fonctions vitales. Les défenses cellulaires sont bloquées.
• Les antioxydants synthétiques sont comme les pesticides: ils diminuent la capacité de réaction et d'adaptation.
• La sur-fertilisation des plantes s'apparente à la suralimentation des animaux.
Les pesticides, herbicides, insecticides et fongicides utilisés pour protéger les plantes contre les parasites les privent de leurs propriétés nutritionnelles et hormonales.
• Ces toxines s'infiltrent dans notre chaîne alimentaire, des plantes aux poissons et aux animaux (écoulements des eaux).
• L'acidification des sols perturbe la symbiose écologique entre les plantes et le microbiote, qui affecte non seulement la faune, mais aussi les espèces domestiquées et les humains.
Suite sur le post suivant (de plus larges extraits)

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Les produits chimiques contaminent la chaîne alimentaire

Message  Luc le Ven 12 Avr 2019 - 13:22

Chapitre 16

Comment les suppléments, engrais et pesticides synthétiques détruisent notre santé.

Notre corps n'est pas programmé pour ce qui non naturel, pourtant nous vivons dans un monde où la quantité de produits chimiques artificiels et de substances synthétiques qui polluent nos vies à un rythme toujours plus rapide. Ce qui rend cela encore pire est la trivialité de cette situation. Les gens en général ne réalisent pas à quel point ce genre de produit est dangereux et la plupart n’y réfléchissent pas. Nous allons couvrir ici trois catégories connues de produits chimiques, en commençant par certaines des substances les plus controversées.

Nutriments synthétiques
Les nutriments synthétiques sont des produits chimiques ayant une similarité moléculaire avec les vitamines et les antioxydants. Ils sont couramment utilisés comme suppléments nutritionnels pour prévenir les carences et améliorer les performances. Dans ce chapitre, nous allons remettre les pendules à l’heure sur leur véritable impact.

Il est bien connu que les nutriments contenus dans les fruits et les légumes sont bénéfiques pour la santé et la longévité, mais il existe une grande méconnaissance des effets de leurs équivalents synthétiques. La vitamine C synthétique, l'ascorbate, et la vitamine E, par exemple, ne semblent pas favoriser la longévité, et il en va de même pour les autres nutriments synthétiques. Et plus encore: nous savons déjà que les antioxydants synthétiques inhibent la réponse au stress en raison de leur structure non naturelle et de leurs concentrations trop élevées. En surchargeant le potentiel oxydant cellulaire, ils inhibent la libération de protéines de choc thermique et nuisent à l'adaptabilité au stress.

Fondamentalement, les antioxydants synthétiques sont comme les pesticides: ils diminuent la capacité de réaction et d'adaptation au stress. Pourtant, les fabricants de suppléments continuent de pousser / faire la publicité pour ces substances, affirmant que "plus on a d'énergie, mieux c'est." Mais dans ce cas, plus, c'est non seulement moins, c'est en réalité néfaste. Il a été démontré que les antioxydants pris en quantité élevée bloquent les défenses cellulaires, comme le montrent de récents rapports révélant que la supplémentation en antioxydants en quantité élevée altère les performances des animaux et diminue leur capacité d'adaptation à l'exercice.

De plus, il a été prouvé que les antioxydants synthétiques induisent des effets similaires à l'excès de calories en termes de durée de vie. Une étude récente a révélé un lien direct entre la supplémentation en antioxydants et l'inhibition du gène de la longévité SIRT3. (1) Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour élucider l'impact réel des dosages d'antioxydants sur la santé physique (fitness) et la longévité humaines.
1. Thys M. H. Eijsvogels, Silvana Molossi et al. “Exercise at the Extremes”, Journal of the American College of cardiology. 2016 DOI: 10.1016/j.jacc.2015.11.034

Pesticides
Semblables aux nutriments synthétiques, les pesticides diminuent la capacité des organismes à se défendre de manière indépendante. Utilisé pour tuer ou atténuer les nuisibles, ce groupe comprend les herbicides, les fongicides, les insecticides, les termiticides, les rodenticides, les bactéricides, les répulsifs pour animaux et les désinfectants, qui sont tous des inhibiteurs de la réponse au stress et de l'hormèse.

Le pesticide typique est un agent biologique conçu pour détruire ou éliminer les parasites tels que les insectes, les microbes, les mauvaises herbes et les vers. En réalité, toutefois, ces produits chimiques sont souvent plus toxiques pour les animaux et les humains que pour les organismes nuisibles. On sait maintenant que les insectes et les parasites microbiens peuvent développer une résistance aux pesticides, contrairement aux animaux et aux humains.

Les conséquences associées à l'exposition aux pesticides comprennent les dommages neurologiques, la paralysie, la stérilité et la malignité. Les pesticides chimiques de premier plan tels que les organochlorés et les organophosphorés présentent une toxicité extrême car ils perturbent les neurotransmetteurs clés et provoquent la paralysie et la mort. D'autres produits chimiques tels que les herbicides phenox et acide benzoïque fonctionnent comme des agents de croissance, ce qui occasionne une croissance cellulaire incontrôlée, et détruit / perturbe le système de transport nutritionnel des plantes. Étant des agents de croissance, ces produits chimiques présentent également un risque notable pour les animaux et les humains. On sait maintenant que les pesticides provoquent des altérations métaboliques et hormonales associées à la stérilité et au cancer. L’exposition aux pesticides a été liée à diverses formes de cancer, notamment le lymphome non hodgkinien, la leucémie et le cancer lié aux œstrogènes.

De plus, comme les pesticides polluent l'air, l'eau et le sol, ils contribuent de manière persistante à la destruction de la faune. Les pesticides chimiques perturbent la pollinisation, essentielle pour des espèces telles que les oiseaux et les abeilles, dont certaines sont en voie d'extinction. Dans l’ensemble, il a été démontré que les pesticides brisaient la reproductibilité, gênaient le développement des nouveau-nés et réduisaient la survie des espèces.

Les pesticides chlorés d'hydrocarbures et les organophosphates, qui tendent à s'accumuler et à être retenus dans les tissus adipeux et les glandes mammaires, sont particulièrement préoccupants et menacent l'existence même de l'espèce. Certains de ces produits chimiques se retrouvent maintenant dans le lait maternel humain, ce qui soulève de sérieuses préoccupations quant à la santé et à la reproductivité des populations humaines et de leurs générations [ultérieures].

En conclusion: les pesticides sont des polluants anti-hormétiques majeurs qui s'accumulent dans le corps des humains et des autres animaux, où ils inhibent la réponse au stress et perturbent les fonctions métaboliques vitales essentielles à la reproduction et à la survie.

Les engrais
Les engrais sont des substances utilisées pour augmenter le rendement des plantes cultivées. Ils sont porteurs d'éléments tels que l'azote, le phosphore et le potassium, qui sont en principe essentiels à la croissance des plantes. Les engrais chimiques délivrent ces éléments sous des formes telles que le nitrate d'ammonium, les superphosphates et les sels de potassium; Les engrais naturels utilisent les déchets végétaux et animaux, souvent accompagnés de boues d’épuration et d’organes d’animaux abattus, comme sources d’aliments pour les plantes.

La sur-fertilisation des plantes s'apparente à la suralimentation des animaux. Cela rend les plantes «obèses» et intolérantes au stress. La sur-fertilisation des plantes augmentent la taille, de même que le stockage du sucre et de l’amidon, ce qui équivaut au stockage des graisses chez les animaux, tout en inhibant leur réaction au stress pour les rendre finalement sans défense contre les parasites. La plante fertilisée typique ne peut pas survivre indépendamment. Elle a besoin de protection et c’est là que commence le cercle vicieux. Les pesticides, herbicides, insecticides et fongicides utilisés pour protéger les plantes contre les parasites les privent de leurs propriétés nutritionnelles et hormonales. Les plantes sur-fertilisées et arrosées de pesticides ne sont pas seulement inférieures; elles contiennent également des résidus chimiques toxiques pour le consommateur.

Les écoulements d'engrais présentent un désastre écologique croissant. Le ruissellement agricole, en particulier des engrais phosphatés, qui sont les principaux polluants des mers, des rivières et des lacs, ravage les espèces marines, provoquant une augmentation des populations de cyanobactéries, une espèce anaérobie primitive produisant des toxines extrêmement toxiques appelées microcystines. Ces toxines s'infiltrent actuellement dans notre chaîne alimentaire, des plantes aux poissons et aux animaux. L'utilisation excessive d'engrais contenant de l'azote est particulièrement dommageable, car ils détruisent le sol ainsi que ses habitants, entraînant une perte irréversible d'espèces fauniques. Les engrais à base de nitrate sont entraînés dans le sol, où ils s'accumulent à des niveaux dangereux qui se retrouvent dans les eaux souterraines.

L'acidification des sols perturbe la symbiose écologique entre les plantes et le microbiote, qui affecte non seulement la faune, mais aussi les espèces domestiquées et les humains. Les métaux lourds et les éléments radioactifs tels que l'uranium 230 sont les polluants de la fertilisation mondiale. Comme ces toxines ont pénétré dans la chaîne alimentaire, elles s’accumulent maintenant dans les organes et le lait maternel des mammifères, ce qui a des effets dévastateurs sur la reproductivité et la survie des animaux sauvages, avec des effets dévastateurs sur les humains.

Etant donné l'énorme diffusion de substances anti-hormétiques dans nos vies, est-il même possible d'accorder l'hormèse? Avons-nous une chance de vivre plus longtemps et mieux dans le monde d’aujourd’hui? Pour avoir cette chance, nous avons besoin d'un type de compétence différent. Nous devons savoir tirer parti du stress et mettre l'hormèse en pratique.
Fin du chapitre 16.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Comment vaincre et éliminer les obstacles en cas de faiblesse

Message  Luc le Dim 14 Avr 2019 - 10:29

Chapitre 17 L’hormèse en pratique – Comment vaincre les faiblesses et éliminer les obstacles au bien-être (en cas de problème)

Idées clés

Ce chapitre détaille les solutions stratégiques pour vaincre les problèmes – avec un reset du système suivant un protocole établi.  
- Anorexie et boulimie
- Dépression en cas de traumatisme (perte de job, divorce ou décès d’un parent)
- Briser les plateaux lors d’une perte de poids visée.
- Prévention du Jet Lag ou des troubles du sommeil
- Maintenir un cerveau jeune et en forme
- Mise à niveau de remise en forme musculaire
- Choc thermique (exposition à la chaleur suivie d'une exposition au froid ; mais pas l’inverse).
Dans ce chapitre, l’auteur présente un plan de bataille avec les modifications à apporter au niveau de la diète et des nutriments éliciteurs, combiné à un jeûne intermittent, une compensation (récompense), avec un programme d’exercices physiques intermittents mais sans stress excessif.  

Le protocole d’exercices doit être court et intense, de préférence pendant le jeûne (au début), avec un minimum de repos entre les séries d’exercices. Durée: quinze à trente minutes par jour.
Face à un coup du sort (traumatisme), la foi et la discipline sont les deux choses dont vous avez le plus besoin. Vous devrez suivre un protocole et avoir confiance en son issue favorable. C'est la croyance en vous-même qui entretient votre volonté et vous pousse à vous battre. Evitez les tentations qui pourraient saboter vos chances de succès.

En conclusion, vous devez croire en votre pouvoir de vaincre. Si vous faites cela, vous serez non seulement capable de survivre à une crise, mais d’en sortir plus fort et plus sage que jamais. C’est en cela que réside l’hormèse: faire en sorte que l’adversité fonctionne en votre faveur plutôt que contre vous. Une fois que vous voyez la crise comme un défi, vous ne pouvez pas perdre. Le seul moyen de perdre est de renoncer à la possibilité / la chance de gagner.

PDF en anglais, ci-dessous. Passages importants surlignés. Non traduit. Passez par "Google translate" si un paragraphe vous intéresse (…).
Fichiers joints
Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Attachment
The 7 Principles of Stress. chap 17.pdf Vous n'avez pas la permission de télécharger les fichiers joints.(186 Ko) Téléchargé 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Idées fausses et discussion

Message  Luc le Mar 16 Avr 2019 - 18:06

Idées clés du chapitre 18

Discussion - faits, idées fausses et idées que personne n'ose discuter.

La cause 1ère des décès prématurés et des pathologies est la malbouffe. Cela prend plusieurs générations pour fragiliser le terrain (génome).
C'est l'équilibre entre les nutriments et l'énergie qui détermine le caractère bénéfique ou non d’un aliment. La vulnérabilité augmente avec l’âge et l’apport doit être ajusté, en modérant les aliments qui stimulent la croissance.

L’obsession d’être « fit » et d’avoir une ligne mannequin peut aboutir au blocage du « système » (autodestructif). Tôt ou tard, il y aura compensation (immunité déprimée, burnout). C’est ainsi que les athlètes d’endurance ont tendance à franchir le seuil hormétique du stress acceptable. Le stress doit être intermittent et ne peut être chronique.
Si un sportif ne laisse pas la possibilité au corps de s’adapter et récupérer entre 2 épreuves, il n’obtiendra aucun gain biologique. Au contraire.

Nous ne fonctionnons pas comme une machine qui dépend d’un entretien et d’un apport régulier de carburant. Le corps humain est programmé génétiquement pour l’hormèse. C’est pourquoi le jeûne intermittent ou le régime 16.8 est favorable, vous épargnant ainsi les excès amenant l’encrassage et les pathologies diverses liées à la malbouffe (toxines). L’hormèse laisse aussi le temps au cerveau et au foie pour régénérer les organes qui dysfonctionnent.

Pour favoriser l’assimilation des nutriments et éviter la surcharge du système, il y a lieu de tenir compte des bonnes combinaisons d’aliments. Ainsi, on pourra combiner les protéines et les légumes avec n’importe quelle catégorie d’aliment. Les légumineuses et les oléagineux sont un cas particulier. On modèrera / évitera l’association entre les graisses et les glucides, sauf si à la marge. L’alcool avec parcimonie. Une rotation du type de carburant certains jours peut aider à augmenter l’adaptation métabolique à certains aliments (intolérance), tout en apportant une plus grande variété de nutriments vitaux …

Les aliments favorables soutiendront la glycémie, seront peu ou pas transformés, et contiendront des nutriments SAF (SAF = Stress Activated Food). Les nutriments SAF imitent les effets du jeûne et de l'exercice physique. Bien sûr on évitera les OGM, les  additifs et autres produits chimiques…

      Un long développement est consacré au lait de vache et à l’allaitement. Quand la maman ne peut allaiter, les préparations pour nourrissons doivent être préparées avec du lait et du lactosérum issu du bétail nourri à l'herbe, sans sucre ajouté ni soja. Ce lait maternisé devrait inclure du lactose, mais sans ajout de protéines hydrolysées (risque inconnu) ni additifs. Les autres ingrédients possibles sont les acides gras de type CLA, les AG à chaîne moyenne et les triglycérides à chaîne moyenne (MCT), qui peuvent chacun ajouter des qualités spécifiques au produit.

 L’auteur aborde aussi l’aspect des allergies au lait et sa digestibilité, chez des jeunes enfants, en citant des études où 75 % des problèmes ont pu être résolus ou améliorés via un processus contrôlé de réintroduction progressive de protéines issues du lait de vache, sur une période étalée sur plusieurs mois, en appliquant les principes de l’hormèse (sevrage, puis réintroduction progressive avec des contraintes au niveau de la formulation optimale).  


De plus larges extraits en français ultérieurement (demain, probablement)  Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler 2969150256

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 9:11

Extraits du chapitre 18
Aujourd’hui, les gens meurent davantage de problèmes liés à la malbouffe et l’obésité que d’une épidémie ou d’infections comme au temps du Moyen-Âge.
En ces temps d’expansion et de prospérité, les organismes sont privés de challenge. Et si l’espèce se multiplie, aux dépens de la qualité, l’espérance et la qualité de vie diminuent. Cela prend plusieurs générations pour qu’une espèce (animale, végétale ou humaine) perde les gains acquis lors des périodes de stress (adaptation stimulée).  
Si vous mettez en place un protocole combinant stress physique et nutritionnel, cela épuisera vos ressources (énergie) et cela activera les gènes qui favorisent la longévité.

La malbouffe déguisée et le facteur âge
La nourriture est un « tueur par essence », à la fois nourricière et mortel, et sert en tant que convoyeur pour deux éléments: les nutriments et l’énergie. C'est l'équilibre entre les nutriments et l'énergie qui détermine le caractère d'un aliment. Bien que les aliments riches en nutriments soient essentiels, les aliments riches en énergie sont potentiellement nuisibles. Aussi sévère que cela puisse paraître, cela est vrai pour tous les types d’aliments dans toutes les catégories, y compris la santé et la nutrition sportive. Mais ce n'est pas tout; il y a une autre variable: l'âge.

La vulnérabilité aux aliments augmente avec l’âge et l’apport alimentaire doit être ajusté en conséquence. Le problème principal concerne la croissance, c'est-à-dire les aliments qui favorisent l'extension des cellules et des tissus, y compris ceux qui stockent les graisses. Lorsque vous prenez de l’âge, vous devez faire attention aux aliments qui favorisent / stimulent la croissance. La plupart des produits alimentaires d’aujourd’hui, sinon la plupart, sont fabriqués à partir de substances stimulant l’insuline qui favorisent naturellement la croissance, notamment le sucre raffiné et l’amidon dévitalisé ou une combinaison de sucre, d’amidon et de graisse. En conséquence, nous sommes maintenant la société la plus obèse de l’histoire humaine. Notre corps n’a pas évolué pour l’ingestion d’une telle nourriture, mais la grande majorité de notre population ne semble pas se préoccuper [ou avoir conscience] de cela.

Vous ne pouvez peut-être pas comprendre à quel point certains de nos produits alimentaires occasionnels sont dangereux. La liste va des articles courants tels que les bonbons, les biscuits chocolatés et les glaces aux articles moins junkies tels que les céréales, les chips et le popcorn, et cette liste se prolonge avec des produits dits sains tels que les granola (produits à base de céréales et fruits secs), les en-cas diététiques, les barres nutritionnelles et les shakes protéinés. C'est de ce dernier groupe dont vous devriez vous méfier le plus.

La malbouffe déguisée
Vous pouvez en trouver beaucoup dans les rayons santé du supermarché de votre quartier. Pourquoi ces articles sont-ils plus dangereux que la malbouffe ordinaire? Parce que leurs étiquettes vous induisent en erreur en vous faisant croire qu’elles sont bonnes pour la santé et donc acceptables pour une consommation étendue. La malbouffe déguisée est une affaire de plusieurs milliards de dollars. C’est une industrie qui fabrique des produits de santé sophistiqués avec pratiquement les mêmes ingrédients bon marché que ceux que contiennent les articles indésirables, afin de générer un profit maximal à un coût minimal.

Ces produits ne servent que de faux besoins créés par ceux-là mêmes qui les fabriquent. Une tromperie d'une telle ampleur est un processus calculé [et organisé] se déroulant en trois étapes. Premièrement, l’industrie crée de faux besoins; ensuite, les produits répondant à ces besoins sont développés; et finalement le consommateur, qui est devenu accro à ces besoins, achète ces produits. Il est temps de remettre les pendules à l'heure.

Faux besoins et produits inutiles
Commençons par la nécessité / le désir de résultats rapides. Fait N°1: Il n'est pas nécessaire de lancer un processus biologique plus rapidement que prévu par la nature, y compris le gain musculaire et la perte de poids. Fait N°2: Les régimes amaigrissants et les pilules qui aident à la perte de poids présentent un risque grave pour la santé, en particulier pour les personnes souffrant de problèmes de santé et les personnes âgées. Fait N°3: les fabricants de produits de nutrition sportive et de produits diététiques continuent de tromper le consommateur avec des «résultats rapides garantis», quelles qu'en soient les conséquences.

Vérifiez, par exemple, la devise de l’industrie en matière de perte de poids. Bien que la science indique que la perte de poids ne peut se produire que dans des conditions de déficit énergétique, ce qui nécessite un régime rigoureux, de l'exercice et du temps, les industriels proposent des raccourcis avec de nombreux produits «anti-graisse», notamment des pilules amaigrissantes et des coupe-faim achetés par le consommateur désespéré, prêt à oublier les effets secondaires. Cette manipulation est orchestrée par des entreprises pleinement conscientes des conséquences.

L’obsession de maigrir peut aboutir à une autodestruction totale. Beaucoup de personnes à la diète, désireuses de brûler des calories supplémentaires pour perdre du poids, continuent de pousser leur système jusqu'à ce qu'il se bloque. De plus, elles ont tendance à remplacer les vrais aliments par des poudres manufacturées et des suppléments chimiques, ce qui, en plus de provoquer une toxicité, les laisse déficients sur le plan nutritionnel et mentalement oppressés. Des millions de femmes et d'hommes dans le monde dépendent désormais de routines qui les soumettent à un stress chronique et au risque de dommages qui en découlent.

En ce qui concerne la perte de poids, n’essayez pas de compenser les mauvaises habitudes alimentaires par des exercices intensifs / excessifs et des pilules amaigrissantes; ça ne marche jamais. Tôt ou tard, vous finirez par payer les conséquences: prendre un surplus de poids que ce que vous aviez initialement perdu. Lorsque vous envisagez des produits qui promettent un gain musculaire rapide, rappelez-vous que les produits qui favorisent la croissance sont comme des engrais destinés aux humains, vous permettant de croitre davantage et de vivre moins [longtemps]. En règle générale, plus vous vieillissez, plus vous devez être frugal, avec votre régime alimentaire et votre mode de vie. La seule chose que vous ne pouvez pas vous permettre plus tard dans la vie est de commettre les mêmes erreurs que vous avez commises plus tôt dans la vie.

Êtes-vous en train de courir après votre mort ?
Des millions de personnes dans le monde parcourent de longues distances; certains pour brûler des calories et d'autres pour rester en forme, mais les deux groupes semblent négliger le risque encouru. Ceux qui dépendent de la routine «courir pour brûler» se retrouvent souvent avec des effets secondaires associés à des défenses immunitaires en berne (système immunitaire déprimé) et à une capacité réduite à résister au stress. Ils ne sont pas les seuls à subir les conséquences d'une telle routine; Il en va de même pour les coureurs compétitifs. En fait, selon une étude récente, les coureurs de marathon, qui sont généralement considérés comme des athlètes en super forme, meurent au même rythme que les personnes sédentaires. (1)
1. Thys M. H. Eijsvogels, Silvana Molossi et al. “Exercise at the Extremes”, Journal of the American College of cardiology. 67:3 (2016) DOI: 10.1016/j.jacc.2015.11.034

Cela signifie que certaines des personnes les plus aptes parmi nous finissent par mourir au même rythme que les personnes les moins aptes. Comment est-ce possible? La réponse est à nouveau dans le code du stress. Les athlètes d’endurance ont tendance à franchir le seuil hormétique du stress acceptable. Les engagements dans des épreuves d'endurance extrêmes telles que marathons, triathlons, ski de fond et cyclisme sur longue distance augmentent le risque de lésions cardiovasculaires et de mortalité globale. Il a été rapporté que l'ampleur des dommages cardiovasculaires est liée à la durée et à l'intensité de l'exercice en aérobie, probablement en raison de l'impact cumulatif du stress mécanique sur le cœur. N'oubliez pas: au-delà d'un certain niveau, chaque facteur de stress devient nuisible. Les athlètes d'endurance qui franchissent ce seuil réduisent les avantages en termes de longévité qui auraient autrement été conférés par un entraînement plus court.

 L’hormèse est en effet un phénomène délicat. Vous pouvez soit profiter du stress, soit en subir les dommages. N'oubliez pas que pour être hormétique, le stress doit être intermittent et ne peut être chronique (principe de stress N°6). Une fois prolongés au-delà d'un certain seuil de tolérance, tous les types d'entraînement augmentent les risques de dommages dus au stress chronique. Ce qui vous interroge sur la viabilité des approches de conditionnement en endurance visant à pousser les athlètes à leurs limites. Quel est l'intérêt d'avoir des programmes d'entraînement qui produisent des super-athlètes s'ils finissent par endommager leur système cardiovasculaire et raccourcir leurs vies?
Cette question n'est pas que théorique.

La relation inverse entre l’exercice extrême en aérobie et la longévité
Selon un rapport, le risque de fibrillation auriculaire est plus élevé chez les athlètes que dans la population générale. (2) Une vaste étude suédoise a révélé une incidence plus élevée de fibrillation auriculaire chez les participants terminant des courses de ski de fond et ceux présentant des temps de finition plus courts. La relation entre l'activité physique et la santé cardiovasculaire semble être en forme de U. Une quantité optimale d'exercice réduit le risque pour la santé par rapport à une activité physique excessive qui augmente ce risque (3). Apparemment, les personnes qui courent plus vite qu’un mile en 8 minutes (1.6 Km), plus de 2,5 heures par semaine, ce qui correspond à peu près au niveau d'un coureur compétitif, ces personnes sont destinées à réduire leur espérance de vie au même niveau que les sédentaires.

Cela signifie-t-il que les sports d'endurance intenses et de compétition font en sorte que les gens ont tendance à vivre moins [longtemps]? Pas nécessairement. Par exemple, il a été démontré que des volumes modérés d’entraînement intense en aérobie, avec des intervalles de sprint, étaient bénéfiques pour la santé cardiovasculaire. Des routines intelligentes peuvent aider à améliorer la sensibilité à l'insuline et à réduire la mortalité globale. Pour être bénéfique, tous les types d’entrainement doivent être conformes au code du stress.

En fin de compte, il s’agit de susciter / d’induire l’hormèse et d’éviter le stress chronique. Les coureurs doivent s’accorder suffisamment de temps pour récupérer entre les épreuves / étapes de course. Ils doivent donner à leur corps la possibilité de s’adapter et de s’améliorer en fonction de la distance et de la durée de leur exercice. Des séries d'exercices d'endurance intermittents correctement conçus, associés à un régime alimentaire viable, peuvent aider à améliorer la santé biologique (biological fitness) et à réduire le risque de mortalité plutôt que l'inverse.
2. Jawdat Abdulla and Jens Rokkedal Nielsen. « Is the Risk of Atrial Fibrillation Higher in Athletes than in the General Population? A systemic Review and Meta-Analysis”. In Europace 11:9. 2009
3. Paul. D. Thompson. “Physical Fitness, Physical Activity, Exercise Training and Atrial Fibrillation: First the Good News, then the Bad.” 2015 in Journal of the American College of cardiology 66:9, 997-99
doi:10.1016/j.jacc.2015.07.003


Le concept hormétique du vieillissement et de la mort
Le concept hormétique du vieillissement et de la mort repose sur l’argument selon lequel, bien que la mort soit inévitable, la mort liée à l’âge ne l’est pas et nous n’avons donc pas à mourir de causes liées à l’âge. Les érudits qui croient en ce concept insistent sur le fait que les théories conventionnelles sur le vieillissement ont un grave défaut dans leur manière de conceptualiser la survie.

Les théories conventionnelles supposent que les organismes fonctionnent comme des machines et, tout comme les machines, ils dépendent des ressources en combustible pour leur survie. Et par conséquent, moins de ressources sont associées à un risque réduit de survie. La réalité, cependant, prouve le contraire. Dans les systèmes biologiques, moins de ressources (comme un apport calorique réduit) sont associées à une meilleure capacité de survie et inversement: des ressources excessives (telles qu'un apport calorique excessif) sont associées à une capacité de survie réduite et à une durée de vie raccourcie. Clairement, les organismes ne fonctionnent pas comme des machines.

Tous les êtres vivants sont programmés pour s'améliorer lorsqu'ils sont mis au défi par des conditions de faible disponibilité en carburant (ressources); c'est une règle de la nature et cela prouve que toutes les théories conventionnelles sont fausses. Mais voici l'ironie: les théories conventionnelles sur le vieillissement, qui présentent des défauts, encouragent la consommation de carburant diététique, souvent à un excès qui entraîne une accélération du vieillissement et de la mort, et prouvent paradoxalement que ces théories erronées sont correctes. Ce qui vous amène à vous demander si nos concepts de vie déterminent comment nous vieillissons et mourrons.

Maintenant, imaginez ce que cela signifie. Si vous croyez que c’est OK d’être «normal» et de vieillir comme tout le monde, vous finirez par vivre, vieillir et mourir comme tout le monde. Si, toutefois, vous vivez selon le concept que la mort par vieillissement est évitable, la nature vous laissera peut-être vivre assez longtemps pour mourir, comme les jeunes, d'une cause non liée à l'âge, vous épargnant ainsi les maladies liées à la vieillesse et la mort. Tout ce que vous avez à faire est de lui laisser une chance. C'est le déni du vieillissement qui vous permettra de vivre plus longtemps, et le courage d'être différent vous accordera ce privilège.

Vous pouvez voir où cela nous amène. Il s’agit de la liberté de choisir et de contrôler votre destin plutôt que de succomber à un destin qui a été choisi par d’autres.
Fin de la 1ère partie


Dernière édition par Luc le Mer 17 Avr 2019 - 15:29, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Les bonnes combinaisons alimentaires

Message  Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:06

Les combinaisons alimentaires : Bonnes et mauvaises combinaisons

On sait maintenant que les concepts conventionnels de nutrition humaine ne parviennent pas à préserver la santé humaine et à garantir la longévité. Les vieux concepts deviennent obsolètes. Les termes « bon » et « mauvais » doivent être réévalués et il n'y a qu'un seul critère sur base duquel une telle évaluation peut être faite: la survie. C'est la survie qui fait la différence entre le bien et le mal et définit tout ce que nous faisons, utilisons ou consommons, ce qui s'applique évidemment à notre nourriture.

Un bon aliment améliore la résistance au stress et à la survie, et un mauvais aliment fait le contraire. Il en va de même pour les combinaisons d'aliments. C'est aussi simple que ça. Les trois principaux facteurs qui déterminent la manière dont les aliments affectent la résistance au stress et à la survie sont son impact sur l'insuline, le rapport nutriments / énergie et son mode de fabrication (how it is processed). Parmi les autres facteurs importants, citons la teneur en nutriments SAF par rapport à la présence d'ingrédients indésirables tels que les nutriments synthétiques, les additifs artificiels, les pesticides et les OGM.

La bonne catégorie d’aliments contient des produits présentant les qualités suivantes:
 soutien à l'insuline
 à faible index glycémique
 peu transformé
 contient des nutriments SAF (Stress Activated Food = aliments entrainant une réponse au stress) (càd qui imitent les effets du jeûne et de l'exercice sur le corps)
 non-OGM
 sans nutriments synthétiques, additifs artificiels et pesticides
NDLR : Les aliments renfermant des SAF sont riches en antioxydants et en nutriments anti-inflammatoires. Ils ont des effets similaires à ceux du jeûne (ils ciblent les mêmes gènes). Ces aliments sont rapidement assimilés par l’organisme et ne pèsent pas sur le système enzymatique, et donc ils ne gênent pas la digestion.

Bonnes combinaisons d'aliments
Les bonnes combinaisons d'aliments soutiennent un fonctionnement optimal de l'insuline et la résistance au stress. Notez que les protéines et les légumes sont les «combineurs ultimes» qui se mélangent à tous les groupes d'aliments. Les bonnes combinaisons d'aliments comprennent:
 protéines et sucre ou amidon
 protéines et lipides
 protéines et alcool
 légumes et sucre ou amidon
 légumes et gras
 légumes et alcool

Mauvaises combinaisons d'aliments
De mauvaises combinaisons d'aliments altèrent l'insuline et inhibent la résistance au stress. Ces combinaisons comprennent:
graisse et sucre ou amidon
 amidon et sucre (excès de glucides, enzymes différentes, ndlr)
 alcool et sucre ou amidon
On simplifie, nldr : On évite d’occasionner un pic de glycémie ; on peut combiner les protéines et les légumes avec n’importe quelle catégorie d’aliment (selon l'auteur). On modère / évite l’association entre les graisses et les glucides, sauf si à la marge.
Catégories d’aliments
Les légumes comprennent tous les légumes-feuilles, tomates, carottes, céleri, oignons, ail, crucifères, choux, betteraves, concombres, citrouilles (potiron) et courges. Les protéines comprennent les aliments riches en protéines tels que les œufs, les produits laitiers, les produits de la mer (poisson et fruits de mer) et les légumineuses. Les lipides comprennent les noix, les graines (oléagineux), les avocats, les arachides, le cacao, les produits laitiers entiers et les beurres et huiles dérivés. Les sucres comprennent les fruits, le miel, la mélasse, le sirop d'érable et le sirop de riz. Les amidons comprennent les céréales entières, les pommes de terre, les ignames et les farines dérivées. L'alcool fait référence à la liqueur distillée, à la bière, au vin et aux cidres avec alcool.

Certains aliments, tels que les produits laitiers entiers et les cacahuètes, peuvent être traités comme des protéines et des matières grasses. Les haricots et les lentilles, en revanche, peuvent être traités comme des protéines et des légumes. Toutefois, en raison de leur teneur élevée en fibres, leur consommation devrait être limitée à une quantité tolérable par repas, variable selon les individus. Notez également que la consommation de sucre doit être minimisée même si elle est correctement associée à des légumes ou des protéines.

Rappelez-vous: une bonne combinaison d’aliments vous permet de manger à votre guise, alors que de mauvaises combinaisons d’aliments (et du sucre ajouté) vous obligent à limiter votre apport en calories ou à en subir les conséquences. La satiété est un autre facteur important. Les aliments gras tels que les noix et les graines favorisent une satiété plus durable que les aliments riches en glucides tels que les céréales et les pommes de terre. Une rotation du type de carburant certains jours peut aider à augmenter l’adaptation métabolique aux deux, tout en donnant accès à une plus grande variété de nutriments vitaux provenant de sources solubles / assimilables via les graisses et l’eau.
Fin de la 2ème partie


Dernière édition par Luc le Mer 17 Avr 2019 - 10:38, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7028
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler Empty Re: Les 7 principes du stress. Ori Hofmekler

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum