Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Reminéralisants naturels: douleurs arthrose, ostéoporose.. etc...
par Mirzoune Hier à 20:57

» Vitamine K2 - Achat - Exemples de produits
par Celine57 Hier à 17:41

» Nos plats du jour, janvier 2018
par Celine57 Hier à 17:40

» Guacamole maison
par Mirzoune Hier à 17:04

» Vitamine D
par Mirzoune Hier à 16:57

» Graines germées et pousses
par Mirzoune Hier à 16:42

» Présentation Chantal
par Mirzoune Hier à 16:16

» Jeûne thérapeutique: Journal de suivi
par Luc Mer 17 Jan 2018 - 18:17

» Brioche à l'orange et aux cranberries
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 16:01

» Pain gourmand à la poêle sans gluten et sans lactose
par Celine57 Mer 17 Jan 2018 - 13:01

» Smoothie Aloe Vera - banane, régénérateur de vos intestins
par Celine57 Mar 16 Jan 2018 - 20:24

» LA DEPRESSION NERVEUSE et son cortège de conséquences
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 18:09

» Effets protecteurs du cholesterol sur les endotoxines
par Luc Dim 14 Jan 2018 - 10:17

» Problème avec une commande
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 19:48

» Insérer une photo dans un message
par Mirzoune Sam 13 Jan 2018 - 12:12

» Sentiment, émotion : comment ça fonctionne
par proserpine Sam 13 Jan 2018 - 10:20

» Aide pour une alimentation de type paléo
par Mirzoune Ven 12 Jan 2018 - 22:25

» Le gâteau au chocolat sans gluten de Philippe Etchebest
par Celine57 Ven 12 Jan 2018 - 21:38

» Superfood pour smoothie salade et potage
par Luc Ven 12 Jan 2018 - 19:24

» Auto-séance d'EMDR pour se libérer d'un stress
par proserpine Jeu 11 Jan 2018 - 17:58

» Maquereau cru mariné - recette santé
par Mirzoune Mer 10 Jan 2018 - 17:02

» et si on s’occupait de nos artères ?
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 23:33

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Mirzoune Mar 9 Jan 2018 - 15:19

» La galerie de belles images
par Mezame Lun 8 Jan 2018 - 22:02

» présentation papazen
par papazen Lun 8 Jan 2018 - 16:16

» Galette "minute" de pois chiche à la nigelle
par Luc Lun 8 Jan 2018 - 15:13

» Des nouvelles de MPJ48
par Pierrette Dim 7 Jan 2018 - 23:10

» L'huile de coco stimule le métabolisme
par Mirzoune Dim 7 Jan 2018 - 21:37

» Pain au riz - Pour tapenade
par Luc Dim 7 Jan 2018 - 9:00

» Collagène
par Mirzoune Sam 6 Jan 2018 - 19:30

» Voeux de Jacques Brel
par Flo Sam 6 Jan 2018 - 15:22

» Une transfuge de l'appart
par Luc Sam 6 Jan 2018 - 9:39

» Antibiotiques candida
par Mirzoune Ven 5 Jan 2018 - 12:35

» Cure de jus et smoothie detox
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 11:14

» Le guide complet pour jeûner
par Luc Ven 5 Jan 2018 - 10:22

» Dernières Promos (aller au dernier message)
par Luc Jeu 4 Jan 2018 - 16:28

» Jeûne et sport
par Luc Mer 3 Jan 2018 - 15:23

» La politique de santé actuelle s'appuie-t-elle sur la science ?
par Flo Mar 2 Jan 2018 - 21:27

» Pour que la roue tourne...
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 21:46

» Le chat et la creation du monde...
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:26

» Bon anniversaire Momo
par Mirzoune Lun 1 Jan 2018 - 15:17

» Bonne année à tous!
par Flo Lun 1 Jan 2018 - 10:15

» Gérer l'exercice en fonction de ses pathologies
par proserpine Sam 30 Déc 2017 - 19:16

» Le Grand cactus
par Luc Jeu 28 Déc 2017 - 23:11

» Comprendre la cascade inflammatoire
par Flo Jeu 28 Déc 2017 - 18:25

» Bon anniversaire Chaminette
par Mirzoune Mer 27 Déc 2017 - 11:58

» Bon anniversaire Puppy
par Luc Mer 27 Déc 2017 - 11:39

» Brèves - Nouvelles santé
par Mirzoune Mar 26 Déc 2017 - 19:17

» Pain brioché à la pâte de datte
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:34

» Joyeuses fêtes
par Mirzoune Lun 25 Déc 2017 - 13:05

» SIBO & pullulation bactérienne
par Luc Sam 23 Déc 2017 - 9:40

» Mouse data links microbiome changes to lupus severity and complications
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 17:36

» Biodisponibilité des minéraux en présence d'acide phytique
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 16:40

» Présentation - Zenko
par Flo Ven 22 Déc 2017 - 14:50

» Alimentation et psychisme
par Flo Jeu 21 Déc 2017 - 14:50

» Pain au sarrasin & noix
par Mirzoune Mar 19 Déc 2017 - 16:49

» Danse sur glace
par proserpine Dim 17 Déc 2017 - 10:30

» Qu'est-ce que l'équilibre acido-basique?
par Luc Jeu 14 Déc 2017 - 21:00

» Levothyrox
par sumerien Jeu 14 Déc 2017 - 19:13

» Alzheimer et la vitamine B3 forme rare
par Luc Mer 13 Déc 2017 - 15:50

» Votre chat fait pipi partout, essayez Uricystil
par Mirzoune Mer 13 Déc 2017 - 12:46

» Amigo_amigo
par Luc Lun 11 Déc 2017 - 20:12

» Bon anniversaire Infiniment
par Luc Lun 11 Déc 2017 - 13:11

» Jeûne thérapeutique - Concept de l'oxydation des lipides
par Luc Dim 10 Déc 2017 - 15:49

» Bûches de Noël vegan, sans gluten, sans lactose
par Mirzoune Dim 10 Déc 2017 - 12:33

» Bonhomme de pâte & St-Nicolas
par proserpine Jeu 7 Déc 2017 - 8:03

» Perdre du poids sans faire le yoyo
par Luc Dim 3 Déc 2017 - 14:13

» Le jus de grenade fermentée protège – nutrithérapie naturelle et effets de synergie
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 17:06

» Iode (anti goitre et fluor/brome...)
par Mirzoune Sam 2 Déc 2017 - 16:52

» Jeu de vilain entre un éléphanteau et une oie
par Luc Ven 1 Déc 2017 - 13:18

» Maladies auto-immunes: traitements conventionnels et complémentaires
par Mirzoune Ven 1 Déc 2017 - 11:11

» Maria Farantouri une voix de contre-alto magnifique...
par Flo Mer 29 Nov 2017 - 12:01

» Présentation Mpj48
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:42

» Une biche s'amuse
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 10:06

» Présentation John007
par Pierrette Mer 29 Nov 2017 - 9:51

» Biodisponibilité de la curcumine: où trouver la plus assimilable?
par Mirzoune Lun 27 Nov 2017 - 23:33

» Humour noir: Pub suisse
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 19:05

» Connaissez-vous le Magnésium glycinate?
par Luc Lun 27 Nov 2017 - 18:19

» Comparatif différentes formes de magnésium
par yoz Lun 27 Nov 2017 - 15:03

» Métabolique et cerveau
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 23:15

» Proposition de photo pour un avatar
par Luc Sam 25 Nov 2017 - 21:30

» Bioavailability of curcumin
par Luc Jeu 23 Nov 2017 - 16:10

» Quel magnésium choisir?
par Flo Mer 22 Nov 2017 - 18:05

» Présentation Adveniat
par Mirzoune Mar 21 Nov 2017 - 13:10

» Fibromyalgie et la sulfite connexion
par Mirzoune Lun 20 Nov 2017 - 11:23

» Douleurs musculaires et acide lactique
par Flo Dim 19 Nov 2017 - 21:50

» Bon anniversaire Monik
par Mirzoune Sam 18 Nov 2017 - 14:47

» TRANSMUTATIONS
par Luc Sam 18 Nov 2017 - 9:42

» D. Guyaux: Rémission d'une SEP ou la puissance de l'alimentation crue et d'une vie saine
par Flo Ven 17 Nov 2017 - 9:31

» Quand le musée respire
par Pierrette Mer 15 Nov 2017 - 17:17

» Ni pute, ni soumise? Pas pour Mattel...
par Mirzoune Mer 15 Nov 2017 - 8:38

» Bon anniversaire Lulu
par Pierrette Sam 11 Nov 2017 - 17:27

» Maladie : le rôle de l'alimentation
par Luc Ven 10 Nov 2017 - 12:35

» Foie et déchets cristalloïdes
par sophy Ven 10 Nov 2017 - 10:53

» Un très bon anniversaire Luc
par proserpine Jeu 9 Nov 2017 - 9:41

» Let's Twist Again
par Nell74 Mer 8 Nov 2017 - 13:35

» Enlever les pesticides des fruits et légumes
par sophy Mer 8 Nov 2017 - 12:42

» Tous les usages du chanvre alimentaire
par Nell74 Mar 7 Nov 2017 - 23:33

» Vitamine A contre Alzheimer
par Luc Mar 7 Nov 2017 - 21:03


L'acceptation et le lâcher prise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'acceptation et le lâcher prise

Message  proserpine le Mer 1 Fév 2017 - 17:19

L'acceptation du lâcher prise

Le lâcher prise consiste à accepter ce qui se présente, non pas au sens d’un cautionnement de l’évènement mais au sens de l’accueil d’une réalité. Son intérêt est de nous décrocher de la souffrance, toujours liée au refus des faits et de l’environnement, humain ou non. Ce refus de la réalité entraîne une résistance et un conflit en soi.

Il est toujours possible de changer en soi une habitude qui revient à notre insu ou un défaut dont on ne veut plus. C’est un travail qui donne ses fruits à moyen terme car, comme Mark Twain l’a écrit : « On ne se débarrasse pas d’une habitude en la flanquant par la fenêtre, il faut lui faire descendre l’escalier marche par marche ».

Or on ne peut changer que ce qu’on voit. Tentez de ramasser par terre un crayon que vous ignorez ou que vus ne voyez pas. Vous aurez beaucoup de mal. Rejeter la réalité ne permet pas le changement ni la résolution de problème. La première étape du changement commence donc par l’Acceptation de ce qui arrive ou de ce que nous ressentons.

Synonyme d’objectivité et d’adaptation, l’acceptation n’est pas à confondre avec soumission, résignation ou fatalisme, notions qui sous-entendent une impuissance ou une incapacité à changer le cours des choses.

Au contraire, l’acceptation s’applique sur un évènement ponctuel et n’empêche pas que l’on puisse avoir une action sur le cours des choses pour que cela aille mieux. C’est ainsi qu’il est préférable d’accepter la chaleur, la différence d’autrui, la douleur, voire la mort. Et ce n’est pas pour autant qu’il faille renoncer aux mesures de prévention ou de résolution de problème. Une personne acceptant sa longue maladie ne doit pas arrêter son traitement pour autant.

L’acceptation dont je parle n’est pas exclusivement intellectuelle mais bien plus profonde et complexe. Résultante du lâcher-prise, elle constitue souvent l’étape finale d’un processus, comme celui du deuil. Après un décès familial, la perte d’un emploi ou d’un objet cher, j’ai beau comprendre intellectuellement que je ne reverrai plus l’objet de ma tristesse, le processus demande néanmoins davantage de temps pour que je cesse de souffrir ; l’acceptation accélère considérablement ce processus.

De la même manière, prendre conscience que je ne suis pas exactement la même personne que celle que je rêverais d’être peut être difficile, pour certaines personnes idéalistes ou perfectionnistes qui ont du mal à s’accepter tels qu’elles sont à un moment donné.

Dans ce cas, l’acceptation ne doit pas être une résignation définitive, mais simplement une acceptation de la réalité telle que je la vis ou telle qu’elle se présente ici et maintenant. Je peux être déçu en découvrant de moi-même un aspect que je considère négatif, mais c’est en l’identifiant et en l’acceptant pleinement que je pourrai mettre en œuvre des actions destinées à changer cet aspect. Cette acceptation de la réalité n’est souvent pas immédiate.

Les ennemis de l’acceptation sont la prévalence des émotions (déni ou fuite, aversion, colère, doute ou peur) ou l’attachement aux préjugés, illusions, généralisations, jugements de valeur, maîtrise et contrôle de tout, et tout ce qui est engendré par ce que divers auteurs appellent l’orgueil, l’Ego ou le Mental. 

Ils ont pour effet de plaquer une réalité déformée sur l’environnement et de nous faire vivre dans une dualité, un conflit intra personnel plus ou moins conscient entraînant tension et souffrance puis symptômes, expressions du « mal-à-dit ».

Libérée du Mental, l’acceptation est l’étape qui va considérablement réduire la difficulté ou la souffrance car elle entraîne immédiatement une modification de nos façons de voir, une appréhension de la réalité, un reconditionnement de notre production hormonale et une facilitation de notre adaptation à l’environnement.
Elle nous permet ainsi de mieux vivre notre vie.


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
Ne jamais renoncer
avatar
proserpine
Bien attaqué
Bien attaqué

Messages : 710
Date d'inscription : 19/12/2015
Age : 62
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acceptation et le lâcher prise

Message  Luc le Mer 1 Fév 2017 - 18:31

Intéressant tout ça. Merci, Proserpine de partager 
Ce serait bien si un témoignage ou l'autre pouvait venir s'ajouter pour montrer comment vous avez progressivement lâché prise. Par exemple, comment vous avez petit à petit intégré l'EFT ou la respiration contrôlée ou une autre technique pour vous permettre de vous détacher de l'instant présent ou pour faire baisser le niveau de stress ou orienter votre pensée dans une direction moins envahissante ...
Pas tout en même temps, hein.
Et pas nécessairement maintenant, selon le moment que vous jugerez opportun car il faut avoir digéré "tout cela"
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4370
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acceptation et le lâcher prise

Message  Pierrette le Jeu 2 Fév 2017 - 12:26

proserpine a écrit:

Libérée du Mental (de l'ego ou de l'orgueil, cités plus haut, selon le terme qui nous convient le mieux), l’acceptation est l’étape qui va considérablement réduire la difficulté ou la souffrance car elle entraîne immédiatement une modification de nos façons de voir, une appréhension de la réalité, un reconditionnement de notre production hormonale et une facilitation de notre adaptation à l’environnement.
Elle nous permet ainsi de mieux vivre notre vie.


Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
C'est un cheminement qui nous libère des contraintes que nous nous imposons depuis toujours (croyant bien faire!). Ce chemin nous mène alors vers une vie toute simple adaptée à nos besoins réels. C'est alors qu'on perçoit la richesse et les merveilles parmi lesquelles nous vivons; c'est alors qu'on devient capable de les recevoir.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

_________________
Quand on est mal ou malade, rester seul(e) est la pire des solutions.
Ici on peut parler, chercher, comprendre, râler ou rigoler.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Pierrette
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 571
Date d'inscription : 04/10/2015
Age : 63
Localisation : en Brenne

Revenir en haut Aller en bas

Méditation Pleine Conscience - Mindfullness

Message  Luc le Ven 3 Fév 2017 - 11:29

Voici un article bien à-propos sur la Méditation Pleine Conscience : Mindfullness

Prenez 10 minutes et commencez à vivre !
Source : Revue Santé Corps Esprit 02.2017
Par  Fabrice Midal, docteur en philosophie. Interviewé par  Annie Casamayou, naturopathe.
Encadré : La méditation de « pleine conscience » a des effets thérapeutiques prouvés, notamment sur la douleur ou la dépression. Fabrice Midal, fondateur de l’École Occidentale de Méditation, vous guide pas à pas dans cette discipline qui peut avoir des résultats spectaculaires !

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 
Annie Casamayou : En quoi consiste la méditation ?
Fabrice Midal :
La méditation que je pratique vient de la tradition bouddhiste. Aujourd’hui, elle s’est complètement laïcisée : on parle de mindfulness en anglais, ce qui peut se traduire en français par « pleine conscience ». Je pense qu’il serait plus juste de parler de « pleine présence ». Dans la méditation, vous entrez en rapport au moment présent, vous mettez l’accent sur une attention ouverte à ce qui est. L’élément de base n’a rien de mystérieux ou de compliqué : vous vous posez quelques instants et vous apprenez à faire attention à votre respiration et à votre corps, à vos sensations, à vos émotions – à tout ce qui vous traverse. Méditer, c’est apprendre à être présent à sa vie.
A.C. : Cela paraît très simple, mais pourtant ceux qui ont essayé savent que c’est difficile !
FM :
Ce qui est déconcertant, c’est que la méditation ne prétend pas vous faire vivre une expérience de bien-être ou de relaxation. Or quand nous nous sentons mal, nous avons l’habitude de lutter pour y remédier. Je suis triste, qu’est-ce que je peux faire pour ne plus être triste ? Je suis tendu, comment vais-je pouvoir me détendre ?
Dans la méditation, vous allez simplement mettre au jour votre réalité du moment, sans chercher à la transformer ou à vous en libérer. C’est une démarche courageuse que de faire cet effort de présence à un ressenti qui peut être douloureux ou inconfortable. En vous connectant à ce qui se passe en vous, vous voyez plus clairement la situation, la façon dont vous en rajoutez ou la peur qui se dissimule peut-être derrière. Et c’est ainsi que cela pourra se transformer.
C’est très déroutant parce que nous pensons que lorsque nous sommes inactifs, ça ne sert à rien. Or il existe une forme de « ne rien faire » qui est très active, qui nous transforme, nous rend plus flexible, plus souple, plus vivant. L’autre grand paradoxe de la méditation, c’est de ne pas rechercher un résultat, alors que quand nous accomplissons un acte, nous nous focalisons sur un but précis. Eh bien, non ! c’est parce que je n’ai aucun objectif particulier que quelque chose peut se libérer et se réorienter, grâce à cette attention ouverte, le changement viendra de lui-même.
A.C. : Est-ce que la méditation permet de mieux gérer le stress ?
FM
: Mais pourquoi voulez-vous tout gérer ? Quelle étrange approche ! Au sens propre, on devrait gérer son argent, mais avoir un rapport bienveillant à ses émotions et à son stress. C’est cette obsession de tout gérer qui nous rend malade, pas le fait que nous n’y arrivons pas. Pour comprendre ce qui se joue dans la méditation, il faut assumer ce paradoxe : je ne fais rien, je me fiche la paix, je m’autorise à être comme je suis et pourtant cela change tout. Si ces quelques instants que vous vous accordez pour méditer ont le pouvoir de vous permettre d’accomplir tout le reste, c’est parce qu’ils vous délivrent justement de toute ambition d’efficacité, ils vous ramènent simplement au noyau de votre humanité et éclairent ce qui est vivant en vous. S’arrêter pour méditer quelques minutes chaque jour, c’est comme se laver les dents, c’est une forme d’hygiène.
A.C. : Quand on est zen, c’est que l’on a bien réussi sa méditation ?
FM :
Méditer ce n’est pas réussir quelque chose. Et certainement pas être zen !
Si la méditation devient un défi à relever, au fond c’est perdu d’avance. Vous commencez à méditer dans une forme de tension et d’obligation et vous cherchez à évaluer le résultat. Non, ce qui vous rend libre dans la méditation, c’est qu’il n’y a rien à réussir ni à rater, vous êtes là simplement pour rencontrer ce qui se présente. Parfois ce sera merveilleux avec un grand sentiment de paix, parfois ce sera difficile ou douloureux, mais aucune expérience n’est meilleure qu’une autre.
Un autre grand malentendu, c’est qu’il faudrait demeurer tout le temps calme et « zen ». Imaginez que vous n’y parvenez pas dans votre pratique, vous allez être déçu et vous mettre en colère contre vous-même ; ou alors, si vous réussissez à vivre un bon moment de calme mais que quelqu’un ensuite vous marche sur les pieds ou vous contrarie, il va vous faire perdre votre calme et ça va vous énerver. Quel est l’intérêt ? Désirer être calme, c’est en fait vouloir tout contrôler. L’étymologie du mot fait référence à l’absence de vent quand la mer est calme. Les bateaux ne peuvent plus avancer, et au fond, être calme, c’est la mort. Est-ce vraiment cela que vous souhaitez ? Non, je pense que l’on se trompe complètement dans l’analyse de ce qui pose problème, nous n’avons pas besoin d’être plus calme, mais nous avons besoin d’être plus vivant.
A.C. : Que peut-on attendre de la méditation ?
FM :
L’impact de la méditation sur l’activité du cerveau est mesuré scientifiquement, on sait qu’elle peut calmer les grandes douleurs ou éviter de rechuter après une dépression, elle a des effets thérapeutiques prouvés. Mais fondamentalement, en pratiquant vous accomplissez un geste gratuit et désintéressé dans lequel la qualité d’attention et d’ouverture change tout. Cette qualité d’attention est un point central et on le constate très bien dans les soins médicaux. Prenez un infirmier qui réalise tous les actes techniques de façon très compétente. Est-ce que s’il les accomplit en prêtant attention non pas à un bras ou à un ventre, mais en entrant en relation avec un être humain, cela ne change pas tout ?
Un acte où vous êtes présent, où vous vous reliez à votre humanité, a une tout autre valeur, mais comme cela ne se mesure pas, nous avons tendance à l’oublier. La méditation, c’est cela : retrouver un rapport d’attention ouverte qui redonne la place à l’humain.
Pratiquez et soyez prêt à rencontrer ce qui se présente, abandonnez l’idée que vous décidez à l’avance ce qui va se passer et ce que cela doit vous rapporter. La méditation vous met en rapport avec la vie, c’est la vie qui va agir en vous et vous aider. C’est cela qui va changer votre rapport à vous-même et aux autres ou vous permettre de développer plus de bienveillance dans vos relations avec vos proches. Cela prendra des visages différents selon chacun, il y a des personnes qui, en faisant cette expérience, vont être plus aimantes, d’autres auront plus de courage ou plus d’allant, d’autres seront apaisées, d’autres dormiront mieux, etc.
A.C. : Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite s’initier à la méditation ?
FM :
Nul besoin de compétence particulière, tout le monde peut s’adonner à la méditation et il se passe quelque chose dès la première séance. Vous pouvez très bien apprendre tout seul grâce à tous les coffrets de méditations guidées qui existent. Au départ, cela fait un peu peur de s’arrêter 15 minutes pour pratiquer ; outre le fait d’être immobile et de ne rien faire, le silence surtout semble impressionnant. Avec les méditations guidées, on vous parle et on vous aide à apprivoiser ce silence. Quand vous observez une minute de silence au cours des moments graves de l’existence, c’est que le silence est bien une manière d’être profonde qui favorise le recueillement. Ce silence qui au début vous paraît vide devient ensuite jubilatoire et plein de vie.
Il y a d’autres points qui peuvent vous aider à entrer en présence et à explorer votre expérience sensorielle. Comme de pouvoir être assis le dos droit pleinement posé, attentif à votre corps et à ce que vous éprouvez sans bouger. Une erreur fréquente est de vouloir chasser les pensées, de rester l’esprit vide ; abandonnez cette approche, l’esprit n’en fait qu’à sa tête, c’est sa nature. Ramenez votre attention sur la respiration, elle est le point de repère pour rester dans le présent, et revenez à la vie.



Ma toute première méditation ! (encadré)
Je m’en souviens très bien. J’avais 20 ans. Avant d’entrer dans la salle, j’étais un peu inquiet et la personne qui m’a accueilli m’a très brièvement expliqué les principes de la méditation. Puis je me suis assis pour pratiquer avec les autres. Là, tout d’un coup, il n’y avait plus rien à faire et j’ai été tout à fait rassuré, c’était comme si j’étais « arrivé à la maison ». Au cours de mon enfance, j’avais eu souvent le sentiment de ne pas être à la hauteur, de ne pas comprendre vraiment ce que l’on attendait de moi, je n’étais pas très bon élève et sur mon bulletin de notes, il y avait toujours inscrit : « Peut mieux faire ». Cette fois-là, Dans la méditation, je me suis enfin autorisé à être simplement humain, c’était une sensation profondément juste qui m’ouvrait un vrai chemin. Fin de l’encadré.


Les clefs du mindfullness – Comment pratiquer
- Chacun trouve la durée de pratique qui lui convient : 10, 20 ou 30 minutes. L’important est de le déterminer au début de la séance et de le respecter.
- Les premiers temps, pratiquez tous les jours à la même heure, en évitant les moments où vous êtes trop fatigué ou avec l’estomac plein.
- Mettez-vous dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé.
- Adoptez une posture où vous êtes à l’aise, le dos vertical, assis sur un coussin ou sur une chaise.
- Soyez régulier, c’est ce qui vous permet de vous familiariser avec la pratique et d’en découvrir toute l’ampleur.
- En cas de problèmes psychiatriques, ne pratiquez que sous surveillance médicale.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
avatar
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 4370
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 64
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acceptation et le lâcher prise

Message  proserpine le Ven 3 Fév 2017 - 21:12

Luc a écrit:
 C’est cette obsession de tout gérer qui nous rend malade, pas le fait que nous n’y arrivons pas.  je ne fais rien, je me fiche la paix, je m’autorise à être comme je suis et pourtant cela change tout.


_________________
Ne jamais renoncer
avatar
proserpine
Bien attaqué
Bien attaqué

Messages : 710
Date d'inscription : 19/12/2015
Age : 62
Localisation : Seine et Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'acceptation et le lâcher prise

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum