Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Omega-3 : Comment choisir ?
par loulou77 Hier à 23:36

» Présentation loulou77
par loulou77 Hier à 23:15

» Juillet 2020, Concorde la fin d'un mythe
par darky35 Hier à 13:39

» Courir à 80 ans
par Chantal Hier à 11:35

» Presentation oliv_d
par Luc Mer 25 Nov 2020 - 22:52

» Présentation - Claire - Sibo
par Anthodu89 Mer 25 Nov 2020 - 15:13

» Infos santé. Divers SCE
par Luc Lun 23 Nov 2020 - 11:49

» Histoire drôle en image & Funny clip 10
par Luc Dim 22 Nov 2020 - 10:15

» Le Coronavirus pourrait conduire à un âge d’or.
par Luc Dim 22 Nov 2020 - 9:45

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Sam 21 Nov 2020 - 8:33

» Comment optimiser l'assimilation du fer
par darky35 Ven 20 Nov 2020 - 11:44

» ASTHME et bronchite
par Luc Ven 20 Nov 2020 - 10:36

» présentation de fisque
par Proserpine Ven 20 Nov 2020 - 9:55

» créer un gif
par Luc Mar 17 Nov 2020 - 19:10

» Coronavirus - actualités
par Luc Mar 17 Nov 2020 - 8:42

» darky35-Journal de suivi sibo hydrogène/méthane
par darky35 Lun 16 Nov 2020 - 12:31

» De l'importance de la respiration
par Proserpine Dim 15 Nov 2020 - 12:12

» Laissez-moi sortir
par Proserpine Dim 15 Nov 2020 - 9:52

» Bon anniversaire Lulu
par Proserpine Mer 11 Nov 2020 - 10:09

» Tactique Coronavirus
par Luc Dim 8 Nov 2020 - 23:35

» Un très bon anniversaire Luc
par Nell74 Dim 8 Nov 2020 - 18:17

» Bon anniversaire Pierrette
par Mirzoune Ven 6 Nov 2020 - 10:52

» Vitamione C flush
par darky35 Lun 2 Nov 2020 - 9:20

» Adjuvants beurk
par darky35 Ven 30 Oct 2020 - 12:35

» Biofilm Advanced phase 2
par darky35 Mer 28 Oct 2020 - 12:13

» Curcumine et lithiase
par Luc Mar 27 Oct 2020 - 12:22

» Je détoxique mon foie
par darky35 Ven 23 Oct 2020 - 19:34

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par darky35 Ven 23 Oct 2020 - 0:20

» Présentation - Elsa
par Proserpine Mer 21 Oct 2020 - 10:24

» Eczéma atopique et HE
par Luc Dim 18 Oct 2020 - 10:21

» Frais PayPal si inactif
par darky35 Sam 17 Oct 2020 - 13:26

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Matogato Ven 16 Oct 2020 - 21:06

» Bon anniversaire Matogato
par Matogato Jeu 15 Oct 2020 - 10:28

» Aluminium dans les vaccins : la vérité scientifique dévoilée !
par Luc Mer 14 Oct 2020 - 11:53

» Reins: Nettoyer votre filtre rénal avant qu’il s’encrasse
par Luc Mar 13 Oct 2020 - 10:53

» Nouveau cadeau de la vie
par Flo Mar 13 Oct 2020 - 9:43

» Pq je prescris des antibios en cas de Fibro, SFC, PR, Crohn ...
par Luc Lun 12 Oct 2020 - 10:59

» présentation SIHO
par Proserpine Jeu 8 Oct 2020 - 16:11

» Cholestérol et Graisses Saturées – Les mythes et les faits
par Flo Lun 5 Oct 2020 - 21:10

» Bon anniversaire Johnny/Bak
par Proserpine Dim 4 Oct 2020 - 11:03

» Bon anniversaire Richarddupuy
par Mezame Ven 2 Oct 2020 - 20:14

» Bon anniversaire jpwax
par Mezame Ven 2 Oct 2020 - 20:11

» Joyeux anniv Mezame
par Mezame Ven 2 Oct 2020 - 19:32

» Un colon irritable et de la constipation en recherche de solutions
par darky35 Mer 30 Sep 2020 - 10:48

» Banque d'avatars
par Luc Mer 30 Sep 2020 - 10:25

» Choline quelle forme ?
par Luc Lun 28 Sep 2020 - 11:43

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par Luc Mar 22 Sep 2020 - 10:25

» âme de détective ?
par Luc Dim 20 Sep 2020 - 11:51

» Bon anniversaire Herode
par darky35 Mer 16 Sep 2020 - 10:25

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Ven 11 Sep 2020 - 11:40

» Protéger et stimuler la mémoire
par Luc Ven 11 Sep 2020 - 9:33

» Bon anniversaire Florence
par Luc Jeu 10 Sep 2020 - 11:42

» sibo-c nouvelles therapies
par Proserpine Jeu 10 Sep 2020 - 10:22

» faire sa propre preparation
par CapitaineCleo Jeu 10 Sep 2020 - 1:13

» Acouphènes: Arrêter ces bruits qui rendent fou!
par darky35 Dim 6 Sep 2020 - 11:41

» Bonjour je me présente, Elya
par SIBO_Sly Jeu 3 Sep 2020 - 11:05

» Transition vers moins de féculents
par Luc Jeu 3 Sep 2020 - 8:48

» L'argile qui guérit - Raymond Dextreit
par Luc Mar 1 Sep 2020 - 21:54

» Sujet fourre-tout pour les vadrouilleurs et les noctambules
par Nell74 Lun 31 Aoû 2020 - 15:50

» Neurostimulation non invasive du nerf vague
par Ln Ven 28 Aoû 2020 - 16:07

» Bon anniversaire Anthodu89
par Luc Ven 28 Aoû 2020 - 12:56

» HE niaouli ou tea tree pour la radiothérapie
par Luc Lun 24 Aoû 2020 - 12:23

» Petit déjeuner de Patiloup
par Luc Mar 18 Aoû 2020 - 20:51

» Astuces pour des jambes légères
par darky35 Sam 15 Aoû 2020 - 12:21

» Présentation Zoldik
par Anthodu89 Jeu 13 Aoû 2020 - 14:43

» Presentation TINTIN35
par darky35 Mar 11 Aoû 2020 - 16:55

» Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel
par darky35 Mer 5 Aoû 2020 - 14:36

» Histoire drôle en image & Funny clip 9
par Luc Mar 4 Aoû 2020 - 10:21

» Foie et déchets cristalloïdes
par Luc Dim 2 Aoû 2020 - 20:44

» Agents naturels pour lutter contre le biofilm bactérien
par darky35 Dim 26 Juil 2020 - 11:12

» Détox et organisme sous-vital
par Luc Dim 26 Juil 2020 - 9:19

» Vitamine A sous-estimée?
par darky35 Mer 22 Juil 2020 - 10:57

» Potassium et gestion de la glycémie
par Luc Lun 20 Juil 2020 - 12:12

» Pain mix céréales aux éclats de cacao brut
par Luc Dim 19 Juil 2020 - 11:11

» Affiner les Apports journaliers recommandés
par Luc Sam 18 Juil 2020 - 9:53

» Soigner la borréliose
par Luc Ven 17 Juil 2020 - 9:21

» Bon anniversaire lmichelle
par Luc Mar 14 Juil 2020 - 9:46

» Fairvital de mauvaise foi
par darky35 Mer 8 Juil 2020 - 10:17

» Joyeux anniversaire Chriscool
par Proserpine Mar 7 Juil 2020 - 9:55

» Hopovac Présentation
par Hopovac Dim 5 Juil 2020 - 15:33

» Yoga & douleurs dorsales
par Luc Sam 4 Juil 2020 - 9:41

» Presentation Tachilamo
par darky35 Jeu 2 Juil 2020 - 10:06

» Dioxyde de titane & Excipients ds Vitamines B
par darky35 Mar 30 Juin 2020 - 9:41

» Notre équipe
par Mpj48 Mer 24 Juin 2020 - 17:30

» Présentation Alzian
par Alzian Lun 22 Juin 2020 - 20:32

» Cleo SIBOMAN
par Luc Dim 21 Juin 2020 - 14:33

» images png
par darky35 Dim 14 Juin 2020 - 11:33

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 14:56

» Mona lisa en speed Photoshop
par darky35 Sam 13 Juin 2020 - 14:11

» Faire son beurre clarifié (ghee)
par Luc Sam 13 Juin 2020 - 13:27

» Présentation Pascale
par Proserpine Ven 12 Juin 2020 - 8:48

» Quand les symptômes s'aggravent: Désencrassage, effet rebond, crise de guérison?
par Luc Mer 10 Juin 2020 - 9:59

» Présentation
par Luc Mer 10 Juin 2020 - 8:19

» Bonne fête à toutes les mamans
par Proserpine Dim 7 Juin 2020 - 11:04

» Présentation Sylvain - SIBO et Hashimoto
par SIBO_Sly Ven 5 Juin 2020 - 20:14

» FUT2 sécrétor ou non sécretor ?
par darky35 Lun 1 Juin 2020 - 13:15

» Bon anniversaire Chantal
par Chantal Mar 26 Mai 2020 - 10:30

» Les Associations alimentaires
par darky35 Sam 23 Mai 2020 - 14:25

» Booster le processus de remyelinisation naturelle
par darky35 Mer 20 Mai 2020 - 10:00

-44%
Le deal à ne pas rater :
Baskets Nike Air Max 90 à moins de 80€ (du 38,5 au 47,5)
78.48 € 139.99 €
Voir le deal

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  Luc le Mer 5 Aoû 2020 - 14:03

Créer un bouclier naturel à l’aide d’un régime adapté, en rétablissant les gardiens protecteurs (bonnes bactéries et équilibre hormonal), avec l’aide de la phytothérapie et des HE, si besoin.
Et les erreurs à ne pas commettre ou comment s’en sortir !

Des mycoses aux cystites : créez un bouclier naturel  pour votre sphère intime
Grand classique de la vie intime, rares sont les femmes à ne pas avoir connu les désagréments d’une cystite ou d’une mycose vaginale. Un duo infernal qui affecte autant la flore vaginale qu’intestinale et qui a tendance à récidiver. Souvent traités à coup d’antibiotiques, ces problèmes pourraient disparaître naturellement grâce à ce simple protocole naturel.
Par Florence Muller. FM est naturopathe en région parisienne. Diplômée de l’ISUPNAT, elle axe particulièrement sa pratique sur l’alimentation (nutrithérapie), la gestion du stress et l’utilisation des plantes.
Source : SCE – 08/2020

C’est ce qui a conduit Hélène dans mon cabinet, il y a quelques mois. Hélène est amoureuse. A 55 ans, elle vit à nouveau le grand amour… avec son ex-mari, dont elle était séparée depuis plus de dix ans. Elle me confie que tout va bien, sauf sur un point : à chaque fois qu’ils ont un rapport intime, elle a une infection urinaire. Elle souffre alors de brûlures et de douleurs à la miction, ses urines peuvent parfois être troubles et malodo­rantes. Elle a en permanence envie d’uriner alors qu’elle ne fait, selon ses propres termes, « que trois gouttes ». Elle ressent également une pesanteur dans le bas-ventre et une grande fatigue. Voilà en effet le tableau clinique d’une cystite. Heureusement, me dit-elle, elle n’a jamais eu de sang dans les urines, ni de fièvre.
Ce qui la préoccupe, c’est qu’elle n’arrive pas à s’en sortir. A chaque fois, elle fait un ECBU et prend des antibiotiques prescrits par son médecin. Ils sont efficaces sur l’ins­tant, mais dès qu’elle les arrête, ça repart. Et en prime, ajoute-t-elle, « depuis que je prends des antibiotiques régulièrement, j’ai une mycose vaginale, traitée par un antifongique, mais qui ne dispa­raît pas non plus. C’est la double peine ! ».
Sa mycose se caractérise par des dé­mangeaisons, des brûlures vulvaires et par quelques pertes vaginales, assez compactes mais sans odeur. Son médecin lui a proposé de mettre en place un traitement de fond à base d’antibiotiques et d’antifongiques sur plusieurs mois, mais Hélène hésite vraiment à le suivre. Elle a tout à fait raison car les traitements antibiotiques, bien qu’ils puissent être absolument nécessaires dans certains cas (pyélonéphrite notam­ment), ne traitent que les symptômes et non les causes de la cystite, pas plus que celles de la mycose.
Ces deux affections féminines traduisent un déséquilibre du ter­rain, particulièrement de la sphère intime et des intestins. Il me faut donc chercher avec Hélène ce qui favorise chez elle le développement de ses cystites récurrentes et de sa mycose vaginale.

Faites-vous l’une de ces trois erreurs ?
J’interroge Hélène sur son hygiène de vie pour voir si elle ne commet pas quelques erreurs au quotidien. Ma première question concerne sa consommation journalière de li­quide. Ce point est important car la vidange de la vessie est une protec­tion naturelle contre les infections. Plus le flux urinaire est abondant et régulier et moins les bactéries ont le temps de séjourner dans la vessie et de s’y développer. Il faut donc boire suffisamment et régulièrement tout au long de la journée. Hélène boit au moins 1,5 litre d’eau par jour, sans compter les infusions et le thé vert. Elle me précise également qu’elle mange beaucoup de légumes et de fruits, ce qui est bénéfique car cela augmente la diurèse. Le problème ne vient donc pas de là.
En plus du flux urinaire, notre vessie dispose de nombreux moyens de dé­fense contre les bactéries : l’acidité de l’urine (pH < à 5,5), la surface lisse de l’urètre qui empêche les bactéries de s’y accrocher, la pré­sence de cellules immunitaires et de substances antibactériennes dans la paroi de la vessie.
1. Passons maintenant à ses habitu­des aux toilettes. Elle ne se retient pas et vide sa vessie régulièrement, même lorsqu’elle est en voyage ou en déplacement. C’est un bon réflexe pour éviter la stagnation des bactéries dans la vessie. Elle sait aussi qu’elle doit s’essuyer de l’avant vers l’ar­rière. Encore un bon réflexe car les bactéries responsables des cystites proviennent souvent des intestins. Et si les cystites sont plus fréquentes chez la femme que chez l’homme, c’est que notre anatomie ne joue pas en notre faveur : la proximité du méat urinaire et de l’anus favorise la contamination par les bactéries présentes dans la zone anale.
C’est aussi pour cette raison que les rapports sexuels peuvent être à l’origine de cystites. Ils favorisent le transfert de bactéries d’une zone à une autre et irritent la sphère intime.
Il est donc important qu’Hélène soit attentive à son hygiène intime avant et après les rapports sexuels. Je lui conseille de faire une toilette intime, tout comme son partenaire, avant les rapports sexuels et de boire et d’uriner rapidement après, pour faciliter l’expulsion des germes qui auraient éventuellement migré vers le conduit urinaire.
Figure : Se retenir d’uriner est une erreur fréquente
2. J’en profite pour lui demander comment elle fait sa toilette intime. Utilise-t-elle un nettoyant adapté à cette zone délicate dont il faut impé­rativement préserver l’hydratation et le pH ? Oui, me dit-elle.
Depuis qu’elle souffre de mycose, elle utilise un soin d’hygiène in­time, une fois par jour, en ne lavant que la zone externe. C’est aussi une bonne habitude à avoir. Les savons irritants et asséchants ainsi que les lavages répétés peuvent altérer le film hydrolipidique grâce auquel les bactéries protectrices de la flore intime peuvent circuler. Cela ne ferait qu’accentuer le déséquilibre de ce microbiote, véritable bouclier protecteur.
Pour les mêmes raisons, je lui décon­seille de faire des douches vaginales. Le vagin est autonettoyant et natu­rellement protégé des agresseurs extérieurs.

Hélène a donc de bonnes habitu­des et dans mon esprit la cause de ses troubles se précise. Nous allons maintenant explorer son équilibre hormonal et intestinal. (1)

Et si c’était la ménopause ?
Hélène n’est pas encore ménopausée mais présente tous les signes d’une pré-ménopause bien installée et d’une baisse hormonale. Ses cycles sont très irréguliers, elle n’a ses règles que tous les deux ou trois mois et pour quelques jours seulement. Elle me dit avoir parfois de petites bouf­fées de chaleur, mais surtout souffrir de sécheresse cutanée et vaginale. Cela la gêne d’ailleurs pendant les rapports sexuels et elle est facile­ment irritée. La baisse locale des œstrogènes, au niveau de la vulve et du vagin, modifie l’hydratation des muqueuses qui deviennent plus sèches, plus sensibles et facilement irritables. C’est un premier facteur favorisant l’apparition de troubles urogénitaux. Mais ce n’est pas tout : les œstrogènes jouent surtout un rôle déterminant dans le maintien de l’équilibre du microbiote intime, vulvaire et vaginal.

Deux tiers des cystites pourraient guérir sans antibiotiques !  (Encadré)
Il existe plusieurs formes d’infec­tions de la vessie. La plus courante est la cystite, une inflammation de la vessie due dans 99 % des cas à des bactéries provenant des in­testins, comme Escherichia coli, Proteus mirabilis, Staphylococcus saprophyticus et Klebsiella. Votre médecin vous conseillera de faire un ECBU, un examen cytobac­tériologique des urines, pour y détecter la présence de germes. Il sera accompagné d’un antibio­gramme permettant de savoir à quels antibiotiques ces derniers sont les plus sensibles. Mais sa­viez-vous qu’au moins deux tiers des cystites peuvent se guérir sans antibiotiques (1) ?
Certaines cystites sont sans cause infectieuse, donc sans microbes. Il n’y a alors qu’une inflammation, la plupart du temps en lien avec une inflammation des intestins ou des organes génitaux, la vessie étant imbriquée entre ces diffé­rents organes. On parle alors de cystite à urines claires.

La cystite interstitielle est une autre forme d’inflammation de la vessie. Cette maladie rare, connue sous le nom de syndrome de la vessie douloureuse, est in­validante et se caractérise par d’intenses douleurs dans le bas-ventre et des envies fréquentes d’uriner, pouvant parfois empê­cher la personne qui en souffre de sortir de chez elle. La cause n’en est pas connue et le diagnostic est parfois long à poser. On observe seulement des lésions inflamma­toires avec de légers saignements sur la paroi de la vessie.
Si la cystite aiguë n’est pas une maladie grave, elle doit disparaître rapidement en 4 à 5 jours avec un protocole naturel. Dans le cas contraire, et a fortiori en cas d’ap­parition de fièvre et/ou de sang dans les urines, une consultation chez le médecin sera nécessaire. Une cystite mal soignée peut être la cause d’une pyélonéphrite, une inflammation du rein d’origine in­fectieuse. Cette maladie peut être grave et détériorer vos reins, or­ganes essentiels à la santé. Il s’agit donc d’une urgence médicale né­cessitant la prise d’antibiotiques. (Fin de l’encadré).

Les lactobacillus : les gardiens protecteurs de votre intimité !
Le microbiote vaginal et vulvaire est composé de plusieurs variétés de Lactobacillus : crispatus, gasseri, jensenii et iners étant les plus repré­sentés. Or, pour que ces bactéries soient présentes en quantité suffi­sante et pour être efficaces, elles ont besoin de glycogène. Ce dernier ne sera sécrété par les muqueuses qu’en présence d’œstrogènes. Autrement dit, toute variation hormonale a des répercussions sur la flore intime et rend vulnérable aux infections urogé­nitales. La chute hormonale ébranle le bouclier protecteur formé par les Lactobacillus contre les bactéries ennemies qui tenteraient d’envahir le vagin mais aussi l’urètre, puis la vessie.
La grossesse est, comme la méno­pause, une période à risques. Les mycoses peuvent être fréquentes : la forte imprégnation en œstrogènes induit une sécrétion élevée de glyco­gène qui, rappelons-le, est un sucre dont le Candida albicans se nourrit volontiers. A l’inverse, après l’accou­chement l’effondrement hormonal augmentera le risque de vaginose bactérienne, les lactobacillus moins nourris étant moins performants. Le recours à des probiotiques vaginaux et oraux pourra alors être utile et est sécuritaire chez la femme enceinte.

Ces Lactobacillus ont plusieurs cordes à leur arc :
-     Ils acidifient le milieu et main­tiennent le pH vaginal entre 3,5 et 4,5. Les mauvaises bactéries n’aiment pas du tout ça, elles ne peuvent s’y développer. Si la quan­tité de Lactobacillus diminue, le pH vaginal augmente et les bactéries se développent, donnant ainsi lieu par exemple à des mycoses ou à des vaginoses, infections bactériennes du vagin. Il est possible de tester le pH de son vagin avec des autotests vendus en pharmacie. Si le pH est supérieur à 4,5, il faudra réensemen­cer la flore vaginale pour rétablir l’équilibre. Attention toutefois, chez la femme ménopausée le pH est natu­rellement supérieur à 4,5 sans qu’il y ait pour autant de déséquilibre.
-     Certains produisent de l’eau oxy­génée qui, au contact de substances présentes dans le mucus vaginal, devient toxique pour certaines bac­téries, comme les gonocoques.
-     Ils forment des biofilms qui re­couvrent la muqueuse et empêchent les bactéries de se fixer sur la paroi du vagin ou à l’entrée de l’urètre.
-     Ils détruisent les biofilms déve­loppés par d’autres bactéries.
-     Ils produisent des antibiotiques naturels, et certains, les Lactobacillus crispatus et gasseri, ont aussi une activité antivirale.
-     Ils stimulent les défenses immu­nitaires du vagin.
Hélène l’a bien compris, il est essen­tiel qu’elle maintienne l’intégrité de sa flore intime. Elle a déjà de bonnes habitudes pour sa toilette intime. D’autres facteurs peuvent être né­fastes : les rapports sexuels, en raison de la présence de sperme, très alcalin, mais aussi les règles, avec le sang lui aussi alcalin, modifient l’acidité vaginale. C’est là que l’action sur le terrain peut être bénéfique.
Les antibiotiques détruisent les bactéries bénéfiques, laissant la place à d’autres et notamment au Candida albicans qui s’empressera de coloni­ser intestins et zone intime. Hélène en a fait la douloureuse expérience avec ses mycoses à répétition.
Je demande également à Hélène si elle fume. Heureusement, elle n’a jamais fumé. Une étude2 a montré qu’à partir de 30 cigarettes par se­maine, le risque de déséquilibre de la flore intime était multiplié par trois. Les dérivés du tabac se retrouvent dans la muqueuse vaginale, dimi­nuent la production de glycogène et donc la quantité et l’efficacité des Lactobacillus. De plus, les fumeuses ont aussi un taux d’œstrogènes plus bas, ce qui diminue encore la quantité de glycogène et la boucle est bouclée. 
Renforcez votre flore vaginale
Pour rétablir l’équilibre de sa flore intime et éviter à toute bactérie ou champignon de s’y installer, je pro­pose donc à Hélène de réensemencer sa flore avec des probiotiques va­ginaux, à raison d’une gélule au fond du vagin tous les soirs au cou­cher pendant 10 jours. Elle passera ensuite à 1 gélule tous les 3 jours pendant 20 jours, puis en entretien à 1 gélule 1 semaine par mois pendant 3 à 6 mois, en fonction de l’évolu­tion de ses troubles. Je lui conseille un probiotique contenant la souche Lactobacillus crispatus, car c’est celui que l’on trouve le plus souvent dans la flore vaginale de la femme saine et il est un des plus efficaces contre les vaginoses, les candidoses et chez la femme ménopausée.
Pour lutter contre la sécheresse va­ginale et combler la carence locale en œstrogènes, je lui propose d’ap­pliquer une fois par jour une crème vaginale comprenant une petite dose d’oestriol et de progestérone bio-identiques. Cela maintiendra la production de glycogène et un niveau suffisant de Lactobacillus, tout en réhydratant la muqueuse. Hélène n’ayant pas d’antécédents de cancer hormonodépendant, elle peut sans crainte utiliser cette crème. Elle devra cependant l’arrêter si une mycose revient. L’apport en œstrogènes augmenterait alors la production de glycogène, ce qui nourrirait le candida responsable de la mycose. Durant cette période, elle pourra remplacer la crème par du macérât huileux de millepertuis (Hypericum perforatum). Le mille­pertuis contient un principe actif, l’hypéricine, qui a des propriétés antalgiques, anti-inflammatoires, an­tibactériennes et antiprurigineuses. Cela soulagera ses démangeaisons et brûlures. Et si cela ne suffit pas, elle pourra y ajouter 1 goutte d’huile essentielle de tea tree (Melaleuca al­ternifolia) aux vertus antifongiques, antivirales, antibactériennes et im­munostimulantes, redoutables contre les mycoses à candida3, et 1 goutte d’huile essentielle de lavande fine (Lavandula officinalis) aux vertus antifongiques, antalgiques et régé­nératrices de la peau.
Soignez aussi vos intestins
La première ligne de défense étant restaurée, il faut maintenant s’at­taquer à la deuxième cause des désagréments urogénitaux d’Hélène. Car si les bactéries responsables de ses cystites peuvent migrer de l’anus à sa vessie par l’urètre, elles peuvent aussi envahir sa vessie, par voie interne, en passant au travers de sa muqueuse intestinale, trop souvent inflammatoire et perméable. Je sais déjà que la flore intestinale d’Hélène est déséquilibrée car elle a pris des antibiotiques à plusieurs reprises ces derniers mois et sa mycose va­ginale est un indice évocateur d’une prolifération excessive du Candida albicans. J’aborde donc avec elle la question de son transit… qui, sans surprise, est perturbé. Elle alterne les phases de constipation et de diar­rhées, a toujours le ventre gonflé et douloureux et beaucoup de gaz. La constipation n’est pas une bonne chose car les bactéries stagnent dans les intestins, ce qui est propice aux infections urinaires. Quant aux diar­rhées – qui sont en réalité ce qu’on appelle de « fausses diarrhées », consécutives à plusieurs jours de constipation –, elles témoignent d’une muqueuse intestinale irritée, inflammatoire et très probablement perméable.

Des mycoses mais pas seulement…  (Encadré)
D’autres infections peuvent en­vahir la sphère intime. L’une des plus courantes est la vaginose bactérienne, facilement recon­naissable à l’odeur caractéristique des sécrétions vaginales… celle de poisson pas très frais… Elle s’accompagne de pertes abon­dantes et liquides. Elle est liée à un déséquilibre important de la flore intime, laissant le champ libre à d’autres bactéries pour se déve­lopper (Prevotella, Gardnerella vaginalis, Atopobium vaginae notamment).
Certaines femmes peuvent aussi souffrir de vulvodynies, c’est-à-dire de douleurs vulvaires chroniques, souvent consécu­tives à des infections génitales récurrentes. Ces douleurs peuvent être permanentes ou provoquées par les rapports sexuels. Des gels lubrifiants et des crèmes anes­thésiantes peuvent soulager les douleurs, tout comme des séances chez un ostéopathe ou un kiné­sithérapeute. Mais les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous. Le mieux reste encore la préven­tion. Prenez donc soin de votre flore intime pour ne pas laisser l’ennemi s’installer. D’autant plus que les ennemis sont nombreux et qu’en matière d’infections sexuellement transmissibles (her­pès génital, chlamydia, syphilis, gonococcie, papillomavirus et HIV), le microbiote vaginal a un rôle protecteur fondamental, mis en avant par de nombreuses études scientifiques (5). (Fin de l’encadré)

Voici ce que je propose à Hélène pour rétablir sa santé intestinale :
-     Faire une cure de probiotiques spécifiques pour la candidose, conte­nant une souche de Lactobacillus helveticus. Cette souche de pro­biotique inhibe la prolifération et l’adhérence du Candida albicans dans tout le tube digestif. Elle en prendra 1 gélule tous les matins à jeun pendant 2 mois.
-     Lutter contre l’inflammation en prenant 1 g par jour pendant 2 mois de Boswellia serrata, une résine traditionnellement utilisée en Inde et en Chine pour ses vertus anti-in­flammatoires, notamment au niveau intestinal, aujourd’hui confirmées par les études scientifiques4.
-     Restaurer sa muqueuse intestinale avec de la glutamine, un acide aminé dont les cellules intestinales se nour­rissent. Elle en prendra 3 g par jour en 2 prises pendant 4 mois minimum. (NDLR : Pas de glutamine avant d’avoir contingenter le candida albicans !).
-     Revoir son alimentation. Hélène est un bec sucré, comme elle aime à le dire. Sans aller jusqu’à une diète anticandida, je lui recommande d’éviter tous les sucres raffinés, la confiture, le miel, les pâtisseries et biscuits dont elle raffole. Elle devra aussi limiter sa consommation de fruits à un par jour et privilégier de petites portions de céréales com­plètes, de préférence sans gluten comme le sarrasin. Je lui conseille aussi de limiter la consommation de produits laitiers, susceptibles de fa­voriser la dysbiose et l’inflammation des intestins. En cas de cystites, elle évitera tout ce qui est acidifiant ou irritant comme les aliments épicés, le vinaigre, les tomates crues ou cuites, certains légumes comme les artichauts ou les asperges, les fruits acides, les jus de fruits, l’alcool, le café ou encore le thé noir. (5)


La canneberge : l’arme antirécidive
Image : Baies de canneberge (cranberries)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

La canneberge empêche les bactéries de s’accrocher à la vessie : c’est un anti-cystite naturel.
Hélène a bien compris qu’en faisant ce travail de terrain, elle ne laissait que peu de place aux bactéries pour se développer, mais elle craint quand même que la cystite ne revienne. C’est tout à fait possible au début, car rétablir l’équilibre de ses flores intime et intestinale, tout comme l’intégrité de sa muqueuse intesti­nale, peut prendre quelques mois. Je lui parle alors de deux alliés de choix : la canneberge (Vaccinium macrocarpon) et le D-mannose (6), un sucre qu’elle contient. Ce dernier se fixe sur les cellules de la paroi de la vessie et empêche les bactéries de s’y accrocher. C’est donc un agent anti-adhérence, dont l’efficacité a été reconnue en prévention des cys­tites récidivantes, mais aussi en cas d’infection pour limiter la durée et l’intensité de l’infection (7).
Hélène pourra donc boire 2 verres chaque jour de jus composé à 100 % de canneberge, sans sucre ajouté évi­demment, ou de jus de myrtille (Vac­cinium myrtillus), aussi à 100 %, car ses propriétés anti-adhérence sont identiques à la canneberge8. Si ces jus ne lui conviennent pas au pa­lais, elle pourra prendre un complé­ment de canneberge, titré à 36 mg de proanthocyanidines A (PACS-A) par gélule et/ou y associer un com­plément alimentaire de D-mannose à raison de 2 g par jour pendant les deux prochains mois. Elle pourra en­suite en prendre régulièrement, en en­tretien, notamment avant les rapports sexuels, avec un grand verre d’eau.
Attention, la canneberge contient une quantité importante d’acide oxalique et fait rapidement augmenter le taux d’oxalates dans les urines. Elle est donc à éviter en cas de calculs rénaux de type oxalate de calcium. (*) Dans ce cas, on lui préférera le D-mannose libre.
* NDLR : En prévention de la lithiase (pierre au rein), on prendra des citrates. Par exemple 120 ml de jus de citron délayé dans 1 litre d’eau. Ou du citrate de potassium (325 mg de potassium élément par gélule de 900 mg, chez nutrixeal.com).
A titre préventif, pour drainer et dé­sinfecter sa vessie, Hélène prendra 2 jours par semaine une infusion de bruyère (Calluna vulgaris), ex­cellente anti-infectieuse du tractus urinaire9 et diurétique. Pour cela, elle laissera infuser pendant 10 minutes 1 cuillerée à café de plante sèche dans 25 cl d’eau bouillante.

En cas de crise, sortez l’artillerie lourde Si malgré tout l’ennemi parvient à passer les lignes, Hélène devra sortir l’artillerie lourde :
-     Elle pourra boire 1 litre par jour d’infusion de bruyère dans laquelle elle ajoutera, une fois tiédie, 1 cuil­lerée à soupe de chacun des hydro­lats suivants : cannelle, bois de santal et cyprès. Ces trois hydrolats ont des vertus décongestionnantes du petit bassin, bactéricides, diurétiques et anti-inflammatoires des voies uri­naires.
-     Pour remplacer les antibiotiques habituellement prescrits, je conseille à Hélène un antibiotique naturel, la propolis. Elle est efficace contre les bactéries à Gram positif et à Gram négatif. Elle est, en plus de ces propriétés bactériostatiques et bactéricides10, un excellent antifon­gique (contre le Candida albicans, notamment), mais aussi un antiviral, un analgésique et un anti-inflamma­toire. Enfin, elle stimule le système immunitaire. Dès les premiers signes d’infection, Hélène devra prendre 9 gélules de propolis pure par jour, en 3 prises, soit l’équivalent de 2 g de propolis pure, pendant une semaine. Les deux semaines suivantes, elle ne prendra plus que 4 gélules par jour en 2 prises.
-     J’associe à la propolis la prise d’huiles essentielles en capsules, composées notamment de cannelle (Cinnamomum aromaticum), d’ori­gan compact (Origanum compactum) et de girofle (Eugenia caryophyllus). Ces trois huiles essentielles sont des anti-infectieuses majeures et ont aussi des propriétés antalgiques, antiinflammatoires, antispasmodiques et immunostimulantes. Hélène prendra pendant 5 jours 6 capsules quoti­diennes, en 3 prises, avant les repas, puis 2 capsules par jour pendant 1 semaine.
-     Enfin, pour compléter cet arsenal de choc anticystite, Hélène pour­ra, le soir, masser son bas-ventre avec 1 goutte d’huile essentielle de sarriette des montagnes (Satureja montana), qu’elle aura diluée dans 10 gouttes d’une huile végétale de son choix. C’est aussi une anti‑infec­tieuse puissante, immunostimulante et antalgique. L’application locale permettra une action rapide et ef­ficace, complémentaire des huiles essentielles prises par voie orale.
Quand j’ai revu Hélène deux mois plus tard, elle n’avait eu qu’une infection urinaire, peu douloureuse et surtout rapidement soulagée par les conseils que je lui avais donnés. Elle n’avait plus de mycoses et son équilibre intestinal était lui aussi bien meilleur. Elle avait retrouvé du confort lors des relations intimes et pouvait maintenant les vivre en toute insouciance.

Florence Muller


Dernière édition par Luc le Jeu 13 Aoû 2020 - 22:26, édité 2 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Re: Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  Luc le Mer 5 Aoû 2020 - 14:04

Sources et Références :
1 Gagyor I.et coll. : « Ibuprofen versus fosfomycin for uncomplicated urinary tract infection in women: randomised controlled trial », BMJ 2015 ;351 :h6544
2 Bradshaw C.S., Walker S.M., Vodstrcil L.A. et al. « The influence of behaviors and relationships on the vaginal microbiota of women and their female partners : the WOW Health Study ». The Journal of Infectious Diseases, 2014
3 « In vivo activity of terpinen-4-ol, the main bioactive component of Melaleuca alternifolia Cheel (tea tree) oil against azole-susceptible and -resistant human pathogenic Candida species », BMC Infect Dis. 2006; 6: 158. « Comparison of Microdilution and Disc Diffusion Methods in Assessing the in vitro Activity of Fluconazole and Melaleuca alternifolia (Tea Tree) Oil Against Vaginal Candida Isolates », Journal of Chemotherapy, Volume 14, Issue 5, January 2002, pages 465-472
4 Joos S, Rosemann T, et al. « Use of complementary and alternative medicine in Germany - a survey of patients with inflammatory bowel disease ». BMC Complement Altern Med. 2006 May 22;6:19
5 Brotman R.M., et al. « Interplay between the temporal dynamics of the vaginal microbiota and human papillomavirus detection ». The Journal of Infectious Diseases, 2014. Schellenberg J.J. & Plumer F.A. « The microbiological context of HIV resistance: vaginal microbiota and mucosal inflammation at the viral point of entry ». International Journal of Inflammation, 2012. Mitchell C. Balkus J.E., Fredricks D. et al. « Interaction between Lactobacili, bacterial vaginosis-associated bacteria, and HIV type 1 RNA and DNA geniral shedding in US and Kenyan women ». AIDS Research and Human Retroviruses, 2012
6 Kranjčec B, Papeš D, Altarac S. « D-mannose powder for prophylaxis of recurrent urinary tract infections in women: a randomized clinical trial ». World J Urol. 2013 Apr 30
7 Di Martino P, Agniel R, David K, et al. « Reduction of Escherichia coli adherence to uroepithelial bladder cells after consumption of cranberry juice: a double- blind randomized placebo-controlled cross-over trial ». World J Urol 2006;24:21-27
8 Ofek I, Goldhar J, Zafriri D, et al. « Anti-Escherichia coli adhesin activity of cranberry and blueberry juices ». N Engl J Med 1991;324:1599
9 Bosn J Basic Med Sci. 2014 Nov 15;14(4):234-8. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] « In vitro activity of heather [Calluna vulgaris (L.) Hull] extracts on selected urinary tract pathogens »
10 Przybyłek I, Karpiński TM. Molecules. « Antibacterial Properties of Propolis ». 2019 May 29;24(11). pii: E2047. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Re: Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  Luc le Mer 5 Aoû 2020 - 14:05

Espace réservé 1: Bonnes bactéries (probiotiques)

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Re: Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  Luc le Mer 5 Aoû 2020 - 14:05

Espace réservé 2: Phytothérapie

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Re: Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  Luc le Mer 5 Aoû 2020 - 14:05

Espace réservé 3: Huiles essentielles (HE)

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10064
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Re: Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  darky35 le Mer 5 Aoû 2020 - 14:36

Merci Luc pour ce sujet très intéressant en lequel nombre d'hommes et de femmes, jeunes ou vieux se retrouveront.
Quand j'étais jeune (20-35 ans), il m'arrivais relativement fréquemment d'avoir des cystites juste après l'amour, c'était pénible. La seule chose qui me soulageait était de boire beaucoup et en 1 à 2 heures le problème disparaissait peu à peu. Depuis je bois suffisamment et... plus de cystites.

Il y a bien évidemment d'autres causes, comme souligné dans les posts ci-dessus. Dans mes pérégrinations récentes j'ai trouvé un "remède" potentiel à ce genre de désagrément : le D-mannose [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Apoticaria a écrit:[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Le D-Mannose est un sucre rare extrait de bois forestier.
Les parois de la vessie et du canal urinaire produisent naturellement du mannose, et c'est à cause de la présence de ce mannose à cet endroit que la bactérie E. coli peut se développer. Le fait de prendre du D-Mannose par voie orale permet d'acheminer ce sucre dans la vessie.
Eshcerichia coli, encore lui ?! Rolling Eyes  Ce colibacille est friand de D-mannose et s'y accroche dès "qu'il en passe à portée" par le flux urinaire, donc une bonne hydratation et du D-mannose (modalités comme préconisé sur la page du produit), sont une éventuelle solution. NB : je ne l'ai pas testé Wink
D'après Apoticaria, la canneberge et un mauvais équilibre acido-basique peuvent être contre-productifs et j'aurai tendance à abonder dans ce sens, pour mon cas du moins, car à mon souvenir, j'avais une alimentation bourrée de produits laiters, notamment de yaourts au quotidien (lactobacillus acidophillus) et pour autant, ça ne m'a jamais empêché d'avoir des cystites. Au contraire, plus je buvais et mangeais des légumes/fruits et moins j'en avais. je ne réfute donc absolument pas les arguments avancés dans les posts précédents, si ce n'est que selon le terrain il peut y avoir des différences qui peuvent nécessiter une adaptation de stratégie : insuffisance rénale, acidose, etc... Wink


  • Edit : pas d'études publiées à ce sujet sur Apoticaria, en revanche, juste l'appréciation des clients (49) voir en bas de la page [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
  • [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
|Gersed|Histam&[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]|
darky35
darky35
Irrécupérable
Irrécupérable

Messages : 1149
Date d'inscription : 05/08/2019
Age : 54
Localisation : Jamais loin d'un chiotte

Revenir en haut Aller en bas

Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel Empty Re: Mycoses & cystites : Créer un bouclier naturel

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum