Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» idées pour faire des jus
par Luc Aujourd'hui à 12:59

» Nouveau cadeau de la vie
par Mirzoune Aujourd'hui à 11:25

» Histroire drôle en images - Funny clip
par Luc Aujourd'hui à 10:02

» Microbiote et pathologies auto-immunes
par Luc Hier à 21:48

» Le corps subtil
par Mirzoune Hier à 9:44

» Découvrez la qualité de l’eau du robinet de votre commune
par Proserpine Mar 16 Oct 2018 - 12:16

» Propolis verte et cancer
par Mirzoune Mar 16 Oct 2018 - 9:20

» FUT2 sécrétor ou non sécretor ?
par Parsifal Lun 15 Oct 2018 - 14:26

» Cancer : un traitement simple et non toxique. Extraits
par Luc Lun 15 Oct 2018 - 9:02

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Nell74 Dim 14 Oct 2018 - 13:35

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Sam 13 Oct 2018 - 11:05

» Comment optimiser l'assimilation du fer
par Parsifal Sam 13 Oct 2018 - 10:23

» The Plant Paradox - Dr Gundry
par Parsifal Sam 13 Oct 2018 - 10:17

» Le CBD - Cannabidiol
par Mirzoune Sam 13 Oct 2018 - 9:41

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:52

» Médecine individualisée, épigénétique et nutrigénomique
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:31

» Comment j'alcalinise mon corps
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:19

» Où trouver du calcium ailleurs que dans les laits animaux?
par Parsifal Ven 12 Oct 2018 - 23:14

» La lumière LED fatigue et altère la macula
par Luc Ven 12 Oct 2018 - 14:56

» Briquettes moelleuses au curcuma SGSC
par Luc Mar 9 Oct 2018 - 11:48

» Bon anniversaire Mezame
par Mezame Dim 7 Oct 2018 - 21:04

» Pasteur/Koch
par Proserpine Dim 7 Oct 2018 - 15:39

» Bon anniversaire Matogato
par Mirzoune Sam 6 Oct 2018 - 10:08

» Bon anniversaire johnny-bak
par Mirzoune Jeu 4 Oct 2018 - 19:46

» Les facteurs déclenchants supposés de la fibromyalgie
par sumerien Jeu 4 Oct 2018 - 19:19

» Les oméga-6 oxydés sont coupables – Pas le cholestérol LDL !
par Luc Mer 3 Oct 2018 - 10:34

» Magnésium et taurine pour le cerveau
par Flo Mar 2 Oct 2018 - 11:12

» Présentation de Parsifal
par Mirzoune Mar 2 Oct 2018 - 8:28

» Battage médiatique sur l'huile de coco
par Luc Mar 2 Oct 2018 - 8:19

» ALA: acide alpha-lipoïque et chélation
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:46

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:43

» L'aspirine est pro-métabolique et anti-cancer
par Luc Lun 1 Oct 2018 - 18:12

» Renverser l’autisme
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:21

» Maladies auto-immunes: rééquilibrer le système immunitaire
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:20

» Kitava (Nouvelle Guinée), l’île où l’acné n’existe pas
par Parsifal Lun 1 Oct 2018 - 15:18

» Bon anniversaire jpwax
par Mirzoune Lun 1 Oct 2018 - 11:43

» Comprendre l’homéopathie
par Proserpine Dim 30 Sep 2018 - 20:03

» De l’huile d’olive à la place des antiacides
par Proserpine Dim 30 Sep 2018 - 15:02

» Le jeûne thérapeutique et ses effets combinés à la chimiothérapie
par Luc Ven 28 Sep 2018 - 10:30

» Bon anniversaire Galaanes
par Mirzoune Ven 28 Sep 2018 - 9:28

» Comment guérir votre métabolisme. Livre
par Luc Ven 28 Sep 2018 - 8:02

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Gaffal Jeu 27 Sep 2018 - 22:45

» Pain SG au thon et au cerfeuil
par Luc Mer 26 Sep 2018 - 7:57

» Bon anniversaire Angely
par Mirzoune Mar 25 Sep 2018 - 12:16

» Bon anniversaire Florence
par Nell74 Lun 24 Sep 2018 - 17:47

» Métaux Lourds : Pollution invisible
par Luc Lun 24 Sep 2018 - 11:19

» Shiitake: Le champignon « coup de fouet »
par Luc Dim 23 Sep 2018 - 15:25

» Bon anniversaire Cateli
par Mirzoune Dim 23 Sep 2018 - 8:57

» Bon anniversaire Bredan
par Mirzoune Dim 23 Sep 2018 - 8:55

» Danse du fou à pattes bleues
par Proserpine Dim 23 Sep 2018 - 8:09

» Histoires drôles et blagues ...
par Mirzoune Jeu 20 Sep 2018 - 9:25

» Cake SG teff sarrasin aux petits raisins
par Luc Mer 19 Sep 2018 - 14:36

» Présentation - Virginie94
par Mirzoune Lun 17 Sep 2018 - 13:21

» Les animaux malades de leurs croquettes
par Proserpine Sam 15 Sep 2018 - 21:36

» Bouillon de poule: Un incontournable!
par Proserpine Sam 15 Sep 2018 - 17:57

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Luc Sam 15 Sep 2018 - 17:57

» Huile de poisson et effet sur la thyroïde
par Luc Ven 14 Sep 2018 - 18:05

» rentrée cheznous en Béarn (64)
par Proserpine Ven 14 Sep 2018 - 17:43

» me voilà - Hérode
par Hérode Ven 14 Sep 2018 - 16:31

» Métabolisme du fer
par Luc Ven 14 Sep 2018 - 10:17

» Mort cérébrale et don d'organes
par Proserpine Mer 12 Sep 2018 - 19:09

» Présentation Sumerien
par Luc Mar 11 Sep 2018 - 20:42

» cake potiron ou courge
par Luc Lun 10 Sep 2018 - 16:10

» Le sel oui ! Mais lequel ?
par Luc Lun 10 Sep 2018 - 14:25

» Bon anniversaire Noa
par Mirzoune Dim 9 Sep 2018 - 10:43

» Eau ou café pour s'hydratater ?
par Luc Jeu 6 Sep 2018 - 10:38

» Cancer & Huiles Essentielles – Soins de support
par Mirzoune Jeu 6 Sep 2018 - 9:53

» Régime anti-Alzheimer
par Luc Mar 4 Sep 2018 - 11:30

» Smoothie Vert Tangerine et banane
par Luc Lun 3 Sep 2018 - 10:54

» Substances naturelles anti-douleur. Tableau
par Luc Dim 2 Sep 2018 - 15:09

» Cake à la banane
par Luc Sam 1 Sep 2018 - 17:23

» Vitamine C
par Flo Jeu 30 Aoû 2018 - 11:45

» Une nouvelle étude démontre l’inefficacité des oméga-3
par Luc Mar 28 Aoû 2018 - 16:39

» Présentation Alexenforme: La santé optimale, à la recherche du chemin
par Luc Lun 27 Aoû 2018 - 17:38

» Huile de coco : un « pur poison » explique une professeure de Harvard
par Luc Lun 27 Aoû 2018 - 10:08

» Taux de Prolamines dans les céréales et pseudo céréales
par Gaffal Dim 26 Aoû 2018 - 18:05

» Vidéo étonnante, marrante ou ...
par Gaffal Sam 25 Aoû 2018 - 22:07

» Présentation - Panchito
par Mirzoune Jeu 23 Aoû 2018 - 9:37

» Présentation d'un retraité heureux - angely17
par joséphine Mer 22 Aoû 2018 - 11:52

» Fécondation in vitro, Thyroïde et avoine
par sossophiphie Lun 20 Aoû 2018 - 23:54

» Ashwagandha et votre cerveau
par Luc Lun 20 Aoû 2018 - 13:23

» Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois
par Mirzoune Lun 20 Aoû 2018 - 11:51

» Par quoi remplacer - et bonnes adresses accessoirement
par Proserpine Lun 20 Aoû 2018 - 9:57

» Petit dej de Luc
par Luc Dim 19 Aoû 2018 - 8:01

» Petits pains coco & teff
par Proserpine Sam 18 Aoû 2018 - 10:18

» Comment la curcumine agit contre le cancer
par Luc Ven 17 Aoû 2018 - 10:16

» Carbs vs Fats & Mitochondria
par alexenforme Jeu 16 Aoû 2018 - 10:34

» Blagues et histroires drôles
par Luc Mer 15 Aoû 2018 - 16:10

» bonjour à tous. Philipou
par Mirzoune Mer 15 Aoû 2018 - 15:15

» Bicarbonate contre l'inflammation
par Luc Dim 12 Aoû 2018 - 12:26

» Que regardez-vous sur ARTE?
par Proserpine Dim 12 Aoû 2018 - 9:50

» Où achetez-vous vos compléments alimentaires ?
par nittygritty Sam 11 Aoû 2018 - 13:24

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Mirzoune Ven 10 Aoû 2018 - 19:30

» Comment soigner et augmenter son métabolisme – Respiration mitochondriale
par Luc Mer 8 Aoû 2018 - 11:38

» Dioxyde de titane
par Hérode Mar 7 Aoû 2018 - 22:56

» Bonjour à tous - de la part de Lilo
par Hérode Mar 7 Aoû 2018 - 10:23

» Balade en Brenne
par Mezame Dim 5 Aoû 2018 - 22:15

» Équilibre électrolytique et fonction surrénalienne
par Luc Jeu 2 Aoû 2018 - 10:20

» j'me presente je m'appelle henry...j'aimerais bien réussir ma vie...
par Luc Mar 31 Juil 2018 - 9:36


Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Aller en bas

Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Mirzoune le Mar 12 Avr 2016 - 18:46

L'acide lipoïque est nettement moins connu que d'autres antioxydants comme les vitamines C, E ou les caroténoïdes. Pourtant, les recherches de ces 50 dernières années, ont permis de découvrir sa polyvalence : composant enzymatique, c'est aussi un antioxydant puissant et ubiquitaire pouvant même être utilisé comme agent thérapeutique particulièrement intéressant. Dans les années 50, l'acide lipoïque a été d'abord identifié comme un composant de plusieurs systèmes d'enzymes impliqués dans la conversion des sucres et des graisses en énergie.

L'acide lipoïque est un catalyseur de haute activité biologique, nécessaire à l'oxydation des glucides et des lipides conduisant à la génération d'ATP, la forme d'énergie chimique utilisée par l'organisme.

À ce titre, il est connu comme un cofacteur de la production d'énergie, de manière similaire à plusieurs vitamines B (B2, B3). Mais il n'a pas reçu le titre de vitamine B, car le foie aurait la possibilité d'en synthétiser une petite quantité.

Néanmoins, dans certaines situations pathologiques, l'acide lipoïque serait essentiel, comme certains acides aminés : la synthèse hépatique serait insuffisante par rapport aux besoins de l'organisme.

Les principales sources alimentaires d'acide lipoïque sont les épinards, les rognons, le cœur, la viande de bœuf, les brocolis. Mais elles n'en apportent que de faibles quantités.

L'intérêt de l'acide lipoïque a changé au cours des années 60. Il est passé d'un rôle physiologique à un rôle thérapeutique potentiel.

Un groupe de médecins allemands a remarqué que chez certains patients atteints de diabète et de cirrhose du foie, le niveau sanguin d'acide lipoïque était inférieur à la normale. Pour compenser ce déficit biologique, ils leur ont administré de l'acide lipoïque.

Les chercheurs ont réalisé que l'acide lipoïque jouait un rôle d'antioxydant quand ils ont découvert que son administration permettait la survie d'animaux déficients en vitamine C.

C'est en 1988 qu'il a commencé à émerger comme antioxydant universel.

Le docteur Lester Packer est le pionnier de la recherche sur l'acide lipoïque comme antioxydant.

En 1991, il est apparu comme un participant important aux fonctions antioxydantes de l'organisme au même titre que la vitamine C, la vitamine E et le glutathion.

Enfin en 1993, Lester Packer a découvert qu'il protège un facteur nucléaire contrôlant l'expression et la régulation des gènes.

Chimie de l'acide lipoïque : L'acide alpha lipoïque est appelé aussi acide thioctique ou, encore, acide lipodomique. Sa structure chimique (acide 1,2-dithiolane-3-pentanoïque), avec deux atomes de soufre (thiol) lui donne des capacités uniques.
Ces atomes de haute énergie sont largement responsables des fonctions de l'acide lipoïque dans trois directions importantes : comme coenzyme, comme puissant antioxydant et comme chélateur de minéraux. Son processus de synthèse par l'organisme n'est pas encore connu, mais il a été remarqué que les teneurs sanguines s'abaissent avec l'âge.

Tous les facteurs qui induisent un stress oxydant (pathologie, environnement) entraînent une déficience en acide lipoïque. Cette déficience induit une baisse du niveau d'énergie qui peut être restauré par la prise d'acide lipoïque permettant d'effectuer un exercice plus intense et plus long. L'acide lipoïque est soluble à la fois dans l'eau et les graisses, ce qui est plutôt rare pour un antioxydant. Il exerce ainsi son activité dans ces deux milieux.


L'acide lipoïque : un antioxydant idéal ! L'acide lipoïque est réduit, en particulier, dans les globules rouges, en acide dihydrolipoïque. Cette réaction est dépendante du NADPH, une forme active de vitamine B3. C'est surtout l'acide dihydrolipoïque qui joue le rôle d'antioxydant, neutralise les radicaux libres et réduit l'oxydation de nos cellules.

L'acide lipoïque est capable de neutraliser plusieurs variétés de radicaux libres dont certains parmi les plus toxiques comme l'oxygène singulet, l'hypochlorite et le peroxynitrique. Ces radicaux très offensifs participent aux processus de maladies telles que l'athérosclérose, le diabète, la cataracte.

L'acide lipoïque permet aussi la régénération de nombreux antioxydants : une fois qu'un antioxydant a neutralisé un radical libre, il perd sa capacité antioxydante pour, parfois, devenir pro-oxydant. Il est donc capital qu'après avoir été oxydé, il puisse être régénéré. Les antioxydants sont régénérés par d'autres antioxydants. La vitamine C, après avoir joué son rôle d'antioxydant devient un pro-oxydant qui a l'avantage d'être facilement éliminé dans les urines.

L'acide dihydrolipoïque, en neutralisant un radical libre ou en régénérant un antioxydant, est oxydé en acide lipoïque : Il ne devient donc pas un pro-oxydant à éliminer ou à régénérer, comme la vitamine C, pour continuer à jouer son rôle d'antioxydant. L'acide lipoïque a l'avantage de régénérer plusieurs types d'antioxydants particulièrement vitaux comme la vitamine E, le glutathion, la vitamine C et l'ubiquinol, la forme réduite du coenzyme Q10.
Il prolonge la demi-vie de la vitamine E. De plus, son administration permet d'augmenter le taux de glutathion intracellulaire non seulement en le régénérant mais aussi en favorisant sa synthèse à partir de la cystéine.

Ce qui est particulièrement intéressant chez les sujets immunodéprimés (SIDA, surmenage du sportif de haut niveau) qui ont des taux de glutathion lymphocytaire effondrés : La supplémentation en acide lipoïque permet ainsi de restaurer un niveau de glutathion normal (élévation de 30 à 70 % du taux d'acide lipoïque) chez les sujets déficients et permet d'abaisser le niveau de lipoperoxydation.

L'ADN, constituant nos gènes, est endommagé par les radicaux libres. L'organisme a développé des systèmes enzymatiques pour le réparer et l'éliminer lorsqu'il est oxydé. L'ADN oxydé se retrouve, sous forme de bases oxydées, dans les urines. L'acide lipoïque a la particularité, non seulement, de protéger l'ADN des radicaux libres mais, aussi, d'aider à réparer l'ADN oxydé, ce qui le rend particulièrement efficace dans la prévention de la dégradation du génome responsable du vieillissement et du cancer.

L'acide lipoïque, comme la vitamine C, joue un rôle de chélateur vis-à-vis des métaux de transition tels le fer et le cuivre et des métaux lourds comme l'arsenic, le cadmium, le plomb et le mercure : Lors d'un excès de fer ou de cuivre, il forme un complexe avec le fer et le cuivre, les empêchant d'oxyder la vitamine C et d'autres antioxydants.
En se liant à ces métaux toxiques, il facilite leur excrétion et réduit leur absorption. Il empêche ainsi l'intoxication de l'organisme par ces métaux dangereux. Il est donc conseillé de se supplémenter en acide lipoïque lors d'un excès de fer ou de cuivre ou lors d'une contamination par des métaux lourds. Au niveau du globule rouge, sa capacité de chélation réduit la production de peroxyde d'hydrogène.


L'acide lipoïque, un inhibiteur de la glycation : La glycation est un acteur important du vieillissement cellulaire (voir Nutranews de septembre 2000).
L'acide lipoïque joue, ici encore, un rôle important en réduisant les dommages des protéines liés à l'excès de sucre. Avec les effets antiglycation et antioxydant de l'acide lipoïque, les dommages résiduels peuvent être réparés par un bon fonctionnement enzymatique.


Acide lipoïque et traitement de l'athérosclérose : L'athérosclérose est un processus lent au cours duquel des plaques se forment dans les vaisseaux aboutissant progressivement à leur obstruction. La formation de ces plaques est liée à l'association de plusieurs paramètres biologiques défaillants : un excès de cholestérol, un stress oxydant important, une inflammation.
Sur des modèles animaux, l'acide lipoïque a montré des effets protecteurs de l'athérosclérose : Chez des animaux qui recevaient une alimentation induisant une athérosclérose précoce, la prise d'acide lipoïque a permis de réduire de 75 % l'incidence des lésions d'athérosclérose par rapport à ceux qui ne prenaient pas d'acide lipoïque. Au Japon, deux groupes consommaient une alimentation favorisant l'athéro-sclérose, un des deux groupes prenait de l'acide lipoïque, l'autre un placebo. Le groupe prenant l'acide lipoïque a eu 75% moins de lésions d'athérosclérose que le groupe placebo.

Dans des cas d'hypercholestérolémie, l'administration d'acide lipoïque a permis de réduire jusqu'à 40 % le taux de cholestérol total et jusqu'à 42 % celui de cholestérol LDL chez le lapin suivant une alimentation riche en cholestérol.

L'apport d'acide lipoïque a permis d'augmenter le niveau d'oxygène dans le cœur, l'aorte et dans le foie.

L'acide lipoïque, une thérapie approuvée dans le diabète et ses complications : Le diabète est la maladie définie par une hyperglycémie à jeun (excès de sucre dans le sang).

Le diabète de type I (15% des diabètes) est lié à une insuffisance de production d'insuline, l'hormone hypoglycémiante (réduisant le niveau de sucre sanguin). Elle résulte de dégâts au niveau des cellules bêta du pancréas qui produisent l'insuline.
Le diabète de type II (85% des diabètes) est lié à une insulinorésistance, c'est-à-dire que l'insuline, produite parfois à un taux élevé, n'est plus efficace sur les tissus périphériques et ne fait plus baisser efficacement le niveau de sucre dans le sang. Ce diabète est souvent associé à l'âge, l'obésité, l'hypercholestérolémie.


Le diabète est responsable de pathologies macrovasculaires comme l'hypertension, l'artérite et de pathologies microvasculaires comme l'insuffisance rénale, la neuropathie diabétique, la cataracte. L'acide lipoïque est utilisé, en Allemagne, dans le traitement du diabète avec succès, depuis 35 ans. L'administration d'acide lipoïque augmente le transport du glucose en stimulant ses transporteurs (GLUT-1 ET GLUT-4). Cette activité est indépendante de l'insuline.
La supplémentation en acide lipoïque (300 à 600 mg/j) abaisse significativement dans le sang, le taux de glucose, de pyruvate, de sorbitol et d'acétoacétate en augmentant la teneur musculaire et hépatique en glycogène.
La prise de 600 mg/j d'acide lipoïque pendant 4 semaines entraîne une amélioration de 30 % de l'assimilation du glucose.
En même temps, il entraîne une meilleure utilisation du glucose par les muscles, réduit la sortie de glucose hépatique et l'apport de glucides dans les cellules graisseuses, limitant ainsi la prise de poids.
L'amélioration du transport du glucose dans les muscles conduit à augmenter la production d'énergie. (élévation du métabolisme et de la production d'ATP) dans les tissus musculaires, stimule la réparation musculaire et permet d'augmenter la durée de l'exercice.
L'administration à long terme d'acide lipoïque (600 à 800 mg/j) permet de corriger la neuropathie diabétique en induisant la croissance des fibres nerveuses.

L'administration d'acide lipoïque chez le diabétique recevant en plus de l'insuline ou un autre traitement hypoglycémiant doit faire attention au risque d'hypo-glycémie, en surveillant régulièrement sa glycémie et en adaptant le traitement médicamenteux.

Une revue de la littérature montre que l'acide lipoïque entraîne de manière dose-dépendante une poussée de neurites. Cela est attribué à l'amélioration de la fluidité membranaire des neurones, à une meilleure oxygénation du neurone et à une épargne de la vitamine C dont le transport est affecté par la maladie.

En effet, la vitamine C et le glucose utilisent le même transporteur pour passer dans les tissus et un excès de glucose empêche, par compétition, l'entrée de vitamine C dans la cellule aboutissant à un manque de vitamine C intracellulaire. En utilisant d'autres transporteurs, l'acide lipoïque peut régénérer la vitamine C et éviter un déficit intracellulaire. L'hyperglycémie est un facteur d'élévation du taux de céruloplasmine plasmatique chez des patients atteints de neuropathies diabétiques par rapport à des sujets en bonne santé.
L'administration d'acide lipoïque réduit très significativement ce taux anormalement élevé de céruloplasmine chez les patients atteints de diabète. Cette amélioration est associée à une réduction de la lipoperoxydation.

En 1995, au cours d'un congrès sur la neuropathie diabétique, plusieurs chercheurs ont rapporté les résultats de différentes études cliniques montrant que l'acide lipoïque peut inverser les effets du diabète sur les yeux, les nerfs et le cœur. La conférence a conclu que l'acide lipoïque est l'agent de choix pour la prévention des complications diabétiques, incluant la neuropathie, la cardiomyopathie et la rétinopathie.

La cataracte est une dégénérescence du cristallin (lentille de l'œil). Elle est induite par le rayonnement ultraviolet et le diabète. Les sujets qui ont une alimentation riche en antioxydants présentent moins de cataractes que ceux qui ont une alimentation pauvre en antioxydants.
En cas de cataracte, le tissu de la cornée est pauvre en antioxydants et, particulièrement, en glutathion. La prise d'acide lipoïque entraîne une augmentation des teneurs en glutathion, vitamines C et E de la cornée, et bloque la formation de la cataracte chez les rats diabétiques.


L'acide lipoïque, un traitement adjuvant du SIDA et des hépatites : Au cours de l'infection au VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine), les lymphocytes, cellules clefs du système immunitaire, perdent leur capacité à synthétiser et à transporter le glutathion. C'est pour cette raison que le patient devient immunodéprimé, que se développent des infections opportunistes, c'est-à-dire des infections qui n'atteignent habituellement pas les personnes saines, et que le patient entre progressivement dans le stade SIDA (Syndrome d'Immunodéficience Acquise).
Ce déclin peut être prévenu en maintenant un statut antioxydant élevé : l'acide lipoïque est un puissant antioxydant qui augmente la production de glutathion.
L'administration de 150 mg d'acide lipoïque, trois fois par jour, a permis d'élever le taux de glutathion, de vitamine C, de lymphocytes T helper de 66 % et le rapport T helper/Tsuppresseur de 60%. En culture cellulaire, l'acide lipoïque empêche la réplication du VIH. Le VIH active anormalement un gène qui va favoriser la prolifération du virus. L'administration d'acide lipoïque interdit l'activation de ce gène.
Dans un article publié sur trois cas en 1999, la prise simultanée d'acide lipoïque, de sylimarine et de sélénium a permis à des patients atteints d'hépatite C chronique d'éviter de subir une transplantation hépatique.
Cette trithérapie peut donc parfois s'avérer efficace même dans des cas désespérés et il ne faudra donc pas hésiter à la tenter. La prise d'acide lipoïque chez des patients atteints d'hépatites chroniques ou de cirrhose, augmente le contenu en ATP des hépatocytes (cellules du foie), élève la masse des hépatocytes et active leur fonction de détoxication.


L'acide lipoïque, un protecteur neurologique : Sur le plan neurologique, l'acide lipoïque préviendrait le vieillissement cérébral. Des études chez l'animal âgé ont montré une amélioration de la mémoire à long terme lors de prise d'acide lipoïque, mais cet effet n'apparaît pas chez les jeunes. A la suite d'une ischémie (manque d'oxygène) cérébrale, par exemple liée à l'obstruction d'une artère par un caillot, la reperfusion (réoxygénation rapide) entraîne un stress oxydant élevé responsable de dégâts cérébraux pouvant être majeurs.
Lors d'une ischémie povoquée par une reperfusion cérébrale expérimentale, l'administration préventive d'acide lipoïque a permis de réduire nettement les dégâts cérébraux.


L'acide lipoïque contre l'effet des irradiations : Enfin, l'acide lipoïque protège des rayonnements ionisants : Dans deux études russes impliquant des victimes de l'accident de Tchernobyl, la prise de 400 mg d'acide lipoïque pendant un mois a entraîné une baisse de l'excrétion urinaire d'isotope radioactif et cet effet a été renforcé par la prise, en supplément, de 200 mg/j de vitamine E, alors que la vitamine E seule n'avait pas d'effet.

L'acide lipoïque, une substance non toxique : Pris à des doses préventives (20 à 50 mg/j) en continu, l'acide lipoïque ne présente aucun effet secondaire. Pris à des doses thérapeutiques (100 à 800 mg/j voire 1g/j), il peut entraîner, chez certaines personnes, quelques légers troubles digestifs sans aucune conséquence.
La demi-dose aiguë toxique (DL50) est évaluée à 400-500 mg/kg de poids corporel soit 28 à 35 g pour un homme de 70 kg (28 à 35 fois la dose thérapeutique maximale).


En conclusion: l'acide lipoïque, un antioxydant universel et un agent thérapeutique d'avenir
L'acide lipoïque mérite bien le titre d'antioxydant universel : il est très bien absorbé par le tube digestif et se diffuse dans tous les tissus, il est à la fois liposoluble et hydrosoluble, il neutralise les radicaux libres et régénère d'autres antioxydants, il chélate les métaux lourds, il aide à la réparation de l'ADN et a des effets positifs sur l'expression génique, et, enfin, réduit la glycation.

Le domaine où l'efficacité thérapeutique de l'acide lipoïque est reconnue (en Allemagne) est le diabète, notamment dans la prévention de ses complications et, en particulier, la neuropathie et la cataracte. Il devrait être utilisé en combinaison avec la N-acétyl-cystéine dans les pathologies responsables d'une chute de glutathion intracellulaire comme l'exposition aux rayonnements ionisants, les viroses, en particulier, le VIH et les hépatites, le surmenage du sportif. Enfin, il pourrait avoir son indication dans l'athérosclérose et l'hyper-cholestérolémie. En traitement préventif et curatif, l'acide lipoïque est donc une valeur sûre et d'avenir pour la recherche et la supplémentation.


Références:
Sites de liens sur l'acide lipoïque :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les bases de l'acide lipoïque : une interview avec le Dr Jim Clark :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Alpha-Lipoic acid : Quite Possibly the "Universal" Antioxidant :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Voir aussi: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Mirzoune le Sam 8 Juil 2017 - 11:41, édité 1 fois

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3633
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Acide Alpha-lipoïque et douleurs neuropathiques

Message  Mirzoune le Sam 8 Juil 2017 - 11:40

Les patients atteints de sclérose en plaques peuvent bénéficier d'une thérapie en vente libre: l'acide Alpha Lipoïque

Les options de traitement sont actuellement limitées pour les personnes atteintes de sclérose en plaques progressive secondaire. Cependant, une étude pilote de l'OHSU suggère que l'acide lipoïque -antioxydant en vente libre- est prometteur pour améliorer la vie des patients. La recherche a été publiée le 28 juin dans la revue Neuroimmunology & Neuroinflammation.

L'étude randomisée en double aveugle comprenait 51 participants qui ont terminé l'essai sur deux ans. Vingt-sept personnes ont reçu une dose quotidienne d'acide lipoïque de 1 200 mj/jour, les 24 autres participants ayant reçu un placebo. Les chercheurs utilisent les résultats de l'essai pilote pour concevoir l'essai clinique multi-site élargi pour commencer plus tard cette année à Portland et d'autres sites qui doivent encore être finalisés.

"Ce sont des doses élevées", a déclaré l'auteur principal Rebecca Spain, M.D., M.S.P.H., professeur adjoint de neurologie à l'OHSU School of Medicine. "Et si cela semble être sûr, nous ne saurons pas si cela améliore réellement la vie des personnes atteintes de la maladie mentale jusqu'à ce que nous puissions reproduire les résultats dans l'étude pilote à travers un essai clinique beaucoup plus grand. Heureusement, nous pourrons répondre à cette question avec la participation de bénévoles ".

La SEP est une maladie chronique qui affecte environ 2,3 millions de personnes dans le monde.
Dans la SEP, la gaine qui recouvre les fibres nerveuses dans le cerveau et la moelle épinière est endommagée, ralentissant ou bloquant les signaux électriques du cerveau atteignant les yeux, les muscles et d'autres parties du corps.

La principale constatation de l'étude pilote a consisté à mesurer le degré auquel l'acide lipoïque a arrêté le taux d'atrophie cérébrale entière, mesuré par imagerie par résonance magnétique. L'étude a révélé une amélioration de 68 pour cent par rapport au placebo dans le ralentissement du taux d'atrophie cérébrale complète chez les patients atteints de SEP secondaire secondaire.

Par souci de comparaison, un essai clinique impliquant l'Ocrevus pharmaceutique approuvé récemment par la FDA a montré une amélioration de 18% par rapport à un placebo dans le ralentissement du taux d'atrophie cérébrale complète chez les patients présentant des formes primaires progressives de la maladie. En outre, l'étude pilote a suggéré des temps de marche améliorés et moins de chutes parmi les participants à l'étude qui ont pris une dose quotidienne d'acide lipoïque par rapport à ceux qui ont reçu le placebo.

Les chercheurs sont désireux de tester ces résultats dans le plus grand essai clinique.
Une étude complémentaire, publiée simultanément par Neuroimmunology & Neuroinflammation, a mesuré le taux d'absorption et de dépollution de l'acide lipoïque par des analyses de sang périodiques des participants à l'étude pilote. Les résultats aideront à informer la conception d'essais cliniques supplémentaires.

L'acide lipoïque a été jugé sûr et bien toléré par les participants à l'étude pilote. La crise de l'estomac a été l'effet secondaire le plus fréquent.

Plus d'informations:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Espagne RI, Powers K, Murchison C, et al. L'acide lipoïque pour la neuroprotection dans lasclérose en plaques progressive secondaire: résultats d'un essai pilote contrôlé randomisé. Présenté à la 68e réunion annuelle de l'American Academy of Neurology, 15 au 21 avril 2016;Vancouver, Colombie-Britannique, Canada. Affiche P1.373. 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3633
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Luc le Sam 8 Juil 2017 - 11:57

Je combinerais de l'ALA retard avec du NAC, en cure seulement. Et pas en cas de cancer.
La demi-vie de l'ala est de +/ 8 H,
lipoic acid time released
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
300 mg 60 tabs (+/ sécables en 2 demi si vous savez casser un morceau de sucre en 2).
10.75 $, en promo.
C'est celui que je prends quand je fais un régime et que j'ai perdu qques kilo (chélation des ML).
7H - 15H - 23H.
En prenant un demi-comprimé 3 fois par jour (à 8 heures d'intervalle) on couvre la journée entière et la nuit avec un flux continu ! (demi-vie).

Pour le lecteur lambda:
Pas en attaque pour une chélation pure, si c'est votre objectif. 
Ne pas suivre les indications sur le flacon !!!
NB: En cas d'intox aux ML, il ne faut pas commencer avec de L'ALA. L'ALA viendra en traitement conjoint après une chélation des ML déjà en circulation. Sinon le mercure pourrait retourner vers le cerveau. Voir Andy Cutler pour approfondir. Ici, je suis HS.
ALA cleans the brain (and organs) by crossing the Blood Brain Barrier (BBB). ALA can get mercury ‘in and out’ of the brain. During mercury amalgam removal a lot of mercury is released, thus, it is best to wait three months and lower the mercury in the body with another chelator before adding the ALA to prevent released mercury from moving into the brain with ALA (this happens if there is a high concentration in the blood).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5877
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Mirzoune le Sam 8 Juil 2017 - 12:08


Mirzoune a écrit:Le domaine où l'efficacité thérapeutique de l'acide lipoïque est reconnue (en Allemagne) est le diabète, notamment dans la prévention de ses complications et, en particulier, la neuropathie et la cataracte. Il devrait être utilisé en combinaison avec la N-acétyl-cystéine dans les pathologies responsables d'une chute de glutathion intracellulaire comme l'exposition aux rayonnements ionisants, les viroses, en particulier, le VIH et les hépatites, le surmenage du sportif. 

MDR! On est bien raccord!
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Luc a écrit:Je combinerais de l'ALA retard avec du NAC, en cure seulement. Et pas en cas de cancer.
La demi-vie de l'ala est de +/ 8 H,
lipoic acid time released
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Une cure, pour toi, c'est combien de temps et combien de fois/an?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3633
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Luc le Sam 8 Juil 2017 - 14:33

Une cure, pour toi, c'est combien de temps et combien de fois/an?
Il n'y a pas de réponse standard.
Je simplifie:
On supposera que tu ne vas pas relarguer une Q importante de ML.
Tu chélateras partiellement ce qui est ingéré via la nourriture. Mais si c'est une forme retard, cela sera moindre, à mon avis. Pas de pic d'activité. Pas sûr.
Je ferais des poses entre 2 cures pour recharger les oligo-éléments. Mais certaines sources disent que les stocks sont suffisants pour ne pas créer une déplétion. C'est probablement entre les deux.
A vue de nez, je dirais que si tu interromps 2 cures par 6 semaines de récup. Cela devrait être bon. Je ferais une cure selon le ressenti: Par exemple 3 à 4 semaines avec de l'ALA et du Nac (je prendrais 5 à 600 mg de NAC matin et soir). Puis pose de récup.
Tu peux faire ça plusieurs fois par an mais tu fais contrôler les paramètres sanguins une fois l'an.
Tu protèges aussi le foie (curcumine), tu fais une cure entre les 2 cures avec desmodium ou chardon marie ou artichaut pour faire circuler et évacuer ce qui aurait tendance à stagner.

Attention si tu as pris longtemps de l'EPA, ou de la curcumine ou un autre produit phyto, non stop. 15 jours de pause ne sont pas suffisants. Trop juste. Tu as créer un embouteillage à la sortie (détox) en altérant / déprimant partiellement la voie cyp450.

Il faudra d'abord faire une pause avant de stimuler le foie! Problème de robinetterie.

J'ai ceci en stock:
On dit donc que l’acide alpha lipoïque est un chélateur, car en se liant aux métaux lourds, il facilite leur expulsion du corps.
Certains craignent que les chélateurs de métaux se lient avec d’autres métaux utiles, comme le fer, le zinc, le manganèse, le sélénium, ou le cuivre. On l'observe aussi avec l’acide alpha lipoïque et l’acide dihydrolipoïque, mais il n'y a pas de quoi s'inquiéter : Des chercheurs ont observé que dans le foie et le cerveau de leurs sujets, l’AAL réduisait la quantité superflue de fer… juste assez pour ramener à la normale leur niveau de fer, sans pour autant créer un déficit [8, 9, 10].
L’acide alpha lipoïque paraît donc sans danger puisqu'il n’épuise pas vos stocks de métaux indispensables.
N'employez pas la forme R-ALA (efficacité trop élevée pour la chélation du mercure) (= Sodium R-lipoate) si vous êtes intoxiqué au mercure (vieux plombages - IMC supérieur à 25 et tour de taille supérieur à 90 / 95  pour une fille et 100 / 105 pour un homme).
Le sodium R-lipoate atteint des niveaux plasmatiques plus élevés plus rapidement que l'acide R-alpha-lipoïque pur. Il peut permettre d'obtenir une concentration plasmatique dix à trente fois plus élevée que l'acide R-alpha-lipoïque pur8.

Sources:
Éric Müller Neonutrition 10.2015
[7] Ou P, Tritschler HJ, Wolff SP Thioctic (lipoic) acid: a therapeutic metal-chelating antioxidant. Biochem Pharmacol. (1995)

[8] Bush AI Metal complexing agents as therapies for Alzheimer's disease. Neurobiol Aging. (2002)

[9] Suh JH, et al Dietary supplementation with (R)-alpha-lipoic acid reverses the age-related accumulation of iron and depletion of antioxidants in the rat cerebral cortex.Redox Rep. (2005)

[10] Cakatay U, et al Postmitotic tissue selenium and manganese levels in alpha-lipoic acid-supplemented aged rats. Chem Biol Interact. (2008)

[11] Richard Horowitz, Soigner Lyme et les maladies chroniques inexpliquées, Thierry Souccar Editions


Dernière édition par Luc le Sam 8 Juil 2017 - 15:23, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5877
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Luc le Sam 8 Juil 2017 - 15:01

Surveille aussi l'équilibre des acides aminés, si tu stresses pas mal. Bouillon de poule
NAC = cystéine
=> compensation par glycine.
Je prendrais de la L-théanine 2X/jour (6 H de demi-vie) et voir ce que ça donne.
200 mg en attaque, puis 100 mg (ondes alpha stimulées).
Excellent pour faire baisser la sérotonine (effet Gaba-like). Antagoniste du glutamate. S'oppose aux effets de la cortisol en excès (stress). Effets anti-dépresseurs puissants.
j'ai testé. 2 gélules par jour quand je prends un expresso et que je suis tendu.
La L-théanine est pro-métabolique, anti-histaminique. + effet neuro-protecteur possible.
Niacine, théanine, vitamine K, taurine: Ils sont tous de puissants agents de retrait d'électrons et, en tant que tels, sont tous pro-métaboliques.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Luc le Sam 8 Juil 2017 - 16:18, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5877
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Mirzoune le Sam 8 Juil 2017 - 15:33

Luc a écrit:Je prendrais de la L-théanine 2X/jour (6 H de demi-vie) et voir ce que ça donne.
200 mg en attaque, puis 100 mg (ondes alpha stimulées).
Excellent pour faire baisser la sérotonine (effet Gaba-like). Antagoniste du glutamate. S'oppose aux effets de la cortisol en excès (stress). Effets anti-dépresseurs puissants.

Lol! En tous cas, ça marche très bien sur mon chat! Prescrit par le véto pour éviter les marquages urinaires (pour rester polie!) Du coup je le lui ai pris sur IHerb (ruineux en produit véto). 
Bon, je ne pisse pas encore partout mais j'ai déjà en stock de quoi faire l'essai! Lol!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3633
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Luc le Sam 8 Juil 2017 - 19:05

Mirzoune a écrit:
Lol! En tous cas, ça marche très bien sur mon chat!
(...)
Bon, je ne pisse pas encore partout mais j'ai déjà en stock de quoi faire l'essai! Lol!
MDR
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Il veut qu'on se souvienne de son passage...
Plus sérieusement: Tu ne verras probablement pas d'effet direct. Effet surtout indirect.
A tester.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 5877
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Mirzoune le Sam 8 Juil 2017 - 22:53

Heu... tu parles de qui, là? Du chat ou de moi?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3633
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

R-ALA (R-acide alpha-lipoïque) vs ALA

Message  Mirzoune le Mer 21 Fév 2018 - 11:36

L'acide alpha-lipoïque est un antioxydant sans pareil qui exerce son action dans les tissus hydrosolubles comme liposolubles. Il est utilisé pour réparer les lésions du foie, traiter le diabète et les complications qui lui sont liées, combattre les processus oxydatifs qui favorisent un vieillissement prématuré et des maladies dégénératives.

Sa forme naturelle, appelée R-acide alpha-lipoïque ou, en abrégé, R-ALA, est la plus active physiologiquement et aussi la plus rare. Elle offre des bénéfices antioxydants et neuroprotecteurs nettement plus importants à des doses substantiellement plus faibles que les formes synthétiques habituellement disponibles.

L'acide alpha-lipoïque naturel, appelé R-acide alpha-lipoïque ou, en abrégé, R-ALA se trouve en quantités infimes dans les tissus végétaux et animaux et très étroitement lié à des complexes mitochondriaux. A cause de l'extrême difficulté (et du coût élevé) d'isoler la forme naturelle de l'acide alpha-lipoïque, les chercheurs, aux Etats-Unis comme en Europe, ont d'abord travaillé sur l'acide alpha-lipoïque synthétique.

Celui-ci, à la différence de sa forme naturelle, est formé d'un mélange, à parts égales, de deux formes ou énantiomères appelés (R)-ALA et (S)-ALA. Ce sont deux isomères, autrement dit, des formes moléculaires image/miroir, avec des structures moléculaires inversées.

Les recherches menées sur l'acide alpha-lipoïque synthétique ont permis de mieux connaître son rôle de coenzyme dans la production mitochondriale d'énergie ainsi que celui de nutriment antioxydant et recyclant les autres antioxydants.

Un antioxydant clé : L'acide R-alpha-lipoïque est la forme biologiquement active de l'acide alpha-lipoïque, naturellement produit par l'organisme. C'est l'antioxydant mitochondrial clé.
L'acide R-alpha-lipoïque est directement impliqué dans le métabolisme cellulaire et est également un composant vital du cycle antioxydant intracellulaire. Il neutralise toute une variété de radicaux libres et d'espèces oxygénées réactives (ROS) comme les radicaux hydroxyles ou l'oxygène singulet. Il est également capable de régénérer les vitamines C et E, la coenzyme Q10 et le glutathion.

Ainsi, un certain nombre d'études ont indiqué que lorsque l'on ajoute de l'acide alpha-lipoïque à différents types de cellules humaines ou animales dans des cultures de tissus, il se produit une augmentation de 30 à 70% des niveaux cellulaires de glutathion. De même, on a montré que les niveaux de glutathion augmentaient de façon très importante dans les cellules de poumons, de foie et de reins de souris auxquelles on avait injecté quotidiennement pendant onze jours de l'acide alpha-lipoïque. Le glutathion est un antioxydant essentiel qui neutralise, le radical hydroxyle, l'un des plus dangereux radicaux libres.

Le Dr Lester Packer, spécialiste des antioxydants de l'Université de Californie, commente ainsi ces résultats : «Il semble que l'acide alpha-lipoïque agit comme antioxydant non seulement directement, en neutralisant les radicaux et chélatant les métaux, mais, aussi, indirectement, en recyclant d'autres antioxydants et en entraînant une augmentation des niveaux intracellulaires de glutathion.»
Il considère également que le pouvoir antioxydant de l'acide alpha-lipoïque est plus puissant que celui des vitamines C et E ou de la CoQ10. En fait, pour lui, c‘est peut-être l'antioxydant le plus important jamais découvert.

Une meilleure biodisponibilité de la forme naturelle : Lorsqu'ils ont eu accès à des échantillons de la version biologique naturelle (R)-ALA, les chercheurs ont rapidement appris que si le corps utilisait les deux formes d'acide alpha-lipoïque, il existait une forte préférence pour la forme naturelle, biologiquement plus active.

Lorsque l'on prend un supplément nutritionnel contenant de l'acide alpha-lipoïque synthétique, les deux énantiomères sont absorbés par le sang et transportés vers les cellules. Mais le (R)-ALA a une bien meilleure biodisponibilité que le (S)-ALA. Le «pic» de concentration plasmatique atteint avec la forme (R) est deux fois plus élevé que celui obtenu avec une quantité égale de la forme (S). La quantité totale d'acide (R)-alpha-lipoïque délivrée dans le plasma au cours du temps est 60 à 85% plus grande que celle de la forme (S) qui atteindra finalement elle aussi le plasma.

Plus important encore, les études montrent que la forme naturelle de l'acide alpha-lipoïque est bien mieux acceptée par les tissus. Dans une étude1, des scientifiques ont donné à des animaux de laboratoire la forme (R), la forme (S) ou le mélange des deux. Les doses ont été injectées pour qu'il n'y ait pas de différence d'absorption au niveau du système digestif. Comme on pouvait s'y attendre, l'acide alpha-lipoïque faisant son chemin à travers la circulation, au bout d'une heure, ses niveaux étaient identiques dans les trois groupes. Mais, trois heures plus tard, les animaux ayant reçu la forme naturelle, (R)-ALA, avaient deux à sept fois plus d'acide alpha-lipoïque dans le cristallin de leurs yeux que ceux auxquels on avait injecté la forme (S) et trois fois plus que ceux ayant reçu le mélange des deux.

Une façon différente de stimuler la production d'énergie : L'acide alpha-lipoïque joue un rôle important dans le métabolisme cellulaire et est indispensable à la production d'énergie à l'intérieur des cellules. Sans acide alpha-lipoïque, les cellules seraient incapables de métaboliser le sucre et de le transformer en énergie.

Des chercheurs, en Allemagne, sont les premiers à rapporter que, contrairement à la forme naturelle, le (S)-ALA n'améliorait pas la synthèse de l'ATP dans des mitochondries isolées pour étudier leur fonctionnement. En fait, lorsqu'ils leur apportaient de l'acide alpha-lipoïque sous sa forme naturelle, ils stimulaient la production d'ATP. Par contre, les exposer à la forme (S) ou à un mélange des deux formes ralentissait, en fait, la synthèse d'ATP.

Les scientifiques ont voulu regarder si ces effets observés sur des mitochondries isolées pouvaient l'être également sur des organismes vivants. Ils ont alors testé les deux formes d'acide alpha-lipoïque sur des animaux ayant subi une simulation d'attaque cardiaque. C'est dans ces moments critiques, lorsque le cœur est privé d'oxygène vital et des carburants du flux sanguin, quand les radicaux libres se précipitent à travers les cellules lorsque l'oxygène revient, que la production d'énergie peut faire la différence entre la vie et la mort pour les cellules du cœur comme pour l'organisme vivant qu'elles soutiennent.

En ouvrant la poitrine des animaux de laboratoire inconscients, l'équipe de chercheurs a d'abord pu couper puis réintroduire l'apport sanguin au cœur, exactement comme cela se passe dans une attaque cardiaque. En injectant dans le cœur l'une des deux formes d'acide alpha-lipoïque, ils ont ensuite pu observer de quelle façon elles affecteraient la capacité des mitochondries à maintenir la production d'énergie pendant la crise et permettraient au cœur de pomper à nouveau du sang.

Quand l'alimentation sanguine du cœur des animaux a été interrompue, le flux sanguin vers l'aorte a chuté comme une pierre. Lorsque le sang et l'oxygène ont été de retour, le cœur des animaux témoins (les animaux dont le cœur n'avait reçu aucune des deux formes d'acide alpha-lipoïque) est petit à petit reparti doucement et faiblement sans être capable de pomper dans l'aorte plus de la moitié du sang qu'ils pompaient avant l'attaque. Mais, avec les cœurs des animaux auxquels de l'acide (R)-alpha-lipoïque avait été injecté, il se produisait une augmentation beaucoup plus importante du flux aortique et un rétablissement plus complet de la fonction cardiaque. Le cœur de ces animaux pompait 36% plus de sang que celui de ceux qui n'avaient pas reçu d'acide alpha-lipoïque. Par contre, l'injection d'acide (S)-alpha-lipoïque n'a eu aucun effet bénéfique et les animaux ne se rétablissaient pas mieux que les animaux témoins.

De nombreuses applications cliniques : Les propriétés exceptionnelles de l'acide alpha-lipoïque lui permettent de jouer un rôle important dans différentes pathologies.

Il est ainsi couramment utilisé en Europe pour traiter et prévenir des complications associées au diabète incluant les neuropathies (dégénération douloureuse du système nerveux périphérique) et les rétinopathies (atteintes des yeux).
On a vu qu'il protège les tissus des lésions associées à de faibles apports d'oxygène qui peuvent se produire à la suite de crises cardiaques ou d'attaques cérébro-vasculaires.

Chez des malades infectés par le VIH, les propriétés antioxydantes régénératrices de l'acide alpha-lipoïque permettent d'améliorer leur statut antioxydant. Il est également capable d'inhiber la réplication du VIH-1 et celle d'autres virus en se liant directement à l'ADN.

Sources :
1- Maitra I et al., Stereospecific effects of R (+)-lipoic acid on buthionine sulfoximine-induced cataract formation in newborn rats. Biochem Biophys Res Commun. 1996;50 (6):513-4.
2- Zimer G et al., ATP synthsis and Atpase activities in heart mitoplasts under influence of R(+) and S (-) enantiomers of lipoic acid, Methods Enzymol. 1995;251:332-40.
3- Zimmer G et al., Dose/reponse curves of lipoic acid R(+) and S(-) forms in the working rat heart during reoxygenation: superiority of the R(+) enantiomer in enhancement of aortic flow. J Mol Cell cardiol. 1995 Sep;27(9):1895-903.
4- http://www.psychostrategy.net/2018/02/l-acide-alpha-lipoique-est-un-antioxydant-sans-pareil-qui-exerce-son-action-dans-les-tissus-hydrosolubles-comme-liposolubles.il-est

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Sacro-iliite en rémission avec une alimentation sans gluten ni laits animaux, le moins possible de sucres, des huiles vierges et bio, beaucoup de cru et la natation qui me fait le plus grand bien.
avatar
Mirzoune
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 3633
Date d'inscription : 30/09/2015
Age : 55
Localisation : Paris

https://plus.google.com/u/0/107938879463292017661

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les promesses de l'acide alpha-lipoïque (AAL ou ALA)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum