Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Histoire drôle en image 6 & Funny clip
par darky35 Hier à 22:51

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par darky35 Hier à 21:50

» Journal de suivi, Edda - Je crois que j'ai le sibo
par darky35 Hier à 21:45

» vitamine D : zyma D ou...?
par Luc Hier à 18:19

» Blagues et histoires drôles. Halte aux inquisiteurs 1 !
par darky35 Hier à 16:51

» Hypertension et spiruline
par Hérode Hier à 11:25

» Comprendre l'inflammation et l'impact sur les maladies auto-immunes
par Luc Sam 21 Sep 2019 - 22:25

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Sam 21 Sep 2019 - 5:27

» Jus de citron le matin
par darky35 Ven 20 Sep 2019 - 18:45

» Goa Lin & Liu Xin Classical & Acrobatic Dance
par darky35 Ven 20 Sep 2019 - 17:53

» Thiamine et Niacine pour Libérer la Production d'Énergie
par darky35 Mar 17 Sep 2019 - 10:38

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Flo Lun 16 Sep 2019 - 22:59

» images png
par Luc Lun 16 Sep 2019 - 11:06

» Effets protecteurs du cholesterol sur les endotoxines
par Luc Dim 15 Sep 2019 - 22:45

» Les enzymes: indispensables aux fonctions métaboliques
par darky35 Dim 15 Sep 2019 - 1:03

» Métabolisme du fer
par darky35 Sam 14 Sep 2019 - 19:42

» Thé vert et prévention AVC et Alzheimer
par darky35 Sam 14 Sep 2019 - 18:44

» Phagothérapie: Les phages et les lysines, contre les bactéries résistantes
par Luc Sam 14 Sep 2019 - 11:44

» Crêpes rapides sans gluten et sans lactose au sarrasin/lupin/Châtaigne
par darky35 Sam 14 Sep 2019 - 7:12

» Intolérances aux fromages et laitages.
par maranta Sam 14 Sep 2019 - 5:35

» PUB et clip promo délirants ou cocasses
par darky35 Ven 13 Sep 2019 - 17:31

» Moins d'infections respiratoires et digestives
par darky35 Ven 13 Sep 2019 - 15:04

» Impact du microbiome
par darky35 Ven 13 Sep 2019 - 13:56

» adieu Tamtam (=Hérode )
par Luc Ven 13 Sep 2019 - 11:42

» Journal de suivi d'Alex: But Rééquilibrage du métabolisme.
par Flo Mer 11 Sep 2019 - 17:38

» L-Glutamine
par darky35 Mer 11 Sep 2019 - 13:13

» Posologie Psyllium
par Luc Mer 11 Sep 2019 - 11:59

» Bon anniversaire Florence
par Flo Mar 10 Sep 2019 - 23:20

» Bon anniversaire Noa
par Luc Lun 9 Sep 2019 - 12:01

» bonjour a tous - de Noa
par Luc Lun 9 Sep 2019 - 11:58

» Histoires drôles & Funny clips
par Luc Lun 9 Sep 2019 - 7:12

» Petite présentation de Catpower
par catpower Sam 7 Sep 2019 - 11:51

» Cancer : Combattre les effets secondaires
par Mirzoune Sam 7 Sep 2019 - 10:28

» IPP et effets secondaires
par Luc Sam 7 Sep 2019 - 8:55

» Comment augmenter la température corporelle
par Luc Jeu 5 Sep 2019 - 14:12

» Cancer et épigénétique
par Gaffal Mar 3 Sep 2019 - 11:09

» Comparatif différentes formes de magnésium
par Gaffal Jeu 29 Aoû 2019 - 10:23

» Pain châtaigne SG
par Luc Mar 27 Aoû 2019 - 16:20

» ENDOTOXÉMIE
par Luc Mar 27 Aoû 2019 - 15:13

» Pain avoine pois chiche
par Luc Dim 25 Aoû 2019 - 22:08

» Un grand moment de tendresse...
par Hérode Ven 23 Aoû 2019 - 15:13

» La glycine: nous sommes en déficit de 10 gr/jour
par Hérode Ven 23 Aoû 2019 - 13:01

» Le jeûne, une nouvelle thérapie ? Lestrade
par Luc Ven 23 Aoû 2019 - 9:23

» Comment guérir votre métabolisme. Livre
par Luc Mer 21 Aoû 2019 - 9:10

» Une nouvelle étude démontre l’inefficacité des oméga-3
par darky35 Sam 17 Aoû 2019 - 15:39

» Allergie, intolérance, sensibilité: Méthode de prise de pouls
par darky35 Sam 17 Aoû 2019 - 15:20

» Agents naturels pour lutter contre le biofilm bactérien
par darky35 Jeu 15 Aoû 2019 - 11:51

» Des fibres pour optimiser l'immunité
par Luc Jeu 15 Aoû 2019 - 9:28

» me voilà - Hérode
par Hérode Lun 12 Aoû 2019 - 16:55

» Le niveau de vitamine D plafonne
par Luc Dim 11 Aoû 2019 - 13:00

» Comprendre le fonctionnement du sodium
par darky35 Dim 11 Aoû 2019 - 12:06

» Jeûne thérapeutique: Journal de suivi
par Luc Sam 10 Aoû 2019 - 11:39

» Antagonisme et cofaction nutritionnelle par Zoëlho
par darky35 Ven 9 Aoû 2019 - 13:53

» Le vivant EST son environnement
par yoz Jeu 8 Aoû 2019 - 16:30

» Voie de détoxification & CYP450
par darky35 Jeu 8 Aoû 2019 - 15:43

» Butter is back !
par Proserpine Mer 7 Aoû 2019 - 19:18

» Plein le dos des lombalgies ?
par darky35 Mer 7 Aoû 2019 - 14:42

» Supplémentation en calcium inutile en prévention de l'ostéoporose
par darky35 Mer 7 Aoû 2019 - 12:48

» Caféine : Ami ou ennemi ? La suite.
par Luc Lun 5 Aoû 2019 - 16:42

» Nouvelle inscrite, Edda
par edda Ven 2 Aoû 2019 - 14:48

» Médecine fonctionnelle - Dr Stéphane Résimont - intégrale de l'interview
par yoz Mer 31 Juil 2019 - 10:42

» Régnération: Stress et Hormèse
par Luc Mar 30 Juil 2019 - 9:55

» Apéro frais au gingembre
par Luc Lun 29 Juil 2019 - 17:22

» Vitamine D dépendante du magnésium
par Luc Lun 29 Juil 2019 - 9:29

» c' est quoi le BARF
par maranta Jeu 25 Juil 2019 - 17:29

» Oméga-3: l'ennemi du sommeil réparateur
par Flo Mar 23 Juil 2019 - 14:53

» Troubles digestifs et énergie liés aux organes
par Luc Lun 22 Juil 2019 - 9:17

» Arthrite et douleurs articulaires:crème maison au piment de Cayenne
par Luc Dim 21 Juil 2019 - 7:40

» Les animaux malades de leurs croquettes
par Proserpine Ven 19 Juil 2019 - 9:02

» Bon anniversaire lmichelle
par lmichelle Dim 14 Juil 2019 - 23:22

» magique ...
par Luc Sam 13 Juil 2019 - 23:13

» Joyeux anniversaire Chriscool
par Proserpine Dim 7 Juil 2019 - 10:30

» Syndrome scombroïde : intoxication à l'histamine
par Luc Ven 5 Juil 2019 - 12:54

» encore le latin
par Proserpine Mar 2 Juil 2019 - 18:46

» Bonjour, de Maranta
par Mirzoune Mar 2 Juil 2019 - 17:43

» Histoire drôle en images 5 - Funny clip
par Hérode Mar 2 Juil 2019 - 0:21

» Arthrose-Articulations douloureuses? Pensez au MSM
par harmonydg Dim 30 Juin 2019 - 22:52

» Blog nutrition du Dr Antonello D’ORO
par Mirzoune Dim 30 Juin 2019 - 12:40

» Chaque jour que je passe sur ce forum...
par Mirzoune Lun 24 Juin 2019 - 18:00

» Protéger le foie
par Luc Ven 21 Juin 2019 - 22:13

» Nouveau cadeau de la vie
par Proserpine Jeu 20 Juin 2019 - 15:51

» Noix et huile de noix. Cuisson
par maranta Mer 19 Juin 2019 - 17:19

» Les besoins réels en AG polyinsaturés surestimés ?
par Luc Mer 19 Juin 2019 - 15:38

» Vitamine E: Besoins réels
par Gaffal Ven 14 Juin 2019 - 10:44

» Antibiotiques et candida
par Chantal Mar 11 Juin 2019 - 14:07

» Promo Myprotein 06.19
par Nell74 Mar 11 Juin 2019 - 4:33

» Carnaval et danse du Pénis
par Nell74 Mar 11 Juin 2019 - 4:20

» The Longevity Solution
par Luc Sam 8 Juin 2019 - 8:59

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Gaffal Ven 7 Juin 2019 - 23:39

» Bon anniversaire Chantal
par Hérode Lun 27 Mai 2019 - 11:41

» Bon anniversaire Patiloup
par Luc Lun 27 Mai 2019 - 9:38

» Bonne fête à toutes les mamans
par Hérode Dim 26 Mai 2019 - 17:45

» Geo Sciences en parle
par Luc Mer 22 Mai 2019 - 18:03

» Vitamine C thermosensible mais pas à la vapeur
par Luc Dim 19 Mai 2019 - 12:10

» Bon anniversaire Céline 57
par Celine57 Ven 17 Mai 2019 - 21:29

» Le CBD thérapeutique
par Luc Jeu 16 Mai 2019 - 11:58

» Histoire drôle en images 4 - Funny clip
par Luc Mar 14 Mai 2019 - 7:55

» Éviter l'Apocalypse - Bernard STIEGLER
par Chantal Ven 10 Mai 2019 - 12:16

» Fat for fuel – Dr. Joseph Mercola
par Luc Ven 10 Mai 2019 - 10:13


Cancer : Combattre les effets secondaires

Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Ven 23 Aoû 2019 - 8:56

Cancer : Combattre les effets secondaires des traitements grâce à la phytothérapie
SCE 08/2019 Dr George Van Snick
Dr George Van Snick est diplômé de médecine générale et phytothérapie. Il allie plantes et médecine allopathique pour accompagner ses patients au quotidien.
Président de l’International Phytotherapy Institute depuis 1995, il promeut la phytothérapie dans les universités, revues, émissions de radio, etc.
Extrait
Dans l’état actuel des connaissances, aucune plante « simple » ou association de « simples » plantes ne peut guérir le cancer. Il est donc illusoire et dangereux de vouloir écarter un malade cancéreux d’un schéma traditionnel de traitement du cancer (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie).
Par contre, ces traitements provoquent de nombreux désagréments, effets secondaires, toxicités, troubles fonctionnels… que la médecine classique prend difficilement en charge sans ajouter, en sus, sa propre iatrogénicité (ses conséquences néfastes) ou sa toxicité.
L’utilité des thérapeutiques à base de plantes est donc très importante dans la prévention et l’accompagnement des traitements traditionnels du cancer.

Ces tendances augmentent les risques de cancer
35 % des cancers sont influencés par l’alimentation. Une étude scandinave sur des jumeaux monozygotes montre que nombre de cancers sont liés au mode de vie, aux conditions d’environnement et à l’alimentation, tous trois rassemblés sous ce qu’on appelle l’épigénétique, soit ce qui permet à une prédisposition génétique de s’exprimer. Ainsi, les obèses avec un IMC supérieur à trente ont deux fois plus de risques de développer un cancer.
(…)
La nature, pas toujours une alliée À la dose thérapeutique habituelle, certaines plantes sont mutagènes et/ ou cancérigènes. Il faut alors être très attentif et prendre en considération tous les paramètres lorsque l’on en consomme. (…)

Agir avant, pendant et après les traitements
Une alimentation riche en lycopènes (tomate) et en isoflavones de soja diminue le risque de cancer de la prostate et du sein. Une supplémentation en oméga-3 et en fibres améliore notre capacité de résistance contre cette maladie. Les acides gras mono-insaturés (olive, avocat) et surtout oméga-3 (poisson et crustacés) facilitent l’évacuation des endotoxines LPS, après un traitement, ndlr.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Ven 23 Aoû 2019 - 9:06

Quelle prise en charge complémentaire pendant le traitement ?
L’alimentation lors d’un cancer avéré doit rester la même qu’en prévention avec quelques exceptions comme, par exemple, d’éviter – en attendant des résultats complémentaires – les isoflavones de soja lorsqu’il s’agit d’un cancer du sein avec des récepteurs œstrogéniques positifs (cas de cancers du sein hormono-dépendants).
Un supplément de vitamine C naturelle permet une protection lors de tous les traitements, elle améliore la cicatrisation et diminue les effets secondaires des radiothérapies et chimiothérapies. La vitamine C stimule aussi l’activité des lymphocytes T, facilite la production de lymphocytes NK et est donc requise pour la phagocytose.
La vitamine A semble également réduire les risques de cancer par effet antioxydant (mais pas que, ndlr*. Le rétinol joue un rôle régulateur important).

Accompagner la chirurgie
La chirurgie se pratique en principe en urgence. On a peu de temps pour intervenir.
1. Les remèdes à utiliser doivent activer la cicatrisation par voie générale :
Centella asiatica (l’hydrocotyle), par voie orale en teinture-mère (TM) ou formes standardisées en comprimés ; les saponosides (asiaticosides) sont considérés comme les constituants actifs de la plante et se sont révélés accélérer la guérison des plaies en stimulant les fibroblastes de l’épiderme (cellules qui permettent la synthétisation des fibres de colla¬gène et d’élastine) et en favorisant la kératinisation (enrichissement en kératine, protéine essentielle pour la structure de la peau). Il est utile dans le traitement des plaies atones (qui ne cicatrisent pas spontanément) et des plaies chirurgicales.
2. D’autres remèdes activent la cicatrisation localement, comme :
Calendula officinalis en crème/ pommade à 5 % ou Centella asiatica, par voie locale, en crème ou pommade à 5 ou 10% ; l’utilisation de compresses imbibées d’Achillea millefolium TM accélère la cicatrisation.

Soutenir le patient pendant la chimiothérapie
1. Avant la chimiothérapie
Il faut préparer l’intestin :
L’utilisation de l’argile verte surfine ou du kaolin, afin de faire un pansement intestinal préventif, évite la diarrhée et les problèmes liés à la desquamation de la muqueuse intestinale
. L’argile apaise le tube digestif, fait office de pansement interne, calme les nausées et les vomissements, cicatrise les ulcères, lutte contre le pyrosis…
Les tisanes de plantes à effet émollient (relâchement des tissus) et tannique ou des macérations à froid pour les mucilages comme la mauve (Malva sylvestris, feuilles) ou gui-mauve (Althea officinalis, racine) améliorent la tolérance digestive, luttent contre l’inflammation et adoucissent la muqueuse.
Si l’inflammation de la partie supérieure du tractus gastro-intestinal est trop sévère, la camomille matricaire (Matricaria chamomilla) est souveraine par la richesse en chamazulène sous forme de tisane concentrée.
Il faut également préparer le rein en surhydratant les patients (avec une eau très peu minéralisée).
Les probiotiques permettent de remettre de l’ordre dans la flore intestinale.
2. Pendant la chimiothérapie
Il faut éviter de surcharger le patient et les traitements symptomatiques seront appliqués en fonction de la chimiothérapie.
De manière symptomatique le Zingiber Officinale (gingembre) a fait ses preuves contre les nausées et vomissements dus à la chimiothérapie mais aussi contre la fatigue.
3. Après la chimiothérapie
Dès que le patient peut reprendre une alimentation normale, il faut stimuler l’élimination des principes chimiothérapeutiques et des déchets, essentiellement par le foie et le rein.
Il est nécessaire d’utiliser des remèdes les moins toxiques possible, les moins irritants possible et d’une façon générale on préférera les formes sèches (poudre, extrait, nébulisat) et la forme tisane plutôt que les extractions alcooliques.
La détoxification et la réparation de l’épithélium hépatique se fait à l’aide de Carduus Marianus (Charbon-Marie) auquel on peut associer Desmodium ascendens. Ces deux plantes permettent d’augmenter l’élimination de cellules tuées par la chimiothérapie.
Si un drainage rénal supplémentaire est nécessaire (oedèmes, rétention hydrique…), on préférera des barbes de maïs en tisane ou en teinture-mère (Zea Maïs), ou de la piloselle (Hieracium Pilosella) en teinture-mère également.
La fatigue s’améliore toujours nettement si l’on associe ces moyens simples mais on peut également renforcer le physique et le mental du malade à l’aide d’une plante adaptogène et tonique sur le plan général et métabolique : Èleuthérocoque (eleutherococus senti-cosus), soit en tisane soit en teinture-mère soit en nébulisat, poudre standardisée. Pour un adulte, la forme poudre de racine s’utilise à la dose de 200 à 350 mg matin et midi.
Des plantes toniques et apéritives sont bienvenues telles l’angélique (Angelica archangelica), en présence d’anorexie ou de digestion difficile ; la sariette (Saturea horten-sis), comme tonique général ou le Panax ginseng, dont les propriétés sont proches de la plante précédente.
La lutte contre l’anémie se fait essentiellement à l’aide de l’hor¬mone érythropoïétine, l’EPO, mais on peut y adjoindre : La Prêle des champs (Equisetum Arvense, reminéralisant) et le noi¬setier (Corylus avellana) qui stimule la production de cellules sanguines (l’hématopoièse).
La lutte contre la neutropénie est facilitée par les produits classiques (Neupogen) ; on peut y adjoindre l’Echinacea.
L’effet anti-hémorragique de la Bourse à Pasteur (Capsella Bursa Pstoris) et hémostatique de l’achillée (Achillea millefolium) limitent les risques d’hémorragie en cas d’hypoplaquetose.
L’association de Gentiana lutea teinture-mère, Abies pectinata teinture-mère, Alnus glutinosa teinture mère et Harpagophytum permet de remonter l’ensemble de la formule sanguine.

Les plantes adaptées à la radiothérapie
Elle est en général bien supportée mais génère souvent de la fatigue : inexistante au début, elle s’accumule ensuite et se manifeste surtout en fin et après la fin de la radiothérapie. On utilisera alors :
L’Eleuthérocoque (Eleutherococus senticosus) : cette plante agit sur la tonicité générale mais également sur le moral en aug¬mentant la sérotonine, l’hormone du bien-être et de la satisfaction.
La sariette (Satureja hortensis) : cette plante traditionnelle et tonique permet de refaire progressivement des mouvements et est favorable à la libido.
Le ginseng (Panax ginseng) : c’est une plante magique pour l’éner¬gie générale mais elle ne sera pas utilisée lors des cancers hormonaux (cancer du sein) car il semblerait qu’elle puisse avoir une action hormonale légère…
Dans les problèmes de tolérance cutanée, on utilisera des préparations topiques (crème, pommade, onguent, compresses imbibées…) à base de calendula, Centalla asiatica, camomille, aloe vera particulièrement adoucissant au niveau cutané, la rose musquée du Chili (Rosa rubiginosa) qui agit sur la restructuration de l’épiderme et qui est cicatrisante, et Plantago major qui diminue les prurits.

Les problèmes de tolérance gastro-intestinale seront combattus par la mauve (Malva sylvestris), l’argile, et le Ficus carica bourgeons 1 D Mac Glyc à raison de 3 fois 50 gouttes par jour.
La restauration : longue, indispensable (et souvent négligée) Restaurer l’organisme est le travail le plus important et le plus souvent oublié par les spécialistes oncologues.
La plupart du temps, après les différents traitements classiques arrivés à terme, on laisse le patient rentrer chez lui. C’est le moment de restaurer l’état de santé de son organisme au mieux de sa forme. Le travail est important et long.
Il faut restaurer la fonction des émonctoires, ensuite seulement, stimuler l’élimination des déchets par le drainage, neutraliser les effets secondaires des différents traitements. Cela implique une lutte contre les nausées, vomissements, l’asthénie, la perte d’appétit, l’hépatite, les aphtes, la constipation, la diarrhée, la déshydratation, les troubles urinaires, la rétention hydrique, les oedèmes, les réactions cutanées, la perte des cheveux…
Il faut augmenter l’immunité avec l’Echinacea purpurea, la Gentiana lutea, le chlorure de magnésium, Eleutherococcus senticosus…
La lutte contre la fatigue se fera avec l’Eleutherococcus senticosus, le Panax ginseng, la sariette (Saturea hortensis), le magnesium…
Pour redonner confiance au malade et tonifier le psychisme, on fait appel au millepertuis (Hypericum perforatum). Malheureusement, il est totalement déconseillé pendant la chimiothérapie en raison de ses interférences sur les cytochromes P450.
Une correction des carences en fonction des tests sanguins ; des carences en acides gras essentiels nécessitent la supplémentation vitaminée naturelle et alimentaire sous forme d’huile de poisson et végétale.
La lutte contre l’accumulation de radicaux libres et l’effet oxydatif des traitements sera facilitée par les plantes antioxydantes : romarin (Rosmarinus officinalis en teinture-mère et surtout jeunes pousses), ginkgo biloba, gotu kola…
Enfin, une reminéralisation par la prêle (Equisetum arvense) et des algues telles que la spiruline termineront la remise en forme.



_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Retinol controls Treg cells

Message  Luc le Ven 23 Aoû 2019 - 9:09

*) Role of Vitamin A in the Immune System
doi: 10.3390/jcm7090258
Vitamin A (VitA) is a micronutrient that is crucial for maintaining vision, promoting growth and development, and protecting epithelium and mucus integrity in the body. VitA is known as an anti-inflammation vitamin because of its critical role in enhancing immune function. VitA is involved in the development of the immune system and plays regulatory roles in cellular immune responses and humoral immune processes. VitA has demonstrated a therapeutic effect in the treatment of various infectious diseases.

*) Retinoic acid in the immune system.
doi: 10.1196/annals.1443.017
In the last decade, the discovery of regulatory T cells (Treg) in immunity has revolutionized our understanding of how the immune system is controlled. Intersecting the rapidly emerging field of Treg function, has been the discovery that retinoic acid (RA) controls both the homing and differentiation of Treg. Instantly, the wealth and breadth of knowledge of the molecular basis for RA action, its receptors, and how it controls cellular differentiation can and will be exploited to understand its profound effects on Treg. Historically, vitamin A deprivation and repletion and RA agonists have been shown to profoundly affect immunity. Now these findings can be interpreted in light of the revelations that RA controls leukocyte homing and Treg function.

*) Lien intéressant (nutriments utiles => Vitamines antioxydantes)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Phytothérapie et Cancer

Message  Luc le Ven 23 Aoû 2019 - 9:18

10 plantes « anticancer » sous la loupe des chercheurs
Au-delà des traitements classiques, des recherches ont lieu sur l’effet anticancer de certaines plantes.
Les champignons médicinaux comme le maïtake et le shiitake contiennent une substance fibreuse appelée bêta-glucanes ; ce sont des polysaccharides qui peuvent stimuler le système immunitaire et éventuellement provoquer la mort des cellules tumorales. Les recherches préliminaires semblent bonnes mais, jusqu’à présent, rien ne prouve qu’ils puissent traiter efficacement les patients atteints du cancer.
La mélatonine agit sur les cancers prostatiques métastasés. La mélatonine est un puissant anti-oxydant ayant des effets immuno-stimulants et éventuellement anti-tumoraux. En laboratoire, la mélatonine semble avoir un effet anti-prolifératif direct sur les cellules de cancer du sein sensibles aux oestrogènes. Dans les recherches cliniques préliminaires, la mélatonine à forte dose (20 à 40 mg par jour), en association avec des traitements conventionnels, augmente le taux de survie chez les patients atteints de cancer métastatique, y compris de cancer du sein. Souvent, les patients atteints d’un cancer avancé ont des taux de mélatonine inférieurs à la normale.
C’est un domaine de recherche prometteur. Mais la prise de mélatonine pour traiter le cancer du sein sans l’avis d’un expert et sans surveillance doit être évitée car il s’agit d’une hormone puissante. Elle a été utilisée dans la recherche à des doses très élevées qui peuvent entraîner des effets indésirables importants. L’utilisation de la mélatonine est ré¬cente et à faible dose. On ne connait pas les effets à long terme.
Le gui (Viscum album) a une réputation traditionnelle d’anticancer, certaines études plus récentes confirment en partie cette action.
Uncaria tomentosa (appelée griffe de chat et originaire d’Amérique du Sud) montre une action nette dans la prise en charge des leucémies et des cancers urinaires.
Uncaria tomentosa semble inhiber la multiplication des cellules cancé¬reuses, induire la mort des cellules tumorales et inhiber la prolifération de la leucémie sans être cyto-toxique pour les cellules normales. La plante est réputée antioxydante.
Des études ont confirmé les effets de réparation de l’ADN par cette plante. On a observé chez les hommes ayant reçu un extrait d’Uncaria tomentosa :
- Une diminution des cellules touchées.
- Une augmentation de la réparation de l’ADN après une induction de dommages créés par du peroxyde d’hydrogène (chimiothérapie).
- Chez des patients ayant reçu la Griffe du Chat (Uncaria tomentosa) en supplément de leur traitement traditionnel anticancer (chimiothérapie ou rayons), il a été observé moins d’effets secondaires tels que perte de cheveux, perte de poids, nausées, infections secondaires, problèmes cutanés. Les caroténoïdes sont des pigments liposolubles de couleur jaune-orangée à rouge présents dans de nombreux légumes et fruits.

Malgré l’identification de plus de 600 caroténoïdes spécifiques, seul un nombre limité d’entre eux sont présents en quantité sensible dans le sang et les tissus humains. Les principaux caroténoïdes sont le lycopène et la lutéine.
Malgré la similarité de leur structure, ils exercent différentes fonctions biologiques dont certaines préviennent ou contrôlent efficacement la génération de radicaux libres.

Sont des substances chimiques reconnues pour avoir un pouvoir antioxydant et pour protéger nos cellules contre le vieillissement et le cancer :
Le lycopène (pigment rouge des tomates),
La lutéine-zéaxanthine (pig¬ment jaune du maïs),
Le sulforaphane présent dans les crucifères (vaste famille comprenant le brocoli, les choux…).
Le lycopène a prouvé une action dans les cancers de la prostate et du poumon.
Les supplémentations en b-carotène et lycopène diminuent l’oxydation des LDL (Low-Density Lipoprotein, ce qu’on dit être le « mauvais cholestérol ») par rapport au placebo. Le b-carotène (précurseur de la vitamine A, cf. la section dédiée aux vitamines) est essentiel au bon fonctionnement de la communication cellulaire, de la différenciation cellulaire et de la reproduction.
Le lycopène piège les radicaux libres avec une efficacité supérieure d’au moins 70 % à celle du b-carotène.
Le lycopène présente un grand intérêt du fait de ses propriétés antimutagènes (anticancer). Une étude d’une durée de 7 ans portant sur 48 000 volontaires a apporté la preuve que la consommation de lycopène réduit le risque d’apparition du cancer de la prostate.
Quant au Curcuma (Curcuma longa), son effet renforcé par un petit dosage de pipérine (qui contribue à la bonne assimilation du curcuma) a été démontré dans plusieurs études. Il existe de nombreuses recherches sur le curcuma en cancérologie, tant pour ses propriétés préventives que curatives. Des études in vitro démontrent déjà que la curcumine possède des propriétés anticancéreuses. La re¬cherche doit encore avancer mais les résultats sont prometteurs. Plusieurs études sont en cours sur les cancers de l’estomac et de l’intestin.
Le thé vert (Camelia sinensis) est utilisé depuis des millénaires par les civilisations asiatiques : il sert autant comme boisson que comme remède. La médecine traditionnelle chinoise lui prête effectivement de nombreuses qualités. Les recherches scientifiques récentes ont mis en évidence ses propriétés antioxydantes dues à sa richesse en polyphénols et en caféine.
Le thé vert a été recommandé dans la prévention du cancer. Il semble offrir certains avantages pour prévenir les récidives du cancer du côlon à raison de 1,5 g par jour pendant 12 mois (réduction de 51 % du risque de récidive des tumeurs colorectales par rapport à l’absence de prise).
Certaines preuves épidémiologiques suggèrent que la consommation de thé vert est associée à un risque réduit de cancer de la vessie, cet effet étant toujours dû à l’épigallocathéchine-3-gallate.
Par contre, l’association entre la consommation de thé vert et le risque de cancer du sein est incohérente. Une méta-analyse de quatorze études de cohorte et de cas-témoins menées aux États-Unis, en Chine, au Japon, à Taiwan et à Singapour a montré que la consommation de thé vert n’était pas associée à une réduction du risque de cancer du sein ; les études ne donnent pas les mêmes résultats selon les populations et ne sont donc pas interprétables dans la situation actuelle.
Malgré cela, des recherches supplé¬mentaires sur la population suggèrent que les femmes asiatiques atteintes d’un cancer du sein de stade I ou II qui boivent de 3 à 5 tasses de thé vert ou plus par jour semblent avoir réduit le nombre de récidives et améliorer les résultats thérapeutiques.
Et puis, à l’inverse, on sait qu’il existe des cancers des buveurs de thé qui sont le cancer du larynx et celui de l’estomac, dus à la mauvaise habitude de boire le thé bouillant.

Ce thé diminue de 46 % les risques d’avoir un cancer des ovaires (encadré)
Les femmes qui consomment régulièrement du thé, y compris du thé vert ou du thé noir, semblent présenter un risque beaucoup moins élevé de développer un cancer de l’ovaire que les femmes qui n’en consomment jamais ou rarement.
Dans une étude de population prospective, les femmes qui consomment au moins deux tasses de thé par jour ont 46 % de risques en moins d’avoir un cancer de l’ovaire que les femmes qui n’en consomment pas régulièrement. Cette action serait due à l’épigal-locathéchine-3-gallate contenue dans le thé.
Une tendance semble également indiquer une consommation accrue de thé ou une durée d’utilisation plus longue, ce qui réduirait davantage le risque de cancer de l’ovaire. Cependant, le thé vert ne semble pas empêcher la récidive du cancer de l’ovaire.
Fin de l’encadré.

L’Astragale (Astragalus membranaceus) montre également une action contre les cellules cancéreuses et ralentit l’oxydation et l’apoptose (mort cellulaire). De nombreuses études sont en cours sur cette plante.
Le soja (Glycine max) a des effets multiples. Il est inévitable, il stabi¬lise la densité osseuse dans les deux sexes après 50 ans.
Il présente un effet hypo-cholestérolémiant.
Il est, par sa richesse en arginine, le précurseur du monoxyde d’azote (le plus puissant vasodilatateur connu), ce qui entraîne une diminution de la pression diastolique (pression artérielle lors du relâchement cardiaque).
Il ralentit la montée des PSA (Prostatic Specific Antigen, une substance sécrétée par la prostate dont on relève le taux lors du dépistage) dans le cancer prostatique et prévient ce cancer.
Il assure une protection rénale chez les diabétiques et une amélioration des fonctions cognitives (dans un groupe capable de fabriquer de l’équol au départ de la daïdzéine) en présence de bactéries intestinales compétentes.
Les isoflavones extraits du soja ont un effet important sur le vieillissement, leur action hormonale-like est utile dans les deux sexes.
Malheureusement, si le soja a un effet très positif en prévention du cancer du sein, il est incompatible avec les traitements antihormonaux, utilisés la plupart du temps lors de la prise en charge du cancer du sein hormonodépendant.
L’ail est un autre produit diététique à activité antioxydante qui s’est montré prometteur contre le cancer du côlon. Plusieurs études suggèrent que la consommation alimentaire accrue d’ail cuit et cru peut réduire d’environ 30 % le risque de cancer colorectal.
L’Absinthe (artemisia annua L.), connue depuis longtemps pour son action sur la malaria, a une action sur les cellules cancéreuses du poumon.
En définitive, de nombreuses plantes ont la réputation d’avoir des effets anticancer. Cependant certaines sont toxiques comme la Rauwolfia, tandis que d’autres comme le thé ou le curcuma peuvent être prises quasiment sans restrictions.
Et malheureusement, certaines plantes comme le soja sont préventives mais ne peuvent plus être utilisées lors des traitements classiques pour certains cancers.
Ce chapitre nécessite encore des études complémentaires avant de proposer l’utilisation des plantes comme anticancer. Il ne fait qu’évoquer des pistes.

A, C, E : les vitamines anticancer
Finalement, un onzième point pour¬rait être ajouté à cette liste de plantes anticancer : les vitamines et les mi¬néraux essentiels. Leurs effets sont antioxydants mais pas seulement.
L’oxydation en général cause des dommages à l’ADN cellulaire et favorise le développement du cancer. Les antioxydants neutralisent ces effets et jouent donc un rôle dans la prévention du cancer.
La vitamine C est la vitamine antioxydante par excellence. Beaucoup de gens la prennent avec l’espoir de réduire leur risque de cancer et d’autres maladies. Il existe des preuves selon lesquelles une augmentation de la vitamine C dans l’alimentation peut diminuer certaines formes de cancer. Cela n’a pas été prouvé dans le cas du cancer colorectal.
La vitamine E est un antioxydant qui a une certaine réputation dans le cancer. Les preuves de la vitamine E et d’un effet sur le cancer colorectal ont été établies. Elle est par contre déconseillée dans les maladies cardiovasculaires.
Le bêta-carotène appartient à la fa¬mille des caroténoïdes. C’est un pigment que l’on trouve dans les végétaux à pulpe orangée : les carottes, les abricots, les pêches, la mangue, la citrouille et la patate douce en renferment de bonnes quantités. On trouve également du bêta-carotène dans la plupart des légumes verts mais dans le cas de ces légumes, le pigment orangé est dissimulé par le pigment vert de la chlorophylle.
Le bêta-carotène exerce deux rôles principaux dans l’organisme :
Il peut d’abord être transformé en vitamine A dans l’organisme, en fonction des besoins de ce dernier en cette vitamine. En le prenant sous forme de supplément, il n’y a aucune crainte d’aboutir à une hypervitaminose A.
Le bêta-carotène agit également comme puissant antioxydant dans l’organisme. Il permet ainsi de neutraliser des radicaux libres. On peut prendre une dose de 50 000 U.I. par jour de bêta-carotène.
Son action préventive des effets secondaires dans le cancer est prouvée et il est à utiliser principalement lors de la récupération et en prévention des récidives.
Le magnésium semble réduire le risque de cancer du côlon en raison de ses effets antioxydants. Des doses de 200 à 270 mg/jour sont associées à une réduction du risque de cancer colorectal.
Il est donc conseillé, dans les cancers colorectaux, d’augmenter la consommation d’aliments riches en magnésium tels que légumineuses, grains entiers, légumes (en particulier le brocoli, la courge et les légumes à feuilles vertes), les graines et les noix.
L’augmentation de l’apport diététique de lutéine semble également réduire le risque de cancer du côlon. On trouve la lutéine dans les épi¬nards, le brocoli, le chou frisé et d’autres légumes à feuilles vertes.
Le calcium et la vitamine D sont utiles, pas seulement pour prévenir le cancer, mais aussi dans la prévention de l’ostéoporose (souvent induite par les traitements lourds du cancer). Les doses de 1200 mg de calcium par jour et 800 U.I. de vitamine D sous forme de nourriture et/ou de suppléments sont alors fortement conseillées.

Ils font encore débat (encadré)
Le sélénium, oligo-élément essentiel à notre organisme, n’a pas fait ses preuves pour aider à prévenir le cancer du côlon. De son côté, la coenzyme Q10 a souvent été citée comme complément alimenataire favorable dans les thérapies du cancer mais les études sont trop contradictoires pour en généraliser l’usage. (fin de l’encadré)



_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Sport et cancer

Message  Luc le Ven 23 Aoû 2019 - 9:20

Le soutien de l’activité physique
De plus en plus de patients utilisent des thérapies corporelles : le yoga, l’acupuncture et le massage. De manière évidente ces techniques améliorent la rémission ou la survie des patients atteints de cancer. Ces techniques corps-esprit diminuent les effets secondaires des traitements anticancéreux conventionnels.
Le yoga est une pratique indienne, ancienne et traditionnelle. Les exercices de yoga impliquent une respiration contrôlée, des postures corporelles et la méditation. Des recherches cliniques montrent que le yoga pendant douze semaines améliore les mesures de la qualité de vie, du bien-être émotionnel et social. Il diminue l’angoisse chez les patients atteints d’un cancer. Cet effet bénéfique continue lors des séquelles des traitements, comme les polynévrites.
Il existe de nombreux types de yoga. Le yoga qui met l’accent sur la pleine conscience et la respiration contrôlée est plus efficace que celui qui travaille uniquement les postures physiques.
L’acupuncture est une autre tech¬nique qui est intéressante contre les effets secondaires des traitements des cancers. Elle diminue par exemple les bouffées de chaleur chez les patientes atteintes d’un cancer du sein, en particulier celles sous traitement hormonal. L’acupuncture réduit également la douleur et améliore les mouvements des bras chez les patientes atteintes d’un cancer du sein après une ablation et un curage des ganglions lymphatiques.
Le massage est également intéressant pour soulager certains effets secondaires du traitement. Il diminue les nausées lors des chimiothérapies.
Quant au sport, on n’est jamais vrai¬ment friand à l’idée de s’y mettre… Pourtant les effets sont là.
Très peu d’études existent sur les liens entre le cancer et le sport mais une publication récente montre que les exercices brefs et intenses sont favorables.
L’exercice a longtemps été reconnu comme étant lié à de meilleurs résultats pour les femmes atteintes de cancer du sein, mais les explications manquaient. Un exercice intense qui accélère le rythme cardiaque et le rythme respiratoire stimule la production des catécholamines, et en particulier l’adrénaline.
Or l’adrénaline arrête la croissance des cellules tumorales dans le can¬cer du sein, cette réduction pouvant atteindre 50 %.
Le sport est donc un soutien efficace des thérapies, son action est démontrée dans le cancer du sein mais probablement effective dans la plupart des cancers. Beaucoup d’études de populations ont montré que l’exercice peut réduire le risque de cancer du sein chez une femme, et chez celles qui ont déjà un cancer du sein, il permet d’éviter les risques de rechute. Il faut quinze minutes d’exercice d’intensité modérée à élevée. Ce sport peut être pratiqué même pendant la chimiothérapie, après avis cardiologique bien sûr.
Actuellement, le remplacement des thérapeutiques anticancer par des extraits de plantes n’est absolument pas conseillé. Des études plus poussées devront avoir lieu. Le traitement anticancer nécessite l’usage de produits actifs, efficaces, souvent riches en effets secondaires mais standardisés et dont l’effet est documenté et répétitif. Néanmoins, la phytothérapie apporte une belle action complémentaire préventive des cancers, au même titre que l’alimentation.
Elle permet :
- Une meilleure tolérance des traitements,
- Une lutte efficace contre les effets secondaires des traitements classiques,
- Une meilleure récupération lors de l’arrêt de ceux-ci.
Et peut-être, un jour, une alternative à des traitements plus lourds.
Dr George Van Snick
Sources et références [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Mirzoune le Mer 28 Aoû 2019 - 20:04

Luc a écrit:Le soutien de l’activité physique
De plus en plus de patients utilisent des thérapies corporelles : le yoga, l’acupuncture et le massage. De manière évidente ces techniques améliorent la rémission ou la survie des patients atteints de cancer. Ces techniques corps-esprit diminuent les effets secondaires des traitements anticancéreux conventionnels.

Quant au sport, on n’est jamais vrai¬ment friand à l’idée de s’y mettre… Pourtant les effets sont là.
Très peu d’études existent sur les liens entre le cancer et le sport mais une publication récente montre que les exercices brefs et intenses sont favorables.
L’exercice a longtemps été reconnu comme étant lié à de meilleurs résultats pour les femmes atteintes de cancer du sein, mais les explications manquaient. Un exercice intense qui accélère le rythme cardiaque et le rythme respiratoire stimule la production des catécholamines, et en particulier l’adrénaline.
Or l’adrénaline arrête la croissance des cellules tumorales dans le can¬cer du sein, cette réduction pouvant atteindre 50 %.
Le sport est donc un soutien efficace des thérapies, son action est démontrée dans le cancer du sein mais probablement effective dans la plupart des cancers. Beaucoup d’études de populations ont montré que l’exercice peut réduire le risque de cancer du sein chez une femme, et chez celles qui ont déjà un cancer du sein, il permet d’éviter les risques de rechute. Il faut quinze minutes d’exercice d’intensité modérée à élevée. Ce sport peut être pratiqué même pendant la chimiothérapie, après avis cardiologique bien sûr.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
Mirzoune
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3813
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 56
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Mer 28 Aoû 2019 - 23:00

Content d'avoir des nouvelles.
C'est toi, à gauche, en 2ème position, avec le chapeau blanc, je suppose.
J'hésite entre la 1ère à l'avant-plan, qui a une "bonne bouille" et le chapeau blanc ! LOL
Par déduction, ça doit être le chapeau, à moins que tu aies décidé de porté une perruque. Wink
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Jeu 29 Aoû 2019 - 8:41

Est-on bien équipé, pour parer à toute éventualité  Wink
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Proserpine le Jeu 29 Aoû 2019 - 8:49

Moi, je pense que c'est plutôt la 1ère à gauche : pas de perruque car ses cheveux repoussent : ils sont très courts, comme tu peux remarquer...

_________________
Il ne faut pas demander que les événements soient comme tu le veux, 
mais il faut les vouloir comme ils arrivent .

Épictète


Ne jamais renoncer
Proserpine
Proserpine
Irrécupérable
Irrécupérable

Messages : 1350
Date d'inscription : 19/12/2015
Age : 64
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Jeu 29 Aoû 2019 - 9:37

Proserpine a écrit:Moi, je pense que c'est plutôt la 1ère à gauche : pas de perruque car ses cheveux repoussent : ils sont très courts, comme tu peux remarquer...
bien vu !
c'est son sourire, lumineux, avec une petite retenue car elle sait qu'on va la prendre en photo.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Mirzoune le Mer 4 Sep 2019 - 20:07

Gagné Proserpine!  Cancer : Combattre les effets secondaires 655530131 Sur la photo précédente, je suis à gauche au premier plan. Normal, c'est moi qui anime! Lol!
Et sur celle-ci, je suis au centre avec une veste en jean's...
Bisous à tous!  Cancer : Combattre les effets secondaires 556505355

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
Mirzoune
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3813
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 56
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  darky35 le Ven 6 Sep 2019 - 15:40


  • Article sur les catéchines de thé vert : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Présentation du produit green tea max (1 gelule = équivalent de 12 tasses de thé vert) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • Achat : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | Microbiote & commentaires / [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | Aliments histamine & teneurs |
darky35
darky35
Accro
Accro

Messages : 173
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Mirzoune le Ven 6 Sep 2019 - 17:57

Luc a écrit:
Proserpine a écrit:Moi, je pense que c'est plutôt la 1ère à gauche : pas de perruque car ses cheveux repoussent : ils sont très courts, comme tu peux remarquer...
bien vu !
c'est son sourire, lumineux, avec une petite retenue car elle sait qu'on va la prendre en photo.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
Mirzoune
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3813
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 56
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  darky35 le Ven 6 Sep 2019 - 18:20

Avec toute la franchise qui me carractérise d'ordinaire (pieds dans le plat) : "elle est pas moche du tout la p'tite dame, pis les cheveux courts lui vont à ravir" ♥

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | Microbiote & commentaires / [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] | Aliments histamine & teneurs |
darky35
darky35
Accro
Accro

Messages : 173
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 53

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Proserpine le Ven 6 Sep 2019 - 18:30

Oui, "lumineuse"...  I love you

_________________
Il ne faut pas demander que les événements soient comme tu le veux, 
mais il faut les vouloir comme ils arrivent .

Épictète


Ne jamais renoncer
Proserpine
Proserpine
Irrécupérable
Irrécupérable

Messages : 1350
Date d'inscription : 19/12/2015
Age : 64
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Mirzoune le Ven 6 Sep 2019 - 20:41

Merci! ça fait plaiz'... surtout en ce moment! Cancer : Combattre les effets secondaires 3149057531
Effets probables de la chimio-luminescence et de la radio-luminescence combinées ... Cancer : Combattre les effets secondaires 512883743


En même temps, entre un régime quasi 100% cru et sans glucide, les litres de flotte, de thé vert et la marche nordique que j'anime à la Maison Rose... Pas partie en vacances, enchaînée à l'hôpital comme un âne à sa charrue, mais toujours dehors! 
Normal si j'ai bonne mine!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
Mirzoune
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3813
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 56
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty HE gingembre contre les nausées

Message  Luc le Sam 7 Sep 2019 - 8:21

HE gingembre contre les nausées – Zingiber officinale
Une huile coup de coeur contre les haut-le-cœur
Oubliez tout ce que vous savez sur le gingembre : il n’est en rien aphrodisiaque ! En revanche, il n’a pas son pareil pour soulager les nausées et les vomissements. Sans contre-indication ni effet secondaire, l’huile essentielle de gingembre ne risque aucune interaction médicamenteuse, ce qui en fait notamment le remède « aroma » privilégié des oncologues et des anesthésistes.
Par Fabienne Millet. PDS 09.2019. Fabienne Millet est Docteur en pharmacie, experte diplômée en phytothérapie et en aromathérapie, Elle est enseignante dans plusieurs universités en France. Elle est spécialiste de l’utilisation des huiles essentielles.

C’était il y a quelques semaines seulement : dans le Centre de recherche médical de l’Université de Rochester, dans l’État de New York, environ mille personnes ont été prises en charge en aromathérapie avec une inhalation d’HE de gingembre officinal ou une inhalation d’un mélange à base d’huile essentielle de gingembre officinal, d’huile essentielle de menthe verte, d’huile essentielle de menthe poivrée et d’huile essentielle de cardamome. Ce que les chercheurs ont observé est sans appel : dans les deux cas, les nausées ont régressé de façon significative (1-2)
Les occasions pour le corps de manifester son mal-être par des nausées sont nombreuses : des troubles gastroentériques au mal des transports, en passant par les effets secondaires de la radiothérapie, des anesthésies générales, des chimiothérapies, sans oublier les grossesses et les migraines…
Et pour faire cesser rapidement cet état très inconfortable, on a tendance à se ruer sur les médicaments anti-nauséeux. Ils ne sont toutefois pas sans effets secondaires et l’efficacité n’est pas toujours satisfaisante.
L’utilisation de l’huile essentielle de gingembre est un atout incomparable et s’intègre à toutes les autres médecines globales (phytothérapie, homéopathie, médecine chinoise, acupuncture, acupression, aromathérapie…), seule ou en complément d’antiémétiques médicamenteux, dans la prise en charge des nausées.
Les causes des nausées et vomissements sont nombreuses mais le mécanisme d’action est toujours le même. Il correspond à une interaction entre deux systèmes : digestif et cérébral. Et si nausées et vomissements sont parfois liés, ils peuvent aussi être parfaitement indépendants.
Le vomissement est provoqué par une contracture des muscles abdominaux (et non de l’estomac), commandée par le cerveau. La pression abdominale favorise la remontée du bol alimentaire dans l’œsophage et la bouche. D’autre part, des neuromédiateurs stimulent le centre du vomissement, localisé dans le cerveau qui contrôle l’expulsion.
Les médicaments anti-nauséeux régulent l’action du centre du vomissement et relâchent les muscles thoraciques et abdominaux (principalement le diaphragme).
Un remède naturel validé par l’OMS (un fait rare à souligner !)
Pour lutter contre ces troubles, il existe des alternatives naturelles, dont certaines sont validées par la recherche et recommandées par les autorités de santé et l’OMS. Parmi elles, le gingembre officinal est la plante privilégiée pour calmer les nausées et anticiper les vomissements. C’est une plante médicinale à la silhouette d’un glaïeul, dont on utilise le rhizome (la tige souterraine), sec ou frais, sous forme de gélules, de tisanes… (3)
En aromathérapie, le rhizome sec ou frais est distillé à la vapeur d’eau pour l’obtention de deux huiles essentielles de gingembre officinal. Leurs propriétés sont identiques, contrairement à la fragrance. L’odeur épicée de l’HE de gingembre frais la différencie de la seconde huile essentielle, celle du gingembre sec, dont l’odeur est moins marquée, voire parfois un peu fade.


_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Sam 7 Sep 2019 - 8:23

On la diffuse en salle de réveil après une anesthésie
L’huile essentielle de gingembre officinal (Zingiber officinale/rhizome sec ou frais) présente une action anti-nauséeuse, mise en évidence par un certain nombre d’études cliniques et de recherches. Cette huile essentielle présente aussi une très forte action anti-inflammatoire.
La propriété anti-nauséeuse de l’huile essentielle de gingembre officinal est liée à la présence de composés spécifiques, actifs sur les muscles lisses dont ceux du tube digestif (action antispasmodique) et au niveau de certains neuromédiateurs (anxiolytique). Le bêta-sesquiphellandrène et l’alpha-zingibérène sont les deux principaux constituants à action an-xiolytique et antispasmodique.
D’autres composés potentialisent l’activité des constituants précédemment cités, tels que :
- Le d-limonène (anti-nauséeux, antispasmodique),
- Le linalol (anxiolytique, antispasmodique),
- Les citrals (anxiolytiques, antispasmodiques).
En plus de ses propriétés spécifiques, l’HE de gingembre officinal améliore globalement la qualité de vie par son action tonique et anxiolytique. C’est la raison pour laquelle elle accompagne favorablement de nombreuses pathologies
(4).
Dans certains établissements hospitaliers (France, Grande-Bretagne, États-Unis, Canada, Asie…), cette huile essentielle est intégrée dans les soins infirmiers en péri-anesthésie pour prévenir ou gérer les nausées et vomissements post-opératoires (5).
La prise en charge de nausées et des vomissements avec l’HE de gingembre officinal, quelle qu’en soit leur origine, est validée par un mode d’utilisation très simple à mettre en place par les soignants ou par soi-même : l’inhalation sèche
. En milieu hospitalier, l’huile essentielle est parfois même diffusée dans les salles de réveil.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Sam 7 Sep 2019 - 8:27

Quatre types de nausées : un seul remède
1. Nausées postopératoires
La nausée postopératoire est une complication fréquente de l’anesthésie et de la chirurgie. Les médicaments antiémétiques réduisent mais n’éliminent pas systématiquement et de manière fiable ces nausées, d’où l’intérêt d’avoir recours à d’autres méthodes.
Une étude a démontré l’efficacité de l’HE de gingembre contre les nausées postopératoires. Suite à une chirurgie abdominale, un groupe de patients souffrant de nausées et de vomissements a respiré de l’HE de gingembre officinal. Par rapport au groupe témoin, les nausées et les vomissements ont considérablement diminué au cours des six premières heures suivant l’inhalation de l’huile essentielle de gingembre officinal (6)
Si l’huile essentielle de gingembre officinal n’est pas suffisamment efficace lors de nausées sévères, l’huile essentielle de lavande fine (Lavandula angustifolia) peut lui être associée. Elle présente une forte action anxiolytique qui a un impact positif sur la régulation des nausées (étude de 2019) (7)

2. Nausées médicamenteuses (dont chimiothérapie)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
L’huile essentielle de gingembre soulage efficacement les nausées postopératoires ou dues aux chimiothérapies.

Les nausées sont une des conséquences des chimiothérapies. Rares sont ceux qui en sont épargnés. L’ajustement du traitement dès la première séance de chimiothérapie permet de les réduire mais ce n’est pas toujours garanti. Des études appuient l’idée que le gingembre serait un atout dans cette situation.
En Malaisie (2015), des patientes atteintes d’un cancer du sein et traitées en chimiothérapie souffraient de nausées et de vomissements. L’huile essentielle de gingembre officinal, utilisée par inhalation, a minoré les troubles pendant la phase aiguë des nausées et amélioré la qualité de vie de ces femmes avec stimulation de l’appétit ( 8 ). De nombreuses études sont effectuées dans ce domaine avec des résultats encourageants.
L’huile essentielle de gingembre officinal, utilisée chez des enfants soumis à une chimiothérapie, a présenté des résultats moins significatifs. Des études complémentaires sont nécessaires (étude de 2018). (9)

3. Nausées de la grossesse
L’huile essentielle de citronnier (Citrus limon/zeste) ou autres huiles essentielles dites « d’agrumes/zeste » (HE de mandarinier, HE d’oranger doux, HE d’oranger amer, HE de bergamotier, HE de yuzu, HE de pamplemoussier) sont fréquemment citées dans la prise en charge des nausées de la grossesse. Leurs fragrances agréables sont un avantage, car l’odeur épicée ou fade de l’HE de gingembre officinal peut incommoder et on sait que les femmes enceintes sont très sensibles aux odeurs. En usage courant, en l’absence d’objection olfactive, l’HE de gingembre officinal (sec ou frais), calme rapidement les nausées de la grossesse. En cas de nausées intenses, l’association « HE de gingembre officinal / HE de citronnier » se révèle très efficace.
Sous réserve d’un choix judicieux (l’HE de menthe poivrée, à action anti-nauséeuse également, est contre-indiquée pour la femme enceinte), l’inhalation sèche est un mode d’utilisation des huiles essentielles recommandé aux femmes enceintes.

4. Nausées digestives
L’huile essentielle de gingembre officinal, validée comme anti-nauséeuse face à des nausées et vomissements intenses (cas précédents), convient parfaitement pour tout autre état nauséeux, quelle qu’en soit l’origine (excès alimentaires, gastro-entérite, migraine, mal des transports…).
Toujours sous réserve d’un choix attentif, l’inhalation sèche est un mode d’utilisation des huiles essentielles recommandé aux adultes et enfants de plus de 7 ans (sous contrôle parental), aux femmes enceintes et allaitantes. Pour les jeunes enfants, la diffusion passive (3 à 4 gouttes d’huile essentielle déposées sur la moquette, un tapis, ou un mouchoir dans la voiture) se substitue aisément à l’inhalation sèche, sans perte d’efficacité dans la prise en charge des nausées du voyage.

Encadré : Le poivre du pauvre
Le gingembre n’a pas été utilisé de manière uniforme sur la planète. Si c’est un incontournable de la médecine traditionnelle chinoise, les Grecs et Romains en avaient une faible consommation alimentaire ou thérapeutique. Ce n’est qu’au IXe siècle que cette épice a véritablement fait son entrée en Europe, notamment pour rem¬placer le poivre. Le gingembre officinal se substitua alors au poivre pour rehausser la saveur des aliments pour la simple rai¬son qu’il était moins onéreux. Au Moyen-âge, il entra dans la composition de nombreux produits de santé toniques et anti-infectieux selon les recommandations de la très célèbre Hildegarde de Bingen. Aujourd’hui, il est toujours présent dans la pharmacopée européenne. (Fin de l'encadré).





_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Protocole anti-nausées avec HE

Message  Luc le Sam 7 Sep 2019 - 8:31

Mon protocole anti-nausées
En inhalation sèche
- Déposer sur un mouchoir 2 à 3 gouttes d’huile essentielle de gingembre,
- Respirer à raison de 3 à 4 inspirations,
- Renouveler plusieurs fois dans la journée ou à la demande (selon les besoins), en rechargeant le mouchoir avant chaque inhalation.
Ce protocole s’utilise pendant la période des nausées (24 à 48 heures, ou plus…).
Précautions : Éviter tout contact avec la peau ou les muqueuses.
Les inhalations sèches se pratiquent dès l’apparition des premières nau¬sées mais peuvent être commencées avant l’intervention chirurgicale ou le traitement de chimiothérapie afin d’en limiter le nombre et l’intensité après l’acte chirurgical ou médicamenteux.

En diffusion dans votre intérieur
La diffusion atmosphérique passive peut se substituer, si besoin, aux inhalations sèches, ou s’y associer. Pour la réaliser :
- Déposer sur un support poreux (mouchoir en papier, galet poreux, petit objet en plâtre…) dans une soucoupe, pour éviter toute altération du mobilier (les huiles essentielles dissolvent les cires et les vernis), 5 à 6 gouttes d’huile essentielle de gingembre.
- Positionner ce support près de soi.
- Recharger en huile essentielle le support poreux, plusieurs fois dans la journée (selon l’apparition des nausées, dès que l’odeur devient imperceptible).
Ce protocole s’utilise pendant la période des nausées (24 à 48 heures, ou plus…).
Précautions : Éviter tout contact cutané.

Pour réaliser des inhalations sèches ou des diffusions atmosphériques passives, des mélanges peuvent être effectués avec des associations de deux ou trois huiles essentielles anti-nauséeuses :
- HE de gingembre,
- HE de menthe poivrée,
- HE de citronnier/zeste
ou toute autre huile essentielle de ce groupe : HE de mandarinier, HE d’oranger doux, HE d’oranger amer, HE de bergamotier, HE de yuzu, HE de pamplemoussier.
Ne pas hésiter également à associer des huiles essentielles anxiolytiques dont l’HE de lavande fine. Les huiles essentielles « d’agrumes/zeste » le sont déjà.

Ne pas dépasser 3 gouttes d’huile essentielle au total, sur le mouchoir, à chaque inhalation ou 6 gouttes en diffusion atmosphérique passive.
Si aucune amélioration n’est obser¬vée dans les quarante-huit heures (nausées rebelles), consulter un médecin.
Fabienne Millet

Encadré 1 : Important : les huiles essentielles sont allergisantes et contre-indiquées en cas de convulsions. Les femmes enceintes et allaitant peuvent utiliser les huiles essentielles par diffusion atmosphérique et par inhalation sèche sans risque. Les hydrolats sont également allergisants.
Encadré 2 : Les pourcentages sont donnés pour des adultes. Le nombre de gouttes est donné pour des flacons d’huile essentielle délivrant 20 gouttes environ au millilitre. Le nombre de gouttes varie d’un laboratoire à l’autre. Il est important de se faire préciser les équivalences lors de l’achat d’une huile essentielle. (Fin de l’encadré).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Luc le Sam 7 Sep 2019 - 8:31

Sources de l'article:
1. Hunt R. et al., « Aromatherapy as treatment for postoperative nausea: a randomized trial », Anesth. Analg., 2013, doi: 10.1213/ANE.0b013e31824a0b1c
2. Fearrington MA, et al., « Essential Oils to Reduce Postoperative Nausea and Vomiting », J. Perianesth. Nurs., mai 2019, doi: 10.1016/j.jopan.2019.01.010
3. P. Delaveau, « Expliquez-moi les épices (aromates ou médicaments) », ED Pharmathèmes, 2000 .
4. Stappen I. et al., «Influence of Essential Ginger Oil on Human Psychophysiology after Inhalation and Dermal Application», Nat. Prod. Commun, 2016. & Oyemitan I. A. et al., « Psychoneuropharmacological activities and chemical composition of essential oil of fresh fruits of Piper guineense (Piperaceae) in mice », J. Ethno¬pharmacol., mai 2015, doi: 10.1016/j.jep.2015.03.004
5. Mamaril M. E. et al., « Prevention and management of postoperative nausea and vomiting: a look at complementary techniques », J. Perianesth Nurs., 2006
6. Lee Y. R. et al., « Effectiveness of Ginger Essential Oil on Postoperative Nausea and Vomiting in Abdominal Surgery Patients », J. Altern Complement Med, 2017, doi: 10.1089/acm.2015.0328 .
7. Karaman S., et al., « A randomized placebo-controlled study of aromatherapy for the treatment of postoperative nausea and vomiting », Complement Ther Med, 2019, doi: 10.1016/j.ctim.2018.12.019 .
8. Lua, P. L., et al., « Effects of inhaled ginger aromatherapy on chemotherapy-induced nausea and vomiting and health-related quality of life in women with breast cancer », Complement Ther Med, 2015, doi: 10.1016/j.ctim.2015.03.009
9. Evans, A. et al., « The Use of Aromatherapy to Reduce Chemotherapy-Induced Nausea in Children With Cancer: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial », J. Pediatr Oncol Nurs, 2018, doi: 10.1177/1043454218782133

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 7883
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 65
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Mirzoune le Sam 7 Sep 2019 - 10:28

Coucou Luc et les z'amis!
Tu te doutes que j'ai essayé tout ça! Pour ma part (mais cela peut varier d'une personne à l'autre), l'HE de citron a été ce qu'il y a de plus efficace. 
Le citron sous toutes ses formes a été un allié de taille....
Mon conseil, pour la faible différence de prix, n'hésitez pas à prendre vos huiles essentielles en version bio, beaucoup plus parfumée et avec une odeur de plante fraîche que l'on ne retrouve pas avec les HE non bio.

Bon WE à tous!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
Mirzoune
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3813
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 56
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Cancer : Combattre les effets secondaires Empty Re: Cancer : Combattre les effets secondaires

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum