Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Blagues et Funny clips 13
par Luc Mer 22 Mai 2024 - 11:16

» English Corner: Anti-Stress & Neuro-Protective Effects of Thiamine (B1)
par Luc Dim 5 Mai 2024 - 9:41

» Démangeaison et Histamine – Journal de Suivi 2
par Luc Mar 23 Avr 2024 - 12:23

» Impact réversible ou non des émulsifiants sur le microbiome
par Luc Lun 15 Avr 2024 - 8:16

» Infos santé. Divers SCE 2
par Luc Lun 8 Avr 2024 - 10:56

» Effets anti-thyroïde des oméga-3
par Luc Lun 1 Avr 2024 - 15:49

» Les acides gras pour les nuls
par Luc Ven 29 Mar 2024 - 16:38

» Changement d'heure
par Luc Ven 29 Mar 2024 - 14:04

» Démangeaison & Histamine – Journal de suivi 1
par Luc Lun 25 Mar 2024 - 9:38

» Question d'orthographe
par Luc Dim 24 Mar 2024 - 21:18

» English corner: B6 leads to decrease of cytokines in neuropathy
par Luc Sam 16 Mar 2024 - 12:03

» Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine
par Luc Ven 15 Mar 2024 - 9:40

» English corner: High dose manganese
par Luc Ven 15 Mar 2024 - 8:22

» English corner: Altered GABA levels in MS patients
par Luc Lun 11 Mar 2024 - 17:02

» Neuropathie sensitive modérée par la Vit B6
par Luc Lun 11 Mar 2024 - 16:50

» English corner: B6, Brain inflammation and Quinolinate: The kynurenine pathway
par Luc Jeu 7 Mar 2024 - 10:22

» Régime protéiné & ratio Vit B6, biotine et molybdène
par Luc Lun 4 Mar 2024 - 22:26

» Additifs : Carraghénanes & Monoglycérides et Diglycérides d’Acides Gras
par Luc Ven 1 Mar 2024 - 18:41

» English corner. Potential roles of Vit B6 in inflammation and immunity
par Luc Ven 1 Mar 2024 - 10:54

» English Corner – Vit B6: How much is too much?
par Luc Mar 27 Fév 2024 - 21:39

» Effets de la Vitamine B6 sur les Neurotransmetteurs
par Luc Ven 23 Fév 2024 - 8:33

» Haute dose de B6 P5P contre algodystrophie et SCC
par Luc Dim 18 Fév 2024 - 11:29

» The English corner: Gerson therapy analyzed and somewhat criticized
par Luc Jeu 15 Fév 2024 - 17:20

» Annexion de l'Ukraine
par Luc Lun 12 Fév 2024 - 21:19

» Divers 1 - Santé et écologie
par Luc Dim 11 Fév 2024 - 23:18

» The English corner: Fix the gut
par Luc Lun 5 Fév 2024 - 11:30

» Présentation Tiphoun
par Luc Lun 5 Fév 2024 - 0:01

» Pourquoi la choline est importante en nutrition
par Luc Mar 30 Jan 2024 - 19:11

» Histoire drôle & Funny clip 12
par Luc Lun 29 Jan 2024 - 10:57

» Nutriments favorables à la respiration mitochondriale
par Luc Dim 28 Jan 2024 - 14:41

» Comment Booster votre Énergie
par Luc Dim 28 Jan 2024 - 14:14

» Pathologies d’encrassage : Fibro – Tendinite – Arthrose – Ostéoporose – Goutte – Etc.
par Luc Dim 14 Jan 2024 - 11:38

» The English Corner: Auto immune reaction
par Luc Ven 12 Jan 2024 - 18:19

» Maladie de Crohn ou Côlon Irritable (IBS) : Comment apaiser et s’en sortir ?
par Luc Ven 12 Jan 2024 - 11:00

» Contenir le candida albicans avec la phytothérapie
par Luc Mar 9 Jan 2024 - 22:08

» Le paradoxe de la vitamine B6
par Luc Sam 6 Jan 2024 - 19:15

» Bon Noël & Meilleurs Vœux
par Luc Dim 31 Déc 2023 - 10:07

» Petit dej de Luc
par Luc Ven 29 Déc 2023 - 10:37

» Quels types de Vit. B? Diffusion passive
par Luc Jeu 28 Déc 2023 - 12:51

» Coronavirus - actualités
par Luc Mar 19 Déc 2023 - 15:05

» This could be a game changer!
par Luc Lun 18 Déc 2023 - 12:23

» Jeu Wordle et Sutom
par Luc Lun 18 Déc 2023 - 7:02

» La musique que j'écoute / partage ...
par Luc Dim 17 Déc 2023 - 13:13

» English language corner 1: Liposoluble vitamins
par Luc Ven 15 Déc 2023 - 11:16

» Vaut le détour : *** It's worth the détour!
par Luc Jeu 7 Déc 2023 - 9:26

» Nouveau et envie de prendre soin de ma santé. manoelle974
par Luc Jeu 30 Nov 2023 - 14:19

» Bactérie AKK gardienne des maladies auto-immunes et témoin de votre bonne santé intestinale
par Luc Dim 26 Nov 2023 - 16:59

» Johnny et ses douleurs
par johnny-bak Lun 20 Nov 2023 - 21:43

» Nouvelles de bak
par johnny-bak Lun 20 Nov 2023 - 20:37

» Faire circuler le Qi pour palier le manque d'énergie
par Luc Dim 19 Nov 2023 - 10:08

» Quels Probiotiques pour les Allergies, les Colites et Autres Pathologies
par Luc Ven 17 Nov 2023 - 10:01

» Probiotiques à éviter en cas d’histamine / allergie
par Luc Mar 14 Nov 2023 - 9:12

» Mucus et Gène FUT2
par Luc Mer 8 Nov 2023 - 18:54

» Effet anti-thiamine du café ?
par Luc Sam 4 Nov 2023 - 11:07

» Le magnésium influe sur l’assimilation de la vit D3
par Luc Mer 1 Nov 2023 - 18:22

» Smoothie mangue épinard fruits rouges
par Luc Mar 31 Oct 2023 - 9:38

» Thyroïde & rT3 trop élevé / Mauvaise conversion de T4 en T3 ?
par Luc Dim 29 Oct 2023 - 9:52

» Impact de la bile sur le microbiote et le transit
par Luc Jeu 26 Oct 2023 - 20:09

» Personne souffrant de dysbiose et de transit irrégulier
par Luc Lun 23 Oct 2023 - 11:51

» La solution que vous attendiez tous....
par Luc Jeu 19 Oct 2023 - 21:34

» Renforcer le mucus intestinal en cas de MICI
par Luc Jeu 19 Oct 2023 - 18:50

» Inhiber les endotoxines LPS
par Luc Lun 16 Oct 2023 - 9:27

» Microbiote info diverse
par Luc Ven 6 Oct 2023 - 23:02

» Motilité Intestinale et Déficit en Thiamine B1
par Luc Jeu 5 Oct 2023 - 14:07

» Suppléments pris par Luc
par Luc Mer 4 Oct 2023 - 18:46

» Thiamine et Niacine pour Libérer la Production d'Énergie
par Luc Mar 3 Oct 2023 - 12:13

» Sport contre les addictions
par Luc Jeu 28 Sep 2023 - 8:49

» Boisson HE effets recherchés
par Luc Lun 25 Sep 2023 - 10:50

» Trop d’oméga-3 déprime le système
par Luc Dim 20 Aoû 2023 - 20:12

» Jeûne intermittent ou Peak Fasting
par Luc Ven 18 Aoû 2023 - 16:50

» Privilégier les cuissons à basse température: Pourquoi?
par Luc Ven 18 Aoû 2023 - 8:30

» Prévention des pathologies neurodégénératives
par Luc Mer 16 Aoû 2023 - 22:28

» Le point sur les omega 3: sources naturelles et compléments
par Luc Mer 16 Aoû 2023 - 18:18

» Présentation mmm
par Luc Mer 16 Aoû 2023 - 16:53

» Présentation Laura
par Luc Lun 7 Aoû 2023 - 22:44

» Comment pratiquer en voyage ?
par Madame Shiitake Lun 7 Aoû 2023 - 22:28

» Argent Colloïdal
par Invité Lun 7 Aoû 2023 - 19:53

» Comment traiter le Sibo / Sifo avec prokinétique et HE
par Luc Jeu 27 Juil 2023 - 8:24

» re - bonjour pomme bleue n24swd
par pomme bleue Jeu 6 Juil 2023 - 10:51

» Testez votre Q.I.
par Luc Mar 4 Juil 2023 - 6:31

» musique therapeutique
par Proserpine Sam 1 Juil 2023 - 15:22

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par Invité Ven 16 Juin 2023 - 13:00

» Présentation Joyce
par Luc Ven 9 Juin 2023 - 19:59

» Gut bacteria causes rheumatoid arthritis and likely all other autoimmune conditions
par Luc Lun 5 Juin 2023 - 22:01

» Détox Foie
par Chantal Lun 22 Mai 2023 - 12:57

» Comment limiter la conversion des nitrites en nitrosamines cancérigènes
par Luc Sam 20 Mai 2023 - 12:13

» Combinaison gagnante : Phytothérapie efficace contre le cancer !
par Luc Jeu 18 Mai 2023 - 12:00

» Des veines en bon état
par Luc Ven 12 Mai 2023 - 11:36

» Sibo et nutriments utiles dans un shake
par Invité Ven 5 Mai 2023 - 0:06

» conseils nutritionnels pour maigreur
par Luc Dim 30 Avr 2023 - 18:55

» Vitamine E: Besoins réels
par Luc Lun 24 Avr 2023 - 10:33

» Iode et iodure de potassium – À contre-courant
par Luc Sam 22 Avr 2023 - 18:57

» Hydrolat de romarin CT verbenone
par Luc Lun 10 Avr 2023 - 12:02

» Quels probiotiques pour pour pallier le manque d'énergie
par Luc Lun 3 Avr 2023 - 10:59

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par Luc Sam 1 Avr 2023 - 22:35

» Le rôle de la vitamine K1 et K2 dans la coagulation sanguine
par Luc Sam 25 Mar 2023 - 10:24

» Meilleurs nutriments pour les mitochondries
par Luc Jeu 23 Mar 2023 - 18:31

» Taflo111 - Journal de suivi
par Taflo111 Ven 10 Mar 2023 - 13:07

» Prolamines et glutélines dans les céréales et pseudo céréales.
par Luc Lun 6 Mar 2023 - 22:35

Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

Microbiote info diverse

Aller en bas

Microbiote info diverse  Empty Microbiote info diverse

Message  Luc Sam 16 Sep 2023 - 8:53

Microbiote info diverse
Infos tirées de revues santé sur les phyla de bactéries intestinales
Phylum = famille en biologie. Pluriel = phylums ou phyla (pluriel latin).
Article (SCE 09/2023)
A l’apéro, n’oubliez pas les cacahuètes (sans sel, elles sont bonnes pour la santé !).
On parle souvent des fruits à coque à cause de leur effet antioxydant, de leur richesse en fibres (noix), de leur teneur en vitamine B1 (noix de cajou), etc. Il y a cependant une exception : la cacahuète, qui est moins médiatisée. Peut-être à cause de son image d’apéritif hyper salé et calorique ?
Pourtant, la cacahuète a aussi un atout, comme l’ont montré des cher­cheurs qui se sont intéressés à ses effets sur le microbiote intestinal. Dans leur étude1, ils ont comparé les résultats de la consommation de 28 g/jour de cacahuètes pendant 6 semaines avec ceux d’un autre type de collation plus faible en graisses et plus riche en glucides. 50 personnes ont participé à l’étude. Parmi le groupe qui a consommé les cacahuètes, les chercheurs ont observé une augmentation des Ruminococcaceae, une famille de bactéries qui joueraient un rôle important dans la digestion des polysaccharides complexes. Ces poly­saccharides complexes sont des chaînes de molécules de sucre liées entre elles et présentes dans certains aliments (comme les céréales, les légumineuses et les graines).
Les cacahuètes seraient donc utiles pour nous aider à digérer les ingré­dients les plus coriaces de notre alimentation !
1. « Peanuts as a nighttime snack, enrich butyrate-producing bacteria compared to an isocaloric lower-fat higher-carbohydrate snack in adults with elevated fasting glucose: A randomized crossover trial », Philip A. Sapp et al., Clinical Nutrition,
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Conclusion
An increased abundance of Ruminococcaceae was observed following consumption of 28 g/d of peanuts in adults with elevated fasting glucose after 6-wks. Metatranscriptomics revealed increased expression of the K03518 gene. These results suggest peanut intake enriches a known [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] producer and the increased expression of a gene implicated in butyrate production adds further support for peanut-induced gut microbiome modulation.
 
Commentaire perso: La cacahuète (arachide) n’est pas un fruit à coque (noix) mais une légumineuse.
Les arachides sont l'un des neuf allergènes alimentaires les plus communs. Donc, on évite d’en manger sur une base régulière. Tournante requise.
Les arachides contiennent des phytoestrogènes (isoflavones), en quantité relativement importante, comme le soja, et sont contrindiqués en présence de suspicion de cancer (prostate, sein).
Les arachides renferment des antiprotéases. On trouve également une forte activité antiprotéases dans le soja, les noix, le céleri, la moutarde, le sésame et le lupin. On évitera donc cet apéritif si problème de digestion.
Enfin, on évitera de manger des cacahuètes salées, avec une bière ou un apéro, dans un lieu public. Le récipient est généralement plein de bactéries car tous les hommes ne se rincent pas les mains après être allés uriner…
Notez cependant que pour obtenir le changement espéré dans l’étude – une augmentation des bactéries productrices de butyrate – le jeu n’en vaut pas la chandelle. Trop aléatoire *. La souche de bactéries Ruminococcaceae (phylum firmicutes) est bien intéressante pour la production de polysaccharides mais …
* Le changement se produira vraisemblablement, juste après avoir "respecté" les conditions de l'étude, mais 30 jours plus tard, le terrain aura changé. Vous ne serez pas plus avancé si vous ne modifiez pas l'apport des fibres (Q et type) et le type d'aliments (variété et fréquence). Retour à la case départ, progressivement.


Dernière édition par Luc le Sam 16 Sep 2023 - 21:54, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Microbiote info diverse  Empty Microflora of the Intestine: Types of phylums

Message  Luc Sam 16 Sep 2023 - 8:54

Info utiles sur les fila productrices de butyrate
*) Colonic Butyrate-Producing Communities in Humans: an Overview Using Omics Data.
doi: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*) Microflora of the Intestine | The Natural Microflora of Humans
 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
G.C. Yap, ... B.W. Lee, in Encyclopedia of Food Microbiology (Second Edition), 2014
Metatranscriptomics
Metatranscriptomics analysis enables us to understand the gene expression by active gut microbiome. Using the analysis of 16S rRNA gene transcripts, metatranscriptomics have shown that the two predominant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] are [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (49.18%) and [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (31.42%), while [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (3.66%), [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (0.4%), and [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (0.22%) were the minor active phyla detected. At the family level, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] and [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], and [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] were the predominant families detected in the active [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Bacteroidaceae appear to be involved in almost all bacterial functional genes categories in the active gut microbiota, whereas the Ruminococcaceae and Prevotellaceae family is associated with antibiotic [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] and transport of [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
The characterization of cDNA sequences revealed that the main functional roles of the active gut microbiota were carbohydrate metabolism, energy production, and synthesis of cellular components. The inorganic ion transport and metabolism functional gene group was overrepresented in the analysis of cDNA sequences in contrast to the metagenomic analysis. In contrast, housekeeping activities, such as amino acid and lipid metabolism and transport, were underrepresented in the metatranscriptome. By identifying the expression profiles of the bacterial structure and the functional gene by gut microbiota, it would provide further evidence of the dynamic interaction between the gut bacteria in intestinal environment.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Microbiote info diverse  Empty Les édulcorants modifient le microbiote

Message  Luc Ven 6 Oct 2023 - 23:02

Prise de poids, diabète : les substituts du sucre sont-ils tous cancérigènes ?
Dr Philippe Veroli – SCE 10/23
En juillet dernier, l’Organisation mondiale de la santé a enfin reconnu l’aspartame comme cancérigène probable. Mais qu’en est-il des autres édulcorants artificiels… ou naturels ? Le sirop d’agave ou le lait de coco sont-ils vraiment sans danger ? Entre surpoids, diabète ou encore cancers, le Dr Veroli lève le voile sur les dangers largement sous-estimés de ces alternatives au sucre blanc.
Dr Philippe Veroli : Médecin spécialiste en anesthésie-réanimation, ancien chef de clinique, il est notamment diplômé en nutrition, hypnose et médecine traditionnelle chinoise.


Idées clés
Les édulcorants contribuent tous à perpétuer l’accoutumance au goût sucré, et aucun ne favorise la perte de poids.
Les édulcorants traversent le tractus digestifs sans être assimilés / digérés et arrivent donc sans aucune modification au contact de la flore intestinale, sur laquelle ils ont un impact direct. 
La population des bactéries bénéfiques diminue alors que celle de onze genres bactériens opportunistes augmente, dans un laps de temps assez court, avec un apport modéré mais combiné.
Lorsqu’on combine le sucralose et le saccharose (soit la source traditionnelle de sucre), cela dérègle le fonctionnement de la glycémie (augmentation de l’insuline).
Les trois molécules les plus fréquemment ingérées (aspartame, sucralose, acesulfame-K) ont chacune, indépendamment, un effet délétère sur le système vasculaire.
Il n’y a donc aucune raison de consommer des produits industriels light, ni pour la gestion du poids corporel, ni pour la santé en général.
Article
Il est aujourd’hui bien établi que l’excès de sucre favorise les caries dentaires, les mala­dies cardiovasculaires, l’obésité, le diabète, la stéatose hépatique et certains cancers (1). En France, on consomme près de 100 g de sucre par jour et par habitant (2) alors qu’il ne faudrait pas dépasser 50 g dans le cadre d’une alimentation équilibrée ! Face à cette réalité, l’industrie alimentaire nous propose des édulcorants naturels ou artificiels censés nous offrir des plaisirs sucrés, mais qui seraient sans conséquences négatives sur notre poids et sur notre santé. Mais la réalité est souvent bien diffé­rente de ces promesses trompeuses, et les risques pour votre santé sont bien réels.
Comment estimer qu’un produit est « peu sucré », « sucré » ou « très sucré » ?
Le pouvoir sucrant d’un composé chimique représente sa valeur sucrante (édulcorante) par rapport au saccharose (sucre blanc), qui sert de référence et dont le pouvoir sucrant est égal par définition à 1 (100%). L’index glycémique (IG) se mesure sur une échelle de 0 à 100. La référence est le glucose, qui a un IG égal à 100. Chaque aliment a son IG absolu : si celui-ci est supérieur à 70, on le considère comme élevé, tandis que, s’il est inférieur à 55, on le dit faible. En réalité, pour un même aliment l’IG varie selon sa maturité (plus un fruit est mûr, plus son IG est élevé), sa cuisson (plus l’aliment est cuit, plus son IG est élevé), son intégrité struc­turelle (plus il est raffiné, plus son IG est élevé), et selon qu’il est consommé seul ou au cours d’un repas. Les glucides à IG élevé provoquent une forte sécrétion d’insuline qui favorise leur stockage sous forme de graisses.
Découvrez l’index glycémique de vos aliments préférés
Voici quelques exemples d’aliments classés par index glycémique :
Aliment Index glycémique
Baguette 95
Riz blanc 87
Pomme de terre cuite 85
Pain complet 77
Raisins secs 65
Semoule 65
Betteraves 65
Flocons d'avoine 61
Ananas 55
Bananes 50
Lait 30
Pamplemousse 25
Cerises 23
Lentilles 22
Légumes verts 10
Ce tableau nous montre que la baguette de pain a un index glycémique 9,5 fois plus fort que celui des légumes verts !
Édulcorants : deux familles très différentes
On distingue les édulcorants naturels, d’origine végétale, des édulcorants artificiels, obtenus par synthèse chimique. Ils ont néanmoins un point commun : ils contribuent tous à perpétuer l’accoutumance au goût sucré, et aucun ne favorise la perte de poids.
Même l’Anses a déclaré que « les édulcorants ne présentent pas d’intérêt nutritionnel et l’objectif de réduction des apports en sucre doit être atteint par la réduction globale du goût sucré de l’alimentation, et ce dès le plus jeune âge ».
Naturel = sans danger ? (Attention aux idées reçues)
Les édulcorants naturels sont très nombreux. Ils ont chacun leurs particularités et tous ne sont pas bons pour la santé. Passons au crible les plus utilisés.
Caractéristiques des édulcorants naturels
Édulcolorant
naturel
Pouvoir
sucrant
Kcal/g Index
glycémique
  
Saccharose 1 4 70 -  
Fructose 1,2 à 1,7 4 30 -  
Sirop d’agave 1,2 à 1,4 3,6 15 -  
Sirop d’érable 1,4 2,8 65 -  
Sirop de riz 1,2 3,2 100 -  
Stévia 200 à 300 0 0 N  
Maltitol 0,9 2,8 36 N  
Tagatose 2,5 1,5 0 OK  
Xylitol (bouleau) 1 2,4 7 OK  
Sucre de coco 1,8 3,7 35 N  
Mélasse 0,8 3 70 -  
Sirop de yacon 6 2 1 OK  
Erythritol 0,7 0,2 0 -  
Miel 1,2 à 1,4 3 85 N  
Allulose 1,7 0,4 0 OK  
Symboles : - = éliminés. N = neutre. OK = acceptable.
Le fructose : la star des édulcorants
Naturellement contenu dans les fruits, le fructose possède un faible index glycémique. On pourrait donc penser qu’il est un remplaçant de choix du saccharose. En fait, il n’en est rien.
Des études anciennes chez l’animal avaient déjà montré que la consommation de fructose était à l’origine d´une lipogenèse de novo (fabrication de matières grasses dans les tissus, et surtout dans le foie), d´une dyslipidémie (anomalie des taux de graisses dans le sang) et d’une insulinorésistance. Les mêmes observations ont été faites chez l’homme (3). Le fructose inhibe la suppression postprandiale de ghréline (l’hormone qui stimule l’appétit) et, à calories égales, induit une réponse moindre en leptine (l’hormone qui freine l’appétit) et en insuline que celle observée après la consommation de glucose. C’est pourquoi la consommation de produits riches en fructose favorise le surpoids et l’obésité, via une diminution du sentiment de satiété. Pire que le sucre blanc, le fructose comme édulcorant n´est donc pas à recommander.
Sirop d’agave : ne vous piquez pas sur le cactus !
Extrait de la sève d’un cactus mexicain (Agava tequilana), le sirop d’agave possède un pouvoir sucrant plus important que celui du sucre blanc avec un index glycémique beaucoup plus faible, ce qui permet d’éviter les pics d’insuline. Le sirop d’agave renferme naturel­lement plusieurs minéraux intéres­sants : calcium, fer, magnésium et potassium. Toutefois, étant essentiellement composé de fructose, il en partage donc les mêmes inconvénients et c’est pourquoi je vous recommande de l’éviter.
Le sirop d’érable : délicieux, mais…
Ce sirop provient de la sève de l’érable portée à ébullition. Son pouvoir sucrant est plus élevé et son index glycémique plus faible que ceux du sucre blanc. Il est riche en vitamine B et en minéraux (zinc, calcium, potassium, phosphore, magnésium, manganèse). Étant constitué principalement de saccharose (donc inadapté aux diabétiques), mieux vaut l’éviter. On peut aimer son goût mais ce n’est certainement pas un produit santé !
Le sirop de riz a un gros défaut Le sirop de riz provient de la fermentation de riz brun. Il est composé pour moitié de sucres simples (dont glucose) et pour moitié de sucres complexes. Son pouvoir sucrant est proche de celui du sucre blanc. Il est riche en vitamines et minéraux (potassium et magnésium). Son index glycémique très élevé (100) constitue son défaut majeur. Conclusion : passez votre chemin !
La stévia (E960) : ultra-transformée
Image : La stévia est souvent un produit ultra-transformé.
La stévia provient des feuilles d’une plante cultivée à l’origine au Paraguay (Stevia ribaudiana). Son pouvoir sucrant est 200 à 300 fois supérieur à celui du sucre blanc. Ce produit est intéressant car il n’apporte aucun sucre ni calorie et est extrêmement stable à la chaleur. Mais son utilisation en tant qu’édulcorant n’a rien de naturel : la stévia est produite à l’échelle industrielle, principalement par l’agriculture chinoise, et nécessite un processus de purification. La stévia commercialisée sous forme de poudre ou sous forme liquide est donc un produit ultra-transformé. Depuis 2011, l’utilisation de cet édulcorant est autorisée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui n’a trouvé ni risque cancérigène, ni risque génotoxique, ni impact sur la reproduction. Toutefois, les produits qui contiennent de la stévia contiennent souvent aussi du sucre pour masquer son goût de réglisse.
Le maltitol (E965) : le sucre des céréales
Extrait du sucre du blé ou du maïs, le maltitol est deux fois moins calorique que le sucre pour un pouvoir sucrant à peu près équivalent. Avec son index glycémique bas, il convient aux diabétiques car il n’influence pas la glycémie. Il peut être chauffé sans problème et convient donc aussi bien aux préparations chaudes que froides.
Le tagatose (E963) : un nouveau venu intéressant
Fabriqué à partir du lactose (sucre du lait), il se présente sous la forme d’une poudre blanche dont l’aspect et le goût sont très proches de ceux du saccharose. Son utilisation, encore confiden­tielle, devrait se développer car il présente de nombreuses qualités :
- 40 fois moins calorique que le saccharose, son pouvoir sucrant est pourtant 2,5 fois supérieur.
- Son index glycémique est proche de zéro, il est donc adapté aux diabétiques.
- Il ne contient pas de lactose.
- Il ne craint pas la chaleur.
- Il a un effet prébiotique.
Xylitol : le sucre de bouleau (E967)
Extrait de l’écorce de bouleau, il a le même goût et le même pouvoir sucrant que le sucre blanc avec un index glycémique très faible. Il apporte 40% de calories en moins que le saccharose. Quand on le chauffe, son pouvoir sucrant augmente de 30 à 50%.
Le sucre exotique de la fleur de coco
Provenant de la sève de la fleur de cocotier, le sucre de coco ressemble au sucre roux et peut donc être utilisé de la même manière. Son pouvoir sucrant est 1,8 fois celui du sucre, avec un index glycémique plus faible.
Ne tombez pas dans la mélasse
Produite à partir du sucre de canne, la mélasse se présente sous la forme d’un sirop brun foncé. Elle est très riche en sels minéraux (2 cuillerées à soupe de mélasse couvrent les besoins quotidiens en fer) ainsi qu’en vitamine B2 et B6. Comme elle est composée à 70 % de saccharose, son index glycémique est le même que celui du sucre blanc avec un pouvoir sucrant inférieur. Mieux vaut donc l’éviter.
Le sirop de yacon mérite d’être plus connu
Peu connu, le sirop de yacon, dont l’aspect rappelle celui du caramel, est extrait d’un tubercule péruvien (Smallantus sonchifolius) en forme de poire (d’où son nom de « poire de terre »). Il se compose de deux substances principales, l’inuline (polymère du glucose) et les fructo-oligosaccharides (composés de fructose et de glucose). Ces deux substances ne sont pas digérées par l’intestin grêle et ne peuvent donc pas être absorbées par le corps humain. C’est pour­quoi le sirop de yacon a un index glycémique quasi nul alors que son pouvoir sucrant est 6 fois supérieur à celui du sucre blanc ! De plus, l’inuline et les fructo-oligosaccharides atteignent intactes le côlon, où elles nourrissent les bactéries bénéfiques de la flore intestinale. Cet effet prébiotique réduit les risques d’inflammation chronique et de cancer colorectal. De plus, le sirop de yacon est riche en minéraux (potassium, magnésium, calcium, fer) et en antioxydants. Le sirop de yacon convient donc parfaitement aux diabétiques dans la mesure où sa consommation ne stimule pas la sécrétion d’insuline. Il est également indiqué en cas d’obésité et chez les personnes dont le microbiote est appauvri et déséquilibré.
Méfiez-vous de l’érythritol (E968)
Présent naturellement en faible quantité dans les algues et les lichens ainsi que dans les poires, les melons et les champignons, il peut aussi être obtenu de façon industrielle, par un processus de fermentation des glucides présents dans la farine de blé ou de maïs, en utilisant des enzymes et des levures. Vendu sous forme d’une poudre blanche, il ne caramélise pas et peut être cuit. L’érythritol n’apporte pas de glucides. Son pouvoir sucrant est 30 % inférieur à celui du sucre blanc avec un index glycémique nul. Il convient donc bien aux diabétiques, aux régimes pauvres en glucides et aux régimes cétogènes. Étant exempt de glucides fermentescibles, l’érythritol convient aussi aux régimes pauvres en FODMAPs (des glucides pouvant être mal absorbés par l’intestin grêle et fermenter dans le côlon, entraînant des inconforts digestifs). Contrairement au saccharose, l’érythritol ne favorise pas l’apparition de caries dentaires parce qu’il n’est pas fermenté par les bactéries de la flore buccale. Il s’agirait donc d’un produit inté­ressant, sauf que… Une étude (4) très récente indique que la consomma­tion d’érythritol serait associée à un risque accru d’évènements cardio­vasculaires majeurs. Plusieurs études ont souligné que des taux élevés d’érythritol pouvaient contribuer directement à une hyper­réactivité plaquettaire et à un risque accru de thrombose.
Sachant que les doses utilisées dans l’industrie alimentaire peuvent être jusqu’à 1 000 fois supérieures à celles trouvées dans les fruits et légumes (une enquête nationale américaine menée en 2013-2014 avait évalué la consommation quotidienne d’érythritol à 30 g/jour) et qu’il n’existe pas de données sur les effets à long terme de l’erythritol sur la santé, je vous recommande de l’éviter.
Le miel : à consommer avec modération
Bien que le miel soit riche en antioxydants, vitamines et minéraux, il est tout de même composé de 40% de fructose et de 30% de glucose. Son index glycémique élevé doit faire limiter sa consommation.
Fuyez les édulcorants artificiels !
Largement utilisés par l’industrie alimentaire pour améliorer les caractéristiques de goût et de texture des aliments, on les retrouve partout, et pas seulement dans les produits alimentaires « allégés ». Ils sont aussi présents comme exhausteurs de goût et comme excipients dans des médicaments et des dentifrices ! Les édulcorants artificiels ont un pouvoir sucrant très élevé et ne contiennent pas de sucre. Ils ont donc un apport calorique négligeable et aucun impact immédiat sur la glycémie (IG nul). Pourtant, malgré ces caractéristiques séduisantes au premier abord, ils constituent un réel danger pour la santé.
Apprenez à reconnaître les édulcorants artificiels (encart)
Dénomination Pouvoir sucrant par rapport au saccharose
Acésulfame K (E950) 150-200 fois supérieur
Aspartame (E951) 150-200 fois supérieur
Sel d’aspartame-acésulfame (E962) 350 fois supérieur
Cyclamate (E952) 30-50 fois supérieur
Néotame (E961) 7 000-13 000 fois supérieur
Saccharine (E954) 300-400 fois supérieur
Sucralose (E955) 400-600 fois supérieur
Thaumatine (E957) 2 000 à 3 000 fois supérieur
Néohespéridine dihydrochalcone (E959) 400 à 600 fois supérieur
Alitame (E956) 2 000 fois supérieur
Advantame (E969) 30 000 fois supérieur
Fin de l’encart.
Un poison pour vos « bonnes » bactéries intestinales
La plupart des édulcorants traversent le tractus digestif sans être digérés et arrivent donc sans aucune modification au contact de la flore intestinale, sur laquelle ils ont un impact direct. Des chercheurs de l’université Ben-Gourion, en Israël, et de l’université technologique de Nanyang, à Singapour, se sont intéressés à six édulcorants de synthèse actuellement autorisés aux États-Unis et en Europe : aspartame, sucralose, saccharine, néotame, advantame, acésulfame potassium (Ace-K). ( 8 ) Tous ont eu un effet toxique immédiat sur les bactéries Escherichia coli, très communes dans le tube digestif. Une autre étude a montré qu’une consommation d’édulcorants équivalente à la prise quotidienne de 1,5 litre de soda light pendant deux semaines entraînait une réduction « significative » des bactéries de genres Eubacterium et Cylindroides, associées à une bonne santé. La population des bactéries bénéfiques a diminué alors que celle de onze genres bactériens opportunistes a augmenté. De plus, les bactéries Butyrivibrio, associées au contrôle de la glycémie, étaient moins abondantes !
Les édulcorants artificiels vous aident… à prendre du poids
Le raisonnement des industriels est simpliste : puisque ce sont les calories du sucre qui favorisent le développement de l’obésité, leur remplacement par des édulcorants artificiels devrait donc empêcher l’accumulation de graisse. Malheureusement, ce n’est pas du tout ce qui est observé dans la réalité : les études montrent que les consommateurs de boissons dites light ont eux aussi un risque accru d’obésité (9). En réalité, leur risque de décès prématuré est similaire à ceux qui consomment des boissons sucrées (10) ! Une étude américaine récente (11) a même montré que la consommation combinée d’un édulcorant (sucra­lose) et de saccharose dérègle forte­ment le métabolisme glucidique et provoque une augmentation chro­nique du glucose et de l’insuline dans le sang, ce que ne fait pas une consommation isolée de sucralose ou de saccharose. Or les produits light sont toujours consommés avec d’autres sources de sucres (pain, frites, pâtisseries), ce qui explique pourquoi les produits contenant des édulcorants peuvent favoriser l’ex­cès de poids. Ce dérèglement est très rapide puisqu’il est observé après avoir consommé l’édulcorant à sept reprises seulement sur une période de deux semaines. De plus, L’absence de calories empêche la satiété et décuple l’en­vie de sucre. Il n’y a donc aucune raison de consommer des produits industriels light, ni pour la gestion du poids corporel, ni pour la santé en général.
Pourquoi les Japonais interdisent l’aspartame (encart)
L’aspartame est spécifiquement associé à une augmentation de 15% du risque global de cancer et de 22% du cancer du sein ! Dans l’intestin, l’aspartame est hydrolysé (ses composants se séparent sous l’action de l’eau) et il libère de la phényla­lanine, de l’acide aspartique et du méthanol, qui passent dans le sang pour arriver au foie. Dans le foie, le méthanol est oxydé en formaldéhyde puis en acide formique. Méthanol et formaldéhyde sont directe­ment toxiques pour le foie. Le formaldéhyde est une substance reconnue comme cancérigène.
Fin de l’encart.
Une porte ouverte pour le diabète
Selon une étude israélienne12 de 2014 publiée dans la prestigieuse revue Nature et menée sur des souris et sur des hommes, les édulcorants (aspartame, sucralose et saccharine) aggraveraient les phénomènes d’intolérance au glucose en modifiant la composition du microbiote. Dans un groupe de sept volontaires qui consommaient chaque jour la dose maximale de saccharine autorisée durant une semaine, quatre personnes avaient un microbiote dont la composition était proche de celui des patients diabétiques. En France, une étude de l’Inserm portant sur 66 000 femmes a montré que la consommation de 1,5 litre de soda sucré par semaine augmente de 50% le risque de déclarer un diabète, comparativement à la consommation d’eau ou de jus de fruits. Pour la même quantité de boisson aux édulcorants, le risque est augmenté de 230%. Ainsi, les édulcorants pourraient directement contribuer à augmenter l’épidémie d’obésité et de diabète alors que leur prétendu objectif est de la combattre.
Édulcorants artificiels : alerte au risque de cancer
Une très récente étude (13) portant sur 102 865 adultes a montré qu’il existe un lien entre la consommation de produits contenant des édulcorants artificiels (notamment aspartame et acésulfame-K) et le risque global de cancer : +13% sur 8 ans chez les plus gros consommateurs par rapport à ceux qui n’en consomment pas (14).
Le système cardiovasculaire aussi est impacté
Des scientifiques de l’Inserm et de l’université Sorbonne-Paris Nord ont mené une étude sur plus de 100 000 Français qui a montré que les plus gros consommateurs d’édulcorants artificiels ont un risque augmenté d’hypertension artérielle (+13%) et de maladies cardiovasculaires (+18% pour les accidents vasculaires cérébraux). Selon les auteurs, « le risque pourrait être sous-estimé » du fait que la population participant à l’étude consommait en moyenne trois fois moins d’édulcorants que le reste des Français. Les trois molécules les plus fréquemment ingérées (aspartame, sucralose, acesulfame-K) ont chacune, indépendamment, un effet délétère sur le système vasculaire (15). Une des hypothèses envisagées est l’action des édulcorants artificiels sur les récepteurs de goût sucré situés dans les intestins, ces derniers jouant un rôle dans la sécrétion d’insuline et l’absorption du glucose.
Les édulcorants manipulent le cerveau
Normalement, au niveau du cerveau, le système de récompense s’active quand il reçoit du sucre. Avec les édulcorants, ce système est perturbé : le cerveau ne reçoit plus sa dose habituelle de sucre et l’envie de sucre est multipliée, ce qui pousse au grignotage, de préférence gras et sucré, pour compenser la déception enregistrée par les neurones. Nous avons vu que la consommation d’aspartame conduit à la formation de phénylalanine, d’acide aspartique et de méthanol. Ces substances passent dans le cerveau et peuvent inhiber la synthèse et la libération de plusieurs neuro-transmetteurs (dopamine, norépinéphrine et sérotonine), qui régulent normalement l’activité neurologique cérébrale (16). De plus, l’aspartame modifie l’expression des gènes régulant l’équilibre excitation-inhibition dans l’amygdale, une région du cerveau qui régule l’anxiété et la peur.
Des souris de laboratoire qui boivent de l'eau contenant de l’as­partame présentent un compor­tement anxieux prononcé, et la signalisation des neurotransmet­teurs est perturbée. Ce phénomène se produit à des doses égales ou inférieures à 15% de la dose journa­lière maximale recommandée par la FDA américaine. Et ces effets pourraient se transmettre sur deux générations17 !
Un danger pour les femmes enceintes et leurs bébés (encart)
La consommation régu­lière d’édulcorants artificiels pendant la grossesse augmen­terait le risque d’accouche­ment prématuré et favoriserait de nombreuses maladies ulté­rieures chez l’enfant : aller­gies, intolérance au glucose, déséquilibre du microbiote intestinal, prise de poids excessive, maladies cardio­vasculaires, stéatose hépa­tique (foie gras) et cancers hormono-dépendants.
Fin de l’encart.
Tous accro aux sucres (et ses alternatives) ?
La consommation d’aliments et de boissons au goût sucré favorise l’envie de gourmandises plus sucrées (les fringales ne disparaissent pas, au contraire, elles sont entretenues). Limitez-la donc au maximum en privilégiant le sucre bio non raffiné.
Attention aux édulcorants artificiels
Absence de perte de poids, désé­quilibre du microbiote intestinal, risque de diabète et de cancer, impact cardiovasculaire… incitent à réduire au maximum la consommation d’édulcorants artificiels, plus encore que celle des aliments sucrés. Mais il est difficile de les éviter totalement : lisez attentivement les étiquettes indiquant la composition des produits transformés que vous achetez.
Quid des produits naturels ?
Quant aux édulcorants naturels, je vous rappelle ici mon top 4 des produits que je conseillerais si vous n’arrivez pas à vous passer d’édulcorants : tagatose, xylitol, sirop de yacon, allulose. Et gardons à l’esprit que l’eau reste la seule boisson indispensable et dénuée de risques !
Dr Philippe Veroli : Médecin spécialiste en anesthésie-réanimation, ancien chef de clinique, il est notamment diplômé en nutrition, hypnose et médecine traditionnelle chinoise.
Sources: Voir post suivant.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Microbiote info diverse  Empty Re: Microbiote info diverse

Message  Luc Ven 6 Oct 2023 - 23:02

Références :
Prise de poids, diabète : les substituts du sucre sont-ils tous cancérigènes ?
1. Moore JB, Fielding BA. Sugar and metabolic health: is there still a debate? Curr Opin Clin Nutr Metab Care 2016;19:303–9. / Grosso G, Bella F, Godos J, . Possible role of diet in cancer: systematic review and multiple meta-analyses of dietary patterns, lifestyle factors, and cancer risk. Nutr Rev 2017;75:405–19.
2. Enquête nationale INCA 2006-2007
3. Stanhope KL et al. Consuming fructose-sweetened, not glucose-sweetened, beverages increases visceral adiposity and lipids and decreases insulin sensitivity in overweight/obese humans. J Clin Invest 2009 ; 119 : 1322-1334.
4. Witkowski, M., Nemet, I., Alamri, H. et al. The artificial sweetener erythritol and cardiovascular event risk. Nat Med (2023). [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
5. Japar S, et al. A pilot study on the effect of D-allulose on postprandial glucose levels in patients with type 2 diabetes mellitus during Ramadan fasting. Diabetol Metab Syndr. 2022. / LIida T, et al. Acute D-psicose administration decreases the glycemic responses to an oral maltodextrin tolerance test in normal adults. J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 2008.
6. Hossain A, et al. Rare sugar D-allulose: Potential role and therapeutic monitoring in maintaining obesity and type 2 diabetes mellitus. Pharmacol Ther. 2015.
7. Hayashi N, et al. Study on the postprandial blood glucose suppression effect of D-psicose in borderline diabetes and the safety of long-term ingestion by normal human subjects. Biosci Biotechnol Biochem. 2010.
8. Dorin Harpaz D, Yeo LP, Cecchini F, et al. Measuring Artificial Sweeteners Toxicity Using a Bioluminescent Bacterial Panel. Molecules 2018, 23(10), 2454. doi.org/10.3390/molecules23102454
9. Fowler SP et coll. Fueling the obesity epidemic? Artificially sweetened beverage use and long-term weight gain. Obesity 2008; 16: 1894-900.
10. Mullee A et coll. Association between soft drink consumption and mortality in 10 European countries. JAMA Intern. Med. 2019; e192478.
11. Dalenberg JR et coll. Short-term consumption of sucralose with, but not without, carbohydrate impairs neural and metabolic sensitivity to sugar in humans. Cell Metab. 2020; 31: 493-502.
12. Suez J, Korem T, Zeevi D et coll. Artificial sweeteners induce glucose intolerance by altering the gut microbiota. Nature (2014) doi:10.1038/nature13793.
13. Debras C, Chazelas E, Srour B, Druesne-Pecollo N, Esseddik Y, Szabo de Edelenyi F, Agaësse C, De Sa A, Lutchia R, Gigandet S, Huybrechts I, Julia C, Kesse-Guyot E, Allès B, Andreeva VA, Galan P, Hercberg S, Deschasaux-Tanguy M, Touvier M. Artificial sweeteners and cancer risk: Results from the NutriNet-Santé population-based cohort study. PLoS Med. 2022;19(3):e1003950. doi: 10.1371/journal.pmed.1003950. PMID: 35324894
14. Debras C, Chazelas E, Srour B et al. Artificial sweeteners and cancer risk: Results from the NutriNet-Santé population-based cohort study. PLoS Med 2022, 19(3): e1003950.
16. Choudhary AK, Lee YY. Neurophysiological symptoms and aspartame: What is the connection?. Nutritional neuroscience, 2018, vol. 21, no 5, p. 306-316.
17. Jones SK, Mc Carthy DM, Vied C et al. Transgenerational transmission of aspartame-induced anxiety and changes in glutamate-GABA signaling and gene expression in the amygdala. Proceedings of the National Academy of Sciences, 2022, vol. 119, no 49, p. e2213120119.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Microbiote info diverse  Empty Re: Microbiote info diverse

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum