Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Mirzoune et Ciboulette SGSC
Bienvenue sur Mirzoune et Ciboulette!
Derniers sujets
» Achat de vitamine C et caractéristiques
par Luc Aujourd'hui à 13:45

» Où achetez-vous vos compléments alimentaires ?
par Luc Aujourd'hui à 11:37

» Histoire drôle en image & Funny clip 10
par Luc Hier à 21:47

» Analyse thyroïde
par Matogato Hier à 20:48

» Thyroïdite d’Hashimoto, un fléau mondial
par darky35 Hier à 9:53

» Spiruline, chorella et problèmes respiratoires
par Luc Mar 12 Oct 2021 - 8:49

» L'argile qui guérit - Raymond Dextreit
par Luc Lun 11 Oct 2021 - 21:13

» Bon anniversaire Matogato
par Matogato Jeu 7 Oct 2021 - 9:40

» Spaghettis de courgette crue, tomate fraîche basilic, ail, huile d'olive.
par Flo Mer 6 Oct 2021 - 15:11

» coronavirus et vaccination
par Flo Mer 6 Oct 2021 - 12:11

» Laissez-moi sortir
par Flo Mar 5 Oct 2021 - 20:10

» Comment lutter contre la psychose collective
par Flo Mar 5 Oct 2021 - 12:28

» Joyeux anniv Mezame
par Mezame Dim 3 Oct 2021 - 22:27

» Alternative santé News
par darky35 Dim 3 Oct 2021 - 16:08

» Coronavirus - actualités
par darky35 Ven 1 Oct 2021 - 0:46

» Fascias Libérés, Santé retrouvée.
par Flo Lun 27 Sep 2021 - 15:55

» La respiration
par Luc Lun 27 Sep 2021 - 11:00

» Intestins gonflés : questions Sibo and Co
par darky35 Ven 24 Sep 2021 - 13:27

» Arthrose: Mécanismes d'apparition-Alternatives aux anti-inflammatoires
par Luc Mer 22 Sep 2021 - 11:58

» Infos santé. Divers SCE 2
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 20:59

» "Tubes" à partager 1 - clips musique, videos, danse
par darky35 Dim 19 Sep 2021 - 11:57

» Intolérance: Le syndrome d’activation mastocytaire
par darky35 Dim 19 Sep 2021 - 11:34

» Traiter l’intolérance à l’histamine
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 10:26

» Tactique Coronavirus
par Luc Dim 19 Sep 2021 - 10:21

» Bon anniversaire Herode
par Proserpine Jeu 16 Sep 2021 - 10:36

» Bon anniversaire Florence
par Nell74 Ven 10 Sep 2021 - 14:46

» Bon anniversaire Anthodu89
par Anthodu89 Jeu 9 Sep 2021 - 9:41

» Vitamines liposolubles A, D, E, K. Quelles proportions?
par Luc Dim 5 Sep 2021 - 18:00

» Prostate: Traitement naturel de l'hyperplasie bénigne
par Luc Sam 4 Sep 2021 - 10:54

» Omega-3 : Comment choisir ?
par Luc Sam 4 Sep 2021 - 9:26

» Dossier arthrose et compléments
par Luc Dim 29 Aoû 2021 - 19:33

» Avis sur chrondo , gluco et msm
par Luc Dim 29 Aoû 2021 - 18:57

» Impact de la vit D sur les cellules Treg
par Luc Mar 24 Aoû 2021 - 11:12

» La Vitamine D module la réponse du système RAAS.
par Luc Lun 23 Aoû 2021 - 12:15

» Vitamines B Complexes & Dioxyde de titane ...
par Luc Mer 18 Aoû 2021 - 22:10

» Thé vert et prévention AVC et Alzheimer
par Luc Mar 17 Aoû 2021 - 22:16

» Vous voyez flou, des taches apparaissent: DMLA ...
par Luc Sam 14 Aoû 2021 - 11:05

» darky35-Journal de suivi sibo hydrogène/méthane
par Luc Jeu 12 Aoû 2021 - 7:48

» Bicarbonate et inflammation - Mise au point
par Luc Lun 9 Aoû 2021 - 12:31

» Découverte du mécanisme causant le syndrome du côlon irritable
par darky35 Ven 6 Aoû 2021 - 14:15

» Crampes & ions mal équilibrés
par Luc Mer 4 Aoû 2021 - 10:58

» Quel airco choisir?
par Luc Lun 2 Aoû 2021 - 10:11

» Divers 1 - Santé et écologie
par Luc Dim 1 Aoû 2021 - 7:53

» Infos santé. Divers SCE 1
par Luc Sam 31 Juil 2021 - 9:00

» Divers 1: Économie & politique.
par Luc Sam 31 Juil 2021 - 8:19

» Vitamines de grossesse pas indispensables
par Luc Mer 28 Juil 2021 - 10:01

» Faire connaissance avec le clair ressenti
par Nell74 Jeu 22 Juil 2021 - 17:00

» Bon anniversaire lmichelle
par Luc Mer 14 Juil 2021 - 11:11

» Comprendre les fascias
par Luc Ven 9 Juil 2021 - 9:47

» La minute du rire 1
par Luc Ven 25 Juin 2021 - 18:45

» Cancer : avec le sport, combattez plus fort !
par Luc Jeu 24 Juin 2021 - 9:55

» Promo Bulkpowder
par Luc Lun 21 Juin 2021 - 16:49

» Dialogue intestins/cerveau
par Luc Mer 16 Juin 2021 - 9:16

» Anti calcaire & Salle de bain propre ?
par Luc Sam 5 Juin 2021 - 7:41

» Bon anniversaire Chantal
par Chantal Dim 30 Mai 2021 - 8:19

» Cancer (myélome)
par darky35 Ven 28 Mai 2021 - 11:55

» Coco boisson
par Luc Lun 24 Mai 2021 - 9:26

» compléments protéinés en poudre
par darky35 Ven 21 Mai 2021 - 0:04

» Retour d'expérience commande douane
par Luc Sam 15 Mai 2021 - 8:25

» Bon anniversaire Céline 57
par Luc Ven 14 Mai 2021 - 13:21

» Index glycémique des laits végétaux
par Luc Jeu 13 Mai 2021 - 17:35

» Calmer le psoriasis de l'intérieur par le dr raphaël Perez
par Anthodu89 Mar 11 Mai 2021 - 9:49

» Bon anniversaire breizh29
par Proserpine Sam 8 Mai 2021 - 11:19

» Bonsoir à tous - letruc
par Anthodu89 Ven 7 Mai 2021 - 8:12

» HE et lombalgie
par Luc Lun 3 Mai 2021 - 9:46

» Détox ML: Quels suppléments?
par Luc Dim 2 Mai 2021 - 10:05

» Vaccins & hydroxyde d'aluminium
par Luc Sam 1 Mai 2021 - 11:05

» Bon anniversaire Patiloup
par patiloup Ven 30 Avr 2021 - 16:39

» Quels Probiotiques pour les Allergies, les Colites et Autres Pathologies
par Luc Mar 20 Avr 2021 - 7:50

» Divers inclassables
par Proserpine Sam 10 Avr 2021 - 14:50

» chien fan de Météo
par Luc Lun 5 Avr 2021 - 15:37

» Voie de détoxification & CYP450
par Luc Lun 5 Avr 2021 - 10:44

» Allergies et Huiles essentielles
par Luc Dim 4 Avr 2021 - 13:08

» 50% des gens souffrent d'inflammation des gencives
par Luc Mar 30 Mar 2021 - 9:04

» Changement d'heure
par Luc Dim 28 Mar 2021 - 11:16

» Hospitalisation et HE – Prévention contre les Germes
par Luc Dim 28 Mar 2021 - 10:06

» Les AG saturés – À contre-courant
par Luc Sam 27 Mar 2021 - 11:23

» Hypo-thyroïdie malgré des analyses normales
par Luc Ven 26 Mar 2021 - 10:14

» 10 excellentes raisons d’utiliser les huiles essentielles « antibiotiques ».
par Luc Mar 9 Mar 2021 - 10:22

» Nigelle & miel combinés - Bénéfices santé
par Luc Ven 5 Mar 2021 - 17:12

» Notre équipe
par Luc Jeu 4 Mar 2021 - 19:52

» Joyeux anniversaire, Mirzoune,
par Anthodu89 Mar 23 Fév 2021 - 10:02

» Blagues et histoires drôles. Halte aux inquisiteurs 1 !
par Luc Dim 21 Fév 2021 - 11:39

» Qu’est-ce qui rend la taurine si importante ?
par Luc Mar 16 Fév 2021 - 12:37

» Quelle eau minérale choisir ?
par Luc Ven 12 Fév 2021 - 12:57

» Bonjour à tous, de lyn fm
par Proserpine Jeu 11 Fév 2021 - 15:06

» Présentation frim1
par darky35 Mar 9 Fév 2021 - 10:39

» Hello de Darky- j'ai le sibo - + fucosyl transferase 2 (FUT2)
par darky35 Lun 8 Fév 2021 - 9:40

» Maladie de Dupuytren
par Luc Lun 8 Fév 2021 - 9:28

» Bon anniversaire Laure
par Proserpine Sam 30 Jan 2021 - 10:06

» Asthme: ventoline, sélénium et N-Acétylcystéine
par Luc Ven 29 Jan 2021 - 19:33

» Bon anniversaire Proserpine
par Proserpine Mar 26 Jan 2021 - 17:44

» Joyeux anniversaire Keditchi
par Luc Mar 19 Jan 2021 - 10:40

» Vit K Mk4 Vs Mk7 update 02 2020
par Luc Mar 12 Jan 2021 - 11:05

» La sérotonine comme booster ou downer?
par darky35 Lun 11 Jan 2021 - 10:54

» XTRA-PC redonne une jeunesse à votre PC en un instant
par darky35 Sam 9 Jan 2021 - 15:39

» Bon anniversaire MichelDoc
par darky35 Jeu 7 Jan 2021 - 11:58

» Avant d'aller dormir...
par Proserpine Lun 4 Jan 2021 - 15:15

» Joyeuses fêtes à tous
par Hérode Sam 2 Jan 2021 - 10:18

Le deal à ne pas rater :
ASOS APP : – 20% de réduction sur TOUT ce qui est supérieur à ...
Voir le deal

Vaccins & hydroxyde d'aluminium

Aller en bas

Vaccins & hydroxyde d'aluminium Empty Vaccins & hydroxyde d'aluminium

Message  Luc Sam 1 Mai 2021 - 10:42

Vaccins & adjuvants
Aluminium dans les vaccins : la vérité scientifique enfin dévoilée !
La pandémie a relancé les discussions autour des vaccins. Après le débat sur les onze vaccins obligatoires pour les enfants, l’élaboration d’un vaccin contre la Covid-19 ravive les polémiques. En cause, toujours, les risques liés aux adjuvants contenus dans les vaccins tels que les sels d’aluminium. Une équipe de chercheurs français travaille depuis plusieurs années pour faire enfin la lumière sur leur toxicité.
Rencontre avec Guillemette Crépeaux. SCE 10/2020
Titulaire d’un doctorat en toxi­cologie, Guillemette Crépeaux est enseignante-chercheuse. Depuis 2013, elle travaille au sein d’une équipe de recherche de l’Inserm et étu­die les effets neurotoxiques des adjuvants vaccinaux aux côtés du Pr Romain Gherardi, le premier à avoir levé le voile sur leur toxicité. En 2019, elle a été l’une des lauréates du prix Hippocrate, décerné par BioSanté, pour ses travaux de recherche sur l’aluminium vaccinal.
Annie Casamayou (Naturopathe, pour Santé Corps Esprit) : Pourquoi y a-t-il de l’aluminium dans les vaccins ?
Guillemette Crépeaux : Il existe deux types de vaccins : les vaccins atténués qui sont préparés à partir d’un agent pathogène affaibli et les vaccins inactivés où le pathogène n’est plus vivant. Les premiers sus­citent d’eux-mêmes une réponse immunitaire protectrice tandis que, pour que les seconds soient activés, il est nécessaire d’ajouter une subs­tance capable d’exciter le système immunitaire. Les sels d’aluminium font partie de ces substances, sur­tout l’hydroxyde d’aluminium. Ils ont été introduits comme adjuvants dans les vaccins depuis la fin des années 1920. Mais il y a un siècle, la situation était différente : d’une part, les vaccins préconisés étaient bien moins nombreux et, d’autre part, peu d’entre eux avaient pour adjuvant l’aluminium.
C’est seulement depuis les années 1980-1990 que l’on assiste à une augmentation de l’injection des vaccins avec de l’aluminium. Nous n’avons donc pas tant de recul que cela sur l’exposition à ce toxique. Aujourd’hui, sur les onze vaccina­tions obligatoires, seul le vaccin contre la rougeole, oreillons, rubéole (le ROR) ne comprend pas d’ad­juvant aluminique ; tous les autres contiennent de l’aluminium et si l’on considère l’ensemble des vaccins autorisés en France, deux sur trois sont à l’aluminium.
A.C. : Pourquoi les premières études avaient-elles jugé les adjuvants à l’aluminium non dangereux ?
G.C. : C’est vrai que le postulat de base était de se dire que l’aluminium était un métal sûr car il était éliminé rapidement de l’organisme par voie urinaire. Quand on analyse la litté­rature scientifique, nous avons une seule étude expérimentale qui date de 1997 et qui conclut que l’alumi­nium ne reste pas dans l’organisme. Cette étude continue à être citée en référence aujourd’hui1.
Pourtant elle est vraiment peu per­tinente. D’abord l’étude n’a duré que 28 jours alors qu’il est aujourd’hui prouvé que l’aluminium peut rester des années dans l’organisme. Ensuite elle a été réalisée avec deux lapins seulement pour chaque adjuvant testé. Malgré tout, les résultats sont intéressants : au terme des 28 jours de l’étude, les lapins ont réussi à éliminer 6 % de l’aluminium injecté. Ce qui est très étonnant, ce sont les conclusions qui affirment qu’il n’y a pas de problème puisque l’alumi­nium commence à être éliminé !
C’est un non-sens : comment dire qu’il n’y a pas de danger alors qu’un mois après l’injection presque tout l’aluminium injecté est encore pré­sent dans l’organisme ? De plus, des échantillons ont été perdus, dont l’os et le cerveau, des lieux où justement l’aluminium peut se stocker, ce qui a aussi biaisé les résultats. Pourtant c’est toujours cette seule étude expé­rimentale officielle que l’on met en avant pour affirmer que l’aluminium est éliminé naturellement. C’est lar­gement insuffisant, d’autant plus que cette étude ne tient pas compte de l’accumulation des adjuvants entre eux, un enfant étant aujourd’hui exposé à plusieurs adjuvants dans des périodes de temps assez courtes.
A.C. : Que se passe-t-il dans l’organisme quand on injecte l’aluminium ? G.C. : Le vaccin avec l’adjuvant est toujours injecté en intramuscu­laire. Là, il est pris en charge par des cellules immunitaires qui vont essayer d’éliminer l’aluminium. À partir de ce moment, tout n’a pas été décrit avec exactitude. Ce dont nous sommes sûrs, c’est que les cellules immunitaires n’y parviennent pas forcément, nous l’avons vu dans plusieurs études sur modèle animal : souris, mouton et singe.
C’est ce qui pose problème en termes de santé. Si l’aluminium n’est pas éliminé, les cellules immunitaires agissent comme un cheval de Troie qui permet à l’aluminium de passer du muscle vers d’autres sites distants et de s’y accumuler.
Chez certaines personnes, comme les patients qui sont suivis par l’équipe du Pr Authier à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, on constate que, plusieurs années après la vaccination (parfois dix ou douze ans), de l’alu­minium perdure encore au niveau du site d’injection. Evidemment, on ne peut pas accéder au cerveau humain mais il a été observé chez l’animal, la souris et le mouton, que simultanément à cette persistance sur le site d’injection, de l’aluminium migre également à l’intérieur des cel­lules immunitaires et atteint d’autres organes. Il accède aux ganglions lymphatiques avant de s’accumuler dans la rate, le foie et éventuellement le cerveau. Nous sommes certains que, dans certains cas, l’alumi­nium parvient à traverser la barrière hémato‑méningée, celle qui protège le cerveau, pour atteindre le système nerveux central. Nous avons une étude expérimentale chez la souris qui démontre que si l’on injecte de l’aluminium dans sa patte et si l’on attend quelque temps, on peut finir par le retrouver dans le cerveau2. Cela dépend de plusieurs facteurs, mais en tout cas c’est parfaitement possible.
A.C. : Quels sont les facteurs qui permettent à l’aluminium de migrer dans le cerveau ? G.C. : C’est encore difficile à dire, il y a probablement plusieurs facteurs qui interfèrent : la génétique, la dose, etc. Nous savons par exemple que chez la souris, une dose modérée d’aluminium forme de petits agré­gats de particules qui migrent plus rapidement vers le cerveau qu’une dose plus importante, laquelle forme des agrégats plus gros stockés à la périphérie.
Ce que nous n’avons pas encore élu­cidé, ce sont les mécanismes qui per­mettent à l’aluminium de pénétrer à l’intérieur du cerveau et de s’y accu­muler. Est-ce par le biais des cellules immunitaires et du mécanisme du cheval de Troie ? Est-ce qu’il y a un passage de cellule à cellule ? Est-ce que l’aluminium fragilise la barrière hémato-méningée ? Nous n’avons pas encore de réponse à toutes ces questions. C’est notre grand axe de recherche afin d’identifier pourquoi certaines personnes ne parviennent pas à éliminer correctement cet adju­vant alors que d’autres semblent le faire tout à fait bien.
Nous avons ainsi mis en évidence l’existence de mutations ponctuelles sur certains gènes impliqués dans les mécanismes de détoxification des cellules. Nous venons aussi de démarrer un projet, avec pour hypo­thèse que les personnes qui présentent ces mutations ont effectivement une moins bonne capacité d’élimination de l’aluminium, impliquant une per­sistance plus longue de l’aluminium et donc des effets toxiques. Nous avons besoin de mieux comprendre cette susceptibilité génétique mais aussi ce qui se passe quand ces per­sonnes ne sont pas exposées aux sels d’aluminium et pourquoi, lors­qu’elles rencontrent de l’aluminium, cela peut induire un effet toxique. Nous avons commencé à travailler dessus à l’automne dernier et l’étude est financée pour quatre ans. C’est toujours frustrant mais le monde de la recherche, c’est long…
A.C. : Quelles sont les patho­logies dont l’origine pourrait être vaccinale ? G.C. : La myofasciite à macro­phages, une maladie neurologique complexe, est imputée avec certitude à l’hydroxyde d’aluminium qui est l’adjuvant de nombreux vaccins. La pathologie a été décrite pour la pre­mière fois à la fin des années 1990 par l’équipe du Pr Gherardi.
Les macrophages sont des soldats du système immunitaire chargés de phagocyter les molécules étran­gères pour s’en débarrasser. Dans la myofasciite, nous avons une lésion musculaire sur le site d’injection du vaccin qui est caractérisée par la présence de macrophages remplis de sels d’aluminium. A cette lésion sont associés des difficultés cognitives, des troubles de l’attention, de la mémoire, de la concentration, des douleurs musculaires et articulaires, ainsi qu’un épuisement comparable au syndrome de fatigue chronique. C’est très invalidant, les patients ne peuvent plus travailler car ils sont épuisés en permanence.
Étudier les mécanismes de la myo­fasciite à macrophages nous a permis de progresser. Une équipe de cher­cheurs a reproduit de façon expéri­mentale la lésion musculaire chez le mouton pour caractériser les effets et c’est vraiment intéressant.
Il y avait trois groupes : le premier a reçu des vaccins contenant de l’alu­minium, le second seulement des sels d’aluminium et le troisième rien, c’était le groupe témoin. Tout un ensemble d’effets a été observé sur les animaux ayant reçu l’aluminium ou le vaccin : des troubles comporte­mentaux, des troubles de la marche et de la coordination, et les animaux étaient globalement plus agressifs et moins sociaux.
Avec mon équipe, nous avons mis en évidence chez la souris la persistance de l’adjuvant et sa translocation dans différents organes, avec des conséquences sur le comportement, au niveau de l’activité et de l’an­xiété des animaux. Les effets ne sont pas forcément très marqués, cependant cela démontre effective­ment que, quand l’adjuvant persiste, quelque chose est modifié. Le sujet n’est pas encore suffisamment étu­dié et d’autres pathologies neurolo­giques pourraient être imputables à l’aluminium, soit seul, soit comme cofacteur. Le lien biologique entre la vaccination et les troubles du spectre autistique est à mon avis très pertinent. Nous avons énormément de publications qui montrent qu’un statut inflammatoire très marqué peut être une cause de l’autisme, sachant que l’aluminium est un composé bio-persistant fortement inflamma­toire administré aux enfants de façon très précoce. Pour le moment, nous avons beaucoup d’éléments concor­dants, une très forte probabilité qu’il faudrait pouvoir étayer plus solide­ment. Les chercheurs qui étudient la question de la toxicité des adjuvants aluminiques sont très peu nombreux, on peut compter l’équipe du Pr Exley en Angleterre, celle du Pr Lujan en Espagne, du Pr Schoenfeld en Israël et notre équipe en France, alors que le sujet mériterait largement plus !
A.C. : Les cas de troubles neu­rologiques imputables à la vac­cination sont-ils nombreux ? G.C. : Nous n’avons pas les outils pour le savoir, il faudrait un système de pharmacovigilance très perfor­mant pour le faire, ce qui n’est pas le cas pour l’instant. Je ne sais pas non plus si les médecins sont vrai­ment formés à cette hypothèse. La difficulté, c’est qu’il s’agit d’effets à long terme, ce qui rend le lien difficile à établir.
« Le lien entre les vaccins à l’aluminium et l’autisme est très pertinent. »
Dans la myofasciite à macrophages, les patients commencent à consulter des années après la vaccination. Quand ils disent que c’est le vaccin reçu il y a dix ou douze ans qui les a rendus malades, ils ne sont pas toujours bien accueillis. La plu­part d’entre eux vivent une errance médicale pendant des années avant d’avoir un diagnostic. On les accuse de maladie inventée, de maladie psychiatrique, psychosomatique, etc. Aujourd’hui, à l’hôpital Henri Mondor qui est le centre de référence de la maladie, plusieurs centaines de cas ont été enregistrés au cours des vingt dernières années, et il ne s’agit sans doute que de la partie visible de l’iceberg. Le chiffre réel est probablement supérieur.
A.C. : Faut-il aussi craindre l’aluminium présent dans l’eau et les aliments ? G.C. : C’est un argument que l’on entend souvent. Comme nous sommes exposés tous les jours à l’aluminium par ce que nous man­geons et ce que nous buvons, ce n’est pas bien grave d’en recevoir un peu plus par les vaccins. Mais ce n’est pas comparable, il y a deux grandes différences pour expliquer que les doses injectées sont bien plus significatives que les doses ingérées.
D’abord la voie alimentaire est dif­férente parce que nous avons une barrière intestinale qui nous protège et tout l’aluminium que l’on absorbe en mangeant ou en buvant est très loin de pénétrer dans l’organisme. Nous savons que moins de 1 % seu­lement entre par la voie alimentaire, ce qui est vraiment minime. Par contre, quand le vaccin est injecté, l’aiguille franchit toutes les barrières naturelles protectrices : l’aluminium est introduit directement au coeur de l’organisme.
L’autre différence concerne la forme des molécules d’aluminium. La très faible quantité d’aluminium alimen­taire qui entre dans l’organisme est sous une forme soluble qui sera éliminée par les reins. Dans le vac­cin, les molécules sont présentes sous forme particulaire. Ce sont des nano et microparticules qui ne se comportent pas du tout de la même manière que les molécules solubles. Une fois que les particules sont à l’in­térieur de la cellule, elles ne sont pas solubilisées comme on l’a longtemps pensé, du coup elles ne sont pas dégradées et elles peuvent persister.
Beaucoup de concepts sont faux autour de cette soi-disant élimina­tion de l’aluminium, très rassurante. Le peu d’éléments dont nous dis­posons maintenant nous fait dire qu’il faut continuer à comprendre ce qui se passe quand on injecte de l’aluminium dans un organisme, et en particulier dans un organisme en développement comme celui du nouveau-né et du petit enfant. Ils sont particulièrement fragiles. Leur système immunitaire est immature, tout comme leur sys­tème nerveux et ils reçoivent des doses fortes par rapport à leur poids. Nous avons une étude qui a évalué l’exposition aux adjuvants alumi­niques tout au long de la vie en suivant le calendrier vaccinal qui est en vigueur depuis janvier 2018. Nous nous sommes rendu compte qu’à l’âge de 1 an, un enfant a déjà reçu par voie vaccinale la moitié de tout l’aluminium auquel il sera expo­sé dans toute sa vie. Or on sait que l’exposition aux produits environ­nementaux est vraiment cruciale en termes d’impact sur le système ner­veux, notamment dans les premiers mois de la vie. C’est une période très importante où la moindre perturba­tion peut avoir un impact délétère. Ça fait peur !
A.C. : Est-il possible d’avoir un autre adjuvant que l’aluminium ? G.C. : Tout à fait, cela a été le cas jusque dans les années 1990/2000 pour plusieurs vaccins. Certains ne comprenaient pas d’adjuvant, le DT-Polio par exemple, et il avait une très bonne efficacité quand même. D’autres avaient pour adjuvant du phosphate de calcium que l’on pense beaucoup moins toxique parce que c’est un composé naturel de l’orga­nisme. La commercialisation de ces vaccins sans aluminium a été arrêtée quand a eu lieu un rachat d’industries pharmaceutiques entre elles. Cela a été une volonté industrielle.
Si vous faites vacciner votre enfant avec les vaccins aujourd’hui dispo­nibles, il n’y a plus de choix, votre enfant recevra un adjuvant à base d’aluminium. Le problème, c’est que les sels d’aluminium sont de très bons adjuvants. Leur rôle pour susciter une réponse immunitaire est vraiment très au point, ce qui permet de mettre assez peu d’antigène alors que c’est l’antigène qui coûte cher dans le vaccin. Derrière tout cela, on se rend compte qu’il y a une vraie question de coût de production et de rentabilité parce que les solutions alternatives existent.
A.C. : Comment se fait-il que ces preuves ne soient pas prises en compte par les auto­rités sanitaires ? G.C. : La situation est assez para­doxale parce que tout un faisceau d’indices scientifiques rigoureux pointent la toxicité des adjuvants aluminiques et il ne se passe rien du côté des autorités. En 2017, je suis allée présenter les résultats de notre étude – qui montraient la per­sistance de l’aluminium injecté chez la souris – au Conseil scientifique de l’Agence du médicament. Ils ont esti­mé qu’il fallait continuer à creuser le sujet. Nous venons d’obtenir, après l’avoir déposé trois fois, un finan­cement de l’Agence nationale pour la recherche. C’est ce financement qui va nous permettre de financer quatre ans de recherches, en espérant apporter de nouveaux éléments et consolider nos résultats.
Je précise que nous ne sommes clai­rement pas antivaccin. J’ai une petite fille de 2 ans qui est vaccinée parce que je veux qu’elle soit protégée contre les maladies pour lesquelles le vaccin existe. Je suis enceinte d’un bébé qui sera vacciné. Nous sommes favorables au principe de la vaccination mais dans des conditions qui garantissent une sécurité maxi­male, ce qui ne nous semble pas être le cas au vu des dernières données scientifiques sur les composés alu­miniques. Aucune règle de sécurité n’a été établie pour ces molécules, dans ce mode d’injection, aux âges auxquels ils sont administrés, etc. Il faudrait appliquer un principe de précaution. On a bien enlevé le bisphénol A des biberons, c’est une très bonne chose parce que les études montraient des effets délétères. Les effets sont très différents en ce qui concerne les vaccins ; ce n’est pas la même toxicité, mais force est de constater qu’il y a deux poids deux mesures. C’est frustrant aussi pour moi en tant que chercheur et je pense que s’il s’agissait d’une autre molécule, elle aurait déjà été retirée.
Mais la vaccination est un sujet com­pliqué.
Références:
1. Flarend « In vivo absorption containing vaccine adjuvants using Al » 1997
2. Khan Z, Combadière C, Authier FJ, et al. « Slow CCL2-dependent translocation of biopersistent particles from muscle to brain ». BMC Medicine 2013, 11: 99

Soutenir la campagne citoyenne « Pour des vaccins sans alumi­nium » :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Histoire de la disparition du vaccin sans aluminium (encadré)
- 1961 : l’Institut Mérieux com­mercialise un vaccin sans adju­vant : le vaccin DTPolio Mérieux.
- 1976 : l’Institut Pasteur met sur le marché un vaccin DTP absorbé sur le phosphate de calcium.
- 1985 : Rachat de la branche vaccins de l’Institut Pasteur par l’Institut Mérieux.
- 1987-1988 : Les lignes de pro­duction sont unifiées et le vaccin devient le DTP Pasteur sans adju­vant (identique aux DTPPolio Mérieux). Les deux vaccins coexistent alors.
-2000 : Le DTP Polio Mérieux tombe en rupture de stock.
- 2001 : La commercialisation du vaccin DTP Pasteur sans adju­vant est arrêtée.
- 2004 : La commercialisation du DTP Polio Mérieux est sus­pendue par le fabriquant devenu alors Sanofi Pasteur, officielle­ment justifié par une hausse des effets indésirables. Aujourd’hui, cette raison est critiquée et fait l’objet d’une plainte contre X de la part de l’association E3M qui se mobilise contre la disparition des vaccins sans aluminium.


Dernière édition par Luc le Sam 1 Mai 2021 - 12:01, édité 1 fois

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Vaccins & hydroxyde d'aluminium Empty Vaccin & immune reaction: More vitamin C Needed

Message  Luc Sam 1 Mai 2021 - 11:05

Info utile, de manière générale, en cas de vaccination
Vaccin & immune reaction: More vitamin C Needed
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Source: Orthomolecular Medicine News Service, October 22, 2015
Don't Vaccinate without Vitamin C

by Helen Saul Case (OMNS, Oct 22, 2015) 
Giving vitamin C before, during, and after vaccinations
Extract:
To avoid vaccine reactions and side effects, days before, the day of, and four days after vaccination, we give our children enough vitamin C to get them just to the point of saturation. After immunizations, their immune system needs all the help it can get. They will get C as often as every hour until they get gassy, a telltale sign that they are getting adequate amounts. The goal is to get them to the point just before "bowel tolerance," or loose bowels. For example, when our daughter was four, we started her with a relatively large loading dose in the morning, 2,000 mg or so, then gave her 1,000-2,000 mg every couple of hours throughout the day. We wait until there is a rumbling tummy or softened or loose stool. Once that point is reached, we throttle back the dose. We continue to give C, but give less. The next day, we do it again.

Amazingly, the day of and for several days after our four-year-old daughter's last vaccination, the first shot she had received since her severe reaction years before, she comfortably held fifteen to twenty grams, that's 15,000 to 20,000 milligrams, of vitamin C each day. She had no reaction whatsoever to the vaccination. No swelling. No fever. No redness. Nothing. She was happy. We were happy. That may sound like a lot of C for a child who only weighed about 33 pounds, but it got the job done. Perhaps your child won't need that much.

_________________
LucH

« La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. »
Albert Einstein

« Dans la vie, il y a 2 catégories d'individus : ceux qui regardent le monde tel qu'il est et se demandent pourquoi; ceux qui imaginent le monde tel qu'il pourrait être et se disent : pourquoi pas ? »
G.B. Shaw.
Luc
Luc
Irrécupérable en chef
Irrécupérable en chef

Messages : 10720
Date d'inscription : 19/10/2015
Age : 67
Localisation : LIEGE

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum