Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Blagues et Funny clips 13
par Luc Mer 22 Mai 2024 - 11:16

» English Corner: Anti-Stress & Neuro-Protective Effects of Thiamine (B1)
par Luc Dim 5 Mai 2024 - 9:41

» Démangeaison et Histamine – Journal de Suivi 2
par Luc Mar 23 Avr 2024 - 12:23

» Impact réversible ou non des émulsifiants sur le microbiome
par Luc Lun 15 Avr 2024 - 8:16

» Infos santé. Divers SCE 2
par Luc Lun 8 Avr 2024 - 10:56

» Effets anti-thyroïde des oméga-3
par Luc Lun 1 Avr 2024 - 15:49

» Les acides gras pour les nuls
par Luc Ven 29 Mar 2024 - 16:38

» Changement d'heure
par Luc Ven 29 Mar 2024 - 14:04

» Démangeaison & Histamine – Journal de suivi 1
par Luc Lun 25 Mar 2024 - 9:38

» Question d'orthographe
par Luc Dim 24 Mar 2024 - 21:18

» English corner: B6 leads to decrease of cytokines in neuropathy
par Luc Sam 16 Mar 2024 - 12:03

» Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine
par Luc Ven 15 Mar 2024 - 9:40

» English corner: High dose manganese
par Luc Ven 15 Mar 2024 - 8:22

» English corner: Altered GABA levels in MS patients
par Luc Lun 11 Mar 2024 - 17:02

» Neuropathie sensitive modérée par la Vit B6
par Luc Lun 11 Mar 2024 - 16:50

» English corner: B6, Brain inflammation and Quinolinate: The kynurenine pathway
par Luc Jeu 7 Mar 2024 - 10:22

» Régime protéiné & ratio Vit B6, biotine et molybdène
par Luc Lun 4 Mar 2024 - 22:26

» Additifs : Carraghénanes & Monoglycérides et Diglycérides d’Acides Gras
par Luc Ven 1 Mar 2024 - 18:41

» English corner. Potential roles of Vit B6 in inflammation and immunity
par Luc Ven 1 Mar 2024 - 10:54

» English Corner – Vit B6: How much is too much?
par Luc Mar 27 Fév 2024 - 21:39

» Effets de la Vitamine B6 sur les Neurotransmetteurs
par Luc Ven 23 Fév 2024 - 8:33

» Haute dose de B6 P5P contre algodystrophie et SCC
par Luc Dim 18 Fév 2024 - 11:29

» The English corner: Gerson therapy analyzed and somewhat criticized
par Luc Jeu 15 Fév 2024 - 17:20

» Annexion de l'Ukraine
par Luc Lun 12 Fév 2024 - 21:19

» Divers 1 - Santé et écologie
par Luc Dim 11 Fév 2024 - 23:18

» The English corner: Fix the gut
par Luc Lun 5 Fév 2024 - 11:30

» Présentation Tiphoun
par Luc Lun 5 Fév 2024 - 0:01

» Pourquoi la choline est importante en nutrition
par Luc Mar 30 Jan 2024 - 19:11

» Histoire drôle & Funny clip 12
par Luc Lun 29 Jan 2024 - 10:57

» Nutriments favorables à la respiration mitochondriale
par Luc Dim 28 Jan 2024 - 14:41

» Comment Booster votre Énergie
par Luc Dim 28 Jan 2024 - 14:14

» Pathologies d’encrassage : Fibro – Tendinite – Arthrose – Ostéoporose – Goutte – Etc.
par Luc Dim 14 Jan 2024 - 11:38

» The English Corner: Auto immune reaction
par Luc Ven 12 Jan 2024 - 18:19

» Maladie de Crohn ou Côlon Irritable (IBS) : Comment apaiser et s’en sortir ?
par Luc Ven 12 Jan 2024 - 11:00

» Contenir le candida albicans avec la phytothérapie
par Luc Mar 9 Jan 2024 - 22:08

» Le paradoxe de la vitamine B6
par Luc Sam 6 Jan 2024 - 19:15

» Bon Noël & Meilleurs Vœux
par Luc Dim 31 Déc 2023 - 10:07

» Petit dej de Luc
par Luc Ven 29 Déc 2023 - 10:37

» Quels types de Vit. B? Diffusion passive
par Luc Jeu 28 Déc 2023 - 12:51

» Coronavirus - actualités
par Luc Mar 19 Déc 2023 - 15:05

» This could be a game changer!
par Luc Lun 18 Déc 2023 - 12:23

» Jeu Wordle et Sutom
par Luc Lun 18 Déc 2023 - 7:02

» La musique que j'écoute / partage ...
par Luc Dim 17 Déc 2023 - 13:13

» English language corner 1: Liposoluble vitamins
par Luc Ven 15 Déc 2023 - 11:16

» Vaut le détour : *** It's worth the détour!
par Luc Jeu 7 Déc 2023 - 9:26

» Nouveau et envie de prendre soin de ma santé. manoelle974
par Luc Jeu 30 Nov 2023 - 14:19

» Bactérie AKK gardienne des maladies auto-immunes et témoin de votre bonne santé intestinale
par Luc Dim 26 Nov 2023 - 16:59

» Johnny et ses douleurs
par johnny-bak Lun 20 Nov 2023 - 21:43

» Nouvelles de bak
par johnny-bak Lun 20 Nov 2023 - 20:37

» Faire circuler le Qi pour palier le manque d'énergie
par Luc Dim 19 Nov 2023 - 10:08

» Quels Probiotiques pour les Allergies, les Colites et Autres Pathologies
par Luc Ven 17 Nov 2023 - 10:01

» Probiotiques à éviter en cas d’histamine / allergie
par Luc Mar 14 Nov 2023 - 9:12

» Mucus et Gène FUT2
par Luc Mer 8 Nov 2023 - 18:54

» Effet anti-thiamine du café ?
par Luc Sam 4 Nov 2023 - 11:07

» Le magnésium influe sur l’assimilation de la vit D3
par Luc Mer 1 Nov 2023 - 18:22

» Smoothie mangue épinard fruits rouges
par Luc Mar 31 Oct 2023 - 9:38

» Thyroïde & rT3 trop élevé / Mauvaise conversion de T4 en T3 ?
par Luc Dim 29 Oct 2023 - 9:52

» Impact de la bile sur le microbiote et le transit
par Luc Jeu 26 Oct 2023 - 20:09

» Personne souffrant de dysbiose et de transit irrégulier
par Luc Lun 23 Oct 2023 - 11:51

» La solution que vous attendiez tous....
par Luc Jeu 19 Oct 2023 - 21:34

» Renforcer le mucus intestinal en cas de MICI
par Luc Jeu 19 Oct 2023 - 18:50

» Inhiber les endotoxines LPS
par Luc Lun 16 Oct 2023 - 9:27

» Microbiote info diverse
par Luc Ven 6 Oct 2023 - 23:02

» Motilité Intestinale et Déficit en Thiamine B1
par Luc Jeu 5 Oct 2023 - 14:07

» Suppléments pris par Luc
par Luc Mer 4 Oct 2023 - 18:46

» Thiamine et Niacine pour Libérer la Production d'Énergie
par Luc Mar 3 Oct 2023 - 12:13

» Sport contre les addictions
par Luc Jeu 28 Sep 2023 - 8:49

» Boisson HE effets recherchés
par Luc Lun 25 Sep 2023 - 10:50

» Trop d’oméga-3 déprime le système
par Luc Dim 20 Aoû 2023 - 20:12

» Jeûne intermittent ou Peak Fasting
par Luc Ven 18 Aoû 2023 - 16:50

» Privilégier les cuissons à basse température: Pourquoi?
par Luc Ven 18 Aoû 2023 - 8:30

» Prévention des pathologies neurodégénératives
par Luc Mer 16 Aoû 2023 - 22:28

» Le point sur les omega 3: sources naturelles et compléments
par Luc Mer 16 Aoû 2023 - 18:18

» Présentation mmm
par Luc Mer 16 Aoû 2023 - 16:53

» Présentation Laura
par Luc Lun 7 Aoû 2023 - 22:44

» Comment pratiquer en voyage ?
par Madame Shiitake Lun 7 Aoû 2023 - 22:28

» Argent Colloïdal
par Invité Lun 7 Aoû 2023 - 19:53

» Comment traiter le Sibo / Sifo avec prokinétique et HE
par Luc Jeu 27 Juil 2023 - 8:24

» re - bonjour pomme bleue n24swd
par pomme bleue Jeu 6 Juil 2023 - 10:51

» Testez votre Q.I.
par Luc Mar 4 Juil 2023 - 6:31

» musique therapeutique
par Proserpine Sam 1 Juil 2023 - 15:22

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par Invité Ven 16 Juin 2023 - 13:00

» Présentation Joyce
par Luc Ven 9 Juin 2023 - 19:59

» Gut bacteria causes rheumatoid arthritis and likely all other autoimmune conditions
par Luc Lun 5 Juin 2023 - 22:01

» Détox Foie
par Chantal Lun 22 Mai 2023 - 12:57

» Comment limiter la conversion des nitrites en nitrosamines cancérigènes
par Luc Sam 20 Mai 2023 - 12:13

» Combinaison gagnante : Phytothérapie efficace contre le cancer !
par Luc Jeu 18 Mai 2023 - 12:00

» Des veines en bon état
par Luc Ven 12 Mai 2023 - 11:36

» Sibo et nutriments utiles dans un shake
par Invité Ven 5 Mai 2023 - 0:06

» conseils nutritionnels pour maigreur
par Luc Dim 30 Avr 2023 - 18:55

» Vitamine E: Besoins réels
par Luc Lun 24 Avr 2023 - 10:33

» Iode et iodure de potassium – À contre-courant
par Luc Sam 22 Avr 2023 - 18:57

» Hydrolat de romarin CT verbenone
par Luc Lun 10 Avr 2023 - 12:02

» Quels probiotiques pour pour pallier le manque d'énergie
par Luc Lun 3 Avr 2023 - 10:59

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par Luc Sam 1 Avr 2023 - 22:35

» Le rôle de la vitamine K1 et K2 dans la coagulation sanguine
par Luc Sam 25 Mar 2023 - 10:24

» Meilleurs nutriments pour les mitochondries
par Luc Jeu 23 Mar 2023 - 18:31

» Taflo111 - Journal de suivi
par Taflo111 Ven 10 Mar 2023 - 13:07

» Prolamines et glutélines dans les céréales et pseudo céréales.
par Luc Lun 6 Mar 2023 - 22:35

Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

3 participants

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Dim 6 Mar 2022 - 12:15

Postez ici tout ce qui concerne l'info relative connexe au conflit Ukrainien, susceptible d'éclairer afin d'éviter de mettre le foutoir dans le sujet [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Exemple : les répercussions sur les pays européens ou autres, les évènements politiques (exploitation du conflit à des fins politiques, opinions, coups de gueules, etc...), bref, le détail qui peut permettre de se faire une idée. Raisonner est une chose qui nous est encore permise à nous autres européens, ce qui n'est pas (plus) le cas dans certains pays ou la survie devient la préoccupation quotidienne.

Afin de mieux comprendre le foutoir du conflit Russo-Ukrainien qui, en fait est un conflit mondial interposé (bloc de l'est vs bloc de l'ouest), je poste ici un article traitant d'un émissaire jusqu'à lors peu médiatisé du gouvernement Russe mais pourtant important : Vladimir Medinski que nous pourrions qualifier de ministre de la désinformation et de la propagande.

Tous les dictateurs en ont au moins un sous la main pour leur rappeler comment ils sont beaux, intelligents, modestes et bien intentionnés en honorant le monde de leur présence^^

Les qualités requises pour le poste (liste non exhaustive) : flatteur, manipulateur, calculateur, vénal et béni oui oui sont les principales.

Ca va être un peu long, y'a pas mal à dire, alors prenez vos lorgnons et un bon  Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine 2969150256
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:L'ancien ministre de la Culture a été désigné par le Kremlin pour mener les négociations avec Kiev depuis le 28 février. Un choix symbolique, tant sur le plan de la personnalité de cet homme que sur l'importance accordée à ces discussions.

S'il est bien connu dans son pays, cet homme de 51 ans ne s'était pas particulièrement illustré sur la scène internationale jusqu'à présent. Et pour cause. Vladimir Medinski a été ministre de la Culture de 2012 à 2020, avant de rejoindre le cercle des conseillers de Vladimir Poutine.

Quelques éléments de son CV tendent à le justifier. Cet ancien député de la Douma, membre du parti poutinien Russie unie, est diplômé du célèbre Institut d'Etat des relations internationales de Moscou, le Mgimo, qui forme l'essentiel des diplomates russes. Il a travaillé dans ses jeunes années auprès de l'ambassade russe aux Etats-Unis, avant de bifurquer vers les relations publiques et la communication lors de la décennie 1990.

"Le ministre de la propagande patriotique"

En France, certains historiens, à l'image d'Alain Blum, voient plutôt dans le fait de confier à Vladimir Medinski les rênes des négociations un double message de la part du président autrocrate russe : afficher un certain mépris pour ces pourparlers en choisissant un personnage de second rang en lieu et place d'une figure comme Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères. Et dans le même temps, dépêcher une éminence qui incarne l'idéologie nationaliste de Moscou. Car Vladimir Medinski a longtemps été considéré comme "le ministre de la propagande patriotique", rappelle le spécialiste, qui a dirigé le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen. A tel point que Vladimir Medinski était surnommé "Propagandon" dans les cercles d'opposition russes, comme le souligne La Revue du crieur dans un article consacré à la mainmise par le Kremlin sur les arts et la culture.

Marié à Marina Medinskaya, qui a fait fortune dans l'immobilier, la publicité et les salons de beauté, Vladimir Medinski s'est distingué par sa passion pour l'histoire russe. "Quand il était encore à la Douma, il a fait partie de la commission de lutte contre la falsification de l'Histoire, créée par Dmitri Medvedev", alors président, explique Emilia Koustova, spécialiste d'histoire et de civilisation russe et soviétique. Depuis 2006, Vladimir Medinski est l'auteur d'une série de livres à succès [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (non traduits). Dans ces ouvrages tirés à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, il s'applique à déconstruire de supposés clichés tels que "l'ivrognerie, la paresse et la cruauté russes", "la saleté" ou "la prison des nations".
"Il se voit comme une sorte de chevalier de la Sainte et Grande Russie qui, selon lui, aurait toujours été dénigrée et attaquée par les Occidentaux."
Emilia Koustova, historienne
à franceinfo
Dans sa thèse soutenue en 2011 et intitulée "Défauts d'objectivité des savants étrangers dans l'étude de l'histoire russe des XVe-XVIIe siècles", il s'appuie sur les récits de voyageurs occidentaux pour démontrer qu'ils cherchaient à ternir l'image de la Russie. Problème, ce travail est truffé d'approximations, selon des historiens et professeurs d'université européens et russes qui avaient demandé en 2016 le retrait de son titre de docteur. Vladimir Medinski, qui a finalement conservé son diplôme grâce à l'appui du ministère de l'Education, assume de composer un roman national au service "des intérêts de la Russie", comme il l'écrit dans les pages introductives de cette thèse.

La glorification de la Seconde Guerre mondiale

Vladimir Poutine lui a ainsi confié la présidence de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Selon Emilia Koustova, cette organisation fondée en 2012 met en musique la politique mémorielle du régime et revisite des pans de l'Histoire, comme l'ère soviétique et la Seconde Guerre mondiale. Cette dernière occupe une place centrale dans la rhétorique du Kremlin, comme l'illustre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] russe jeudi 24 février. "A l'entendre, c'est comme si la Russie était de nouveau en train de sauver l'Europe en remettant à sa place ce qu'il désigne comme le 'nazisme' ukrainien", analyse Alexis Berelowitch, maître de conférence à la Sorbonne, coauteur des Russes d'en bas. Enquête sur la Russie post-communiste (Ed. du Seuil, 1996).
Dans une interview [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], début 2020, Vladimir Medinski insistait sur "le rôle décisif de l'Union soviétique dans l'effort de guerre contre le nazisme". Pour lui, la culture est avant tout au service du patriotisme. Et gare à ceux qui osent remettre en question cette glorification de "la grande guerre patriotique", expression qui désigne en Russie le conflit avec l'Allemagne nazie. En poste depuis vingt ans, le directeur des archives d'Etat russes, Sergueï Mironenko, a dû démissionner de son poste en 2016 après avoir qualifié de "mythe" les exploits d'un groupe de soldats de l'Armée rouge dans la bataille de Moscou en 1941, objet du film Les 28 hommes de Panfilov, cofinancé par le ministère de la Culture. Les historiens "essaient de briser les fondements de notre foi en des choses sacrées qui sont gravées dans la pierre", avait fustigé Vladimir Medinski à la télévision.

Une obsession pour la préservation de la "civilisation authentiquement européenne"

La réhabilitation de la figure de Staline est une autre de ses missions. Des bustes du dictateur communiste ont été érigés dans plusieurs villes de Russie ces dernières années. Et il figure en bonne place dans une allée de statues des dirigeants de la Russie, à Moscou, depuis le prince Riourik jusqu'à Vladimir Poutine, en passant par les tsars. Pour Alexis Berelowitch, cette démarche "symbolise la volonté de restaurer la continuité de l'Etat russe. Le régime n'est pas stalinien, il est avant tout pour la grandeur de la Russie". "L'idée est d'arriver à une vision de l'histoire du XXe siècle qui ait un bilan 'globalement positif'", confirme dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] l'historien Nicolas Werth.
(...)
On a donc une idée plus précise de l'état d'esprit des dirigeants Russes et notamment de "Vlad" qu'on va finir par surnommer "la folie des grandeurs s'il continue"...

Il se prend pour le libérateur universel qui lutte contre les forces nazies européennes. Partant de ce principe on comprend mieux pourquoi il n'est pas (plus) possible de négocier avec un individu qui vit dans le déni et le surréalisme. L'Allemagne a sans doute bien compris cet état de fait et augmenté daredare son budget défense de 100 milliards
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:(...)
Au-delà de la prise de décision commune de l'UE, cette semaine est aussi marquée par le revirement historique de certains pays membres. L'Allemagne a ainsi revu sa position pacifiste, héritée de la fin de la Seconde Guerre mondiale. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], ce qu'elle s'était toujours interdit en zone de conflit. Le pays va notamment fournir des lance-roquettes antichars et des missiles sol-air Stinger. L'Allemagne a par ailleurs apporté immédiatement 100 milliards d'euros de plus pour moderniser sa propre armée. Olaf Scholz, le chancelier allemand, a également annoncé pour son pays un investissement annuel de plus de 2% de son produit intérieur brut (PIB) dans la défense.
Un temps partenaire économique de la Russie de Vladimir Poutine, Berlin a aussi changé de cap en suspendant [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et en soutenant l'exclusion de banques russes de la plateforme de paiements internationaux Swift, rouage essentiel de la finance mondiale.
(...)
Les évènements qui se passent à l'heure actuelle ne sont pas fortuits, 2014 fut un échec Russe et une répétition de ce qui vient d'arriver et chaque gouvernement européen avisé en a tenu compte : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour se protéger notamment de la Russie en est un bon exemple.

  • On remarquera l'intention volontaire de ne pas publier certains ouvrages hors Russie (non traduits), probablement car non intéressants pour le commun des mortels eu égard au style "pro-stalinien" employé qui tient plus de l'endoctrinement que de l'art d'écrire et de relater des évènements historiques avérés, mais aussi par ce que destiné à un public déjà sous le joug, estampillé URSS, ce qui ne marcherait pas dans nos contrées si chèrement attachés que nous sommes à nos libertés.
  • L'intention est donc de lobotomiser les jeunes cerveaux Russes et "assimilés", tout comme l'a fait Hitler pendant la 2e guerre mondiale, afin de former une jeunesse en marche derrière son leader... à vie ("tu es beau, on t'aime"... "oui oui c'est vrai, mais je sais déjà tout ça"^^), en prévision du futur
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:
    Sur le podium d’une manche de Coupe du monde, le gymnaste russe Ivan Kuliak a arboré sur sa tunique la lettre Z, symbole de guerre utilisé par l’armée de son pays. Une attitude qui fait polémique, d’autant qu’un Ukrainien a remporté cette manche et figurait à côté sur la plus haute marche podium. Les gymnastes russes participent à la compétition sous bannière neutre.
    C’est une attitude qui fait polémique [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Sur le podium d’une manche de Coupe du monde à Doha, le gymnaste russe Ivan Kuliak (20 ans) s’est affiché fièrement avec la lettre Z sur son t-shirt, un symbole de guerre de l’armée de son pays. Juste à côté de lui, se trouvait l’Ukrainien Kovtun Illia, vainqueur de l’épreuve des barres parallèles.

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Lun 7 Mar 2022 - 9:49

Bonne idée, cette aparté pour les commentaires et l'analyse ... 
Lettre de François Thérien.  
Source : le devoir.com
En août 1968, quand les chars russes ont envahi Prague, supposément pour répondre à l’appel d’un peuple qui voulait être libéré d’un gouvernement socialiste déviant, une blague avait cours : « Mais qu’est-ce qu’ils font ici ? Ils cherchent ceux qui les ont appelés ! » En février 2022, des dizaines de milliers de soldats russes étaient massées avec armes et bagages tout autour de l’Ukraine « pour des exercices militaires », avant de recevoir — surprise ! — l’ordre d’envahir le pays pour le libérer d’une clique de nazis menaçants.

Or, apparemment, des soldats russes capturés ont avoué qu’ils ne savaient pas trop ce qu’ils faisaient là : à l’évidence, l’ennemi prétendu ne représentait aucune menace et le peuple à sauver n’était aucunement opprimé. Alors quoi, tout ce gigantesque et criminel déploiement sert simplement à satisfaire le délire nostalgique d’un petit espion aux grandes ambitions ? M. Poutine veut retrouver la grandeur de la Russie, mais ce faisant, il se trompe peut-être de tradition : la véritable grandeur de la Russie n’est pas celle de Staline, des goulags, du terrorisme d’État, mais plutôt celle des grands musiciens, des grands écrivains, des mathématiciens, de tous ces Prix Nobel en médecine, en physique, en chimie, etc.

La Russie, en plus d’être la gardienne d’un territoire d’une richesse incomparable sur les plans de la nature et de la culture, pourrait tellement briller en contribuant au bien-être de l’humanité et en mettant son énorme capital humain au service des causes les plus pressantes et les plus importantes, comme le réchauffement climatique, la sécurité alimentaire de tous, la lutte contre la COVID, la connaissance de l’univers.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Gaffal Mar 8 Mar 2022 - 8:22

Cherchez à qui profite le crime

fermeture Nord stream 2 = asphyxie energetique
hausse des budgets militaires europe
affaiblir russie...  affaiblir europe ...

bon sinon , ça risque de s' enliser grave en Ukraine , au sens propre ( enfin boueux )
 bientot le degel des sols d' ici fin mars
chars inutilisables en rase campagne ou c' est leur domaine de prédilection...
Gaffal
Gaffal
Accro
Accro

Messages : 275
Date d'inscription : 21/04/2018
Localisation : lot

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Legidus Mar 8 Mar 2022 - 20:17

Anne-Laure Bonnel qui enquête et filme depuis 2014 montre à quel point le dirigeant actuel ukrainien se comporte en tyran.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Il faut s'informer sur les justes canaux avant de critiquer Poutine.

Il bombarde depuis 2014 les régions du Donbass et de Lougansk.
La propagande de l'OTAN fait le reste.
Nombreux sont ceux qui comparent Poutine à un dictateur par qu'il leur manque l'éveil et les bonnes informations.
Ca fait 7 ans que les Ukrainiens bombardent les Ukrainiens de l'est et personne n'y trouve à redire, puisque l'information ne circule pas.

L'agresseur c'est le président ukrainien et pas Poutine, ne nous trompons pas de cible, mais la propagande avec les médias transforment la vérité.

D'ailleurs Biden (qui a volé l'élection grâce à des serveurs basés en Ukraine, tiens donc ...) a un fils qui fait des affaires en Ukraine. Et quand je dis des affaires, ce sont plutôt des supercheries qui rapportent beaucoup de money..

Ce monde est perverti, et les médias surtout, détenus et menés par les oligarques british et amerloques, toujours les mêmes qui occupent tous les terrains et minent le monde.


Rien n'a été jamais dit pour le pilonnage de la Yougoslavie, le Yémen, l'Irak, la Syrie, la Libye parce que ce sont les amerloques qui sont aux manettes, qui pillent et tuent et tout le monde trouve ça normal .

Alors solidarité Ukraine selon la propagande l'Ukraine, que nenni pour ma part
Legidus
Legidus
Tout frais
Tout frais

Messages : 4
Date d'inscription : 31/01/2017

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mar 8 Mar 2022 - 21:05

Bonsoir. 
J'aurais apprécié une info plus circonstanciée, sans parti pris. Par exemple: 

CheckNews. 
Source : Libération.fr
Qui est la journaliste française Anne-Laure Bonnel, censurée, selon Moscou, pour son travail sur le Donbass? 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Extrait : 
Une estimation reprise et précisée, depuis, par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH). D’avril 2014 à février 2020, il y aurait ainsi eu, en tout, de 13 000 à 13 200 personnes tuées, d’après un rapport du HCDH. Sauf que ces 13 000 morts ne concernent pas que les seuls civils vivant dans la partie séparatiste. Toujours selon l’ONU, on dénombrerait ainsi «au moins 3 350 civils, environ 4 100 membres des forces ukrainiennes et environ 5 650 membres de groupes armés» pro-Russes. Idem pour les blessés : 29 000 à 31 000 individus auraient été blessés dans le conflit, dont «environ 7 000 à 9 000 civils, 9 500 à 10 500 membres des forces ukrainiennes et 12 500 à 13 500 membres de groupes armés». 

Une enquête est en cours par le CPI.
Mais il ne faut pas essayer de justifier le bombardement et la tentative de l'envahissement de Kiev par "ce type" d'arguments.  
Désolé, mais c'est un coup à l'eau. Je ne tiens pas à polémiquer. Je présente des "faits". Je n'essaye pas de convaincre...


Dernière édition par Luc le Mer 9 Mar 2022 - 10:13, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mar 8 Mar 2022 - 21:36

Conseil pratique:
Tu présentes les faits avec les sources indiquées. 
Et ensuite tu peux ajouter un commentaire bien distinctement. Ainsi, on fera avancer le schmillblick

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Jeu 10 Mar 2022 - 9:15

Sergei Guriev, économiste: "L’économie russe va retourner plusieurs années en arrière". 
Source : L'Echo 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Selon Sergei Guriev, ancien conseiller économique de Vladimir Poutine (professeur à Sciences PO), le niveau de vie des Russes devrait nettement baisser. "Pour la population, la chute du rouble se traduit par un choc inflationniste: les prix de toutes les importations, par exemple de médicaments, ont bondi." ©AFP. 
Article 
L'impact des sanctions contre la Russie a surpris Sergei Guriev, ancien conseiller économique de Vladimir Poutine. Selon lui, le pays ressemble de plus en plus à une dictature de la peur, avec des "conséquences dramatiques" pour l'économie. "La Russie est en passe de devenir un État vassal de la Chine."

"L’effondrement de l’économie russe" via une "guerre économique et financière totale". Cette promesse musclée est sortie cette semaine de la bouche du ministre français des Finances, Bruno Le Maire. L’économiste russe, Sergei Guriev, professeur à Sciences Po à Paris, semble confirmer ce tableau apocalyptique. Les sanctions internationales ont "détruit" le principal pilier de la politique macro-économique de la Russie, nous a-t-il déclaré. 
La question de savoir si ces sanctions feront changer d’avis le président russe Vladimir Poutine est aujourd’hui sans réponse. Guriev était encore conseiller économique de Poutine lorsqu’il dirigeait une université à Moscou. En 2013, la situation est devenue sensible après une visite des services de sécurité dans son bureau. Cette descente a eu lieu après que Guriev avait critiqué la répression des protestations massives contre la réélection de Poutine en 2012, et qu'il avait soutenu le politicien d’opposition Alexeï Navalny et émis des doutes sur le procès controversé du milliardaire du pétrole Khodorkovsky, tombé en disgrâce.
Dans son dernier ouvrage – "Spin Dictators" – que Guriev a publié avec le politologue Daniel Treisman, Poutine est présenté comme un exemple de ce nouveau type de dictateur. Les "spin dictators" (dictateurs pirouette, NDLR) troquent la répression sanglante et la censure sévère, archétypes du dictateur de la peur, contre un semblant de démocratie, entre autres via l’orchestration d’élections et la manipulation des médias. Ils ne coupent pas leur pays du monde, même s’il faut reconnaître que Poutine a réussi à isoler son pays en un temps record. L’invasion de l’Ukraine suggère, selon Guriev, que Poutine est passé du statut de "spin dictator" à celui de dictateur à l’ancienne se nourrissant de la peur.

Cette évolution n’est pas sans danger, prévient Guriev qui, en tant qu’ancien économiste en chef de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), connaît bien le processus permettant l’intégration d’un pays dans l’économie mondiale et l’épanouissement de la démocratie. Un processus désormais sous forte pression. 
Jusqu’il y a une dizaine d’années, vous étiez conseiller économique de Poutine. Quelle impression aviez-vous de lui et son comportement actuel correspond-il à cette image?
Je n’ai jamais été proche de Poutine et donc je ne le connais pas bien personnellement. Lorsque je le rencontrais, c’était toujours lors de réunions avec une dizaine de personnes. Mais ceux qui le connaissent bien, comme l’ancien premier ministre italien Silvio Berlusconi, disent qu’il a changé. Ces deux dernières années, pendant lesquelles Poutine a rencontré très peu de monde par crainte du coronavirus, ont eu beaucoup d’impact sur lui. Il n’avait qu’un accès limité aux informations, ce qui peut expliquer pourquoi il s’est lancé dans cette guerre. 
En outre, la façon dont il légitime son pouvoir dans son pays a aussi beaucoup évolué. Au fil des années, il a de plus en plus considéré l’émergence d’une classe moyenne privée et l’État de droit – tous deux importants pour la croissance économique – comme une menace. Une classe moyenne indépendante est susceptible de revendiquer des droits, ce qui s’est par ailleurs passé lors des grandes manifestations de 2011 et 2012. C’était au moment du Printemps arabe, qui a traumatisé Poutine, surtout l’effondrement de la Libye et la mort violente de son leader, Kadhafi. Par conséquent, Poutine est allé chercher sa légitimité ailleurs, et plus spécifiquement dans la géopolitique.

Sa guerre contre l’Ukraine a déclenché une vague de sanctions internationales contre la Russie. Avez-vous été surpris par leur importance et leur impact? 
Elles m’ont étonné, et je ne suis pas le seul. Les marchés et le gouvernement russes s’attendaient à des sanctions, avec comme principale menace l’exclusion du secteur bancaire russe du réseau Swift (qui facilite les paiements interbancaires, ndlr). Mais les sanctions décidées aujourd’hui vont beaucoup plus loin.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Missiles Javelin, stinger et drones

Message  Invité Ven 11 Mar 2022 - 23:58

Lourdes sanctions pénales
Moscou a adopté en fin de semaine dernière de lourdes sanctions pénales en cas de distribution d'"informations mensongères sur l'armée".
Des peines pouvant aller jusqu'à quinze ans de prison sont prévues en cas de propagation d'informations visant à "discréditer" les forces armées.
Les forces armées Russes en force sur le territoire Ukrainien représentant un président qui ferait bien de se faire soigner n'ont rien à faire dans un pays qui revendique de longue date son indépendance. J'ai bon là, j'ai bon ?! Qu'est-ce que je gagne ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Après l'effondrement de l'URSS en 1991, l'Ukraine a pris son indépendance
Faudrait voir à se réveiller Vladounet... on est en 2022 et ça fait belle lurette que les Ukrainiens ne sont plus...Russes (s'ils ne l'ont jamais étés).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:L'Ukraine devient une nouvelle fois indépendante en 1991, avec la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. À la suite de la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] par la Russie et une [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] avec les séparatistes pro-Russes. La crise prend une nouvelle dimension le 24 février 2022, lorsque l'Ukraine est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] sur ordre de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
Ca fait plus d'un demi-siècle que Moscou nous les brise avec la menace de ses missiles intercontinentaux et ses régimes à la noix qui ont tout sauf un semblant de démocratie, le caractère de ses élus qui, au moindre éternuement venant de l'ouest menacent de déclencher une 3e guerre mondiale ou au minimum un incident diplomatique d'envergure. Marre de vivre sous le joug d'illuminés détenteurs du feu nucléaire et qui n'ont aucune conscience ou crainte des conséquences et qui envahissent à droite ou à gauche pour récupérer des territoires perdus ou pour étendre leur influence. C'est le propre du dictat ça.
Moscou passe depuis des lustres pour un pays ou il ne fait pas bon vivre = une dystopie pourtant bien réelle.

Les Américains sont des chieurs, colonialistes et policiers du monde mais au moins ils ne nous menacent pas et je me sens plus en sécurité auprès d'eux qu'auprès d'une Russie [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dont leur président fait montre de s'en servir au moindre signe de contrariété, prétextant que les USA menacent la Russie avec ses missiles. Qui joue avec le feu...


En tout cas voici en images les missiles Javelins (anti-chars) et les stingers (anti-aériens) en démo et si les Russes s'en prennent plein le derrière sur place ils n'ont qu'à pas confondre tourisme et immigration forcée. M'en fout pour le moment de savoir si les Ukrainiens se bombardent entre est et ouest, le plus urgent est qu'ils ne sont pas chez eux les cocos (et les séparatistes non plus), raus schnell !
La France envisage de leur envoyer des milans et ça n'est pas fini... d'autres pays sont aussi en lice...

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Poutine, dictateur, menteur ou pas ?

Message  Invité Sam 12 Mar 2022 - 1:19

Je m'interroge sur la présence de certaines infos qui auraient tendance à discréditer Vladimir et notamment ses propos. Ca va être un peu long Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine 2969150256
  • Il a dit :
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:qu’il n’enverrait pas de conscrits - des soldats âgés généralement de 18 ou 19 ans - ni de réservistes en Ukraine. Seuls des « professionnels » avaient pour mission de remplir les « objectifs fixés », a-t-il détaillé. Mercredi, Igor Konashenkov, le porte-parole du ministère de la Défense, a cependant admis « la présence de plusieurs conscrits dans les unités russes dans l’opération militaire menée par Vladimir Poutine en Ukraine ».
    Si la Russie n’est pas en mesure de fournir des chiffres officiels sur ses pertes, les renseignements américain estiment qu'au moins 6000 militaires russes sont morts depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le 24 février dernier.  Sans compter les blessés.
    Les chiffres sont probablement exploités à des fins de propagande par l'opposition afin de rajouter un poids sur l'opinion publique Russe et ainsi, forcer la main de Vladimir "de l'intérieur". Mais il n'empêche qu'un de ses plus jeunes soldat est mort à l'age de 18 ans.
  • Il a dit que la légitimité de sa campagne militaire s'appuyait sur libérer du nazisme l'Ukraine, influencée par des pays tels l'Allemagne ou la France et c'est probablement vrai pour le coté influence... sauf pour le nazisme pisque tout le monde sait de part le globe (sauf la Russie apparemment), qu'Hitler a été défait en 1945 et que, pendant longtemps, l'Allemagne a été divisée en 2 par le mur de Berlin. Les Allemands et leur descendance ont payé le prix fort de leur dictature pendant longtemps, souvenez-vous... Les seuls courant nazis de part le monde quoique assez importants, sont fichés, répertoriés par les pays qui les "hébergent" Sauf que depuis 2014, Vladimir emploie un groupe de mercenaires appelés le groupe Wagner qui est... pro nazi. Pour un type qui déclare ouvertement ne pas aimer le nazisme c'est un peu fort le café...
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Idéologie [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (en partie) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (en partie)[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (en partie)[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (en partie)[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Objectifs Défense [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] des intérêts extérieurs de la Russie
    Statut Actif, Fondation
    Date de formation[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Pays d'origine [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Fondé par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Actions Mode opératoire [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Zones d'opération
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien][Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Période d'activité
    Depuis 2014
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Note de darky : si on suit les zones geo d'activités on remarquera un lien avec l'actualité politique de ces même pays, retrait des troupes Françaises du Mali, etc... par exmple

    Chefs principaux [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Sergueï Kim

    Membres 2 500 à 5 000 au total en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    1 000 à 4 000 en Syrie en [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Soutenu par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (du moins en partie) [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ?


Ces types là possèdent un profil de violence et d'efficacité sur le terrain qui n'a d'égal que la volonté du menteur Poutine à les employer afin de contourner les lois en vigueur régissant la guerre (ce qu'on a le droit de faire ou pas), bref ce sont des gendres idéaux qui font le sale boulot du si sympathique et populaire tyran Russe qui, comme il a été mentionné dans ce fil par un membre de ce forum ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), je cite : "Il faut s'informer sur les justes canaux avant de critiquer Poutine + Nombreux sont ceux qui comparent Poutine à un dictateur par qu'il leur manque l'éveil et les bonnes informations. + L'agresseur c'est le président ukrainien et pas Poutine" = retour à l'envoyeur = vivi sauf qu'encore une fois, les Ukrainiens sont indépendants depuis 1991 et sont par conséquent chez eux... en majorité.
Vladimir devrait à ce moment-là légitimer un pont neutre + pourparlers afin d'évacuer les ressortissants pro-Russes qui ne veulent pas rester et désamorcer le conflit mais non seulement il n'en fait rien, mais il s'appuie sur les populations pro-Russes sur place pour faire le tampon.

C'est pour ça que je dis que cette guerre est... comme d'hab un terrain d'affrontement différé entre blocs de l'est et ouest = rien de nouveau à l'horizon et répétition des horreurs du passé.

La compréhension est une arme à triple tranchant, votre coté, leur coté et... la vérité.

Il y a pourtant du vrai dans cette opinion partielle du contexte = les tueries en temps de guerre en Ukraine de l'est s'incrémentent au fur et à mesure que le conflit s'éternise et la convention de Genève en est probablement la 1ere victime. On perd souvent le fil et les agresseurs sont aussi les agressés et vice versa.Les évènements politiques et militaires de ce siècle dernier de part le monde, ne sont qu'affrontements différés sur des théâtres d'opération "extérieurs" sur fond d'embrouille est/ouest. Et la chute progressive mais sûre des dictateurs fait partie de l'évolution du cours des choses (les risques du métier = fallait choisir un autre boulot).

De gros intérêts politico-économiques mondiaux sont en jeu, sans parler de l'équilibre des forces et la fin justifie les moyens. Personne n'a raison dans ce cas car tout le monde est pourri à la base, partant du principe qu'on joue tous au monopoly avec le pays des autres mais ce qui prime à l'heure actuelle et là il va falloir se réveiller (!), c'est que Poutine est bel et bien un dictateur ... qui a prouvé ne reculer devant rien jusqu'à présent pour parvenir à ses fins et la re-invasion de l'Ukraine en est une énième preuve (s'il en fallait encore...).

Vladimir aurait désamorcé cette guerre et beaucoup d'autres sources de conflit et sans doute sa chute à venir s'il avait eu un sou de jugeote au départ et enfin accepté que sa si chère et précieuse Russie qu'il trait et exploite au profit de son règne et de ses sympathisants, ne soit plus la grande et puissante Russie d'avant la perestroïka. Au lieu de cela, il signe, contresigne et récidive et veut passer pour un leader légitime qui part à la chasse de chimères dans des pays ou il n'a rien à y faire et ce, peu importe les moyens employés et l'opinion du peuple en place dans sont propre pays ou de l'opinion internationale. Voila pour les "justes canaux"...

Il joue-là un coup de poker très risqué qui le met de plus en plus en porte à faux tant sur le plan international, qu'au niveau de son peuple qu'il essaie pourtant de ménager en manipulant l'opinion publique Russe. L'occident ne va pas le louper s'il en a l'occasion.

Il ne peut envoyer n'importe quel soldat en Ukraine pour faire son sale boulot, sous peine de prise de conscience de la situation du peuple Russe, ce qui savonnerait la planche en vue de son éjection du pouvoir.
Il n'a pas oublié ce qui s'est passé en Libye avec Khadafi... déchéance du dirigeant, destitution brutale et sévices corporels. Proverbe récent Libyen : "à trop vouloir chercher la merde, on risque de se faire sodomiser sur le capot d'une voiture par la vindicte populaire"

/// Dans le même ordre d'idée :

Hypothétique : si Poutine n'est pas un dictateur et déteste les nazis, pourquoi emploie t'il depuis 2014 un groupe mercenaire nazi (créé sur son initiative, donc pour servir les intérêts de son règne. Je rappelle que Poutine était aux services secrets avant... c'est loin d'être une oie blanche...) pour faire son sale travail = comprendre ce qui doit être fait sans impliquer directement le gouvernement Russe par des gens et des moyens hors convention de Genève = la réponse à suivre...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Guerre en Ukraine : la Russie recrute des mercenaires syriens
Une campagne officieuse de recrutement d’anciens soldats de l’armée syrienne ou d’anciens insurgés par des sociétés privées russes, comme Wagner, est en cours dans le pays, plongé dans une crise économique aiguë.
La mobilisation de mercenaires syriens sur des théâtres de conflit étrangers n’est pas inédite. Des Syriens ont été déployés par la Russie et la Turquie en Libye, et par la Turquie au Haut-Karabakh. Côté russe, l’enrôlement s’est fait par le biais de sociétés de sécurité privées comme Wagner, proche du président Vladimir Poutine, qui est présent en Syrie depuis l’intervention militaire russe en soutien au président Assad, fin 2015, et en Libye depuis 2018.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:La Russie a annoncé, vendredi 11 mars, que des ressortissants syriens pouvaient se porter volontaires pour aller combattre les forces ukrainiennes. "Si le monde occidental est si enthousiaste à l'idée de la venue de mercenaires divers et variés, alors de notre côté on a aussi des volontaires qui veulent participer", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de la présidence russe. "Ceux qui veulent, qui ont demandé [à partir combattre] sont des ressortissants du Proche-Orient, des Syriens", a-t-il ajouté, citant le ministre de la Défense Sergueï Choïgou.
L'armée Russe à elle seule est plus que suffisante pour "gérer" ce conflit et si elle n'est pas employée c'est qu'il y a de "bonnes" raisons :
  • Du sale boulot en perspective = employer des pros qui sont payés pour ça = prestataires
  • Désamorcer les mouvements de contestation anti-guerre en Ukraine sur le sol Russe, susceptible de miner de l'intérieur l'autorité du dictateur
  • Employer des moyens que son armée régulière finirait par refuser, ce qui serait le pire du pire pour lui car cela entrainerait des défections et alimenterais les mouvements contestataires qu'il n'a de cesse de museler depuis son accession au pouvoir.

Rappel des faits historiques concernant l'élection démocratique de ce soit disant non-dictateur :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:À partir du 31 décembre 1999 , à la suite de la démission de Boris Eltsine, il assure les fonctions de président de la fédération de Russie par intérim. Il devient président de plein exercice le 7 mai 2000 , après avoir remporté l'élection présidentielle anticipée dès le premier tour.
  1. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui a du être appuyé par les oligarques afin de représenter leurs intérêts. La crainte du monde occidental est que la Russie (et son pouvoir nucléaire) est en passe d'être entre les mains de la mafia Russe (oligarchie).
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Bien que condamnée par l'opinion internationale, l'intervention militaire russe en Tchétchénie, en septembre 1999, sert le nouveau [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] lors des élections législatives du 19 décembre 1999. Le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] termine au premier rang des partis avec 24,2% des votes, mais les formations favorables au [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], dont Unité, le parti de Poutine, obtiennent une nette majorité. Le 31 décembre, le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Eltsine, âgé de 68 ans, cause une surprise en annonçant qu'il démissionne et qu'il cède son poste sur une base intérimaire au [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] Poutine. Les élections [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]ielles du 26 mars confirment ce dernier dans ses fonctions. Il obtient alors 52,6% des votes, ce qui lui permet de devancer facilement le communiste Guennadi Ziouganov qui est appuyé par 29,3% de l'électorat. Poutine nomme alors l'ex-ministre des Finances Mikhail Kasyanov pour le remplacer comme [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Vladmir Poutine entame son ascension éclair en mars 1999. A l'époque, Boris Eltsine est en difficulté. Le président russe, alcoolique et victime de plusieurs crises cardiaques, souffre d'une image désastreuse auprès de la population. Son Premier ministre, Evgueni Primakov, mène un combat contre la corruption qui menace "la famille", les proches du chef d'Etat. Plusieurs d'entre eux sont visés par une enquête ouverte par le procureur général de Russie : la société Mabetex leur aurait versé des pots-de-vin pour obtenir le chantier de rénovation du Kremlin et la construction de luxueuses résidences.
    Le clan Eltsine décide de faire appel au jeune directeur du FSB, qui a remplacé le KGB, pour enterrer l'enquête. Son nom ? Vladimir Poutine. Le quadragénaire dirige les services de renseignement depuis moins d'un an. Mais son efficacité et sa discrétion ont séduit l'entourage du président, qui croit pouvoir facilement le manipuler.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Des vidéos de bourrages d'urnes, des violences dans certains bureaux de votes, des opposants interdits de se présenter… Pendant ce temps-là en Russie, le parti de Vladimir Poutine a remporté les élections législatives.
    Voir la video sur le site...
    Démission surprise de boris Eltsine : corruption --> chantage --> démission = l'ancien chef du FSB (ex KGB) Poutine, passé 1er ministre probablement appuyé par les oligarques car connu ni d'adam ni d'ève à ce jour en politique : parcours assez atypique, le gars est chef des services secrets et il se retrouve président à vie de la Russie = un bel exemple de mise en place d'une nouvelle dictature qui a du effrayer les experts internationaux, craignant que la Russie ne soit gérée en arrière plan par la mafia Russe... ce qui était le cas jusqu'à ce que Poutine ne dévoile son jeu. Eltsine a cru le manipuler, les oligarques aussi : les oligarques éjectent Eltsine devenu trop débonnaire, voyant et corrompu (bouc émissaire probablement soigneusement cultivé afin de préparer la mise en place du cheval de Toie qu'est vladimir poutine), sauf que les oligarques se sont fait damer le pion par plus malin qu'eux : certains sont probablement "disparus", d'autres en taule --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de gens devenus gênants pour Poutine, voir ici [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] pour la liste connue à ce jour des gens "disparus" ou emprisonnés sachant qu'il ne s'agit probablement que la partie émergée de l'iceberg...

  2. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Dès le début de son mandat présidentiel, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] afficha de façon déterminée son objectif d'instaurer la « dictature de la loi » et de lutter contre la [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et des oligarques industriels et financiers, dont la mainmise sur l'économie russe devenait une préoccupation majeure de la population, après une ère de laisser-faire et de complicité de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] dans la création de cette oligarchie, qui le soutenait en retour (notamment le groupe des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). Ainsi, plusieurs de ces oligarques qui avaient alors accaparé les ressources et le patrimoine industriel en profitant des lacunes du droit des affaires en transition, ont été mis au pas ou poursuivis par la justice (par exemple le banquier Sergueï Mavrodi).

  3. Une fois les oligarques mis au pas, Poutine s'est arrangé pour garder le pouvoir... depuis plus de 20 ans = les Russes ont probablement cru en Poutine qui a fait de sa campagne politique unique (il est le seul en lice, bizarre pour un pays démocratique), le fer de lance contre la corruption. Les Russes ont vu en lui un leader déterminé qui pourrait les mener loin, redonner des droits et de la terre au citoyen, relever l'économie, etc... etc.. Bref la poigne qui manquait depuis quelques décades.

Sauf que depuis, il est président à vie et les Russes ont échangé une dictature pour une autre encore plus pernicieuse puisqu'il s'agit d'une "nouvelle" forme de dictature dite révolutionnaire dont j'ai oublié le nom.
En gros le neo-dictateur est une personne qui travaille son image et les infos publiques qui s'y rapportent en manipulant la vérité et n'emploie pas toujours la force pour parvenir à assoir son règne. L'information/la désinformation sont des moyens clé et le groupe de soutien du président travaille sans relâche pour y parvenir. Rien n'est laissé au hasard, à l'image d'un groupe de campagne aux élections présidentielles, tous les coups sont permis à partir du moment ou il n'est pas interdit de le faire mais de se faire prendre.

On le voit en France et je n'ai pas peur de le dire (enfin pas pour le moment...), ou depuis l'avènement du macronisme, la perte de liberté est de moins en moins subtile = tout est exploité afin de parvenir à un résultat = maintient du pouvoir en place, cimenter les bases du régimes en créant des changements indélébiles à la démocratie, perte progressive des droits de l'individu qui manifeste son désaccord mais on en tient pas compte (depuis Maastricht...), on fait voter des lois afin de protéger les décisions et le pouvoir en place avec effet rétro-actif, on encadre l'opposition en s'attaquant aux leaders des courants de pensée (COVID, gilets jaunes), bref la liste est longue et si Macron est ré-élu (le Français consentant + le Français qui ne votera pas extrême droite par ce que d'origine étrangère à la base), on aura droit à un nouvel épisode de "la démocratie c'est comme les c... c'est suspendu !". La gauche n'a pas les épaules et a du plomb dans l'aile. Quel choix reste t'il ?
Mon pauvre grand père doit se retourner dans sa tombe en voyant ce qui se passe dans notre prétendue démocratie... Rolling Eyes
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Qu’Emmanuel Macron soit l’homme de ce projet européiste destructeur de libertés et de République, sinon de civilisation, ne fait aucun doute; en dehors de ce livre, les chroniques que je tiens ici même depuis son élection témoignent au quotidien.

Mais il faudrait ajouter qu’il n’est pas le seul car il se contente de prendre sa place dans la liste des présidents de la République ayant contribué à cet état de fait depuis quatre décennies: à tout seigneur, tout honneur, puisque c’est à Mitterrand qu’en 1983 (virage dit de la rigueur, abandon du socialisme et conversion au libéralisme obligent…) on doit le triomphe sans partage du giscardisme, l’idéologie de cette abolition de la démocratie au profit du libéralisme d’Etat, la nouvelle dictature dont la formule semble [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Une dictature est un « régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes (ex : une junte) qui l’exercent sans contrôle, de façon autoritaire » (définition Larousse). Les régimes dictatoriaux arrivent à fermer leur pays à toute influence étrangère, et à maintenir une mainmise constante sur la population, par une propagande intense et une censure de l’information.
Ah beh zut c'est justement comme ça en Russie...
Alors moi je ne suis pas contre une dictature je l'avoue, mais à la condition que la boutique tourne bien, dans le respect des uns et des autres = idéologiquement parlant ça serait formidable... Oui mais voila, l'expérience mondiale de ces dernières centaines d'années montre que ça ne marche pas et que de confier le pouvoir à une seule personne sans opposition possible (pisque éliminée d'office par le détenteur du pouvoir), ne peut mener qu'à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], excepté que là on est dans le domaine du réel.
Un docu intéressant sur l'avènement au pouvoir de Poutine, revanchard et petit fonctionnaire des services secrets
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:

Un agent secret médiocre

“C'est quelqu'un qui, comme beaucoup de jeunes à l'époque, est fasciné par le monde de l'espionnage, raconte Andreï Kozovoï, auteur de l'histoire des services secrets Russes, des Tsars à Poutine. Dans les années 60, le KGB va collaborer avec des studios et avec des écrivains pour publier des livres à la gloire des services secrets. On les présente comme les héros de l'ombre. Mais lui qui avait une vocation précoce, poursuit le maître de conférences en histoire et civilisation russes, il va connaître une carrière qui va avoir du mal à décoller.” Et de fait, il ne dépassera pas le grade de lieutenant-colonel, ce qui peut expliquer l’esprit de revanche qui l’animera par la suite. En 1985, il est affecté au service de contre-espionnage à Dresde, en Allemagne de l’Est. Le futur dirigeant russe est encore en poste en RDA lors de la chute de l’URSS. “Quand le mur est tombé et que les foules se sont amassées devant l’immeuble de la Stasi, Vladimir Poutine a cru qu'on allait le tuer”, explique l’ex-agent du KGB Sergueï Jirnov.

Des services de renseignement à la politique

Après cet épisode, Vladimir Poutine poursuit une carrière dans la politique à Saint-Pétersbourg. Il devient conseiller du maire, puis adjoint au maire. Au fil du temps, il se rapproche du pouvoir et de la capitale. “Quand il arrive dans l'administration présidentielle à Moscou en 1996, Boris Eltsine a cruellement besoin d'un homme à qui se fier. Il voit Poutine comme quelqu'un de fiable et il va donc le nommer à la tête du FSB


Dernière édition par darky35 le Dim 13 Mar 2022 - 9:43, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 12 Mar 2022 - 11:05

Ce serait bien de trouver un lien / une source externe établissant comment le 1er ministre et le président se sont arrangés pour alterner leur fonction et ainsi rester au pouvoir, en contournant la législation (durée des mandats).
En principe : 
La Russie est une république fédérale. Le chef de l'État s'appelle le président et est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 6 ans, renouvelable une seule fois consécutive
Ça, c'est la théorie. Car la loi sera contournée...
Recherche avec:
L'alternance Medvedev / Poutine. Poutine (ex-dirigeant du fsb / KGB) au pouvoir depuis 2008. Medvedev nommé en 2011 (1er ministre).

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty 20 ans de pouvoir avec Poutine

Message  Invité Sam 12 Mar 2022 - 12:06

Ce serait bien de trouver un lien / une source externe établissant comment le 1er ministre et le président se sont arrangés pour alterner leur fonction et ainsi rester au pouvoir, en contournant la législation (durée des mandats).
Effectivement, bien vu j'avais oublié "ce détail" qui pourtant est clé pour comprendre la devise de Poutine similaire à celle des morpions = "je m'accroche"
Il existe une foule de liens sur le net expliquant plus ou moins bien ce qui s'est passé. En voici un qui relate les 15 évènements clés du maintien au pouvoir de ce grand défenseur des libertés :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:9 août 1999 : Vladimir Poutine devient Premier ministre ad interim
C’était le 9 août 1999. Vladimir Poutine est nommé Premier ministre par intérim de la fédération de Russie par le président Boris Eltsine, après le limogeage de Serguei Stepachine et de son gouvernement. A cette époque, le visage de Vladimir Poutine n’est pas connu sur la scène internationale. Cet ancien chef du Service fédéral de sécurité de la fédération de Russie (FSB), l’institution qui a succédé au KGB, se montre très vite comme un homme à poigne. Les observateurs voient d’ailleurs en lui une personnalité capable de mettre fin à l’instabilité politique et aux troubles dans le Caucase.

Octobre 1999 : "On ira buter les terroristes jusque dans les chiottes"
"On ira buter les terroristes jusque dans les chiottes". C’est avec cette phrase choc que Vladimir Poutine décrit sa stratégie alors que la seconde guerre de Tchétchénie vient de débuter. Ces mots résonnent encore aujourd’hui. Pendant ce conflit sanglant, il en profite pour asseoir son autorité et reprendre le contrôle de la Tchétchenie. Il impose aussi son style : ferme, franc et difficilement flexible.

31 décembre 1999 : Vladimir Poutine devient président ad interim
Lors d’une allocution à la télévision, Boris Eltsine présente sa démission. Son successeur est tout désigné… Vladimir Poutine. Le Premier ministre devient président par intérim. La Russie est en train de vivre un tournant.

26 mars 2000 : vers la "verticalisation du pouvoir"
Après presque trois mois de présidence par intérim, Vladimir Poutine est officiellement élu, dès le premier tour, le 26 mars 2000, avec près de 53% des voix. Sa stratégie se précise rapidement. Elle vise à faire en sorte que chaque décision importante émane de lui. On parle de "verticalisation du pouvoir". L’idée est de permettre à Vladimir Poutine de maîtriser le plus possible les intermédiaires potentiels. Les oligarques en particulier, riches et puissants sous Boris Eltsine, ont vu le contexte changer avec l’arrivée de Poutine au pouvoir. Ils sont plus surveillés et leur puissance devient relative. Les autorités locales sont aussi plus encadrées par l’administration Poutine.
Dans un article consacré à Vladimir Poutine pour la revue "L’Economie politique" en 2004, Gilles Favarel-Garrigues, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales (CERI/Sciences Po, Paris) décrivait le contexte de ce premier mandat. En 2000, "Vladimir Poutine a hérité d’une architecture institutionnelle favorable à la réalisation de ses projets écrit-il. Souvent qualifié de "superprésidentiel", le nouveau régime politique russe consacre la domination du chef de l’Etat sur les autres institutions politiques fédérales. Ce déséquilibre institutionnel résulte du contexte "antiparlementaire" dans lequel fut adoptée la nouvelle Constitution russe en 1993".

23 octobre 2002 : la prise d’otage du théâtre Doubrovka de Moscou
Le 23 octobre 2002, un groupe de preneurs d’otages pénètre dans le théâtre Doubrovska de Moscou en pleine représentation de la comédie musicale Nord-Ost. Plus de 800 personnes sont présentes. Lorsque la communication est établie avec le commando, on comprend qu’il s’agit de rebelles tchétchènes. Un assaut est donné le 26 octobre. Les Forces spéciales russes pénètrent dans le théâtre et parviennent à venir à bout des preneurs d’otages mais le bilan est très lourd : 130 spectateurs sont tués, notamment après l’utilisation d’un gaz paralysant par les forces russes. Malgré cela, le soir même, Vladimir Poutine s’adresse aux Russes à la télévision avec ces mots : "nous avons prouvé qu’il est impossible de mettre la Russie à genoux".
En 2011, à la demande de 64 ex-otages, ou famille de victimes, la Russie a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pour des lacunes dans la préparation de son intervention le 26 octobre 2002. La Russie doit payer au total 1,254 million d’euros aux plaignants.

14 mars 2004 : Vladimir Poutine rafle près de 72% des voix au premier tour
Déjà ancré à la tête de la Russie, Vladimir Poutine est réélu avec une facilité déconcertante. Il rafle près de 72% des voix dès le premier tour. C’est le début d’un second mandat pendant lequel l’homme fort du Kremlin va se tourner vers l’international.

1er septembre 2004 : la prise d’otages de Beslan
Moins de deux ans après Doubrovka, un commando de rebelles tchétchène prend des centaines de personnes en otage (entre 350 et 1128 selon les sources) dans une école de Beslan (Ossétie du Nord). Deux jours plus tard, l’assaut est donné par les forces spéciales russes. 334 personnes sont tuées dont 186 enfants. Comme après Doubrovka, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) pointe du doigt la réaction disproportionnée des forces russes et condamne le pays pour "graves défaillances".

Le 2 mars 2008 : l’alternance à la russe, Poutine redevient Premier ministre
La Constitution russe interdisant à un président de faire plus de deux mandats consécutifs, Vladimir Poutine ne peut être candidat à l’élection présidentielle de 2008. Dimitri Medvedev devient donc président, propulsé par Poutine. Medvedev est élu avec plus de 50% des voix, lui aussi dès le premier tour. C’est le début de l’attelage Poutine-Medvedev puisque le nouveau président choisi… Vladimir Poutine comme Premier ministre. En novembre 2008, Dimitri Medvedev entérine aussi la réforme de la Constitution russe qui fait passer le mandat présidentiel de quatre à six ans pour la prochaine échéance, c’est-à-dire 2012.

3 août 2009 : une photo torse nu pour marquer les esprits
La scène se passe en Sibérie. Vladimir Poutine est alors Premier ministre, mais il tient à montrer qui est le véritable homme fort du Kremlin. Pour cela, rien de tel qu’une séance photo, torse nu, sur un cheval au milieu des collines de Sibérie. Avant la fin même du mandat de Medvedev, Poutine semble déjà tout désigné comme son successeur.

4 mars 2012 : Valdimir Poutine gagne les présidentielles, sans surprise, et dès le premier tour
Le scénario est désormais connu… une victoire dès le premier tour, avec un score excellent, plus de 63% des voix, et Vladimir Poutine endosse à nouveau le costume de président. L’élection est marquée par un mouvement de contestation qui s’intensifie et des manifestations inédites de l’opposition ont lieu en Russie.

18 mars 2014 : Moscou officialise l’annexion de la Crimée
C’est l’officialisation d’un épisode qui a marqué ce troisième mandat de Vladimir Poutine. Le 18 mars 2014, le président russe signe un accord avec les nouveaux dirigeants pro russes de Crimée pour officialiser l’annexion de la Crimée à la Russie. L’épisode laisse la communauté internationale outrée, mais sans voix. L’Ukraine évoque une "violation flagrante" de sa souveraineté. Le président russe, lui, en profite et sa cote de popularité s’envole.

30 septembre 2015 : intervention des militaires russes en Syrie pour soutenir l’armée de Bachar al-Assad
Le 30 septembre 2015, l’aviation russe mène ses premiers bombardements. Moscou affirme avoir visé des cibles du groupe terroriste Etat islamique (EI). Vladimir Poutine estime qu’il faut "prendre de vitesse les terroristes" en les frappant sur les territoires sous leur contrôle avant "qu’ils n’arrivent chez nous". Mais les rebelles syriens et les pays les soutenant accusent Moscou de viser surtout des groupes non jihadistes pour venir en aide à l’armée syrienne, affaiblie après une série de revers à partir de mars 2015. Le 20 octobre, Vladimir Poutine reçoit Bachar al-Assad, pour sa première sortie officielle du pays depuis le début du conflit en mars 2011. Cet épisode montre aussi sa détermination aux yeux du monde.

18 mars 2018 : Poutine réélu avec plus de 76% des voix, malgré des irrégularités signalées
C’est un score à faire pâlir beaucoup de chefs d’Etat démocratiquement élus : 76,6% des voix dès le premier tour. Vladimir Poutine rempile pour un nouveau mandat en tant que président. Le principal opposant au Kremlin, Alexeï Navalny n’avait finalement pas été autorisé à se présenter. Il avait donc décidé de mettre en place un réseau d’observateur pour surveiller le déroulement du scrutin. Ces personnes ont révélé plusieurs irrégularités et l’opposition a dénoncé des fraudes.

26 septembre 2018 : la réforme qui fâche
Le 26 septembre 2016, les députés russes adoptent une réforme particulièrement impopulaire : le premier allongement de l’âge de la retraite depuis la période soviétique. La cote de popularité de Vladimir Poutine chute de manière vertigineuse. Le projet avait déjà provoqué de nombreuses manifestations et des revers électoraux inattendus pour le parti au pouvoir.

27 juillet 2019 : plus de 1000 personnes arrêtées lors d’une manifestation
La réforme des retraites et l’impossibilité, pour plusieurs leaders de l’opposition, de se présenter sur les listes électorales pour les élections locales à Moscou, ont provoqué une vague de contestation sans précédent depuis la réélection de Vladimir Poutine en 2012. Les manifestants pointent aussi du doigt des revenus en baisse constante depuis 5 ans. Le 27 juillet 2019, une manifestation de l’opposition pour réclamer des élections libres est réprimée par la police. "1074 personnes ont été arrêtées pour des infractions diverses au cours d’une manifestation non autorisée dans le centre de la capitale" déclarent alors les responsables de la police de Moscou. En réalité, la manifestation ayant été interdite, les manifestants ont été arrêtés simplement pour être descendus dans la rue et pour contester le Pouvoir de Vladimir Poutine. Quelques jours plus tard, 600 personnes ont à nouveau été mises derrière les barreaux dans des circonstances similaires et tous les leaders de l’opposition ont aussi été successivement embarqués par la police.
/// Et pour la suite ?
Poutine devient de plus en plus impopulaire, il va être difficile pour lui de conserver le pouvoir et surtout de ne pas finir comme Khadafi, sur le capot d'une voiture avec un truc enfoncé entre les fesses (ils ont l'air d'avoir un penchant pour ça les dictateurs... grand canaillou va ♥).
Quitter le pouvoir délibérément n'est pour le moment pas une option, mais d'un autre coté, fatalement à la longue, il va bien falloir descendre du train. Mais alors qu'est-ce qui va protéger Poutine à ce moment-là ? Une fuite/retraite dorée dans un pays "république" bananière qui ne pose pas de question ? Un successeur désigné d'office qui sera à même de le protéger le temps qu'il se fasse oublier et meurre tranquilement de vieillesse ?

Quelques pronostics sur ce site oueb --> [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Evolution du système politique en Russie

Message  Luc Dim 13 Mar 2022 - 9:37

Comprendre l'évolution du "système" politique en Russie.   
Mise en perspective historique.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
L’enjeu sécuritaire est instrumentalisé par le président russe pour justifier une centralisation croissante du pouvoir, à l’inverse de l’évolution donnée par Eltsine. La guerre en Tchétchénie et le terrorisme circonstanciel en Russie est omniprésent dans les justifications des décisions politiques. Le lien entre la suppression de l’élection au suffrage universel des gouverneurs de régions et la tragédie de Beslan (septembre 2004) a été établi en toute clarté : il s’agissait de répondre à une exigence de sécurité. Ce contexte d’insécurité mis en avant par les dirigeants n’est pas propre à la Russie ... ».

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Sam 19 Mar 2022 - 7:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Le président russe [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a accusé vendredi l'Ukraine, lors d'un appel téléphonique avec son homologue français [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] , de "nombreux crimes de guerre", assurant que les forces dirigées par Moscou faisaient "tout leur possible" pour ne pas cibler les civils. Lors de cet appel, "l'attention a été attirée sur les nombreux crimes de guerre commis quotidiennement par les forces de sécurité et les nationalistes ukrainiens", a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

M. Poutine a cité "en particulier les attaques massives aux roquettes et à l'artillerie sur les villes du Donbass", l'est russophone de l'Ukraine en partie contrôlé par des séparatistes prorusses soutenus par Moscou. Le président a aussi assuré que" les forces armées russes faisaient tout leur possible pour préserver la vie des civils, notamment en mettant en place des couloirs humanitaires pour leur évacuation en toute sécurité".
A lire :[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Les deux dirigeants ont aussi abordé, lors de cet appel "à l'initiative française", les négociations entre Moscou et Kiev en cours, a ajouté le Kremlin sans donner davantage de détails.
Ca me rappelle le simulacre de procès de Saddam ou cette grosse burne jouait le grand orateur en invoquant dieu jusqu'au dernier moment face à ses accusateurs qui avaient du mal à en placer une. Le tyran victimisé dans son dernier rôle le plus pathétique, celui du clown qui essaie de rester en vie par tous les moyens.
Le pire c'est qu'il y a des gens qui l'ont défendu jusqu'au bout : "vive le lion de Bagdad !" = exécution par pendaison, affaire classée, suivant !


Je suis au regret de dire que ce sont des exemples ou la pseudo-démocratie que nous incarnons est en échec. J'ai coutume de dire que dans mon boulot, je ne discute pas avec les brouettes, je les pousse (un de mes outils de travail)
Palabrer avec ce genre d'individu ne consiste qu'à lui faire gagner du temps en lui laissant une chance, si infime soit-elle de donner temporairement le change ne serait-ce que pour la propagande de son propre peuple (par ce que nous autres en occident on est au mieux informés et au pire manipulés par nos gouvernements d'après Poutine; ce en quoi je suis d'accord sauf que l'agresseur est dans le cas présent, la Russie alias Poutine et que cela ne fait aucun doute pour 98% de la population occidentale).

Ces mecs là sont des mythos montés sur piédestal qui croient à leur mensonges dur comme fer... partant de ce principe, pas de discussion possible. La seule façon est de les faire descendre de leur piédestal et même là c'est pas gagné.

Non moi je suis plus fan de la fin de Khadafi (laisser le peuple choisir) et c'est pas une matraque que j'aurais utilisé pour lui mettre ousque le dos perd son nom, mais quelque chose de plus... douloureux et surtout de plus gros. Pis après une balle de 9 mm dans les balloches histoire qu'il souffre encore et longtemps en se vidant.

Je sais, je suis sanguinaire mais plus ça va, plus je crois que nous ne sommes pas prêts pour la démocratie telle que nous la pratiquons à l'heure actuelle (on est pas assez évolués ou trop cons 'chais pas, j'ai un doute sur notre capacité à vivre les uns avec les autres et je le constate dans la vie de tous les jours ou une grande majorité de gens que je côtoie par obligation est individualiste) et que la seule façon de faire comprendre à nos ennemis potentiels qu'ils soient domestiques ou extérieurs est la force. Descendre dans la rue et aller à Matignon secouer les grilles genre "marie-antoinette, es-tu là ?" 'fin actuellement ça serait plutôt "manu t'as de la visite !"

Il faut que les politiques arrêtent de nous prendre pour des cons et de nous manipuler... la facture s'alourdit et plus on va attendre, plus ça va secouer... Il va arriver un moment ou on ne pourra même plus discuter car ce seront les moins diplomates qui vont prendre le relai et imposer les choses = risque de guerre civile dans moins de 30 ans je pense.

De leur coté, va falloir que les Russes s'y collent et fassent le ménage chez eux sinon on est pas prêt d'en être débarrassé de l'autre gugusse à poil court. C'est la seule porte de sortie que je vois car, en attendant, des gens meurent et d'autres souffrent, le tout sur fond de génocide, de propagande mensongère et honteuse Evil or Very Mad

L'emmerdement c'est que derrière, il y a encore la Chine, la Corée, l'Inde, le Pakistan (etc... etc...) et que dans une basse cours lorsqu'un dominant disparaît, un autre prend le relai = on sait ce que l'on perd mais pas ce que l'on gagne... On a pas fini de se faire des cheveux blancs  Rolling Eyes
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Lun 21 Mar 2022 - 7:48

Aux sources de la pensée de Poutine  
Source : L'Echo
Comment savoir ce qu'il y a dans la tête de Vladimir Poutine?  
Pour le découvrir, il faut observer les racines idéologiques de l'homme et de sa politique. Or, à la source de la pensée de Poutine, on trouve notamment un obscur philosophe: Ivan Iline. 
Article.
Depuis le début de la guerre en Ukraine, les commentateurs essayent de déterminer ce qu'il y a dans la tête de Vladimir Poutine: quels sont ses plans? Comment pense-t-il? Quelle est sa stratégie? Jusqu'où ira-t-il? Pour tenter de répondre à ces questions, il peut être intéressant de faire un détour par les sources idéologiques de sa politique: quels auteurs inspirent sa vision du monde et de la Russie? 

La question pourrait paraître accessoire. Elle ne l'est pas, lorsqu'on sait qu'en janvier 2014, lors de l'invasion de la Crimée, l'administration présidentielle a envoyé des ouvrages de philosophie de penseurs russes des XIXᵉ et XXᵉ siècles aux hauts fonctionnaires et aux gouverneurs des régions pour qu'ils s'en inspirent…

Pour Ivan Iline, le philosophe qui inspire Poutine, le religieux et le politique doivent s'unir, car la Russie doit assumer une mission rédemptrice. 

Ultra conservatisme et impérialisme. 
Dans son ouvrage "Dans la tête de Vladimir Poutine", le philosophe Michel Eltchaninoff a bien montré que la politique de Vladimir Poutine s'appuie sur une certaine interprétation de la philosophie russe. Sa vision relève à la fois de l'ultra-conservatisme et de l'impérialisme
 Ce dernier peut d'ailleurs aussi bien faire référence au tsarisme qu'à l'empire soviétique (l'argument de "la dénazification" de l'Ukraine rappelle la figure de l'empire soviétique face au nazisme). Poutine n'a jamais cessé de nourrir l'idéal d'une "grande Russie". Il y a chez lui un mélange de pensée slavophile, théorie qui consiste à s'opposer à l’Occidentalisme, et de néo-eurasianisme, conception popularisée par l'intellectuel d'extrême-droite Alexandre Douguine, après la chute du mur de Berlin, et qui a pour objectif de créer une nouvelle entité continentale entre l'Occident et l'Orient.
L'invasion de l'Ukraine ne peut être comprise sans cette toile de fond idéologique.

Ivan Iline
Depuis les années 2000, dans ses discours et ses prises de parole, Poutine fait régulièrement référence à certains auteurs. Parmi eux, un certain Ivan Iline.
Philosophe russe né en 1883, Ivan Iline a été expulsé de Russie en 1922 par le pouvoir soviétique. Arrivé en Italie, il adhère aux théories fascistes de Benito Mussolini, tout en se ralliant à la cause de la contre-révolution. "Il a vu dans la prise du pouvoir par les fascistes un 'acte de salut'", écrit l'historien Timothy Snyder dans un article, publié en 2018, dans le "New York Review". "Le fascisme, écrivait Iline, est un excès rédempteur d'arbitraire patriotique." En 1954, il meurt en exil, totalement oublié. La diffusion de son œuvre étant interdite en Union soviétique. Cependant, la pensée d'Iline a refait surface après l'effondrement de l'URSS, en 1991. Et depuis, sa notoriété n'a cessé de croître en Russie. 
La grande idée d'Iline est celle-ci: justifier, d'un point de vue spirituel et morale, le totalitarisme politique. Pour lui, la théologie est appelée à devenir politique. "Iline a confondu la 'démocratie', le 'socialisme' et le 'marxisme' en un seul continuum de corruption, et a soutenu que la politique qui ne s'opposait pas au bolchevisme s'opposait à Dieu", écrit encore Thimothy Snyder. "La politique est l'art d’identifier et de neutraliser l'ennemi", clamait Iline. Sa conception fasciste de l'État est effrayante: un chef providentiel guide le pays et l'État de droit n'existe plus. "Un esprit d'anarchie remplace l'esprit de la loi; un esprit de meurtre remplace un esprit de miséricorde", résume Timothy Snyder. C'est un christianisme perverti qu'il a ainsi défendu tout au long de son œuvre. Pour lui, "le monde avait perdu sa 'totalité divine' et son 'unité harmonieuse'. Seule la Russie avait échappé, d'une manière ou d'une autre, au mal de 'l'histoire' et à 'la fragmentation de l'existence humaine'." Selon Iline, la Russie doit donc assumer une mission rédemptrice. 

Unir le politique et le religieux. 
On peut remarquer à ce sujet que, dès le début du conflit en Ukraine, le puissant patriarche de Moscou, Kirill, a exprimé son soutien à la guerre menée par Vladimir Poutine. Une position qui ne fait pas l'unanimité, y compris au sein de l'Église russe. Le Patriarcat de Moscou constitue un allié important pour le Kremlin en alimentant une idéologie ultra-conservatrice, confondant religion et politique, dans le but de proposer une alternative à l'utopie communiste. Ce qui n'est évidemment pas sans lien avec la pensée d'Iline, pour qui la Russie n'était pas, comme l'explique encore Timothy Snyder, "un pays avec des individus et des institutions, mais une créature immortelle, une 'unité organique vivante'". C'est en utilisant les idées d'Iline que Vladimir Poutine a ainsi pu transposer les enjeux de politiques internationales dans le registre du spirituel. 
L'Europe et les États-Unis, et maintenant l'Ukraine, représentent à ses yeux des dangers existentiels, de véritables menaces spirituelles pour la Russie. Et cette rhétorique est évidemment relayée abondamment par les médias. La campagne de propagande russe, en cours depuis des années, notamment sur les réseaux sociaux, et qui vise à s'opposer à la "décadence" de l'Occident, rejoint parfaitement la vision du monde d'Iline. "Les arguments d'Iline étaient omniprésents lorsque les troupes russes sont entrées en Ukraine en 2014", conclue Timothy Snyder.


En 2022, et alors que le conflit fait rage, force est de constater que ces arguments sont plus présents que jamais dans le discours du Kremlin.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mar 22 Mar 2022 - 9:43

Comment se débarrasser d'un opposant en deux temps.
Source RTBF
Une juge russe a reconnu mardi l'opposant emprisonné Alexeï Navalny coupable d'escroquerie, dans une affaire qui pourrait lui valoir 13 années de réclusion.
"Navalny a commis une escroquerie, soit le vol de biens d'autrui par un groupe organisé", a déclaré la juge Margarita Kotova, selon une journaliste de l'AFP présente au tribunal.
La lecture du jugement jusqu'à l'annonce de la sentence pourrait prendre plusieurs heures. Le parquet avait requis 13 ans de prison pour "escroquerie" et "offense" à un magistrat.

L'opposant le plus célèbre de Russie, âgé de 45 ans, est jugé depuis mi-février dans l'enceinte même de sa colonie pénitentiaire à 100 km à l'est de Moscou, des poursuites qu'il qualifie de politique.   Il purge déjà depuis un peu plus d'un an une peine de deux ans et demi de détention pour fraude,   dossier également monté de toutes pièces selon lui.
Militant réputé pour ses enquêtes cinglantes sur la corruption et le train de vie des élites russes, Alexeï Navalny a survécu en 2020 à un grave empoisonnement dont il tient le président Vladimir Poutine pour responsable. Il a été arrêté début 2021, à son retour à Moscou, après une longue convalescence en Allemagne.

Les enquêteurs l'accusent d'avoir détourné des millions de roubles de dons versés à ses organisations de lutte contre la corruption et d'"outrage au tribunal" au cours d'une de ses précédentes audiences.

    La Russie est engagée dans un tour de vis répressif à l'égard de toutes les voix critiquant le Kremlin : ONG, médias, opposants politiques.  

L'ampleur de ce durcissement s'est encore accru après l'intervention militaire russe en Ukraine, qui a amené ces dernières semaines au blocage en Russie des grands réseaux sociaux Facebook, Twitter et Instagram et de nombreux médias russes et étrangers.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Mar 22 Mar 2022 - 11:26

La Russie est engagée dans un tour de vis répressif à l'égard de toutes les voix critiquant le Kremlin : ONG, médias, opposants politiques.
Et la crise en Ukraine lui permet de mettre plus facilement en exergue les opposants (manifestants, objecteurs, etc...), afin de tuer dans l'oeuf toute forme de résistance à son régime : je pense que tout était déjà prévu de ce coté-là. C'est immonde Evil or Very Mad
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mer 23 Mar 2022 - 9:00

L'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny a été condamné, ce mardi, à neuf ans de prison pour "escroquerie" et "outrage à magistrat.
Il devra purger sa peine dans une "colonie pénitentiaire de régime sévère", ce qui veut dire que ses conditions de détention seront encore plus strictes.
Source RTBF
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  
L'opposant le plus célèbre de Russie, Alexeï Navalny, a été condamné mardi à neuf ans de prison pour "escroquerie" et "outrage à magistrat", ont constaté les journalistes de l'AFP présents à l'audience.

La juge Margarita Kotova a indiqué ajouter à cette peine un an et demi de liberté surveillée et 1,2 million de roubles d'amende, soit environ 10.000 euros au taux du jour, alors que le détracteur du Kremlin est déjà emprisonné depuis plus d'un an.

Il devra purger sa peine dans une "colonie pénitentiaire de régime sévère", ce qui signifie que ses conditions de détention vont devenir plus strictes.

Le charismatique militant anticorruption et ancien avocat, âgé de 45 ans, était jugé depuis mi-février derrière les murs de sa colonie pénitentiaire, à 100 km à l'est de Moscou, dans un tribunal improvisé.

M. Navalny était accusé d'avoir détourné des millions de roubles de dons versés à ses organisations de lutte contre la corruption et d'"outrage au tribunal" au cours d'un précédent procès.

Poutine a peur de la vérité

Alexeï Navalny a promis de poursuivre sa lutte contre le Kremlin et estimé que Vladimir Poutine avait "peur de la vérité", dans une série de tweets publiés juste après sa condamnation à neuf ans de prison.

"Poutine a peur de la vérité, je l'ai toujours dit. La lutte contre la censure, amener la vérité aux habitants de la Russie, restent notre priorité", a-t-il écrit.

Ses avocats interpellés
Les avocats de l'opposant russe Alexeï Navalny ont été brièvement interpellés mardi devant la colonie pénitentiaire dans laquelle il avait été condamné quelques minutes auparavant à neuf années de prison.

Olga Mikhaïlova et Vadim Kobzev ont été interpellés au motif, semble-t-il, qu'ils gênaient la circulation automobile devant la prison en parlant avec la presse.

Moins d'une heure plus tard, Me Kobzev a annoncé sur Twitter que sa consœur et lui-même avaient été relâchés.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Ven 25 Mar 2022 - 10:45

Ca tombe bien car d'après cet opposant à Poutine (alexei Navalny, voir post précédent), ce yacht de 700 millions d'euros appartiendrait à nul autre que vlad :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:140 mètres de long, 22 cabines et deux héliports, une piscine, un spa… Ce navire n’a rien d’un petit bateau. Le Scheherazade est un monstre, nécessitant 94 membres d’équipage pour naviguer, et pouvant accueillir 40 invités sur trois étages. Ce « superyacht » arbore le pavillon des îles Caïman, connues pour leur fiscalité avantageuse. Mais ce navire de luxe serait en réalité la propriété du président russe [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], selon son opposant politique Alexei Navalny.

14 yachts dépassant les 140 mètres dans le monde
Considéré comme le treizième plus grand yacht au monde, le Scheherazade est amarré à Marina di Carrara en Toscane (Italie). Propriété d’une société offshore située aux îles Marshall – un État de Micronésie, en Océanie, considéré par l’Union européenne comme un paradis fiscal jusqu’en 2019 – ce navire aurait coûté, selon les proches du dissident russe Alexeï Navalny, plus de 700 millions de dollars (environ 638 millions d’euros).
Plusieurs journalistes ont mené l’enquête pour identifier le propriétaire de ce superyacht, dont ceux du grand quotidien américain [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] le 8 mars 2022. Lundi 21 mars, la chaîne YouTube d’Alexeï Navalny a publié une nouvelle vidéo expliquant que, grâce à la liste des membres de l’équipage, il avait été possible d’établir un lien entre le yacht et Vladimir Poutine.
Lire aussi : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
À part le capitaine, qui est britannique, tous les autres membres de l’équipage feraient partie du FSO, service russe chargé d’assurer la protection du maître du Kremlin, et certains auraient même été chargés d’assurer sa sécurité sur son précédent yacht, le Graceful. Ces derniers étant stationnés à plus de 2 300 kilomètres de Vladimir Poutine, le propriétaire du luxueux navire ne fait plus de doute, selon les présentateurs de la vidéo.
Cette enquête pourrait changer la donne, en Italie. Avec les sanctions européennes touchant le président russe, tous ses avoirs doivent être saisis par les pays membres de l’Union européenne, bateaux compris. La justice transalpine avait d’ailleurs déjà annoncé au New York Times être à la recherche du propriétaire du Scheherazade.
848 millions d’euros d’actifs russes saisis en Italie
Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les autorités italiennes ont déjà saisi 848 millions d’euros d’actifs appartenant à des oligarques russes, dont le Sailing Yacht A, un gigantesque voilier d’une valeur de 530 millions d’euros appartenant à Andrei Melnichenko, magnat multimilliardaire du charbon et de l’engrais. Rome a aussi saisi le yacht Lady M Yacht d’une valeur de 65 millions d’euros appartenant à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], réputé proche de Vladimir Poutine.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Salaire moyen en Russie :
Selon la plus grande banque de données mondiales Numbeo, le salaire moyen net mensuel, après impôt, en Russie est de 41 863,14RUB en 2022, contre 32 200RUB en 2019. Ainsi, tenant compte du taux de change au 28 février 2022, le salaire moyen net en Russie, après impôt, s'élève à 363,49€.28 févr. 2022
Le "smic en Russie"

Il est important de noter que Vladimir Poutine a signé une loi fixant le nouveau salaire minimum en Russie, un texte entré en vigueur au 1er janvier 2020. En 2019, il était de 11 280 roubles (97,94€) contre 12 130 roules (105,32€) à partir de l'année 2020, soit une augmentation de 9%.28 févr. 2022
Inadmissible si cela est affirmé (enquête en cours)...
Voir sur ce compte Tweeter + d'infos "comptables" mises en exergue par [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (remonter le fil au dessus du post proposé par ce raccourci)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Dim 27 Mar 2022 - 7:37

Interview
Elie Barnavi, historien: "Le problème de Poutine, ce n’est ni l’Ukraine ni l’Otan. Ce qui lui fait peur, c’est la démocratie"
Source: L'Echo
Professeur d'histoire de l'Occident moderne à l'université de Tel-Aviv, Éli Barnavi a été ambassadeur d'Israël en France de 2000 à 2002. Il dirige aujourd'hui le comité scientifique du musée de l'Europe à Bruxelles. Il publie ses mémoires*, dans lesquelles il retrace son parcours intellectuel et politique. Il nous livre son analyse du conflit ukrainien.

Après plus de vingt jours de conflit en Ukraine, quelle est votre analyse de la situation?
Poutine est en train de perdre la guerre. En tout cas, il ne le gagne pas. C’est une espèce de match nul sanglant. Il croyait faire une campagne rapide, remplacer Zelensky, etc. Trois semaines plus tard, rien de tout ça ne s’est passé. Son armée recule même à certains endroits.

Poutine ne comprend plus le monde ni son propre pays
Comment expliquez-vous une si mauvaise connaissance de la réalité ukrainienne dans le chef de Poutine?
Poutine est au pouvoir depuis vingt ans. Il est isolé et entouré de lèche-bottes. Il est coupé de la réalité. C’est le cas de tous les dictateurs. Poutine ne comprend plus le monde ni son propre pays. Il pense que l'Ukraine n'existe pas vraiment. Il croit qu’il a une armée formidable, qu’il a modernisée depuis 2008. Il ne sait pas que son armée est vieille, du point de vue de ses principes logistiques et de son organisation. Et puis, contrairement à ce qu’il pensait, l’Occident n’est pas si vermoulu...

Vous avez écrit un livre intitulé "L’Europe frigide". Aujourd'hui comment qualifiez-vous cette Europe qui fait face à Poutine?
C’est le réveil de l’Europe. Il y a septante ans, Jean Monnet disait que l’Europe avançait par saut, au gré des crises. Avec la crise du Covid, l’Europe avait déjà fait un saut qualitatif considérable. Aujourd’hui, sur le plan de la sécurité militaire, elle réalise un bond incroyable. L’exemple allemand est particulièrement parlant sur ce sujet. C’est un véritable retournement de situation. Tout ça, Poutine ne l’a pas vu.

Et qu’est-ce que l’Europe n’a pas vu dans toute cette histoire? A-t-elle pris, par exemple, la mesure exacte de l’effondrement de l’URSS en 1991?
L’URSS était un énorme empire surarmé. L’Europe a regardé avec étonnement et bonheur l’effondrement de l’Union soviétique, car cet empire a implosé sans effusion de sang. On ne cesse de raconter que l’Occident a fait preuve de mépris à l’égard de la Russie. Mais c’est totalement faux. Les Occidentaux ont fait des efforts considérables pour intégrer la Russie. Quand Poutine arrive au pouvoir, on lui offre une place dans le G7 (qui devient donc le G8) et on lui donne une place d’honneur dans l’Organisation mondiale du commerce. L’Europe s’est trompée, car elle aurait dû tracer une ligne rouge claire. Elle ne l’a pas fait. Et puis elle n'a pas compris qu'il y aurait un prurit nationaliste en Russie.

Pourquoi n'a-t-elle pas tracé cette ligne rouge ? Par faiblesse ? Par naïveté ?
Pour un démocrate, il est très difficile d’entrer dans la tête d’un dictateur. Il est extrêmement compliqué de comprendre la mythologie de ces gens-là. C’était le même problème avec Hitler: on a cru qu'il allait s’assagir. Jusqu’à la veille de l’invasion de l’Ukraine, on a cru, de la même manière, que Poutine allait renoncer. On pense que Poutine est un joueur d’échecs ; en réalité, c'est un joueur de dés. Il est mû par son histoire personnelle et par l’histoire russe. On n’a pas voulu voir et comprendre sa mythologie. Son problème, ce n’est pas la neutralité de l’Ukraine et ce n’est pas non plus l’Otan. Ce qui lui fait peur, c’est la démocratie. La véritable origine de ce conflit réside dans la révolte du Maïdan*, en 2014.
* Voir explication à la fin de l'article.

Les blocs est/ouest vont se redessiner, selon vous?
Oui, à cette différence près que l’Est n’existe plus vraiment… L’Est, ce n’est plus que la Russie et la Biélorussie. Il y a une grande différence avec l’Union soviétique de jadis: il n’y a plus de défi idéologique. Poutine n’a rien à offrir, car il ne fabrique rien. Il n’a pas d’idéologie à offrir au monde. Son soft power est nul, contrairement à la Chine. On va donc retrouver ces blocs est/ouest, mais de manière caricaturée, avec une Russie très différente.

Croyez-vous que le peuple russe puisse se soulever dans les conditions actuelles?
À la longue, oui. Le pouvoir russe ne pourra pas maintenir la chape de plomb éternellement.  

Comment l'Occident peut-il soutenir le peuple russe tout en imposant les sanctions économiques?
Il faut maintenir le lien avec le peuple russe, y compris avec les élites. Poutine est faible. Il n’a plus le même appareil répressif. On est plus au temps de l’Union soviétique. On ne peut plus isoler les gens de la même manière et on ne peut plus agir avec la brutalité du régime stalinien. La Russie finira par accéder à la démocratie libérale.

Mais l’état économique de la Russie est catastrophique. Pour assurer ce changement démocratique et envisager l'après-Poutine, il faudra soutenir le pays. Comment?
Il faudra un plan Marshall, aussi bien pour l'Ukraine pour la Russie. La Russie de Poutine se prend pour une grande puissance alors que son PIB se situe entre celui de l’Espagne et celui de l’Italie. Pour un pays aussi immense, le plus vaste au monde, qui regorge de richesses, c’est incroyable. Mais on peut expliquer cette situation. À la chute de l’URSS, les oligarques ont mis l’économie en coupes réglées. La Russie fonctionne encore comme une économie rentière qui repose sur la fabrication des armes et les hydrocarbures.  

Que pensez-vous de Zelensky?
Zelensky me fait penser à Churchill. Chruchill a sauvé le monde. Zelensky va sauver l’Ukraine. C’est une révélation politique extraordinaire. Il ne faut pas oublier que Churchill a été un politicien médiocre avant et après la Seconde Guerre mondiale. C'est la guerre qui l'a révélé. On répète toujours que Zelensky est comédien, mais il est aussi avocat : il a un sens extraordinaire de la formule.

Faut-il répondre à la demande d’intégration de l’Ukraine à l'Union européenne? Faut-il étendre encore l’Europe?
Oui, mais pas tout de suite et pas n'importe comment. La citoyenneté européenne doit être réservée aux Européens. Et l'Europe doit obéir à l'Histoire et à la géographie.

Où s’arrête-t-on? Et que faire de la Russie?
La Russie n’a pas vocation à être européenne. Elle est eurasienne. En revanche, l’Ukraine devra, à terme, intégrer l’Union européenne, tout comme les pays des Balkans et la Biélorussie. Ces pays ont vocation à intégrer l'Union européenne. Mais cela prendra du temps. Les dix pays de l’Europe de l’Est qui ont intégré l’Union européenne sont entrés beaucoup trop tôt. Ils n’étaient pas prêts. Et si la Pologne et la Hongrie n’étaient pas prêtes, imaginez les autres…

Pourquoi l'Europe éprouve-t-elle tant de mal à se définir?
L’Europe éprouve, en effet, des difficultés à se définir. D'une certaine manière, elle est dans la situation de l’Allemagne du 16ᵉ siècle. À l’époque, la France possède déjà sa forme géographique actuelle, l’Angleterre et l’Espagne aussi. En Allemagne, en revanche, c’est le chaos. Hitler vient de là, de cette incapacité à se définir autrement que par l’ethnie et le sang. Quand un pays ne sait pas où il se termine, c'est un vrai problème. On observe la même difficulté avec Israël. Sans frontière clairement fixée, il est impossible de se définir.

"Poutine ne comprends plus le monde ni son propre pays."

Poutine utilise l’expression de "dénazification" dans sa rhétorique guerrière. Comment l'interprétez-vous?
Poutine se fonde sur deux mythes: la mère Russie et la Grande Guerre patriotique. La guerre pour lui, c’est la guerre contre les nazis, en référence à l’Union soviétique et la Seconde Guerre mondiale. Il a besoin de cette rhétorique. Mais elle est tellement grotesque que personne n'y croit. Le président ukrainien est juif, le ministre de la Défense est juif, etc.

Dans votre livre, vous montrez que l’antisémitisme en Europe de l'Est est différent de l'antisémitisme présent en sens?
L’antisémitisme européen occidental a été extrêmement virulent, mais il n’a jamais été pogromiste. À l’Est, c’est différent, l'antisémitisme était ethnique.  Être juif dans ces pays-là n’était pas une confession, mais une nation. Dans l’Union soviétique, la mention juive était d'ailleurs écrite sur le passeport. Démographiquement, la situation était très particulière. Dans certains villages en Pologne, par exemple, il y avait plus de juifs que de Polonais. Cela a provoqué des tensions et des violences terribles. La mémoire juive ukrainienne est extrêmement douloureuse, par exemple. À Kiev, il y a une statue de Bogdan Khmelnitsky, héros national, mais responsable de la mort de plusieurs dizaines de milliers de juifs...

Et quelle est la situation actuelle en Ukraine concernant ce problème?
Ce problème n’existe plus. Le peuple ukrainien a élu un juif à 73 %. Il reste des poches d’antisémitisme bien sûr, dans l’armée notamment. Mais, dans l’ensemble, ce problème est réglé, comme il est réglé en Russie d’ailleurs. Poutine a beaucoup de défauts, mais il n’est pas antisémite. En ce sens, il diffère des tsars.
Fin de l'interview.
*Confession d'un bon à rien, Elie Barnavi, Grasset, 512 p., 25,10 €
Vocabulaire : révolte de Maiden ou Euromaiden
Euromaïdan (en ukrainien : Євромайдан, Yevromaïdan ; en russe : Евромайдан, Yevromaïdan) est le nom donné aux manifestations pro-européennes en Ukraine, ayant débuté le 21 novembre 2013 à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d'association avec l'Union européenne au profit d'un accord avec la Russie[6]. Ces manifestations ont été marquées par de fortes violences entre le 30 novembre et le 8 décembre 2013, qui n'ont fait qu'accroître les mouvements de protestation, avec entre 250 000 et 500 000 manifestants à Kiev[7]. Du 18 au 21 février 2014, des affrontements ont à nouveau éclaté, faisant plus de quatre-vingts morts.


Dernière édition par Luc le Dim 27 Mar 2022 - 9:05, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Dim 27 Mar 2022 - 8:57

Croyez-vous que le peuple russe puisse se soulever dans les conditions actuelles?
À la longue, oui. Le pouvoir russe ne pourra pas maintenir la chape de plomb éternellement. 
C'est à souhaiter, mais la cellule communication du Kremlin profitera de chaque erreur de l'Ukraine pour engranger des points = légitimer en clamant haut et fort le discours tenu jusqu'à présent qui motive l'opération Russe : la Russie vient libérer l'Ukraine des nazis qui menacent sa souveraineté.
  • Il y a déjà une population pro-russe notamment au Dombass qui a 30 ans d'ancienneté de territoire donc légitime d'après les Russes qui ont dû distiller l'occupation bien avant 2014, lorsque l'Ukraine est devenue indépendante en 1991. Le reste découle probablement des manipulations politiques visant à semer la discorde afin que l'ouest attaque l'est ce qui confère la légitimité de la réponse actuelle Russe.
  • Les Ukrainiens sont pourtant chez eux et ont obtenus leur indépendance de haute lutte et ne comptent probablement pas lâcher surtout depuis le remplacement de l'ancien président pro-Russe par celui que nous connaissons aujourd'hui.
  • Les séparatistes comme on les appelle (pro-Russes du Dombass sont aussi chez eux (à la longue, ça fait 30 ans et plus qu'ils vivent la bas)

J'ai couvent (et je le ferai encore car telle est ma conviction et aussi pour tenir tête à ceux qui prétendent que nous ne sommes pas asssez éveillés et ne consultant pas les bons canaux pour s'informer (suivez mon regard...), critiqué Moskou et son gouvernement totalitaire mais actuellement il faut aussi mettre l'accent sur les actes de l'armée Ukrainienne qui, il y a peu, a bombardé une ville avec une arme à sous-munitions (24 morts civils)--> lisez l'article svp et regardez la video afin de mieux s'imprégner du contexte :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Extrait choisi :

Travail apprécié par les Russes

Cette opportunité unique s’explique, selon Guillaume Debré, par un «travail en amont» mené avant même le début de la guerre. «J’ai rencontré l’ambassadeur russe plusieurs fois avant le début du conflit. C’était un travail de fond pour nous laisser tourner dans l’oblast de Donetsk. On y était trois semaines avant le début de la guerre. Nous avons donc pu être présents très vite. C’est ça, le coup éditorial», explique le chef de service. La présence de l’équipe de TF1 à Marioupol n’est donc en rien due au hasard. «Nous avons pris la décision de laisser Liseron sur place de couvrir conflit de ce point de vue là. C’était une décision de la direction très réfléchie. A aucun moment, il n’y a eu une couverture de conflit que du côté ukrainien. Nous voulons faire une couverture des deux côtés, sans nier qu’il y a un agresseur et un agressé et de manière objective. Nous en sommes assez fiers», commente Guillaume Debré.
Le Kremlin semble apprécier le travail de la chaîne. A plusieurs reprises, l’ambassade de Russie en France a partagé sur Twitter des reportages tournés par TF1 à Donetsk. En particulier celui sur une frappe ukrainienne avec un missile à sous-munition, le 14 mars, ayant provoqué la mort d’une vingtaine de civils, d’après Moscou. A l’époque, le Kremlin avait accusé Kyiv de «crime de guerre». Les Ukrainiens de leur côté avaient démenti avoir lancé un missile contre la ville.


La force du terrain

Depuis, TF1 est l’une des rares équipes à avoir conservé l’autorisation de rester sur place. «Même si c’est avec les Russes, au moins on voit des images. L’important, c’est que Liseron Boudoul explique dans le reportage qu’elle s’y est rendue avec eux. TF1 a raison de ne pas s’en priver», estime Angélique Forget, reporter pour France 2 à Odessa. Pour Stéphanie Perez, «c’est la force du témoignage, la force du terrain qui l’emporte, tout en signalant d’où on parle et en contextualisant les images». «Là, les images de TF1 ont le mérite de confirmer les morts, la faim : ce dont on se doutait. Mais au moins, on le voit», poursuit la journaliste.
Même son de cloche, chez France 24. «C’est un reportage très intéressant. On voit comment est la situation dans la ville actuellement. Les gens en train de piller le supermarché. On voit la fouille des hommes. C’est très riche en termes d’information», estime James Andre qui est parti en reportage embarqué pour la chaîne de télévision publique avec l’armée ukrainienne. «Certes, vous devez sans doute faire attention à la façon dont vous présentez les choses. Mais Liseron Boudoul n’est pas tombée dans le piège de la propagande russe, tout est dans la nuance. On arrive à faire du reportage avec des tas de gens peu recommandables pour voir ce qu’ils font et comment ils le font, dès lors qu’on contextualise», ajoute-t-il.
Il n'en reste pas moins que Moscou boit du petit lait : dès lors,
  • Comment accuser l'est de perpétrer des actes de guerre criminels alors que l'on est coupable soi-même ?
  • Justification des motifs de l'invasion Russe et des moyens employés, même si l'opinion et le tribunal internationaux ne sont pas d'accord, ce qui compte avant tout pour vladimir, c'est que son peuple le garde au pouvoir = le reste n'est qu'une question de dissuasion... nucléaire. La priorité étant notamment d'influer sur l'opinion des Russes malgrès les pertes journalières que subit l'armée et les sanctions internationales. Le peuple souffre et a déjà souffert de longue date et il devra encore continuer à le faire aussi longtemps que les sanctions dureront.
  • Tous les coups sont permis car les vainqueurs ré-écrivent l'histoire et c'est ce que Poutine a commencé ) faire dès son investiture en 99 par le biais de sont ministère de la propagande. Les manuels scolaires Russes ne donne tsensiblement pas la même version des faits que les notres en occident...
  • Poutine peut mettre le doigt là ou ça fait mal = les actes de guerre Ukrainiens qui ne seraient as dans les clous par rapport aux règles d'engagement, notamment au Dombass
  • Le territoire Ukrainien n'est en fait qu'un théâtre d'opération interposé entre l'est et l'ouest, l'Europe ayant refusé de s'investir au niveau militaire en 2014 alors que les USA fournissaient déjà de l'armement aux Ukrainiens [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Reste à savoir comment Zelenski va gérer cette crise qui risque à la longue de mettre à dos une partie de la communauté internationale.


Dernière édition par darky35 le Jeu 31 Mar 2022 - 0:52, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Dim 27 Mar 2022 - 9:29

Darky dit:
J'ai souvent (et je le ferai encore car telle est ma conviction et aussi pour tenir tête à ceux qui prétendent que nous ne sommes pas asssez éveillés et ne consultant pas les bons canaux pour s'informer (suivez mon regard...), critiqué Moskou et son gouvernement totalitaire mais actuellement il faut aussi mettre l'accent sur les actes de l'armée Ukrainienne qui, il y a peu, a bombardé une ville avec une arme à sous-munitions (24 morts civils)--> lisez l'article svp et regardez la video afin de mieux s'imprégner du contexte : (...).  

Commentaire de Luc:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bien cette mise en évidence. Ce n'est pas.tout blanc ou tout noir.
Intéressant d'avoir un retour d'une autre source +/ objective / factuelle.
PS : Le lien n'aboutit pas à l'article.  Recherche avec : "comment raconter la guerre" et tf1.
==> TF1 entre à Marioupol avec l’armée russe : comment raconter la guerre aux côtés …

La chaîne de télévision a pu envoyer une équipe dans la ville assiégée ...

==> Liberation checknews
Reportage de TF1 (journal de 20h). Accès conditionné.


_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Dim 27 Mar 2022 - 17:48

Interview [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
André Markowicz: "L'Ukraine, en se battant pour sa survie, se bat aussi pour la Russie"
Source L'Echo.
Grand traducteur de l'œuvre de Dostoïevski, André Markowicz a également traduit le théâtre de Gogol et celui de Tchekhov. Immense passeur de la culture russe, il tient un journal en ligne sur sa page Facebook. Depuis le 24 février et le début de la guerre en Ukraine, il n'a cessé de dénoncer le conflit et le massacre de la culture par le pouvoir de Poutine.

Culturellement et idéologiquement, avez-vous observé ces dernières années un changement en Russie?  
Il y a eu un durcissement progressif du régime de Poutine. L'éducation est très belliciste et très idéologique. L'essentiel de cette idéologie est très simple à résumer: le régime ne cesse de marteler que la Russie a été victime du monde entier lorsque l'URSS a été démembrée. Ce qui signifie que le monde entier représente une menace, à laquelle il faut donc réagir. Et puis, il y a aussi un culte de la Deuxième Guerre mondiale qui passe par une réécriture de l'Histoire. Cette guerre est le traumatisme fondateur de l'Union soviétique. Évidemment, cette réécriture va dans un seul sens: il est répété inlassablement que la Russie a toujours été héroïque et qu'elle n'a commis aucune erreur. C'est d'ailleurs un délit de remettre ça en cause aujourd'hui.  

Quelles sont les sources idéologiques de Poutine, selon vous?
L'idéologie de Poutine n'est pas l'idéologie de l'URSS, mais l'idéologie de Nicolas Iᵉʳ. Poutine obéit aux trois principes de gouvernement de Nicolas Iᵉʳ: l'autocratie, l'orthodoxie et le nationalisme. C'est son noyau idéologique depuis qu'il est au pouvoir.

"
Le patriarche Kirill est l'un des hommes les plus corrompus de Russie".  

Comment jugez-vous l'alliance entre l'Église orthodoxe russe et Poutine?  
Le patriarche Kirill est l'un des hommes les plus corrompus de Russie. L'Église russe est surtout représentative  d'un puissant courant réactionnaire. Le patriarche Kirill a notamment prétendu que la Russie  n'avait pas pour objectif de mettre fin au nazisme en Ukraine, mais aux parades gay... L'identification de la démocratie à l'homosexualité est l'une des caractéristiques ontologiques du fascisme.  

Quelle est la réaction du monde culturel russe?
Il y a une indignation profonde au sein du milieu culturel russe. Les intellectuels, les enseignants, les artistes protestent. Certains démissionnent de leurs postes. C'est héroïque, car ils ne risquent pas seulement de perdre leur salaire… On compte déjà des milliers d'arrestations. Mais la contestation ne faiblit pas.

Bien sûr, il y a des salopards qui continuent de soutenir Poutine. Mais c'est l'indignation et la fraternité avec l'Ukraine qui dominent. Il n'y a jamais eu, en Russie, de sentiment anti-ukrainien. C'est absurde. Une famille sur quatre a des liens avec l'Ukraine. Ce conflit, c'est d'abord un crime contre les gens, contre les populations, mais c'est aussi un crime contre la culture russe. De grands écrivains ou poètes russes, comme Boulgakov ou Gogol, sont nés en Ukraine et écrivaient en russe. La culture russe est massacrée, en ce moment, par les chars de Poutine.    

La "cancel culture", qui s'exerce actuellement contre les artistes russes en Occident, est donc contre-productive?
Il est normal que quelqu'un comme le chef d'orchestre Valery Gergiev, soutien de Poutine, soit mis à l'écart. Mais pour le reste, c'est scandaleux: c'est du wokisme. Qu'est-ce que la culture russe? Une résistance à la mort et à l'État. La culture russe est une culture fondamentalement humaniste. Dans toute l'histoire de la Russie, depuis le XVIIᵉ siècle, l'État a toujours écrasé les gens et la culture.  N'oubliez pas que lorsque le grand poète Lermontov est mort en duel, à seulement 27 ans, Nicolas Iᵉʳ a déclaré : "À chien, mort de chien." Ce que fait Poutine, c'est continuer d'écraser la culture. Quand on empêche les artistes russes de se produire en Occident, on fait donc le jeu de Poutine.  

Quel rôle peut jouer la culture dans un moment pareil?
Il faut continuer à faire parler cette culture et il faut aussi faire connaître la culture ukrainienne. Les éditions Seghers m'ont demandé d'écrire une préface pour un livre du poète ukrainien Tarass Chevtchenko. C'est le grand poète national. Ce livre n'a plus été traduit depuis 1964. Ce n'est pas le pouvoir soviétique ou Poutine qui ont empêché la traduction de cette œuvre, mais seulement notre ignorance. Il y a un manque d'intérêt total de la culture occidentale pour l'Ukraine.

La culture a le pouvoir de réaffirmer ce lien fondamental entre l'Ukraine et la Russie?
L'Ukraine, en se battant pour sa survie, se bat aussi pour la Russie. Le peuple urainien qui résiste actuellement aux soldats russes se bat pour ses mêmes soldats… C'est une chose complexe à comprendre, mais je le pense vraiment. Je veux croire que le régime de Poutine ne résistera pas à ça. Il finira pas tomber. Il faut soutenir l'Ukraine et le mouvement démocratique en Russie. Il ne faut pas séparer les deux.  

La culture russe est-elle fondamentalement européenne?
Au XIXᵉ siècle, les Français ne connaissent pas Pouchkine; alors que Pouchkine lisait les romans de Balzac quinze jours après leur parution. La culture russe est une grande culture européenne. Plus la Russie se rapprochera des standards banals de l'Occident, c'est-à-dire des droits de l'homme, mieux ça vaudra pour tout le monde. Moins il y aura de frontières, mieux on se portera. Le problème est qu'aujourd'hui on a remplacé la lutte des classes par la lutte des identités. Or, l'enfoncement dans les questions identitaires est en lui-même porteur de mort.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mer 30 Mar 2022 - 9:01

Dmitri Orechkine, analyste politique:  
"La guerre en Ukraine n'unit pas la société russe. Elle la divise".
Source L'Echo
La société russe restera-t-elle unie alors que le conflit avec l'Ukraine s'éternise? Selon Dmitri Orechkine, le penser constitue une erreur.

Alors que la guerre en Ukraine se poursuit depuis plus d'un mois faisant des milliers de victimes civiles, l'analyste politique russe indépendant Dmitri Orechkine, qui a récemment quitté son pays, dépeint un avenir très sombre pour la Russie.

La "victoire éclair" en Ukraine imaginée par Poutine n'a pas eu lieu. Les sanctions imposées par les États-Unis et l'Europe à la Russie sont sans précédent.  
Selon vous, quelle sera la situation en Russie dans trois mois? Dans trois ans?

La principale chose à comprendre est que nous vivons désormais dans une nouvelle réalité, inconnue. Ce qui était ne sera plus jamais. C'est difficile à réaliser et la prise de conscience prendra plusieurs mois. La situation va se détériorer, tout d'abord sur le plan économique. Nous (les Russes, NDLR) allons progressivement nous retirer à la périphérie du monde développé.  
À plus long terme, il est compliqué de faire des prévisions. Les problèmes seront nombreux: dégradation de l'environnement social, rideau de fer, fin des médias indépendants, contrôle dur et autoritaire de la société, émigration massive... Sans doute que la majorité des gens vont être passifs et s'adapter aux nouvelles conditions de vie. Mais nous ne savons pas comment vont réagir les groupes d'élite. Tout ce que je peux dire, c'est que la vie sera complètement différente.  

La société russe peut-elle "s'unir" autour de la guerre en Ukraine comme le prétendent Poutine et la propagande d'État?
Il y a un mois, ce qui se passe aujourd'hui en Ukraine me semblait impossible. C'est un crime et une grave erreur. C'est un désastre pour l'Ukraine mais aussi pour la Russie. Parce que nous n'avons tout simplement pas d'avenir. La guerre en Ukraine n'unit pas la société russe. Au contraire, elle la divise. Et la division ne va cesser de s'amplifier avec les conditions de vie qui vont s'aggraver. Il sera de plus en plus difficile de faire taire la population, sur le modèle soviétique, et de dire "nous vous menons à la victoire".  
Ce qui est paradoxal est que Vladimir Poutine accomplit exactement le contraire de ce qu'il avait annoncé, c'est-à-dire le "renforcement du Monde russe". "Grâce" à tous ses efforts, le monde russe a évidemment rétréci. Être russe est toxique, être russe est même honteux. Les Russes sont désormais perçus comme des agresseurs, comme des gens qui empoisonnent les autres avec du Novitchok ou du Polonium. Comme une sorte de pouvoir barbare médiéval. La Russie ne suit pas le cours naturel d'une civilisation normale où les droits de l'homme augmentent progressivement, où les institutions publiques sont équilibrées. Poutine nous a exclus de cette évolution, nous suivons une tendance inverse. En Ukraine, la société s'unit, car elle a une tâche positive à accomplir: protéger son pays, construire son économie, le faire renaître de ses cendres. Cela inspire et aide à former ce qui, du point de vue du président russe, ne devrait pas exister, à savoir une nation étatique ukrainienne, une nation politique, une nation civile. C'est tout le contraire qui se passe avec la nation russe.

Une guerre civile est-elle envisageable en Russie ?
Je n'imagine pas une guerre civile du peuple contre les autorités, mais plutôt une guerre entre les différents clans au pouvoir. Depuis le 24 février (date du lancement de la guerre en Ukraine, NDLR), la Russie a choisi la "loi du plus fort", celle où celui qui a le plus d'armes, qui frappe le plus fort devient le chef. Les dirigeants vont se partager le pouvoir au moyen de cette stratégie de guerre. Cette orientation va conduire à des conflits et des scissions internes, qui ne seront pas résolus de manière démocratique, dans les urnes ou devant un tribunal, mais en tirant sur ceux avec qui vous n'êtes pas d'accord. L'espace politique unifié va se fissurer. Je crains que ces fissures ne soient plus sanglantes que lors de l'effondrement de l'URSS, qui s'est déroulé de manière relativement pacifique.  

Quel est l'avenir de la jeunesse en Russie?
Il y a dix ans, la jeunesse était majoritaire parmi les soutiens du président russe. La situation est complètement différente aujourd'hui. Les jeunes sont contre Poutine, qui est devenu le président des plus de 60 ans, nostalgiques de la grande puissance soviétique. Cette guerre va accentuer la polarisation au sein de la société russe, entre les personnes âgées qui regardent la télévision et écoutent ce que leur dit Vladimir Soloviev (propagandiste pro-kremlin qui a une émission sur la chaîne de télévision publique Rossiya-1, NDLR) et les jeunes, qui naviguent sur Internet et voient une image alternative. Lorsqu'on leur dit que "les fascistes ukrainiens détruisent les Russes", ils ne le croient pas car ils ont des amis ukrainiens.

Par le passé, les jeunes les plus pragmatiques allaient travailler pour Rosneft ou d'autres grandes entreprises d'État parce qu'il y avait de l'argent et des possibilités d'avancement. Ces structures perdent aujourd'hui des parts de marché et vont devoir réaliser des coupes budgétaires. Je ne vois qu'une seule issue pour les jeunes d'aujourd'hui: le départ. Pour leur propre bien et celui de leurs enfants.

Vous-même venez de quitter le pays. Pourquoi avez-vous pris cette décision?

Je n'ai jamais pensé que je devrais partir. Au contraire, je pensais que j'étais vieux (68 ans, NDLR) et que je me fichais de ce qu'ils me feraient. "C'est mon pays, je dois l'aider, même si je risque la prison", me disais-je. Puis j'ai perdu tous mes leviers d'action: mon émission hebdomadaire d'une heure sur la radio "Serebryaniy Dojd". Cette radio s'est transformée en un programme musical, sans plus aucune actualité politique. La radio "Echo de Moscou" à laquelle j'étais invité, a été fermée. J'ai compris alors que je n'avais plus rien à quoi me raccrocher pour aider mon pays. Que faire? Sortir manifester et me battre avec la police? Ce n'est plus vraiment de mon âge.
Ces Jours des prochains mois, on va assister à une vague d'émigration, notamment de personnes éduquées, connaissant les langues étrangères et possédant des compétences professionnelles modernes. Car, dans cette boîte de conserve fermée que Vladimir Poutine veut construire, il n'y a pas de place pour les microbes qui ont besoin d'oxygène pour se reproduire. Nous devons vivre là où il y a de l'oxygène, la liberté et la possibilité de s'épanouir. C'est le seul choix possible, je ne peux pas dire qu'il est bon, il n'y en a pas d'autre.

Que ressentez-vous d'être parti?
Je suis désolé parce que c'est mon pays. J'espère pouvoir y retourner. Mon arrière-grand-père, mon grand-père, mon père, mon arrière-grand-mère, ma grand-mère, ma mère sont enterrés là-bas. Je ne voudrais pas que leurs tombes restent dans l'oubli. J'aimerais vieillir dans ma patrie. Je voudrais retrouver mes amis dans la maison que j'ai construite. Je voudrais vivre normalement. Mais aujourd'hui, en Russie, il n'est pas possible de vivre normalement sans sacrifier quelque chose qui me semble extrêmement important, à savoir la culture russo-européenne. On nous oppose délibérément à l'Europe. Or la Russie a toujours eu une composante européenne dans sa culture. Nous sommes poussés vers le système de valeurs despotiques de Staline, d'Ivan le Terrible, de Kadyrov... Militarisme, mobilisation de l'économie, restrictions des droits privés, censure, populisme agressif pour rallier la majorité, etc. Ce despotisme est très difficile à combattre car il ne permet pas l'opposition, il la détruit.

On estime que plusieurs centaines de milliers de Russes ont quitté le pays. Cette diaspora peut-elle s'unir à l'étranger?
La seule chose qui unit ceux qui sont partis est la haine du régime de Poutine. Mais détester ensemble quelqu'un n'est pas une unification positive. Ceci dit, je pense qu'il est préférable de conserver les ressources à l'étranger, de sorte que plus tard, il y aura quelqu'un pour développer cet espace désolé, appauvri et dépourvu d'institutions publiques que sera la Russie. Cela pourrait se concrétiser dans quelques années, quand Poutine ne sera plus là... si les nouvelles autorités le permettent, ce dont je ne suis pas sûr. Des personnes d'origine et de langue russes qui viendraient du monde entier reconstruire leur pays. Cette idée pourrait rassembler l'émigration russe dans le futur. Pour le moment, elle n'est unie que par un seul but: s'éloigner de ce tourbillon, qui peut l'entraîner sous l'hélice d'un navire en perdition.


Dernière édition par Luc le Mer 30 Mar 2022 - 9:58, édité 6 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Gaffal Mer 30 Mar 2022 - 9:24

Par contre , cette guerre à pour effet de raffermir l' Europe et l' Otan ..
Gaffal
Gaffal
Accro
Accro

Messages : 275
Date d'inscription : 21/04/2018
Localisation : lot

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Tout n'est peut-être pas ce qu'il semble être...

Message  Invité Sam 2 Avr 2022 - 6:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], perçoit dans la guerre russo-ukrainienne une tentative désespérée de Vladimir Poutine de rester au pouvoir. Ce spécialiste du monde russe, qui s’enorgueillit d’amitiés parmi les plus hautes sphères du pouvoir, affirme que [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] de Vladimir Poutine seraient avérées : « Des hackeurs russes, américains et israéliens ont affirmé que cette information provenait directement du Kremlin : ça ne peut donc pas être une fake news ». Pour le journaliste, cette information serait non seulement avérée mais marquerait aussi le début de la fin du règne de Poutine, comme une sorte de message lancé par ceux qui veulent destituer Poutine.
Grosso modo, la video explique que "l'entourage" de Poutine semble prévoir de le limoger pour raisons de santé (pour ensuite probablement le faire disparaître... : à la Russe). Vladimir étant au courant a saisi la seule opportunité de pouvoir continuer son règne en montant de toute part ce coup d'état en Ukraine.

Ca change la donne du tout au tout si cela s'avère vrai car cela signifie que non seulement vlad n'est pas en position de force, mais que d'après une source au Kremlin "tout devrait être fini d'ici fin juin"... Ce qui évoque la possibilité éventuelle de négociations est/ouest afin de limiter au pire les sanctions contre la Russie qui est aussi victime de son dirigeant actuel et de sa politique.

L'idéal serait que cet empaf...é soit jugé pour crimes de guerre par le tribunal international, mais j'ai le sentiment que cela n'arrivera pas. Néanmoins, si son "départ" est effectif, bcp de langues vont se délier et d'autres vont probablement en profiter pour charger la mule, "même excessivement ou injustement".

"Ca sent l'intromission de la matraque de policier par la vindicte populaire sur le capot d'une voiture" = faute de tribunal international, j'avoue que ça me réjouirai et qui sait, peut-être qu'il aimerait ça Rolling Eyes  Le crime ne paie pas (et pourtant si), mais il ne doit pas payer...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Jeu 7 Avr 2022 - 9:10

ACTU  DOSSIERS  - L'écho. Guerre en Ukraine.
INTERVIEW
Gérard Chaliand, géopolitologue: "Nous sommes dans la troisième partie de la guerre froide"
Géopolitologue et spécialiste des conflits armés, ayant couvert de nombreux conflits au cours de sa carrière, Gérard Chaliand publie ces jours-ci la deuxième partie de ses mémoires*; l'occasion de solliciter son regard perçant, lucide et sans affects sur le conflit ukrainien.
Encart avec photo et la légende suivante (ndlr): Selon GC l'objectif principal des Russes et de tenter de joindre le Donbass et la Crimée. C'est pourquoi, dit-il, Marioupol est la clé stratégique de cet enjeu. Belga.

La perception de ce conflit apparait très différente selon les pays. Dans le cas de la guerre en Ukraine, sommes-nous trop ancrés dans notre vision occidentale, sans tenir compte de celle des Russes?

Les concernant, il faut comprendre que la guerre froide ne s'est jamais vraiment terminée. La première phase s'achève pour nous entre la chute du mur de Berlin et le délitement de l'Union soviétique.

Mais pour les Russes, il y a une deuxième phase, plus officieuse. De façon systématique et en plusieurs étapes, les frontières de l'ex-URSS ont, de fait, été repoussées vers celles de la Russie, Ukraine comprise.

Les Occidentaux ont d'abord intégré dans l'Otan les états les plus occidentalisés comme la Hongrie ou la Tchécoslovaquie. Ils sont ensuite allés plus loin du côté de la Roumanie et de la Bulgarie. Et, en 2004, il y a eu une tentative vis-à-vis de l'Ukraine que Poutine a réussi à stopper, puis les révolutions de velours.

Poutine a largement sous-estimé le patriotisme ukrainien.
En 2014, Poutine s’est emparé de la Crimée. N'importe quel chef d'État, face à une telle situation, aurait essayé de reprendre la Crimée pour des raisons évidentes: elle est peuplée de Russes et c'est une région qui a été donnée en 1954 par Kroutchev à l'Ukraine, à une époque où l'URSS devait durer des centaines d'années.

Nous sommes maintenant dans la troisième phase, celle de la contre-offensive de Poutine, qui a toutefois largement sous-estimé le patriotisme ukrainien.

Il y a eu donc eu au fil du temps une sorte d'encerclement de la Russie, d’autant qu’il existe aussi une présence militaire américaine sur le flanc ouest, à savoir en Azerbaïdjan, au Turkménistan et en Ouzbékistan. Cela traduit-il une volonté de contenir la Russie?
Effectivement. De mon point de vue la guerre froide ne s'est jamais terminée.

 Il y a certainement une hubris dans le chef de Poutine, mais les Américains n’ont-ils pas cru un peu trop facilement qu’ils pouvaient s'approcher au plus près de la Russie?
Ils ont œuvré à un affaiblissement systématique de la Russie. De surcroît, Américains et Britanniques savaient depuis quelque temps que la Russie allait frapper, alors que les services européens n'étaient pas au courant. Pourquoi ne s'y sont-ils pas opposés s'ils voulaient éviter cette guerre? Ils auraient pu conseiller aux Ukrainiens d'accepter les accords de Minsk, de consentir à ce que le Dombass et Donetsk puissent être autonomes, ce qui n'était pas perdre grand-chose.

Au fond, leur objectif principal est de tenter de joindre le Donbass et la Crimée, c'est pourquoi Marioupol est la clé stratégique de cet enjeu.
Les Américains n'ont pas cherché à tempérer. Ils se sont sans doute dit que Poutine vienne, et nous lui donnerons une leçon qui va l'affaiblir. Cette hypothèse d'école existe. Tout cela est très complexe et indique que nous sommes dans la troisième partie de ce match que nous appelons Guerre froide.

Vous êtes un spécialiste de la guérilla. Peut-on parler de guérilla ukrainienne à propos de la résistance ukrainienne?
Vu qu'il y a eu très peu de combats urbains, on ne peut pas parler de guérilla. Pour l'essentiel, l'armée ukrainienne s'est bien défendue. Son patriotisme est réel. Elle a été renforcée par l’appui des Occidentaux avec des instructeurs, je veux parler de véritables professionnels qui sont arrivés avec du matériel antichar et antiaérien performant.

Car au final que contrôlent actuellement les Russes? Un arc de cercle oriental entre le sud de Kharkiv et la Crimée. Au fond, leur objectif principal est de tenter de joindre le Donbass et la Crimée, c'est pourquoi Marioupol est la clé stratégique de cet enjeu. C'est aussi la raison pour laquelle tout est mis en œuvre pour que cette ville tombe et parvenir ainsi à un continuum où les Russes contrôlent véritablement, depuis la Crimée, toute la façade maritime qui jouxte le Donbass.

Que Poutine soit l'agresseur, c'est l'évidence. Mais qu’il cumule à lui seul tous les crimes de guerre, c'est absurde. La guerre est un crime en soi.
Ce seront, à n'en pas douter, leurs revendications minimales, si à un moment ils sont obligés de négocier et ne veulent pas sembler perdre la face.

Vous évoquez dans vos mémoires la guerre du Golfe, l’Irak et le bombardement de Belgrade. Ces événements n’ont toutefois pas constitué un précédent pour les Russes qui n’ont pas hésité à passer outre le droit international…
Il n'y a aucun doute à ce sujet. Il faut ajouter le précédent de la création de l'état du Kosovo, qui est une décision uniquement américaine. La meilleure preuve en est que plusieurs États européens membres de l'Otan ne reconnaissent toujours pas ce pays. C’est dire à quel point violer les lois internationales, c'est ce que l’on reproche à l'adversaire… tout en l'ayant pratiqué soi-même. Il y a là une hypocrisie remarquable du côté occidental, il faut bien l’avouer. Les Américains sont toujours la main sur le cœur. Ils sont la morale incarnée. Ils ont toujours raison et le mal contre lequel ils luttent est toujours en face. Mais c’est une façon manichéenne de regarder l'histoire.

Que Poutine soit l'agresseur, c'est l'évidence. Mais qu’il cumule à lui seul tous les crimes de guerre, c'est absurde. La guerre est un crime en soi. Je ne vais pas revenir sur la guerre du Vietnam, mais enfin, l'usage du napalm, des défoliants, le nombre de morts en face pour les 58.000 hommes perdus côté américain, a quelque chose d'outrageant.

À cet égard, dans le cas de la guerre du Golfe, on parle de 100.000 morts côté irakien…
C’est certain. Sans vouloir être cynique, en dehors de Marioupol, le nombre de victimes reste relativement modeste du côté ukrainien. Pas parce que les Russes seraient meilleurs que les Américains, mais parce qu'ils ne veulent peut-être pas écraser complètement l'Ukraine qui reste considérée comme un pays frère.
Sans les États-Unis, nous ne sommes à peu près rien. Il y a une seule armée digne de ce nom parmi les 27: l'armée française.
La société militaire privée russe Wagner a été plusieurs fois pointée du doigt dans ce conflit. Pourtant, c'est bien Blackwater qui fut la première armée privée à intervenir dans un conflit contemporain…
En Irak, il y a eu 180.000 hommes qui n'appartenaient pas à l'armée américaine qui en comptait 150.000. D'ailleurs certaines des exactions commises provenaient de ces armées privées. À la prison d'Abou Ghraib, ce n'est pas l'armée américaine proprement dite qui est responsable de ce qui s'y est passé, mais leurs supplétifs.

Quand on invite Joe Biden à un sommet européen, cela ne concourt-il pas à conforter les Russes dans l'idée qu'il y a une vassalité de l'Europe vis-à-vis des États-Unis?
Il faut reconnaître à Biden un sens de la mesure dans son non-engagement, contrairement à certaines voix américaines qui voyaient là une occasion magnifique d'en finir avec Poutine… Mais à quel prix? Celui d'un conflit nucléaire?

Nous ne sommes arrivés à rien en matière de défense commune.
Dans la pratique, c'est une vérité. Sans les États-Unis, nous ne sommes à peu près rien. Il y a une seule armée digne de ce nom parmi les 27: l'armée française. Pour le reste, nous ne sommes arrivés à rien en matière de défense commune. On parle de 5.000 hommes qui seraient le noyau de la future armée européenne. Il y a trente ans, il était question de 60.000 hommes. Nous avons donc régressé plutôt que progressé. Et une génération a passé...

Dans le livre, vous parlez de l’importance de la corruption qui règne en Ukraine…
J'y étais l'an passé. C'était un pays dirigé par des oligarques corrompus, comme tous ceux qui étaient issus de l'Union soviétique. Quel est l'état issu de cette sphère qui n'est pas corrompu? L'URSS était une dictature tempérée par la corruption. Les moins corrompus étaient sans doute les Estoniens parce que protestants. En Ukraine, j'ai rencontré des jeunes gens qui se sont battus contre les Russes dans le Dombass et qui étaient très déçus du type de régime qui a émergé. Les démocrates se sont largement servis. Quant à ceux qui étaient contre la corruption, on ne les entendait guère.

En revanche, le patriotisme ukrainien existe vraiment. Et il existait déjà au cours de la Première Guerre mondiale. Un patriotisme qui pouvait se plaindre que le régime soit corrompu, mais qui n'est certainement pas disposé à accepter qu'un régime leur soit imposé de l'extérieur par quelqu'un qui n'est pas Ukrainien et qui voudrait noyer ce nationalisme dans une sorte de bortsch slave.

Vous évoquez le protestantisme. Ce qui est frappant dans votre analyse des conflits, c'est l'impact des religions qui infusent sur les mentalités et les rivalités…
Le facteur religieux est, en effet, essentiel. En tant qu'observateur politique, je me suis toujours intéressé aux facteurs religieux et culturel, à la perception que l'autre a de lui-même qui me paraît essentiel. C’est une dimension que négligent, hélas, les Américains en général, trop conscients de leur propre force. Ils ne se donnent généralement pas la peine de comprendre et de se préoccuper de ce que pense ou ressent l'autre.

*Le savoir de la peau, Gérard Chaliand, Editions L'Archipel, 324 pages, 20 €.

Gérard Chaliand, né le 15 février 1934 à Etterbeek, région de Bruxelles-Capitale, est un géostratège et homme de lettres français. Il est spécialiste des relations internationales et stratégiques, des conflits armés et surtout des conflits irréguliers. Wikipédia
Date/Lieu de naissance : 15 février 1934 (Âge: 88 ans), Bruxelles
Formation : Institut national des langues et civilisations orientales; Université Paris-Descartes (doctorat)

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mer 13 Avr 2022 - 12:19

Guerre froide et désinformation
Source: Rtbf.
Par Daphné Van Ossel

Guerre de l’information : “Les Russes ont mis la parole de la diplomatie au service de la désinformation, ça risque de faire beaucoup de mal”

La Russie mène une guerre bien visible, sur le terrain, en Ukraine, mais elle mène aussi une autre guerre, une guerre informationnelle, une guerre de l’invisible. La cible de cette bataille-là est bien plus vaste, elle vise à déstabiliser nos systèmes démocratiques occidentaux, vus comme une menace aux portes du pays de Poutine

Comment cette guerre se matérialise-t-elle dans le cadre du conflit armé en Ukraine, mais aussi dans le cadre de l'élection présidentielle française ? Quels en sont les ressorts ? Asma Mhalla, spécialiste en politique du numérique, et enseignante à Sciences Po Paris, nous donne les clés pour comprendre.

Il faut d’abord rappeler que les Russes n’en sont pas à leur coup d’essai, ils ont été précurseurs dans ce domaine de la guerre informationnelle ?
Oui, les Russes ont formalisé le recours à la désinformation comme outil de déstabilisation de leurs adversaires et ce, depuis la guerre froide. Si la doctrine autour de la propagande est née dans les années trente aux Etat-Unis, avec Edward Bernays, c’est bien le KGB, qui a développé et mis en application, dès les années 70, une doctrine de l'information comme outil de guerre, plus précisément du contrôle de l'information comme ressource militaire stratégique.

En Russie, le contrôle de la sphère informationnelle est toujours à double détente : d’abord le contrôle de l’information chez soi, c’est ce qu’on voit bien avec la guerre en Ukraine (suppression des sources d’information étrangères, mise sous cloche des médias russes).

Ensuite, le contrôle de l’information à l’étranger, et là ce sont des stratégies de désinformation dont le but est la déstabilisation, notamment psychologique, de l’adversaire et des systèmes démocratiques perçus comme une menace.

Là, il s’agit donc de déstabiliser, via la désinformation. Ça ne s’improvise pas, c’est une véritable stratégie, construite sur le long terme ?
Oui, l’idée c’est de créer la confusion, l’instabilité, la polarisation de leur cible. Les Russes n’essaient pas d’imposer leur modèle politique, à l’image des Américains qui ont fait du prosélytisme du modèle démocratique occidental. Leur but est simplement de montrer aux autres que leur modèle ne fonctionne pas, d’instiller le doute sur leur propre système.

Et pour ça, effectivement, il ne suffit pas de balancer une vidéo décontextualisée. Ce sont des stratégies à long terme, qui agissent à bas bruit, parce que ça travaille une opinion publique, un imaginaire, des représentations collectives et individuelles.

    Il s’agit de déstabiliser en appuyant sur les failles nos sociétés occidentales. Il faut donc commencer par comprendre parfaitement le contexte socio-économique, historique, géopolitique de la population ou de l’État ciblé, pour identifier les failles du système.

En France, en ce moment, c’est facile pour les Russes d’identifier les failles du système : la défiance envers les élites et la parole publique, les inégalités, deux ans de fragilisation psychologique collective avec le Covid, etc. Il suffit de bien appréhender ces failles-là et de bien appuyer dessus.

Comment, ensuite, “appuyer” sur ces failles justement ? Pouvez-vous nous décrire la méthode ou les méthodes de désinformation ?
On décide d’abord du narratif qu’on va injecter. Par exemple, en France, ça peut être le “tous pourris”

Ensuite, on va créer des contenus qui vont venir appuyer ce narratif. Cela peut être des fake news (fausses informations) ou des deepfakes (techniques de modification d’une vidéo pour faire dire ou faire ce qu’on veut à un intervenant), mais pas seulement, ça peut aussi être des informations réelles mais décontextualisées, recontextualisées, “surémotionnalisées”.

A partir de là, vont intervenir les outils qui vont venir injecter ça sur les réseaux sociaux :

Les bots : des robots automatisés qui relaient, aiment, suivent, partagent en masse un certain type de contenus qui ont été injectés.
Les fermes à trolls : des espaces réels (comme l’Internet Research Agency, à Saint-Petersbourg, ndlr) où des gens vont injecter des contenus et créer de la viralité autour, via toutes les actions possibles sur les réseaux sociaux (commentaires, posts, “like”, “share” etc.).

L’astroturfing : une technique destinée à donner l’impression d’une extrême popularité d’un mouvement ou d’une personnalité. Il y a par exemple des formules où l’on achète des abonnés, avec des comptes qui passent d’un coup de 1000 à 15.000 followers. Trump l’a beaucoup fait notamment, il peut y en avoir aussi autour de grands mouvements comme Black Lives Matter, ou les gilets jaunes.​​​​​​
Pour optimiser la viralité de ces contenus, et à peu de frais, on peut s’appuyer sur des “relais d’influence locaux”, des influenceurs politiques, des leaders d’opinion qui alimentent tous les discours antisystèmes, complotistes, antivax etc. Ils ne se trouvent pas que sur Twitter ou sur Facebook mais aussi sur ce qu’on appelle l’alt-tech, des plateformes qui prônent le " zéro modération”. En France, c’était essentiellement les pro Zemmour, ou les pro Le Pen.

Vous pouvez éventuellement agrémenter ça de leaks, de fuites, comme en France en 2017 ou celles concernant Hillary Clinton en 2016.

Et, enfin, une opération de désinformation est réussie quand l’information finit par être relayée par les médias mainstream, même si c’est pour la dénoncer. On parle alors de blanchiment de l’information, elle acquiert à la fois une plus forte visibilité et une certaine légitimité.

Finalement, on supprime les traces, les faux comptes, on nettoie.

Ce sont des opérations clandestines, difficiles à rattacher directement à un Etat ?
Oui, les Etats ne vont pas le faire nominativement. Si on pouvait attribuer officiellement des campagnes de cyber-déstabilisation, ça pourrait vite être considéré comme des actes de guerre ou des actes hostiles.

Donc ce sont toujours des nébuleuses autour des Etats qui agissent. Et là, les Russes sont très bons. Il y a tout un magma d'organisations qui gravitent autour du Kremlin mais qui ne sont pas directement affiliées au gouvernement russe ou au renseignement russe. C’est un peu comme les milices Wagner, ce sont des cyber-milices.

  Comment tout cela se matérialise-t-il dans le contexte de la guerre en Ukraine ?  On parle beaucoup de guerre d’informations, mais on parle plutôt de la guerre officielle : les Ukrainiens dénoncent un massacre, les Russes nient. Or, il y a aussi cette guerre plus officieuse ?
Oui, et ce qui est intéressant c’est qu’elles se sont hybridées. On distingue généralement, d’un côté la communication officielle, celle de la diplomatie, des gouvernements, et, d’un autre côté, la communication officieuse, les opérations de cyber-déstabilisation non attribuables.

Or, dans le cas de la guerre en Ukraine, les diplomates russes ET les diplomates ukrainiens se sont mis, au sein de leur discours officiel, à relayer de la désinformation. Cette porosité n’était pas d’usage jusque-là.

La parole officielle devient un relais de la désinformation de façon aspsumée. A long terme, cela risque de faire beaucoup de mal à la crédibilité de la parole d’un Etat, au rôle de la diplomatie etc.

Un des grands exemples, c’est le bombardement de la maternité à Marioupol. Les Ukrainiens ont accusé les Russes. Les Russes ont fait un faux fact-checking de fact-checking (ils ont réussi à inventer la mise en abyme du fact checking) pour démentir.

Cette fausse information-là a été relayée par le porte-parole du Kremlin et les différentes ambassades.

Pourquoi ? Parce que les médias russes comme RT ou Sputnik étant interdits dans l’Union européenne, les diplomates russes ont pris eux-mêmes le relais. Ils sont devenus un relais de la désinformation.

Le bombardement de l’hôpital pédiatrique de Marioupol n’est pas une mise en scène
Ce n’est pourtant pas la première fois que des officiels donnent de fausses informations, loin de là. On peut penser à Donald Trump, notamment.
Quelle est la différence ?

Ici, on parle de relais de contenu de désinformation en tant que tel. Les ambassades ont relayé de façon concertée le faux fact-checking. Le fait d’avoir une synchronisation de l’ensemble des ambassades d’un pays qui relaient des contenus identiques, c’est une première.

Les Russes ont mis la parole de la diplomatie au service de la désinformation, ce n’est pas rien. C’est à surveiller.

On en vient à l’autre actualité du moment : la présidentielle française. Est-ce qu’on a constaté des opérations de désinformation la concernant ?
On n’a pas l’équivalent d’un Cambridge Analytica, d’un Macron leaks de 2017, ou des leaks d’Hillary Clinton.

Mais, par définition, une opération de désinformation qui fonctionne, c’est une opération dont on n'entend jamais parler. Parce que c’est de l’infiltration, de l’intoxication, ça se fait sur le long terme, à bas bruit, comme je l’ai dit. Sur le nombre d’opérations de désinformation qu’il y a, celles qui sortent dans la presse ne sont qu’une partie infime.

Donc, selon moi, pour le moment, c’est plutôt "business as usual". Mais c’est vrai qu’on est dans un contexte compliqué où deux agendas se superposent, un contexte international de guerre très phagocyté par de la désinformation, et un contexte d’élection présidentielle nationale et les deux s’imbriquent.

Cette porosité des RS fait qu’il est difficile de dire il y a eu telle opération sur tel compte.

La guerre en Ukraine a été instrumentalisée par certaines communautés virulentes, notamment d’extrême droite, pour servir un agenda politique national, tel ou tel programme, tel ou tel candidat.

Il n’y a évidemment pas que la Russie qui mène cette guerre de l’information, où en sont les pays européens dans ce domaine ?
Non, il y a évidemment des task forces qui se sont mises en place au sein de l’OTAN, ou entre pays baltes et scandinaves (East StratCom Task Force), en France, depuis octobre 2021, on a le Viginum (service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères.

Mais la difficulté, pour les démocraties européennes, c’est de trouver la ligne de crête entre des opérations d’influence, les droits internationaux et l’éthique. A partir de là, il vous reste une fenêtre de tir qui est extrêmement faible, d’autant plus que ce qui fonctionne sur les réseaux sociaux, c’est la colère, la haine, le doute, etc. Les États non démocratiques ne s’embarrassent pas, eux, de ces questions-là.

Quelles sont les solutions pour faire face à cette guerre informationnelle ?
La mise en place des task forces, et leur collaboration, est importante.

Ensuite, les journalistes et les médias traditionnels ont évidemment leur rôle à jouer dans le lien de confiance éditorial et dans ce qu’ils doivent continuer à représenter des sources d’information fiables.

Enfin, évidemment le rôle de l’école est premier. Il faut enseigner à l’école l’économie des réseaux sociaux, l’économie de l’attention, la fabrication d’une information, les enjeux géopolitiques actuels, etc. pour créer des citoyens en conscience de tout ça. Journalisme et éducation, sont deux piliers majeurs pour la construction d’une résilience collective.

Sur le plan réglementaire, au niveau européen, le DSA ("Digital Services Act") est aussi un pas important, mais il y a une surinformation qu’on ne sait pas réguler. Ni la justice, ni même les plateformes elles-mêmes n’ont été configurées pour absorber une telle abondance d’informations. On ne sait pas encore industrialiser la modération des contenus !

Par ailleurs, comme l’a souligné la chercheuse belge Marie Peltier, l’ampleur que prend une fausse information dans les communautés qui font sécession (antivax, complosphère, extrême droite, extrême gauche, etc.) vient d’un réel malaise démocratique.

Autrement dit, les campagnes de cyber-déstabilisation russes fonctionnent parce qu’elles tapent sur des vraies failles (explosion des inégalités, insécurité économique, identitaire etc.) A nous de les identifier et d’y répondre.

La réponse est donc multifactorielle. Les solutions juridiques ou technologiques ne suffisent pas.

  En réalité, la question n’est pas de courir toujours derrière la fausse information mais d’essayer de voir comment la société peut créer sa propre résilience, ses propres anticorps, apprendre à vivre avec ça en mettant les technologies numériques à son service et non l’inverse.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 16 Avr 2022 - 7:20

Le Pentagone confirme ...
Le Moskva a bien été coulé par deux missiles ukrainiens, un coup dur pour la Russie
Le Vif
15/04/22 à 20:16 - Mise à jour à 21:18
Source: Afp

Le scénario selon lequel des missiles ukrainiens ont frappé le navire amiral russe Moskva, comme le revendique Kiev, a été validé vendredi par le Pentagone, qui crédite ainsi les Ukrainiens d'une victoire majeure, révélatrice de failles navales de Moscou en mer Noire selon des experts.
Nous estimons qu'ils l'ont touché avec deux (missiles) Neptune", a indiqué vendredi à quelques journalistes un haut responsable du ministère américain de la Défense ayant requis l'anonymat, démentant la version de Moscou selon laquelle son navire lance-missiles long de 186 mètres a été "gravement endommagé" dans un incendie.

Ce haut responsable n'a en revanche pas confirmé les informations selon lesquelles l'armée ukrainienne aurait distrait la défense du Moskva avec un drone d'un côté du navire pendant que les Neptune, des missiles anti-navire ukrainiens, le frappaient de l'autre côté.

Le Moskva a ensuite sombré pendant son remorquage vers le port de Sébastopol, "dans des conditions de mer agitée", selon le ministère russe de la Défense. Une version mise en doute sur Twitter par le général américain en retraite Mark Hertling, qui constatait vendredi matin "des vents de 6km/h et un peu de pluie ces 24 dernières heures dans la région de Sébastopol".

"Nous pensons qu'il y a eu des victimes, mais il est difficile d'évaluer combien", a ajouté ce haut responsable du Pentagone, soulignant que les États-Unis ont observé des survivants récupérés par d'autres navires russes dans les parages.

Comme pour venir accréditer la thèse avancée par l'Ukraine, une frappe a gravement endommagé dans la nuit une usine de la région de Kiev fabriquant des missiles antinavire Neptune, que l'armée ukrainienne assure avoir utilisés contre le bâtiment russe, ont constaté vendredi des journalistes de l'AFP. Le missile antinavire ukrainien Neptune, équivalent aux Exocet de la Marine française, est entré en service dans les forces ukrainiennes en mars 2021, selon la presse ukrainienne.
...
Les frappes russes depuis la mer sont efficaces mais limitées en nombre (...) et la perte du Moskva ne va sans doute pas constituer un revers majeur. Mais si elle est confirmée, la capacité de l'Ukraine à frapper les navires de guerre en mer Noire pourrait forcer les Russes à déployer des moyens de défense aérienne supplémentaires à bord de ses bâtiments ou à éloigner ces derniers des positions proches de la côte ukrainienne", commente l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW). "Avant ce plausible tir de missile ukrainien, les Russes n'avaient pas la supériorité aérienne, ce qui constitue une condition sine qua non pour lancer une opération amphibie. Aujourd'hui, ils sont moins que jamais prêts à le faire", commente pour sa part un haut gradé de la Marine française.
...
Timbre-poste commémoratif prémonitoire
Bateau russe va te faire f****e"

Un timbre représentant un soldat ukrainien faisant un doigt d'honneur au "Moskva" s'est arraché vendredi à travers les bureaux de poste du pays, devenant un objet collector et un symbole de "victoire".
...
Au premier jour du conflit, dans un échange radio devenu viral, les garde-frontières ukrainiens de la petite Île aux serpents avaient lancé "va te faire foutre" au navire russe lui demandant de se rendre. L'enregistrement de cet échange avait fait le tour du monde et servi de leitmotiv à la résistance ukrainienne, apparaissant même sur des pancartes au cours de manifestations de soutien à l'étranger et désormais sur des timbres.

La poste avait lancé début mars un concours pour illustrer l'épisode.
...
Édit : La BBC n'a pas été à même de confirmer le fait (missiles); ni dans un sens ou l'autre.
Peu importe si les Ukrainiens y croient...
Ce qui est certain c'est que les Russes ont réagi comme si c'était vrai: destruction d'une usine fabriquant des missiles.


Dernière édition par Luc le Sam 16 Avr 2022 - 20:49, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 16 Avr 2022 - 19:29

La galaxie Poutine
Enquête. Corruption.

Source L'Echo.
Bill Browder: "Même en Europe, des gens ont de l'argent russe et intercèdent en leur faveur"
SERGE QUOIDBACH

Bête noire des fonctionnaires russes corrompus, le milliardaire Bill Browder a construit une gigantesque base de données pour traquer leurs avoirs. Dans son dernier livre*, il montre ceux qui sont liés à Vladimir Poutine.

Il prévient en portique de son livre, comme il l'avait fait pour son précédent récit**: "Ceci est une histoire vraie qui offensera certainement des gens très puissants et dangereux. Afin de protéger les innocents, certains noms, lieux et détails ont été modifiés." Lui, pourtant, avance à visage découvert. Les "puissants", les "dangereux", Bill Browder les connaît, et depuis 13 ans, à la face du monde, il les pointe un à un de son doigt accusateur. Ce sont les oligarques russes, les caciques du gouvernement, les hommes du président, Vladimir Poutine lui-même dont l'auteur est devenu, selon ses dires, "l'ennemi numéro 1".

Petit-fils d'un communiste américain et de l'une des premières avocates russes, Bill Browder a construit une fortune considérable en Russie. Son fonds d'investissement, Hermitage Capital Management, a géré jusqu'à 4,5 milliards de dollars d'actifs dans le pays des tsars. Dans son premier livre, "Notice rouge", il raconte comment, en investissant dès 1996 dans les conglomérats semi-privatisés contrôlés par des oligarques (Gazprom, Sberbank, le producteur de titane Avisma et bien d'autres), il a pu dénoncer la corruption, doper au passage la valorisation de ces entreprises – et la sienne propre. Une aventure hautement rentable qui prit fin, brutalement, un jour glacé de novembre 2005. Il est alors refoulé à l'aéroport de Chérémétiévo, à Moscou. Renvoyé en Angleterre sans autre forme de procès, l'homme d'affaires apprend qu'il est désormais persona non grata en Russie, "menace pour la sécurité nationale", et accusé de siphonner les avoirs des sociétés russes dans lesquelles il investissait.

Les millions d'Hermitage
En l'absence de son propriétaire, l'État russe subtilise à Hermitage 230 millions de dollars d'impôts prétendument liés à de l'évasion fiscale. Resté à Moscou, un homme de Browder mène son enquête, et découvre une grossière machination dans le chef des autorités russes. Cet homme est Sergueï Magnistki. Il est arrêté en novembre 2008, torturé, et mourra en prison un an plus tard "après avoir été privé d'assistance médicale adéquate", comme l'atteste un jugement rendu en 2019 par la Cour européenne des droits de l'homme. Il avait 37 ans. Depuis, Bill Browder n'aura de cesse que de trouver les responsables de sa mort, et de dévoiler le système de corruption logé à la tête de l'État russe. Ce combat, il le matérialisera dans une loi, le Magnitsky Act, qui vise à sanctionner et interdire de visa quiconque est suspecté d'être impliqué dans la mort de Sergueï Magnitski. La loi sera adoptée en 2012 par le Congrès américain et le président Obama, puis par l'Union européenne en décembre 2020.

Browder montre comment il a pu retrouver la trace des 230 millions de dollars prélevés pour "fraude fiscale", et ainsi en remonter la filière des bénéficiaires jusqu'au sommet de l'État – jusqu'à Vladimir Poutine lui-même.
Mais l'affaire ne s'arrête pas là. Dans son second ouvrage, sorti le 12 avril, Browder montre comment il a pu retrouver la trace des 230 millions de dollars prélevés pour "fraude fiscale", et ainsi en remonter la filière des bénéficiaires jusqu'au sommet de l'État – jusqu'à Vladimir Poutine lui-même. Grâce à son enquête, sinueuse, et avec l'aide de son équipe de comptables, spécialistes des données et avocats, il a construit une base de données gigantesque qui lui permet de suivre et traquer les acteurs qui se cachent derrière de douteux montages financiers.

Coïncidences opportunes
L'enquête bénéficie de chanceux coups du destin. Un jour, un homme nommé Alexander Perepilichnyy contacte Bill Browder, et lui montre les extraits de compte d'une cliente ayant approuvé le redressement fiscal d'Hermitage. Perepilichnyy se sent lui-même menacé par sa cliente, et imagine que cette dénonciation le mettra à l'abri des chantages. Les données du lanceur d'alerte permettent à Browder et son équipe de suivre une partie des 230 millions de dollars confisqués à Hermitage. L'argent a voyagé, de société-écran en société-écran, depuis le Trésor russe jusqu'à un compte chez Crédit Suisse, en passant par une banque fantoche en Russie, un compte en Moldavie, puis en Lituanie, avant d'atterrir dans la blancheur des montagnes helvétiques. Alexander Perepilichnyy mourra d'une crise cardiaque en 2012, alors qu'il faisait un jogging non loin de Londres.

En 2016, une enquête de journalistes le mettra incidemment sur une autre piste. Cette enquête est celle des Panama Papers. Les fichiers mis à la disposition des journalistes ont mis en évidence le rôle du cabinet de Mossack Fonseca dans une évasion fiscale à grande échelle. En les recoupant avec sa base de données, Bill Browder découvre une partie des fameux 230 millions dérobés à Hermitage, argent détenu par un violoncelliste, vieil ami de Poutine, qui sert de prête-nom à la fortune du président russe.

Une autre coïncidence plonge l'auteur au cœur des élections présidentielles américaines de 2016. Interpellé par d'étranges transactions immobilières à New York, financées au départ des fonds volés d'Hermitage, Browder a son attention attirée par une certaine Natalia Veselnitskaya. Cette dynamique avocate russe a organisé, en juin 2016, la fameuse réunion dans la Trump Tower à New York avec Donald Trump Jr., le beau-fils du futur président, Jared Kushner, et son conseiller Paul Manafort, réunion qui fut l'un des épisodes clés du Russia Gate, vaste affaire d'interférence russe dans les élections présidentielles américaines. Sous prétexte d'informations sensibles sur la candidate Hillary Clinton, Veselnitskaya tentait en fait de pousser ses interlocuteurs à utiliser leur influence pour réduire à néant la portée du Magnitsky Act.

Bill Browder en est convaincu: le Magnitsky Act est désormais le cœur de cible de l'État russe. La réunion de la Trump Tower n'est d'ailleurs que l'une des nombreuses tentatives pour décrédibiliser son récit sur le meurtre présumé de Sergueï Magnitski. Le coup de grâce a failli lui être porté par celui qui, pourtant, est l'un des plus grands dissidents de Vladimir Poutine, le cinéaste Andrei Nekrassov. Son documentaire "The Magnitsky Act – Behind The Scenes", sorti également en 2016, innocente la Russie, ou du moins, fait passer Sergueï Magnitski comme une simple victime du système carcéral russe connu pour sa violence et ses zones de non-droit. Selon le cinéaste, aucun personnage de l'État russe n'a fomenté la mort du comptable. Quant aux fonds soi-disant volés, c'est une affaire entre les autorités fiscales russes et un milliardaire qui a récolté de plantureux bénéfices dans une période trouble de l'histoire russe. Avant même d'en avoir vu les premières images, le film est acheté par plusieurs chaînes de télévision européennes, comme Arte et ZDF. La Première est réservée au Parlement européen, par l'entremise de l'eurodéputée verte finlandaise Heidi Hautala, compagne de Nekrassov. Des projections qui n'auront pas lieu. Juste avant l'événement, Bill Browder écrit avec l'aide de ses avocats une lettre de huit pages démontrant point par point les mensonges du documentaire. La lettre sera envoyée aux chaînes de télévision et au Parlement européen, avec menace de poursuite judiciaire au cas où une telle projection aurait finalement lieu. Depuis, Nekrassov ne cessera de clamer sa bonne foi, et de vilipender le musellement de sa liberté d'expression.

"Ces opérations russes ne servent pas spécialement à convaincre les gens, tout ce qu'elles cherchent à faire, c'est semer le doute. Ils utilisent la même technique dans la guerre en Ukraine."

Que répondez-vous aux gens qui, comme Andrei Nekrassov, mettent votre parole en doute?
Bill Browder: Nous avons passé une année complète sur ce problème. C'était de l'agit-prop, une campagne russe pour me discréditer en utilisant un réalisateur de cinéma reconnu et qui a été clairement bien rétribué pour le faire. La meilleure manière pour le confronter, c'était de rendre publiques toutes les preuves disponibles, et nous avons réussi. Ces opérations russes ne servent pas spécialement à convaincre les gens, tout ce qu'elles cherchent à faire, c'est semer le doute. Ils utilisent la même technique, à une beaucoup plus grande échelle, dans la guerre en Ukraine.

Néanmoins, beaucoup de chaînes télévisées avaient programmé le film. Elles n'avaient pas fait leur enquête?
Je suis sûr qu'elles ne l'ont pas faite. Elles étaient approchées par un gars qui, avant ce film, bénéficiait de beaucoup de crédibilité. Il a pu compter sur cette crédibilité, sans dire ce qu'il était en train de réaliser. J'ai écrit à chacune de ces chaînes et j'ai partagé avec elles les faits, les données de l'affaire. Une à une, elles ont annulé la projection de ce film. Si nous n'y étions pas parvenus, je ne pense pas que nous aurions eu la version européenne de la Loi Magnitski.

Vous êtes puissant, n'avez-vous pas peur que vos interventions passent pour de la censure?
Il a eu toutes les occasions de parler à la presse. Il a montré ce film dans un festival en Norvège, à Bruxelles et à d'autres endroits. Certains journalistes ont écrit à ce propos. Ce n'est pas comme si on lui refusait de s'exprimer. On l'a juste empêché de créer une propagande virale. Il dit que sa liberté d'expression a été violée. Mais c'est faux: il n'y a pas de censure, il peut continuer à clamer son honnêteté s'il le veut. D'ailleurs, le fait que vous me posiez la question montre bien que sa liberté d'expression est restée intacte.

"Poutine place son argent au nom de gens en qui il a confiance. Nous avons trouvé la trace d'un de ces hommes, Sergueï Roldouguine, qui est aussi l'un de ses amis d'enfance et parrain de sa fille."
Un violoncelliste appelé Sergueï Roldouguine vous a permis de remonter jusqu'à Vladimir Poutine. Votre thèse, c'est que le président russe utilise des amis qui l'aident à cacher son argent.
Poutine ne détient aucun argent en son nom propre. Sinon, il s'exposerait au chantage, technique qu'il a lui-même souvent utilisée. Il doit donc placer cet argent au nom de gens de confiance. C'est assez compliqué parce qu'il n'a pas beaucoup d'hommes de confiance et qu'il a beaucoup d'argent. Nous avons trouvé la trace d'un de ces hommes, Sergueï Roldouguine, qui est aussi l'un de ses amis d'enfance. Il est violoncelliste à Saint-Pétersbourg. Il est aussi le parrain de sa fille. C'est lui qui a présenté Poutine à sa première femme. Roldouguine est connecté à des sociétés valant 2 milliards de dollars. C'est un violoncelliste qui n'est pas vraiment connu, jusqu'à récemment du moins, il n'y a aucune raison qu'il possède autant d'argent.

Et, selon vous, cet argent est connecté à Poutine...
Oui, cet argent provient de l'affaire Magnitski, et il est lié à Vladimir Poutine. Ce qui explique beaucoup de choses. Poutine a défendu la corruption à l'intérieur de son propre système. Si Poutine avait seulement poursuivi judiciairement quelques personnes d'un niveau inférieur, nous n'aurions jamais eu d'enquête, aucun politique d'aucun parlement occidental n'aurait signé la Loi Magnitski. En protégeant autant de personnes, Poutine a permis l'émergence de la Loi Magnitski. Pourquoi l'a-t-il fait? Parce qu'il est lui-même le bénéficiaire de cet argent.

Comment avez-vous eu accès à toutes ces données?
"Notre base de données nous a permis d'avoir une vue hélicoptère sur ce que j'appellerais la plomberie d'argent sale de Vladimir Poutine."
Si vous voulez mener une investigation sur du blanchiment d'argent en Russie, vous devez tirer sur certaines ficelles. La première est venue d'un lanceur d'alerte, Alexander Perepilichny. Il nous a donné la première ébauche d'information qui était un document bancaire montrant une partie de l'argent en provenance du crime de Magnitski s'en aller en Suisse, chez Crédit Suisse. Nous avons alors introduit une plainte pénale auprès des autorités suisses, ce qui nous a permis d'avoir accès à d'autres informations, d'autres données. Ces documents nous ont menés à Chypre et à New York.

Une autre grande fuite est venue de Moldavie, d'une association de journalistes appelée OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project). Cette fuite, combinée à notre investigation suisse, nous a ensuite menés en Lituanie, Lettonie, Estonie. Nous avons introduit des plaintes pénales dans ces pays, qui ont débouché sur d'autres enquêtes criminelles. Ces nouveaux documents nous ont menés en France, au Royaume-Uni, etc. Petit à petit, nous avons alimenté l'une des bases de données les plus complètes jamais créées sur le blanchiment d'argent. Cela nous a permis d'avoir une vue hélicoptère sur ce que j'appellerais la plomberie d'argent sale de Vladimir Poutine.

Gérard Chaliand, géopolitologue: "Nous sommes dans la troisième partie de la guerre froide"
Votre enquête vous a mené accidentellement au cœur de l'influence russe aux États-Unis. Détectez-vous cette influence russe en Europe?
C'est la même chose partout. Vous avez des systèmes très infiltrés où plusieurs personnes d'influence ont pris de l'argent russe et intercédé pour le compte de personnalités russes. C'est plus efficace que d'envoyer un ministre des Affaires étrangères!

Au début de votre livre, vous décrivez votre arrestation spectaculaire en Espagne sur le coup d'un mandat d'arrêt d'Interpol lancé par la Russie. Avez-vous souvent été arrêté?
C'est arrivé deux fois, une fois à Genève, et une fois à Madrid. Mais il y a eu beaucoup d'autres tentatives. Chaque fois, j'ai été prévenu à temps du mandat d'arrêt, grâce aux chaînes de communication avec les forces de l'ordre. Sinon, j'aurais pu être arrêté au moins une quinzaine de fois.

Au niveau de votre sécurité, quelles sont vos précautions? Vous vivez avec des gardes du corps?
Je ne vais pas aller dans les détails de ma sécurité. J'ai réussi à vivre normalement pendant une dizaine d'années. Mais je suis plus à risque aujourd'hui. Dans le passé, Poutine avait une certaine réserve, il voulait garder un pied dans le monde civilisé. Aujourd'hui, ses deux pieds sont dans le monde criminel. Il n'a donc plus les mêmes réserves qu'avant. S'il y avait jamais eu un risque pour ma vie, il se matérialiserait maintenant.

La liste Magnitski peut-elle être élargie?
"La Loi Magnistki peut s'étendre à la Chine, la Birmanie, l'Iran, le Venezuela. Je suis en train d'aider les activistes ouïghours pour qu'on sanctionne des officiels chinois."
C'est l'objectif, c'est mon but en tant qu'activiste. Agrandir cette liste pour coincer tous les acteurs diaboliques de ce montage. Je voudrais aussi insister sur le fait que cette liste ne concerne pas que la Russie, elle concerne la Chine, la Birmanie, l'Iran, le Venezuela, etc. La Loi Magnistki peut s'étendre à tous ces pays, et devrait le faire. Je suis en train d'aider les activistes ouïghours pour qu'on sanctionne des officiels chinois. J'ai travaillé avec des activistes de Hong Kong, avec toutes sortes de groupes de victimes dans le monde. J'utilise toute cette connaissance que j'ai pu accumuler sur la manière avec laquelle cette loi peut s'appliquer à différents pays.

*"Freezing Order – A True Story of Russian Money Laundering, State-Sponsored Murder, and Surviving Vladimir Putin's Wrath", Bill Browder. Editions Simon & Schuster, 2022. 336 pages, 25,28 euros. En cours de traduction.

** "Notice rouge – Comment je suis devenu l'ennemi N°1 de Poutine", Bill Browder. Editions Kero, 2015. 495 pages, 20,90 euros.

"Les oligarques n'ont absolument aucune influence sur Vladimir Poutine"
La guerre en Ukraine a provoqué des sanctions contre les oligarques. Sont-elles suffisantes?
Aucune sanction ne parviendra à persuader Poutine qu'il se trouve du mauvais côté de l'Histoire. Ce n'est pas un homme qui fléchit durant un conflit, qui admet les erreurs, qui fait demi-tour. Le but des sanctions, c'est de le saigner à blanc pour qu'il n'ait pas les moyens financiers pour mener cette guerre. Les sanctions qui ont été posées jusqu'à présent ont fait la moitié du chemin. Il y a encore quelques bons oligarques à sanctionner. La liste Forbes en contient 118. Ça veut dire qu'on peut encore en toucher 80 ou 90 pour être sûr de bloquer l'argent de Poutine.

En outre, et c'est encore plus important, même après avoir sanctionné tous ces gens, on continue tous les jours à le payer, au travers du pétrole et du gaz russe que nous consommons, entre 500 millions et un milliard de dollars par jour. Si nous voulons vraiment l'affamer financièrement pour l'empêcher de mener cette guerre, nous devons arrêter de lui acheter du pétrole et du gaz.

De grands noms manquent, notamment parce qu'ils sont liés à des activités dont nous dépendons. Est-ce là la limite des sanctions?
La difficulté de mettre tous les grands noms sur une liste de sanctions vient de là, du lobbying en coulisse de différents politiciens, de plusieurs États membres de l'Union européenne.

Qui doit figurer sur cette liste?
Je ne vais pas me prononcer sur tel ou tel nom, parce que ça va me créer des problèmes. Ces gens ont des budgets illimités pour rendre nos vies impossibles dans des procès pour diffamation. Je préfère juste dire que tous les gros oligarques devraient être sanctionnés.

Certains ne suivent pas le récit de Poutine. Ils ont même appelé à un retour à la paix. Pourraient-ils peser dans la balance?
Non. Les oligarques n'ont absolument aucune influence sur Vladimir Poutine. Ils ne feront jamais rien pour changer son pouvoir. En plus, aucun oligarque n'a jamais déclaré que Poutine était un criminel. Personne n'a dit que c'était la faute de Poutine. Les sanctions ne sont pas là pour les pousser à se dresser contre lui. Elles ne sont là que parce qu'ils s'occupent de son argent en son nom.

Avez-vous encore des contacts en Russie?
Il y a un mois, j'avais davantage de contacts en Russie. Mais toute l'intelligentsia a fui le pays. Il serait extrêmement dangereux, pour quiconque aurait des contacts avec moi, de rester en Russie. Les seuls à rester sont des supporters de Poutine, pas les gens avec lesquels je parlerais.

Qu'entendez-vous de ceux qui sont partis?
Ils ont tous le cœur brisé. Ils ont honte de leur pays. Ils sont bouleversés, ils craignent pour leur avenir, pour l'avenir de leur pays, de l'héritage de la Russie.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mar 26 Avr 2022 - 10:27

"Ramenés 40 ans en arrière" en Russie, selon le patron d'une radio historique dissoute
Alexeï Venediktov, ancien chef de la radio libérale russe "Echo de Moscou", le 20 avril 2022 à Moscou.  
Source RTBF

"Ramenés 40 ans en arrière": Alexeï Venediktov, chef d'une emblématique radio libérale fermée pour son rejet de l'offensive russe contre l'Ukraine, dit repartir de zéro, mais être déterminé à rester en Russie.

Dès les premières heures de l'assaut le 24 février, Ekho Moskvy ("Echo de Moscou" en russe) dit à ses six millions d'auditeurs que Vladimir Poutine a commis "une erreur politique". Quelques jours plus tard, elle diffuse un entretien en direct avec une haute responsable de la diplomatie américaine, Victoria Nuland.

Une de ses sources haut placées lui dit alors qu'il a "enfoncé le dernier clou" dans le cercueil de la radio, raconte à l'AFP Alexeï Venediktov, dans un petit restaurant branché au centre de Moscou.

Ekho Moskvy, où ce prof d'histoire travaillait dès sa création en août 1990, dans l'effervescence des derniers mois de l'Union soviétique, est interdite d'antenne le 1er mars et dissoute par son conseil d'administration, de facto contrôlé par le géant gazier d'Etat Gazprom. Comme un symbole, la fréquence jusqu'alors dévolue à Ekho Moskvy est récupérée par la radio étatique Spoutnik.

Rien ne pouvait nous sauver

Vendredi, le journaliste a été ajouté à la liste des "agents de l'étranger" par la justice russe, une mesure qui "ne change rien" à sa décision de rester en Russie, assure-t-il.

"Rien ne pouvait nous sauver: la propagande (du Kremlin) doit être totale lors d'opérations de ce genre", analyse Alexeï Venediktov, 66 ans, aisément reconnaissable à sa barbe et ses cheveux blancs hirsutes.

Les derniers médias indépendants de Russie ont été fermés, ont suspendu leurs activités ou se sont sabordés face au durcissement de la répression, avec notamment des peines de prison pour la diffusion d'informations "discréditant" l'armée.

Pour être crédible, un journaliste doit subir la même pression que ses auditeurs

Beaucoup de journalistes ont quitté la Russie. Pas Alexeï Venediktov. "Pour être crédible, un journaliste doit subir la même pression que ses auditeurs, marcher dans les mêmes rues qu'eux", estime ce vétéran de la radio, qui s'est relancé sur YouTube et dispose d'un demi-million d'abonnés.

En ligne, avec ses invités, il passe au crible l'action du pouvoir russe en Ukraine et s'interroge par exemple sur le silence relatif du Kremlin après le naufrage en mer Noire du croiseur Moskva mi-avril.

Ses prises de position lui ont valu fin mars de découvrir une tête de porc devant sa porte et une inscription antisémite en allemand.

Lui ne "changera pas" pour autant. Il s'adresse à "ces 14 millions" de compatriotes qui se disent dans les sondages opposés à l'intervention en Ukraine pour "leur expliquer pourquoi c'est arrivé, et pourquoi cela (leur) fait mal".

L'histoire se répète, selon lui
Il considère aujourd'hui que l'histoire se répète, comparant la situation actuelle à celle des années qui ont précédé la perestroïka sous l'URSS.

"Nous sommes exactement en 1983 (...) avec la guerre en Afghanistan (envahi par l'URSS), les dissidents en prison ou expulsés du pays et le chef du KGB (Iouri) Andropov au Kremlin", énumère-t-il.

Et dans quelques années, "viendra un (Mikhaïl) Gorbatchev...", ajoute-t-il avec un sourire entendu, en référence au dirigeant soviétique qui a libéralisé l'URSS, entraînant la chute du système tout entier.

Avant l'Ukraine déjà, Ekho Moskvy, "radio libre pour les gens libres" selon son slogan, avait été plusieurs fois sur le fil du rasoir.

Mais jusqu'alors, "Poutine disait 'laissez-les travailler'", raconte Alexeï Venediktov qui invoque souvent ses sources haut placées, dont le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, qu'il appelle en plaisantant ses "amis de beuverie".

Pour Poutine, les médias sont un instrument

Il y a 25 ans, "avant son élection", Vladimir Poutine et le journaliste se tutoyaient, se souvient Alexeï Venediktov. Et quelques fois depuis son arrivée au pouvoir en 2000, ils se sont vus.

"Je lui disais en tête-à-tête que l'absence de toute forme de concurrence dans le pays était le problème principal: absolutisme politique, idéologique, économique...", raconte-t-il.

"J'ai aussi été le seul des rédacteurs en chef face à Poutine à critiquer l'arrestation inutile du (principal opposant Alexeï) Navalny" en janvier 2021, cinq mois après un empoisonnement qui a failli le tuer.

Mais "pour Poutine, les médias sont un instrument (...), nous n'avons jamais parlé la même langue", résume Alexeï Venediktov.

Néanmoins, par deux fois, le chef d'Etat lui a demandé son avis sur la place qu'il occupera dans les manuels d'histoire, selon le journaliste: une fois en 2008, après ses deux premiers mandats, puis en 2014, après l'annexion de la Crimée par Moscou.

Aujourd'hui, commente Alexeï Venediktov, qui a enseigné l'histoire pendant 20 ans, "on est au milieu du chapitre et la page n'est pas encore tournée".

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mer 27 Avr 2022 - 19:40

GUERRE EN UKRAINE
ANALYSE
     Von der Leyen annonce une "ère des carburants fossiles russes en Europe bientôt révolue"
Source : L'Echo (via AFP)
VINCENT GEORIS 

     Le géant gazier russe Gazprom a cessé ses livraisons à la Pologne et la Bulgarie
AFP

La Russie a cessé ses livraisons de gaz à la Pologne et la Bulgarie. L'UE fait jouer la solidarité pour approvisionner les deux pays. Cette décision du Kremlin ressemble à un "ballon d'essai" pour tester les Européens.

Le géant gazier Gazprom, contrôlé par l'État russe, a interrompu ce mercredi les livraisons de gaz à la Pologne et la Bulgarie au motif que ces deux pays ont rejeté sa demande de payer en roubles. Il s'agit des représailles les plus dures du Kremlin contre les sanctions européennes et les armes livrées à Kiev suite à l'invasion de l'Ukraine. L'Union européenne (UE) dénonce un "chantage" de la Russie. En recourant à l'arme du gaz, le président russe Poutine abat l'un de ses derniers atouts dans le conflit géopolitique l'opposant à l'Europe.

La réaction sur le marché du gaz ne s'est, d'ailleurs, pas fait attendre ce mercredi, le prix européen du gaz naturel TTF ayant touché les 127,50 euros le mégawattheure (MWh) en séance, avant de redescendre pour clôturer à 108,0 euros le MWh.

"Le Kremlin utilise l'énergie pour essayer de faire du chantage contre nous."
URSULA VON DER LEYEN
PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE
"Le Kremlin utilise l'énergie pour essayer de faire du chantage contre nous", a déclaré mercredi la présidente de la Commission européenne. "Notre réponse sera immédiate, unie et coordonnée", a-t-elle ajouté.

   La Commission a fait jouer la solidarité intraeuropéenne. Grâce à l'interconnexion du réseau gazier européen, les pays voisins de la Pologne et la Bulgarie vont les approvisionner en gaz. L'UE va également accélérer la mise en œuvre de son plan "RepowerEU" visant à réduire sa dépendance au gaz russe de deux tiers avant la fin de cette année. "L'ère des carburants fossiles russes en Europe sera bientôt révolue", a conclu von der Leyen.

    "Je ne comprends vraiment pas Poutine. Sa décision renforce le camp des partisans d'un embargo."
SVEN BISCOP
CONSULTANT À L'INSTITUT ROYAL EGMONT ET PROFESSEUR À L'UNIVERSITÉ DE GAND
Par cette décision, le président russe prend de vitesse une Europe qui songe, de plus en plus, à un embargo sur les hydrocarbures russes. Mais le coup est risqué, et il pourrait signer la fin de la relation énergétique entre l'UE et la Russie. "Je ne comprends pas Poutine. Sa décision renforce le camp des partisans d'un embargo. Chaque fois qu'il a voulu bousculer l'Europe, il l'a unifié", réagit Sven Biscop, conseiller à l'Institut royal Egmont.

Pas de pénurie en Pologne
La Pologne, dépendante à 45% du gaz russe, ne devrait pas être affectée par cette coupure. Varsovie prépare depuis des années son indépendance vis-à-vis du gaz russe, par la construction d'un terminal de gaz naturel liquéfié (GNL) en mer Baltique et un gazoduc en provenance de Norvège.

"Il n’y aura pas de pénurie de gaz dans les foyers polonais", a écrit sur Twitter la ministre polonaise du Climat, Anna Moskwa. La Pologne a également l'intention d'imposer des amendes à la Russie, la rupture unilatérale du contrat gazier pour un tel motif n'étant pas fondée juridiquement.

Pour la Bulgarie, dépendante à 90% du gaz russe, ce sera plus compliqué. Sofia estime que la hausse des températures permettra de tenir, les temps d'activer un gazoduc relié à la Grèce.

Impact limité en Europe
Aucun autre pays européen n'est visé, à cette heure, par une rupture de ses approvisionnements en gaz russe. Une telle décision ne serait pas envisageable avant la prochaine échéance des paiements, prévue à la mi-mai.

Selon l'agence Bloomberg, citant une source proche de Gazprom, dix entreprises européennes auraient l'intention de payer leur gaz en roubles. Si c'était le cas, ces entreprises s'exposeraient à d'éventuelles sanctions. "Si le paiement en roubles n'est pas prévu par le contrat, il s'agit d'une violation des sanctions européennes contre la Russie", a prévenu Ursula von der Leyen. Or, 97% des entreprises européennes paient leurs gaz en dollar ou en euro.

 6% DE GAZ RUSSE
Le gaz russe représente une part de 6% du marché gazier belge.
La Belgique, une plaque tournante pour l'approvisionnement de gaz en Europe, serait peu affectée par une coupure du gaz russe, qui représente environ 6% de son approvisionnement. Selon le cabinet de la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten, rien ne justifie un lancement de la phase d'alerte précoce du plan national d'urgence pour le gaz. Toutefois, le marché belge étant lié au marché européen, le chantage de la Russie a inévitablement un impact sur les prix de l'énergie en Belgique.

Un "ballon d'essai" de Poutine
Après l'échec de son plan d'invasion en Ukraine, le président Poutine s'est lancé dans une deuxième phase militaire visant à contrôler le Donbass et le plus grand nombre possible de villes du sud de l'Ukraine. La livraison d'armes lourdes à l'Ukraine, décidée mardi par 40 pays alliés, pourrait infléchir ses nouveaux plans, ce qui le rend furieux.

"Une coupure totale du gaz russe en Europe serait violente."
ADEL EL GAMMAL
PROFESSEUR DE GÉOPOLITIQUE DE L'ÉNERGIE
"Poutine se sent acculé, avec une large mise au ban de la communauté internationale et un succès militaire très relatif, voire un échec", explique Adel El Gammal, professeur de géopolitique de l'énergie à l'ULB. "Sa décision de couper le gaz est un peu comme un coup de poker. Il se met en rupture de contrat, nuit à sa propre crédibilité. C'est aussi un geste irréversible."

Le choix de couper le gaz dans deux pays seulement peut être vu comme "un ballon d'essai" avant d'autres ruptures d'approvisionnement. Ce qui rend la situation "inquiétante et dangereuse" car l'UE, en dépit de son plan RepowerEU, n'est pas encore prête. "Une coupure totale du gaz russe en Europe serait violente", estime Adel El Gammal.

Sur les 150 milliards de mètres cubes de gaz (bcm) livrés par an par la Russie, l'UE ambitionne d'en remplacer 100 bcm d'ici à la fin de l'année. Pour l'instant, le plan RepowerEU permettrait de remplacer 50 milliards de bcm par du GNL américain et qatari et 10 milliards par du gaz algérien et azéri. L'Europe est également occupée à relever ses stocks. Le reste devra être comblé par de l'efficacité énergétique et le déploiement d'énergies renouvelables.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 7 Mai 2022 - 7:21

INTERVIEW
Mikhaïl Chichkine: "Pour battre l’armée russe, il faut gagner économiquement.  
Si l’armée s’effondre, le pays s’effondre". 
Source : L'Echo

Mikhaïl Chichkine est l’un des plus grands écrivains russes. Il est traduit dans plus de trente langues. Exilé en Suisse depuis 1995, il vit actuellement à Zurich. Farouche opposant à Poutine, il est de passage à Bruxelles dans le cadre des rencontres organisées par Full Circle. Il nous a accordé un entretien exclusif.

Que peut un écrivain quand le monde sombre dans le chaos et la guerre? Quel est encore son rôle?
C’est la grande question. Lorsqu’une guerre débute, les écrivains sont les perdants. Aucun livre ne peut rendre le monde meilleur. La grande littérature allemande n’a pas empêché Auschwitz et la grande littérature russe n’a pas empêché le goulag. La culture est vaine. C’est décourageant... Les soldats de l’armée russe ont lu Pouchkine et Tolstoï, ils ont appris les plus grands poèmes, mais ça n’a rien changé. En revanche, nous aurons besoin de littérature après la guerre. Il y aura eu tellement de haine, de souffrance. Ce sera la seule solution pour surmonter tout ça. Après cette guerre, certains combattants deviendront des écrivains. Il faudra raconter les histoires, aussi bien du côté russe que du côté ukrainien. 

Une démocratie est-elle possible aujourd'hui ou demain en Russie?
Dans l’Histoire, il y a eu deux tentatives pour introduire la démocratie en Russie. Elles ont toutes les deux été des échecs. En 1917, il y a eu une première tentative, qui n’a duré que quelques mois. Et puis, dans les années 1990, cela a duré quelques années, mais avec des difficultés croissantes.

Pour des millions de Russes, la démocratie est juste un mot. Et c’est surtout un synonyme de désordre.
MIKHAÏL CHICHKINE
ÉCRIVAIN RUSSE
      La démocratie existe quand il y a des gens qui connaissent sa valeur, quand ils sont prêts à se battre pour elle. Pour des millions de Russes, la démocratie est juste un mot. Et c’est surtout un synonyme de désordre. Il n’y a pas eu de déstalinisation en Russie et il n’y a pas eu de procès de Nuremberg pour le Parti communiste. Aujourd’hui, l’avenir de la Russie dépend, selon moi, de ce que je nomme la «dépoutinisation».

Les Russes doivent faire leur examen de conscience, reconnaître leur culpabilité et demander pardon. Pour ce faire, il faudra leur montrer la réalité des meurtres et des horreurs commis en Ukraine, de la même manière que certains Allemands ont découvert les méfaits du régime nazi après 1945. La Russie doit faire cet effort pour repartir de zéro. Tant que la culpabilité nationale ne sera pas reconnue, il n'y a aucune chance pour la démocratie en Russie. C’est pourquoi cette Russie fasciste doit être vaincue. Nous devons combattre Poutine comme nous avons combattu Hitler.

Les Ukrainiens peuvent-ils gagner cette guerre?
Ils peuvent gagner la guerre, mais ils ne vont pas tout changer pour autant en Russie. Ce n’est ni les Ukrainiens ni l’Otan qui peuvent réaliser cette «dépoutinisation». Ce sont les Russes. Mais comment? Qui jugera les criminels de guerre, par exemple? Aujourd’hui, tous les Russes sont contraints de soutenir la guerre. Tous les enseignants, tous les fonctionnaires doivent signer un document pour signifier qu’ils soutiennent Poutine et la guerre. Ils collaborent donc tous, d’une manière ou d’une autre. Qui va construire un nouvel État sur cette base? Une démocratie ne peut s’établir sans une masse critique, sans une société civile qui a atteint un certain niveau de maturité. Mais on ne peut pas changer une société en un clin d’œil.

Aujourd’hui, il faut être conscient que 80 % des Russes n’ont jamais quitté la Russie. Le monde moderne est séparé de la plupart des Russes.
MIKHAÏL CHICHKINE
ÉCRIVAIN RUSSE
La propagande du régime rend aussi plus compliquée la possibilité d’un soulèvement populaire...
C’est plus que de la propagande. Je voyais dernièrement une conversation entre un soldat russe, qui avait été fait prisonnier en Ukraine et sa mère. Le soldat expliquait à sa mère que le pouvoir avait menti et qu’il n’y avait pas de fascistes en Ukraine. Sa mère ne le croyait pas: elle lui répétait qu’il était un héros et que tout était la faute des fascistes. Vous voyez, c’est plus profond que de la propagande. C’est une tragédie pour toute la nation. 

Dans quel état se trouve la société russe?
Il y a deux types de Russes. Ils partagent un même pays, mais ils sont mentalement différents. J’appartiens à la première catégorie: ceux qui croient aux valeurs européennes et qui considèrent que si le pays se trompe, il faut cesser de le soutenir. Hélas, la plus grande partie de la population russe vit toujours comme au Moyen Âge. Ils vivent comme s’ils étaient une tribu. Ils décident ce qui est bon et mauvais et estiment que le groupe a toujours raison.

Aujourd’hui, il faut être conscient que 80 % des Russes n’ont jamais quitté la Russie. Le monde moderne est séparé de la plupart des Russes. 
    La Russie n’a notamment pas connu le passage de la domination de la conscience collective à la valorisation de l’individu. C’est le drame actuel: seul un petit nombre de Russes veulent vivre dans une société démocratique. La majorité de la population préfère se soumettre à un dictateur et accepter ce mode de vie patrimonial et archaïque.

Estimez-vous qu’il y a eu un aveuglement de l’Occident à l’égard de Poutine depuis des années?
Avant cette guerre, chaque fois que je prenais un taxi, dans n’importe quel endroit du monde, le taximan me disait que Poutine était un bon leader. J’ai toujours été stupéfait par cette réaction. Le problème est que chacun projette sa propre idée de Poutine sur le personnage. Pour certains, il est le seul qui peut se battre contre l’Amérique, par exemple. Pour Brigitte Bardot, il était le seul à avoir interdit le commerce de peau de phoque, etc. En réalité, le vrai Poutine est un meurtrier depuis le début. Il a démarré sa carrière en lançant une guerre avec la Tchétchénie. Il a introduit l’esprit stalinien dans le régime politique russe.
 
       La menace nucléaire est brandie par la Russie. Une provocation de plus ou un réel danger, selon vous?
Qui sait? En Russie, il y a une question éternelle: le tsar est-il vrai ou faux? Seules les victoires ou les défaites peuvent le prouver. Aux yeux des Russes, Staline était un vrai tsar, par exemple, car il a gagné la Seconde Guerre mondiale. En revanche, Gorbatchev a perdu la guerre en Afghanistan et a perdu, d'une certaine façon, la guerre froide. Pour les Russes, Gorbatchev était donc un faux tsar. Les gens continuent d’ailleurs aujourd'hui de le détester. Jusqu’ici Poutine était légitime, notamment parce qu’il a réalisé l’annexion de la Crimée. Mais maintenant, il est en train de perdre la guerre... Cela pourrait indiquer à certains qu’il n’est pas un vrai tsar.

Si nous avions aujourd'hui des élections libres, ce n’est pas Navalny qui serait élu, mais l'ancien militaire Girkin.
MIKHAÏL CHICHKINE
ÉCRIVAIN RUSSE
Vous voulez dire que le renversement de Poutine ne serait pas réalisé par ceux qui défendent la démocratie, mais par des ultra-nationalistes?
Oui. En Russie, il n’y a pas que l’opposition démocratique, mais il y a aussi une opposition patriotique. Par exemple, l'ancien militaire Igor Girkin, qui est aujourd'hui dans l’opposition, est très populaire. Sur Telegram, il a un nombre très important de followers. Pour lui, Poutine est un traitre, car il aurait dû détruire l’Ukraine en 2014. De son point de vue, Poutine est donc un faux tsar. La «dépoutinisation» pourrait donc être menée par un autre Poutine car l'impulsion démocratique en Russie n’est pas suffisamment forte. Si nous avions aujourd'hui des élections libres, ce n’est pas Navalny qui serait élu, mais Girkin. Pour la population, Navalny est un traitre tandis que Girkin est un héros. Et si Girkin était élu, il détruirait Ukraine.

C’est en recourant à des sanctions économiques contre la Russie que l’Europe peut stopper cette guerre?
La Russie est dans l’état économique de l’Allemagne en 1944, c’est-à-dire au bord du gouffre. Elle ne produit rien. Au lieu d’investir dans le pays, les oligarques ont placé leur argent dans les clubs de foot, les bateaux et les villas. Pour battre l’armée russe, il faut gagner économiquement. Si l’armée s’effondre, le pays s’effondre également, car le seul pouvoir en Russie est le pouvoir militaire. Sans victoire, les soldats russes ne seront plus motivés. Ils vont refuser de se battre. C’est déjà le cas, d’ailleurs.

Mais vous y croyez? Vous semblez pessimiste…
Je suis optimiste pour l’avenir de l’Ukraine, mais je suis pessimiste en ce qui concerne l’avenir de la Russie. En 1991, j’étais très optimiste. À cette époque, j’étais un jeune enseignant. J’ai défendu la démocratie dans la rue. À ma grande surprise, j’ai rencontré mes élèves. C’était un temps d’espoir merveilleux. Tout ça est terminé maintenant. 

Mais justement, la jeunesse russe ne représente-t-elle pas l’espoir de changement? Les jeunes n’ont-ils pas les moyens de contourner les mesures de contrôle prises par le gouvernement, de s’informer d’une manière ou d’une autre?
C’est très compliqué. Je pense que les jeunes, s’ils le peuvent, vont fuir. Ils le font déjà.

Et vous? Souhaitez-vous encore rentrer en Russie?
Je veux retourner en Russie, mais dans quelle Russie? La dernière fois où j’y suis allé, c’était en 2014, lors d'une un festival de littérature. La guerre venait d'éclater et, pourtant, personne n’en parlait. Ce silence était humiliant. C’est pourquoi les artistes quittent la Russie. La culture russe se trouve aujourd'hui à l'étranger.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Sam 7 Mai 2022 - 11:57

Je suis d'accord avec l'analyse de cet écrivain, le salut viendra de l'intérieur de la Russie et passera par l'opinion publique, après bien sûr la mise en place de quelque chose qui pourrait ressembler à un coup d'état au moment opportun = quand les climats économique et militaire seront affaiblis.
Bien vu aussi son opinion qui sonne juste quant au fait que la Russie n'ait pas été déstalinisée et se trouve soutenue par son peuple de façon... endoctr...innée = tant que ça durera...

[parenthèse ON]
Oui aussi au fait que l'après Poutine passera probablement par des caps similaires que l'Allemagne à vécue après 1945, ce qui laisse présager des temps très très durs pour ce pays... (et nous on va pas se marrer non plus car notre tête à claques national va nous étriller encore davantage tout en se faisant à nouveau passer pour notre sauveur (la bastille me manque... Rolling Eyes ), mais l'espoir d'un apaisement soutenu économiquement par le bloc de l'ouest serait à souhaiter pour remettre ce pays sur les rails, ce qui, du reste rejoindrait le programme de Marine Lepen et... accessoirement de ce qu'à fait Macron déjà, alors qu'il a vivement critiqué marine pour son orientation pro-Russe à de nombreuses reprises.
Ca ne le dérange pas non plus de la critiquer sur le financement de sa campagne alors qu'il n'y a pas si longtemps, Sarko a utilisé un généreux (mais sale car issu d'une dictature) don de 50 millions d'euros provenant de Tripoli pour sa campagne. Et curieusement, dans la finalité (raccourci), la France sous l'égide de Sarko utilise ses moyens militaires pour stopper la fuite de Khadafi (drones, etc...), donnant lieu à sa capture/"traitements de faveur" par la vindicte populaire sous les "Allah akbar" d'une foule de fanatiques en délire. La suite idoine on la connait... C'était mérité diront certains eu égard au profit du guide, mais la fin justifie les moyens apparemment.
[parenthèse OFF]
Merci pour ce partage Wink
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Mer 11 Mai 2022 - 8:11

Quelles conclusions Poutine tirera-t-il des erreurs commises?
Revue de presse du magazine allemand Der Spiegel.

Le 9 mai 2022, quelle célébration cela aurait dû être! Imaginez : Vladimir Poutine, rassembleur des terres russes, saluant les troupes victorieuses de retour sur la Place Rouge, l'Ukraine brisée en tant que pays et son gouvernement en exil.

C'est probablement ce que Poutine espérait. Mais la réalité s'est avérée assez différente. Deux mois et demi après l'invasion de l'Ukraine, les forces armées russes ne sont plus la puissance redoutée qu'elles étaient autrefois. Mal dirigées, mal approvisionnées, mal motivées et mal équipées, elles ont échoué face à un ennemi que l'on pensait beaucoup plus faible. Et ce qui avait été prévu comme une guerre éclair s'est transformé en un dur labeur, une guerre d'usure.

La question est maintenant de savoir quelles conclusions Poutine tirera des erreurs et des défaites de ces derniers mois. Si la fiction d'une "opération spéciale" militaire rapide en Ukraine a échoué, va-t-il maintenant préparer son peuple à une véritable guerre?

Poutine pense que la lutte avec l'Occident est impossible à éviter ou même à reporter, qu'elle a été imposée par l'adversaire. Il ne voit pas d'alternative. Soit la Russie liquide l'Ukraine en tant qu'anti-Russie, soit la Russie cesse d'exister.
L'armée russe a besoin de plus de soldats, c'est une évidence. Sans une mobilisation nationale, estime Michael Kofman, expert de la Russie au Center for Naval Analyses, un groupe de réflexion de la marine américaine, pour qui « le potentiel offensif de la Russie sera épuisé par la campagne dans le Donbas. Dans l'état actuel des choses, ce sera leur dernière grande offensive".

Mais la mobilisation comporte également des risques inhérents. L'approbation publique de la guerre en Russie pourrait s'effondrer si la guerre s'étend au-delà de ce que les gens voient à la télévision et si davantage de familles doivent pleurer des victimes.

Qui plus est, appeler à la mobilisation impliquerait désormais de requalifier en guerre son "opération militaire spéciale" sur le territoire ukrainien.

    "Poutine croit vraiment qu'il ne s'agit pas d'une guerre avec l'Ukraine. Une mobilisation générale est fondamentalement en contradiction avec la façon dont il voit les actions de la Russie", explique le politologue Tatyana Stanovaya.  
      "À ses yeux, l'opération est dirigée contre un régime ukrainien et une élite corrompue enrôlée par l'Occident et agissant contre son propre peuple. Elle ne vise pas à conquérir un territoire." Selon elle, Poutine veut aider les Ukrainiens à construire un État indépendant de l'Occident. "C'est ridicule, mais c'est sa réalité".

     Poutine ne voit pas d'erreurs de sa part. À ses yeux, l'Occident a fait de l'Ukraine un État ennemi artificiel, une "anti-Russie". Poutine pense que la lutte avec l'Occident est impossible à éviter ou même à reporter, qu'elle a été imposée par l'adversaire. "Il ne voit pas d'alternative. Soit la Russie liquide l'Ukraine en tant qu'"anti-Russie", soit la Russie cesse d'exister", explique Stanovaya.

Cette analyse, publiée dans Der Spiegel, a été traduite et résumée par nos soins.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 21 Mai 2022 - 11:50

L'UE accuse la Russie d'être responsable d'une crise alimentaire imminente.


La saison des récoltes va commencer en Ukraine, alors que la guerre se poursuit.
VINCENT GEORIS. L'Echo

La guerre menée par la Russie en Ukraine menace l'approvisionnement alimentaire mondial, selon l'UE. La crise est imminente, et les pays à faibles revenus sont les plus concernés.

Dans quelques jours, les Ukrainiens commenceront à récolter le blé d'hiver, alors que la guerre déclenchée par la Russie menace de durer. Pour les cultivateurs, comme pour les pays dépendant de leur blé, ce sera l'heure de vérité.

L'Ukraine ne devrait pas récolter plus de 50% de sa production annuelle. Une crise alimentaire majeure arrive et pour l'UE, la Russie en est responsable. Les ministres européens du Développement étaient réunis vendredi à Bruxelles pour coordonner leur réaction.

"Les troupes russes larguent des bombes sur les champs ukrainiens, la récolte est impossible, les stocks alimentaires sont pillés, les aéroports sont bloqués."
JOSEP BORRELL
HAUT REPRÉSENTANT DE L'UE AUX AFFAIRES ÉTRANGÈRES
"Les troupes russes larguent des bombes sur les champs ukrainiens, la récolte est impossible, les stocks alimentaires sont pillés, les aéroports sont bloqués", a dénoncé le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. "Il en résulte que les prix des denrées alimentaires et des fertilisants ont augmenté de manière considérable dans le monde entier."

Grenier à blé du monde
Composée pour moitié de terre noire (tchernoziom), un sol très fertile, l'Ukraine est devenue le grenier à blé du monde. Un rôle qu'elle ne devrait pas être en mesure de remplir cette année.

Selon l'UE, la moitié des cultures d'hiver d'orge et de plus de 60% des céréales se trouvent dans des zones menacées. "30% des zones enclavées ne seront pas récoltées ou replantées au printemps, cela donne une idée de l'ampleur des dégâts", a ajouté Borrell. Un tiers des champs aurait été miné.

L'UE devrait accroître son aide aux pays menacés, notamment lors des conférences de donateurs, ont indiqué les ministres. Mais l'effort sera limité par le carcan budgétaire.

Le marché alimentaire était déjà mal en point, mais depuis l'invasion russe, la crise est exacerbée. Selon l'Onu, le nombre de personnes en insécurité alimentaire aiguë a doublé, passant de 135 millions en 2020 à 276 millions aujourd'hui.

Blocus maritime
Plus de 20 millions de tonnes de céréales sont bloquées dans des silos ukrainiens. Les navires attendent dans les ports pour les exporter, mais la marine russe a organisé un blocus.

"Nous travaillons à une solution pour transporter ces céréales par train vers les côtes de pays européens d'où elles seront exportées", a indiqué Borrell.

20 millions TONNES DE CÉRÉALES
Plus de 20 millions de tonnes de céréales sont bloquées dans des silos ukrainiens en raison de la guerre 

Désinformation
"La Russie se livre à une propagande pour tenter de faire croire que la famine serait provoquée par les sanctions européennes."
JOSEP BORRELL
HAUT REPRÉSENTANT DE L'UE AUX AFFAIRES EUROPÉENNES
La crise alimentaire devrait frapper l'Afrique et l'Asie, les plus dépendantes des céréales ukrainiennes. L'Europe, davantage autosuffisante, ne sera pas directement touchée, mais elle sera affectée par les famines dans les pays voisins.

Comble du cynisme, "la Russie se livre à de la désinformation pour faire croire que la crise alimentaire est due aux sanctions. Or, ces sanctions ne visent en rien les produits alimentaires", a martelé Borrell.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Sam 21 Mai 2022 - 12:14

Beaucoup de gens, proportionnellement à l'éloignement du conflit/théâtre d'opération, sont relativement "insensibles" à ce qui se passe sur place en Ukraine et seuls les quelques répercussions sur notre mode de vie comptent, surenchérissant sur une problématique économique grandissante : "zut il n'y a plus de moutarde dans les rayons" (pénurie !) ou "le carburant a encore augmenté".

Néanmoins, une bonne portion de la population s'est pourtant prise de sympathie pour les Ukrainiens (ce peuple résistant qui encaisse et tient le coup face à un envahisseur plus imposant et ne jouant pas dans les normes) et une autre a probablement une opinion différente, mais une chose est sûre, le conflit aura des répercussions importantes dans le monde entier et particulièrement dans nos pays dit "civilisés".
L'indépendance énergétique par exemple, est un sujet de plus en plus d'actualité que le gouvernement actuel tient particulièrement à mettre en oeuvre pour plusieurs raisons, ce qui va créer d'une part une brèche dans le système, une jurisprudence, ainsi qu'un exemple pour les autres pays, le tout accompagné de nouvelles contraintes dont on a pas fini de parler.

La crise COVID est passée à l'heure actuelle au second plan, mais il se peut qu'elle rejaillisse dans les mois qui viennent, nous obligeant à revenir quelques pas en arrière sur le plan des libertés et des contraintes

Il reste à espérer que du coté Russe, les choses évoluent afin de destituer le pouvoir en place sans pour autant le donner à la mafia, ce qui serait reculer pour mieux sauter. Nous n'en sommes pas encore là et d'autres possibilités existent et malheureusement pas des plus réjouissantes

Tout ça pour dire que si nous ne sommes pas en Ukraine pour autant ou que si nous ne nous sentons pas complètement concernés (je ne jette absolument pas la pierre), l'existence même de ce conflit va bien au delà de nos simples préoccupations personnelles existentielles car si Vladimir parvient à ses fins, il ne s'arrêtera pas là et annexera autant de pays que possible afin de faire blocus à l'ouest et "restaurer la grandeur de la Russie".
Historiquement, cela peut déboucher sur une guerre ou au mieux, sur une crise mondiale sans précédent, ou certains pays feront leur choix politique, ce qui risque fort de redéfinir pour le moins les enjeux et les pôles de forces militaires et économiques.

A mon sens, la diplomatie est à privilégier tant qu'il sera possible de le faire et c'est à ce moment là que nous aurons échoué et que les faits démontreront les faiblesses de notre mode de vie. Espérons que nous n'en arriverons pas là...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Zelensky doit se renouveler

Message  Luc Sam 18 Juin 2022 - 22:21

Il faut que Zelensky se renouvelle
Interview de Régis Genté (L’Echo). 18/06/22
Journaliste indépendant, Régis Genté est installé depuis plus de dix ans à Tbilissi, capitale de la Géorgie. Il couvre l'actualité du Caucase et de l'Asie centrale pour différents médias. Avec son confrère Stéphane Siohan, il signe un ouvrage au sujet du président ukrainien Volodymyr Zelensky.
Comment situez-vous la figure de Zelensky dans l’histoire politique?
Zelensky est sans doute un cas unique dans l’histoire politique. Des gens qui ont joué leur rôle au cinéma et qui ensuite le jouent dans la réalité, c'est totalement inédit. Il est à la pointe de la modernité politique, notamment parce qu’il a compris l’importance de la communication, de l’image. Mais ce n’est pas tout: il adopte aussi un populisme original. Il n’a pas de colonne vertébrale idéologique. Au moment de sa campagne, il citait comme modèles à la fois Macron et Bolsonaro. Il est très flexible. À travers la série qu’il a créée, il a mis en scène un président qui se met au service de son peuple. À la différence d’autres populistes, il ne veut pas manipuler le peuple, il veut le suivre. Son populisme n’est donc pas forcément manipulateur. Il ne veut pas emmener son peuple quelque part, mais plutôt suivre son aspiration. C’est ce qui le rend particulièrement efficace durant cette guerre.
Zelensky n’a-t-il pas, ces derniers temps, cédé à une certaine surenchère médiatique?
Oui, effectivement, on a l’impression que c’est un peu "too much" et parfois un peu "cheap". Il semble de plus en plus utiliser une espèce de recette. Et quand on utilise des recettes, on fait de la mauvaise communication.
Mais en même temps, il est confronté une situation complexe: aujourd’hui, il est clair que les grandes puissances rêvent que l’Ukraine fasse des concessions. Elles voudraient que l’Ukraine accepte un compromis entre la victoire et la défaite, comme en 2014, tout en sachant que l’objectif de Moscou reste Kiev. Les petits pays viennent entraver les intérêts des grandes puissances, bousculer les agendas. Quand on est un petit pays, on doit se battre en permanence pour exister. Si on se tait, on n’existe plus. Zelensky est parfaitement conscient qu’il ne faut pas se faire oublier.

Le temps joue donc contre lui?

Absolument. Plus ça dure, plus ça va être compliqué pour lui. Plus il risque de faire des erreurs.

Est-ce que son discours doit évoluer, selon vous?

Il a un peu de mal à se renouveler depuis quelques jours.
Pourtant, il va falloir qu’il le fasse. Toute sa carrière, il a écrit des scénarios. Il a un vrai talent pour toucher les esprits. Mais comment continuer à mobiliser les opinions publiques étrangères? Il faut que Zelensky se renouvelle. 

C’est donc plus un communicant qu’un chef de guerre?

Oui, très clairement.
Même s’il est habillé en kaki, il ne cherche pas à s’afficher comme un chef de guerre. Il fait ce qu’il sait faire. Il dit lui-même qu’il est un faiseur d’images et un producteur de messages. L’armée ukrainienne fonctionne d’ailleurs de manière plutôt autonome.

Comment Zelensky est-il perçu dans les ex-pays de l’Union soviétique ?

Pour répondre à cette question, il faut distinguer la population et le pouvoir dans l’ancien espace soviétique.
Les populations des ex-pays soviétiques voient en Zelensky une espèce de héros. Il est perçu comme un dirigeant qui résiste à la Russie. En Géorgie, par exemple, on estime que si la Russie gagne en Ukraine, le pays est le prochain sur la liste. Du côté du pouvoir, c’est plus ambigu. C’est un oligarque pro-russe qui est au pouvoir en Géorgie. Il ménage donc Moscou. 

Vous évoquez notamment les rapports ambigus entre Zelensky et l'oligarchie ukrainienne. Cette dernière semble très discrète durant ce conflit… Pourquoi?

Elle est, en effet, très discrète dans le contexte de la guerre. C’est assez curieux. L'oligarchie, en Ukraine, n’est pas nécessairement négative, puisqu'elle a engendré notamment un pluralisme étant donné que chaque grand oligarque possède son média.

Au début de son mandat, Zelensky prétendait vouloir en finir avec les oligarques, mais c’est un oligarque qui l’a aidé à arriver au pouvoir... On a vu qu’il a été amené à faire des compromis très dommageables. À l’heure actuelle, les oligarques ukrainiens contribuent peu à la guerre. Cela aura probablement des conséquences par la suite: après guerre, ils ne seront pas en position de réclamer des choses et la population, qui a fait de très grands sacrifices, aura son mot à dire. Pour autant, je ne pense pas que cette oligarchie sera détruite. Il est très rare qu’une oligarchie soit détruite, car détruire un oligarque, c’est déstabiliser l’économie. Mais il est possible que, à la suite de la guerre, la nature de l’oligarchie ukrainienne change. 

Comment Zelensky est-il perçu actuellement en Russie?

Pendant tout un temps, les Russes ont essayé de le salir, en le traitant de cocaïnomane, en soulignant l’influence du nazisme sur le pouvoir ukrainien.
Ils ont produit un discours très alambiqué et complètement faux. Mais il faut remonter dans le temps pour comprendre comment la figure de Zelensky a déstabilisé le pouvoir russe. En 2019, Poutine, qui voulait mettre en œuvre les accords de Minsk, croyait rencontrer un clown. Mais Zelensky lui a tenu tête et a refusé. Il estimait que le peuple devait décider par référendum et non sous la contrainte de se rattacher à la Russie. Le Kremlin, peu habitué à la démocratie, a compris à ce moment-là que Zelensky avait été élu par la population et a sans doute pris la mesure de la force de ce système.

Le problème du conflit ukrainien dépasse donc complètement la figure de Zelensky?

Le problème ukrainien dépasse Zelensky, et même l’Ukraine. C’est un problème dans l’imaginaire géopolitique russe. C’est un enjeu de perception identitaire pour la Russie. 

Le pouvoir russe vous semble-t-il fragilisé?

Oui, mais ça ne veut pas dire qu’il va tomber.
Beaucoup de gens au plus haut niveau du pouvoir sont opposés à Poutine. Dans la sphère des affaires aussi, y compris de proches de Poutine. En Russie, les gens qui brassent de l’argent sont mécontents. Ça vaut également pour les magnats du pétrole. Certains seraient certainement heureux de voir Poutine tomber afin de pouvoir mettre leur baril sur le marché. Mais en même temps, pour l'instant, le régime tient le coup.

Le nouveau paquet de sanctions peut-il porter ses fruits? Jusqu'ici les sanctions, qu'on annonçait dévastatrices, semblent avoir eu peu d'effets...

Personne n'imaginait, je pense, que les sanctions allaient donner des effets immédiats.
Mais le fait que les Russes décident de ne pas surenchérir dans l’escalade avec l’Otan ou de ne pas aller à Kiev est peut-être un effet collatéral des sanctions. On voit qu’il y a des bouleversements dans l’élite russe, des mouvements dans les sociétés pétrolières notamment. Le numéro deux de Lukoil a préconisé une baisse de production de 30%. La Russie vend actuellement son pétrole à l'Inde au rabais. Moins la demande sera forte, plus l’Inde et la Chine vont être en mesure de demander des diminutions de prix. Les sanctions ne vont pas faire que la guerre s’arrête, mais elles peuvent changer la donne.

Comment la relation entre la Russie et la Chine peut-elle évoluer selon vous?

Il n'y a pas d’alliance possible entre les deux pays, mais un partenariat tactique peut se mettre en place. Un des grands enjeux derrière ce conflit, c’est l’avenir de la gouvernance du monde.
Est-ce que les régimes dictatoriaux peuvent dicter leur loi et imposer leur gouvernance au monde? Avec cette guerre, le message envoyé à l'Occident est limpide: les dictatures veulent qu’on les laisse tranquilles. En même temps, l’Ukraine était un pays important pour la Chine. Les Chinois ne sont donc pas forcément heureux de voir le pays détruit. Mais les Russes fatiguent les États-Unis, ce qui ne déplait pas à la Chine... En fait, la Chine est en train de  prendre des notes. Elle prend la mesure de la réaction que l’Occident oppose à la Russie. Les Chinois sont en train de voir concrètement ce qu’il va se passer s’ils attaquent Taiwan.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty La Russie a déjà perdu la guerre !

Message  Luc Sam 18 Juin 2022 - 22:32

La Russie a déjà perdu la guerre !
Par Ian BREMMER, Président d’Eurasia Group et GZERO Media et auteur de Us vs. Them: The Failure of Globalism.
Dans une perspective de plus long terme, la Russie a déjà perdu la guerre et le monde se souviendra de la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine comme de l’une des pires erreurs commises par un leader d’une grande puissance depuis des décennies.
La Russie continue à gagner du terrain en Ukraine, en particulier dans la région du Donbass, où les combats sont aujourd’hui les plus intenses. Le président russe Vladimir Poutine peut et souhaite infliger d’autres dommages et, même si son armée n’est pas suffisamment forte pour renverser le gouvernement Zelensky et l’ensemble du pays comme il l’avait espéré, il croit dur comme fer que l’Ukraine ne réussira pas à éjecter ses troupes des territoires qu’elles ont déjà conquis. Il sait également que la hausse mondiale des prix de l’alimentation et de l’énergie qu’il a provoquée est une forme de test des limites que l’Occident acceptera de s’imposer pour continuer à soutenir l’Ukraine comme il le fait actuellement.
Mais dans une perspective de plus long terme, la Russie a déjà perdu la guerre et le monde se souviendra de la décision de Poutine d’envahir l’Ukraine comme de l’une des pires erreurs commises par un leader d’une grande puissance depuis des décennies.

Ambitions au-delà de l'Ukraine

Qu’espérait Poutine avec cette invasion? Il a déclaré avoir pour objectif de "dénazifier et démilitariser" l’Ukraine. Par "dénazification", il entendait l’élimination de tout gouvernement ukrainien préférant nouer des relations plus fortes avec l’Europe qu’avec la Russie. Par "démilitarisation", il signifiait qu’il voulait retirer à l’Ukraine toute possibilité future de remettre en question la domination russe, quel que soit le gouvernement à Kiev.
Son ambition s’étendait bien au-delà de l’Ukraine. Il souhaitait également démontrer aux États-Unis et à l’Europe que la Russie doit être traitée comme une grande puissance capable de définir sa propre sphère d’influence. Il voulait montrer que les puissances occidentales sont faibles et divisées. Il espérait également renforcer sa position auprès de la population russe, comme lors de la prise et de l’annexion de la Crimée en 2014.
Qu’a-t-il obtenu?
Poutine a montré que la Russie était une puissance délirante et dangereuse souhaitant redessiner l’architecture sécuritaire de l’Europe et redéfinir les frontières d’une démocratie voisine par la force brutale et un torrent de mensonges quant à ses motivations. Il a montré qu’il n’avait aucune idée de ce pour quoi les Ukrainiens étaient prêts à se battre ni de la façon dont l’Occident réagirait à une agression à grande échelle non justifiée.
Il a infligé des traumatismes générationnels à sa propre armée. La Russie a perdu plus d’hommes en 100 jours de guerre en Ukraine que pendant les dix années de conflit en Afghanistan. De nombreux tanks et autres armes lourdes ont été détruits. Les réserves d’artillerie ont fondu. Les contrôles américains sur les exportations de pièces de rechange vers la Russie continueront à saper les efforts russes pour reconstituer leurs stocks. Il a aussi donné au reste du monde une vue imprenable sur les capacités, les limites et les vulnérabilités russes. Il a aussi infligé d’importants dommages au moral de troupes mal équipées pour la mission que leur chef avait en tête.

L'Otan plus forte que jamais

Poutine a donné à l’Europe et aux États-Unis le sentiment d’un objectif commun sans précédent depuis la fin de la Guerre Froide. Il a rappelé à de nombreux Européens pourquoi l’aide américaine est si précieuse et montré aux Américains que les Européens sont prêts à faire des choix et des sacrifices douloureux pour défendre les valeurs occidentales. Il a élargi l’Otan, malgré les objections du président turc Erdogan, et multiplié par deux la longueur de la frontière entre la Russie et les pays de l’OTAN en convainquant la Finlande et la Suède qu’elles étaient davantage en sécurité au sein de l’alliance qu’en dehors. Au Danemark, pourtant plutôt eurosceptique, deux tiers des électeurs ont voté pour resserrer les liens de défense avec l’Union européenne.
Il a imposé à l’économie russe des sanctions américaines et européennes qui ne devraient pas être levées tant que Poutine sera au pouvoir. Il a provoqué des pénuries de pièces de rechange critiques pour l’industrie manufacturière russe. Il s’est rendu vulnérable aux critiques des Russes qui détestent l’isolement international auquel ils s’attendent, mais aussi de ceux qui estiment qu’il a mal géré une guerre que la Russie aurait pu facilement gagner. Il a convaincu l’Union européenne de réduire drastiquement ses importations d’énergie russe, une source de revenus vitale pour le gouvernement de Poutine. Il a prouvé aux leaders européens qu’ils avaient intérêt à augmenter leurs budgets de défense. Toutes ces mesures étaient impensables avant que la Russie ne commence à amasser des troupes le long de la frontière ukrainienne.
Poutine a également rendu son pays très dépendant du bon vouloir (cependant limité) de la Chine. Le processus consistant à détourner des volumes importants de gaz et de pétrole de l’Europe vers l’Asie exigera beaucoup de temps et d’argent et, avec la réduction du nombre de clients, la Russie sera obligée de brader sa production.
En échange, Poutine pourrait prendre le contrôle de la région du Donbass et d’une partie plus importante du littoral de la mer Noire pour relier ce territoire à la Crimée, aujourd’hui sous contrôle russe.
Bien entendu, la Russie n’est pas totalement isolée. Dans toutes les parties du monde, on trouve encore des populations et des gouvernements considérant les États-Unis comme une plus grande menace que la Russie pour la paix dans le monde et le partage des richesses. De nombreux gouvernements continueront à acheter des matières premières et des armes russes, d’autant que les prix seront nécessairement cassés.
Mais le pire de tous ces dommages auto-infligés est irréversible tant que Poutine sera au pouvoir. C’est pourquoi, même si les combats en Ukraine se prolongent pendant des mois, voire des années, Poutine a déjà perdu cette guerre.
Par Ian Bremmer, président de l’Eurasia Groupe et de GZERO Media et auteur de The Power of Crisis.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty La fin de Poutine approche

Message  Luc Ven 23 Sep 2022 - 12:09

La Russie voit son statut de grande puissance vaciller
Revue de presse – The Wall Street Journal
La Russie ne doit son statut de grande puissance ni à son poids économique (qui ne dépasse pas celui de l’Italie) ni au rayonnement de sa culture populaire et encore moins à ses réalisations technologiques et scientifiques récentes. Son pouvoir d’influence international repose exclusivement sur sa puissance militaire, en termes d’armements conventionnels et nucléaires.
Or, les défaites militaires récentes de la Russie, infligées qui plus est par un pays qu’elle n’a jamais considéré comme un adversaire sérieux, remettent en question la vision qu’elle a d’elle-même et de son rôle dans le monde. Elle ne peut nier que sa réputation en a pris un sacré coup.
Les pertes subies en Ukraine amènent également ses partenaires, alliés et clients à réévaluer leurs relations. Au piètre leadership du commandement militaire russe s’ajoute la faible efficacité de son armement face à l’arsenal occidental déployé par son adversaire. Les acheteurs d’armes russes observent, consternés, comment les missiles Himars américains détruisent méthodiquement leurs cibles militaires, faisant fi de la défense antiaérienne adverse. Lorsque l’armée américaine avait aisément neutralisé l’armement russe de l’Irak lors des deux guerres du Golfe, Moscou avait invoqué le mauvais entrainement et la faible organisation des troupes de Saddam Hussein. À présent, l’équipement russe est opéré par des soldats, pilotes et marins russes. Et le résultat, désastreux, n’est pas différent. Personne ne s’étonnera ainsi que la Turquie vient de décider de ne pas acheter à la Russie un autre système S-400 de défense antiaérienne. Ni que l’Inde et les Philippines ont annulé des contrats majeurs de fourniture d’hélicoptères militaires russes.
Et cette perte d’influence produit également ses effets au-delà la sphère militaire. Le géant chinois des télécoms Huawei a arrêté de vendre ses produits en Russie, qui se voit ainsi privée de technologies clés. Aucune entreprise chinoise ne s’est empressée de combler le vide provoqué par le départ des entreprises occidentales en Russie.
Un tel spectacle de faiblesse peut s’avérer fatal pour le régime de Vladimir Poutine. Le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev a été renversé parce que l’appareil communiste considérait qu’il avait fait trop de concessions aux Américains lors de la crise des missiles à Cuba en 1962. «Tout dirigeant est fort tant qu’il est perçu comme tel. S’il se montre faible, des challengers apparaissent», soulignait récemment le ministre letton des Affaires étrangères, Edgars Rinkevics.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty L’ONU et le CPI envoient nouveaux enquêteurs en Ukraine

Message  Luc Ven 23 Sep 2022 - 12:20

Voir aussi le post précédent.
Le résumé
§  Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est apparu isolé lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacré à l'impunité des crimes de guerre en Ukraine.
§  Le Secrétaire général de l'ONU a dénoncé "les actes de cruauté" commis contre les civils ukrainiens. Le procureur de la CPI, Karim Khan, a annoncé l'envoi de nouveaux enquêteurs en Ukraine.
§  Les ministres des Affaires étrangères européens, réunis en marge de l'AG de l'ONU, vont étudier un nouveau paquet de sanctions contre la Russie.


Article (L'Echo - 23/09/22)
La Russie a défendu sa guerre contre l'Ukraine, lors d'une réunion du Conseil de sécurité. La plupart des autres membres de l'organe exécutif de l'ONU ont appelé Moscou à rendre des comptes.
§  L'impunité des crimes de guerre commis en Ukraine était au cœur d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, ce jeudi, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. La grande majorité des membres de l'organe exécutif de l'ONU ont mis l'accent sur la responsabilité de la Russie. La Chine, plus nuancée mais prenant tout de même ses distances avec Moscou, a insisté sur le respect de la souveraineté territoriale de tous les pays, faisant allusion à l'Ukraine.
§  Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a défendu la guerre menée par son pays, mais il était absent lors des autres prises de parole. Aucune décision n'a pu être prise à cette vingtième réunion du Conseil de sécurité sur l'Ukraine, comme lors des précédentes, la Russie imposant son veto.
Dès l'entame des débats, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé à enquêter sur "les actes de cruautés" commises contre la population ukrainienne par les forces russes. Des actes répertoriés dans les rapports des services de l'ONU ayant enquêté en Ukraine. "Ces rapports sont une longue liste d'actes cruels: exécutions sommaires, violence sexuelle, torture et autres traitements inhumains et dégradants contre les civils et les prisonniers de guerre", a dénoncé Antonio Guterres. "Les auteurs de ces actes devront rendre des comptes. Les victimes et leurs familles ont droit à la justice et à la réparation", a-t-il insisté.
Le Secrétaire général a déploré la situation de la centrale nucléaire de Zaporijia, estimant que "le monde ne peut se permettre de nouvelle catastrophe nucléaire".

Rendre des comptes

Pour le secrétaire d'État américain, Anthony Blinken, Vladimir Poutine devra rendre des comptes. "On ne peut pas laisser Poutine s'en tirer comme ça", a-t-il dit. "Dites au président Poutine d'arrêter ces horreurs qu'il a déclenchées", a-t-il lancé à l'adresse de la délégation russe.
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wan Yi a lancé un appel "au dialogue et à la paix". "La souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées et les préoccupations raisonnables de sécurité de tous les pays doivent être prises au sérieux", a-t-il dit.

"Coup d'État néonazi"

Pour justifier la guerre en Ukraine, Sergueï Lavrov, apparaissant isolé, a dénoncé "des forces radicales clairement russophobes et néonazies" qui seraient "arrivées au pouvoir en Ukraine par un coup d'État armé avec l'appui de l'Ouest".
Le ministre russe a accusé le régime ukrainien de "mobiliser tous les adultes, y compris les femmes" et de "saboter" les accords de Minsk. "Les responsables ukrainiens, fidèles à leur nature nazie, appellent au meurtre de russophones", a-t-il dit.

Crimes contre l'humanité

Le Procureur de la Cour pénale international (CPI), Karim Khan, a appelé les membres du Conseil de sécurité à "agir avec détermination" face aux crimes de guerre commis en Ukraine.
"Quand je suis allé à Boutcha, les corps que j'ai vus étaient bien réels, et quand j'ai marché dans les rues de Borodianka, les destructions des écoles et des maisons étaient réelles", a-t-il lâché, se disant préoccupé par les récentes découvertes d'Izioum et les transferts d'enfant depuis l'Ukraine vers la Russie.
Khan a annoncé que la CPI enverra davantage de personnel en Ukraine pour enquêter sur les crimes de guerre.
Pour rappel, la CPI a ouvert une enquête sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis en Ukraine. Les États-Unis et les pays européens veulent que la CPI juge les crimes de guerre commis en Ukraine. Kiev plaide pour la constitution d'un tribunal du type Nuremberg pour juger le crime d'agression russe.
La réunion était présidée par la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna. "La CPI a été saisie par 43 États, c'est la première fois qu'autant d'États en réfèrent à la cour", a-t-elle rappelé, en annonçant l'envoi d'un laboratoire mobile à Izioum. "Là où la Russie agit par la désinformation et la propagande, la justice se doit d'agir sur base de faits", a-t-elle dit.

Nouvelles sanctions européennes

Les déclarations menaçantes du président Poutine ont provoqué un resserrement des rangs au sein de l'UE en faveur de nouvelles sanctions contre la Russie. Les ministres des Affaires étrangères, réunis mercredi soir à New York, se sont mis d'accord pour étudier un huitième paquet de sanctions. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a confirmé que des nouvelles mesures seraient prises.
La Commission présentera ses propositions vendredi aux Vingt-Sept. Elle prévoit, entre autres, un plafonnement des prix du pétrole, des nouvelles sanctions individuelles et des produits de luxe.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Ven 23 Sep 2022 - 19:55

Si on fait référence notamment à Taïwan, la Chine est l'exemplarité même du point de vue de la neutralité et du respect de la souveraineté Rolling Eyes 

La Chine, plus nuancée mais prenant tout de même ses distances avec Moscou, a insisté sur le respect de la souveraineté territoriale de tous les pays, faisant allusion à l'Ukraine.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:François Wu affirme que la montée en puissance militaire de la République Populaire de Chine est de plus en plus forte. "Tous les cinq ans, la marine chinoise établit plus de bâtiments de guerre que l’entièreté de la marine française. En nombre, elle a déjà dépassé la marine américaine." Selon lui, cette montée en puissance mène à des transgressions de plus en plus fortes, notamment des limites maritimes et aériennes. "La ligne médiane du détroit de Formose (large de 183 kilomètres) n’est plus respectée par les bâtiments chinois. Leurs exercices militaires touchent les eaux taïwanaises, menaçant nos zones commerciales et ainsi la survie de Taiwan." Face à cette situation, Taiwan se prépare et renforce ses capacités militaires. "Taiwan a déjà décidé de renforcer ses capacités, par de nombreuses commandes militaires. La population se prépare également, prend l'habitude d’une menace permanente d’une grande puissance." Selon lui, l’exemple ukrainien montre l’irrationnalité des puissances russes et chinoises, qui doit être prise en compte. "Ce qui se passe en Ukraine nous donne un avertissement, la Russie a une ambition géopolitique qui mène à des décisions irrationnelles. De la même façon, la Chine a une volonté de domination, dépasser les Américains et dominer le monde. Son ambition, tournée vers le Pacifique, peut la guider vers des décisions abruptes et irrationnelles."
La position vis à vis de la crise Ukrainienne de la Chine est plus qu'ambiguë, à force de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] on finit par tout perdre...
Moralité : plus le pays est grand et plus il est gouverné par des cons illuminés.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Zelensky 35 - Poutine 9

Message  Luc Lun 26 Sep 2022 - 21:04

Zelensky 35 - Poutine 9
Billet d’humeur de Bruno Coppens – fils spirituel de Raymond Devos.  Wink
L’Echo 24/09/21 4H.
L'humeur de Bruno Coppens.
La vie est une partie de Scrabble. À la naissance, tu reçois les lettres de ton prénom et de ton nom, mais comme tu ne sais pas lire, tu les jettes au vogelpif sur le plateau de jeu.
Peu à peu, tu parviens à discerner chaque signe. Ta vie alors consistera à placer le maximum de lettres sur les cases des années qui comptent double, voire triple comme 2020, 2021 et 2022! Et si tu arrives à les déposer toutes, bingo!
C'est le cas de Volodymyr Zelensky en 2022, année compte triple. Zelensky, un Z au début, K et Y à la fin, 3 lettres qui valent 10 points chacune, un score de champion du monde (35!) alors que Poutine, sur un mot compte rouble, lettres banales, score nul (9). Déjà là, le leader russe aurait dû se méfier, celui qui voulait s'emparer à la soviet de l'Ukraine n'avait pas tous les atouts dans son jeu.
Poutine est l'Hibernarusse de la politique, vivant encore à l'âge de l'homme des casernes.
Poutine… Dès que je le vois à la télé fixant l'écran de son regard glaçant, je me retrouve téléporté sur-le-champ au Colruyt dans la partie fruits et légumes, lorsque vous écartez les grandes bandes en plastique dur (Pièce frigo pour les légumes, ndlr). Il est l'Hibernarusse de la politique, vivant encore à l'âge de l'homme des casernes.
Il n'a d'yeux que pour la période glorieuse du paléomythique de la Russie impériale: "C'était mieux avant!".
Boomer puissance 4, Poutine carbure à l'énergie faucille. Il refuse de voir que plusieurs pays proches veulent échapper à la Russie, cette mère casse-pieds qui rêve encore et toujours d'imposer le joug aux Slaves. Ceux-ci veulent s'enfuir, courir debout, à genoux ou à Carpates, mais loin.
Malgré tout, Poutine persiste en 2022 à écrire l'Histoire avec une grande hache. Zelensky, lui, bardé d'armes de pointe livrées par les États-Munis, est tourné vers l'avenir: "C'était vieux avant!".
Toujours sur le Kyiv-vive, le leader ukrainien joue au chat et à l'insoumis, forçant l'ennemi à changer ses plans, à revenir tout de fuite en arrière, à rebrousser chemin. L'Ukrainien, c'est un roc! Que dis-je un roc, un cap! Que dis-je un cap? Une pique! Que dis-je? Une pleine insulte crachée à la face de la Russie: "Poutine? Put out!"  Résultat, Poutine a aujourd'hui le front dégarni, Zelensky veut lui faire la boule à zéro.
Attention! Sur le plateau du Scrabble de Poutine, le i de son nom lui a permis de croiser celui de Xi Jinping et le o de se lier à l'Indien Modi, mais son isolement sur le jeu est visible. Il n'est certes nullement échec et mat (*), mais les signes d'une possible Bérézina se multiplient au point que s'il devait plier bagage, je lui conseillerais de migrer vers le Pôle Nord.
La banquise, qui va vers sa mort fondre, dès qu'elle verra Poutine la fusiller de son regard kalash, remontera sa petite calotte, vite fait bien frais, et tout recongèlera d'un bloc! Voilà comment, paradoxalement, Poutine pourrait ressortir la tête haute d'une humiliation mondiale: en sauvant la planète!
(*) Le 8/3/22 "Mon sacre à la tronçonneuse", où je parlais de la partie d’échecs Poutine-Zelensky.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Lun 3 Oct 2022 - 22:13

Les soldats russes sont livrés à eux-mêmes.

Des soldats russes se battent dans une caserne près de Moscou


Source: L'Echo - Théa JACQUET. 03/2022


Une bagarre a éclaté sur une base militaire près de Moscou entre des soldats nouvellement mobilisés et d'autres militaires qui servent sous les drapeaux depuis plus longtemps, selon divers médias. "Les nouveaux incorporés ne sont pas accueillis à bras ouverts, au contraire: ils doivent donner leurs vêtements et leurs téléphones portables", selon le site d'information Baza.

Les nouvelles recrues ne l'ont toutefois pas entendu de cette oreille et ont pris le dessus face aux "anciens" qui n'ont dû leur salut qu'en se réfugiant dans un local de l'unité d'où ils ont appelé la police. Le calme n'est revenu qu'à l'arrivée des forces de l'ordre. Aucune plainte n'a été déposée.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty l'Ukraine résiste grâce aux armes russes

Message  Luc Sam 8 Oct 2022 - 10:13

Guerre en Ukraine : L'armée ukrainienne résiste grâce aux armes russes
Source : RTBF 08/10/22
L’affirmation a de quoi surprendre : le nombre d’armes russes utilisées par l’armée ukrainienne dépasse, pour certains équipements, celui fourni à l’Ukraine par les pays étrangers. C’est le Wall Street Journal qui l’affirme [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
C’est le cas, selon le quotidien américain, pour les chars d’assaut, les véhicules blindés et les véhicules d’infanterie : parfois, le nombre de ces équipements d’origine russe est tellement important, qu’il est deux fois plus élevé que celui des armes provenant de pays soutenant l’armée ukrainienne. Plus de la moitié des blindés utilisés par l’armée ukrainienne seraient ainsi des anciens blindés russes, affirmait le Ministère britannique de la Défense.
L’Ukraine aurait saisi 460 chars, 92 canons et 195 véhicules blindés de transport de troupes, ce qui équivaut à un nombre supérieur au total fourni par les livraisons d’armes occidentales.
Toujours selon le Wall Street Journal, certains de ces blindés ont été repeints avec la croix ukrainienne, en lieu et place du sigle Z, symbole de l’attaquant russe.
La Russie serait-elle désormais le premier fournisseur d’armes des forces ukrainiennes ? Selon des officiels ukrainiens, c’est l’offensive des forces de Kiev ces dernières semaines qui a permis aux soldats ukrainiens de saisir des centaines de pièces militaires russes, abandonnées lors de la retraite précipitée des forces de Moscou.
Des butins de guerre donc, qui permettent concrètement à l’armée ukrainienne de reprendre de larges pans de territoires dans la région de Donestk.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Sam 8 Oct 2022 - 10:42

La glorieuse Russie du temps des tsars s'est fait piquer ses jouets, qui sont utilisés contre leurs anciens propriétaires ?
Mouarf, y doit pas être content Vlad, spa bon pour le moral des troupes Rolling Eyes Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine 1236454933 Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine 1462701302
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Dire stop à Vlad

Message  Luc Mar 11 Oct 2022 - 10:57

Il devient urgent de dire stop à Poutine
L’Echo – Vincent GEORIS 10 octobre 2022 – Editorial
Les nouvelles frappes massives de la Russie contre l'Ukraine ressemblent à un écran de fumée du Kremlin pour masquer sa déroute militaire. Il devient urgent d'arrêter Poutine, qui menace le monde du feu nucléaire, aggrave la crise économique mondiale et se livre à des opérations de plus en plus meurtrières.
La Russie a déversé lundi un déluge de feu sur l'Ukraine, sans équivalent depuis le début de la guerre. Plus de 80 missiles ont été tirés depuis la terre, le ciel et la mer sur les grandes villes aux heures de pointe, détruisant des infrastructures critiques et des zones d'habitation, et tuant au moins onze civils. Après avoir menacé l'Ukraine et l'Occident du feu nucléaire, le président russe Vladimir Poutine s'est rabattu sur l'option du bombardement massif avec des armes conventionnelles.
Poutine justifie cette tempête d'acier comme des représailles à ce qu'il qualifie comme "une attaque terroriste des services de renseignements ukrainiens" contre le pont de Crimée. Les Ukrainiens et les services occidentaux affirment, au contraire, que ces bombardements russes étaient prévus depuis le début du mois.
Ces frappes massives ressemblent, surtout, à un écran de fumée du Kremlin pour masquer sa déroute militaire humiliante. L'armée russe, censée être la deuxième puissance militaire du monde, bat en retraite depuis plusieurs semaines.
Le président Poutine apparaît de plus en plus comme un piètre stratège militaire, alors que les critiques commencent à pleuvoir contre lui en Russie. Le chef de guerre russe Igor Girkin, un faucon, vient de le traiter publiquement de "clown", le tenant responsable des revers militaires. Dans le camp pacifiste, la diva de la pop russe, Alla Pugacheva, a dénoncé la guerre en Ukraine comme étant "illusoire".
Le président russe est également de plus en plus isolé sur la scène internationale. Depuis qu'il menace, à répétition, d'utiliser l'arme nucléaire, ses alliés traditionnels, la Chine et l'Inde, prennent doucement leurs distances. Ce fut le cas fin septembre, lors d'un Conseil de sécurité de l'ONU consacré aux crimes de guerre en Ukraine.
Cette semaine, l'AG de l'ONU doit voter une résolution condamnant l'annexion des territoires ukrainiens. Ce sera un test grandeur nature permettant d'évaluer l'isolement de la Russie. Parallèlement, l'Otan tiendra une importante réunion ministérielle où elle évoquera la menace atomique.
Il est temps, plus que temps, que la communauté internationale adresse un avertissement sérieux au président Poutine et, mieux encore, passe à l'action pour bloquer cette escalade. Non seulement le dirigeant russe accentue chaque jour un peu plus sa guerre dévastatrice, en se livrant à des opérations de plus en plus meurtrières pour les civils, mais, en plus, il joue avec la survie de la planète en menaçant d'une guerre nucléaire et provoque, par ses manipulations sur le marché du gaz, une crise économique frappant les ménages et les entreprises.
                                                                                  X
Le résumé
§  Le président russe Vladimir Poutine a ordonné, lundi, les frappes aériennes les plus importantes sur l'Ukraine depuis le début de la guerre. Plus de 80 missiles se sont abattus sur plusieurs villes ukrainiennes, faisant au moins 19 morts.
§  Poutine justifie ces bombardements en représailles à une "attaque terroriste" sur le pont de Crimée qu'il attribue aux services secrets ukrainiens.
§  Le président russe, isolé sur la scène internationale et critiqué dans son pays par le camp des "faucons", cherche à reprendre le contrôle.
 
Poutine lance un déluge de feu sur l'Ukraine "pour reprendre le contrôle"
La Russie a lancé lundi son plus important bombardement sur l'Ukraine depuis le début de la guerre. Humilié par le repli de ses troupes et critiqué en Russie, Vladimir Poutine cherche à reprendre le contrôle.
La Russie a intensifié, lundi, ses bombardements contre les grandes villes ukrainiennes, 229 jours après avoir lancé sa guerre d'invasion. Le président russe Vladimir Poutine a laissé entendre que ces frappes étaient des représailles à une "attaque terroriste" contre le pont de Crimée, qu'il attribue aux services de renseignements ukrainiens.
En une journée, plus de 80 missiles ont été tirés, en pleines heures de pointe, contre des infrastructures et des habitations. Kiev, Lviv, Kherson, Kharkiv, Dnipro, Mykolaïv, Zaporijia figuraient parmi les cibles. Selon un nouveau bilan annoncé mardi par les autorités, au moins 19 personnes sont mortes et 105 ont été blessées. Environ 40 missiles auraient été interceptés.
Les engins ont été tirés depuis la terre, la mer et les airs. Il s'agissait de la frappe aérienne la plus puissante depuis le début de la guerre. Kiev a été touchée à plusieurs reprises, des missiles atteignant entre autres un pont touristique populaire et un carrefour important de la capitale.
(…)
"Brutalité absolue"
Les Occidentaux ont condamné ces nouveaux bombardements. Le président des États-Unis y a vu une preuve de la "brutalité absolue" de son homologue russe Vladimir Poutine. Joe Biden a promis dans la foulée au président ukrainien Volodymyr Zelensky "de continuer à fournir à l'Ukraine ce dont elle a besoin pour se défendre, y compris des systèmes perfectionnés" de défense antiaérienne, selon un communiqué de la Maison Blanche.
(…)
En réponse aux demandes du ministre Kuleba, l’Allemagne a assuré qu'elle livrerait "dans les prochains jours" un système de défense antiaérienne capable de protéger une ville entière.
(…)
Nouvelles menaces
Vladimir Poutine s'est expliqué sur ces bombardements lors d'une émission télévisée diffusée le jour même, tout en menaçant l'Ukraine d'autres "représailles sévères" en cas de "nouvelle attaque". Le président russe a également présidé lundi une réunion du Conseil de sécurité russe consacrée à la crise.
Le maître du Kremlin a accusé les services secrets ukrainiens d'être à l'origine de l'attaque contre le pont de Crimée, une infrastructure clé reliant la Russie à la péninsule annexée. "Il est tout simplement impossible de laisser des crimes de ce genre sans réponse", a martelé Vladimir Poutine.
Pour rappel, la Russie a annexé les 4 régions ukrainiennes qu'elle occupe, après y avoir organisé à la hâte des référendums. Le président Poutine a ensuite menacé l'Ukraine et l'Occident d'utiliser l'arme nucléaire si le territoire russe était attaqué.
Depuis plusieurs semaines, l'armée russe recule devant une contre-offensive ukrainienne. Une humiliation pour le président Poutine, de plus en plus critiqué par les faucons sur la scène politique russe.
Cette pluie de missiles ne semble viser aucune cible stratégique militaire déterminante, mais poursuit plutôt un objectif d'ordre psychologique.
"Pour Poutine, c'est une façon de montrer qu'il est toujours maître de la situation, et de mettre la pression sans utiliser l'arme ultime", explique Sven Biscop, directeur à l'Institut royal Egmont et professeur à l'Université de Gand.
"Il utilise sa force aérienne à haute altitude, sans la mettre en danger, en menant des frappes à l'aveugle. Cela aura-t-il un impact militaire? Je ne pense pas", poursuit-il.
Changement de commandement
Humilié par le repli de son armée, le président russe tente de reprendre l'initiative. "Poutine est sur la défensive, il a besoin de stabiliser le front. Il envoie de nouvelles troupes, et cela prend du temps", ajoute Sven Biscop.
Ce renouvellement se traduit aussi dans la hiérarchie. Le Kremlin vient de désigner un nouveau commandant à la tête de "l'opération spéciale" en Ukraine, le général Sergueï Sourovikine. Ce "héros" de l'armée russe a combattu sur tous les fronts, en Afghanistan, dans les deux guerres de Tchétchénie. Il s'est aussi illustré en Syrie. Il remplace le général Alexandre Dvornikov.
L'armée russe est confrontée depuis le début de la guerre à des problèmes de commandement, ce qui a entraîné plusieurs limogeages. "C'était une erreur stratégique de confier l'invasion à quatre généraux", estime Sven Biscop.
Les bombardements massifs coïncident avec cette nouvelle nomination. Mais, pour l'analyste, "il est trop tôt pour dire si la guerre se trouve à un tournant". Jusqu'ici, la valse des généraux n'a rien changé sur le terrain.
Figure : carte des villes bombardées, dans toute l’Ukraine. 15 impacts (80 missiles ont percuté, 40 missiles ont été intercepté).
NDLR : Ce sont des tirs aveugles, en heure de pointe, qui ciblent des écoles, des hôpitaux et des magasins d’alimentation. On ne vise pas des objectifs militaires ; on installe la terreur, dans un esprit revanchard.
Poutine critiqué
Poutine est poussé à frapper fort pour faire taire les critiques, de plus en plus fortes, dans le camp des radicaux. Le chef de guerre Igor Girkin, très influent dans les milieux ultranationalistes, a récemment traité le président russe de "clown" suite au repli de l'armée russe. Les critiques sur les réseaux sociaux militaristes montent aussi en puissance.
Le maître du Kremlin est également de plus en plus isolé sur la scène internationale où même la Chine et l'Inde, les alliés traditionnels de la Russie, ont pris leur distance.
Une assemblée générale de l'ONU est réunie depuis lundi à New York. Les Occidentaux espèrent voter mercredi une résolution condamnant l'annexion des territoires ukrainiens et montrant cet isolement du régime russe.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Désinformation pro-russe

Message  Luc Mer 12 Oct 2022 - 8:59

Guerre en Ukraine : la désinformation pro-russe clone des médias européens
Source : RTBF 05/10/22
Imiter à la quasi-perfection les sites de médias reconnus et y publier des articles relayant les récits du Kremlin sur la guerre en Ukraine : une importante campagne de désinformation s’est déployée en Europe, visant notamment l’opinion allemande.
À première vue, la page Internet estampillée du logo rouge du journal Bild ressemblait à s’y méprendre au site du principal tabloïd d’Allemagne. On pouvait notamment y lire, en août, qu’un garçon était mort dans un accident de vélo à Berlin après que l’éclairage public a été éteint la nuit, dans une Allemagne obligée d’économiser l’énergie en raison de la réduction drastique des livraisons de gaz russe.
Mais un travail d’investigation, notamment mené par la cellule de vérification de l’AFP, a pu démontrer que cette information était fausse et s’inscrivait dans le cadre d’une vaste campagne de désinformation pro-russe menée en imitant les sites de médias européens.
Opération d’origine russe la plus importante
À la fin septembre, Meta, la maison mère de Facebook, l’a qualifiée d'"opération d’origine russe la plus importante et la plus complexe depuis le début de la guerre en Ukraine", agissant avec "une combinaison vraiment inhabituelle de sophistication et de force brute". Meta a enquêté sur le réseau, alerté par des journalistes d’investigation sur l’authenticité des sites.
Parmi quelque 60 sites de médias concernés, les journaux allemands, comme Spiegel et Bild, étaient particulièrement visés, aux côtés d’autres comme le quotidien anglais The Guardian, l’agence italienne ANSA ou le quotidien français 20 minutes.
L’ONG belge EU DisinfoLab, spécialisée dans l’analyse de la désinformation, a aussi publié une enquête sur le fonctionnement de ce réseau qu’elle a baptisé "Doppelganger" (sosie en allemand). Ses objectifs, selon EU DisinfoLab : "Dépeindre l’Ukraine comme un État défaillant, corrompu et nazi" et "promouvoir les récits du Kremlin sur la guerre en Ukraine".

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 29 Oct 2022 - 8:44

Si vous revenez d'un voyage interplanétaire ...

Si vous êtes déclaré « opposant russe », si vous êtes journaliste et que vous commentez l’actualité dans un sens non jugé favorable au régime, vous serez déclaré comme pratiquant "l’exercice d’activités politiques". Et si vous utiliser certains termes comme « guerre »  au lieu de « opération militaire, vous risquez une sanction. Les autorités ont d’ailleurs introduit une loi prévoyant jusqu’à 15 ans de prison pour toute publication d’information sur l’armée jugée fausse par les autorités.
Article
Source : Le Soir. 10/2022
Guerre en Ukraine : en Russie, Natalia Sindeeva, directrice de la chaîne Dojd, déclarée "agent de l’étranger"
Natalia Sindeeva, la directrice générale de la chaîne Dojd, un des rares médias indépendants en Russie, qui vit en exil depuis plusieurs mois, a été déclarée vendredi "agent de l’étranger" avec deux autres journalistes du groupe, nouvelle illustration de la pression exercée sur la société civile par les autorités.
Les noms de Natalia Sindeeva, Vladimir Romenskiï et Ekaterina Kotrikadze apparaissent tous les trois sur la liste actualisée des personnalités classées "agents de l’étranger", publiée par le ministère russe de la Justice.
Leur inclusion dans la liste est officiellement justifiée par "l’exercice d’activités politiques".
Critique du Kremlin, Dojd ("La pluie" en russe) a été bloquée début mars, dans la foulée de l’offensive russe en Ukraine, largement condamnée par ses journalistes.
Vivant depuis en exil en Lettonie, un pays voisin de la Russie qui a accueilli plusieurs médias libres russes, Dojd a repris mi-juillet ses émissions à partir de Riga, la capitale de cet Etat balte.
Selon la liste diffusée par le ministère russe de la Justice, sont aussi déclarés "agents de l’étranger" l’avocat Mikhaïl Beniach ou encore le youtubeur Ivan Yakovina.
La Russie connaît depuis le début de l’offensive en Ukraine une répression sans précédent. Les autorités ont introduit une loi prévoyant jusqu’à 15 ans de prison pour toute publication d’information sur l’armée jugée fausse par les autorités.
L’opposition russe s’est réduite ces derniers mois comme peau de chagrin, la plupart de ses membres étant désormais en exil ou en prison.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Luc Sam 24 Juin 2023 - 12:28

La fin du conflit arrivera quand la douma russe en aura marre de la dictature de Poutine et de ses délires au sujet la réunification de l’empire russe….
Poutine a probablement trouvé qu’il n’avait plus besoin de Prigojine (Milice Wagner) et que ce dernier devenait encombrant car il revendique la direction d’un Etat balte. Concurrent à éliminer.
Guerre en Ukraine : coup d’Etat, rébellion, que s’est-il passé en Russie ce vendredi ?
Source : RTBF 23/06/23
Un "coup de poignard dans le dos". C’est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] samedi le revirement du chef de la milice Wagner, Evgueni Prigojine, contre l'état-major. Vendredi, ce dernier, dont les combattants étaient un soutien important du Kremlin sur le front ukrainien, a dénoncé des frappes venues selon lui de l’armée régulière russe, et qui visaient ses propres troupes. Depuis, il a annoncé vouloir "stopper" les responsables militaires du pays, et affirmé être prêt à "aller jusqu’au bout" et à "détruire tout ce qui sera mis" sur sa route pour déloger les chefs de l’état-major russe.
Dans la nuit de vendredi à samedi, les troupes de Wagner, au nombre de 25.000 hommes selon Prigojine, ont donc quitté l’Ukraine et ont pris le contrôle de Rostov-sur-le-Don. Une ville d’un million d’habitants, située à moins de 100 km de la frontière ukrainienne, qui sert de base arrière aux Russes et qui n’est "qu’à" 950 km de Moscou. D’après [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], les miliciens auraient pris en otage des généraux russes dans la ville. De plus, un hélicoptère aurait déjà été abattu, comme le montrent certaines images qui circulent sur Twitter.
 
Rébellion de Wagner : Moscou promet de garantir la sécurité des paramilitaires s'ils se dissocient de Prigojine.
Le ministère russe de la Défense a promis samedi de "garantir la sécurité" des combattants du groupe paramilitaire Wagner s'ils se dissocient de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

Suite. 24/06/23
Analyse : pourquoi la rébellion de Wagner est vécue comme "une tentative de coup d’Etat" par Vladimir Poutine ?
Une trahison. Voilà comment le président russe Vladimir Poutine a qualifié la rébellion du groupe paramilitaire Wagner. Dans une allocution télévisée, le chef du Kremlin a assuré qu’il a donné les "ordres nécessaires" pour contrer cette "menace mortelle" pour la Russie.
Le fondateur du groupe Wagner, Evguéni Prigojine affirme avoir pris le contrôle de Rostov-sur-le-Don, un important centre de l’armée russe dans le sud du pays. Des mercenaires se seraient également emparés de bases militaires dans la ville de Voronej, à 500 km au sud de Moscou.
Dans une vidéo diffusée ce matin, Evguéni Prigojine s’est déterminé à "aller jusqu’au bout" pour que le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et le chef d’état-major Valéry Guerrasimov rendent des comptes.
Pour comprendre la portée des événements de ces dernières heures, l’analyse de Nicolas Gosset, chercheur à l’Institut Royal de défense.
Entretien
Quelle est aujourd’hui la puissance du groupe paramilitaire Wagner ? Son leader, Evguéni Prigogine, affirme disposer de 25.000 hommes.
La puissance de Wagner a toujours été l’objet de beaucoup de discussions, parce qu’il y avait peu de sources. Encore au début du mois, les services de renseignement britanniques parlaient d’une force de 50.000 hommes. Ce qui semble être vraiment la fourchette haute, parce que Wagner a pu rassembler, au pic de la bataille de Bakhmout, 70.000 hommes. Mais on croit généralement, vu le volume de leurs pertes, qu’aujourd’hui 50.000 semble être une surestimation.
En revanche, la fourchette donnée par Prigogine lui-même, de 20-30.000 semble être assez réaliste. Sans compter des ralliements potentiels car il semble que son entreprise actuelle vise à rallier des soldats des forces armées régulières russes.
Poutine prend ça comme une tentative de coup d’Etat, quelque chose qui cible directement sa personne et qu’il entend réduire.
Vous parliez à l’instant de la bataille de Bakhmout. Quel est le rôle du groupe Wagner dans le conflit en Ukraine ? Comment sont-ils déployés par rapport à l’armée régulière ?
Wagner a été l’instrument parallèle de la puissance militaire russe en Ukraine depuis le début de la guerre. A chaque fois que les forces armées régulières diminuaient en initiative ou simplement en capacités, on voyait Wagner monter en puissance. Effectivement, la bataille de Bakhmout a été leur pièce maîtresse à l’intérieur de cette guerre puisqu’ils ont été quasiment en "lead" de cette bataille pendant plusieurs mois. […] Ils étaient placés sous une forme de commandement parallèle conjoint des forces armées. Et nous avons vu au cours des mois les communications d’Evguéni Prigogine se transformer en assauts de plus en plus vocaux, de plus en plus directs contre l’état-major, contre le leadership politique du ministre de la Défense Sergueï Choïgou. […] D’ailleurs, dans les mots de Prigogine cette nuit, il dit "ceci n’est pas un coup d’État, c’est une marche pour la justice". C’est le mot qu’il utilise pour, en gros, aller chercher la tête de Choïgou. Il a posé les choses en ces termes. Il n’a jamais cité Poutine. Et Vladimir Poutine, dans sa communication aux Russes ne mentionne ni Wagner, ni Prigogine. Mais tout dans cette communication est directement adressé à Prigogine lui-même.
D’où viennent toutes ces tensions entre le leader de Wagner et l’armée russe et le ministre de la Défense en particulier ? C’est un manque de reconnaissance ?
Evguéni Prigogine, et aussi tous ceux qu’on appelle la sphère des partisans Z, les ultra-militaristes, les partisans d’un effort maximaliste dans la guerre en Ukraine ont toujours considéré qu’ils n’avaient pas des moyens suffisants pour permettre un succès des opérations militaires. Encore il y a quelques jours, ils ont contesté la thèse officielle de l’état-major selon laquelle l’effort de défense russe tenait le coup et que la contrainte sur la contre-attaque ukrainienne ne donnait aucun résultat. Le chef du groupe Wagner nuançait cela très fortement. Donc effectivement, Prigogine a, de manière très vocale, fréquemment dit qu’il n’était pas satisfait du soutien, de la reconnaissance qu’il obtenait de la tête de l’état-major et du ministère de la Défense, avec un message subliminal à Vladimir Poutine, mais dont on pouvait discuter la portée directe.
On a finalement un Frankenstein qui est hors de contrôle de son maître.
Aujourd’hui, Evguéni Prigogine affirme être rentré dans le territoire russe avec ses hommes et d’avoir pris un important centre militaire dans le sud du pays. Quel est son objectif avec cette action ?
Si ça se confirme, il faut d’abord mettre les choses en proportion. Rostov-sur-le-Don, c’est une très grande ville, plus grande que Bruxelles, qui est le siège du district militaire Sud de la Fédération de Russie. Si les images qui ont été diffusées de cette réunion entre Prigogine et des leaders militaires russes se confirment et qu’effectivement ils tiennent des installations militaires dans cette ville, c’est un développement majeur. Il y a également des vidéos, de l’information – à confirmer – selon lesquelles des éléments de Wagner seraient aussi dans une deuxième très grosse ville russe, plus à l’intérieur du pays que Belgorod qui s’appelle Voronej. Tout ça étant situé sur une autoroute en direction de Moscou. Il y a un état d’alerte qui est déclaré à Moscou même. On déploie de l’infrastructure militaire, des équipements. Donc il semble que l’hypothèse de vouloir remonter sur Moscou soit une option qui est considérée en tout cas par des éléments chez Wagner et par d’autres. Rien ne préjuge que cela soit le cas, que cela soit possible, mais en tout cas, il y a une volonté d’aller dans cette direction et le simple fait, s’il se confirme et honnêtement, c’est quasiment certain, que des infrastructures militaires centrales sont contrôlées à Rostov, c’est un développement majeur.
En quoi c’est un développement majeur ? Cela veut dire que Prigogine ne cherche pas simplement à faire tomber des têtes au niveau de l’armée mais viserait directement Vladimir Poutine ?
Mais de toute façon, quelle que soit l’intention de Prigogine, qu’elle vise seulement des têtes à l’intérieur de l’armée, Poutine a rendu clair dans sa communication que pour lui, c’est une trahison. C’est un coup de couteau dans le dos de la nation, du peuple russe, que donc Prigogine est un traître. Et quand on labellise officiellement, publiquement un individu comme traître, sans en citer le nom, il n’y aura pas de retour en arrière dans le traitement. Donc Poutine prend ça comme une tentative de coup d’Etat, quelque chose qui cible directement sa personne et qu’il entend réduire. Il faut considérer les faits. Moi, j’attendais le discours de Vladimir Poutine avec impatience pour voir comment il se positionnait, s’il y avait des faux-semblants, s’il y avait des nuances. Il n’y en a aucune. Il a été catégorique. C’est de la traîtrise. Il parle même d’apostasie, de reniement à la foi dans la nation russe à laquelle il s’assimile. C’est la seule chose qui compte. À partir du moment où c’est considéré comme tel par le président Poutine, ça sera traité comme tel. Et donc c’est un développement majeur dans l’histoire politique russe contemporaine.
Ça voudrait dire que pour Evguéni Prigogine, les heures sont comptées ?
En tout cas, il semble que Vladimir Poutine n’entend pas laisser les choses se développer davantage. […] Nous sommes tous conscients de la nature de Prigogine et du groupe Wagner. On a finalement un Frankenstein qui est hors de contrôle de son maître dans son intention. Et ça, c’est quand même quelque chose qui est particulièrement spectaculaire.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 12603
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 70
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Invité Dim 25 Juin 2023 - 3:37

Un "coup de poignard dans le dos". C’est [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] samedi le revirement du chef de la milice Wagner, Evgueni Prigojine, contre l'état-major. Vendredi, ce dernier, dont les combattants étaient un soutien important du Kremlin sur le front ukrainien, a dénoncé des frappes venues selon lui de l’armée régulière russe, et qui visaient ses propres troupes. Depuis, il a annoncé vouloir "stopper" les responsables militaires du pays, et affirmé être prêt à "aller jusqu’au bout" et à "détruire tout ce qui sera mis" sur sa route pour déloger les chefs de l’état-major russe.
Lol-Mdr Si ces psychopates criminels de guerre se tuent entre eux,  c'est une bonne chose Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine 4179239413
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine Empty Re: Sujet "libre" connexe à l'annexion de l'Ukraine

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum